Jean-Luc PETIT Editions

  • Le 6 octobre 2012 fut publié "Le manifeste de l'auto-édition." (http://www.auto-edition.pro)
    Le 7 octobre 2012 fut donc publié "Le manifeste de l'autopublication."
    Pourquoi ? Il existe des hommes sans scrupules. Il existe des femmes sans scrupules.
    Alors, qui, découvrant (sans forcément le lire) "le manifeste de l'auto-édition" aurait été tenté de prétendre que self-publishing se traduisant autopublication, l'auto-édition représente le passé et l'autopublication l'avenir... On peut naturellement ergoter sur une distinction entre les deux termes, on peut également en sourire...
    Donc il s'agit simplement de bloquer ce titre, qui aurait pu entraîner une confusion dans le lectorat, et même servir à promouvoir les éditeurs 100% numériques sur le dos de l'indépendance !
    Cet ebook, au delà de cette mise au point, reprend donc exactement "Le manifeste de l'auto-édition" commercialisé au même prix.

  • Disponible en papier et numérique.
    Ces 8 kilomètres de la départementale 143 lotoise, j'en connais désormais chaque virage. La toute première fois, je souhaitais y observer les trois dolmens et les trois gariottes présentés dans un « Quercy Recherche » emprunté à la médiathèque de Montcuq. Les indications me permirent de photographier uniquement deux mégalithes (Pech Grillé et Peyre Gagès) et quelques gariottes supplémentaires. C'est en cherchant des informations sur ce dolmen du Bos Garnel (ou Bos d'Agarnel retrouvé sous le nom d'Agranel ou d'Agarnel dans la base des Monuments historiques) que je découvrais l'existence d'autres beaux spécimens : Mas del Dec et Pierre levée.
    Cinq dolmens, des gariottes (le terme cazelles est parfois préféré) et le village de Calvignac : quarante-et-une photos avec des indications précises. L'idéal serait d'effectuer cette découverte en marchant tranquillement...
    Dans le cadre du Projet http://www.france.wf versant http://www.lotois.fr
    Edito
    La route
    La première gariotte... est double...
    Le Dolmen d'Agranel
    Le dolmen de la Pierre-Levée
    Le dolmen du Mas-del-Duc
    Le dolmen de Pech Grillé ou le dolmen du Commun
    Le dolmen de Peyre Gagès
    Continuer jusqu'à Calvignac
    Le lavoir de Calvignac
    Stéphane Ternoise lotois depuis 1995

  • Stéphane Ternoise a presque toujours vécu à la campagne, excepté ses années dans un bureau, Arras, Reims, Douai. Dès qu'il a eu déniché un coin de terre où se poser dans le sud-ouest, il s'est intéressé aux arbres fruitiers, donc naturellement aux pommiers. http://www.pommiers.net témoigne de cet intérêt. Ce livre d'art constitue une fusion entre le versant photographe de sa profession et son aspiration à une vie saine et la plus proche possible de la nature.
    On vous l'a toujours affirmé : la gelée est l'ennemie des pommes !
    Certes, au printemps, mieux vaut que nos pommiers en fleurs en soient épargnés sinon elle peut nous priver de fruits.
    Mais qui n'a jamais mangé de pommes transies par les gelées doit trouver une solution, comme planter des arbres, car ces délices ne se vendent pas dans la grande distribution, pas même, malheureusement, sur les marchés.
    Les pommes se ramassent le plus tôt possible et se sortent des chambres froides jusqu'à la récolte suivante !
    Une pomme cueillie ou ramassée après gelée doit se manger rapidement (sous l'arbre, c'est encore meilleur !) mais elle peut facilement résister à plusieurs vagues de froid matinal.
    Jusqu'en décembre même, ici, dans le sud-ouest, quand les attaques répétées des insectes exigent un dernier passage.
    Non seulement ces dernières pommes sont délicieuses mais elles offrent au photographe l'opportunité de merveilleux clichés... Cette année, la neige fut même au rendez-vous des ultimes survivantes.
    Stéphane Ternoise,
    Lotois depuis 1995.
    Livres d'artistes
    http://www.artlowcost.fr
    Vous pouvez acquérir certains de ces 30 clichés au format originel du photographe, en droit de reproduction privée, exemplaires numérotés et signés, sur http://www.galerie.me

