Entreprise, économie & droit

  • 33 ans avec vous

    Jean-Pierre Pernaut

    Ce n'est pas sans un énorme pincement au coeur qu'on quitte la présentation d'un journal télévisé comme " Le 13 heures ", devenu un rendez-vous quotidien pour des millions de Français avec 8 500 journaux présentés, 115 000 reportages tournés jusque dans les plus petits villages de France, 15 000 magazines sur les cultures régionales et l'immense patrimoine d'un pays que j'aime tant.
    Aujourd'hui, j'éprouve de la fierté mais aussi ce curieux sentiment d'abandonner ceux avec qui j'ai déjeuné chaque jour durant toutes ces années à 12 h 58 très exactement, au point que j'avais l'impression de faire partie de leur vie...
    Maintenant que j'ai décidé de tourner la page, avec la faiblesse de croire que mon " 13 heures " n'est pas un JT comme les autres, je veux raconter la passion que j'ai mise dans ce métier qui me l'a rendu au centuple, toutes les aventures vécues ensemble, sans omettre ni d'où je viens, ni les galères, ni ceux qui m'ont permis de garder les pieds sur terre.
    Une façon de vous faire partager mon bonheur d'avoir passé 33 ans avec vous.
    Jean-Pierre Pernaut

  • Il y a les procès historiques, les affaires médiatiques, il y a les acquittements parfois et les polémiques souvent.
    Et puis il y a l'homme derrière la robe d'avocat.
    Libre. En colère. Révolté.
    Éric Dupond-Moretti, à la barre, livre ses vérités.

  • Pourquoi, en France, un seul accent est-il jugé " normal " ? Pourquoi n'entend-on jamais ou presque à la télévision ou à la Comédie-Française les intonations du Gers, du Nord, d'Alsace ou de Corse ? Et qui s'est arrogé le pouvoir de définir la " bonne " manière de parler ?
    Il existe en France une discrimination par les accents. Elle se traduit souvent par des moqueries, parfois par l'impossibilité d'accéder à certains métiers, que ce soit dans l'audiovisuel ou le cinéma, le monde des affaires ou l'université...
    Jean-Michel Aphatie est l'un des rares journalistes à faire carrière à la radio et à la télévision " malgré " son accent basque. Michel Feltin-Palas est un amoureux des langues de France et de la diversité culturelle. Tous deux délivrent des témoignages émouvants et un diagnostic choc sur cette discrimination méconnue, source de souffrances psychologiques plus graves qu'on ne le croit et qui concerne près de trente millions de personnes.

  • Les aveux

    ,

    S'il fut longtemps considéré comme " la reine des preuves ", il est aujourd'hui de bon ton de se méfier de l'aveu. Les annales judiciaires recensent tant de cas où les confessions d'innocents ont été extorquées à force de pression et de manipulations psychologiques ! Sans compter que les progrès de la police technique et scientifique permettent aujourd'hui bien souvent de reconstituer un périple meurtrier en dépit du mutisme d'un suspect. Pour autant, le moment de l'aveu demeure, pour la majorité des enquêteurs, un moment clé de l'enquête. Celui qui ôte le doute, éclaire les zones d'ombre d'une affaire et soulage les proches d'une victime.
    Dominique Rizet et Rémy Bellon reviennent avec minutie sur ce phénomène complexe en donnant, une fois n'est pas coutume, la parole à ceux, gendarmes, policiers, avocats ou journalistes, qui ont su recueillir les confessions de criminels ou tueurs en série tels que Francis Heaulme, Émile Louis ou Thierry Paulin et amener les plus endurcis d'entre eux à se mettre à table...

