Le pré aux clercs

  • Le Necronomicon - guide de l'Empire des morts - est un ouvrage ésotérique, mais pas n'importe lequel... il révèle des incantations secrètes capables d'invoquer et de soumettre les forces anciennes (extras-terrestres ?) qui auraient peuplé la terre avant l'arrivée des hommes... Lovecraft, célèbre écrivain américain, fait référence à ce grimoire dans son oeuvre. L'identité de son auteur, ainsi que l'époque à laquelle il aurait été écrit sont encore plus mystérieuses que son contenu, pourtant réputé hermétique ! Le public est généralement divisé en deux écoles : les rationalistes qui voient en lui le plus pur produit de l'imagination de Lovecraft (ce que lui-même laissait entendre), et les ésotéristes ou occultistes qui croient en son existence bien réelle ainsi qu'en celle de son auteur, Abdul al-Hazred, poète dément qui l'aurait écrit en 730 à Damas. Le mythe de l'existence de ce livre est tenace. Cet ouvrage est précédé d'un texte de Lovecraft rassemblant l'histoire du manuscrit, ainsi qu'un texte qui se lit comme un roman policier, dans lequel l'auteur explique comment il découvrit l'existence du manuscrit et la manière dont il se l'est procuré. La seconde partie est consacrée au Necronomicon - incantations et signes ésotériques variés se bousculent. L'épilogue est une belle évocation de la vie de Lovecraft.

  • Tenu depuis des siècles pour un livre-culte par les amateurs d'ésotérisme, ce texte longtemps indisponible est enfin réédité dans son intégralité.Le Grand et Le Petit Albert, ces deux fameux traités de magie noire et de sorcellerie, doivent être considérés comme des ouvrages dont la lecture n'est pas sans danger : ils s'adressent de préférence aux initiés car les recettes secrètes qu'ils révèlent - pour vaincre la chance, être heureux en amour, retrouver les affections perdues, acquérir la santé, construire sa fortune, se défendre contre ses ennemis - peuvent devenir des armes redoutables entre les mains des profanes.On apprendra à changer le plomb en or fin, à confectionner toutes sortes de talismans, à élaborer des parfums, à voir en songe la personne que l'on va épouser, à avoir de la chance aux jeux, à récupérer un pucelage perdu, à soigner ses maux...Ainsi, avec de la fiente de souris : "Il n'est rien de plus sûr que la fiente de souris mêlée avec du miel fait revenir le poil en quelque partie du corps qu'il soit tombé, pourvu qu'on en frotte l'endroit avec cette mixtion." Ou encore, avec des coquilles d'huîtres : " Les coquilles réduites en poudre, crues ou brûlées, mêlées acec un peu de beurre frais, ont une puissance merveilleuse pour dessécher les hémorroïdes qui fluent depuis longtemps."

  • «... Le tambour roule, chante, crie, pleure, se calme, s'amuse, caresse, se met en colère, rit. Il est magique sous les baguettes de Joseph. Et les enfants le suivent, durant toute sa tournée. Il y a là les plus fidèles : Pépé, Gégé, Dédé, Titi, Jojo et Dine. Dine, c'est une fille. Les garçons n'en voulaient pas dans leur bande et, au début, ont tout inventé pour la décourager. Ils lui ont tiré les cheveux, marché sur les pieds, ils l'ont pincée et traitée de « fille » et de tout, mais elle a tenu bon, pour rester avec eux, et maintenant ils l'ont adoptée, comme si elle était un garçon. Elle a le nez en l'air, des cheveux noirs, et elle court vite. Toute la bande, chaque jour, suit Joseph jouant du tambour comme s'il était leur chef et le Simplet se prend pour leur général. Il leur crie : « Garde à vous ! En avant marche ! » et tous obéissent. Joseph, c'est le Bon Dieu qui joue du tambour... »

  • Immeubles qui disparaissent, maisons du diable, châteaux et monastères hantés...

