Nathan (réédition numérique FeniXX)

  • C'est un matin comme tous les autres ; depuis des mois et des années. Et Paulin se lève. Dons l'ombre terne qui se glisse par le carreau, il y a le silence de la mère. Comme depuis des années. Un matin comme tous les matins ? Non. C'est le début d'autre chose. Sur le chantier de coupe, dans la cabane des bûcherons, il y a quelqu'un. Un homme. Il dit venir de loin. Il dit s'appeler Gaël. Quand il ouvre la bouche, c'est l'ailleurs qui parle. Il va rester. Un moment. Rien qu'un moment ? Il va s'enfoncer dans le coeur de quelques-uns comme un pieu, qui peut faire mal parce que l'espoir, parce que le rêve, avant d'être chaleur, c'est parfois dur et froid comme un éclat de pierre...

  • À force de se demander ce qu'il est venu faire en ce monde, Vivien, seize ans, a tenté de se suicider. Échoué dans une étrange communauté du haut Vivarais, il s'y sent très vite accroché : le lieu, l'amitié, Claire-Aude, et l'amour peut-être... Mais d'abord Santos, dont il veut découvrir le secret. L'idée qui tourmente le garçon est-elle vraiment folle ? Santos pourrait-il être Saint-Exupéry, disparu jadis sans témoin ? Quoi qu'il en soit, il est important pour ces deux êtres "de cheminer ensemble". Au contact de cet homme étrange et fascinant, l'adolescent découvre que la plus grande sagesse peut être la plus simple et comment, en croyant à la vie qu'il porte, chacun conquiert sa vérité.

  • "Sahara" est un mot arabe qui signifie "pays fauve". Or, le grand désert ainsi nommé, n'a pas du fauve que sa couleur. Il en a aussi la dangereuse fascination. Qui croit l'avoir apprivoisé ne doit jamais oublier qu'il peut avoir des réactions imprévisibles. Mais, pour celui qui respecte les règles, sa découverte reste une des grandes aventures de la vie, car le désert vous marque de sa griffe à jamais. Dominique, Jean, Michel, ont-ils su jouer le jeu ? Ne se sont-ils pas laissés prendre à l'apparence débonnaire du fauve au point d'oublier toute prudence ? Un couple remonte leurs traces, patiemment...

  • Les rochers de l'espérance barricadent le plateau dénudé de la Sierra del Cadi, où s'érige un monastère désaffecté, qui sert de prison politique aux derniers otages d'un régime en voie de mutation. Une jeune syndicaliste, Maria Calèn, attend là-haut le matin de son exécution. En Espagne même, la ferveur populaire suscitée par son courage n'a pu commuer ce verdict de mort. Mais - outre-Pyrénées - elle a des amis inconnus, qui organisent son sauvetage. À quel prix ? Il s'agit d'aller très vite, de faire transiter deux cent cinquante lingots d'or à travers une région montagneuse bien gardée. Les "perceurs de frontières" choisis pour mener à bien cette mission, sont des jeunes rompus à tous les coups durs. Pour parvenir jusqu'à la condamnée, Delano, Ian, Anouck, Josie, et leur guide catalan, Morena, ont choisi le moyen le plus sûr, le plus direct, mais aussi le plus difficile : escalader, au petit jour, cette barrière vertigineuse qui défend la forteresse, et que les gens de la Cerdagne espagnole appellent Rocas d'esperanza...

  • La jarre percée, c'est l'Afrique noire, au temps de la traite des esclaves. En cette première moitié du XVIIIe siècle, le roi de Dahomey, ambitieux et turbulent, rêve d'ouvrir son pays au commerce du "bois d'ébène". Il n'épargnera rien pour parvenir à ses fins. Mésédé, la Dahoméenne, et Agoro, le Youmba, échapperont-ils à la tourmente ? Laquelle parlera le plus fort, de leur haine héréditaire, ou de la passion qui les porte l'un vers l'autre ? Loëdic, le Français, incapable d'accorder ses actes et ses convictions, ne viendra-t-il pas brouiller le jeu ? Tels les brins d'une corde que tord le cordier, leur trois destins s'enroulent et se séparent avant de s'enrouler encore... jusqu'à quel dénouement ?

