L'Herne

  • Si l'essentiel de l'oeuvre de Marcel Proust est déjà publié et connu, la publication de ce Cahier permet du moins, si ce n'est d'accroître nos connaissances, de maintenir cette oeuvre en vie et de lui garantir une forme d'immortalité. On trouvera dans ce volume quelques inédits et quelques lettres et poèmes mais surtout un grand nombre de documents ou témoignages peu connus, peu accessibles ou même oubliés. Le Cahier s'attache aussi à décrire certains aspects négligés de l'oeuvre, comme les figurants analysés par Michel Schneider, le marquis de Palancy présenté par Michel Crépu, les opinions politiques de Proust au fil des années, lui qui a eu dans sa famille trois ministres, dont l'un a eu des funérailles nationales, et dont les parents étaient liés au président de la République.

  • L'originalité de l'oeuvre de Jean Malaurie s'appuie sur sa double nature d'écrivain et de scientifique de très haut niveau. Auteur du récit Les Derniers Rois de Thulé (1955), Jean Malaurie est par ailleurs le fondateur et directeur jusqu'à une date très récente de la prestigieuse collection « Terre Humaine » (aux éditions Plon), l'un des fleurons de l'édition française avec des titres aussi importants que Tristes Tropiques de Claude Lévi-Strauss ou encore Le Cheval d'Orgueil de Per-Jakez Hélias. Ce Cahier souhaite mieux faire connaître, au-delà du cercle étroit des spécialistes, l'oeuvre monumentale de Jean Malaurie, qui se développe sur plus de soixante-dix ans, en soulignant la diversité d'un travail pluridisciplinaire. Dans ce volume, géographes, philosophes, ethnographes, anthropologues et écrivains multiplient les éclairages, tentant de mettre en évidence les différentes facettes d'une vie qui s'est voulue engagée et libre de toute appartenance idéologique et les problématiques d'une oeuvre protéiforme et passionnée. À côté de ces auteurs, des textes et documents inédits ou rares de Jean Malaurie (extrait du récit de voyage Hoggar, un texte sur son père, extrait de la correspondance avec Lévi-Strauss, lettres aux auteurs de la collection « Terre Humaine », échanges épistolaires avec ses correspondants groenlandais et inuit, extraits des carnets de terrain abondamment illustrés) soulignent l'oeuvre du géomorphologue et de l'anthropologue, qui a contribué à renouveler le regard que nous portons sur les peuples premiers et les civilisations traditionnelles.

  • Auteur au style singulier, misanthrope, vivant une relation d'amour et de haine avec son pays, Thomas Bernhard est un des auteurs les plus importants de la littérature germanique d'après-guerre. La publication de ce Cahier, présentant des textes inédits, offre la possibilité d'explorer son oeuvre, d'éclairer la genèse de son écriture et de prendre la mesure de son importance dans le monde actuel.

  • L'oeuvre de Pierre Bergounioux est des plus singulières. Il s'est voulu le témoin de la mutation qui vit, en moins d'un demi-siècle, les campagnes de l'Europe occidentale se vider de leur population. Un témoin non moins attentif qu'impliqué.
    Ce volume, riche de nombreuses contributions de l'auteur touchant le chemin des grandes rencontres littéraires, mais aussi les grands événements de sa vie personnelle, assemble un faisceau de lectures sensibles, probes, d'auteurs contemporains disant la surprise, le sérieux, l'éclat, la portée d'une oeuvre tissée de tant de fils.

  • Ce Cahier propose une approche de la pensée d'Onfray, devenue incontournable, à partir de contributions sur les engagements et les thèmes qui structurent son travail depuis maintenant trente ans et tente également d'apporter un nouvel éclairage sur la personnalité du philosophe ; par des textes inédits, des portraits réalisés par Jacques Pasquier, Gérard Fromanger ou Valerio Adami, des témoignages d'amis et de proches, ou encore des correspondances inédites avec Pascal Dusapin et Lucien Jerphagnon.

