Institut de recherches et d´études sur les mondes arabes et musulmans

  • Marseille et le café ... Une longue histoire que celle de la rencontre du grand port méditerranéen et d'une denrée exotique. Marseille n'avait-elle pas alors quelque droit à voir se tenir chez elle la première journée de rencontre régionale entre spécialistes de différentes disciplines en sciences humaines et praticiens expérimentés. Car ce droit s'appuyant sur les courants commerciaux contemporains, que les statistiques mettent en valeur, se fonde également sur l'Histoire elle-même. Ainsi c'est par l'intermédiaire du port de Marseille que l'introduction du café se fit en France grâce à Jean de la Rocque, négociant, de retour vers 1644 d'un long voyage en "Arabie heureuse".

  • Après le café en Méditerranée, l'huile d'olive... Il nous est particulièrement agréable de présenter cette publication, dernier fruit de la coopération étroite qui unit le Groupement d'intérêt scientifique « Sciences humaines » sur l'aire méditerranéenne, d'Aix-en-Provence, et notre Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille. L'huile, un produit depuis si longtemps intimement lié à la vie de notre cité portuaire qu'on y retrouve encore, sous son appellation ancienne de « Place aux huiles », le lieu spécifique où s'effectuaient les opérations à quai de chargement et de déchargement de ces lourdes futailles. Dans les limites de notre circonscription consulaire, des terroirs renommés pour leurs oliveraies : hier, Aix qui, aux xviie et xviiie siècles, produisait une huile considérée comme la meilleure du royaume ; aujourd'hui, La Fare-les-Oliviers... En ce Palais de la Bourse, lieu privilégié où se forge le destin économique de notre région, où sont débattus les problèmes intéressant les nombreux pays riverains d'une mer unificatrice, il est pour le moins agréable d'accueillir de semblables tables rondes qui font le point des connaissances sur le présent, mais aussi le passé d'un secteur d'activité.

  • Des jardins d'Adonis aux tiroirs des apothicaires et aux boutiques des commerçants, les herbes, drogues et épices ont toujours nourri les rêves et entretenu les comptes. Elles furent l'objet d'une curiosité particulière puis d'un engouement et d'un commerce aussi actif que lucratif ; la cause aussi de grandes rivalités entre marchands. Ainsi les retrouvons-nous dans les livres de commerçants juifs, dans les souks du Caire, dans les entrepôts de Smyrne, dans les cales des clippers américains ou dans les containers du port de Marseille. Mythes et réalités se côtoient dans cet ouvrage comme ils furent toujours liés dans le quotidien à travers les siècles et les continents. Par les aspects économiques mais aussi botaniques, sociaux et culturels de leur histoire, se précise le rôle important qu'ont tenu et que tiennent encore les Herbes, Drogues et Epices dans les sociétés méditerranéennes. L'Institut de Recherches Méditerranéennes d'Aix-en- Provence et la Chambre de Commerce et d'Industrie de Marseille ont entrepris depuis une décennie l'étude des grands produits de consommation tels le café, l'huile d'olive, le sucre, les céréales, qui, malgré leur usage quotidien, restent finalement peu ou mal connus du public.

empty