  • L'avocate Fabienne Roy-Nansion est apparue aux journaux télévisés en décembre 2013. Elle venait de se porter volontaire pour défendre Fabienne Kabou, la mère d'Adélaïde, 15 mois, noyée sur la plage de Berck. Sa plaidoirie marquera l'opinion révoltée par cet infanticide.
    Les grands scandales judiciaires, l'avocate connaît. En 2004, elle était plongée au coeur du fiasco d'Outreau, au côté des ténors du barreau Frank Berton et Éric Dupond-Moretti. Avec ses copains de prétoire, Me Roy-Nansion a écumé les cours d'assises du Nord-Pas-de-Calais. Elle a côtoyé de près la souffrance et la misère devant lesquelles elle ne baisse jamais les yeux. Depuis Boulogne-sur-Mer, l'avocate se fait le fil rouge d'un récit vrai, parfois cru et brutal, mais jamais dans le jugement. Son témoignage raconte trente ans de barreau et de nuits passées dans les commissariats d'une France noyée, broyée, rendue invisible.

  • " Cette histoire raconte comment nous sommes passés des shampoings personnalisés à Netflix. C'est aussi le récit de la vie incroyable d'une idée : du rêve au concept, puis du concept à la réalité. Et de la manière dont les choses que nous avons apprises tout au long de ce cheminement - deux types lançant des idées dans une voiture, puis une dizaine de personnes devant des ordinateurs dans une ancienne banque, jusqu'à des centaines d'employés regardant grimper la cote boursière de notre société - a changé nos vies. "
    En 1997, Marc Randolph et Reed Hastings fondent Netflix, à l'origine une entreprise de vente et location de DVD en ligne. Comment cette petite société à taille humaine en laquelle personne ne croyait est-elle devenue l'incontournable leader mondial du streaming vidéo ?
    Dans ce livre, Marc Randolph, cofondateur et premier directeur général de Netflix, révèle les méthodes qu'il a découvertes pour obtenir ce que l'on veut, aussi bien dans les affaires que dans son quotidien. Ponctué d'histoires extraordinaires de la Silicon Valley,
    Ça ne marchera jamais ! nous prodigue les meilleurs conseils pour devenir un entrepreneur de talent, dans son métier comme dans sa vie.

  • Pour la première fois, Philippe Courroye s'exprime sur les grandes affaires qu'il a eues en charge,
    les attaques dont il a été l'objet et la justice en général.
    Actuellement avocat général à la cour d'appel de Paris, Philippe Courroye a été tour à tour juge d'instruction au TGI de Lyon, premier juge d'instruction au pôle financier au TGI de Paris, et procureur du tribunal de Nanterre. Cette vaste expérience nous entraîne ici dans les grands procès des dernières décennies, des affaires criminelles aux scandales financiers qui ont marqué la fin de l'immunité des hommes politiques, en passant par l'erreur judiciaire.
    Mais ce livre est également une réflexion sur les rapports compliqués entre justice, médias et politique, qui peuvent entraver l'indépendance d'esprit de la magistrature. Le procès Bettencourt - une histoire de famille transformée en affaire d'État -, est à cet égard édifiant. Un roman aux rebondissements ubuesques pour le lecteur averti, une crucifixion programmée pour le procureur de Nanterre qu'on est allé jusqu'à accuser d'homicide dans la presse.
    C'est pourtant en toute impartialité qu'aujourd'hui, Philippe Courroye montre à quel point la mission de juge ou de procureur est devenue difficile, notamment du fait de la médiatisation à outrance et de la porosité du secret de l'enquête. Et c'est en serviteur de la justice qu'il aborde les problèmes que doit résoudre la politique pénale. Zones de non-droit berceau de l'islamisme radical, prisons vétustes et en nombre insuffisant d'où l'inexécution de peines, progression de la délinquance des mineurs : autant de réformes à entreprendre pour répondre aux attentes des citoyens, c'est-à-dire de nous tous.

