Langue française

  • L'Islam est-il compatible avec les crimes abominables des islamistes ? Qu'est-ce qui a pu conduire des musulmans à commettre de pareilles atrocités ? Pourquoi Saddam Hussein a-t-il envahi le Koweït ? Quelles ont été les conséquences de la guerre du Golfe sur les pays arabes et sur leurs relations avec l'Occident, et notamment avec la France ? Comment le monde arabe aborde-t-il le XXIe siècle ? Quel poids peut-il avoir dans la mondialisation ? C'est à toutes ces questions, capitales pour comprendre ce qui se passe aujourd'hui dans les pays du Maghreb et du Proche Orient, que répond Chedli Klibi, Secrétaire général de la Ligue arabe au moment où le Koweït est envahi, et ancien ministre d'Habib Bourguiba. Interrogé par Geneviève Moll, rédactrice en chef à France 2, Chedli Klibi analyse en profondeur les dérapages de sociétés marquées par la colonisation, les erreurs stratégiques de certains gouvernements, la corruption, la dépossession des valeurs fondamentales d'une religion de tolérance et d'ouverture, la paupérisation, la responsabilité d'Israël dans la radicalisation meurtrière de certaines factions de ces sociétés. Cet humaniste à la double culture, formé à la philosophie en Occident, agrégé d'arabe, nous donne à voir, sans concession, le monde sous l'angle, rarement observé, de l'acteur politique du Tiers monde agissant au milieu des chausse-trapes de la civilisation dominante.

  • Savez-vous qu'un index pointé vers vous, même avec un grand sourire, est destiné à vous confondre ? Que quelqu'un caressant sa joue ou sa bouche se trouve en rupture d'équilibre intérieur ? Ce livre nous entraîne dans les dédales peu connus de la communication. Celle de la démarche, des attitudes, des gestes, de la mimique du visage. Il nous montre page à page comment nous nous révélons avec plus de profondeur, plus de vérité, dans ce langage sans mots. Dans un domaine où les écrits sont rares, il nous fait découvrir, pour la première fois assemblés et analysés, ces messages silencieux de notre corps, pour lesquels l'auteur a d'ailleurs inventé un mot : la gestuologie. Cet ouvrage pratique explique comment améliorer notre communication en maîtrisant mieux notre comportement. Mais c'est aussi un guide pour tous les professionnels de la communication : animateurs de groupe, formateurs, responsables de relations publiques, journalistes de la presse écrite comme de la télévision ; en un mot, tous ceux qui exercent un métier de contact. Chapitre après chapitre, il élabore une méthode pour apprendre à décoder les intentions secrètes de celui qui nous parle : chacun pourra s'y entraîner devant le petit écran, en observant les hommes politiques. L'auteur, psychologue et consultant, livre ici le fruit de sa longue expérience sur le terrain de la communication. Dans un langage simple et clair, soutenu par de nombreux croquis, il nous fait partager son credo : "Laisse-moi voir ta gestuologie et je te dirai ce que tu penses."

  • Ce livre d'images tente, autant que faire se peut, de comprendre le personnage et de dire le roman.

  • « Les esquimaux ont une légende à propos du caribou et du loup : les deux animaux ne font qu'un. Le caribou nourrit le loup mais le loup permet au caribou de rester fort. Ainsi en est-il des êtres. Certains vous rendent forts alors que d'autres vous obligent à être doux. Il y a ceux qui vous protègent et ceux qui vous apprennent à vous protéger vous-même (...) Ce qu'il faut savoir c'est si vous vous battez pour la vie, ou contre elle ». « Quelles armes vous protègent le mieux à travers les péripéties de la vie ? Je dirais qu'il n'y en a aucune. Le jour où vous aurez abaissé vos défenses, vos craintes, vos boucliers, le jour où vous vous inquiéterez d'épanouir l'autre en face de vous, de le faire se sentir bien en votre présence, ce jour-là, vous serez vraiment en sécurité (...) S'arranger pour que les autres vous fassent confiance est la meilleure des protections » L'art d'aimer l'homme ou la femme de sa vie comme l'on aime et l'on sert son meilleur ami, voilà ce qu'enseigne avec finesse, humour et sage fantaisie cette musicienne des mots, cette pianiste du coeur, Merle Shain.

