Sciences humaines & sociales

  • Cette édition met à jour de la partie « L'Histoire au travail » pour tenir compte des recherches historiques les plus récentes sur la période.
    Cet ouvrage dresse un tableau complet d'un siècle et demi de mutations, lentes ou violentes, souvent dramatiques, qui ont ébranlé le royaume, à l'image de l'affrontement des croyances exacerbé par les deux Réformes (catholique et protestante). Il propose une double lecture : chronologique et thématique.
    Sommaire :
    1. La France de l'Ancien Régime : entre archaïsme et « novelletés » / 2. Renaissances et Réformes / 3. La monarchie, de Charles VIII à Henri II (1483-1559) / 4. Des guerres de Religion au règne d'Henri IV (1565-1610) / 5. Malédictions malthusiennes : le « sombre XVIIe siècle » / 6. Croyances et savoirs au « siècle des saints »  / 7. Les années cardinales (1610-1652) / 8. L'Histoire au travail : l'État absolu revisité par les historiens / Conclusion : France, Angleterre, Espagne le défi européen des monarchies
    Points forts :
    des documents analysés, un glossaire et une chronologie complète
    L'auteur :
    Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud, Joël Cornette est professeur à l'université Paris-VIII-Vincennes-Saint-Denis. Il est l'auteur dans la même collection de Absolutisme et Lumières 1652-1783. Il a reçu, en 2006, le Grand prix d'histoire de l'Académie française et, en 2011, le prix Madeleine Laurain-Portemer de l'Académie des sciences morales et politiques pour l'ensemble de son oeuvre.
     
     

  • «  D'une guerre à l'autre » pourrait résumer la période 1918-1945  : une France victorieuse en 1918 mais hantée par le spectre du déclin et qui assiste à la lente agonie d'une IIIe République, incapable de se reformer et finalement emportée par la débâcle militaire de 1940. Mais ce serait oublier que ces années «  d'entre-deux-guerres  » sont aussi celle d'un intense bouillonnement intellectuel et culturel et portent en elles la renaissance d'un modèle politique et social original qui est encore aujourd'hui, en partie, le nôtre.S'appuyant sur de très nombreux documents et les éléments les plus novateurs de la recherche, ce manuel se veut une synthèse claire et accessible, indispensable aux étudiants en histoire, aux élèves des classes préparatoires et des IEP, aux candidats aux concours de recrutement et aux enseignants.Spécialiste de l'histoire sociale et culturelle de la France contemporaine, Vincent Adoumié est agrégé d'histoire (1987), de géographie (1989), docteur en histoire (1993) et professeur de chaire supérieure en Première supérieure (Khâgne) au lycée Dumont-d'Urville de Toulon.

  • De Philippe Auguste à Louis XII, trois siècles modifient la physionomie de la France. Cette fin du Moyen Âge (1180-1515) apparaît donc pour le royaume comme un second Moyen Âge.
    L'ouvrage aborde aussi bien les transformations de l'exercice du pouvoir que l'évolution économique et sociale et les changements dévotionnels qui caractérisent le second Moyen Âge en France. Sans négliger aucun des thèmes dont l'étude a été renouvelée par la recherche la plus récente, il adopte une présentation chronologique qui rend sa lecture aisée. 
     

  • A l'heure où l'État et ses multiples modes d'intervention sont remis en question, il est peut-être difficile d'imaginer un temps où cet État était confondu avec le pouvoir d'un roi sacré. L'auteur restitue ce long parcours et montre son inscription dans les croyances, les savoirs et les représentations du monde propres à la culture des Temps modernes.

  • Ce volume propose une approche chronologique de cette période charnière de l'histoire nationale, ainsi qu'une analyse des transformations structurelles de la société française.


