Plon


  • Aldous Huxley revient sur son grand classique de la science-fiction dans un texte plus pamphlétaire.
    Trente ans après Le Meilleur des mondes, Aldous Huxley revient sur ce roman phare de la science-fiction pour constater que l'évolution qu'il imaginait dans les années 1930 se révèle une véritable prédiction.
    Le monde qu'il a vu émerger - la dictature scientifique, l'homme transformé en esclave amoureux de sa servitude, la montée des fanatismes, le cauchemar de l'organisation intégrale - est déjà en train de prendre forme sous ses yeux à la fin des années 1950.
    Dans cet essai d'une étonnante lucidité, il nous offre un regard percutant sur les évolutions sociales et politiques de son temps.

  • île

    Aldous Huxley


    Pour le 50e anniversaire de la mort d'Aldous Huxley, réédition d'un classique de la science-fiction épuisé.

    Lorsque le journaliste Will Farnaby échoue sur l'île de Pala, il croit avoir découvert la société idéale. La communauté des îliens s'organise autour des valeurs de justice, de respect et de liberté, dans une parfaite osmose avec la nature. Mais cet équilibre idyllique est rapidement menacé par les convoitises internationales, à commencer par le sultanat voisin.
    Huxley orchestre le malentendu : l'utopie de l'Éden retrouvé, réinventé par la main de l'homme, fera long feu, pour mieux se fracasser contre les instincts humains les plus funestes.

  • Nouvelle édition et nouvelle traduction du livre culte de la papesse du genre, Entretien avec un vampire revient et annonce la réédition chez Plon et Pocket du fonds Anne Rice, les amateurs l'attendaient, le grand public va la redécouvrir.
    " Je ne peux pas mourir, je suis immortel et damné, comme les anges que Dieu a envoyés en enfer. Je suis un vampire. " Reine incontestée d'un genre qu'elle a révolutionné en lui apportant sensualité et démesure, Anne Rice est née en 1941 à La Nouvelle-Orléans. Entretien avec un vampire est devenu une référence du genre. Plon et Pocket ressortent aujourd'hui les livres cultes d'Anne Rice, les amateurs l'attendaient, le grand public va la redécouvrir. " Merveilleux, érotique, sensuel. " Sting " Passant au filtre de sa sensibilité gothique ce qu'il faut de mythes fondateurs, Anne Rice parvient à écrire sa propre légende. " New York Times


  • LE livre le plus attendu de Rushdie : celui qui raconte la fatwa, la vie d'un écrivain basculant soudain dans la peur et dans la clandestinité, dont le paradoxe est d'avoir engendré une célébrité phénoménale.

    Le 14 février 1989, le jour de la Saint Valentin, Salman Rushdie reçut un coup de téléphone d'un journaliste de la BBC : il avait été " condamné à mort " par l'Ayatollah Khomeiny. C'était la première fois qu'il entendait le mot " fatwa ". Son crime ? Avoir écrit Les Versets sataniques, un roman accusé d'être " contre l'Islam, le Prophète et le Coran ".
    Ainsi commence l'extraordinaire histoire d'un écrivain obligé de devenir un clandestin, changeant sans cesse de domicile, sous la protection permanente d'une équipe de protection policière armée. Quand on lui demande de se choisir un pseudonyme à destination de la police, il songe aux écrivains qu'il aime et essaie des combinaisons de leurs noms ; puis l'idée lui vient : Conrad et Tchekov - Joseph Anton.
    Comment un écrivain et sa famille traversent-ils neuf années sous une menace de meurtre perpétuelle ? Comment continuer à écrire ? À vivre des histoires d'amour ? Quels effets le désespoir a-t-il sur sa pensée et son action, comment et pourquoi flanche-t-il et comment apprend-il à se relever et à se battre ? Telle est l'histoire que Salman Rushdie raconte pour la première fois à travers ces remarquables mémoires - l'histoire d'une des plus importantes batailles pour la liberté d'expression de notre époque. Il dit ici les réalités parfois cruelles, parfois comiques d'un quotidien sous surveillance armée, et les liens très forts qu'il tisse avec ses protecteurs ; il dit aussi sa lutte pour gagner le soutien et la compréhension des gouvernements, des chefs des services de renseignements, des éditeurs, des journalistes et de ses collègues écrivains, il dit encore son combat acharné pour retrouver sa liberté.
    C'est un livre d'une franchise et d'une honnêteté exceptionnelles, saisissant, provocant, émouvant, et d'une importance vitale. Car l'histoire de Salman Rushdie n'est que le premier acte d'un drame qui continue de se dérouler chaque jour quelque part dans le monde.