  • Prisonnier d'un « camp de rééducation », un médecin vietnamien communique au monde libre un manuscrit. Son testament. Il veut léguer son savoir à la France, elle qui lui a inculqué christianisme - « la forme supérieure du Tao » -, humanisme et rationalisme. Enfant du mariage de cette culture d'Occident et de la Connaissance chinoise, il se sent abandonné. En nous rappelant les richesses du patrimoine de sa patrie d'origine, il justifie le seul dénouement possible de ses contradictions : la symbiose de ces deux cultures. Sous forme de récit historique, cet ouvrage est une parabole sur le pouvoir et un essai sur la médecine. Trois mille ans avant notre ère, le Premier Empereur règne depuis trois cents ans. « Soigner, c'est gouverner », aussi, c'est lui qui rédigera le premier traité d'acupuncture, le Nei King. Reprenant ces vieux mythes, l'auteur nous plongera dans cette Chine légendaire où son héros, le médecin Khi Pâ, Grand Officier de l'Empereur, traque un redoutable ministre masqué qui s'empare des résultats de ses recherches pour légitimer de sanglantes répressions... Il met en relief la solitude du pouvoir, le côté kafkaïen de l'absolutisme, en même temps qu'il dresse une apologie des concepts de la médecine chinoise. En particulier, la supériorité des techniques du massage selon les méridiens de l'acupuncture est établie, ainsi que l'antériorité historique des découvertes récentes en anatomie ou dans le domaine des anesthésiants.

  • À l'aube du XVIe siècle, Venise trône, souveraine et redoutée, sur la lagune, et ses navires monnayent à prix d'or les trésors de l'Orient : la soie, l'ambre, les perles, les épices. Fils d'une famille patricienne riche et considérée, Girolamo Manni est un enfant chéri des dieux. Sa prestance, ses exploits, son charme lui valent les faveurs d'une célèbre courtisane : la Fosca. Mais Venise est en péril. Une ligue se forme contre la Cité des Doges. Padoue est assiégée par les Français. Girolamo est envoyé à Castelnuovo, dans le Frioul, et assailli par l'un des meilleurs capitaines de François Ier : le seigneur de la Palice. Vaincu, emprisonné par des pillards dans un cachot, dévoré par la fièvre et la vermine, Girolamo s'apprête à mourir. Sauvé par une crue providentielle de la Piave, il parvient à s'évader, gagne Trévise dévastée et fait voeu devant l'autel de la Vierge de consacrer sa vie à la défense des orphelins. De retour à Venise, il transforme son palais en asile et recueille les enfants perdus. Mais, à nouveau, Venise est menacée : par la peste... Errant sur les routes avec ses compagnons, Girolamo n'en a pas fini avec sa vie d'aventure. Les années passent. Ses disciples essaiment à travers l'Italie. Quand il meurt d'épuisement, il laisse derrière lui une oeuvre considérable, il est l'objet d'un véritable culte populaire. Canonisé en 1767, il devient grâce à Pie XI, en 1928, le saint Patron des orphelins et de la jeunesse en péril. C'est la destinée de cet homme hors du commun dans une Italie somptueuse et déchirée que nous conte avec brio Suzanne Chantal. Les royaumes s'effondrent, les limites du monde connu ne cessent de reculer, la Chrétienté est ébranlée par les secousses de la Réforme, l'Inquisition aveuglée multiplie des persécutions jusque dans Venise où naît le premier « ghetto » du monde. C'est dans ce siècle grandiose et désastreux que Girolamo, à mi-chemin de saint François d'Assise et de saint Vincent de Paul, oppose à la haine et à l'orgueil la force et l'amour.