  • Cet ouvrage, mis à jour des dernières recherches sur le sujet, aborde sur le long terme la formidable croissance des villes au Moyen Âge. Cet essor se caractérise par l'apparition d'une civilisation urbaine originale. Les villes surent, en effet, obtenir leurs libertés, leurs institutions et s'imposer dans la société féodale. Non sans heurts, non sans révoltes.
    C'est en ville que se développe le grand commerce et la production industrielle, provocant l'apparition de classes sociales diversifiées, mêlant anciennes et nouvelles élites des marchands et des hommes d'affaires.
    L'ouvrage montre, de façon claire et synthétique, à quel point les villes furent au Moyen Âge, le laboratoire de la modernité.
    POINTS FORTS
    - À jour des dernières avancées de la recherche en
    />   histoire urbaine
    - Synthèse claire et complète
    - Des documents variés qui éclairent et soutiennent le
      propos
    SOMMAIRE
    Première partie :
    Le renouveau urbain, XIe-XIIIe siècle
    Deuxième partie :
    Villes et pouvoirs, le temps des affrontements (XIVe siècle)
    Troisième partie :
    De nouveaux équilibres (XVe siècle)
    Quatrième partie :
    Les civilisations urbaines
    PUBLIC
    - 1er et 2e cycles d'histoire et de géographie
    - Étudiants préparant les concours de l'enseignement

  • L'histoire de l'Allemagne se confond en grande partie avec celle du saint Empire romain germanique : elle forgea une nation, un État, une civilisation qui lui sont propres. Puis, le rôle de l'empereur s'effaça et les villes contribuèrent à la naissance d'une vie et d'une culture qui s'ajoutèrent à celles de l'Église et de l'aristocratie impériales.
    Pour relater ces siècles brillants, le regard s'est porté essentiellement sur trois grandes phases : celle que domine l'Église au temps des Ottoniens et des Saliens, celle de l'apogée aristocratique sous les Staufen, enfin celle de la civilisation urbaine en prélude à la Renaissance et à la Réforme.
    Sommaire
    I. Le temps des Francs (400-918)
    II. Ottoniens et Saliens (919-1125)
    III. Le temps des Staufen (XIIe- XIIIe siècle)
    IV. La civilisation allemande de la fin du Moyen Âge (1273-1510)

  • Une étude du rôle de l'Etat dans l'économie et la société depuis la Révolution, qui permet d'éclairer la profonde transformation de ses champs de compétences.

  • Hiérarchies sociales, mondes des campagnes et des villes, religions et croyances, déviances exutoires et révoltes, démographie, hiérarchie des apparences et des manières de vivre : pour chacun de ces thèmes, l'auteur offre une introduction à l'étude de la France de l'Ancien Régime.SOMMAIRE :1.Les fondements d'une société : naître, vivre et produire.2. Des privilèges et des hommes : noblesse, clergé, bourgeoisies.3. Un monde majoritaire et dominé : la société rurale.4. Un milieu contrasté : la société urbaine.5. Vivre au quotidien : se nourrir, se loger, se vêtir. 6. La paix sociale : exutoires, dérivatifs et révoltes. 7. Les voies du salut : religions et croyances. 8. Les chemins de la connaissance : lire, écrire, savoir; 

  • Ce volume montre comment l'exploration d'un nouveau monde aboutit à la création des deux nations distinctes et modernes que sont les Etats-Unis et le Canada.

  • Ce livre est une synthèse de l'histoire de notre système scolaire depuis le début du xixe siècle. L'auteur s'intéresse à tous les niveaux d'enseignement de la maternelle à l'université, à toutes les disciplines scolaires et à tous les effets sociaux de l'enseignement.
     
