Omnibus

  • Il vit à Londres, au 221 B Baker Street à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques, a amassé un tas de connaissances peu ordinaires. Il n'est pas aisé de le faire parler, bien qu'il puisse être assez expansif quand l'envie lui en prend. Il joue du violon.Il a un métier : dénouer des énigmes étranges auxquelles il est le seul à pouvoir apporter une solution. Il a un défaut : il affectionne les drogues. Il a un ami : le docteur Watson, témoin et narrateur de ses aventures. Son créateur, Arthur Conan Doyle, a inventé le récit policier moderne. Il s'appelle Sherlock Holmes.
    Traduction nouvelle de Eric Wittersheim Edition bilingue Illustrations de Sidney Paget
    On trouvera, dans ce premier volume : Romans - Une étude en rouge- Le Signe des quatreNouvelles Un scandale en Bohême, La Ligue des rouquins, Une affaire d'identité, Le Mystère de la vallée de Boscombe, Les Cinq Pépins d'orange, L'Homme à la lèvre tordue, L'Escarboucle bleue, La Bande tachetée, Le Pouce de l'ingénieur, L'Aristocrate célibataire, Le Diadème de béryls, Les Hêtres-Dorés, Flamme d'argent, Le Visage jaune, L'Employé de l'agent de change, Le Gloria Scott

  • Il vit à Londres, au 221 B Baker Street à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques, a amassé un tas de connaissances peu ordinaires. Il n'est pas aisé de le faire parler, bien qu'il puisse être assez expansif quand l'envie lui en prend. Il joue du violon. Il a un métier : dénouer des énigmes étranges auxquelles il est le seul à pouvoir apporter une solution. Il a un défaut : il affectionne les drogues. Il a un ami : le docteur Watson, témoin et narrateur de ses aventures. Son créateur, Arthur Conan Doyle, a inventé le récit policier moderne. Il s'appelle Sherlock Holmes. Traduction nouvelle de Eric Wittersheim Edition bilingue Illustrations de Sidney Paget

  • Les aventures de Jack Aubray t.3 ; le port de la trahison ; de l'autre côté du monde ; le revers de la médaille ; la lettre de marque Nouv.

    .
    Après plusieurs décennies de bons et loyaux services sur toutes les mers du globe, la Surprise est condamnée par la Royal Navy et retirée du service. Elle sera rachetée par l'ami plein de ressources qu'est Stephen Maturin et armée pour la guerre de course ? Jack Aubrey devient corsaire !Ce volume réunit quatre nouveaux épisodes de la grande saga de Patrick O'Brian, désormais classique et connue de tous grâce à Master and Commander, le film de Peter Weir. Portée par l'amitié de ses deux héros, le capitaine Aubrey et le médecin espion et naturaliste Maturin, elle apparaît aujourd'hui comme une des plus étonnantes et des plus attachantes suites romanesques du dernier siècle.



  • Pour les 10 ans de la disparition de Patrick O'Brian, voici une nouvelle édition de l'ultime volume des Aventures de Jack Aubrey augmenté d'un inédit : le début du vingt et unième volume des Aventures de Jack Aubrey, "Le Voyage inachevé de Jack Aubrey", que Patrick O'Brian n'a pu achever.

    Jack Aubrey et Stephen Maturin sillonnent ici l'Atlantique et la Méditerranée, à bord de la bonne vieille frégate la Surprise et d'une fine goélette : le Ringle. Dans le cadre historique du blocus continental, de la fin de l'Empire et de la lutte contre l'esclavagisme, nos héros affrontent les courants et la houle qui sévissent à la pointe de la Bretagne, apprécient le charme des escales à Funchal et Gibraltar, subissent tour à tour les touffeurs du golfe de Guinée et les rigueurs de la Patagonie. Quand ils se sont rencontrés, dans Maître à bord, Jack Aubrey était un jeune officier de la Royal Navy et Stephen Maturin un scientifique sans le sou. Le premier aspire maintenant à hisser sa marque d'amiral, et le second est devenu un discret mais puissant personnage du gouvernement britannique. Leur réussite mettait un point presque final à une fantastique saga, dont les intrigues se succèdent de 1800 à 1815, dans le cadre des guerres napoléoniennes. Mais O'Brain avait décidé de porusuivre encore son oeuvre et le dernier volet de cette nouvelle édition du cinquième et dernier volume, Le Voyage inachevé de Jack Aubrey, est le début du roman qu'il avait commencé d' écrire avant de mourir.
    Un dossier historique de Dominique Le Brun et des cartes le complètent.