  • Edition revue et actualisée en mars 2014. Disponible en numérique et en papier.
    Stéphane Ternoise, écrivain vraiment indépendant depuis 1991, observateur non subventionné du monde littéraire, essayiste du net, http://www.essayiste.net dénonce une loi de la République, la décortique, (explique son origine) et informe les écrivains sur leurs véritables droits. Ecrivains (ou ayants droit), pour vraiment conserver les droits numériques de vos oeuvres publiées avant 2001, réagissez rapidement. Ecrivains d'aujourd'hui, attention aux contrats que l'on vous propose de signer...
    - Analyse globale de la loi 2012-287 du 1er mars 2012
    - Analyse du texte article par article
    - Un habillage philanthropique, une réalité économique, une incohérence suspecte
    - Le contrat d'édition en 2012
    - Les contrats d'édition sans clause numérique...
    />
    Vous ne lisez pas les interviews des dirigeants du groupe Hachette Livre, vous ne lisez pas les déclarations de monsieur Antoine Gallimard, éditeur et président du Syndicat National de l'Edition, vous ne lisez pas les publications du centre d'analyse stratégique du gouvernement sur l'édition française, vous ne lisez pas les dossiers des lois ni même les lois qui concernent les écrivains... Si vous lisiez leur prose guère littéraire, vous hurleriez sûrement aussi cette alerte "écrivains, réveillez-vous !"
    Comment réagir quand un document d'analyse du gouvernement note "il s'agit tout à la fois de proposer une offre attractive aux lecteurs, de préserver des marges et d'assurer des conditions financières et juridiques en mesure de dissuader les auteurs de se passer de la médiation traditionnelle de leur éditeur " ?
    Les écrivains, si prompts à s'indigner, pétitionner, dénoncer, s'engager, militer, deviennent curieusement silencieux quand il s'agit de leurs rapports aux éditeurs. Début 2012, pourtant, mené par Antoine Gallimard, le Syndicat National de l'Edition a fait fort : les parlementaires lui ont même voté une loi sur mesure, bien emballée en texte destiné à redonner vie aux oeuvres du vingtième siècle, mais instaurant une gestion collective guère favorable aux auteurs !
    Et les écrivains se taisent ! Pourquoi ? Le plus souvent ils ignorent presque tout. Les éditeurs, paternalistes, les ont persuadés qu'ils tiennent encore le secteur, les clés de la réussite, apportent une visibilité inaccessible autrement, un label de qualité...
    Folie que d'oser informer, essayer de briser la facile victoire des grands éditeurs français sur des écrivains fatalistes ? Je n'ai jamais souhaité entrer dans leur système, devenir un pion, même avec la perspective d'un jour arborer les bandeaux "best-seller" ou "prix Goncourt." Depuis 1991, je publie dans un relatif anonymat... et j'étais prêt pour la révolution numérique. Amazon est ainsi un véritable partenaire. Pas étonnant que la société américaine soit la cible privilégiée des installés : son approche offre aux écrivains une perspective de vivre dignement de leurs écrits.
    Alertez les écrivains ! Car cet essai parviendra difficilement aux premières victimes de la loi du 1er mars 2012. Lisez et informez !... Sinon d'autres lois pourraient compléter l'arsenal législatif censé maintenir l'ordre établi, avec des créateurs endormis dans les mains des intermédiaires.

    Autres entrées :
    - Prétendre à l'urgence de numériser les vieux livres indisponibles est un scandale...

    - Que s'est-il passé le 1er février 2011 ?
    - Pourquoi des livres ne sont plus disponibles en papier ?
    - Pourquoi ces 500 000 oeuvres... alors qu'il en existe bien plus d'indisponibles ?
    - Le contrat d'édition (papier)
    - La fausse excuse : contrer le projet Google Books...

  • La France s'honore d'aider les écrivains aussi par la rémunération pour la copie privée et au titre du prêt en bibliothèque.
    Mais les portes du gestionnaire de cette manne financière, de la Société Française des Intérêts des Auteurs de l'écrit (SOFIA), sont fermées aux écrivains indépendants, pourtant professionnels de l'édition, déclarés en profession libérale, auteur-éditeur.
    Pourquoi ? Notre chère notion de justice s'arrête là où débutent les intérêts des installés ? Faut-il tout mettre en oeuvre pour pérenniser un système où l'écrivain laisse 90% du prix d'un livre aux intermédiaires car « l'éditeur fait la littérature » (Aurélie Filippetti, 28 juin 2012) ?
    Le SNE (Syndicat National de l'Edition, officiellement ; alors qu'il s'agit plus du Syndicat National des Editeurs Traditionnels) dirige l'édition en France ? Aucun état d'âme chez les parlementaires ?
    Naturellement, le grand public ignore TOUT de cette cuisine interne au monde de l'édition. La révolution numérique peut permettre un véritable séisme mais depuis des années les écrivains indépendants subissent une organisation peu propice à leur développement.
    L'information peut scandaliser des lectrices et lecteurs ?
    Un petit pavé (un livre court mais précis) sur les belles devantures du monde officiel des lettres... Oui, c'est ainsi, dans la justice et l'équité, que se partage l'argent de la culture.
    Stéphane Ternoise
    http://www.ecrivain.pro
    Créateur http://www.bibliotheque.pro (portail créé pour présenter aux bibliothèques et médiathèques des livres « hors marchés publics »)


  • Un ebook ne doit pas forcément se vendre au prix du livre papier moins quelques pour cent !


    Et même, pour le prix considéré, par certains, trop bas pour atteindre leur seuil de rentabilité, l'éditeur vous propose cinq romans !
    Un acte militant par un éditeur engagé, professionnel de l'indépendance. http://www.editeur.pro
    Cinq romans de Stéphane Ternoise. 846 pages. Une édition revue en mars 2016, avec l'engagement qualité de l'éditeur indépendant.
    Une offre exceptionnelle : fautes réelles découvertes (sous huit jours après l'achat) : un livre numérique offert (à demander sur le site de l'éditeur avec l'envoi des erreurs), l'engagement qualité de l'édition indépendante selon Ternoise.
    - Ils ne sont pas intervenus (le livre des conséquences), le roman le plus personnel de l'écrivain, puisant dans l'enfance les racines de l'écriture. Ce roman existe également sous le titre "Peut-être un roman autobiographique", il est même la meilleure vente numérique versant romans de l'auteur.
    - La Faute à Souchon ? Un roman d'Amour et de show-bizness, avec les Rencontres d'Astaffort comme décor principal et la tentation bouddhiste (
    existe en version numérique sous le titre Le roman du show-biz et de la sagesse).
    - Quand les familles sans toit sont entrées dans les maisons fermées, roman social mais aussi d'Amour.
    - Viré, viré, viré, même viré du Rmi ! ou l'aventure d'un apprenti auteur confronté aux structures administratives d'une France peu soucieuse de littérature...
    - Libertés d'avant l'an 2000, le roman de la Liberté, un terme dont le sens exact reste vague à 20 ans, un slogan de refus... qui peut conduire à bien des impasses...
    L'ebook à la une de http://www.9euros99.net le portail du tarif décent.