    L'ouvrage met en avant les interrelations qui unissent en permanence l'École et la société globale, de la mainmise de l'Église à la Restauration en passant par la véritable révolution des lois de Jules Ferry jusqu'à la massification de l'enseignement secondaire puis supérieur à partir des années 1960. Il se termine par une étude de la place du système scolaire dans la grave crise que la France connaît aujourd'hui. Sommaire :1re partie : la fin de l'Ancien Régime scolaire (1800-1879)1. État des lieux : deux publics, deux écoles2. Contenus scolaires : rudiments ou humanités3. L'affirmation du professeur et du maître d'école4. Les polémiques sur l'École2e partie : le siècle de Jules Ferry5. La révolution des républicains pédagogues6. L'École primaire de la République7. L'apogée de l'enseignement classique8. Un enseignement supérieur positiviste et malthusien9. L'âge des maîtres10. Un traumatisme sans précédent : l'Occupation et Vichy (1940-1944)3e partie : le temps des turbulences11. La massification des effectifs et ses effets pervers (1960-1990)12. La remise en question des contenus scolaires (1960-1990)13. Le début du déclin de la société enseignante (1960-1990)14. Accélération du déclin et recul de la France dans la compétition internationale (1990-2012) Points forts :- Une synthèse sans équivalent.- Couvre la totalité du système scolaire- Le livre est à jour des recherches les plus récentes L'auteur :Pierre Albertini est professeur en classe de première supérieure au lycée Condorcet à Paris. Il est également l'auteur de La France du xixe siècle dans la collection « Les fondamentaux » (2e édition 2012). Public :- Étudiants en histoire


  • Ce livre traite des espaces sacrés, publics, funéraires et privés... Il présente la façon dont les Grecs (et les Romains) ont aménagé leur environnement, ont traduit dans la pierre leurs valeurs et ont inventé un langage décoratif qui correspondait à leur idéologie.
    De même que l'ouvrage ne néglige aucun aspect de la ville, il ne privilégie aucune époque : l'Athènes d'Auguste et d'Hadrien permet de mieux comprendre celle de Pisistrate et de Périclès ; les temps de déclin ou les destructions, comme celle de Sylla, méritent autant d'attention que les grands programmes monumentaux.
    POINTS FORTS
    - Cet ouvrage sur Athènes antique est à la fois l'histoire
      d'une ville, l'analyse des politiques urbaines et un guide
      des vestiges antiques. - De plus, il contient de nombreux plans originaux, qui
      tiennent compte des derniers acquis de la recherche.
    SOMMAIRE
    Première partie : l'Athènes des origines
    1. Athènes néolithique et mycénienne
    Deuxième Partie : Naissance d'Athènes et naissance d'Athéna
    2. Athènes des siècles obscurs et l'organisation des
        nécropoles
    3. Espaces sacrés et espaces publics
        (VIIIe-VIIe siècle av. J.-C.)
    4. La monumentalisation des espaces
        (VIe siècle av. J.-C.)
    Troisième partie : l'Athènes des démocrates
    5. Athènes modelée par la démocratie (fin VIe-Ve siècle)
    6. Théâtralisation des espaces : monuments et images
    7. Le Pirée (Ve-IVe siècle av. J-C.)
    8. Athènes au IVe siècle : la réaction démocratique
    9. Paysages suburbains du Ve-IVe siècle av. J.-C.
    Quatrième partie : l'Athènes des rois
    10. Athènes et les Diadoques
    11. Athènes et les Attalides
    12. Fin d'un monde
    Cinquième partie : l'Athènes des romains
    13. Athènes sous Auguste et ses successeurs
         (de Tibère à Trajan)
    14. Nouvelle Athènes d'Hadrien
    15. L'Athènes d'Hérode Atticus et de Pausanias
         (jusqu'à la destruction des hérules)
    PUBLIC
    Ce livre s'adresse aux étudiants des premiers et deuxièmes cycles d'histoire, d'histoire de l'art et d'archéologie.

