Eres

  • Ce séminaire Problèmes actuels posés à la psychanalyse s'inscrit dans le souci de transmission de Charles Melman. Il pourrait aussi bien s'intituler problèmes posés par la psychanalyse ou encore aux psychanalystes tant ce séminaire reprend des notions fondamentales pour leur formation et qui méritent toujours réflexion. Les questions soulevées ne sont pas limitées au seul champ de la psychanalyse. Elles s'adressent à tous ceux la politique, la science, l'éducation - que la psychanalyse interroge par sa présence dans la cité, d'autant plus qu'elle y est contestée.

  • À l'heure où l'idéologie de la transparence et son injonction normative du « tout dire » semble régir notre société, cet ouvrage vient rappeler les vertus du secret. Petits et grands secrets, singulier ou pluriel, vrai et faux secret, Secret story ou Secret service ? Secret de polichinelle ? Qu'est-ce donc que ce secret qui se conjugue à toutes les modes, à toutes les sauces ? Dit-il le silence, l'intime, la réserve, la discrétion et sous l'apparat du rassurant manteau de la vertu, tranquillise-t-il ? Ou tout au contraire, inquiète-t-il en désignant ce qui est opaque, caché, clandestin, ténébreux, le mensonge sous toutes ses formes, l'usurpation, la dissimulation, le complot ? Ne serait-ce pas un mot très équivoque, désignant en réalité

  • Dans un temps qui est celui du culte de la performance, de la rentabilité, de la marchandisation extrême, le sujet autiste atteste, d'une manière peut-être exemplaire, en étant là sans y être, le " pour rien " de chaque existence, l'inutile et le non-évaluable. C'est pourquoi, il nous interroge - lui qui ne pose aucune question - sur ce qui constitue un monde humanisé, donc un monde tout simplement.
    Cet ouvrage porte son attention, non sur l'autisme comme objet de savoir, mais sur les enfants autistes qui, retirés dans un autre monde, sont des sujets qu'il faut pouvoir comprendre pour dresser quelques passerelles entre eux et nous.

  • L'enjeu de ce volume est actuel : il n'est pas de nous situer dans Lacan pour lutter contre ce qui se rangerait au dehors, mais de savoir comment penser avec Lacan, ce que veut dire habiter cette réflexion, ce que c'est que de s'y situer, comment s'en orienter. Depuis les années 1980, Charles Melman enseigne la psychanalyse. Le texte ici publié prolonge les deux séminaires déjà parus dans cette même collection : Problèmes posés à la psychanalyse (érès, 2009) et Nouvelles études sur l'hystérie (érès, 2010). Chacun de ces volumes recueille la transcription réécrite d'une année de séminaire.

  • Comment faire penser en utilisant délibérément la capacité du rire à déconstruire avec légèreté les fausses évidences et les idées reçues, et de l'appliquer par privilège (mais non exclusivement) aux pratiques sociales et relationnelles ? Dans ses activités de formation, de supervision et d'analyse de la pratique, l'usage de l'histoire drôle fut pour l'auteur un modus operandi constant : ce livre est une tentative pour appliquer à un public plus large cette forme de maïeutique, non sans risque en l'absence de l'échange vivant au sein d'un groupe. Chaque histoire drôle « dans le raccourci et le rire qu'elle entraîne, pousse (le lecteur) à des sauts logiques, déplace les enjeux, et dissout dans le même temps quelque aporie où il s'était fourvoyé » (Georges Gaillard)

  • Seize chapitres de clinique qui ne négligent pas l'actualité sociale et politique. Ce livre devrait éclairer tant les détracteurs de la psychanalyse que ceux qui, étudiants ou praticiens, s'y confrontent quotidiennement. En effet, Charles Melman remet au travail et développe l'apport freudien actualisé par Lacan, au long d'un séminaire qui aborde les questions de toujours en ce qui concerne la cure psychanalytique. Charles Melman est psychanalyste, membre fondateur de l'Association lacanienne internationale.

  • Une étude psychanalytique approfondie des troubles neurologiques de la représentation de soi qui s'appuie sur des observations, illustrées par des autoportraits de patients hémiplégiques. Entre neurologie et psychanalyse, le présent ouvrage est l'oeuvre d'un médecin chercheur dans un service dédié à la réadaptation après hémiplégie par accident vasculaire cérébral. Dans cet espace où la rééducation se base sur une évaluation des capacités et déficits cognitifs de chaque patient, la prise en charge au long cours permet aux réactions narcissiques, aux troubles du schéma corporel et de l'image du corps de déployer toutes leurs facettes.

  • L'auteur, familier du travail en groupe et en institution, s'expose dans sa clinique au quotidien, notamment en décrivant les complexités de certaines situations de psycho-drame, et en propose dans cet ouvrage une élaboration théorique novatrice et rigoureuse. Ce livre développe les voies, initialement ouvertes et laissées en friche par Freud (le clivage du moi, 1937), aperçues par Ferenczi qui s'y abîma : celle d'une autre psychanalyse, que les adolescents, comme les cas difficiles, imposent au psychanalyste d'aujourd'hui. Cette approche prend en compte la sensorialité, les perceptions, comme les éprouvés dans le contretransfert pour donner un accès aux formes primitives demeurées clivées, sinon enkystées, en tous cas hors-champ de la mémoire refoulée, et une chance à leur transformation. Abords pluriels donc, via l'adolescence, le groupe (de psychodrame analytique), la famille et son histoire, le travail de contretransfert enfin dans ses modes les plus primitifs, et notamment dans la position psychique du double narcissique. Membre titulaire honoraire de la Société psychanalytique de Paris, ancien professeur associé des Universités (Paris V), Jean José Baranes a été pendant plus de vingt ans médecin directeur de l'hôpital de jour pour adolescents du centre Étienne-Marcel à Paris.

  • Revitaliser la recherche psychanalytique en mettant à l'épreuve de l'élaboration collective le savoir du psychanalyste toujours à renouveler. Les différents textes, courts, resserrés autour d'une question précise, rendent compte des débats sur les problèmes cruciaux de la psychanalyse contemporaine tant dans leur dimension épistémique que dans leurs conséquences sur la pratique analytique.

empty