Editions L'Harmattan

  • Expulsé par erreur d'Union soviétique dans les années 1970, un jeune littérateur est entraîné malgré lui dans des pérégrinations jalonnées de rencontres hautes en couleur : des exclus, des mendiants et des illuminés qui lui renvoient son image de "juif errant". Tiraillé entre le monde occidental où il ne sait quoi faire de sa liberté et la Russie où il savait quoi faire de son esclavage - écrire, Vladim Soloviov questionne la place de l'écrivain apatride.

  • C'est l'histoire d'une évolution : un jeune homme, Mario d'Este, échappe à son milieu d'origine par la magie d'une ville, Venise, qui le façonne et imprime en lui le sens de la beauté. Sans l'aide de l'école, il devient ainsi un transfuge social. C'est l'histoire d'une passion, celle des livres, capable de transformer un destin. C'est l'histoire de Venise, une Venise réelle, d'avant le tourisme, riche de la truculence de son peuple. C'est enfin l'histoire d'un amour, celui qui inspire ce livre.

  • "L'écriture, je l'effleure comme on offre un message à l'océan. J'écris sporadiquement comme l'eau qui s'échappe entre les doigts. Non pas comme un ouvrier laborieux, mais comme le papillon volage, je butine de situations en mémoires. Ce sont des rencontres, des voyages, des humeurs, des étonnements, des sourires, des sanglots et des pleurs. Mes écrits, le les confie au gré des hasards avec l'inquiétude de celui qui lâche aux vents la carte et sa baudruche, et s'apprête à attendre toute une vie qu'un inconnu la lui renvoie du fin fond de son enfance."

  • "L'étranger arriva d'un pas tranquille alors que le soleil déclinait sur l'horizon (...). Il s'approcha d'Antonin et de Grégoire et s'assit face à eux sur le parapet qui surplombait la vallée."SUn voyage inespéré attend les deux amis centenaires d'Espérac qui coulent des jours paisibles dans leur village natal. Un voyage à travers le temps et l'espace qui mènera le lecteur jusqu'aux cimes magiques de l'Himalaya tibétain.

  • La violence subtile, souterraine et invisible est partout présente. C'est la plus dangereuse. Elle détruit tout et engendre de nombreuses souffrances. Une femme active, contemporaine explore en soixante-deux nouvelles les relations hommes/femmes, la sensualité, le monde professionnel et plus particulièrement le monde financier, la vie de tous les jours, la publicité, les médias, la vie sociale et politique. Elle défend une lucidité aiguë sur les priorités de notre époque.

  • Acte individuel s'il en est, l'écriture est bien davantage qu'une simple gestuelle, qui tenterait de restituer le passé, le présent, le futur, l'esprit et l'âme. Elle est un miroir qui nous renvoie à nous-mêmes. Le "je" de l'écvrivan se disperse, échappe. Fragile équilibre entre le créateur et son autre Moi qui finit par ne plus lui appartenir. Vincent Trovato nous livre ici une réflexion insolite sur l'acte d'écrire comme moyen de repenser l'existence.

  • L'histoire s'appuie sur des faits réels. A l'été 1757, Télémaque, jeune esclave venant de Guinée est débarqué dans un petit village breton et confié au recteur de Plouénan, afin que celui-ci lui enseigne la religion catholique. L'arrivée de ce jeune africain sur ce bout de terre bretonne va boulverser la communauté, d'autant plus qu'elle n'a jamais vu d'homme noir. Tout semble séparer Télémaque et les habitants de Plouénan. Pourtant leurs cultures ont des points communs.

  • L'homme au panettone, un enseignant en rupture avec l'école, qui décide de se lancer dans une quête pâtissière, à la recherche du meilleur gâteau du monde. Mais qu'est-ce que le "meilleur"? "Qu'est-ce que je cherche selon vous? De quoi les gâteaux sont-il la métaphore" demande-t-il à un Italien rencontré à Lyon. la réponse sera peut-être donnée en Italie, dans la ville de Jesi.

  • Un Tribunal de la terre imaginaire, composé de dix Hommes et Femmes issus des cinq continents, juge cinq chefs de guerre, "cinq envahisseurs" de l'Histoire. Alexandre le Grand, Caius Julius caesar, Gengis Khan, Francisco Pizarro, et Napoléon Bonaparte.

  • Auteur de plusieurs ouvrage en France et traducteur littéraire, Pierre Yang nous offre ici son premier roman. Le narrateur retourne dans sa ville natale, en Chine, au bout de dix ans d'exil en France, lorsque son père est à l'agonie. Ce voyage est pour l'auteur une occasion de plonger dans les souvenirs de son père, de renouer avec les siens, avec les amis d'enfance, avec les lieux qui l'ont marqué. C'est aussi un voyage intérieur, une quête de soi dans un aller-retour incessant entre l'époque de la Révolution culturelle et la chine de l'an 2000.

  • Serge, compositeur, n'attend plus rien de la vie. Au moment où il va commettre l'irréparable, Lantier lui redonne sa chance. Lilia, son amie, découvre alors que son existence avait oublié l'essentiel. Quant à Lantier, son passé refait surface, menaçant l'équilibre du couple. Plus rien, pour les êtres que Serge aura rencontrés, ne sera comme avant. Un texte tout en finesse, qui nous fait ressentir la puissance de la musique.

  • Maurice vient d'être guillotiné pour avoir tué deux policiers. C'est avec un certain détachement qu'il assiste au transport de son corps depuis la prison Saint-Paul jusqu'au cimetière de la Guillotière. Désincarné de frais, il découvre les pouvoirs très spéciaux que lui confère sa nouvelle condition de défunt. Mais il eut aussi une vie terrestre, moins paisible celle-là...