  • Portrait d'une famille américaine étourdie de désir, d'argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil, et cynique, d'une nouvelle classe sociale, les ultra-riches.

    Adam et Cynthia ont tout pour eux. Mariés à la sortie de la fac, ils forment un couple parfait auquel rien ne résiste. Deux magnifiques enfants et une brillante carrière dans la finance plus tard, leur beauté, leur provocante jeunesse et leur insolente réussite sont toujours inaltérées. Le monde autour n'existe pas, ou bien par le frisson du danger qu'il procure, mais leur noyau demeure, irréductible et indestructible, telle une forteresse dorée. Au coeur de cette famille, le roman dépeint son paradoxe: une intimité de papier glacé, des êtres humains prisonniers de la machine à succès qu'ils ont créée, et les effets décadents de leurs irrésistibles appétits. Portrait d'une famille américaine étourdie de désir, d'argent et de beauté, Les Privilèges, bûcher des vanités du 21e siècle, brosse le tableau remarquablement subtil et cynique d'une nouvelle classe sociale, les ultra-riches, et pose sur l'Amérique post-11 Septembre un regard qui interroge, observe et fait saillir l'absurde, le vice ou la déshérence de personnages en fuite.
    Jonathan Dee écrit pour le New York Times Magazine, la revue Harper's et la Paris Review. Il enseigne à l'université de Columbia. Les Privilèges est son quatrième roman, le premier publié en France.
    " Virtuose dans sa langue, intellectuellement subtil, complexe et vif, Les Privilèges est aussi un roman très drôle qui procure un immense plaisir de lecture. "
    Richard Ford
    " Un délice à chaque page, une merveille de maîtrise, entre empathie et distance critique. "
    Jonathan Franzen
    " Les grands esprits littéraires s'attaquent rarement à des sujets comme l'argent et la classe, et c'est une des raisons pour lesquelles le roman de Jonathan Dee est si important et fascinant. C'est aussi une méditation émouvante sur la famille et l'amour absolu. À lui seul le tour de force du premier chapitre vaut le détour. "
    Jay McInerney


  • Chronique culturelle foisonnante, La fabrique des illusions est un roman ambitieux et prenant qui saisit un monde et une génération à travers l'univers de la publicité dans l'Amérique des années 1990.

    Molly Howe ne s'attache à personne. Elle traverse l'existence telle une ombre, fuyante et insaisissable, son propre pouvoir de fascination lui échappe. Trop à l'étroit dans un monde étriqué, elle s'enfuit à Berkeley où elle rencontre John Wheelwright, étudiant en histoire de l'art, prêt à tout pour elle. Jusqu'à ce qu'elle disparaisse.
    À dix années de là, New York. John est devenu un jeune homme brillant, sa carrière dans la publicité démarre en flèche, il vient d'être repéré par le gourou visionnaire Mal Osbourne et s'apprête à le suivre dans un défi exaltant et révolutionnaire : tuer la publicité et sauver la création. Absorbé tout entier par l'aventure, il a presque oublié cette béance dans son passé, jusqu'à ce que Molly rejaillisse de l'ombre.
    Chassé-croisé narratif de génie, La Fabrique des illusions entremêle les trajectoires de ses créatures et dresse le portrait d'une gigantesque machine à rêves : l'Amérique des années 1980-1990.
    Jonathan Dee écrit pour le New York Times Magazine, la revue Harper's et la Paris Review. Il enseigne à l'université de Columbia. Les Privilèges, son premier roman publié en France en 2011, a reçu le prix Fitzgerald. Il a également été désigné comme la découverte étrangère de l'année par le magazine Lire et l'un des vingt-cinq meilleurs livres de l'année par Le Point. Avec La Fabrique des illusions, Jonathan Dee continue de dévoiler la palette de ses talents. À rebours de la vogue des romans d'anticipation, il revient sur les pas du monde d'images qui a accouché des désillusions d'aujourd'hui. Cette Amérique-là est la sienne, cette culture est son patrimoine, celle qui baigne toute une génération d'auteurs, de Jeffrey Eugenides à Don DeLillo et Richard Russo.
    " Un grand roman, très impressionnant. Jonathan Dee livre ici une chronique culturelle intense et foisonnante. "
    New York Times Book Review

  • Wunderkind

    Nikolai Grozni


    Premier roman prodigieux: l'adolescence façon rhapsodie phénoménale derrière le Rideau de Fer. Un hymne rock'n'roll à la beauté, à la provoc' et au talent. Une vraie révélation.