  • " Les femmes ont toujours été au coeur de ma vie. Dès l'enfance, la parole des femmes m'a inspiré, guidé. Elles ont fait de moi l'homme que je suis. J'ai choisi de les raconter toutes : les admirables, les courageuses, les paumées, les dangereuses. Femmes sous l'emprise d'hommes violents et manipulateurs. Femmes résistantes qui refusent de se soumettre. Femmes en colère. Femmes rejetées. Femmes anonymes et qui incarnent une qualité qui les rend exceptionnelles : le courage. Elles sont mes héroïnes, mes inspiratrices. Tous ces récits sont les leurs. "

  • Grain de sable

    Jacques Pradel

    " Depuis près de trente ans, je raconte à la radio et à la télévision des histoires criminelles réelles, dont certains scénarios semblent avoir été imaginés par des auteurs de romans policiers. Mais la fameuse formule selon laquelle la réalité dépasse la fiction est rarement prise en défaut. Il peut arriver qu'une enquête s'enlise, faute de témoins, d'indices ou parce que les traces relevées au cours des investigations ne sont pas exploitables... C'est souvent là qu'intervient le hasard ! Ce grain de sable, qu'il mène au succès ou à l'échec d'une investigation, me fascine. Il est toujours présent dans un bon polar, car il facilite le travail de l'auteur en précipitant le criminel dans la spirale de l'échec. Il se manifeste encore plus souvent dans les affaires réelles, comme j'ai pu le constater en plongeant dans les coulisses de certaines. Les histoires que vous allez découvrir dans ce livre en sont la macabre illustration. "

  • Briser le silence

    Murielle Bolle

    " Ma garde à vue a commencé il y a trente-quatre ans. J'avais quinze ans. Je suis cette gosse aux cheveux roux qui s'est retrouvée chez les gendarmes. Celle dont on a vu le visage dans les journaux, page après page, celle dont les photos défilaient au journal télévisé. Je suis celle qu'on a appelée "la grosse', "la rouquine', "la belle-soeur', "la maîtresse', "la complice'. Celle qu'on a traitée de menteuse, aussi, d'idiote, de sans-coeur. D'alibi et puis d'accusatrice.
    Je ne m'étais jamais exprimée. Je n'ai jamais parlé de l'affaire, pas même à la maison. Pour la première fois aujourd'hui, parce que l'injustice est allée trop loin et que je n'en peux plus, j'ai décidé de raconter mon histoire, toute mon histoire. Pour que les gens sachent que nous, les Bolle, nous n'avons jamais fait de mal à personne d'autre qu'à nous-mêmes. Pour qu'on apprenne enfin la vérité. "

  • À quoi reconnaît-on un esprit prédateur ? Qu'est-ce qui pousse un criminel à agir ? Naît-on avec des pulsions meurtrières ou sont-elles dues à des circonstances extérieures ? Que
    ressent-on avant le passage à l'acte ?
    Après avoir étudié et interrogé pendant plus de 25 ans les plus grands tueurs en série, John Douglas est capable d'anticiper leurs gestes, voire de les pousser aux aveux.
    Dans Le Tueur en face de moi, le très célèbre profileur du FBI dévoile ses méthodes au travers d'entretiens avec quatre des plus grands meurtriers de notre époque. En revenant sur ces affaires, il nous laisse entrevoir, au coeur du mal, l'être humain dans toute sa complexité.

  • Une insoumise au pays des médias
    Dans ce document-témoignage, récit intimiste de sept années passées dans la frénésie des chaînes d'info, Raquel Garrido jette un regard acéré sur la crise existentielle de notre système médiatique : concentration oligarchique des organes d'information, manoeuvres du pouvoir politique pour instrumentaliser le concept de " fake news ", journalisme putaclic, absence de déontologie, machisme, mépris de classe...
    En apparaissant aujourd'hui dans les émissions de divertissement, l'ex-porte-voix de Jean-Luc Mélenchon n'a renoncé à rien : ce qui est révolutionnaire, c'est de parler au peuple, sur les programmes qu'il regarde.
    Le constat de l'avocate insoumise est sévère, mais ses propositions constituent un appréciable plaidoyer pour que le citoyen - quelle que soit son opinion politique - soit restitué dans son droit à une information de qualité, complète et libre.
    En 2017, les Français ont opéré un grand mouvement de dégagisme politique. À quand son corollaire dans les médias ?