  • En 1939, les empires coloniaux semblaient à leur apogée. 25 ans plus tard, ils ont pratiquement cessé d'exister. Comment expliquer ce phénomène majeur du xxe siècle, les décolonisations des peuples soumis à la domination de l'Europe ?
    Les étapes de ce processus sont examinées ici à la lumière des relations internationales. Les décolonisations ont constitué, en effet, un facteur décisif du passage d'un monde bipolaire, celui de Guerre froide, au monde multipolaire et chaotique contemporain. Elles ont contribué à l'émergence d'un nouvel acteur sur la scène internationale : le tiers monde.
    POINTS FORTS
    - Le seul livre en langue française à traiter l'ensemble des
      décolonisations
    - Nouvelle édition entièrement à jour des recherches
      internationales sur le sujet
    SOMMAIRE
    Première partie : les remises en cause coloniales
      1. L'état des empires en 1939
      2. Les transformations
      3. Les contestations
      4. La Seconde Guerre mondiale et les reculs impériaux
      5. L'internationalisation de la question coloniale
    Seconde partie : les décolonisations européennes
      6. La liquidation des mandats au Moyen-Orient
      7. La fin des indes impériales
      8. Décolonisations et Guerre froide : le tournant des
          années 1950
      9. L'émergence du tiers monde
    10. Décolonisations et relations internationales en Afrique
          du Nord
    11. L'Afrique noire : les années pacifiques
    12. Les regroupements africains
    13. La phase finale des décolonisations africaines
    PUBLICÉtudiants en :
    - Histoire
    - Instituts d'études politiques
    - Classes préparatoires

  • Une histoire qui croise l'étude de l'évolution politique, l'analyse des transformations économiques et sociales, et l'évocation des grandes tendances culturelles.
    SOMMAIRE
    1. Les fondations : la monarchie hispanique des rois catholiques
    2. De l'empire universel à l'empire espagnol
    3. Population et économie au XVIe siècle
    4. La société au Siècle d'or
    5. Le Siècle d'or des arts et de la pensée
    6. La crise du XVIIe siècle
    7. Le Siècle des Lumières en Espagne

  • Pour comprendre ce qu'était la religion dans la France de l'Ancien Régime, il faut d'abord faire un effort de dépaysement intellectuel et psychologique complet. Le religieux, c'est-à-dire la référence à Dieu et à un monde surnaturel, est alors au coeur même des représentations collectives et des consciences individuelles. Il imprègne toute la vie politique, civique et sociale. La religion a défini le temps et l'espace sous la conduite d'un corps spécialisé et hiérarchisé, le clergé, qui est également le premier ordre du royaume. Mais l'histoire a aussi imposé, depuis le XVIe siècle, la présence en France d'une autre forme de christianisme, l'Église réformée protestante. En outre, malgré leur expulsion du royaume à la fin du Moyen Âge, des minorités juives existent localement sur le territoire actuel de notre pays.

  • Des débuts de la presse à nos jours, voici l'histoire des moyens d'information inscrite dans le processus de démocratisation de la vie politique française. Conquête de la liberté, débuts de la grande presse, organisation et fonctionnement de la profession des journalistes, crises et affaires, apparition de la radio, puis de la télévision, rôle des médias pendant la guerre, histoire mouvementée de l'ORTF, difficultés actuelles de la presse et de l'audiovisuel... autant d'évolutions, ou de faits marquants, dont l'analyse est souvent indissociable de l'histoire générale de la France du XIXe au XXe siècle.

  • Après la reddition inconditionnelle du Reich, le 8 mai 1945, le territoire occupé par les armées des pays vainqueurs voit son avenir lié à un antagonisme qui annonce la guerre froide. Alors qu'à l'Ouest s'instaure un État de droit, avec l'entrée en vigueur, le 23 mai 1949, de la Loi fondamentale de la République fédérale allemande, la République démocratique allemande, proclamée en octobre de la même année, trouve sa place dans le bloc de l'Est. Les constitutions des deux pays postulent pourtant chacune, qu'il n'existe qu'un territoire, et un peuple indivisible. Du blocus de Berlin à la construction du Mur, la partition devient rupture des Allemagne, qui vont trouver chacune une identité singulière. De l'année zéro à l'unification, c'est cette histoire, mise en lumière par le contexte international, que l'auteur retrace en trois étapes : l'Allemagne occupée, le temps de la division, puis l'unité en devenir. Le 9 novembre 1989, le mur de Berlin tombe ; quelques mois après, la division de l'Allemagne prend fin. De nouvelles problématiques naissent alors : le Mur a-t-il disparu ou bien existe-t-il toujours dans les têtes ? L'Allemagne unifiée est-elle toujours un géant économique mais un nain politique ?