  • Il vit à Londres, au 221B Baker Street, à la fin du dix-neuvième siècle. Il a des idées un peu bizarres... Il se passionne pour certaines branches de la science. Il est assez calé en anatomie, est un chimiste de premier ordre qui, malgré des études très décousues et excentriques, a ammassé des tas de connaissances peu ordinaires. Il n'est pas aisé de le faire parler, bien qu'il puisse être assez expansif quand l'envie lui en prend. Il joue du violon. Il a un métier : dénouer les énigmes étranges auxquelles il est le seul à pouvoir apporter une solution. Il a un défaut : il affectionne les drogues. Il a un ami : le docteur Watson, témoin et narrateur de ses aventures. Son créateur, Arthur Conan Doyle, a inventé le roman policier moderne. Il s'appelle Sherlock Holmes.

  • " Nul lieu n'est impénétrable pour quiconque est animé d'une foi sincère. " Guidé par ce précepte, le père Evariste Huc (1813-1860) entreprit en 1841 un extraordinaire périple de cinq années à travers la Mongolie et la Chine ? en chariot, en jonque, à dos de mulet, à dos de chameau, sur ses jambes " rarement complaisantes ", et même sur son derrière, seul moyen d'atteindre une vallée glissant du haut d'une montagne glacée. Il fut le premier Français à atteindre Lhassa.Adoptant le costume, la langue, les usages des contrées traversées, le père Huc affronta ? avec une vigueur et un humour inaltérables ? le sable, la boue, la neige, la glace, les naufrages, les ponts délabrés, les précipices, les brigands, les aubergistes, et les tracas de l'administration... Il brossa à son retour un tableau irremplaçable de la vie quotidienne en Chine.Ce prodigieux témoignage, véritable roman d'aventures vécues, n'a cessé d'être réédité depuis sa parution. La présente édition réunit pour la première fois dans leur version intégrale les deux volumes des Souvenirs d'un voyage à travers la Tartarie et le Thibet pendant les années 1844, 1845et 1846 et L'Empire chinois, récit du voyage de retour sous escorte armée.


  • Horloger comme son père et inventeur prolifique, Jean-Eugène Robert-Houdin mit sa passion de la mécanique et sa fantaisie au service d'un art qu'il rénova de fond en comble : la prestidigitation.
    " L'art de la prestidigitation tire ses artifices de l'adresse des mains, des subtilités de l'esprit et de tous les faits merveilleux que produisent les sciences exactes. "
    Avec cette règle simple qui préfère l'illusion au trucage, Jean-Eugène Robert-Houdin (1805-1871) révolutionna le spectacle de la magie.
    Horloger comme son père et inventeur prolifique, il mit sa passion de la mécanique et sa fantaisie au service d'un art qu'il rénova de fond en comble : la prestidigitation. Il inspira des générations d'illusionnistes jusqu'à nos jours, parmi lesquels le fameux Harry Houdini, qui prit ce nom en hommage à son illustre devancier.
    Voici réunis les textes que Robert-Houdin consacra à la magie. Outre ses mémoires, on trouvera, expliqués et commentés, ses tours révélés, véritable méthode pour le magicien débutant ou confirmé : la référence absolue en matière de prestidigitation.
    Une vie d'artiste, mémoires ? Comment on devient sorcier : les secrets de la prestidigitation et de la magie ? L'Art de gagner à tous les jeux? Magie et physique amusante ? Le Prieuré, organisations mystérieuses pour le confort et l'agrément d'une demeure

    Edition présentée par Francis Lacassin



  • Ce livre est un monument.
    C'est assurément le premier livre de cuisine écrit intentionnellement pour tous les publics, du cuisinier de métier à la mère de famille. Mais, surtout, il rassemble en un seul volume tout le savoir gastronomique accumulé à l'aube du XXe siècle.
    C'est une somme unique, savante et savoureuse à la fois. L'oeuvre d'une vie consacrée à la science culinaire par un précurseur aux convictions fortes qui voyait dans son art le moyen de faire progresser l'humanité.
    Avec ses 4500 entrées, près de 6000 recettes, 1000 gravures in-texte, il offre aux lecteurs d'aujourd'hui, à tous les amateurs du bien-manger et du bien-vivre, une infinité de découvertes et de surprises délectables.
    " Plus qu'un dictionnaire, cet ouvrage est un guide de vie pour tous. Chacun peut le lire et trouver la réponse à ses questionnements : le professionnel cuisinier, le maître d'hôtel, la ménagère, le gérant d'internat... Ce livre a un siècle et son contenu est totalement d'actualité. "
    Jean-Pierre Coffe