  • Jérôme Cahuzac remet le maillot jaune de vainqueur du tour de France 2013 à...
    Sans humour, les organisateurs de cette grande boucle cycliste périraient de désespoir.
    Ce centième tour s'annonçait bien, comme les précédents d'ailleurs, plus blanc que blanc... sans dopage ni affaire. Même la Corse était d'accord ! Et boum. Enfin et boum, façon de causer...
    La veille du départ, Lance Armstrong vraiment mauvais joueur refuse de participer à l'opération sourires et balance « Le Tour de France ? Impossible de gagner sans dopage. » Donc il fallait bien essayer de dédramatiser. Et c'est là que l'option humour, envisagée dès le 4 juin selon nos informations, fut distillée, en off... La meilleure manière de faire le buzz quand on possède de nombreux journalistes dans ses relations. Puisqu'on ne peut jamais croire un cycliste, Jérôme Cahuzac le récompensera ! Non, il ne s'agit pas du "prix Cahuzac" décerné à Fripouille, un hameau de plus en plus visité dans la région Midi-Pyrénées mais bien du maillot jaune...
    Sénecte ( http://www.senecte.net ) observe ainsi avec humour la politique et le sport.
    Présenté sur http://www.commentaire.info versant Jérôme Cahuzac

  • Cet ebook reprend le premier livre papier de l'auteur, publié en 1991.
    De la poésie. L'auteur est le créateur du portail de la poésie, sobrement intitulé http://www.poesie.pro
    Notes de l'auteur :
    J'avais 20 ans. Certes, déjà un peu plus. C'était en 1991. 20 ans plus tard, exactement, il est temps de publier en numérique ce premier livre en papier. Elle se prénommait Angélique. S'il était important de publier pour éviter de sombrer, j'avais bien conscience d'entrer dans une voie, de m'engager dans la littérature, creuser les fondations d'une vie que je voulais dédiée à l'écriture, suivre la pensée profonde venue au CM2, quand l'instituteur se déclara surpris de mon excellente copie, au point de la reconnaître meilleure mais la noter moins bien que celle de l'excellentissime élève de la classe, qu'il ne pouvait quand même pas reléguer derrière le modeste fils d'agriculteur à l'éclat surprenant. "C'est normal, je serai écrivain" pense le timide enfant, fier d'être lu par le maître mais boudeur : j'aurais tellement voulu, rien qu'une fois, être premier en rédaction.
    Je prévenais :
    Ce recueil est vraisemblablement couvert de solécismes, de barbarismes, fautes de français, grammaire... des fautes les plus élémentaires.
    Me considérant incapable de fournir une "oeuvre" sans tare, je préfère vous en avertir chère lectrice, cher lecteur.
    Aurai-je dû attendre, encore apprendre, peut-être. Pas le temps, défilent les ans et "la bête étrange" a osé.
    Publier pour dépersonnaliser les mots, les offrir aux autres afin de ne plus en rester prisonnier, supprimer l'affreuse et pesante tentation de relire, corriger. Les fixer définitivement et oublier...
    20 ans plus tard
    20 ans plus tard, j'ai donc relu ces poèmes. Finalement, je suis satisfait d'avoir fixé ces instants, dans leur imperfection, naïveté, erreurs, et sincérité.
    Ce fut effectivement un long chemin et ce recueil reste la première pierre.

  • A noter que Le 2 avril 2013 Stéphane Ternoise a publié "Cahors, 42 inscriptions aux Monuments Historiques", document complet, exceptionnel avec 131 photos (voir http://www.acahors.com )
    En 1995, après un accord transactionnel, j'ai essayé de quitter le Pas-de-Calais pour le Lot. J'ai cherché une maison « bas prix et habitable. » Je suis toujours en travaux !
    Cahors, c'est « la grande ville » où je vais le plus souvent. Je m'y suis impliqué par la création de site Internet, et observe la situation politique, ses conséquences artistiques...
    20 photos et des commentaires. Cahors, son endettement et ses choix contestables, contestés.
    Pas un guide touristique : une approche en images et mots, pour ne pas utiliser une formule... De belles pierres et des hommes... en responsabilités...
    Table (format papier) :
    4 Pont Valentré
    5 Léon Gambetta
    6 Vue du mont St-Cyr
    7 La Cathédrale Saint-Étienne
    8 La cathédrale vue d'en bas
    9 Visite de la cathédrale
    10 Le cloître
    11 Le théâtre
    12 Salon du livre...
    13 La municipalité... les maires... alternance...
    15 Gérard Miquel et l'adjoint au maire...
    16 Gérald Dahan à Cahors
    18 Nicolas Sarkozy à Cahors
    19 Police...
    20 La direction de Gambetta...
    21 Allées Fénelon... fouilles archéologiques
    22 Construire un parking souterrain...
    23 Un parking très utile !
    24 Horloge à billes...
    25 Maurice Faure

