Imago

  • L'affaire Baudelaire

    Remy Bijaoui

    • Imago
    • 1 Février 2021

    Le 20 août 1857, Charles Baudelaire et ses éditeurs sont condamnés pour « outrage à la morale publique et aux bonnes moeurs » par le tribunal correctionnel de la Seine. En cause, prétendument inspirés par une imagination maladive, six poèmes des Fleurs du Mal jugés indécents, en raison de leur « réalisme grossier » et de « passages ou expressions obscènes ». Il fallut le combat de plusieurs générations de fervents lettrés pour faire annuler le jugement : suite à un arrêt de la Cour de cassation, la réhabilitation du grand poète n'interviendra qu'en 1949 !

  • En septembre 1934, Freud achève L'Homme Moïse, un roman historique, mais il ne le publie pas. En conservant - contrairement à son habitude - ce manuscrit autographe, Freud a probablement souhaité laisser des traces sur l'élaboration complexe de son livre testamentaire sur le monothéisme.
    La version initiale en est ici transcrite pour la première fois, suivie d'une analyse de Thomas Gindele. Édition bilingue.

  • Émile Zola a presque sept ans lorsque son père François meurt dans la force de l'âge. Que sait-il alors de son père ? Presque rien, et sa vie durant, Zola construira l'image d'un homme inventif, et se battra, au coeur même de l'Affaire Dreyfus, pour en réparer la mémoire ternie. Le lien douloureux du fils au père constitue sans doute une des clefs de l'oeuvre du grand romancier.

  • Une Corée ravagée par les guerres, une famille ballottée entre Chinois, Japonais et Mongols. Des aventures de soudards mais aussi de guerrières travesties, et de jeunes filles prêtes à poignarder pour sauver leur honneur...

  • Francesca Biagi-Chai répond à des questions concernant la psychose et sa thérapie. Que sait-on aujourd'hui de ce désordre psychique ? Que nous apprend-il sur notre société et sur nous-mêmes ? Qu'est-ce que l'hospitalisation de jour ? Indissociables dans le traitement de la folie, psychiatrie et psychanalyse ne doivent pas s'exclure l'une l'autre, mais au contraire s'enrichir l'une de l'autre.

  • Les joies et les rires des Gaulois : les plaisirs du banquet, mais aussi ceux du partage et de l'amour, les enchantements qu'offrent la possession de biens précieux, la pratique de l'art ornemental et musical, l'engouement pour la science, la passion de la gloire... sans oublier le culte de la parole. Par un spécialiste de cette civilisation, une vision riche et renouvelée de ces ancêtres méconnus, trop souvent caricaturés.

  • S'appuyant sur un large corpus de traditions populaires - hébraïques, arabes, russes, indiennes, persanes, mongoles, serbes... -, souvent inconnues car dissimulées dans de vieux manuscrits ou des grimoires, Claude Lecouteux retrace avec brio la légende de Salomon, dévoilant ainsi toute l'ampleur mythique du célèbre monarque.

  • Contes et récits de Corée t.3 : truands, musiciens, veuves et fantômes Nouv.

    Ces récits nous plongent dans la vie du peuple tout au long de la dynastie Joseon entre le XVe siècle et le XIXe siècle. Ils nous offrent de nombreux portraits d'excentriques, de révoltés, d'ambitieux sans scrupules et de femmes refusant de se sacrifier.

  • Le présent volume offre une remarquable galerie d'héroïnes dont on imagine sans peine à quel point elles pouvaient faire rêver ces femmes confinées dans les règles d'une société confucéenne ne laissant guère de place aux aventures tumultueuses !

  • Après la bombe d'Hiroshima, les tensions nées de la guerre froide semblent placer chacun devant une alternative : un monde uni ou le néant. En 1948, Garry Davis, ancien pilote américain traumatisé par sa participation aux bombardements des villes allemandes, se déclare « premier citoyen du monde ». Très vite, ses intiatives font sensation et des foules enthousiastes l'acclament. De nombreuses personnalités - tels Einstein, Camus, Breton...- le soutiennent. Michel Auvray fait le récit de ces événements aujourd'hui méconnus et qui firent alors la Une de la presse.

  • Dans la tradition du Midrash, libre commentaire qui accompagne la révélation de la Torah, François Ardeven médite sur de grandes figures bibliques : Job et sa longue plainte, Jonas coupable d'avoir raison, Esther qui pérennise l'exil, et Joseph, plus heureux en Égypte qu'avec les siens.

  • Dans les décennies 1880-1900, au coeur d'un paysage bouleversé par le développement industriel, un pessimisme qualifié de « fin-de-siècle », marqué par la défaite de 1870, puis par les scandales financiers et politiques, domine les esprits. Se déclarer « névrosé » n'est alors nullement péjoratif mais, bien au contraire, à la mode.

  • Un dialogue confiant et amical entre le grand penseur, fondateur de la « psychologie analytique », et son disciple sans nul doute le plus brillant, né à Berlin, réfugié à Tel Aviv dès 1934, et promoteur de l'école jungienne en Israël.

  • S'appuyant sur de nombreux cas cliniques, et tout en recourant à l'anthropologie, Claude Guy montre qu'un fantôme se manifeste parfois à travers nos symptômes, nous ramenant à un accident très ancien dans l'histoire familiale : un drame, une catastrophe, un acte traumatisant qui se transmet depuis des générations, sans que ni victimes ni témoins n'aient rien pu, ou rien voulu en savoir.

