Les Presses de Taizé

  • À la fin des années 1960, le cheminement vers la réconciliation des chrétiens, qui a tant occupé frère Roger, lui semble être en panne. Il se demande : si l'oecuménisme a atteint un plafond, qui fera une trouée ? Seraient-ce les jeunes générations ? Mais beaucoup de jeunes sont découragés et désorientés, la grande crise de 1968 n'a pas abouti à ce qu'ils avaient imaginé : comment partager avec eux une nouvelle espérance ?Le fondateur de Taizé pense alors à un moyen pour stimuler une recherche : réunir un concile des jeunes. Il sait que pour toucher cette génération exigeante il faut un langage fort et absolu : « lutte et contemplation » est le mot d'ordre qu'il propose.Les pages rassemblées dans ce livre font découvrir comment frère Roger et ses frères traversent ces années tourmentées. Elles donnent aussi accès aux racines des options actuelles de la communauté de Taizé.Ce cinquième volume des Écrits de frère Roger réunit Ta fête soit sans fin, publié en 1971, et Lutte et contemplation, publié en 1973. Les pages de journal que contenaient ces deux livres sont enrichies d'autres textes, interviews, lettres aux jeunes, extraits inédits du conseil annuel de la communauté.

  •     Parmi tous les textes, livres et lettres de frère Roger, ceux-ci occupent une place à part. Ils sont adressés à chaque lecteur mais aussi en particulier à chaque frère de Taizé. Ils ont été rédigés « pour toi qui veux construire ton existence en communion avec le Christ qui est amour. Tu seras d´autant plus libre pour passer d´un provisoire à un autre provisoire que tu te référeras, ta vie durant, à quelques valeurs essentielles. » Quand il formulait ces valeurs essentielles, le fondateur de Taizé était préoccupé de ne pas écrire un seul mot qu´il n´ait d´abord vécu lui-même. Il espérait que chaque parole tombe directement dans le coeur du lecteur.
    Ces textes, qu´ils sortent de la plume d´un homme dans la fraîcheur de sa jeunesse, ou qu´ils portent la marque de l´expérience et de la maturité de la vie, permettent de voir comment les mêmes intuitions fondamentales ont soutenu la communauté de Taizé dès le début. Ces intuitions n´ont rien perdu de leur force et de leur actualité.

  • Ces pages font découvrir comment la communauté de Taizé, petite et peu connue, devient en quelques années un lieu où accourent des jeunes du monde entier car ils s´y sentent accueillis et compris.
    Au début des années 1960, frère Roger espère que la vague oecuménique soulevée par le pape Jean XXIII provoquera rapidement une réconciliation des chrétiens séparés et que le concile Vatican II en sera l´instrument privilégié.
    Espérance déçue ! Alors, vers la fin du concile, il pressent que l´oecuménisme n´a d´avenir qu´en se lançant sur des chemins tout nouveaux. Il les décrit dans Dynamique du provisoire. Du même coup, il entraîne la communauté qu´il a fondée vers des horizons beaucoup plus larges.
    L´un de ces chemins est l´écoute des nouvelles générations. De fait, trois ans plus tard, en écrivant Violence des pacifiques, il montre qu´il ose aller très loin à la rencontre de l´effervescence des jeunes de 1968.
    Ces deux livres sont réunis ici avec quelques autres textes de la même époque.

  • Vivre l´aujourd´hui de Dieu parut en 1959, au moment où Jean XXIII venait d´être élu pape et convoquait presque tout de suite le concile Vatican II.
    C´est ce livre qui fit connaître frère Roger au grand public. Une voix nouvelle et originale, jusque-là confidentielle, se faisait entendre, formulant en mots simples une manière moderne de vivre la vie chrétienne, présentant la vocation de la communauté de Taizé, et proposant aussi une feuille de route pour l´oecuménisme qui allait commencer à prendre son essor.
    Vivre l´aujourd´hui de Dieu reste un classique dans l´histoire de la spiritualité. Il forme ici comme le panneau central d´un triptyque réunissant les premiers livres du fondateur de la communauté de Taizé. Il est suivi d´extraits de Introduction à la vie communautaire (1944), oeuvre de jeunesse qui en fut une sorte de première ébauche, et de L´unité, espérance de vie (1962), qui en dégagea quelques prolongements.

  • En 1970, frère Roger a annoncé la tenue d'un concile des jeunes. Cette perspective a déclenché une recherche avec des jeunes de toute la terre, qu'ils soient visités là où ils vivent, ou qu'ils affluent en nombre croissant sur la colline de Bourgogne où est établie la communauté. Dans son journal il raconte ces années, qui sont pour lui colorées par l'approche puis par l'ouverture et les débuts du concile des jeunes. Il fait aussi le récit de sa vie au milieu des plus pauvres au Chili et à Calcutta. De temps à autre, le journal s'interrompt et laisse place à une réflexion sur des questions que les jeunes se posent : Comment prier ? Un croyant peut-il douter ? Peut-on s'engager pour toute la vie ? Qui est le Christ ? Pourquoi l'Église ? Quel est le sens de la souffrance ?

  •     Ce livre apporte un éclairage nouveau sur les origines de la communauté de Taizé en donnant accès à des pages inédites de son fondateur.
    La première partie recouvre les années 1940 à 1955 : elle présente un ouvrage que frère Roger n´a jamais achevé et qu´il a laissé à l´état d´esquisse.
    La deuxième partie rassemble des écrits rédigés entre 1956 et 1963 : l´annonce par Jean XXIII puis le début du concile Vatican II rendent très incisive la réflexion de frère Roger sur l´unité de l´Église.
    Dans ces pages, tantôt il laisse libre cours à l´écrivain pour exprimer sa vision poétique de la vie, l´allégresse de la nature, tantôt il fait apparaître la profondeur des souffrances que connaît le fondateur.
    La troisième partie montre le regard rétrospectif que, à la veille de sa mort, il porte sur cette période : « Jean XXIII, un tournant dans notre vie. »

empty