    Edouard et Stéphanie Brasey ont traqué les meilleurs histoires de hantises pour vous faire frémir de plaisir !
    Les lieux, paraît-il, ont une âme. Ils ont en tout cas une mémoire. Ils conservent, imprimé dans les murs des vieilles maisons, des appartements inoccupés, des châteaux au passé historique (le Petit Trianon), des maisons possédées par des présences démoniaques (Amityville), mais aussi des prisons, des asiles (celui d'Athens aux Etats-Unis), des cimetières, le souvenir des êtres humains qui, au fil des années ou des siècles, y ont vécu, aimé, souffert, avant d'y mourir de leur belle mort, ou le plus souvent d'une mort douloureuse, violente ou tragique.

    Ces défunts, emportés contre leur gré dans un autre monde inconnu, qui les intriguait, les effrayait sans doute, les terrorisait peut-être, ont parfois du mal à se détacher de ces lieux où ils ont vécu leur vie et aussi l'instant de leur mort. C'est pourquoi ils ont la tentation de revenir de leur trépas dans le cadre qui leur est familier et auquel ils se sentent toujours attachés...



    Esprits malins et frappeurs, poltergeists, portes qui claquent, planchers qui craquent, fenêtres qui s'ouvrent brutalement, escaliers qui disparaissent, lustres qui tombent, fantômes qui chantent des airs d'opéra... Les enquêteurs de l'étrange vous aident à les reconnaître et les chassent loin de vos demeures.

    Amateurs de sensations fortes, voilà de quoi alimenter vos prochaines nuits blanches !

  • Les rituels les plus secrets, cachés au fond des bibliothèques depuis des siècles, sont réunis dans cet incontournable recueil de magie cérémonielle (noire).La magie cérémonielle a toujours eu et aura toujours des adeptes. C'est dans les grimoires que se trouvent révélés la science du sacré, l'accès au monde de l'Invisible. Leur valeur est inestimable. Longtemps, ces petits manuscrits ont circulé sous le manteau ; à travers eux les moines, les maîtres en théologie, les savants alchimistes transmettaient leurs secrets pour conjurer les sorts, et obtenir de la divinité toute - puissante de merveilleux privilèges.Eprouvée par des siècles de pratique, cette liturgie occulte n'était connue que des ésotéristes.Grimoires et rituels magiquesest la réunion de ces différents traités de magie. Il contient :Le Livredes conjurationsdu pape Honorius (élu en 625, et qui raconte-t-on, réunit à Rome tous les grands magiciens),Enchiridionde sa Sainteté le pape Léon III (élu en 795 ;iIl fut le grand ami de Charlemagne qui le recueillit quand des événements malheureux le chassèrent du Vatican),Le Dragon rougeou Livre du diable (attribué "aux grands sacrificateurs du culte de Yahvé),La Poule noireou Le livre de la science du Bien et de Mal,Le Génie et le trésor duVieillard des Pyramides(on y relate le voyage initiatique de trois pèlerins de Babylone, qui sous les ruines du temple de Salomon pénètrèrent dans diverses salles, où des prodiges les attendaient),La Chouettenoire (suite de la narration duVieillard )et Le Rituel de Haute Magie de Cornelius Agrippa (traité de rituels sataniques).

  • Bien souvent dans la littérature, le mal nous apparaît sous les traits séduisants d'une femme. Ce récit de Clemence Housman en est une parfaite illustration.