  • "Un Amour béton" fut publié le 22 mai 2013. Ce roman perpétue mon engagement d'indépendance et comme les précédents n'a pas bénéficié du soutien des grands médias. Comme le déclara Alain Beuve-Méry, le petit-fils du fondateur du Monde où il couvre l'édition. « Tout dépend de la maison d'édition dans laquelle vous êtes édité, et du travail fait en amont par les attachés de presse auprès des journalistes et des jurés littéraires. » Dans ce même quotidien influent, Baptiste-Marrey écrivait « les grands groupes publient, distribuent, vendent et font commenter favorablement les titres qu'ils produisent. »
    Vous proposer en lecture gratuite une grande partie du roman, c'est essayer d'obtenir un peu de visibilité. Etre éditeur indépendant en France, en 2013, reste très difficile. Même http://www.editeur.pro ! Les politiques (d'Aurélie Filippetti à Martin Malvy en passant par les autres) soutiennent les installés.
    "Un Amour béton" : en acceptant le rôle peu glorieux du nègre de Kader Terns, le « météorite du livre numérique, disparu dans d'affreuses circonstances », je ne pouvais imaginer entrer dans la partie la plus mouvementée de ma vie...
    Vos médias s'en délecteront bientôt : Kader fut broyé, son assassin présumé s'est suicidé, sa complice potentielle clame son innocence derrière les barreaux et moi, qui devais tenir le rôle peu glorieux du nègre de l'autobiographie du « jeune et talentueux écrivain choc de l'année 2011 », j'hésite à la croire tout en redoutant de rapidement me retrouver soupçonné...
    Dois-je laisser "éclater l'affaire" ou puis-je raconter comme j'en avais l'intention quand la version de l'accident me sembla aussi stupide qu'évidente ?
    Mais tout ceci, c'était avant. Avant que tout s'accélère et m'aspire dans le tourbillon...
    Stéphane Ternoise
    http://www.lire.mobi
    (chaîne youtube littéraire ; interviews et lectures)

    Une offre présentée par http://www.gratuitaujourdhui.com

  • 20 ans de notes et réflexions. Pour finalement essayer de répondre à la question régulièrement lue et entendue : "Comment devenir écrivain ? Etre écrivain !"
    Plus que des conseils ("J'ai naturellement lu des "conseils aux écrivains" et vous propose d'en sourire avec vous. Des conseils parfois utiles... quand ils amènent à réfléchir sur ses propres réponses")
    Stéphane Ternoise (http://www.ecrivain.lu) propose une vision globale de ce drôle de métier. Pourquoi et comment être écrivain.
    Lecture indispensable pour de nombreux francophones...
    - Présentation...
    - Les conseils...
    - Trouver le moyen d'en vivre pour être écrivain à temps plein
    - La question en cache souvent une autre : comment publier mon livre
    - Tout comprendre... même les contrats avec les éditeurs
    - Trouver un "vrai-éditeur" ?
    - Accepter du travail de commande ?
    - La méthode de travail
    - Faut-il lire ou ne jamais ouvrir un livre pour ne pas risquer d'être influencé ?
    - En parler aux parents et obtenir l'avis d'écrivains ?
    - Selon certains écrivains...
    - Des méthodes, des techniques...
    - La vraie formation ?
    - Pas vraiment un métier... pour les autres
    - Ne pas céder au découragement...
    - Un désir de reconnaissance ?
    - Ecrire doit être un plaisir ?
    - Méfiez-vous des citations !
    - Devenir écrivain, être un jeune écrivain... fut toujours difficile !
    - Ne croyez pas en ces histoires de DON...
    - Cette histoire est vraie : je l'ai inventée
    - Henry Miller
    - Lucia Etxebarria
    - Michel Houellebecq
    - Adam Haberberg, un roman de Yasmina Reza
    - Stendhal et Honoré de Balzac
    - Raconter sa vie ?
    - Un livre doit vraiment être très médiatisé ?
    - Essayer d'écrire un best-seller ou essayer de vivre de sa plume ?
    - Quand France-Culture s'interroge sur l'être et le devenir
    - Atelier d'écriture ou creative writing ?
    - Vous écrivez mal ? C'est peut-être un bon début !
    - Conseils d'écrivains contemporains à écrivains débutants
    - Un succès...
    - Etre lu
    - Alors, vous souhaitez toujours devenir écrivain ?
    - Chaque oeuvre est une aventure