    Sofia, Bulgarie. Dans deux ans, le mur de Berlin s'effondrera, et le rideau de fer avec lui. Mais pour l'instant, c'est sous l'oppression du régime communiste que Konstantin, quinze ans, prodige du piano, tente de respirer. Intelligent et orgueilleux, sensible et cruel, Konstantin ajoute à la somme des paradoxes de l'adolescence les déchirements de l'artiste surdoué, balançant entre le désir brûlant d'être le meilleur et l'irrésistible tentation de l'échec et du danger.
    Ce livre résonne, souffle, chante, fracasse, virevolte et court, ralentit, s'emporte, c'est un concert, une rhapsodie. Dont on guette les variations comme autant de rebondissements. À travers cette écriture survoltée et ardente, Nikolai Grozni porte un regard vibrant sur cette période sombre, ce laminage. Et donne la mesure d'un talent époustouflant, véritablement virtuose.
    Un hymne rock'n roll à la beauté, à la provoc et au talent. Une vraie révélation.
    " Wunderkind réveille tous les sens. La prose miroitante et viscérale de Nikolai Grozni déferle telle une symphonie, avec un piano à queue pour machine à écrire infernale. " Patti Smith


  • "Junot Díaz met le feu aux poudres. Prix Pulitzer avec son premier roman, il prouve une fois encore son incroyable talent pour créer de grands événements et de grandes oeuvres littéraires."Los Angeles Times


    Le centre de gravitation de ces histoires, c'est Yunior : jeune tête brûlée, aussi coeur d'artichaut qu'incorrigible désinvolte.
    Dans chaque histoire, une femme, des femmes - mère, épouse, maîtresse, petite amie - extraordinaires et sans cesse perdues. Et en point de mire : l'amour - l'obsessionnel, l'illicite, le léger, le fou, le périssable, l'éternel amour.
    Et tandis que Yunior court après les filles, les fantasme, les largue, les adore ou les maudit, ces histoires dessinent peu à peu une radiographie du coeur humain, mettant à nu sa soif infinie et sa faiblesse inexorable. Toujours la passion semble l'emporter sur l'expérience, et l'amour, même échoué, même avorté, même Sali ou raillé, reste irréductible.
    Déferlante langagière, bourrée d'inventions, tendre et drôle à la fois, la prose de Díaz électrise tout sur son passage.
    Meilleur livre 2012 du New York Times


  • Les personnages d'Entretien avec un vampire d'Anne Rice reviennent dans une aventure fantastique et torturée, librement inspirée du Faust de Goethe.
    " Je voulais boire son sang. Je bois le sang des gens. C'est comme ça que je reste jeune et vivant. Vous croyez aux Anges ? Alors croyez aux vampires. Croyez en moi. Il existe des choses bien pire sur Terre. "
    Dans ce dernier volet des " Chroniques des vampires ", Anne Rice instille une grande dose d'humanité à sa créature piégée entre vie et mort, amour et instincts. " Mélancoliques, glamour, toujours élégamment vêtus, les vampires d'Anne Rice sont les incarnations contemporaines de l'icône de la littérature romantique : le rebelle métaphysique. "New York Times