  • Pourquoi sommes-nous effrayés par notre propre vulnérabilité ? Pourquoi éprouvons-nous le besoin de nous camoufler derrière une lourde armure de préjugés ? Pourquoi, quand l'amour nous est offert, demeurons-nous, toujours et encore, seuls et perdus ? En amitié comme en amour, plus qu'aucune autre chose, ce qui affecte notre relation aux autres réside en nous-mêmes, dans l'image que nous nous faisons de nous-mêmes. « Bien trop souvent, écrit Merle Shain, nous sommes nos plus mauvais amis, les assassins de nos plus beaux rêves. » Merle Shain n'encourage pas à la résignation. À travers des paraboles et des anecdotes, dans une langue poétique, mais simple et directe, elle nous apprend comment devenir plus forts pour demander plus à la vie.

  • La Haine du corps est l'une des clés de la civilisation occidentale. Elle n'avait jamais été dévoilée et, selon Marc-Alain Descamps, l'on ne peut rien comprendre sans elle à notre histoire. Platon l'a reçue de l'Iran, puis l'a transmise à Paul de Torse ; Descartes l'a reprise. Elle a inspiré successivement le Manichéisme, le mouvement Cathare, l'épidémie des Flagellants, la Préciosité, le Jansénisme, le Puritanisme, le Dolorisme... Le corps toujours a été accusé de tous les maux et de toutes les turpitudes. On ne trouve pas, ce livre le démontre, un mot en faveur du corps avant le XXe siècle, en dehors de l'Orient. En se plaçant du point de vue de la psycho-histoire, l'auteur va nous dire pourquoi. Pour lui, la réconciliation avec le corps va de pair avec la libération des femmes, l'écologie, la défense de la nature, des animaux, du tiers monde, la conscience planétaire, le mouvement Transpersonnel...

  • Adrienne enseigne le français dans une institution religieuse à Poitiers. Elle vit en sourdine. Derrière ses lunettes se cache un regard troublant. Son chignon enferme un flot de chevelure soyeuse. Ses talons plats et ses robes sages dissimulent mal un corps somptueux à la démarche dansante. Qu'est-ce qui amène Cyril Wilson, grand producteur américain, à la remarquer devant la pension de famille où elle vit ? À la suivre et à lui proposer le rôle vedette dans son prochain film ? Nul ne sait. Cyril Wilson en tout cas ne laisse rien au hasard. Le contrat qu'il fait signer à Adrienne pour qu'elle devienne, le temps d'un film, Bérénice, n'est pas de ceux qu'on peut refuser. Il lui permet de quitter sans regret son collège, de s'envoler pour Tel Aviv avec une nouvelle et luxueuse garde-robe. Là, sur le plateau de tournage, commencent à se produire d'étranges phénomènes. Adrienne devient Bérénice. Il s'instaure entre elle et Titus, entre elle et son frère Agrippa, d'étranges relations, tissées de cruauté, de passion, de luttes avides pour le pouvoir. Où est le songe ? Où est le réel ? Comment la douce Adrienne a-t-elle pu se transformer en cette voluptueuse, insatiable amante, passant sans scrupule des bras de Titus à ceux de son frère Agrippa ? Comment le jeune fils de famille italien, venu « faire du cinéma » pour éponger ses dettes, se prend-il au jeu de Bérénice et de Titus, au point d'en perdre le boire et le manger ? C'est ce que Marion Vandal nous fait découvrir, parvenant, malgré la célébrité des personnages qu'elle évoque, à nous manoeuvrer de surprises en surprises. Nous sortons de ce roman éblouis par la profusion des images, des couleurs et des parfums de ces lieux. Fascinés par l'étrange pouvoir du cerveau humain, capable de se reporter des siècles en arrière, de revivre littéralement des événements passés, sans les avoir connus, ni appris.

  • De l'homme-enfant à Superman, du coeur d'artichaut au Don Juan patenté, du faux cynique au vrai timide, du célibataire endurci au multidivorcé ou du libertin convaincu à l'amoureux transi, l'homme est à la fois multiple et unique en son genre. Mais, surtout... indispensable au bonheur des femmes. Il s'agit donc pour elles de le choisir, puis de réussir leur O.P.A. sentimentale. Alors comment dénicher l'oiseau rare et l'apprivoiser dans un monde où les règles du jeu de la séduction évoluent sans cesse ? Ce Guide pratique propose aux femmes un véritable mode d'emploi amoureux selon l'homme choisi et l'objectif poursuivi : un soir, une nuit ou... la vie. Une approche pragmatique de la vie amoureuse devrait permettre aux femmes d'utiliser au mieux leurs ressources sans jamais tuer le romantisme. L'auteur, une jeune femme moderne, dynamique, livre aux femmes tous les secrets du bonheur à deux dans les années quatre-vingt-dix !

