Presses Universitaires de France

  • Cet ouvrage montre que de nombreux arguments mis en avant par ceux qui voudraient justifier l'interdiction de la pornographie sont infondés ou qu'ils ne peuvent servir à justifier des décisions dans une démocratie laïque. Cet essai ne plaide pas, pour autant, pour une défense de la pornographie, mais se livre, au nom d'une "éthique minimale", à une critique des arguments les plus souvent utilisés dans les débats. Des documents complètent cette analyse (habituel dans cette collection).

  • Qu'est-ce que le corps ? Pourquoi une éthique du corps est-elle nécessaire ? Comment penser le corps ? Parce que la médecine, le droit, la publicité, la sexualité se rapportent au corps mais ne s'attachent guère à réfléchir sur ce qu'est un corps, sur les comportements permis ou interdits à son égard, il est aujourd'hui urgent de penser le corps. C'est ce à quoi s'attache cette réflexion de philosophie pratique, afin de montrer l'importance d'une reconnaissance de la valeur du corps et d'un certain droit d'en disposer. Des documents complètent cette réflexion.

  • Pour comprendre l'arrêt PerrucheSOMMAIREIntroduction : Les affres judiciaires de Nicolas Perruche -- Enjeux Première partie : Un droit de ne pas naître ? Chap 1 - Les faits : les actions en wrongful life et le cas Perruche -- l'affaire PerrucheChap 2 - Conceptions criminelles, la responsabilité civile du géniteur-violeurChap 3 - Un droit à ne pas naître ? : préjudices de naissance et euthanasie -- être ou ne pas être ? -- l'assymétrie de la vie avant et après la naissance comme problème et comme solutionDeuxième partie : Du droit à l'avortementChap 1 - Lire la loi Veil : où l'on apprend qu'il y a un droit à l'avortement -- l'avortement pour motif médical et les paradoxes de l'eugénisme -- avorter, c'est-à-dire guérir ? -- le statut de la vie prénatale et la philosophie politique de la loi VeilChap 2 - Bébé préjudice, l'évolution des litiges de naissance : litiges de naissance et droit à l'avortement -- Perdre la chance d'avorterTroisième partie : Naître au monde biotechnojuridiqueChap 1 - De la substituabilité : le dommage contrefactuel -- l'identité d'une personneChap 2 - La personnalité physique et l'être humain : la notion de personne comme concept métajuridique -- éléments pour une histoire de la subjectivitéChap 3 - La personne, l'être humain et l'identité dans les lois bioéthiques de 1994 : l'éternité de la chair -- au lieu du corps -- corps de personneChap 3 - Naître autreQuatrième partie : Dialectique de l'arrêt PerrucheChap 1 - Objections morales ou idéologie juridique ? : actions en wrongful life et droit à l'avortement -- un message contre les personnes handicapées -- l'individualisation du pouvoir sur la vieChap 2 - Droits de naissance : les contradictions de l'individualisation du pouvoir sur la vie -- le droit de naître dépourvu de handicap grave -- le féminisme à l'épreuve de l'arrêt Perruche -- pour une nouvelle philosophie de l'avortement Conclusion -- Annexes : liste des textes reproduits

  • Dans les débats de philosophie politique contemporaine, l'emploi du terme justice désigne exclusivement la justice distributive, tendance nouvelle car il n'existait de justice que pénale. En France réflexion pénale et pensée politique sont devenues autonomes, comme si la philosophie politique n'avait plus rien à dire d'important sur le sujet de la peine. Une des raisons de l'affaiblissement de la réflexion politique sur la peine tient au discrédit que certains travaux de sciences sociales ont porté sur la tentation de justification. Le travail de Foucault est central dans cette formulation d'une critique de l'idéologie pénale. L'un des buts de cet ouvrage est de montrer l'importance et la possibilité d'une réintégration de la justice pénale dans le champ de la philosophie politique et sociale pour tenter de formuler une théorie unifiée de la distribution des droits et des peines, en faisant appel à des concepts centraux dont la complexité alimente les discussions entre libéraux ainsi qu'à la notion de mérite moral dans la justification de la peine.

  • La réflexion éthique sur la pratique des ingénieurs n'existe que depuis peu de temps en France, le premier "code d'éthique" ne datant que de la fin des années 1990, un siècle après celui des Britanniques. Cette discipline s'est développée aux États-Unis sous le terme d'engineering ethics. Que signifie et que recouvre ce concept ? C'est le sujet de cet ouvrage réalisé à partir de nombreuses enquêtes. L'auteur note la responsabilité des écoles dans la formation éthique des futurs cadres : une éthique en action, car il n'y a pas de neutralité morale dans le domaine de l'agir technique.

