Sciences humaines & sociales

  • Quel bilan tirer de la journée qui vient de s'écouler ? A-t-elle été aussi bonne qu'on le pensait ? Comment ne plus répéter le lendemain les erreurs du jour ? A-t-on mis tous les atouts de son côté pour atteindre ses objectifs ? N'avons-nous pas gâché des chances et des occasions par notre attitude ou par manque de recul, et, si oui, comment y remédier ?
    Petite philosophie du soir rassemble des conseils et des petites stratégies à méditer au terme de la journée afin de passer en revue nos actes, ceux que l'on a réussis et ceux que l'on a ratés, et d'en tirer des leçons pour l'avenir. Car tout ce qui nous arrive « a un sens et est utile », rappellent les stoïciens. Et quel meilleur moment que le soir pour réfléchir, faire le bilan des heures qui viennent de s'écouler et prendre des résolutions toutes simples pour l'avenir ?
    Conseils, résolutions, exercices pratiques, petites phrases à méditer, Petite philosophie du soir recèle 365 pensées (une par soir !) qui, si elles sont appliquées, assurent une existence plus sereine et plus épanouie. Un livre tonique et positif !
    Catherine Rambert est l'auteur de Petite Philosophie du matin et du Livre de la sérénité (Editions 1). Elle est également journaliste et scénariste.

  • Une introduction aussi bien à la montagne qu'à la culture et à la spiritualité chinoises, accompagnée d'une sélection de quelques superbes peintures taoistes peu connues du public, par un amoureux du sujet et de la Chine. Un ouvrage sur un sujet qui n'avait jamais été traité. Un apport dans la connaissance de la culture orientale. Avec une préface de Rémi Mathieu.

  • On ne présente plus Saddam Hussein, pourtant le connaît-on vraiment ?
    Aucun livre n'a été publié récemment sur le dictateur irakien, au pouvoir depuis 25 ans. Depuis 1980 le peuple irakien est directement victime de Saddam Hussein et de l'embargo imposé par l'ONU. Ce pays riche jadis est revenu à un niveau de grande pauvreté pour une population et une jeune génération totalement déstructurées par le pouvoir. La tyrannie du raïs la rend otage de ce régime sanguinaire.
    Pour les Américains et les autres états d'Occident, les sanctions devaient devenir insupportables pour le peuple sur lequel on misait pour renverser le dictateur. Il n'en a rien été tant le pouvoir exerce son contrôle sans faille sur tous les rouages du pays, sur toute la population.
    La famille, la tribu, le parti, les alliances communautaires... voici quelques éléments grâce auxquels Saddam Hussein se maintient en place usant d'une violence permanente, au milieu d'une piètre opposition locale non déclarée ouvertement, des chiites au sud, des Kurdes au nord, des rivalités, des velléités indépendantistes de cette mosaïque communautaire qui constitue l'Irak. Quelques soient les plans américains, la capacité de nuisance du pouvoir irakien est plus importante qu'on ne le présume, l'opposition inexistante.
    Jusqu'où le dictateur entêté de Bagdad est-il prêt à résister ? Jusqu'où son attitude suicidaire ira-t-elle ? Au moment où les Etats Unis s'apprêtent à donner l'assaut il est essentiel de faire connaître la véritable personnalité de Saddam Hussein par ce portrait total.

  • Peut-on encore se mentir et sacrifier aux tabous lorsque le pays tout entier va mal ? Peut-on refuser de voir, au nom des vieux dogmes et des pieuses certitudes, que la France se « déglingue » jusqu'à risquer de perdre son identité ? Pour Charles Pellegrini, il n'est aucune vérité qu'il faille craindre de dire : la sécurité, la police, la justice, l'éducation, l'État providence, les banlieues, l'immigration... aux questions sans détour de Serge Ferrand, il répond sans esquive. Ancien patron de l'Office Central de Répression du Banditisme, directeur, aujourd'hui, d'une société d'analyse de risques, Charles Pellegrini connaît d'expérience les formes et l'étendue de cette dégradation. Un constat réaliste qui résonne comme un cri d'alarme.

  • Le parcours militaire de cet homme qui a combattu et commandé de 1939 à 1975 sur tous les fronts et toutes les latitudes.