  • Une promenade historique et littéraire parmi les sites les plus prestigieux et les plus anciens de la capitale.

  • Qu'est-ce que « l'âme » ? Conservons-nous une forme matérielle dans l'au-delà ? Quelle partie de nous meurt, quelle partie de nous survit ? À travers les témoignages apportés à différentes époques, par des philosophes, des mystiques, des écrivains, sur le spiritisme, l'occultisme, l'évocation des esprits, la communication avec les disparus, les fantômes, les visions, les hallucinations, les transes, les extases, Jean Dauven approche les grandes questions qu'à un moment ou à un autre, nous sommes appelés à nous poser. Certaines explications offertes par la biologie, la physique, la recherche scientifique en général, nous aident à y voir clair. En outre, en étudiant le sillage lumineux, sur les deux rives, de génies inspirés qui ont manifestement connu des états de conscience supérieurs (qu'ils aient été ou non en rapport avec des « esprits »), tout un pan de leur connaissance nous est révélé. Grâce à un découpage précis, un style percutant, Jean Dauven nous permet d'accéder aux portes de cette « Autre Dimension ». À nous de les ouvrir ou, au contraire, après l'avoir effleurée, de méditer sur son abord.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • De l'Irlande au Japon, les hommes racontent leurs craintes, leurs rêves, leurs désirs : le roi Arthur et Itô Sôda combattent le même monstre, tandis qu'une vierge bretonne accouche d'un enfant-chat...

  • Essentielles à la vie, souvent bénéfiques et stimulantes, nos émotions prennent parfois des formes gênantes, par exemple la timidité, ou plus handicapantes, comme dans l'angoisse ou la dépression. Comment se débarrasser de nos émotions négatives ? C'est la clef du livre. Il existe pour cela différentes méthodes : la psychanalyse et les psychothérapies émotionnelles, mais aussi les techniques de respiration et de relaxation, les remèdes traditionnels comme les « trucs et astuces » pour lutter contre le trac. Dans un langage simple et clair, Gilles d'Ambra nous permet de mieux comprendre le sens de nos émotions. Il nous montre qu'aimer, travailler, être heureux, c'est d'abord une affaire d'intelligence émotionnelle. Il nous apprend comment retrouver nos bonnes émotions pour profiter à plein de la vie. Il nous donne ainsi les moyens de mieux vivre avec soi et les autres.

  • L'Euro est en marche qui va bouleverser la vie de trois cent cinquante millions d'habitants de la communauté européenne. Pourquoi cette révolution économique sans précédent ? D'où vient l'idée ? Par quelles étapes est-elle passée ? Quels sont les enjeux en cause ? Les obstacles à prévoir ? L'Euro va-t-il déclencher une guerre féroce de la concurrence ? Faciliter la résorption du chômage ? Autant de questions, parmi beaucoup d'autres, auxquelles répond, de façon argumentée et claire, l'un des plus grands spécialistes de l'économie.

  • À la croisée de tous les phénomènes de possession ou d'extase, mais différents d'eux, se situe un processus étrange : la transe. Rupture avec le quotidien superficiel où les mots sont à notre disposition et plongée vers un « dedans » plus archaïque, monde dans lequel le langage n'a plus de prises, la transe autorise la manifestation de ces mystérieux mécanismes issus des profondeurs de notre corps. S'inspirant des expériences du psychiatre brésilien David Akstein, qui utilise la transe comme facteur important dans la thérapie des névroses, le docteur Donnars travaille avec cet outil remarquable qu'il a contribué à parfaire : la transe-terpsichore-thérapie. À la fois psychodrame, sociodrame, autodrame, théodrame, la T.T.T. induit chez tous les participants une entrée dans les états modifiés de conscience. Elle développe ainsi les voies de notre propre initiation personnelle dans l'acceptation du mystère dont nous sommes issus.

empty