  • En 1991, j'ai créé Arthur, un personnage de 46 ans. Simple projection d'un jeune adulte soucieux de la manière dont il vieillirait ? J'avais aussi écrit quelques textes courts, sociaux, puisés dans un quotidien de cadre déjà lassé par l'exigence d'honorer le qualificatif dynamique.
    Arthur et Autres Aventures fut publié en 1992. Vingt ans déjà ! Quelques exemplaires de l'édition originelle sont toujours disponibles. http://www.jean-lucpetit.net
    J'ai relu ces textes. Des maladresses forcément, mais une fraîcheur et une volonté sociale... dont pourraient peut-être s'inspirer les blogueurs ou auteurs auto-estampillés du label « indignés » mais aux flagrantes difficultés à poser une approche sociale cohérente.
    20 ans plus tard : je n'ai pas renié la volonté de refus du moule de la facilité, ce parcours hiérarchisé qui aurait pu me conduire à une belle carrière de bureaucrate.
    Quelques virgules, quelques mots, furent rectifiés : difficile de relire en laissant passer les coquilles (je publiais alors sans correctrice professionnelle, simplement le regard de proches).
    Stéphane Ternoise (c'est sous ce nom que je publie désormais)
    Janvier 2012

  • Un livre engagé, nécessaire...
    Une vraie librairie, c'est un endroit où tous les livres sont disponibles, et pas seulement ceux de l'oligarchie.
    Point final, quand tombe le 18 septembre 2013 une dépêche de l'AFP : la guerre contre Amazon entre dans une nouvelle phase législative.
    « Une proposition de loi UMP visant à soutenir les librairies face aux opérateurs en ligne comme Amazon sera débattue le 3 octobre... (...) Ces frais de transport gratuits sont jugés comme de la concurrence déloyale par les librairies "physiques". »
    Distorsion de concurrence ! Comme si les milliards offerts aux éditeurs, libraires (quelques miettes aux écrivains inféodés au système pour obtenir leur soutien) ne constituaient pas la vraie distorsion de concurrence. Argent de l'état, des régions, des départements ! Tout pour "la chaîne du livre", cette chaîne qui emprisonne écrivains, lectrices et lecteurs.
    Vive Amazon ! Soutenons Amazon... Amazon : le seul VRAI LIBRAIRE dans ce pays. Oui, le seul où nos livres en papier sont disponibles.
    Les 25 000 points de vente (ou "librairies physiques") ne sont que des espaces contrôlés par des distributeurs machines à exclure les vrais indépendants. Contrôler les points de vente c'est contrôler les ventes. Amazon a donné un coup de pied dans cette fourmilière, les députés n'hésiteront pas à montrer que la France reste un pays aux mains des oligarchies (après avoir offert les droits numériques des livres du vingtième siècle aux éditeurs...).
    Amazon est une chance pour les écrivains, Amazon est une chance pour les lectrices et lecteurs...
    Stéphane Ternoise,
    http://www.ternoise.net
    Indépendant par convictions depuis 1991

  • Mertilou prépare l'été fut publié le 12 août 2011 dans le recueil la fille aux 200 doudous et autres pièces de théâtre pour enfants, avec cinq autres de mes textes.
    Il s'agit d'une pièce pour troupes d'enfants, avec deux grands rôles et de nombreux merles-enfants figurants.
    Après la fille aux 200 doudous puis le lion l'autruche et le renard, mademoiselle Kate-Marie Glover l'a traduite, et cette version anglaise sera publiée le 1er mars 2012.
    Stéphane Ternoise, dramaturge lotois
    Le 28 février 2012

  • Edition revue et actualisée en mars 2014. Disponible en numérique et en papier. Aujourd'hui en offre promotionnelle ebook.
    Distribution : deux hommes, 25-30 ans.
    Une pièce en deux actes, très impertinente et drôle...
    Des rencontres d'Astaffort, vous en connaissez la version officielle ? Vous avez participé ?
    En 1998, Stéphane Ternoise a participé aux dixièmes rencontres d'Astaffort, retenu par Francis Cabrel, Richard Seff et leurs collaborateurs de l'association Voix du Sud. Une semaine dans le Lot-et-Garonne avec 19 autres « jeunes. » Objectif : fabriquer un spectacle, présenté en première partie d'un concert de Louis Chedid.
    Est-ce un hasard si un certain Stéphane reçoit un ancien de ces stages artistiques ? L'auteur raconte alors les secrets de la grotte Mariette, révélations du « Keating de Toulouse »...
    En 1973, Jacques Brel aurait fait une grande connerie et nous en subissons toujours les conséquences.
    Cette pièce doit énormément à Jean-Louis Foulquier : un soir, sur France-Inter, il a lancé le rapprochement Francis Cabrel / Bernadette Soubirous...
    A la une du portail http://www.agen.me (Astaffort en banlieue d'Agen)

  • Teatro,Traducción,cantante,escritor,mismo circo
    Stéphane Ternoise: Cantante, escritor: mismo circo.
    Traducción: María del Carmen Pulido Cortijo.
    Obra Original : Chanteur, écrivain : même cirque.
    Comedia contemporánea en tres actos
    Reparto : Dos mujeres y dos hombres.
    Tema: un cantante y un escritor, en vacío creativo y profesional, y su compañera.
    Decorado: el salón, perfectamente amueblado y mantenido, puerta de entrada a la cocina; un sofá, dos sillas.
    El cantante
    Chantal: su compañera.
    El escritor
    Elodie: su compañera.
    Tienen entre 25 y 30 años en el acto 1.
    http://www.ecrivain.es
    En français : http://www.textesdetheatre.com