    Au coeur de l'hiver, alors qu'il fait nuit et que la neige a recouvert chemins et forêts, une étrange et fascinante créature fait irruption dans une ferme. Les paysans, tout d'abord effrayés par cette apparition surnaturelle, sont vite séduits par Fourrure blanche et l'un deux, Sweyn, en tombe immédiatement amoureux.La magnifique jeune femme à la peau blanche et au regard de feu doit son surnom à l'élégant manteau de loup blanc qui lui recouvre entièrement le corps.Le frère jumeau de Sweyn, Christian, parti depuis de longues heures à la chasse, débarque alors que tous ses amis entourent Fourrure blanche et la pressent de questions. En arrivant à la ferme, son regard avait été attiré par de larges empreintes de pattes de loup dans la neige qui s'arrêtaient juste devant la porte de la ferme. En guise d'animal, une femme se tient au milieu des siens ébahis.Pressentant un grave danger, il cherche à alerter son frère, mais ce dernier ne veut rien entendre.Quelques jours passent, quand Rol, un enfant de 4 ans disparaît mystérieusement puis c'est au tour de la vieille Trella... Un frisson d'angoisse passe sur le village, mais personne n'ose s'avouer que Fourrure blanche est à l'origine du mal. Christian n'a alors plus qu'une idée en tête : retrouver la femme loup et lui faire expier ses crimes.Cette première histoire de loup-garou est un grand classique de la littérature imaginaire, encore méconnu en France. Jean-Pierre Dionnet, grand amateur de fantastique, revient dans sa préface sur la naissance du mythe du loup-garou et sur la collaboration de Clemence et Laurence Housman. Deux virtuoses des récits angoissants.

  • Le dernier volet des aventures des chevaliers de la Table ronde racontée avec des mots d'aujourd'hui pour des lecteurs du XXIème siècle Vivant dans une forêt isolée, élevé dans l'ignorance de la chevalerie par une mère soucieuse de le protéger, Perceval a peu de chances de revêtir un jour l'armure. Mais le destin fera de lui le plus grand chevalier de la Table ronde. Le plus grand par les armes, peut-être. Le meilleur par le coeur, sans aucun doute. Car lui seul peut retrouver le chemin du château du Graal et mettre fin au mal qui dévore le roi pêcheur ainsi qu'à la désolation qui s'acharne sur le royaume d'Arthur.

    Dernier volet de la légende arthurienne, ce troisième tome clôt les aventures du roi Arthur, de ses chevaliers, de Guenièvre, de Morgane. Talismans et lames nobles, saints ermites et ravissantes jeunes femmes, tournois et duels impitoyables... Ici, les chevaliers sont confrontés plus que jamais à la magie et au merveilleux.


    Dans cette trilogie enfin complète, Claudine Glot et Marc Nagels nous proposent une nouvelle vision du monde chevaleresque, résolument moderne et inédit, redonnant à tous les personnages de l'aventure arthurienne fraîcheur et humanité.

  • Dans un hameau perdu, Alban Vertigo rend visite à une vieille parente qui s'apprête à quitter sa ferme pour toujours. Parmi les objets religieux qu'elle lui confie, Alban découvre une lettre ancienne. A la Révolution, la fameuse Vierge du Puy aurait échappé au bûcher républicain. Celui qui retrouverait aujourd'hui cet objet mystique percerait une énigme surgie de la nuit des temps.Pourquoi les Vierges noires sont-elles noires ? Pourquoi avoir affublé Marie, la blanche, de la couleur des ténèbres et du péché ?A peine Alban s'est-il arraché à sa mélancolie pour suivre la piste que d'incroyables crimes rituels se déchaînent. Les cadavres sont retrouvés nus, ligotés en position foetale, une chauve-souris clouée sur le front, les yeux arrachés. Membres névrosés de secte, antiquaire éprise d'esthétisme, adorateurs de sainte Sara... tous recherchent frénétiquement cette relique qui focalisent les transes de tous les fanatismes.Mais qui est-elle donc cette Vierge du Puy pour qui ruisselle tout ce sang ? De quel pays, de quel culte, de quel temps est-elle issue ?Alban et l'étrange lieutenant Gargovitch enquêtent. Chacun à sa manière.Une intrigue policière menée de main de maître  jusqu'aux frontières de l'ésotérisme, des personnages attachants et profondément humains, un mystère qui remonte aux origines du christianisme, un tueur en série vraiment imaginatif, autant d'éléments qui font de cet ouvrage un roman original et captivant.