  • Une triple histoire d'amour entraîne Victor dans un voyage à travers l'Italie. Il part à la recherche de son grand frère disparu depuis près d'un demi-siècle et veut revoir sa compagne qui vient de s'éloigner de lui.
    Pour découvrir l'adresse de son frère, il doit résoudre une énigme constituée d'éléments épars dans sept peintures célèbres de la Renaissance. De quels tableaux s'agit-il ? Dans quelles villes se trouvent-ils? Pour le guider, il n'a que la lettre mystérieuse que son frère lui a envoyée.

  • Pénétrant un musée ou une église, on ressent souvent le besoin de clés pour comprendre ce que l'on voit. Si les lieux dégagent une émotion, ils n'expliquent pas. Notre regard a besoin de s'alimenter dans l'histoire qu'ils proposent, la culture qu'ils révèlent, la légende qui les habite. C'est la posture de l'auteur : se détendre devant une oeuvre et ne pas la lâcher avant qu'elle nous ait donné sa vérité. Ouvrir cette fenêtre sur l'art et les dieux antiques, voir comment les artistes les ont représentés, c'est ce qu'il nous propose dans cet ouvrage.

  • Ce second volume de Fenêtre sur l'art nous ouvre la fenêtre sur l'art et les saints. Regardons-les vivre dans les oeuvres qui fascinent notre culture occidentale. Comment Le Gréco a peint les apôtres ? Comment Giotto a représenté Saint François d'Assise ? Comment Véronèse s'est imprégné de Saint Sébastien ? Les artistes sont des passeurs qui stimulent magnifiquement notre inconscient.

  • Il était une fois Izza, une petite fille du Moyen Atlas, victime de l'esclavage local, pratiqué par des musulmans marocains sur d'autres musulmans marocains, en l'occurrence des fillettes enlevées par ruse ou par force et vendues à des familles citadines, en particulier à Fez. A travers le destin de cette enfant devenue femme, l'auteur dessine un tableau de société presque naturaliste sur le vécu quotidien, les us et les coutumes, le mode de vie d'un certain Maroc.

  • Entre 1902 et 1909, de nombreux hommes quittent la région du Sud-Est de l'Espagne, en perte de vitesse économique, pour aller s'embaucher une saison de plus en Afrique du Nord. On les baptise les golondrinas (hirondelles). Pendant leur absence, les femmes restent au pays, délibérément actrices de leur vie. Retraçant le parcours de sa famille à travers quatre générations, l'auteur nous raconte le nomadisme viscéral des hommes qui tissent un nid qu'ils n'habitent pas et qui émigrent loin et longtemps.

  • Veronica Franco fut la plus célèbre courtisane de Venise. Issue d'une famille bourgeoise déchue, elle réussit à se hisser au niveau des cercles politiques et académiques les plus huppés. Elle fut ensuite réduite à la plus grande pauvreté par le clan adverse. Elle exprima dans un recueil son combat contre la domination masculine et patricienne, et consacra ses dernières années à la fondation d'un hospice destiné aux prostituées. Dans ce récit, la fiction se mêle aux éléments historiques.

  • Un rendez-vous auquel Benoît et Elsa se rendent le coeur en fête, le sourire aux lèvres, l'espoir aux yeux. Un rendez-vous d'amour. Suspense et tendresse pour ce polar alerte dont l'action se déroule de Marseille à Valence.

  • "Jean regarde le char arrêté devant eux. C'est le plus richement décoré, la foule ne ménage pas son admiration, des cris fusent devant ce somptueux décor de carnaval qui surpasse les précédents. Jean est séduit lui aussi, son regard est attiré par la beauté des naïades presques nues qui ondulent au rythme de la musique...(...) pour Jean qui s'est jeté dans cette improbable aventure, entraîné de son hameau corrézien jusqu'çà l'archipel du Cap vert, le dévouement survient dans l'exubérance du Carnaval de Mindelo.""

  • Naïma, une jeune fille d'un quartier misérable d'Alexandrie, possède une voix prestigieuse. Un vieil homme, en traversant les rues de ce vieux quartier, est fasciné par cette voix. Une amitié naît entre le vieil homme et la jeune fille. Il lui fera découvrir les trésors de la chanson égyptienne sur son vieux gramophone et l'incitera à travailler sa voix. Au Caire, dans un cabaret de renom, elle fera ses premières armes.

  • Du sommet des Alpes à ceux de l'Himalaya, ce recueil de nouvelles, décidément haut perchées, se trouve traversé par la neige qui souffle en tempête tandis que résonne au loin le hurlement des loups. Souvent loufoques mais parfois tragiques, comme celle évoquant deux institutrices affrontant la tourmente de neige lors de la rentrée des classes, ces nouvelles nous proposent une galerie de personnages pittoresques avec surtout de beaux portraits de femmes, cocasses, émouvants ou mélancoliques. Une aventure sur les sommets, réjouissante et salutaire.

  • La précarité de l'emploi, la déshumanisation du travail et le stress favorisent la perte de l'estime de soi et l'émergence de nouvelles maladies professionnelles comme la dépression. La créativité, l'humour et l'attachement à certaines valeurs (solidarité, entraide, partage) ne seraient-il pas un rempart à la morosité ? Entre fiction et témoignage ces nouvelles donnent un visage au monde du travail.

  • 2026. Dans un contexte géopolitique plus que jamais enclin à un individualisme forcené et au renfermement sur soi, Dounia se lance à la recherche de son scompagnon soudainement disparu. A chaque étape, elle en apprend un peu plus sur son silencieux compagnon. Et sur elle-même. Mais à quel prix?

empty