  • Une société se juge également à sa manière de traiter les morts.
    Qui parmi vous souhaite prendre la place des vieux morts ?
    Mais sachez que vous n'y resterez pas !
    N'attendez pas des futurs maires plus de mansuétude que de nos élus qui votent et appliquent les lois.
    Les places sont chères dans nos cimetières, et même la perpétuité s'abrège le plus rapidement possible.
    Les concessions ne se vendent plus "à perpétuité" mais certains l'ont gravé sur leur tombe, ce dernier bien, qu'ils avaient acquis pour leur "repos éternel." Deuxième mort, que cette suppression d'un vieux mort qui n'a même plus droit à une existence de mort. Trahison.
    Ce "à perpétuité" photographié au cimetière de Cahors semble voué à rapidement disparaître... Des tombeaux, certains répertoriés par la Région Midi-Pyrénées au titre de notre patrimoine, restent des oeuvres d'art, témoins d'une époque où ils étaient pensés pour durer mais ils seront rasés dès qu'ils pourront être qualifiés "abandonnés", notion non définie juridiquement, qui pourrait porter à contestations. Mais il s'agit surtout d'indignation...
    67 photos professionnelles, 103 pages format papier.
    - Une société se juge également à sa manière de traiter les morts
    - Dédicace aux mortels
    - La porte Saint-Michel
    - Un sujet difficile à aborder
    - Vous serez ce qu'ils sont... la mairie vous prévient...

  • Les écrivains n'ont pas l'habitude de s'intéresser aux livres des hommes politiques !
    Surtout que les hommes politiques détiennent des pouvoirs de subventions...
    Mais quand monsieur Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées depuis 1998, publie « Pour décoincer la France : Décentralisons ! », Stéphane Ternoise enquête et questionne...
    Dernière enquête de l'écrivain lotois avant son départ d'une France où il ne peut plus vivre, dans un monde de l'édition où les subventions génèrent une intolérable distorsion de concurrence.
    ( http://www.ecrivain.pro/quitterlafrance.html )
    Peut-on "tout faire" (dans le respect des lois) quand on exerce de hautes fonctions ou doit-on s'appliquer des devoirs déontologiques ?
    Le président d'un Conseil Régional peut-il éditer un livre chez un éditeur soutenu par la région ou doit-il, s'il souhaite publier, recourir à l'indépendance ou chercher un éditeur avec lequel ses fonctions ne le mettent pas en situation d'une suspicion de conflits d'intérêts ?
    - Présentation
    - Dédicaces
    - Qu'est-ce que la déontologie ?
    - La morale, la déontologie en politique ? Jusqu'où ?
    - Martin Malvy et la Dépêche du Midi
    - Affaire directeur de cabinet de M. Malvy - TTL
    - Publication chez Privat, éditeur toulousain
    - L'argent aux éditeurs de la région Midi-Pyrénées
    - Liens éditions Privat - Dépêche du Midi
    - Pour décoincer la France : Décentralisons !
    - La Dépêche du Midi lance le livre
    - Lecture "Des racines, des combats et des rêves"
    - Martin Malvy, le CRL et moi
    - Questions de déontologie à relayer...
    - L'affaire Cahuzac sera-t-elle utile à la démocratie ?
    - Martin Malvy et Jérôme Cahuzac
    - Balancer sur twitter...
    - Couverture
    - La charte de qualité de l'auteur indépendant
    JLP ( http://www.ternoise.net)

  • A la St-Valentin, les femmes voudraient des fleurs ?... et de l'Amour ?...
    Le diamant, dans certains milieux, s'impose ?
    Un livre au tirage confidentiel... En 2014, la même idée s'est cognée sur la réalité : un livre invisible...
    Peut-être, des femmes (et des hommes) littéraires apprécieront un livre collector... S'ils le voient...
    Quand Stéphane Ternoise aborde l'amour, un essai, deux pièces de théâtre, des sketchs, des chansons...
    516 pages, avec douze photos d'art...
    - Un essai s'inscrivant dans la perspective Stendhalienne du « de l'amour » mais développant un nouveau concept, celui de la sérénamour (l'amour serein en aspirations similaires).
    Essai illustré de nombreuses citations, de Stendhal, naturellement, à Jacques Lacan ou Goethe, en passant par Benoîte Groult et... Michel Houellebecq !
    La jalousie, la confiance, la passion, l'adultère, la solitude, l'amitié, la dépendance affective, l'attirance physique et même le Bonheur en couple !
    - Un roman où l'Amour est plus important que la réussite artistique.
    - Deux pièces de théâtre avec des personnages en pleine réflexion sur l'Amour : "Trois femmes et un amour" puis "Amour, sud et chansons".
    - Quelques sketchs. Il faut bien en rire, parfois.
    - Des textes de chansons. Cette option de la poésie permet de toucher de nombreux points sensibles.
    Le tout signé Stéphane Ternoise, qui s'intéresse avec une certaine continuité à ce sentiment depuis deux décennies.
    Disponible en papier et numérique.
    Site officiel : http://www.amours.es