  • Quatre ans après Bête noire, le plus célèbre des avocats pénalistes reprend la plume. Avocats placés sur écoutes ou perquisitionnés au risque de voir dévoilés les dossiers de tous leurs clients, irruption de la morale dans la procédure, pression de certains médias qui jouent les procureurs, Éric Dupond-Moretti dénonce une dérive dangereuse : quand les droits de la défense sont rognés de toute part, la démocratie est en danger.
    À travers le récit de plusieurs affaires dans lesquelles il est intervenu, pour la plupart inconnues du grand public, il pointe les absurdités et les tricheries de l'institution judiciaire. Est-il normal, au xxie siècle, qu'un juge d'instruction, pour confondre deux innocents, demande à un expert de sonder l'opinion d'un chien ? Qu'un président d'assises, pour obtenir une condamnation plus lourde, tente de manipuler les jurés pendant le délibéré ? Qu'un homme soit condamné pour tentative d'assassinat alors qu'il peut prouver qu'il ne se trouvait pas en France le jour du crime ?
    Un livre coup de poing, qui concerne tous les citoyens désireux de savoir comment, aujourd'hui, fonctionne vraiment la justice dans " la patrie des droits de l'homme ".
    Ce livre a été écrit avec Stéphane Durand-Souffland, le chroniqueur judiciaire du Figaro.

  • " La mort, je l'aime comme vous aimez la vie. " Lorsque Samia Maktouf découvre, comme la France entière, les mots - glaçants - prononcés par Mohamed Merah avant qu'il soit abattu par le Raid, elle décide de faire du combat qu'elle mène pour le droit et la justice un combat pour la vie. Fidèle à la devise d'Albert Naud " Les défendre tous ", l'avocate franco-tunisienne a aussi bien représenté des figures décriées comme Ziad Takieddine que des réfugiés de Lampedusa, avant de s'engager dans la lutte contre le terrorisme. Depuis, elle assiste les victimes ou proches de victimes des attentats de Toulouse, de l'Hyper Cacher, du 13 novembre ou de la promenade des Anglais...
    Musulmane et laïque, elle livre un témoignage bouleversant sur ces anonymes meurtris par le deuil, et se fait un devoir de pointer les ratés de la lutte antiterroriste. Elle nous incite à nous dresser d'une même voix contre le cancer djihadiste, affirmant haut et fort notre amour de la vie et de la liberté.

  • " Cela fait des années que les coups de foudre me fascinent. Ils prouvent que l'amour peut surgir partout, même dans les circonstances et les endroits les plus inattendus. Après un échange de gifles retentissant suivi de soixante-six ans de bonheur pour Frédérique Hébrard et Louis Velle, lors d'un détournement d'avion pour Demis Roussos, dans une prison pour Jacques Vergès, devant une simple photo (François Mitterrand, Arielle Dombasle, Romy Schneider) ou un écran de télévision (Thierry Ardisson). Sans compter les rencontres sur les bancs des grandes écoles, les terrains de sport, les lieux de travail, et certaines retrouvailles à l'âge mûr qui font fi de l'état civil.
    Princes et princesses, acteurs et actrices, hommes ou femmes politiques, avocats, journalistes... les héros de ces pages vous feront rêver, sans nul doute. Mais vous verrez aussi que Cupidon ne vise pas que des vedettes et se trouve souvent là où on ne l'attend pas, ou plus. Alors, coeurs solitaires, ne perdez pas espoir ! "
    Danielle Moreau

  • À 52 ans, Sophie Favier, animatrice bien connue du petit écran depuis trente ans, jouit d'une popularité qu'elle assume sereinement. Elle vient de remporter, avec le dynamisme et la bonne humeur qu'on lui connaît, le défi qu'elle s'était lancé : retrouver la ligne et renouer avec sa féminité.
    À travers ce manuel du " savoir bien-être quinqua ", elle offre le fruit de ses réflexions et de cette (r)évolution : séduction, beauté, sport, philosophie de vie, amitié, enfant qui quitte le nid et amours sont passés au crible de l'humour irrésistible de Sophie qui dispense généreusement ses conseils, mais également des anecdotes plus personnelles.
    Parce que faire du temps un allié n'est pas qu'une question de physique - c'est aussi une discipline mentale -, proclamez, vous aussi, que jamaisvous n'avez été " aussi bien qu'à 50 ans " !