  • J'ai rencontré le Mexicain, un matin d'été à Paris. Il m'a conté une histoire passionnante, qui demeure vivace dans mes souvenirs et dans mon coeur. J'ai la conviction que les aventures de Rufino, le chef de bande, et de ses acolytes Vicente et Miguel, sont authentiques. D'ailleurs, en 1910, les Indiens se sont réellement révoltés contre leurs oppresseurs. Des Français ont aussi quitté Barcelonnette, petite ville des Alpes-de-Haute-Provence, pour chercher fortune au Mexique. Parmi eux, se trouvait une femme qui maniait le fusil comme un Gaucho... Le Mexicain n'a pas menti. Il doit vivre encore dans son village près d'un arroyo, non loin de la sierra où se déroula une lutte farouche et émouvante.

  • Des hommes, des femmes et leurs enfants, insatisfaits du monde dans lequel ils vivent, décident de répondre à l'appel du large. Ils s'embarquent donc sur le ketch "L'Ard-Ri", vieux mais solide, de Angus Mac Bain, à la recherche de paix, d'espace, de liberté. Hélas, ils comprendront vite que l'on ne rompt pas si facilement les amarres ! La nature, et la société, semblent se liguer pour ramener l'équipage au "bercail" : la tempête, un procès... Vaincront-ils tous ces obstacles ? L'aventure, la liberté... l'emporteront-ils sur le découragement ?

  • Ce ne sont pas les cavaliers de l'Apocalypse qui galopent si vite sur les étendues pierreuses du Causse de Sauveterre. Et pourtant... Ils sont sept. Des mal aimés, incertains de leur avenir, dont on s'est débarrassé pour le temps des vacances, en leur confiant de mauvais chevaux de manège, en leur assignant aussi un but dérisoire qu'ils n'atteindront jamais. Ils viennent de traverser, "en enfants perdus", la moitié d'un pays bouleversé par la menace d'une grande catastrophe. Au fil des étapes aventureuses, leur petit groupe a fini par se souder étroitement, sous la conduite d'un chef énergique et lucide. Ils n'ont plus rien à perdre, et tout à gagner dans cette fuite aveugle qui les emporte vers l'inconnu. Car ces sept cavaliers au coeur pur ont puisé peu à peu dans l'épreuve une force intérieure, qui les empêche de céder au désespoir comme à l'épouvante. L'élan mystérieux qui les anime, c'est tout simplement le courage et la volonté de survivre.

  • La plus grande partie de ce roman se déroule au Portugal, dans la population paysanne qui fournit la majorité des travailleurs portugais émigrés à l'étranger. L'histoire de Maria et Manuel, leur amour difficile, les multiples problèmes que la jeune fille rencontre, tant dans son pays qu'en France, où les circonstances l'amènent à chercher du travail, font de Maria de Amoreira un roman dont les résonances, particulièrement actuelles, ne peuvent laisser indifférent.

  • Nous sommes en l'année 2020, aux... "États-Unis". Dans une ambiance de conspiration où le gag n'est pas absent, l'Opération Clik Clak est lancée. Quel est son but exact ? Et pourquoi les Peaux-Rouges d'Amérique s'acharnent-ils à vendre des chevaux aux Européens, qui n'en n'ont aucune utilité ? Et quelle est cette fameuse information que le gouvernement guette sur les ondes arabes ? L'auteur, qui est d'origine indienne, nous propose une Amérique insolite, où le Blanc est absent. Fiction ? pastiche ? canular ? Peut-être... Toujours est-il que l'Opération Clik Clak a comme un petit arrière-goût d'actualité.

  • À nourrir, jour et nuit, un ordinateur, Jérôme - un fils de la terre - sent se tarir en lui la sève de la vie. Dans le même temps, au village de son enfance, meurt doucement une exploitation agricole. Et s'il entreprenait de la sauver ? et de se sauver lui-même par ce moyen ? Mais qui voudra le suivre dans cette entreprise hasardeuse ? Ce couple d'amis, qui rêve à une vie pastorale utopique ? Christine, la fille qu'il aime mais qui n'a pas la vocation d'une fermière ? Au bout de la route difficile, remplie d'obstacles, quel échec connaîtra-t-il ? Ou quelle réussite ?

