Fleuve éditions (réédition numérique FeniXX)

  • Le journalisme mène partout et à tout, mais Jean-Michel Rettig pour sa part n'a récolté dans le métier que malchance, humiliations, quelques mois de bagne au Bangladesh en prime, etc. Lorsqu'il « couvre » en mai 75 la chute de Saigon, envoyé d'une grande agence, les ennuis à nouveau s'amoncellent. Et puis c'est le « scoop » que recherche tout journaliste. Un contact avec la plaque tournante clandestine des « Écoutes » à Saigon. En point d'orgue à ce double, triple jeu répugnant qu'ont mené tous les acteurs de la tragédie sans exception (17 minicassettes enregistrées aussitôt répertoriées en France « PRIORITÉ ROUGE », ultime échelon dans l'ultra-secret). Mais une « Priorité Rouge » politique, c'est invendable dans une agence de presse, juste de la dynamite à se faire sauter. Rettig, qui le comprend trop tard, fonce comme à l'habitude et finira par trouver ce qu'il a bien cherché : un choc en retour qui, de Singapour à Macao en passant par la sanglante ligne annamitique, où l'on recommence à se battre, les enverront, lui et ses deux femmes, début 1976, aux limites d'un monde d'où l'on ne revient jamais.

  • Le journalisme mène partout et à tout, mais Jean-Michel Rettig pour sa part n'a récolté dans le métier que malchance, humiliations, quelques mois de bagne au Bangladesh en prime, etc. Lorsqu'il « couvre » en mai 75 la chute de Saigon, envoyé d'une grande agence, les ennuis à nouveau s'amoncellent. Et puis c'est le « scoop » que recherche tout journaliste. Un contact avec la plaque tournante clandestine des « Écoutes » à Saigon. En point d'orgue à ce double, triple jeu répugnant qu'ont mené tous les acteurs de la tragédie sans exception (17 minicassettes enregistrées aussitôt répertoriées en France « PRIORITÉ ROUGE », ultime échelon dans l'ultra-secret). Mais une « Priorité Rouge » politique, c'est invendable dans une agence de presse, juste de la dynamite à se faire sauter. Rettig, qui le comprend trop tard, fonce comme à l'habitude et finira par trouver ce qu'il a bien cherché : un choc en retour qui, de Singapour à Macao en passant par la sanglante ligne annamitique, où l'on recommence à se battre, les enverront, lui et ses deux femmes, début 1976, aux limites d'un monde d'où l'on ne revient jamais.

  • Rusé, méfiant, organisé, Kostas avait prévu des ennuis possibles, mais ne les avait pas imaginés sous la forme de deux balles mortelles. Ceux qui l'avaient tué n'avaient pas eu le choix. Rien n'était résolu pour eux cependant. Un instant plus tôt, ils pensaient que leur victime était venue récupérer ses documents alors qu'il se munissait simplement d'une arme. Ces documents, ils les voulaient à tout prix. Le Délégué aussi ! La chasse allait commencer, une chasse sans pitié, avec des pièges et des coups défendus, avec également d'innocentes victimes.

  • Rusé, méfiant, organisé, Kostas avait prévu des ennuis possibles, mais ne les avait pas imaginés sous la forme de deux balles mortelles. Ceux qui l'avaient tué n'avaient pas eu le choix. Rien n'était résolu pour eux cependant. Un instant plus tôt, ils pensaient que leur victime était venue récupérer ses documents alors qu'il se munissait simplement d'une arme. Ces documents, ils les voulaient à tout prix. Le Délégué aussi ! La chasse allait commencer, une chasse sans pitié, avec des pièges et des coups défendus, avec également d'innocentes victimes.

  • Margot B. est une fille pauvre, amoureuse d'un pauvre réfugié. L'assassinat de celui-ci par des moyens sophistiqués met en branle, non seulement la police locale, mais aussi la C.I.A. qui dépêche sur place, à Bruxelles, un enquêteur qui n'est pas le premier venu : M. Suzuki. Margot ne comprend pas en quoi son marcheur concerne le Pentagone et la C.I.A. ; elle va de surprise en surprise. Dans l'épreuve, elle a trouvé une amie, la remuante comtesse Baglivi. C'est celle-ci que l'enquêteur de la C.I.A. prend en filature. Qui est-elle ? Pour qui travaille-t-elle ? Fait-elle partie de l'Oustacha, la plus vieille organisation terroriste des Balkans ? Et qui a ressuscité l'Oustacha ? Pour quelle besogne sanglante ? De Bruxelles à Belgrade, en passant par Vienne, M. Suzuki cherche la réponse à ces questions, tandis que les morts s'accumulent sur sa route.