  • Une vie rugueuse mais pleine de bonheurs dès le départ. Dans la ferme de ses parents, on travaillait trop dur pour avoir le temps de chanter des berceuses. Mais aller cueillir tous ensemble des myrtilles pour faire de la confiture était une joie, et recevoir un simple bol de soupe pour Noël, une leçon : l'important, c'est de se nourrir des bienfaits de la nature.
    La montagne est rude ; l'univers de la cuisine, lui, est violent, surtout quand on veut y gagner des étoiles. Bien sûr, il y a la poésie de la création, tous ces bouquets d'oxalis ou de reines-des-prés, ces saveurs de pin qu'il invente pour accommoder une truite : ce chef inspiré est né avec une cuiller aromatique dans la bouche. Mais il y a aussi le " coup de feu " du service, les colères homériques du chef Veyrat pour une carotte mal râpée, le cadre à soigner voire à construire soi-même pour évoluer vers un ciel " étoilé ", les investissements nécessaires mais parfois scabreux (il flaire mieux les herbes sauvages que les promoteurs véreux), la bagarre contre les banques, le fisc, ou l'Administration qui lui inflige, par exemple, 100 000 euros d'amende pour avoir abattu des épicéas ravagés par les bostryches, donc déjà condamnés à mort...
    Mais bon... En 2006, Marc Veyrat est reconnu comme l'un des chefs les plus novateurs de son temps. Il obtient même un 20 sur 20 au Gault et Millau. Du jamais-vu, c'est trop beau : un accident de ski le brise et le condamne pour cinq ans au fauteuil roulant.
    Quand il s'en sort, il a réfléchi et décide de revenir aux sources. À Manigod, son village natal, il crée La Maison des Bois, qui brûle à peine achevée, mais renaît aujourd'hui de ses cendres. Un endroit magique au milieu des alpages, où l'on se restaure en regardant paître les animaux de la ferme, avant d'aller visiter la chapelle, dont les treize oratoires sont organisés comme un jardin botanique.
    La boucle est-elle bouclée ? Non. Par l'intermédiaire d'une fondation, le " patriarche " veut transmettre aux jeunes son idéal de retour au naturel. Car " une société qui mange mal et où l'on rend malades les hommes comme la terre oublie le sens du beau, du bon, du vrai ". Tout le monde semble s'en rendre enfin compte, il est temps d'agir. Marc Veyrat n'est pas près d'avaler son chapeau !

  • Ce livre est l'histoire d'une rencontre. Celle de deux personnalités, d'univers radicalement différents, qui ont pourtant des choses à se dire. D'un côté, Alexandre Malsch, ingénieur entrepreneur, cofondateur de melty. De l'autre, William Réjault, salarié dans les médias, blogueur et écrivain.
    Ensemble, ils retracent l'extraordinaire aventure de melty, une start-up devenue l'un des plus grands groupes de médias sur Internet. Né de la pensée, de la vision et de la soif d'apprendre d'Alexandre, le projet donne un sacré coup de jeune au monde de l'entreprise.
    Melty, c'est une créature étonnante, néanmoins fragile : en septembre 2015, l'aventure a bien failli s'arrêter. Mais grâce à une levée de fonds de 10,2 millions d'euros, l'entreprise s'est renforcée et développée en groupe, et Alexandre Malsch, passionné et perfectionniste, a su s'entourer des plus grands. Aujourd'hui, le " Système M " (Malsch, melty, Millions) a de beaux jours devant lui.
    Sans être un manuel d'entreprenariat, ce livre regorge de conseils des experts qui l'entourent et de secrets de ce grand entrepreneur du xxie siècle, dont le parcours constitue un exemple, et pourquoi pas un déclic pour les jeunes générations qui rêvent d'entreprendre.