  • 4 000 ans d´histoire mondiale des prophéties. Toutes les prédictions et les visions qui ont marqué l'humanité Depuis les temps les plus reculés, quiconque peut prédire ce qui va arriver occupe une position inégalable aux yeux des autres. Celui qui dit l´avenir peut donc l´anticiper : c´est ce qui a toujours fasciné... et fait peur à la fois. Aujourd´hui encore, ce don mystérieux garde une aura particulière.

    Le Livre des prophéties explore la prophétie sous toutes ses formes, à travers l´histoire et dans le monde entier. Le prophète était le porte-parole des dieux, il tenait son autorité de ce qu´il transmettait le message divin. Il en était ainsi de la Sibylle, de la Pythie de Delphes, des chamans péruviens, de Mahomet ou des prophètes de l´Ancien Testament. Le prestige des devins reposait sur leur capacitéà atteindre des sources de connaissance inaccessible par d´autres moyens. Ces voies d´accès à la connaissance du futur sont les rêves prémonitoires, la divination ou d´autres formes plus modernes de la prophétie. Découvrez tous ces voyageurs spirituels : les druides, les augures romains, les magiciens, Cazotte, Nostradamus, Merlin.

    Pénétrez dans l´univers des grands utopistes comme Léonard de Vinci ou Jules Verne et tant d´autres personnages qui, se fondant sur la science et la raison, imaginent l´avenir... lequel demeure toutefois tout aussi imprévisible qu´autrefois.

  •  0500« Pas besoin de se retrouver en pleine nuit dans un château isolé au milieu d'une forêt, le mystère peut être tout proche. Je suis convaincu que c'est le mystère de proximité qu'il faut explorer.»Claude Arz Que ce soit sur les traces d'une légende à Paris, en plein coeur de la forêt de Brocéliande, au pied des « arbres guérisseurs » ou encore sur la colline envoutée de Rennes-le-Château, les mystères d'hier et d'aujourd'hui forment un univers parallèle propre à exciter l'imaginaire.
    Ces histoires, de passionnantes enquêtes de terrain, sont autant d'aventures humaines, fortes et symboliques. Une façon de franchir les portes de l'invisible. Et de réenchanter le monde.Claude Arz est spécialiste des légendes et traditions populaires françaises depuis plus de vingt ans. Il a écrit de nombreux ouvrages sur le sujet, dontLa France insolite, Mystères et légendes de nos campagnes, Croyances et légendes de la mer.0300Une plongée au coeur des mythes et légendes enfouis au plus profond de la campagne française.On dit que la France est cartésienne, mais les apparences sont trompeuses car il existe un goût tout particulier pour les énigmes historiques et les hauts lieux légendaires, goût qui remonte à l'époque romantique et même jusqu'au Moyen Age.Ainsi, lorsqu'on parcourt les routes de France, on découvre un autre visage, plus curieux, souvent méconnu, toujours étonnant, quelque fois inquiétant. Claude Arz raconte des histoires qui nous parlent de légendes et de cultes populaires (la forêt de Brocéliande, les menhirs de Carnac), d'énigmes archéologiques (la vallée des merveilles, les mystères de Glozel), de paranormal, de trésors cachés (Rennes-le-château et l'abbé Saunière, le château de Monségur), de sociétés secrètes, d'alchimie et de sorcellerie, autant de thèmes qui excitent l'imaginaire. Respirons à pleins poumons les délicats parfums de l'étrange et découvrons un monde parallèle, fantastique où dansent et frétillent sorciers, druides, médiums et autres féticheurs.   