  • Si votre père est un ancien bagnard, prêtre catholique de surcroît et que vous ne l'ayez jamais vu, forcément vous aurez des problèmes. Et si vous rencontrez ce révérend père à Rome sous l'égide de la C.I.A., vous voici embarqué sur une drôle de galère. Vous en apprendrez des choses sur les relations entre le Vatican et le Kremlin, sur le rôle joué par le pape, le K.G.B. et la C.I.A. dans l'élection d'un président des U.S.A. ! Chargé d'une étonnante mission, M. Suzuki navigue parmi les écueils et les pièges, du couvent au bordel, en passant par un palais Renaissance, entre les Monsignori et les Mafiosi, en compagnie d'une belle prostituée. Pris entre deux feux, il sauvera sa peau de la manière la plus imprévue...

  • En pleine tempête, un homme s'enfuit de la base U.S. de Kadena. Quels documents emporte-t-il ? Qui osera se lancer à sa poursuite ? Il semble que l'espion présumé ait réussi à s'embarquer à bord d'un sous-marin soviétique. Et voici qu'un incendie éclate à bord du sous-marin qui se trouve réduit à l'état d'épave. La marine U.S. offre ses services pour sauver l'équipage. Le capitaine russe acceptera-t-il cette aide ? Et l'équipage acceptera-t-il un refus du capitaine ? En attendant, des choses étranges se passent à bord du sous-marin en perdition, où un homme au visage caché sous un masque de plongée sème la terreur... Qui est donc ce mystérieux espion de Kadena ?

  • Dans le sud du Pérou. Un messie, ou soi-disant tel, est arraché à la prison où il est détenu. C'est le Vendredi saint, et on le crucifie. Et le miracle s'accomplit : il ressuscite le jour de Pâques ! Une telle chose est-elle possible de nos jours ? Vingt siècles après Jésus ! Mais le messie groupe autour de lui de plus en plus d'adeptes et ce qu'il prêche, c'est le départ des Américains, ni plus ni moins. Lecomte, alias KB-09, est envoyé sur place pour démêler les fils de cet écheveau tissé avec une habileté diabolique. Et il aura fort à faire pour rétablir la vérité et pour démasquer, non seulement le faux messie, mais encore ceux qui se tenaient derrière lui et le faisaient agir...

  • Vous êtes un mari heureux, un père de famille comblé, vous avez une belle situation dans l'industrie aéronautique U.S. Un coup de fil vous rappelle une vieille dette envers le K.G.B. La trahison ou la mort ! On ne vous laisse pas d'autre choix. Confiez-vous à M. Suzuki. Celui-ci se met à la recherche de votre futur assassin et rencontre une vieille connaissance de la C.I.A. C'est une femme sans complexe, assistée de quelques tueurs, et qui ne fait jamais de cadeaux. L'arme qu'elle a choisie, absolument imparable, est tout à fait dans le vent. Une promenade angoissante à travers un monde d'invisibles se termine par un duel sans merci entre deux super-champions. Du sang, de la volupté, de la mort... Surtout de la volupté !

  • Une mission dont les chances de réussite sont tellement minces que la C.I.A. ne veut même pas engager d'agents « officiels » ! Alors le général Buckler, chef du Service Action, songe à son « agent marginal » préféré, et le gratifie d'un cadeau empoisonné : photos compromettantes, dossier édifiant... En cas de pépin au cours de la mission, tout cela prendrait le chemin de Buenos Aires, et les autorités argentines n'auraient plus à se mettre sous la dent qu'un vulgaire aventurier ! C'est à se demander pourquoi Frank Warden accepte le marché !

  • Vous trouveriez ça normal, vous, qu'un avion, techniquement irréprochable, s'écrase au sol victime d'un accident incompréhensible devant les représentants d'un pays qui est censé en faire son futur avion de combat ? Non ? Eh bien ! le docteur Jefferson, grand patron du S.E.P.T., non plus ! Et c'est pourquoi il délègue à Naples, Jupiter accompagné de Péppino. Seulement voilà, dans une affaire comme celle-là, rien n'est simple ! Il y a les compromissions, les scandales, les « pots-de-vins » aux personnalités (vous en avez entendu parler peut-être) j'en passe et des meilleures ! Ah, j'oubliais, ajoutez de fort jolies filles, des tueurs à gage, un parti extrémiste, et vous comprendrez fort bien dans quel imbroglio sont tombés Jupiter et Péppino ! « By Jove Mr Jupiter ! » quelle drôle de mission.