  • Penser aux autres, la voie du bonheur : un nouvel ouvrage du Dalaï Lama, un thème salutaire en ces temps de crise où la solidarité et le bien-être sont au coeur du quotidien de chacun.
    La voie la plus pertinente pour atteindre le véritable bonheur passe par le souci profond du bien-être des autres. Ou comme Sa Sainteté le Dalaï Lama le dit : il faut " avoir de la compassion pour autrui ". Dans Penser aux autres. La voie du bonheur, le Dalaï Lama nous met en garde contre les erreurs fondamentales de nos attitudes qui perturbent notre état mental, et nous offre les moyens d'y remédier afin de cheminer vers un meilleur futur. Avec lucidité, il montre que l'élimination des idées erronées, racines de l'ensemble de nos problèmes, passe par l'ouverture aux autres de nos coeurs et de nos esprits. Il nous révèle comment la compassion peut devenir la source d'une joie durable. Grâce à cette compassion, les personnes que l'on aime comme celles que l'on déteste sont moins fréquemment sous l'emprise d'émotions destructrices telles que la colère, la jalousie ou la peur, et deviennent plus chaleureuses et bienveillantes. Dans un langage simple et lumineux, le Dalaï Lama nous éclaire, comme jamais auparavant, sur l'idée que la voie vers l'harmonie du monde s'enracine en chaque être humain. Enrichi d'anecdotes et de récits intimes puisés dans les expériences de l'étudiant, du penseur, du chef politique et du prix Nobel de la paix, Penser aux autres. La voie du bonheur offre aux personnes en quête d'un chemin spirituel les clés pour bannir de leur quotidien animosité, aversion ou encore égoïsme, et pour que chacune d'entre elles devienne un acteur de la transformation positive de nos sociétés.


  • Entre confusion des sentiments, engagement et tentations, c'est l'histoire d'un jeune homme perdu entre deux femmes, sous l'oeil omniprésent à la fois tendre et impitoyable d'une famille et d'une communauté très fermées.

    Adam Newman est un jeune et beau fiancé, sa future femme, Rachel, est son amour de jeunesse. Tout est parfait. Leur vie tourne autour d'une communauté juive orthodoxe très fermée : tout le monde se connaît, les mères élèvent leurs enfants ensemble, les enfants se marient entre eux ; comme dans une famille, on n'ose pas dire que le chemin tout tracé n'est peut-être pas le bon, on ose à peine le penser, en fait on n'y réfléchit même pas. À moins d'une provocation.
    Ellie est la cousine de Rachel, elle est aussi son négatif : blonde, transgressive, désaxée. À son contact, Adam vacille. Et tandis que la gigantesque machinerie du mariage se met en place, il commence à éprouver un sentiment de claustrophobie : n'est-il pas en train de réduire le champ des possibles ? Cette famille, qui le rassure tant, ne l'enferme-t-elle pas aussi ?
    Fable de l'engagement moderne, Les Innocents trouve sa source d'inspiration dans le chef-d'oeuvre d'Edith Wharton, Le Temps de l'innocence ; il a reçu le prestigieux prix Costa du premier roman.
    " Les Innocents est un roman abouti et prenant, avec une plume d'une élégance discrète rare. " The Observer


  • Un événement littéraire historique: une oeuvre monumentale, considérée par la critique mondiale comme "le Guerre et Paix du 21e siècle".

    " Il ne faut pas longtemps pour que l'oeil humain s'accommode aux ténèbres. "

    Chef d'oeuvre de Peter Nádas - dix-huit ans d'écriture, plus de cinq ans de traduction, une centaine de personnages, tout à la fois chaos total et structure absolue -, Histoires parallèles faisait scandale en Hongrie avant même sa publication et paraît à présent dans le monde entier.
    Balayant soixante ans d'une Europe livrée aux remugles de l'Histoire et aux bouleversements de la société, le livre fait se côtoyer les époques dans un écho sans cesse démultiplié. La barbarie nazie résonne, répercutée à l'infini, d'histoire en histoire, les corps se libèrent parfois, la parole demeure souvent trompeuse, le sexe entravé débonde dans l'ombre, impudique et brut. Mystérieux et complexe, le roman fonctionne comme une chambre d'écho, traversée de stridences et de grondements, Nádas joue de la langue comme d'une flûte à serpents, et le lecteur, tour à tour fasciné, épuisé, révulsé, est toujours irrésistiblement attiré par son chant complexe et puissant. Ambitieux, exigeant, profond et brûlant, le texte de Nádas crée un monde à la fois palpable et insaisissable, apparemment anarchique, mais infiniment structuré, irrémédiablement clos et démesurément libre.
    Péter Nádas est né à Budapest en 1942. A l'âge de dix-neuf ans, il débute des études de journalisme et de photographie. Entre 1965 et 1969, il est employé en qualité de rédacteur dans un magazine de Budapest. 1965 est aussi l'année au cours de laquelle ses premières histoires sont publiées dans le journal littéraire Uj Irás. Romancier, essayiste, dramaturge, sa réputation est immense et internationale. En 1995, son oeuvre est récompensée par le Prix de la littérature européenne, auparavant décerné à Doris Lessing, Milan Kundera ou Marguerite Duras. En France, les éditions Plon ont publié La Fin d'un roman de famille (1991, premier tome de la trilogie formée avec Le livre des mémoires et Histoires parallèles), Amour (2000), un recueil de nouvelles intitulé Minotaure (2005), série d'histoires courtes rédigées entre 1960 et 1970 qui font appel aux mythes et aux légendes. Mais c'est Le livre des mémoires, publié en 1998 et prix du meilleur livre étranger l'année suivante, qui a fait le tour du monde et rassemblé partout critique et public autour de lui.