  • En plus de trente-cinq ans d'une carrière judiciaire où il s'est souvent heurté à l'ordre établi, Éric de Montgolfier a eu tout le loisir de débusquer les mensonges des prédateurs de la démocratie qui tentent de nous courber sous leurs exigences de morale alors qu'eux-mêmes ne s'y plient pas. On se sentirait pigeon à moins...
    Pressions du Pouvoir sur les magistrats, dossiers curieusement classés sans suite ou grâces surprenantes, traitements différents des affaires fiscales selon que vous êtes puissant ou misérable, influence ambiguë de la presse ligotée par ses annonceurs et ses connivences avec le monde politique, indélicatesses de certains avocats, enrichissement illégal de quelques notaires, aberrances de la législation sur les femmes, dévalorisation du travail dans les textes : oui, il s'agit de Justice ! Mais pas seulement de l'institution. Nous sommes tous concernés. Et parce que ce livre talentueux dont les anecdotes vécues soutiennent le discours respire l'intégrité, il donne à chacun de nous l'envie de s'y soumettre, pour être digne de l'exiger. Ceux qui seraient spontanément tentés d'adopter le plumage du pigeon comme une justification de leur passivité doivent se rappeler sans cesse que, plus qu'un droit, la citoyenneté est un devoir qui ne souffre pas de compromis.

  • On commence par voler des P4 et des bonbons, puis on quitte la cité des Géraniums pour se faire de l'argent " facile ", et à dix-neuf ans, on se retrouve à Fresnes pour haute délinquance. De quoi réfléchir. Juré ! Quand il sortira, Jean-Marie fera " plombier ", il a son CAP... Mais la vie est si belle, à Montmartre, qu'il replonge. Résultat : à soixante-quatre ans, Jean-Marie Drouet a passé presque la moitié de sa vie en prison. Il le regrette aujourd'hui, mais assume. Sa seule fierté, c'est Ludovic, un bout de chou de deux ans, fils d'une " poupée " qu'il a hébergée et qui s'est fait la malle, lui laissant juste ce message éhonté : " Je m'en vais, occupe-toi de Ludo. "
    Et là, c'est le bonheur ! Trois années d'échappée belle, immorale mais irrésistible, entre un braqueur au coeur tendre et un môme qui dira de lui plus tard : " C'est mon VRAI père. Il m'a recueilli, aimé, et il a sauvé mes premières années d'enfance. "
    Mais il n'a pas abandonné ses activités, et quand il se fait reprendre, les services sociaux estiment que la mère du petit, remariée, doit s'en occuper. Ludo se retrouve dans une famille qui ne veut pas de lui, Jean-Marie sombre dans la dépression.
    Ils useront de tous les stratagèmes pour se retrouver, le temps pour Jean-Marie de s'assagir, et pour Ludo, de se remettre d'une adolescence fracassée.
    Une histoire aussi poignante que pittoresque, des scènes épiques, de la souffrance, de la tendresse et du pardon.