  • A la fenêtre des trains, quatre inscriptions disent, en quatre langues : Ne pas se pencher au-dehors. Nicht hinauslehnen. Do not lean out of the window. E pericoloso sporgersi. Le français, l'allemand et l'anglais interdisent sans expliquer. L'italien met en garde : « Il est dangereux de se pencher », mais n'interdit rien, Jonathan Kern donc se penche par la fenêtre du train Rome-Venise... et c'est le début d'une étonnante aventure. Est-ce une sorte de conte de fées, une histoire romantique et un peu folle, une série de hasards heureux et de coïncidences miraculeuses ? Ou encore une colossale machination, le énième épisode d'un interminable et sordide feuilleton qui s'intitule « K.G.B. contre C.I.A. » ? Ou bien de tout un peu et le tout à la fois ? En se penchant ainsi à la fenêtre, Kern n'a sans doute jamais été aussi près de... sa chute. Il découvrira pourtant, in extremis, qu'il n'est pas nécessairement dangereux de se pencher au-dehors... pourvu que l'on tombe bien !

  • A l'autre bout du monde, de chaque côté de l'absurde vieille « zone démilitarisée » de Corée où l'on veille depuis 25 ans, deux dictateurs s'affrontent, aussi inconscients et exaltés l'un que l'autre, prêts à en découdre, et que le monde entier crève ! Un soir de froid arctique au large du 38 ème parallèle, le commandant américain Elmer Kuchinsky, le pauvre gros malchanceux Elk, prend la mesure de sa misère et de l'inanité des imbéciles idéologies du Nord et du Sud. Mais c'est trop tard ; la machine le broie, l'a broyé. Torturé, sa femme et sa fille enlevées par un commando nordiste, il n'est plus rien qu'une loque d'homme prête à tout. Il est devenu son propre ennemi.

  • - J'ai découvert un « Kréol », dit Lio. - Aîe ! grimace Aug. Ça ne s'était pas produit depuis longtemps... Tu es sûr ? Tchek hausse les épaules, désigne l'écran qu'il a laissé éclairé : - Ne te gêne pas. Regarde. C'est visible, non ? - Il y a un chromosome supplémentaire, en forme de Y. Tu sais où ils finissent, les Kréols ? - Oui, oui, marmonne sombrement Clerc... Quel sexe ? - Masculin. Un chromosome en X, un autre en Y. - Deux autres en Y, tu veux dire. - Tais-toi ! implore Tchek. Parfois, mon boulot me dégoûte.

  • - De toute façon, poursuivit Montoya, je ne vous ennuierai plus. - Vous partez ? s'enquit son interlocuteur, vaguement surpris. Ce Montoya, se disait-il, était vraiment un curieux personnage ! Il avait disparu pendant près de trois semaines, et il revenait soudain pour lui annoncer que... - Non, rétorqua-t-il. C'est vous qui fermez boutique. Manolo le dévisagea avec des yeux ronds. - Je... ? commença-t-il. Montoya actionnait de nouveau son briquet. Ce n'était pourtant pas pour ranimer la braise de sa cigarette qui, coincée à la commissure de ses lèvres, se consumait régulièrement en dégageant un mince filet de fumée bleutée. - Vous avez raison, se reprit aussitôt Manolo. Il y a bien longtemps que j'ai envie de prendre des vacances...

  • Une exécution capitale, dans un pays d'Afrique en voie de libération, est-ce de la télévision ou de la réalité ? Dans ce pays, qui est la Rhodésie en passe de devenir le Zimbabwe, des intérêts atomiques sont en jeu et la partie politique est serrée entre les Anglais, les Américains et les Russes. Chacun essaye de tromper, d'intoxiquer l'autre, et l'on va très loin dans l'intoxication, jusqu'à la mort, jusqu'en Sibérie en passant par Londres, Washington et Berne. Boulganine mourra d'une balle dans la nuque. Rick Pauwels, l'aviateur belge, en allant se planter sur des bambous acérés. Et Frankie Matthews, Matt, mènera le bal, sans pouvoir toujours maîtriser complètement les événements.

  • En Amazonie, des archéologues américains occupent un temple inca pour s'y livrer à des recherches. Mais, à la vérité, ils n'ont d'archéologues que le nom, car se sont des agents chargés de veiller sur des tonnes d'uranium entreposé dans la chambre secrète du temple. Bien sûr, des indiscrétions ont filtré et des révolutionnaires veulent s'approprier le précieux contenu de la chambre. Lecomte va se trouver précipité dans cette affaire où il devra lutter contre ses ennemis dans un climat extraordinaire, au milieu des Indiens, des autochtones, des missionnaires, et d'un monde étrange où le danger peut surgir à chaque minute.

  • Si on vous amène un savant russe évadé de Sibérie où il travaillait sur le super-ordinateur de l'avenir et que, justement, vous travaillez sur le même super-cerveau, c'est une chance inespérée ! Mais si un second savant russe, également évadé, ex-collègue du précédent, vous affirme que le premier arrivant est un espion du K.G.B., vous commencez à douter de votre chance. Et si le premier Russe vous démontre par A + B que le second est un vulgaire mouchard, vous vous prenez la tête entre les mains... Le détecteur de mensonges ne départage pas les deux évadés ? Alors vous êtes prêt à renoncer à ces précieux concours qui, peut-être, vous donneraient un avantage décisif sur l'U.R.S.S. A ce moment, vous faites appel à un cerveau humain : celui de M. Suzuki. Et l'agent spécial japonais vous tirera d'embarras grâce à son astuce et au prix de quelques péripéties mouvementées...