  • Publié en numérique le 13 avril 2013. Disponible également en papier.
    « Le 17 juillet 2013, c'est un tweet de maître Emmanuel Pierrat qui m'a informé du suicide de l'écrivain en lutte. »
    Publié en papier (130 pages) le 10 novembre 2013. http://www.livrepapier.com
    Vous souvenez-vous de 1976 ?
    La sécheresse !
    Qu'elles étaient belles et bonnes les cerises ! J'avais huit ans.
    J'ai découvert bien plus tard l'album "Alertez les bébés !" de Jacques Higelin, sorti justement cette année-là, avec le succulent, inoubliable et toujours actuel "Aujourd'hui la crise !" : « C'est dur aujourd'hui peut-être / Demain ça sera vachement mieux... »
    Cette année-là, Jack-Alain Léger publia chez Laffont "Monsignore." Un succès, la fortune et la gloire pour son auteur. Trois cent mille exemplaires, adaptation au cinéma, traduction en vingt-trois langues.
    Depuis la découverte de "Ma vie (titre provisoire)" où il y raconte ses déboires et son combat contre le milieu de l'édition, livre rose publié en 1997 chez "Salvy", petite maison d'édition bien nommée peu distribuée, Jack-Alain Léger est devenu "un personnage" de mes essais et romans.
    Après avoir connu Gallimard, Grasset, Laffont, Julliard, Mercure de France, Denoel, Stock, Christian Bourgois, Flammarion... il publie désormais dans une jeune et petite maison sans grande visibilité...
    Alertez Jack-Alain Léger ! A 65 ans, je pense qu'il loupe la révolution numérique !
    Attention, les éditeurs vont vous subtiliser vos droits numériques ! Oui, vous êtes dans la première liste "Relire", publiée le 21 mars 2013. Même les droits numériques de "Monsignore" ! Nul doute qu'ils réussiront en faire du fric... et vous pourrez essayer de récupérer quelques miettes chez leur SOFIA... Vous avez six mois pour ne pas vous laisser "confisquer" vos droits... Comme bien d'autres... Mais vous, je tenais à vous écrire, à vous l'écrire...
    Un livre qui parle à Jack-Alain Léger, qui vous parle de Jack-Alain Léger, de ma relation à sa démarche, et du monde impitoyable de l'édition française... Du grand piège dans lequel, avec l'aide des politiques complices et coupables (ils préfèrent encore « responsables mais non coupables » ), les grand éditeurs font tomber les écrivains... et naturellement les modestes éditeurs n'y survivront pas...
    Avec des chapitres essentiels pour tout écrivain :
    - Les droits numériques des livres...
    - La loi 2012-287 du 1er mars 2012
    - Pourquoi des livres ne sont plus disponibles en papier ? ( http://www.livredisponible.com )
    - Le contrat d'édition (papier)
    - Les contrats d'édition sans clause numérique
    - Le contrat d'édition en 2013
    Stéphane Ternoise
    http://www.ecrivain.pro

  • Publié uniquement en numérique le 28 août 2012, ce document iconoclaste est devenu disponible en papier en 2014.
    Pour l'Histoire.
    Naturellement, il ne fut pas présenté par les amis des éditeurs traditionnels et des politiques professionnels...
    Si vous croisez ce livre, accordez-lui une extrême attention : dans "un monde parfait" (complétement contrôlé) l'ensemble des citoyens seraient convaincus qu'il n'existe rien à côté de la parole autorisée par les puissants.
    Des paroles et des actes. Alors que la révolution numérique s'installe en France, principalement grâce à Amazon, le monde officiel de l'édition a trouvé une cible : l'auto-édition, une pratique coupable de tenter les écrivains en leur promettant des jours meilleurs, une rémunération décente. Les éditeurs se dressent contre ce possible fléau, naturellement pour protéger leurs auteurs adorés (vaches à lait) ! Ne croyez surtout pas qu'il soit préférable de conserver plus de 50% du prix d'un livre numérique quand les installés vous proposent de continuer comme dans l'économie du bouquin en papier, avec des miettes.
    Ces bienfaiteurs de la culture ont même reçu le soutien d'Aurélie Filippetti ! La jeune ministre aurait pu (dû ?) se positionner du côté de ses "collègues" écrivains mais elle combat la voie "utopique" ! Elle demande juste aux éditeurs un petit effort au niveau des rémunérations... en contrepartie d'abondantes aides !
    La ministre de la Culture s'est résolument placée du côté des exploiteurs, qui plus est en étayant sa démonstration d'un exemple, le sien, celui d'une jeune romancière publiant en 2003 "les derniers jours de la classe ouvrière", dans une maison du groupe Lagardère. Un roman qui se voulait engagé, contre l'historique exploitation des mineurs de Lorraine. Il ne s'agissait que d'une posture ? Elle n'a donc rien compris ? Elle a changé ? Elle est simplement passée de l'autre côté, celui du pouvoir, où l'on perd facilement la notion des réalités pour devenir un rouage de l'Etat ?
    Décortiquer les propos de la ministre, les resituer dans deux siècles de lutte entre écrivains et éditeurs et les rapprocher des positions d'Antoine Gallimard, sans oublier d'observer la politique culturelle, même celle prétendue de gauche, telle fut l'ambition d'un livre numérique qui souhaite aussi démontrer qu'une autre voie est possible, avec des tarifs décents.
    L'auto-édition est l'avenir de l'édition. Je l'écrivais déjà en l'an 2000 (http://www.auto-edition.com). Ce qui fut considéré comme une "utopie" va s'imposer en logique historique grâce au livre numérique. Malgré le lobbying et le pouvoir des installés, qui peuvent simplement retarder l'inéluctable, consommer de la subvention, nous faire perdre du temps (alors que nous vieillissons !)...
    Au-delà de leurs personnes, Aurélie Filippetti symbolise l'état et Antoine Gallimard les éditeurs.
    Stéphane Ternoise
    http://www.ecrivain.pro
    - 17 mai 2012, passation des pouvoirs de Frédéric Mitterrand à Aurélie Filippetti : la continuité annoncée
    - Aurélie Filippetti rassure : malgré un label "écrivain" elle tiendra le ministère du côté des éditeurs
    - Madame la ministre sent pourtant l'inéluctable victoire des écrivains sur les éditeurs ?
    - 28 juin 2012, après le discours
    - C'est l'éditeur qui fait la littérature : une stupidité, même historique
    - C'est l'éditeur qui fait la littérature... de divertissement ?
    - L'éditeur ne fait pas la littérature mais du commerce
    - La présentation d'un merveilleux univers de l'édition française ne résiste pas à l'analyse
    - Les (grands) écrivains savent refuser les conseils des éditeurs
    (suite sur http://www.pamphletaire.com/)...