  • Toutes à la fois tendres, troublantes, cyniques, inconvenantes a et drôles, ces « petites histoires horizontales » nous entraînent voluptueusement dans les méandres amoureux de la sexualité féminine : des découvertes enfantines à la verdeur éternelle, en passant par les déhanchements boulimiques de la trentaine, toutes évoquent un érotisme qui ose dire son nom. L'art d'aimer et de se faire aimer prend ici un fameux coup de plume dans l'aile...

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Le radeau de la mémoire est tout ce qui subsiste de la vie emportée, jour après jour, sur le vaste océan de l'oubli. Né à Anvers en 1920, l'auteur raconte son itinéraire de soixante années, voyage tortueux entre la réalité et le rêve, dont il n'a en rien fixé la direction ni le mouvement. Conquis à dix-sept ans par le surréalisme, il fera en premier la connaissance de Magritte qu'il fréquentera assidûment pendant un quart de siècle. Du peintre il nous livre un portrait inattendu, celui de l'homme secret dont, quinze ans après sa mort, deux ou trois révélations ont quelque chance de stupéfier. De l'enfance interminable à la guerre démesurée, du bureau oppressant à la haute mer, de l'Amérique fantasque à la Chine irrespirable, l'auteur, en se découvrant aux autres, se montre aussi à lui-même, se composant et se défaisant à travers les morsures de l'ennui et les éclairs de la passion. Pourtant, il n'a guère le souci de vouloir se connaître, se bornant devant une vie qui n'est pas accomplie à éprouver un étonnement permanent mais tranquille, autant que faire se peut.

  • « Après vingt-six ans d'un régime de parti unique et d'une politique socialisante, le premier suffrage démocratique de l'Algérie propulsait un mouvement qui se proposait d'établir une nouvelle forme de dictature. Dès le premier tour, le Front islamique du salut (FIS) obtenait 188 mandats. Il devenait certain que, trois semaines plus tard, il disposerait de plus de la moitié des 430 sièges soumis au verdict des électeurs. Beaucoup de citoyens, comme le gouvernement, avaient parié sur un score électoral islamiste évoluant entre le quart et le tiers des votants. Ce fut le choc. Les intégristes pavoisaient. Les adversaires étaient consternés. Quel était ce parti qui se réclamait de l'Islam et de la Charia, le droit canon musulman ? Pourquoi le plus moderne des pays arabes s'est-il retrouvé dans cette situation ? Quelles sont les causes de cette dérive ? Comment le FIS est-il parvenu à séduire tant d'individus, tant d'hommes et surtout tant de femmes ? » Rachid Mimouni

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Il m'a fallu cinquante ans pour me fabriquer cette cuirasse, à l'abri de laquelle s'est reconstituée ma bienveillance originelle... Nourri à l'os de seiche, j'ai découvert à quel point j'étais reconnaissant à mes victimes d'avoir alimenté ma tendresse. De temps en temps, il m'arrive de penser que cette alimentation m'a desséché, alors que je lui dois toute mon indulgence. Regarder les gens et les choses avec des jumelles impertinentes, les rapetisse, mais redonne à celui qui les tient le goût des vastes perspectives et des grands personnages. Par la même occasion, une envie de descendre « au plus profond, là où l'ironie n'atteint pas ». Le moment n'est pas tout à fait venu. Ma cure de dérision n'est pas encore achevée. J'ai besoin de vous, mes petites têtes de Turc adorées, pour retrouver mon innocence. Pardonnez-moi, mes chéris, de me servir de vous, et même d'abuser de votre faiblesse, pour reconquérir un peu de ma vigueur. Jusqu'à présent, je vous ai ménagés. Cela ne m'arrivera plus. »

  • Jean-Claude Barreau a beaucoup voyagé dans les pays musulmans, du Maroc au Pakistan, de l'Iran au Yémen. Il fut, dans une vie antérieure, théologien, puis éditeur. Directeur, entre 1982 et 1984, de la Coopération française en Algérie, il est aujourd'hui Inspecteur général de l'Éducation nationale. Il est aussi président de l'OMI (Office des migrations internationales), et de l'INED (Institut national d'études démographiques).