  • Le 6 août 1945, les Américains lançaient leur première bombe atomique sur Hiroshima. Trois mois après la reddition allemande, l'opinion publique occidentale applaudissait à l'écrasement du Japon. Il faut attendre le 23 août pour qu'un premier bilan humain souligne l'horreur de ce qui vient de se passer. Cinquante ans plus tard, à la censure ont succédé la gêne puis l'oubli. Des scientifiques, des politiques, des militaires, par vocation ou par nécessité, n'ont eu de cesse, verbalement au moins, de relativiser la tragédie. Pourtant, elle est absolue. Elle signifie que le XXe siècle aura porté au plus haut et au plus fort la destruction froide, massive et mécanisée de l'homme par l'homme. Et ce à deux reprises, au moins. Au moment où la guerre, la vraie, renaît en Occident comme une réalité quotidienne et admise, et où les dangers induits par la prolifération des armes de destruction massive n'ont jamais été aussi réels, nous devons nous souvenir d'Hiroshima. Le livre est composé de témoignages, inédits en France, de Japonais rescapés de l'explosion, de parents de victimes décédées des années plus tard sous l'effet des radiations, de photographies prises dans les premières heures après le bombardement, articles et éditoriaux de la presse française en août 1945.

  • De centrales en maisons d'arrêt, de perquisitions en interrogatoires, de parloirs en parloirs, Monique mène, avec ses six enfants, depuis dix ans, la vie d'une femme de détenu. De cette vie, elle raconte tout : les doutes, la solitude, les dialogues difficiles au travers des grilles, les étreintes furtives, les questions des enfants, l'étiquette qu'on porte sur le front. Mais, pour Monique, l'amour est plus fort que la séparation, plus fort que l'opprobre, plus fort que la prison.

  • Depuis 10 ans, les grandes affaires criminelles qui passionnent l'opinion et mobilisent les médias sont, pour l'essentiel, des meurtres familiaux. Pourquoi ces huis clos qui dérapent dans l'horreur et finissent en cours d'assises, exercent-ils sur nous une telle fascination ? Sans doute parce que, derrière la brutalité des faits divers, ils nous permettent de comprendre la part de mystère, de violence et de folie que dissimule toute famille, la part d'ombres qui, depuis les Atrides, hante nos sociétés. En enquêtant sur six affaires criminelles récentes aux quatre coins de la France, Catherine Siguret a reconstitué le puzzle des romans familiaux avec leurs silences, leurs secrets, leur héritage de souffrances et de névroses. Aidée par le Professeur Michel Bénézech, elle montre comment, faute de paroles ou d'espoir, l'amour se change en haine et la haine en bain de sang.

  • La très médiatique liaison entre Monica Lewinsky et Bill Clinton, les nombreuses maîtresses de François Mitterand, le sulfureux et mystérieux rapport entre les frères Kennedy et Marilyn Monroe, la passion d'Hitler pour Eva Braun : autant d'affaires qui concernent la vie privée des hommes d'Etat, mais qui, ayant des répercussions directes ou indirectes sur leurs actions et leurs décisions politiques, ont pu modifier le cours de l'Histoire. Sans voyeurisme, dévoilant des anecdotes, détails et épisodes rocambolesques, Patrick Girard nous révèle la face cachée des grands de ce monde, lorsque la petite histoire rejoint l'Histoire.
    Un ministre de Vichy, partisan de l'ordre moral et amateur... d'éphèbes ; Mao, le Grand Timonier, ardent consommateur de chair fraîche ; Staline, le Petit Père des peuples, en proie à des difficultés amoureuses ; Clemenceau, le tombeur de ministères... et de jolies Américaines ; le démêlés de Nelson Mandela avec sa harpie de femme... Patrick Girard nous brosse un panorama original de l'histoire du XXe siècle, vu à travers le prisme des passions amoureuses. Une manière singulière de découvrir ces grands hommes qui nous gouvernent.
    Né en 1950, Patrick Girard, historien, journaliste, ancien attaché de recherches au CNRS, a été rédacteur en chef adjoint à Jeune Afrique et conseiller de la direction de Globe Hebdo. Il est actuellement éditorialiste à L'Evénement et a publié plusieurs ouvrages historiques.