  • Déon

    Collectif

    Acteur et témoin de plus d'un demi-siècle de vie littéraire, en France et hors de France - où il a résidé le plus souvent -, Michel Déon occupe une place singulière dans la littérature française contemporaine. Par l'amplitude chronologique de son oeuvre tout d'abord (Adieux à Sheila, 1944 - Lettres de château, 2009) et l'extrême variété de ses moyens d'expression : romans, essais, livres de voyage, mais aussi pièces de théâtre, journalisme, critique littéraire et dramatique, scénarios. C'est aussi un grand Européen qui a partagé sa vie entre la Grèce, l'Irlande, le Portugal, l'Italie et la France. L'omniprésence de ces cultures au sein de cette panoplie littéraire hors du commun révèle l'amplitude d'un rêve intérieur qui témoigne d'une curiosité insatiable pour les êtres et la littérature, autant de signes d'une générosité intellectuelle peut-être sans égale dans sa génération.
    Ce Cahier se propose de mettre en perspective un grand nombre d'inédits ou de textes rares de Michel Déon, à côté des témoignages d'écrivains et amis : M. Kundera, C. de Rivoyre, F. Marceau, J. d'Ormesson, E. Carrère, F. Vitoux, Y. Reza, P. Morand, A. Blondin... Des correspondances inédites de J. Anouilh, J. Chardonne, S. Leys, K. Haedens, S. Bellow, J. Cabanis ou F. Mitterrand. Sans s'apesantir en lourdes exégèses, des écrivains et universitaires, français comme étrangers, (M. Serra, X. Darcos, P. Joannon, L. Proguidis ou A.Wilhelm) étudient aussi bien les grands thèmes de l'oeuvre que les constantes de l'imaginaire qui la nourrissent ou les paysages qui l'ont vu naître. Ils font ainsi le point sur une oeuvre à la fois très connue et pourtant méconnue dans ses ressorts et ses intentions les moins visibles.

  • Traversé par de multiples contradictions, s'inscrivant au coeur de ce vingtième siècle si tourmenté, le parcours humain et intellectuel d'Emil Cioran est, aujourd'hui plus que jamais, l'objet de débats passionnés. Car Cioran est l'homme des décalages, sinon des paradoxes : on le dit nihiliste, pessimiste, sceptique, misanthrope, etc. ; et pourtant, ses essais, ses aphorismes ont quelque chose de tonique, de revigorant, de thérapeutique, pour ainsi dire... En somme, un goût certain pour l'inachevé, une quête à jamais renouvelée... Et, par conséquent, une multiplicité de facettes à explorer.
    Or, c'est à une telle exploration que ce numéro des Cahiers de l'Herne veut inviter le lecteur. Celui-ci y pourra découvrir un ensemble de documents extrêmement varié , allant du jeune auteur roumain assoiffé d'absolu et impliqué dans les débats politiques, ou de l'écrivain français cultivant le retrait, et éprouvant les rigueurs du style comme une ascèse susceptible de le délivrer de lui-même. Les très nombreux textes inédits de Cioran - dont certains historiques - d'origine, de forme et d'époque diverses -, nourrissent d'autant plus l'approche qu'ils mêlent à des analyses de fond des anecdotes et des souvenirs qui sont, en eux-mêmes, riches d'enseignements. À cela, s'ajoute un très riche choix de correspondances inédites qui éclairent d'un jour nouveau l'écart existant entre le « penseur » et l'« homme » Cioran, ces deux facettes d'un même être singulièrement divisé, pour ne pas dire : écartelé.

  • Girard

    Collectif

    Ce Cahier vise également à révéler des aspects méconnus de la vie et de l?oeuvre de René Girard à travers des témoignages, des correspondances, un nouvel entretien avec lui, et une sélection riche et variée de ses écrits, avec notamment des articles sur Voltaire et Simone de Beauvoir et un texte autobiographique où il raconte pour la première fois comment il a surmonté la « maladie mimétique » qui l?avait paralysé au début de sa carrière. Dans l?entretien, il livre des souvenirs inédits de sa jeunesse : son intérêt précoce pour les guerres révolutionnaires et napoléoniennes, les « farces » qui lui ont valu d?être expulsé du lycée sous l?Occupation, sa lecture passionnée du Livre de la jungle dont les scènes de chasses et de meutes préfigurent sa théorie de la violence collective. Enfin, le Cahier comporte un témoignage de Jean-Michel Oughourlian, qui nous fait entrer dans les coulisses de la rédaction des Choses cachées depuis la fondation du monde, ainsi que les textes des discours prononcés par Michel Serres et Jean-Pierre Dupuy à l?occasion de l?entrée de René Girard à l?Académie française.