  • On trouvera ici l'histoire des trente premiers mois de la « Révolution des Roses ». Il n'y manque aucun des personnages, ou des événements, qui ont marqué notre vie politique depuis le 10 mai 1981. Mais, dira-t-on, une Histoire en train de se faire, cela ne s'écrit pas, faute de recul. Eh ! si : cela s'écrit. Quand ceux qui tiennent la plume, s'appellent Rabelais ou Corneille, La Fontaine ou Racine, Molière ou Saint-Simon, Chateaubriand ou Hugo, Lamartine ou Stendhal, Balzac ou Dumas, Zola ou Proust, Éluard ou Prévert, Malraux ou Céline - et tant d'autres que Jean-Michel Royer a mobilisés ici, sous la conduite du grand Nostradamus lui-même. À eux tous, c'est notre histoire qu'ils écrivent. C'est à travers les yeux de nos grands écrivains, et d'eux seuls, que nous pouvons porter, sur nos contemporains, un regard d'éternelle politique jugée. Qui, mieux qu'eux, a saisi la vérité profonde des héros, superbes ou dérisoires, d'une comédie politique qui, d'année en année et de siècle en siècle, n'est jamais « ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre » ? Qui peut en parler avec plus de lucidité, de drôlerie, de nécessaire distance, de salubre ironie ?

  • Le roman vrai de l'aventure sous-marine, depuis la mise au point artisanale des scaphandres autonomes, jusqu'aux maisons sous la mer, en passant par les soucoupes plongeantes, les grands requins blancs, les rêves d'Atlantide, et les trésors engloutis... Claude Wesly, chef plongeur de l'équipe Cousteau, raconte - avec Maurice Dessemond - cette histoire de mer, de rêve et d'amitié, grâce au témoignage de ses compagnons de la Calypso, des hommes d'exception comme « Bébert » Falco, André Laban, le commandant Taillez, et Didier Dumas - les « Mousquemer » ainsi qu'ils se surnommaient - et bien d'autres qui, autour de Jacques-Yves et Simone Cousteau, ont parcouru les océans, et vécu la plus extraordinaire des aventures, pendant plus de cinquante ans.

  • Avant de se retrouver en prison, Aymar Bude de Fontségugne a eu le temps de passer un Doctorat en droit. Ses études juridiques, en lui faisant apparaître à quel point la Justice n'est pas égale pour tout le monde, ont achevé de le brouiller avec sa classe d'origine. C'est aux Baumettes qu'il rencontre César-Auguste, petit voyou marseillais, fils du dernier guillotiné de France, un exemple dont il veut être digne. Entre le bourgeois dévoyé et le jeune truand va naître une étrange complicité. Aymar lui fait découvrir la littérature, ce monde fictif où tout est permis, puis l'informatique et son univers virtuel... En sortant de prison, César-Auguste devient un auteur à succès, en appliquant les recettes découvertes dans ses lectures. Mais le milieu littéraire - plus pervers à ses yeux que le Milieu tout court - le dégoûte, et il s'enfuit loin de tout. Quand il revient, rappelé par son vieil ami Aymar, c'est pour s'apercevoir que son dernier livre fait un triomphe. On voit César-Auguste partout, donnant des interviews à la télévision, s'étalant à la Une des journaux... Le seul problème, c'est qu'il n'a pas donné ces interviews... Et qu'il n'a pas écrit ce livre.