  • Le beau monde

    Harriet Lane


    Un roman psychologique féroce, l'ascension d'une jeune femme ordinaire dans le monde des privilèges et du prestige littéraire, le suspense d'un thriller avec une héroïne à la Daphné du Maurier.

    Frances Thorpe est invisible. Correctrice aux pages " Livres " d'un prestigieux journal, elle regarde briller le beau monde des lettres tandis qu'elle s'enlise dans une existence médiocre. Jusqu'au jour où un soir, elle croise une voiture accidentée sur une route de campagne et recueille les derniers mots de la conductrice, Alys Kyte.
    En rencontrant la famille d'Alys, Frances entrevoit la lumière et ne résiste pas à son attraction. Le mari, Laurence Kyte, le grand écrivain, les deux enfants, Polly et Teddy. Depuis l'ombre qui la protège, elle observe chacun, les analyse, imite leurs gestes et leurs manières.
    Dans le halo qui les entoure, la jeune femme ordinaire côtoie l'exception, les privilèges qui lui sont refusés : il lui faut goûter à cette chaleur, à cette lumière. À tout prix.
    Le Beau Monde est un premier roman psychologique féroce, où, suivant l'insaisissable Frances, on oscille entre le suspense d'un thriller, la peur, la fascination et l'ambition d'une héroïne troublante à la Daphné du Maurier.
    " Un sens de l'observation extraordinaire... Ce roman est une prouesse de suspense et de complexité psychologique, dont la plus grande réussite est le sentiment de malaise qu'il distille à chaque page. "
    The Telegraph

    " Le plus crucial : surtout ne pas tout dire, envoûter le lecteur et le capturer, Harriet Lane l'a parfaitement compris. "
    The Independent


  • À la frontière de deux mondes, l'Occident et l'Orient, à la croisée de deux chemins, le mensonge et la fidélité, une femme, Ruth, jeune mariée et jeune mère, mise à l'épreuve par l'inconnu et le danger, doit choisir son camp.

    C'est l'heure du grand départ. Ruth n'a jamais quitté le cocon familial ni son doux confort occidental. Mais Euan, son mari, a trouvé un poste au Bahreïn. Une nouvelle aventure qu'ils vont vivre en famille, avec leur bébé. Une fois installée dans leur ghetto pour expatriés, Ruth déchante. Car l'inconnu se trouve, en fait, sous son propre toit. Son mari n'est pas celui qu'elle croyait. Il les a emmenés dans ce pays pour accomplir une mission dangereuse, pour lui, et pour eux. Bouleversée et isolée, Ruth essaie de se concentrer sur sa petite fille. Mais le voisinage avec une adolescente étrange et la rencontre de Farid vont la pousser à explorer ses propres zones d'ombre...
    À la frontière de deux mondes, l'Occident et l'Orient, à la croisée de deux chemins, le mensonge et la fidélité, Le Point de rencontre dessine une cartographie existentielle et sentimentale fascinante : l'amour, la confiance, la foi, et la fin de l'innocence.
    " Le roman de Lucy Caldwell se dévore. "
    The Guardian

    " Un roman magnifi quement écrit sur l'amour et l'échec, la foi et la trahison. "
    The Sunday Times

    " Une exploration passionnée et sensible des mensonges et des compromis indispensables à la survie de l'amour. "
    The Financial Times

    " Un bijou littéraire, à la fois émouvant et cathartique. Vous ne l'oublierez pas de sitôt. "
    The Independent


  • Christophe Michalak revisite le chocolat sous toutes ses formes, entre classiques incontournables et créations originales.