  • Le Poulet, c'est ainsi que Pilule appelle l'inspecteur Jean Morel. Pilule est un jeune au bord de la délinquance. Jean Morel est un policier consciencieux. Trop peut-être ? Ou pas assez ? Claude Morel est son fils, un garçon bien, selon les normes de la société. Claude se rend à un festival pop... Il en revient contestataire... Et un corps étranger se glisse dans la machine familiale si bien huilée ! Alors c'est le drame, imprévisible, horrible, dans toute son ampleur !

  • La Mata, c'est la forêt amazonienne, l'enfer vert où la crainte règne sur les hommes et les animaux. Les Indiens ont peur du vomito negro, les contrebandiers ont peur des gardes armés, les chercheurs d'or de l'anaconda et de l'araignée veuve noire. Le caïman fuit les piranhas, et le jaguar rugit d'effroi à l'approche des Marabountas... Le grand-père de Luis avait eu peur. Le père de Luis avait eu peur. Maintenant, Luis aussi a peur. Pourtant, après avoir quitté la Mata, il y revient avec son ami Otàvio. Pourront-ils y vivre, finiront-ils par y trouver la fortune, le bonheur ou la paix ?

  • Danièle a eu une enfance difficile, sa mère l'a élevée seule après l'abandon du foyer par son père, parti vivre et faire fortune à la Guadeloupe. À la mort de sa mère, la jeune fille décide de quitter Paris pour les Antilles ; elle veut y retrouver ce père, dont elle a tant rêvé, et qu'elle croit un héros. Mais elle doit vite déchanter, c'est un homme raté qu'elle retrouve. Quant à l'île, elle n'est pas aussi paradisiaque qu'on le dit, la pauvreté, l'ignorance et le racisme y sévissent... Danièle est découragée et prête à céder à la tentation de rentrer à Paris... Mais la rencontre d'Aristide, un jeune instituteur noir, va changer son destin. Avec Aristide, Danièle découvre l'amour, un amour que les jeunes gens sont décidés à vivre et à assumer pleinement, malgré tous les obstacles...

  • Trois collines sauvages au pied des Rocheuses, la carcasse torturée d'une maison qui se dresse dans le couchant... Depuis cent vingt ans, le vent y raconte l'histoire de Ceux qui meurent avec le soleil. Alex va tenter de redonner vie à cette maison et de reconquérir un monde perdu. Fatigué des hommes et des villes, il entraînera dans sa fuite une femme et son enfant. Au coeur de la Californie bruyante et violente, ils devront se battre pour gagner la paix, et se cacher pour être libres. Mais, avec l'hiver qui approche, la société va s'apercevoir que trois des siens se sont évadés... Alex échappera-t-il au monde qu'il refuse, ou sera-t-il emporté par le destin de Ceux qui meurent avec le soleil ?

  • L'oiseau dansait sur le rebord rocheux qui abritait son aire. Il semblait malaxer la proie qu'il venait de ramener, balancé d'une serre sur l'autre. On distinguait relativement bien ses larges pattes écartées, son dos gris, la pâleur de la gorge, et ses grosses moustaches de plumes noires. C'était Vieux Filou, comme l'avait baptisé Théo. - Il revient de chasse, dit Théo, sur le ton, presque, de quelqu'un qui regrette de n'avoir pas été invité. Il a quatre petits. C'est rare. - Le même couple que l'année dernière ? demanda Laurent. - Oui. Je te l'ai dit. Vieux Filou et Madame. Ils ne se laissent pas abattre, ils vont se bagarrer. - Qu'est-ce que tu en sais ? Tu n'es pas un faucon. - C'est vrai, je ne suis pas un faucon... Mais ces deux-là sont revenus et ils ne se laisseront pas faire, tu verras...

  • Un petit village, quelque part en Finlande, au coeur de la grande forêt nordique... Karl Norden, gardien farouche des traditions ancestrales, règne en maître avec sa femme, Kate, sur le domaine de Seijala. Pour le couple, ce sont les joies simples d'une vie authentique, rythmée par les saisons. Mais cette sérénité va être dramatiquement troublée par Nora, la seconde fille de Karl, sa préférée, qui s'oppose brutalement au patriarche, en épousant Lars, un peintre et graveur suédois. Trop orgueilleux pour accepter les amours de Nora avec un étranger, son père la chasse... Un grand roman sobre et fort.

empty