  • Symbole de tolérance au milieu des intégrismes, apôtre de la non-violence - alors que la violence nous cerne -, sa Sainteté le Dalaï-Lama, chef spirituel et politique du Tibet, prix Nobel de la paix, nous délivre un message d'amour et de sagesse depuis sa résidence d'exil à Dharamsala, accrochée au flanc des montagnes. Dans ce livre réalisé par une journaliste française, Frédérique Hatier, et qui rassemble l'essentiel de ce message à partir de ses écrits et de ses interventions, le Dalaï-Lama nous parle : de son histoire et de celle de son peuple ; du bouddhisme tibétain - religion, philosophie et règle de vie - qui peut proposer une alternative pour l'Occident ; de la vie, du monde d'aujourd'hui, de la violence, des souffrances infligées aux peuples, aux animaux, à la nature ; de la sagesse, de la méditation, des enseignements que l'on peut tirer du bouddhisme, même sans y adhérer ; du Samsâra, enfin, le cycle de la vie - naissance, mort et renaissance - qui constitue la base de l'existence.

  • En matière de psychologie féminine, je ne dois pas être loin de la niaiserie absolue. J'ai toujours vécu à la surface des êtres, et Lucie me faisait découvrir de telles profondeurs, que je mis un certain temps à admettre leur existence. Dans les premiers jours, je me félicitais de la virtuosité qu'elle avait acquise au cours de sa tumultueuse existence. J'y trouvais égoïstement mon compte. J'éprouvais même - à l'égard de mes innombrables prédécesseurs - un vague sentiment de reconnaissance et de complicité. Je cohabitais donc sans déplaisir avec cette armée de fantômes débonnaires. Ils ne me troublaient ni le sommeil ni l'humeur. Ce fut ma période joviale...

  • Dans son principe, la morale s'est édifiée comme un ensemble de règles, dont la fonction première a été, jusqu'à notre époque, d'assurer la survie de la société ainsi que sa cohésion, le modèle demeurant toujours la loi de Moïse (la règle d'Or). Et pourtant, sous toutes les latitudes, l'histoire des hommes est maculée de sang. De nos jours encore, les massacres se multiplient, mais avec une ampleur aggravée par la technologie. Alors ? La morale n'est-elle qu'un outil politique servant à justifier toutes les croisades, toutes les exactions ? Quand des ministres, des responsables d'oeuvres caritatives, des chefs d'État, adoptent un discours moralisateur tout en hissant la corruption et le cynisme au niveau d'un art, n'est-ce pas l'idée même de morale qui s'efface dans l'esprit du citoyen ? Autrefois, la morale dominait les moeurs. Aujourd'hui, ce sont les moeurs qui font la morale, qui la malaxent, qui la redéfinissent sous l'impulsion d'une minorité de « déviants », lesquels, en refusant cette « règle d'or » de la vie en société, mènent à la disparition de tout sens moral, ou conduisent cette société à inventer une morale « de circonstance », de plus en plus éloignée d'une éthique sacrée ou matérialiste.

  • Trente « bavures » par jour. C'est la moyenne statistique des accidents thérapeutiques en France : erreurs de diagnostic, négligence, ratages chirurgicaux, problèmes d'anesthésie... Environ 10 000 malades, chaque année, deviennent des victimes de la médecine. Décès, handicaps permanents, mutilations, coma... Et la réaction du corps médical, neuf fois sur dix, est la même : dissimulation, mépris, contre-attaque. Car on ne remet pas en question le savoir-faire d'un médecin. C'est la règle. Alors qu'aujourd'hui même, les hommes politiques sont mis en examen au moindre faux pas, les médecins sont-ils les derniers « intouchables » de notre société ? Sans en arriver à la dérive des États-Unis, où les chirurgiens refusent d'opérer si le patient ne signe pas une décharge, les médecins ne peuvent-ils vraiment pas être tenus pour responsables de leurs actes ? Quel est réellement le pouvoir du Conseil de l'Ordre, et comment les médecins fautifs sont-ils sanctionnés ? Ce livre donne la parole à tous les acteurs de ce dossier étouffé : associations de victimes, médecins, malades survivants. Un tableau sans concession, qui vous donnera les clés du débat.

empty