FeniXX réédition numérique (Calmann-Lévy)

  • Sourcier sûrement, sorcier peut-être, Jacques Canetti n'a besoin que de son talent pour faire éclore celui des autres. Explorateur infatigable, découvreur impénitent, défricheur perspicace, il a été depuis des décennies le Christophe Colomb de la chanson française, révélant à eux-mêmes les plus grands alors qu'ils étaient encore petits. Conjuguant la foi et l'instinct, Jacques Canetti a fait se lever le soleil sur d'immenses carrières : de la môme Piaf à Georges Brassens, de Charles Trenet à Jacques Brel, de Félix Leclerc à Serge Reggiani, de Robert Lamoureux à Boris Vian... La vie de Jacques Canetti ? La plus belle affiche de music-hall que l'on puisse rêver. Mais derrière les néons de la gloire qui scintillent aux frontons se cache un homme discret, secret, un « jeune homme aimant la musique »...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Je croyais m'en tirer avec le coup du magnétophone, j'aurais vidé mon sac devant l'intellectuel en chaise longue, on aurait recopié mes grinçantes clowneries sur du papier chic... Eh ben non. » Eh ben non, en effet. Bien que selon lui cela soit « vachement douloureux les accouchements d'homme », Guy Bedos a écrit son livre, tout seul, comme un grand. Un livre doux-amer, sucré-salé, triste-drôle, figue-raisin, une vraie « dragée au poivre », en somme. Qui surprendra. Ça a tellement de choses à dire un rigolo ? Mais oui. Ça peut souffrir un rigolo ? Avoir envie de mourir avant d'avoir mission de faire rire ? Mais oui. Oh ! vous savez, ça mord aussi, ces bêtes-là, c'est méchant parfois, mais seulement avec les méchants, alors... Entre pluie et soleil, entre cour et jardin, voici ses femmes et ses copains. Voilà, parmi d'autres plus anonymes, les ennemis qu'il se crée (Guy Lux, Jean Cau) et les amis qu'il se choisit (Simone Signoret, Jean-Paul Belmondo, Jean-Loup Dabadie). « Oui, dit Guy Bedos, je suis cet animal inconsolable et gai. Mais je ne demande qu'à être consolé. » Son livre est à son image, tendre et caustique, « mélancomique ».

  • Il est drôle, on ne va pas, en plus, lui demander d'être gai ! Guy Bedos le plus « mélancomique » des amuseurs français trouve, en effet, que faire rire ses contemporains est, de nos jours, une entreprise de plus en plus folle, de plus en plus téméraire. Il s'y risque cependant et conserve à ce jeu, l'affection et la fidélité d'un public nombreux qui sait déceler, sous ses flèches de féroce allégresse, des marques constantes de pudeur et de tendresse. C'est le même public qui a fait le succès de Je craque... (250 000 exemplaires vendus) publié en 1976. Guy Bedos y révélait sa capacité à dépasser le constat-sprint qu'est le sketch pour gagner la course de fond (et de forme) que représente un « vrai » livre. Ayant perdu l'innocence heureuse de l'auteur néophyte, mais ayant gagné la liberté lucide d'un écrivain confirmé, Guy Bedos récidive. Ce n'est pas un hasard, c'est une nécessité. Rien ne va mieux autour de lui, autour de nous. Il n'est que temps d'exorciser la peur. Contre elle, une seule arme absolue : l'amour. En attendant la bombe (et en griffant au passage quelques « grands » de rencontre), Guy Bedos parle donc de ceux qu'il aime, sa femme, ses enfants, ses amis. Quoi de plus agaçant que le bonheur des autres ? Rien, sauf lorsque Guy Bedos parle du sien. En attendant la bombe : un hymne à la vie pour éloigner la mort. On est souvent ému, mais - chassez le naturel - on rit beaucoup. Aussi.

empty