Les Impressions nouvelles

  • Pour quelle raison un acteur de cinéma veut-il un jour devenir réalisateur ? Ou à l'inverse, mais plus rarement, qu'est-ce qui peut motiver un cinéaste à s'exposer devant la caméra ? Au-delà de ces simples interrogations, le livre explore aussi les relations passionnelles, contradictoires, complémentaires entre metteurs en scène et comédiens. Naissent d'autres questions : comment dirige-t-on des acteurs lorsqu'on a soi-même l'expérience de cette profession ? L'exercice de la mise en scène modifie-t-elle le travail d'un acteur, et vice versa ? Des parcours très différents sont explorés avec sincérité par les intervenants, où se mêlent des stars et des auteurs singuliers : acteurs devenus cinéastes par hasard ou par volonté, réalisateurs passés devant la caméra par nécessité ou par désir, tous nous exposent sans fard leurs doutes et leurs enthousiasmes, l'angoisse et l'émerveillement d'être en même temps, ou alternativement, devant et derrière la caméra.

  • En octobre 1991, il y a un quart de siècle, Pourquoi nous ne sommes pas nietzschéens paraissait chez Grasset. Quelques philosophes français se targuaient de ne pas l'être, ou de ne plus l'être, enfin : de ne plus vouloir le devenir, jamais. Nous voulons promettre ici le contraire : nous aurons à devenir nietzschéens car le temps présent nous impose cette réévaluation. Une telle promesse se réalise dans cet ouvrage collectif en interpellant en sujets nietzschéens les penseurs contemporains qui ont accepté cet enjeu, de par leurs lectures de l'oeuvre de Nietzsche, à partir de l'inscription de leur propre oeuvre dans ce que nous nommons un nietzschéisme pour le présent. Nous avions en effet une question : que promettons-nous aujourd'hui au nom de Nietzsche, parce que nous le lisons, parce que nous ne pouvons pas ne pas le lire ? Ce livre dévoile et développe les pensées et les écritures dont nous avons grandement besoin aujourd'hui pour en finir avec tous les nihilismes du mécontemporain.

  • Il y a au moins trente-cinq mille ans, un événement inédit s'est produit : nos ancêtres se sont mis à créer des oeuvres non utilitaires pour des plaisirs d'un type nouveau, des oeuvres d'art. Depuis le XIXe siècle, on en découvre par millions sur toute la surface du globe. Que sont ces oeuvres ? Que nous disent-elles de ces ancêtres ? Comment les a-t-on interprétées ? Pourquoi ont-elles influencé toute la peinture moderne et contemporaine ? Comment s'est formé ce sens esthétique ? Et si l'art n'était pas la conséquence de la formation de l'homme, mais au contraire ce par quoi nous sommes devenus ce que nous sommes ? Ce livre richement illustré propose des réflexions philosophiques sur ces quelques questions, bien au-delà du cercle des spécialistes. Ce livre est publié en même temps qu'est inaugurée à Cap Sciences à Bordeaux l'exposition dite « Lascaux III », qui représente une première mondiale : une reconstitution grandeur nature d'une partie importante de la grotte ornée, qui doit pendant huit ans voyager en Amérique du Nord et en Asie, puis revenir en France. Cette exposition annonce aussi le Centre international qui permettra de visiter sous terre, à Montignac, l'essentiel de la grotte de Lascaux, reconstituée avec les moyens les plus modernes, et qui verra le jour dans trois ans. Le philosophe Jean-Paul Jouary, qui participe activement à ces deux réalisations, expose ici des réflexions amorcées dans des publications antérieures, et qui entrent dans la conception des deux projets.

empty