  • Du XIIIe siècle au XIXe siècle, l'influence croissante de l'écrit sur la culture s'exerce avec de vrais écarts chronologiques, géographiques et sociologiques. Son évolution est retracée selon trois axes majeurs : l'histoire des supports, l'histoire des apprentissages et, enfin, l'histoire des résistances et combats que suscite dans la société la diffusion du savoir. L'écrit s'impose d'abord aux Français par l'intermédiaire de pouvoirs comme l'Église ou l'État. Pour des raisons, non seulement matérielles mais aussi culturelles, la généralisation de l'instruction n'apparaît utile que très progressivement. Le modèle que les élites ont rapidement adopté devient une référence pour ceux qui veulent accéder à une reconnaissance à la fois sociale et culturelle. Mais d'autres niveaux de légitimation, celui que symbolise le certificat d'études par exemple, s'affirment bien plus tardivement. L'écrit fonde-t-il pour autant la culture vivante, celle des représentations, des valeurs et des comportements qui en découlent ? Cette question, essentielle, a sans doute été trop vite tranchée dans un sens affirmatif.

  • Les XIVe et XVe siècles ont vu l'Espagne et le Portugal partir à la conquête de l'or et des épices. Les XVIIe et XVIIIe siècles sont marqués par l'affirmation des Provinces-Unies, de l'Angleterre et de la France sur la scène coloniale, luttant pour le contrôle de nouvelles productions (tabac, sucre, coton, etc.) et de nouveaux territoires (Amérique du nord, Antilles, Indes). Ce partage du monde extra-européen annonce la naissance des empires coloniaux du siècle suivant. Afin de mieux appréhender les bouleversements militaires, économiques mais aussi géographiques ou religieux, la démarche est d'abord chronologique, rythmée par le poids des guerres. L'ouvrage retrace ainsi la place de la marine de guerre et du commerce maritime, des guerres anglo-hollandaises à l'indépendance des États-Unis d'Amérique. Le commerce atlantique, la traite des noirs, les Compagnies des Indes, l'esprit missionnaire, mais aussi la fragilité des liens avec ces colonies, font ensuite l'objet d'études approfondies sur la longue durée. Cartes, schémas, tableaux, textes, glossaire viennent en appui du texte. Ils font du livre un outil indispensable pour les étudiants en histoire et les candidats aux concours d'enseignement.

  • Le Dictionnaire de l'Ancien Régime a pour objectif de présenter de façon simple mais précise la France moderne dans ses aspects politiques, sociaux, culturels, économiques mais aussi artistiques. Le dictionnaire compte au total quelques 900 entrées, de "abbaye" à "volonté générale" en passant par "anoblissement", "Bastille", "pacte de famine", "révocation de l'Edit de Nantes" ou "rococo". Mais il ne s'agit pas d'un dictionnaire au sens restrictif du terme car son principe est de bien différencier les entrées : celles qui nécessitent seulement une définition et celles qui demandent des développements plus conséquents comme "absolutisme", "jansénisme" ou "monnaies" et qui occupent une à deux pages.
    Ce livre est ainsi un intermédiaire entre le simple dictionnaire et l'encyclopédie et permet à l'étudiant de maîtriser le vocabulaire de base mais aussi de bien comprendre les notions essentielles.