  • 51 Photos. Des tableaux du musée de Cahors mais aussi des villages de Labastide-du-Vert et Saint-Cirq-Lapopie où le peintre a vécu... par Stéphane Ternoise...le lotois - http://www.lotois.fr
    Présentation du projet par l'écrivain photographe :
    J'ai profité des journées du patrimoine, pour revisiter, dimanche 18 septembre 2011, le musée Henri-Martin de Cahors. Avec l'intention de réaliser ce livre.
    Doit-on classer l'impressionniste parmi les peintres majeurs ? Ou uniquement à Cahors ? Où il n'est pas né, où il n'est pas mort ! Mais en 1942 il légua 17 de ses toiles à la Ville. Sûrement par amitié pour Anatole de Monzie, maire de 1919 à 1942 justement. Précédemment, à la fin des années 1920, il avait réalisé, pour la ville, sous forme d'un triptyque, un Monument aux morts que monsieur le maire souhaitait original.
    Henri Martin est né à Toulouse en 1860, décédé, en 1943, à La Bastide du Vert où il installa son atelier, à 21 kilomètres de la préfecture du Lot, sur la route de Fumel, 7 kilomètres avant Prayssac.
    Ces 18 toiles ornèrent la salle du Conseil municipal. Face à la mise en danger de ce "décor", les jours d'affluence aux séances du Conseil, il fut décide, en 1966, de leur trouver une place dans l'aile nord du musée... durant la restauration de salles de l'Hôtel de Ville...
    Son oeuvre a résisté au temps : le musée de Cahors porte désormais son nom et la municipalité a cassé sa tirelire (en obtenant une participation à hauteur de 75% de partenaires, l'État, la Région, le conseil général) pour obtenir 15 nouvelles toiles lors d'une vente aux enchères le 1er avril 2012 ; la publicité autour de cette volonté d'acquisition ayant entraîné une hausse substantielle des niveaux de transactions...
    Il n'est sûrement pas surprenant qu'après une longue "traversé du désert", ce peintre très populaire durant la IIIe République, plaise de nouveau : son oeuvre est décrite comme l'expression apaisée d'un monde idéalisé.
    Stéphane Ternoise mai 2012


  • Promotion numérique pour célébrer la sortie en papier...

    Même si Nicolas Sarkozy Président et François Hollande candidat favori passèrent à Montauban, ces cents clichés ne racontent pas l'actualité sensationnelle mais l'époque, au travers des "petites choses", souvent éphémères.
    Romancier, essayiste, dramaturge, parolier, je m'exprime désormais de plus en plus par la photographie... Un écrivain est également le témoin de son époque.
    Le Lot constitue cette principale source de documentation, avec passages en Aveyron, Lot-et-Garonne, Tarn-et-Garonne, le Quercy, dans une acceptation vague et non administrative.
    La beauté parfois surprenante d'une épave, celle condamnée ou protégée des gariottes ou pigeonniers, le passage des pigeons justement, des pommes, prunes, tournesols, mes chères vieilles pierres. Quelques animaux, vivants derrière des barreaux, morts sur les routes, une souris qui croit pouvoir échapper au chat... Et même Jésus devant la centrale nucléaire de Golfech ou à l'intersection des routes. Cent instants qui m'ont touché au point de les retenir parmi plusieurs milliers.
    Ces photos inaugurent ma galerie nouvelle formule, http://www.galerie.me, avec vente des droits numériques d'exemplaires numérotés et signés.
    Stéphane Ternoise.
    Explorateur du Quercy http://www.quercy.pro

  • Livres Hebdo a lancé le chiffre le 27 juin 2013 : 555 romans attendus à la rentrée littéraire.
    Et tous l'ont repris, sans même chercher à savoir s'il représentait la réalité ou l'agitation du microcosme de l'oligarchie
    .
    Les chiffres ne sont pas toujours ceux que l'on veut nous faire croire. Ici, il convient de faire croire que la « production romanesque de l'automne » sera en baisse, et cerise sur le gâteau : « pour la troisième année consécutive. » Grande sagesse des maisons d'édition qui naturellement ne publient que le top, d'Amélie Nothomb à Jean d'Ormesson, en passant par Olivier Poivre d'Arvor ou Yasmina Khadra...
    Tout ce que ne vous diront pas nos chers journalistes et critiques amis des "grands éditeurs"...
    Quelques mises au point, des analyses sûrement intolérables et les premières pages du « roman de la révolution numérique. »
    Stéphane Ternoise
    http://www.romancier.org

empty