  • Le Cahier de l'Herne qui lui est consacré, qui réunit une trentaine de collaborateurs internationaux et une dizaine de textes inédits de l'auteur, vise à mettre en évidence l'originalité et l'importance d'une pensée qui fait toute sa place aux singularités, à tout ce qui semble faire «exception».
    Ainsi, son goût pour les flux et les turbulences... Ainsi encore, ce dont témoigne son épistémologie, une volonté de décloisonner les savoirs, de rendre féconds les liens complexes qui unissent les lettres et les sciences, les sciences dites « molles » et les sciences dites « dures » (de Leibniz à Hergé, en passant par Jules Verne ou Auguste Comte). Il y a chez Michel Serres une sorte d'encyclopédisme dynamique et poétique. Il s'agit toujours de construire des ponts, de frayer des passages, d'interférer, de traduire et de distribuer, sans perdre de vue l'homme, cette « merveille » dont parlait Sophocle.
    Avec Michel Serres, la pensée se fait voyageuse.

  • On ne présente pas Yves Bonnefoy : son oeuvre poétique et théorique, à laquelle il faut ajouter son oeuvre de traducteur, commencée dans les années 50 et qui s'étend donc sur près de 60 ans, est d'une importance considérable tant du point de vue de la poésie elle-même que par sa réflexion sur les caractéristiques propres à la poésie au sein de la littérature, sur le langage, sur la création artistique.
    Cette oeuvre immense a, comme il se doit, engendré une immensité d'ouvrages critiques et de volumes collectifs d'hommage ou d'analyse. Toute la variété de l'oeuvre d'Yves Bonnefoy est prise en considération dans l'éventail des contributions, sans qu'on ait cherché à en dresser un panorama exhaustif : l'oeuvre poétique, la lecture critique des oeuvres d'art - peinture et musique -, mais aussi les traductions de Shakespeare et les préfaces qui les accompagnent. Un cahier iconographique constitué par des photos personnelles d'Yves Bonnefoy pour la plupart inédites accompagne cet ensemble de textes.

  • LES CAHIERS DE L'HERNE ; Arendt Nouv.

    Longtemps tenue à l'écart du monde académique, l'oeuvre de Hannah Arendt - désormais largement publiée et traduite - suscite aujourd'hui l'intérêt d'un nombre considérable de travaux, colloques et publications dans le monde entier. En revenant sur les principaux évènements de sa vie, ce Cahier dresse le portrait de cette « théoricienne de la politique » sans pour autant négliger les vives polémiques qui ont marqué sa carrière. Le volume rassemble des contributions qui évoquent notamment son travail majeur sur le totalitarisme, les catégories de sa pensée politique et la centralité de l'action, son insistance sur la responsabilité et le jugement ainsi que son analyse du monde moderne.

  • Le Grand Jeu n'est pas une revue littéraire, artistique, philosophique ni politique. Le Grand Jeu groupe des hommes dont la seule recherche est une évidence absolue, immédiate, implacable, qui a tué pour toujours en eux toute autre préoccupation. Ce Cahier rassemble les trois premiers numéros de cette formidable revue née en 1924.
    Le Grand Jeu groupe des hommes qui n'ont qu'un Mot à dire, toujours le même, inlassablement, en mille langages divers ; le même Mot qui fut proféré par les Rishis védiques, les Rabbis cabalistes, les prohètes, les mystiques, les grands hérétiques de tous les temps, et les Poètes, les vrais. "Le Grand Jeu est irrémédiable ; il ne se joue qu'une fois. Nous voulons le jouer à tous les instants de notre vie. C'est encore à « qui perd gagne ». Car il s'agit de se perdre. Nous voulons gagner. Or, le Grand Jeu est un jeu de hasard, c'est-à-dire d'adresse, ou mieux de « grâce » : la grâce de Dieu, et la grâce des gestes."