  • Le monde des villes dans la France moderne est un ouvrage qui retrace les mutations des villes de France depuis la fin du Moyen-Age jusqu'à l'aube du XIXe siècle. Il présente leur intégration progressive au nouvel ordre monarchique, par-delà les vicissitudes politiques auxquelles elles ont été confrontées (guerres de religion, Fronde). Il met en valeur leur diversité et les formes de prééminence des élites, qui ont su s'adapter aux changements sociaux et assimiler les mutations culturelles majeures, depuis la Renaissance jusqu'aux Lumières.
    POINTS FORTS : - une perspective chronologique, qui met en valeur l'interdépendance des facteurs de mutations de la ville, et qui englobe la période révolutionnaire, charnière entre XVIIIe et XIXe siècles;
    - des exemples nombreux et choisis dans la France entière qui intègrent la dimension des petites villes. - une synthèse complète, revalorisant la place du politique sans négliger l'économie et les questions culturelles;
     - une langue accessible, dans le respect du vocabulaire spécifique;
    SOMMAIRE:
    Première partie : Le monde des bonnes villes au XVIe siècle
    1- Dans un écrin médiéval
    2- La ville renaissante
    3- Les villes à l'épreuve des troubles de religion
    Deuxième partie : Grandeur et misère de la ville classique (XVIIe siècle)
    4- Ville d'élites, ville pieuse
    5- Ombres et lumières de la ville classique
    6- La politique dans la ville
    Troisième partie : Le siècle des mutations urbaines (XVIII siècle)
    7- Essor démographique et développement urbain
    8- Culture et religion au siècle des Lumières
    9- Le roi et les villes : des relations dépassionnées ?
    10- Les villes en révolution
    PUBLIC:
    - premier cycle universitaire (niveau L)
    - second cycle universitaire (niveau M) et concours
    - grand public cultivé

  • Ce volume a pour objet d'explorer deux aspects importants de l'histoire de la France contemporaine mais néanmoins longtemps négligés par les historiens : le sport et, par extension, l'éducation physique.
    Le livre traite de l'émergence depuis la fin du XVIe siècle d'une attention nouvelle à un corps que l'on cherche à renforcer, pour arriver au sport actuel placé au coeur de la société de consommation et miroir des dynamismes et des contradictions de la société française d'aujourd'hui. L'ouvrage insiste aussi sur les moments fondamentaux que furent pour le sport la Belle Epoque, le Front Populaire, le régime de Vichy ou la République gaullienne. Il  se veut enfin une synthèse sélective des travaux universitaires produits depuis 25 ans en France, accompagnée de documents inédits et d'une bibliographie raisonnée.
     
    POINTS FORTS: 
    - Un ouvrage de synthèse qui n'existe pas sur le marché et qui manque aux étudiants et chercheurs en STAPS (Sciences et Techniques des Activités Physiques et Sportives), histoire, géographie et sociologie.
    - Un livre qui présente de manière claire et problématisée plus de trente ans de recherche sur les disciplines sportives, les grandes fédérations, les grands acteurs de Pierre de Coubertin à Zinedine Zidane sans oublier des figures plus controversées telles que Jean Borotra.
    - Un livre d'histoire qui replace le sport et l'éducation physique dans les grandes évolutions politiques, économiques, sociales et culturelles qui ont touché la France depuis le XVIIIe siècle.
    SOMMAIRE:
    1-L'émergence du corps : des jeux traditionnels à la gymnastique nationale (fin XVIIIe siècle-1870)
    2-Gymnastique, sport et nation (1870-1914)
    3-Naissance et essor du sport-spectacle (1903-1938)
    4-Des politiques du sport et du loisir (1936-1944)
    5-Du redressement national aux premiers émois des baby-boomers (1944-1958)
    6-La France gaullienne puis giscardienne : une France compétitive ? (1958-1981)
    7-Vertiges et démocratisation : le sport fin de siècle (1981-1998)
    8-Le sport français entre l'Europe et le Monde (1998-2006)
    PUBLIC :
    - étudiants en STAPS, en histoire, sociologie et géographie (tout au long du cursus, de la première année de licence au doctorat).
    - étudiants en CAPEPS

empty