  • Appeler « rose trémière » un dossier explosif : pas sérieux. Lui donner le nom « vulgaire » de la rose trémière : primerose... c'est ce qui avait été décidé par les cerveaux du Pentagone. En revanche, il n'avait pas été prévu, ni par ces autorités, ni par le Consul Général, encore moins par sa femme, que primerose se promènerait dans Berlin, au printemps. Récupérer primerose ? Le Fauve rassure Jonathan Kern : - C'est d'une simplicité biblique, comme vous allez le voir...

  • L'embargo sur les livraisons d'armes à la Turquie a été voté par le Sénat des États-Unis à la suite de l'affaire de Chypre. Cette décision, qui a déjà eu de sérieuses conséquences, risque d'en provoquer d'autres encore plus graves tant qu'elle ne sera pas rapportée. Afin d'éviter une rupture totale entre les Turcs et les Américains, des pourparlers discrets ont lieu au sujet de futures livraisons d'engins sophistiqués et de l'avenir des bases U.S. dont l'importance stratégique est considérable. Mais le secret peut-il exister de nos jours ? Certainement pas longtemps...

  • Il retourna à la fenêtre respirer un peu d'air. Simple répit. Mais il était conscient maintenant que son état n'allait pas s'aggraver. Il n'en était pas moins à leur merci. Un contre trois, dans l'état où il se trouvait, c'était foutu d'avance. Et, en effet, il ne s'en tira pas, Vladimir Bachkine, officier du K.G.B. Il mourut misérablement à Munich, mais en préparant une vengeance posthume et en rendant un immense service à Frankie Matthews, Matt qui s'était étrangement trouvé associé avec lui pour s'être branché clandestinement sur la même source d'information. Et Matt terminera seul l'affaire en s'engueulant avec le sénateur Ames, après avoir erré entre Washington, Milan, Munich et Pretoria, à la recherche des secrets d'un laser à gaz qui risquait de rompre l'équilibre atomique maintenu à grand-peine entre les superpuissances.

  • Quatre fois le volume de terre remuée à Suez, un continent coupé en deux, une montagne transpercée, deux lacs artificiels, cinq barrages, six écluses, tel est le canal de Panama. C'est aussi une excellente affaire : deux cents millions de dollars par an. Et une position stratégique capitale : la clé du monde, comme disaient déjà les Espagnols, au XVIIe siècle. Autour du canal, les conflits pullulent entre Américains, Panaméens, révolutionnaires, terroristes, Special Forces... et Jonathan Kern qui atterrit au milieu de tout cela avec un mot d'ordre : PAS DE VAGUES ! Kern réussira : il n'y aura pas de vagues dans le canal. Tout au plus quelques vaguelettes... Mais à quel prix !

  • Tout tourne autour de la conférence, à Addis-Abeba, de l'Organisation pour l'Unité Africaine. Si, au vote, une majorité est acquise en faveur de la reconnaissance du Mouvement Populaire de Libération de l'Angola, M.P.L.A. comme gouvernement légitime de l'Angola fraîchement libéré, c'est la main-mise de l'U.R.S.S. sur l'Afrique occidentale. Cette majorité tient à une voix, et cette voix est celle de Mamadou Diouf que le K.G.B. couvre de son aile et que la C.I.A. s'efforce de mettre hors course. D'Athènes à Addis-Abeba, en passant par Kitzbühel et Alger, Frankie Matthews lutte contre Anton Pavlovitch. Une lutte sans merci qui se termine de manière étonnante.

  • « De 1947, date de sa création, à 1961, presque toutes les opérations de la C.I.A. sont des réussites ; de 1961 à aujourd'hui, ce sont presque toutes des échecs ; sans parler de quelques scandales intérieurs, genre Watergate. En gros, quatorze ans de succès et quatorze ans de ratages. On dirait la Bible, les vaches grasses et les vaches maigres, ou les mauvaises passes à la roulette. « Moi, je ne crois ni à la Bible, ni au hasard. Quand je vois une machine qui fonctionnait impeccablement se mettre à avoir pépins sur pépins sans raisons apparentes, je me dis qu'elle a été sabotée et je cherche à savoir comment et par qui... » C'est ainsi que raisonne Luke Beeler, ex-agent de la C.I.A. Et ce raisonnement pourrait le mener loin, très loin, jusqu'à la destruction de la C.I.A. elle-même... si Jonathan Kern n'était rentré de vacances un jour plus tôt que prévu...

empty