Langue française

  • Un athlète cuivré, un regard lourd et immobile, le corps couvert des tatouages rituels des Anh Chi, les "caïds" de l'organisation Binh Xuyen, une association de hors-la-loi établie dans le Rung Sat, immense région de marécages et de forêts inondées, aux portes de Cholon, premier comptoir et coffre-fort du Viêt Nam. Tel était Bay Vien, un aventurier rude et fier, surgi des bas-fonds de la ville chinoise, le colt au poing, pour s'imposer aux grands compradores et aux banquiers. Expert en boxe chinoise, tireur d'élite et grand sabreur de filles, Bay Vien fut successivement recruteur de main-d'oeuvre pour les grandes rizeries, et protecteur de tripots avant de devenir chef de bande et "d'entrer en Révolution". Forçat évadé du terrible bagne de Poulo Condore, il amorcera - après des années de cavale et de clandestinité - une fulgurante et surprenante ascension, qui le placera à l'un des postes clefs de la guerre française au Sud-Viêt Nam. C'est cette aventure hors série que retrace Pierre Darcourt, au terme d'une enquête de plusieurs années. Un livre passionnant, qui reconstitue, dans un style dur et heurté, un aspect caché de la tragédie vietnamienne.

  • L'épopée des aviateurs américains du général Claire Lee Chennault est peut-être la plus grande aventure de ces dernières années. Tout commence en 1937. Le Japon, qui a déjà annexé la Mandchourie, se lance à la conquête de la Chine. Chiang Kai Shek, dont les troupes mal aguerries refluent devant un ennemi puissamment armé, et qui dispose de la maîtrise absolue du ciel, demande l'aide des États-Unis. Mais Washington hésite à défier Tokyo. C'est alors qu'intervient un ancien pilote des forces aériennes américaines, capitaine mis à la retraite pour son non-conformisme en matière de stratégie aérienne. Rameutant ses anciens compagnons, il forme, sous l'autorité directe de Chiang Kai Shek, une escadrille privée de volontaires : 80 pilotes, 150 rampants qui - luttant à un contre dix - affronteront, souvent victorieusement, l'aviation japonaise. Après Pearl Harbor, l'Amérique - à son tour - entre en guerre, et Chennault est réintégré dans l'U.S. Air Force, avec le grade de général. Mais la guerre, qui fait rage dans le Pacifique, ne permet pas aux Américains de venir en aide à leurs alliés chinois. Chennault reste donc seul et face à une redoutable aviation japonaise. Il n'en poursuit pas moins la lutte. Ses vieux avions, aux gueules de tigres peintes sur les fuselages, attaquent sans répit les colonnes japonaises en marche. Jamais celles-ci ne pourront franchir l'Irrawady. L'Inde et la Chine du Sud-Ouest seront sauvées.

empty