  • " Georges Gougenheim, grand grammairien, avait l'amour du langage vivant dans l'histoire et le don de la pédagogie, pour en parler. C'est un de ces savants aux immenses connaissances mais à la modestie et à l'enthousiasme convaincants. (...) Tous les textes présentés ici pourraient relever de cette exergue : les mots dans l'histoire de la langue. Car c'est d'abord de la langue française et de ses pouvoirs qu'il s'agit, même s'il est question de la " Nature ", de " l'homme ", de la " vie sociale ", et des " activités humaines ", pour reprendre les titres des diverses parties. En effet, d'autres grands chapitres abordent cette immense question du rapport entre " les mots et les choses ", ou bien envisagent ces mots essentiels, plus subtils que les noms, que sont les " verbes et adjectifs". Enfin, indépendamment de tel ou tel mot, les " faits de prononciation et de grammaire " ne sont pas oubliés. L'ouvrage de Georges Gougenheim constitue ainsi, plus que le glossaire que révèlent ses index, une réflexion sur le monde de relations entre les formes de la langue française et leurs valeurs, leurs sens, leurs emplois " à travers l'histoire ". Parmi les paroles et les écrits qui illustrent ces relations, où la sémantique s'incarne grâce à la grammaire, Gougenheim a privilégié la plus grande littérature, montrant ainsi que la leçon de Molière, Racine, La Fontaine, Voltaire, celle des oeuvres plus anciennes ?du Moyen Age à Rabelais ou à Montaigne- n'est pas seulement la leçon du style, de la sensibilité et de la pensée, mais celle du grand contexte culturel qui donne du sens au passé, pour le temps présent. Dans ce sens, ce livre relève de " l'archéologie " de l'expression et de la communication en français. " Alain Rey
    Préface d'Alain Rey Edition établie par Dominique Goust

  • Plus de quatre cents témoignages, recueillis de la bouche même des protagonistes, sont à l'origine de cette vaste fresque qu'ils nourrissent, page après page. Chronique de la Résistance Plus de quatre cents témoignages, recueillis de la bouche même des protagonistes, sont à l'origine de cette Chronique de la Résistance qu'ils nourrissent, page après page. " Celui qui croyait au ciel " et " celui qui n'y croyait pas " ; le plastiqueur et le " pianiste " ; le militant du PCF clandestin et l'agent du BCRA londonien ; le maquisard et l'agent de liaison ; le " corps franc " et la " boîte aux lettres " ; le torturé et l'évadé ; l'" apatride " des FTP-MOI et l'officier des " Travaux ruraux " ; celui de l'AS (Armée secrète) et celui de l'AJ (Armée juive) ; l'ancien des Glières et l'ancien du Mont Mouchet ; le FFI et le FFL ; celui de l'" Intelligence Service " et celui de l'" Orchestre rouge "... ? c'est à montrer ce qu'ils furent, comment ils vivaient et comment ils mouraient, que s'attache le livre d'Alain Guérin. Dans sa préface, Marie-Madeleine Fourcade, la seule femme chef de réseau, l'estime " puissamment évocateur " et " pathétiquement écrit ". L'autre préfacier, le colonel Henri Rol-Tanguy, chef de l'insurrection parisienne, dit qu'il apporte à l'auteur " le simple merci d'un résistant ". Préfaces de Marie-Madeleine Fourcade et Henri Rol-Tanguy

  • La Martinique au temps de Louis XIII. Un roman de cape et d'épée au féminin avec en fond la montagne Pelée qui gronde et se réveille.

  • De 1975 à 2000 : une fin de XXe siècle racontée au prisme de ses écrivains, artistes, intellectuels de tous bords, interrogés par les collaborateurs du magazine Lire. Plus de 150 entretiens essentiels.
    « Tout y est. Pour le meilleur et pour le pire. Pour s'en convaincre, il suffit de relire ces entretiens menés souvent avec brio par les nombreux collaborateurs de Lire depuis ses origines. Que l'on nous permette de tirer argument du jugement de Michel Leiris, au risque d'avoir à assumer certaines contradictions, pour dire qu'en un temps où l'on ne se parle plus, ces tête-à-tête, dont l'esprit relève moins du face à face que du côte à côte, réhabilitent la conversation chère à l'honnête homme. Et c'est ainsi que l'interview s'est élevée au rang d'un des beaux-arts. » Pierre Assouline, extrait de la préface.

empty