  • Vivre en accord avec soi-même, être calme, apprendre à relativiser, chercher le bonheur en toute chose... au fil des textes rassemblés dans ce livre on découvre que la sérénité est une quête intemporelle.
    Depuis l'Antiquité jusqu'à nos jours, les penseurs et les philosophes n'ont cessé de réfléchir à son propos.
    Dans la sagesse chinoise, la sérénité découle d'une existence simple, en conformité avec la nature. Chez les Stoïciens grecs, elle passe par le renoncement et l'acceptation des choses. Les Epicuriens la lient davantage à la douceur de vivre et au plaisir.
    Au XVIIIe siècle, Madame du Châtelet l'associait à la connaissance de soi, tandis qu'au XIXe, Rilke affirmait qu'il fallait la chercher dans la solitude... Autant de préceptes philosophiques que chacun est libre d'appliquer pour devenir plus serein, et plus heureux ?
    Catherine Rambert est l'auteur de plusieurs ouvrages. Elle est également journaliste et scénariste.

  • Comment ne plus se mettre dans tous ses états pour un oui ou pour un non ? Comment créer un univers serein autour de soi et éviter de répéter les mêmes erreurs ? Comment atteindre à coup sûr ses objectifs ?
    Bref, comment être plus calme, plus équilibré et donc plus heureux dans sa vie de tous les jours ?
    Petite philosophie du matin rassemble de petites stratégies quotidiennes destinées à aider chacun d'entre nous à réussir sa vie et à surmonter avec calme et distance les petits tracas de tous les jours.
    Quel meilleur moment en effet que le matin, alors que la journée n'est encore qu'une page vierge, pour prendre de bonnes résolutions et décider qu'elle sera - envers et contre tout - réussie ?
    Conseils, résolutions, exercices pratiques, petites phrases à méditer, voici 365 pensées - une par jour ! - à mettre en application dès le début de la journée pour une existence plus sereine et plus épanouie.
    Un livre chargé d'énergie positive !

  • Petite philosophie de la paix intérieure Catherine Rambert Comment vivre en accord avec soi-même ? Comment accueillir avec plus de sérénité ce qui arrive ? Comment trouver l'harmonie en toutes choses, prendre conscience de sa chance, apprendre à aimer, échanger, partager et goûter à l'essentiel de l'instant ? Au milieu du stress, du bruit et des tracas de la vie quotidienne, il est souvent difficile de prendre du recul et de discerner le bonheur, « ce grand silencieux » comme l'appelait Sénèque.
    Petite philosophie de la paix intérieure rassemble des pensées, des petites phrases à méditer chaque jour afin de revenir sur ses actes, ceux que l'on a réussis et ceux que l'on a ratés, et d'en tirer des leçons pour soi et pour l'avenir. Car tout ce qui arrive « a un sens et est utile » ! Conseils, résolutions, exercices pratiques, voici 365 vérités (une par jour) qui, si elles sont appliquées, peuvent aider à trouver la voie d'une existence plus sereine et plus épanouie. Un livre utile et positif.

  • Atteindre le sommet de la montagne, réaliser ses ambitions, s'accomplir pleinement, réussir sa vie privée et professionnelle, vivre en accord avec soi-même, se dépasser, aller vers les étoiles ...
    qui n'en a jamais révé ?
    Avec ce livre, Petite philosophie pour ceux qui veulent atteindre le sommet de la montagne, Catherine Rambert nous donne les moyens d'accéder à nos desseins. Elle nous rappelle que notre valeur ne s'estime ni à nos dons naturels, ni à notre physique, mais bien à ce que nous saurons faire du potentiel que nous avons tous en nous.
    Petite philosophie pour ceux qui veulent atteindre le sommet de la montagne offre 366 pensées à méditer, une chaque jour, pour nous aider à prendre conscience que cheminer vers les sommets, où le regard que l'on pose sur le quotidien est plus pur qu'ailleurs, c'est déjà offrir un sens nouveau à sa vie.
    Petite philosophie pour ceux qui veulent atteindre le sommet de la montagne : un livre indispensable pour progresser vers notre propre épanouissement.

  • Beni Douala, 20 avril 2001. La mort d'un jeune homme de dix-neuf ans, Massinissa Guermah, dans la brigade de gendarmerie, met le feu aux poudres en Kabylie. Durant plusieurs semaines, les manifestants occupent les rues et défient les forces de l'ordre. Au cri de " Pouvoir assassin ", ils dénoncent l'injustice, le chômage, la misère et revendiquent l'identité berbère dans une Algérie en proie au terrorisme et à la crise sociale.
    Comment est né ce mouvement qui a embrasé la Kabylie pendant deux mois ? Comment les autorités algériennes ont-elles géré la situation, notamment lors de la marche du 14 juin, à Alger, et de sa répression ? Cette enquête menée sur le terrain par deux journalistes algériens fait pour la première fois le récit minutieux des événements et tente de comprendre les raisons d'une révolte qui dépasse la simple cause berbère.
    Shéhérazade Hadid est journaliste. Envoyée spéciale de Canal + et du magazine Elle, elle a réalisé une série de reportages sur la situation en Kabylie.
    Farid Alilat est journaliste au quotidien Le Matin, dont il a été le rédacteur en chef jusqu'en juillet 2000.