    Le chocolat chaud comme à Madrid, le soufflé pur choc, l'opéra mentholé, la tarte chocolat et framboises, la pâte à tartiner maison, les petis pots souvenir des Antilles...
    Des desserts originaux au chocolat noir, au lait, blanc, faciles à réaliser, que Christophe Michalak nous invite à découvrir avec ses notes d'excellence et d'humour.
    Qaund le meilleur pâtissier du monde s'attaque à la gourmandise préférée des Français, il nous offre 45 recettes à fondre de plaisir...
    Christophe MIchalak, champion du monde de pâtisserie, décline le chocolat sous toutes ses formes, entre classiques incontournables et créations originales.

  • Couché

    David Whitehouse


    On s'est tous dit un jour: "Aujourd'hui j'aurais mieux fait de rester couché." Malcolm, lui, a décidé un matin de le faire, et il n'a plus jamais trouvé de raison de se lever.

    Malcolm n'était pas un enfant ordinaire, il avait cette espèce de confiance qui attire les adultes et fascine les enfants. Sa famille, ses parents et son frère, était sûre qu'il était promis à un destin extraordinaire. En un sens ils avaient raison. Un jour, à l'âge où l'on se lance dans la vie, Mal a décidé d'aller se coucher. Il ne se relèvera pas.
    En l'espace de vingt ans, l'enfant chéri s'est gavé jusqu'à atteindre un état de paresse gargantuesque. Pourquoi ? La réponse viendra, à travers le regard de son frère qui observe Mal devenir, plus qu'un homme, une planète, autour de laquelle ses parents et lui gravitent, otages affectifs de cet immobilisme délibéré.
    Ce livre est un choc littéraire, un tour de force surréaliste et l'improbable rencontre de Roald Dahl et Franz Kafka. Antiroman d'apprentissage et déclaration d'insolence d'une génération entravée dans un monde d'ambition et de vitesse, c'est aussi un roman sur la famille, les liens qui nous unissent, l'amour, la jalousie. À la fois drôle et noir, Couché laisse étourdi, ébloui et rassasié.

  • Toi contre moi

    Jenny Downham


    Et si ton premier amour était aussi ton pire ennemi ?

    Si quelqu'un a fait du mal à ta soeur, ton boulot de grand frère, c'est de la venger, non ?
    Et si ton frère est accusé d'un crime terrible et qu'il dit qu'il est innocent, ton rôle de petite soeur, c'est de le défendre, non ?
    Lorsque la soeur de Mikey accuse un garçon de l'avoir agressée, tout son monde vole en éclats, il ne peut plus contenir sa colère.
    Lorsque le frère d'Ellie est désigné comme l'auteur de cette agression, à son tour elle perd pied.
    Et lorsque Mikey et Ellie se rencontrent, leurs deux mondes se heurtent de plein fouet.
    C'est une histoire de loyauté, de choix terribles, de vengeance, de vérité.
    C'est l'histoire d'une lutte entre deux familles ennemies. Et c'est aussi une histoire d'amour.
    Jenny Downham, 47 ans, s'est inspirée de son expérience de comédienne dans les hôpitaux pour écrire Je veux vivre, son premier roman. Le succès a été mondial, et 60 000 exemplaires ont déjà été vendus en France. Toi contre moi sort en 2011 dans plus de 10 pays à travers le monde.

  • Succès héroïques ou échecs cuisants, les auteurs ne taisent rien des opérations majeures du Mossad. Une mine d'informations et une succession de récits captivants à la James Bond - le réalisme et la gravité en plus - dignes des meilleurs romans d'espionnage.
    Comment les agents du Mossad ont-ils pourchassé les scientifiques chargés du développement nucléaire en Iran, pisté sans relâche les instigateurs des attentats du 11 Septembre, traqué les responsables nazis de la Solution finale en Amérique latine ? Grands reporters et diplomates, les auteurs mettent ici au grand jour les services secrets israéliens à travers une succession de récits captivants à la James Bond - le réalisme et la gravité en plus - dignes des meilleurs romans d'espionnage. Succès héroïques ou échecs cuisants, ils ne taisent rien des opérations majeures du Mossad. Ces révélations exclusives donnent un nouvel éclairage sur la géopolitique des dernières décennies et les agents du Mossad, hommes de l'ombre risquant leur vie à chaque instant.Michel Bar-Zohar a été membre de la Knesset (le Parlement israélien), conseiller général de Moshe Dayan et émissaire israélien au Conseil de l'Europe. Parlementaire, diplomate, écrivain, reporter et soldat, il combat les ennemis d'Israël sur de multiples terrains. Ses essais et romans ont été traduits en 18 langues et récompensés à de nombreuses reprises. Nissim Mishal, journaliste politique, fut le directeur général de la télévision israélienne. Auteur et éditeur, il a publié plusieurs ouvrages sur l'histoire israélienne.