  • Scholem

    Collectif

    Auteur d'une oeuvre immense où le travail savant fait toujours écho aux "questions contemporaines", Scholem est reconnu comme l'un des penseurs les plus importants du XXe siècle, au double sens du terme : penseur dans le siècle, penseur du siècle.
    Une première partie regroupe de grands entretiens : Scholem éclaire son parcours, explique ses choix politiques, évoque ses amitiés (Walter Benjamin, S.Y. Agnon), suggère quelles interrogations ont constitué le soubassement de son oeuvre et revient tout au long sur la question, pour lui centrale, de la dialectique entre continuité, ou inscription dans la tradition, et dépassement de la tradition, ou rupture. Les textes de Scholem réunis dans la seconde partie se répartissent en trois catégories. Ceux du jeune Scholem font apercevoir comment ont cristallisé le programme de recherche et la table d'interrogations à partir desquels Scholem bâtira toute son oeuvre. Des essais du Scholem de la maturité proposent une appréciation critique sur la Wissenschaft des Judentums (les études juives). Enfin, au soir de sa vie, Scholem réfléchit sur son propre itinéraire. Une troisième partie rassemble des essais consacrés à Scholem.

  • Ce cahier, à travers la correspondance, les écrits inédits de l?auteur, les témoignages et souvenirs de ceux qui le fréquentèrent et partagèrent son intimité, révèle des aspects inconnus de l?écrivain, rectifie maints détails et apporte de nombreux éclaircissements sur son oeuvre, sa personnalité, et ses idées. Les essais font la part au « cas » Céline, et tentent d?esquisser les contours d?un personnage aussi complexe et aussi dérangeant ; depuis la révélation que constitua le Voyage au bout de la nuit sur le plan de la langue et du style, si radicalement nouveaux, jusqu?au scandale et à l?ostracisme suscités par les pamphlets et les déclarations antisémites.

  • Cahier dirigé par Frédéric Tristan.

    Cette réédition très attendue explicite pour la première fois en France l?origine de la franc-maçonnerie grâce à la publication raisonnée des textes médiévaux et renaissants qui ont précédé la transformation officielle de ce guide de professionnels du bâtiment en cercle philosophique (année 1917).

    Ces documents sont les « Old Charges » ou «  Anciens Devoirs ». Ils sont les témoins des règles pratiques et spirituelles que devaient suivre les compagnies de maçons, particulièrement les bâtisseurs de cathédrales. Chaque texte traduit et commenté par les meilleurs spécialistes plonge le lecteur dans l?ambiance si particulière de la Maçonnerie opérative anglaise et écossaise. En effet, non seulement des ouvriers, mais aussi des clercs, des érudits sont venus chercher dans les assemblées maçonniques des secrets de métier et des savoirs symboliques issus de l?architecture. Certains pensaient y apprendre ce qu?étaient la Rose+Croix ou l?alchimie. En fait, ils pouvaient y rencontrer l?hermétisme chrétien tel qu?il avait été conservé dans quelques monastères après la séparation de l?Église anglicane et de la Papauté.

    Une préface et une postface situent l?ensemble des documents dans le courant plus général de l?histoire des idées européennes qui, traversant le Moyen-Âge, devait faire éclore au début du XVIIIe siècle une nouvelle conception de l?homme en rapport avec l?univers.

  • Cahier dirigé par Dominique Fourcade.


    Les poètes sont toujours en filiation, et en ce sens Char est fils de Rimbaud. Et puis, venant se greffer sur le contemplatif qu'il y a en tout poète, le don d'action développé à un degré extraordinaire, don sensible tant il en anime l'écriture. Une telle faculté d'action confère à la poésie de l'être un sens des conséquences qui n'appartient qu'à Char ; elle le doue de la fougue dramatique qui l'identifie ; c'est elle qui fait sa complétude. Contemplation, action et réflexion sont chez René Char indissociables.


    Guerre et Résistance. Il n'y a pas double vie. Char ne fut le résistant qu'il a été historiquement qu'en absolue continuité avec le poète qu'il était. Ces poèmes ne sont pas un reflet du combat mais l'une des armes de ce combat ; ils sont écrits pour respirer. Écrits pour vaincre ? Quel poète ne reprendrait pas la phrase de Nietzsche que Char aime à citer : « J'ai toujours mis dans mes écrits toute ma vie et toute ma personne. J'ignore ce que peuvent être des problèmes purement intellectuels ? »


    Ouvrage numérisé avec le soutien du CNL.

empty