  • C'est en 2010 que la vie de la jolie Amélie Neten change radicalement. Malgré l'opposition formelle de son père, militaire de carrière, la jeune fille accepte d'être enfermée trois mois dans " la Maison des secrets " pour l'émission de télé-réalité présentée sur TF1 par Benjamin Castaldi.
    Son caractère bouillant, ses réparties acides en font rapidement une figure phare du programme. Adorée ou détestée par les fidèles du programme, Amélie ne laisse personne indifférent. Aujourd'hui encore, alors qu'elle est chroniqueuse sur NRJ12, elle doit faire face à des critiques virulentes qui lui reprochent de vouloir concilier maternité et télé-réalité.
    Amélie Neten est en effet la maman comblée d'un petit garçon de 5 ans qu'elle élève seule. Le mystère qui entoure l'identité du père continue de déchaîner ses détracteurs qui l'accusent d'être une mère indigne. L'un d'entre eux a même déclenché une enquête judiciaire en envoyant une lettre anonyme à la police évoquant le calvaire de l'enfant martyr...
    Pourquoi tant de haine ? Comment protéger son fils des rumeurs malsaines ? Ce sont les questions auxquelles Amélie tente de répondre dans ce livre confession à la fois tendre et percutant. La célébrité a un prix, Amélie espère ne pas devoir la payer trop cher...



  • Dans la cour de récré pleuvaient les surnoms : " Nez râpé ", " Nez rouge "... En classe, les apostrophes des profs : " La Tache, au tableau ! "
    Depuis plus de vingt ans à la télé tous les jours et encore aujourd'hui avec " Les 12 Coups de Midi ", comédien et créateur de la série Léo Mattéï - Brigade des mineurs, applaudi au théâtre, Jean-Luc Reichmann refuse de la maquiller, cette tache : elle lui a forgé le caractère. Il a très vite compris que le seul moyen de s'en sortir, c'était d'aller vers les autres, de leur parler... et de les faire rire ! " Jouer avec les mots pour se jouer des maux. " Même quand on sort du coma, à vingt-trois ans, après un accident de moto. Même pendant les années de galères avant de s'imposer au micro grâce à sa voix.
    " Reichmann-le-vrai " ne raconte pas ici pompeusement sa carrière, mais les aventures et mésaventures qui l'ont émaillée, avec un humour irrésistible. Personnage atypique, pas dupe des amitiés du milieu de la télé, pas " people " pour deux sous mais proche de son public, il accepte les effets pénibles ou dérisoires de la célébrité sans avoir l'indécence de s'en plaindre. Et finalement, dans une alternance de subtils moments d'émotion et de savoureuses anecdotes, ces " éclats de vie " nous apportent une sacrée bouffée d'oxygène et des provisions de bonne humeur pour longtemps.

  • " La Justice n'est pas ce que vous croyez. Certes le coupable doit être puni, la victime reconnue, les droits de la défense assurés et l'ordre public garanti. Mais la réalité est un peu plus complexe. " C'est de cette réalité que nous parle Luc Frémiot. Des accidents de la vie qui amènent inculpés et plaignants devant un tribunal. Avec un talent de conteur qui nous tient en haleine, il nous fait découvrir également tous les aspects inconnus de l'appareil judiciaire. De la fiabilité relative des témoignages aux curieuses raisons qui font parfois récuser un juré en passant par la folle course à l'acquittement de certains avocats, l'influence dangereuse des médias et les grandes sacrifiées du système : les victimes. Sans compter des pages édifiantes sur les violences intrafamiliales, contre lesquelles l'auteur se bat depuis près de dix ans. Un livre brillant mais sans effets de manches, qui nous incite à réfléchir sur la société et cette humanité dont nous faisons partie.

  • Procureur général de Paris de janvier 2010 à juin 2015, ayant eu sous son autorité quatre cents magistrats, François Felletti, affranchi de son obligation de réserve, livre un témoignage rare sur une fonction méconnue et pourtant essentielle de notre système judiciaire. Cet homme à la droiture exemplaire, qui s'est battu contre les pressions politiques et les intrigues de palais, souligne notamment les défis que doit relever une justice exsangue alors même que la France connaît une vague d'attentats sans précédent.
    Lui qui fut au coeur du dispositif antiterroriste offre un éclairage inédit sur les actions d'envergure menées par la justice et la police à la suite des drames sanglants qui ont endeuillé les années 2015 et 2016. Il s'interroge également sur les moyens à mettre en oeuvre pour espérer éradiquer ce fléau...

empty