  • Charlotte est de retour ! Toujours sans peur et sans reproche, la demoiselle est bien décidée à user de son immortalité pour revenir à Hawthorne et se venger de la très populaire Pétula ...

    Charlotte n'a pas fini de mourir. Alors qu'elle se croyait tirée d'affaire et enfin dans l'au-delà, la jeune fille découvre qu'elle doit maintenant faire un stage pour obtenir son diplôme !
    Et le stage consiste à répondre aux appels d'ados à problèmes, pas exactement le genre d'expérience dont elle rêvait pour passer son immortalité ! Jusqu'à ce que Scarlett l'appelle... et lui demande d'aider Pétula, son ennemie jurée, la petite amie du garçon le plus canon du lycée...
    Encore une mission mortelle pour Charlotte !
    Tonya Hurley est scénariste et metteur en scène à Hollywood. Tribeca prépare une adaptation cinématographique de Ghostgirl.

  • La suite des aventures de Charlotte dans l'au-delà. Grâce à ses nouveaux pouvoirs, la jeune fille prend sa revanche sur sa vie de lycéenne timide.
    La vie de fantôme continue pour Charlotte. Et elle est encore loin de reposer en paix ! Cette fois-ci, une ultime épreuve l'attend : retourner au lycée, le lieu tragique de sa mort, et veiller sur un ado atteint d'un mal mystérieux. Evidemment, c'est de Damen, le garçon dont elle était mortellement amoureuse, qu'elle doit s'occuper. Et pour couronner le tout, son petit ami Eric est envoyé auprès de sa meilleure amie (vivante), Scarlet, qui a laissé tomber le look gothique et est devenue terriblement belle... Charlotte doit alors faire face à sa plus grande peur : devenir invisible aux yeux des autres. Va-t-elle arriver à relever ce défi ?

  • Dernier volet de la trilogie à succès de Jens Lapidus, Life Deluxe nous plonge en apnée dans les bas-fonds de la mafia suédoise.Dernier volet de la trilogie de Jens Lapidus, Life Deluxe nous plonge dans les bas-fonds de la mafia suédoise. Stockholm, 2010. Le parrain : assassiné dans un parking. La mafia : orpheline, mais plus pour longtemps. Son meurtre déclenche une lutte sans merci pour le contrôle des réseaux souterrains. La succession ira au plus téméraire, à celui qui n'aura pas peur de risquer sa peau. Natalie fera tout pour protéger l'empire criminel de son père des traîtres sans scrupule. Jorge, le fugitif, organise le casse du siècle avec d'anciens complices, tandis qu'au fond du bagne JW prépare son come-back. Il devient la proie du flic Martin Hägerstrm, taupe infiltrée au coeur du réseau criminel. Mais attention, entre espion et complice, il n'y a qu'un coup de feu. Quand le roi de la vie souterraine meurt, l'attrait de la life deluxe réveille les pires instincts...Jens Lapidus, brillant avocat suédois de 39 ans, a défendu les criminels scandinaves les plus célèbres et les plus sulfureux. De ses longues heures de parloir et de tribunal, il a tiré la matière brute de la trilogie Stockholm noir, véritable phénomène dans les pays nordiques.