  • Le village des Justes

    Emmanuel Deun

    • Imago
    • 17 Octobre 2018

    De 1939 à 1944, inspirés par des hommes de foi, les habitants du Chambon-sur-Lignon - essentiellement protestants - entreprennent de cacher des Juifs, notamment de nombreux enfants, menacés de déportation, et les accueillent dans leurs maisons et dans les fermes alentour. Au-delà du refuge, des hommes et des femmes de bonne volonté leur fournissent, au péril de leur vie, de faux papiers d'identité, des cartes de rationnement, et les aident à passer en Suisse. Grâce à une étonnante conspiration du silence de la population du Plateau Vivarais-Lignon, on estime que trois à quatre mille personnes purent ainsi être sauvées, sous les yeux mêmes des autorités de Vichy et des Allemands.

  • Thérapeutes conjugaux, Harville Hendrix et Helen LaKelly Hunt analysent les multiples causes de l'échec sentimental. Ils nous montrent que rien n'est insurmontable et qu'aucune fatalité ne nous condamne à rester seul.

  • Du Moyen Âge à nos jours, s'appuyant notamment sur les Eddas, les Sagas, les légendes et les traditions populaires, ce dictionnaire nous invite à arpenter des espaces enchantés où foisonnent dieux, fées, elfes, lutins, revenants, nains et géants... Il nous décrit, par exemple, les cultes rendus aux sources et aux arbres, maints rituels magiques, nous conte l'éternelle errance du Chasseur maudit, l'étrange aventure de Peter Schlemihl et de nombreuses autres histoires fabuleuses.

  • Variés et très vivants, les cinq contes qui composent ce recueil sont imprégnés de fantastique, qu'il s'agisse d'un amour avec une femme fantôme, d'un dialogue pied à pied avec le dieu de la Mort, ou d'une fête savoureuse au Palais du Roi Dragon du fond des mers...

  • OEdipe, Héphaïstos, Achille dans la tradition antique, Caïn, Jacob et Lucifer dans la tradition biblique, Mélusine et toute la horde de pédauques et de diables boiteux dans la mémoire populaire..., le pied blessé, déformé ou singulier se retrouve dans nombre de nos récits, de nos mythes et de nos contes. Mais au plan de l'imaginaire, que signifient toutes ces infirmités ?

  • De l'Antiquité à nos jours, s'appuyant sur les mythologies, les contes, les traditions populaires et les romans de chevalerie, Claude Lecouteux met au jour la permanence d'antiques croyances sous une vision plus chrétienne de l'au-delà. Il souligne en outre - et nul ne l'avait établie jusqu'alors - l'étonnante proximité des images venues d'un lointain passé avec les témoignages de ceux qui, lors de comas ou de catalepsies, ont vécu des expériences de mort imminente.

  • Écrit en « françois » mêlé de formes picardes et publiés à Bruges en 1480, Les « Evangiles des quenouilles » ont acquis très vite une grande popularité. Depuis longtemps, ce texte sert de référence à tous les spécialistes du folkore et de l'histoire des mentalités et, pourtant, il n'avait jamais été traduit en français moderne jusqu'à ce jour. Six femmes « sages doctoresses et inventeresses » se réunissent au cours de six veillées pour disserter à tour de rôle sur les maladies, remèdes, recettes, dictons, conseils et interdits de leur vie quotidienne. L'oeuvre anonyme recueille donc un grand nombre de croyances et de superstitions concernant les femmes. Croyances qui ne sont nulllement mortes avec le Moyen Age et dont beaucoup survivent encore dans nos campagnes.

  • Vigne, pomme épineuse, cannabis, armoise, yopo, trompette des anges, ayahuasca, tabac, etc., sont classés, selon les sociétés, comme agents vénéneux, hallucinogènes ou stupéfiants. Des biologistes, ethnobotanistes, ethnopharmacologues, anthropologues, psychologues et philosophes analysent avec ces plantes si particulières.

  • L'histoire se passe en Chine, sous les Ming. Des nobles coréens sont confrontés à tous les drames du pouvoir : conflits entre époux, épouses et maîtresses, rivalités entre frères, serments et trahisons, jeux d'ambition et luttes politiques. Bref, inscrits dans une morale typiquement confucéenne, se retrouvent les affects fondamentaux de l'être humain, la tristesse et la joie, l'amour et la haine, la bienveillance et la jalousie...

  • L'Angola, l'Alaska, la Mandchourie, la Crimée, le Kenya, le Suriname, la Tasmanie, l'Argentine, Madagascar, le Far-West... nombreuses furent les terres de refuge envisagées par les Juifs avant la naissance de l'État d'Israël.
    Dès la fin du XIXe siècle, fuyant la vague des pogroms russes puis, plus tard, les persécutions antisémites en Europe, des Juifs, cherchant à se protéger contre la déferlante de haine, se mirent en quête de lieux d'accueil où ils pourraient vivre librement et en toute sécurité. Au contraire des sionistes, ces territorialistes - pour lesquels la Palestine était inaccessible ou, du moins, ne pouvait être qu'un projet parmi d'autres - parcoururent la planète, étudiant avec attention sols et climats dans l'optique d'installations.
    Soutenues par des intellectuels engagés, financées par de généreux bienfaiteurs - tels les barons de Hirsch et de Rothschild -, des expéditions, composées d'ingénieurs et d'explorateurs, s'aventurèrent, souvent au péril de leur vie, dans les régions les plus inattendues du globe, parvenant parfois à établir des petites communautés qui connaîtront généralement l'extrême misère.
    Dans cet ouvrage novateur, Olivier de Marliave retrace ainsi ces tentatives méconnues ou oubliées, menées par des hommes remarquables, soucieux d'assurer à leur peuple un simple havre de paix, tentatives qui ne prendront fin qu'en 1948.
    Écrivain voyageur, Olivier de Marliave a publié de nombreux ouvrages consacrés à la mythologie populaire et aux enquêtes ethnologiques.

empty