  • Cet ouvrage lève le voile sur la véritable histoire de l'extrême gauche trotskiste depuis l'exil de Trotski, en 1929. Six années d'enquête, des centaines de documents, des témoignages inédits pour décrire une incroyable aventure humaine, avec ses drames, ses trahisons, ses coups de théâtre et ses personnages hauts en couleur.
    Ce livre permet enfin de mieux comprendre les divisions du mouvement trotskiste, la façon dont ses membres ont pratiqué l'entrisme, par exemple, en France, au PS, au PC, au PSU, à FO ou encore dans la franc-maçonnerie.
    Frédéric Charpier démontre en quoi les trotskistes, contrairement à certaines idées reçues, ont bien été des acteurs de l'Histoire. Beaucoup ont été arrêtés, torturés, déportés ou fusillés sous l'Occupation, d'autres exécutés par les tueurs de Staline. Déchirés par les querelles internes, ils ont néanmoins participé à tous les combats de l'après-guerre, auprès de Tito et du FLN algérien, à Paris en 1968, dans les guérillas sud-américaines, et sont aujourd'hui à la tête des mouvements antimondialisation. Une histoire inédite du trotskisme qui reprend de manière chronologique tous les épisodes de l'aventure de l'extrême gauche jusqu'à nos jours.
    Frédéric Charpier est né en 1955 en Avignon. Écrivain, auteur de films documentaires, il est actuellement journaliste d'investigation au "Vrai Papier Journal".

  • Comment les islamistes sont-ils parvenus à s'organiser et à constituer une véritable armée dotée de matériel sophistiqué qui, dans certains pays et notamment en Algérie, a failli permettre de prendre le pouvoir ? Comment ont-ils réussi à tisser leur toile en Europe, à organiser des filières, des bureaux et des sites internet ? pourquoi, dès 1995, ont-ils décidé d'exporter la guerre en France ?
    Le noyau dur des groupes armés algériens, constitué par les « afghans » (vétérans de la guerre d'Afghanistan), les démantèlements des réseaux de trafic d'armes, de groupes terroristes en France et dans d'autres pays d'Europe dans les années 1994-1997 et à la veille du Mondial 98, l'itinéraire des chefs et des nombreux cadres militants islamistes algériens, ont révélé les connexions et ramifications entre la nébuleuse islamiste algérienne et celles existant ailleurs dans le monde arabe et islamique, notamment avec les réseaux Ben Laden.
    Il est impossible de comprendre le phénomène, sans connaître les connexions internationales, les circuits de financement, banques islamiques, fondations religieuses, pour la plupart basée en Arabie Saoudite mais aussi à Londres.
    La nébuleuse islamiste algérienne, toutes tendances confondues, n'est qu'une partie d'un gigantesque mouvement international, et l'Algérie marque leur ligne de front pour l'Europe.

  •    À lire la presse féminine, le retour des femmes au foyer constituerait un phénomène de société. De plus en plus de femmes renonceraient à leur carrière pour s'occuper de leurs enfants. Au placard les féministes qui se sont battues pour l'égalité de salaire entre hommes et femmes et la juste répartition des tâches ménagères ! C'en serait fini de ces « working girls » arrivistes prêtes à tout pour la réussite professionnelle et la conquête du pouvoir. Après les « mémères au foyer » version sixties, place à la femme au foyer nouvelle génération : fière de l'être, branchée et heureuse.
       Tout n'est évidemment pas si rose au royaume des femmes au foyer. Si certaines affirment savourer chaque instant passé à la maison et se réjouissent de pouvoir s'impliquer dans l'éducation de leurs enfants, d'autres avouent - non sans culpabiliser - qu'elles ne s'éclatent pas dans leur rôle de mère à plein-temps.
    Entre coups de déprime, frustrations, absence de reconnaissance sociale et incompréhension du mari, les femmes au foyer se rebiffent !

empty