  • Penseur du XIXe siècle, âge d'un capitalisme sauvage que ne tempéraient pas encore des lois sociales, Marx pourrait bien l'être également du XXIe siècle, âge d'un capitalisme revenu à ses tendances spontanées à l'aide de la doctrine ultralibérale qui s'attache à détruire toutes les conquêtes sociales.
    Bonjour, monsieur Marx. Je ne peux vous cacher mon émotion. Vous représentez beaucoup pour ceux qui se révoltent contre le monde comme il va . Aujourd'hui le capitalisme fait rage, l'argent roi règne. Comment caractériser le genre de relations qu'il instaure entre les hommes ? Premiers jours de janvier 1882. Maitland Park Road, quartier de Londres, j'arrive enfin chez lui. Désormais, Karl Marx est seul. Il n'a que 63 ans, mais tous ceux qui l'ont rencontré dernièrement le décrivent comme à bout de forces. Il continue cependant à travailler, à revoir ses manuscrits pour son grand oeuvre : Le Capital, le chef d'oeuvre inachevé. Je m'assieds en face de lui. Notre premier entretien commence. Il sourit parfois, s'indigne souvent des injustices qu'il évoque et de l'hypocrisie qui les recouvre. Une photo de son ami de toujours, Friedrich Engels, est là, sur la cheminée, derrière lui. Pour de nombreuses questions, je vais avoir le sentiment de m'adresser à eux deux. D'ailleurs, Karl Marx se tourne régulièrement vers l'image de son ami, comme pour mieux solliciter son acquiescement. Les deux penseurs ont voulu dire tout haut la vérité d'un monde à dépasser et celle d'un monde à inventer.


  • Voici cette Espagne peu souvent décrite, parfois mal aimée. Les Pyrénées, bien visibles, nous en séparent. Mille liens, invisibles, nous en rapprochent.

    " Je suis parti du cliché, comme tout le monde, du fandango, des mantilles et des castagnettes. Après quoi, peu à peu, en travaillant là-bas (avec Buñuel, avec Bergamín), j'ai trouvé une Espagne plus profonde, plus étrange à nos yeux, plus lointaine aussi que celle que j'imaginais. Une Espagne où la " raison " n'a pas le même sens que chez nous, où les révolutions sont plus radicales, les rêves plus larges. Une Espagne d'où la pensée a été officiellement bannie comme une " manie funeste ", où la folie parade encore, où les démons viennent s'asseoir au coin du feu.
    Voici cette Espagne peu souvent décrite, parfois mal aimée. Les Pyrénées, bien visibles, nous en séparent. Mille liens, invisibles, nous en rapprochent. "
    J.-C. C.
    Jean-Claude Carrière, dramaturge, scénariste et romancier, a publié aux Editions Plon de nombreux ouvrages, parmi lesquels Contes philosophiques du monde entier, Le Vin bourru, Dictionnaire amoureux de l'Inde, Les Fantômes de Goya et Dictionnaire amoureux du Mexique.

  • Arcadia

    Lauren Groff


    Arcadia est une communauté hippie des années 1960, l'utopie d'une génération et le symbole de ses désillusions. C'est aussi le deuxième roman de Lauren Groff, qui marque son entrée dans la tradition des grandes fresques américaines.

    Ridley est l'enfant d'un rêve, premier né d'une communauté hippie des années 1960. Il grandit comme il respire, le monde est son terrain de jeux. Car le monde se finit aux portes d'Arcadia. Respect de la nature, autosuffisance, amour libre : Arcadia se veut une grande famille, chaleureuse et libertaire. Mais la réalité est plus compliquée. Et plus la communauté grandit, plus l'utopie s'éloigne : les parents négligent leurs enfants, la drogue embrume les esprits, les tensions minent l'équilibre des origines. Jusqu'à l'implosion.
    Hors d'Arcadia, il faudra vivre dans les forêts d'immeubles new-yorkaises, ouvrir les yeux sur les dérives du rêve déchu, gagner sa vie, être père et accepter le réel. Mais l'idéal des commencements, l'amour et la paix, Ridley ne les perdra jamais vraiment, les portera jusque dans le monde, les concrétisera à sa manière, douce et honnête, profondément humaine.
    Roman d'initiation, fresque puissante, Arcadia trace à travers son héros le destin du rêve américain : de l'éblouissement de la naissance à la clairvoyance idéaliste.
    Lauren Groff est l'auteur d'un premier roman très remarqué et salué par la critique internationale, Les Monstres de Templeton (Plon, 2008, disponible chez 10/18). Elle a également publié un recueil de nouvelles, Fugues (Plon, 2010, disponible chez 10/18), pour lequel elle était invitée au Festival America en 2010. Arcadia, son deuxième roman, marque l'épanouissement de son talent de romancière.

    " Un sens aigu de la beauté et du tragique entremêlés. "
    Le Figaro

    " Virtuose de la douceur venimeuse, Lauren Groff est également une experte de l'harmonie romanesque. "
    Le Monde


    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Carine Chichereau

empty