  • Ouvrage intéressant de lecture aisée sur un sujet dont on parle beaucoup aujourd'hui. DOCUMENTS / Textes (extraits) de Jacques Chirac, Jean-Paul II, Primo Levi, Nicole Loraux, Pierre Nora, Paul Ricoeur --- Déclaration de Stockholm sur l'Holocauste des 26-28 janvier 2000 -- Loi pour promouvoir l'unité nationale et la réconciliation, parlement d'Afrique du Sud, 1995 SOMMAIRE : IntroductionI -- Devoir de mémoire et souvenir des morts : Les rituels de commémoration -- Le lien entre les vivants et les morts -- La présence des morts -- Présence et reconnaissanceII -- Unité narrative et devoir d'humanité : Le sujet moderne et l'unité narrative de la vie -- Le respect des morts -- Devoir de mémoire et devoir d'humanitéIII -- Histoire et mémoire : Connaissance historique et mémoire vécue -- Mémoire et répétitionIV -- Le devoir de mémoire et la Shoah : La mémoire comme devoir -- La mémoire-alibi, usages et mésusages du devoir de mémoire -- La mémoire garde-fou, la fonction préventive du devoir de mémoire -- La question de l'unicité de la Shoah -- Devoir pédagogique et intégrité V -- Les vertus de l'oubli : Le besoin d'oublier -- Les malaises de la mémoire -- L'effort de mémoire et le droit à l'oubli -- Mémoire et réconciliationVI -- La mémoire apaiséeVII -- Devoir de mémoire et intégritéConclusion -- Textes et documents -- Bibliographie

  • La Convention internationale des droits de l'enfant adoptée par les Nations Unies en 1989 a constitué un tournant important dans le droit relatif à l'enfant. Sa référence claire à la Déclaration universelle des droits de l'homme et son caractère contraignant ont obligé les Etats signataires à ériger l'enfant en titulaire de droits. DOCUMENTS / Extraits de la Convention internationale des droits de l'enfant, 1989 -- Extraits des arrêts de la Cour européenne -- Arrêt de la Cour de cassation du 13 décembre 1956SOMMAIREIntroduction1 -- Les origines philosophiques des droits de l'enfantL'absence de droits de l'enfant chez Aristote -- La modernité et les droits de l'enfant -- Rousseau et la découverte de l'enfance2 -- Droits de l'enfant et droit des parentsLe problème des relations entre Etat et famille -- Etat-providence et droits de l'enfant -- La Cour européenne et la défense des droits parentaux -- Une redéfinition des droits parentaux3 -- La crise du droit de la famille et les droits de l'enfant Crise du mariage et droit à la filiation -- La responsabilité du fait de la conception -- Le droit de l'enfant à la connaissance de son histoire -- Les procréations médicalement assistées et l'enfant4 -- L'enfant, sujet ou objet de droit ? Enfance et minorité -- La responsabilité civile de l'enfant -- La responsabilité pénale progressive de l'enfant -- La capacité progressive de l'enfantConclusion : L'intérêt de l'enfant comme norme suprêmeAnnexes : Convention internationale des droits de l'enfant de 1989 (extraits) -- Cour européenne des droits de l'homme : arrêts du 27 juin 1996 et du 26 mai 1994 -- Cour de cassation Chambre criminelle : arrêt du 13 décembre 1956

  • On a pu voir parfois des slogans : Nom à l'euthanazie... Cette faute volontaire montre que ce sujet sensible pourrait très vite, pour certains, se transformer en un acte barbare et totalitaire. Pour d'autres au contraire, la grandeur et la dignité de l'être humain résident dans un choix volontaire par rapport à des processus naturels dont l'évolution n'est plus maîtrisable.
    Il serait simpliste de s'en tenir à l'une ou l'autre de ces conceptions, il convient donc dans un premier temps de préciser ce qu'est l'euthanasie puis d'étudier les différents arguments déontologiques mis en avant, de les comparer d'un pays à l'autre, d'une culture à l'autre. Le dossier est ainsi étayé par de nombreux arguments permettant d'acquérir une large vision sur ce problème souvent douloureux et aidant à dessiner une ligne de conduite éthique fondée sur quelques clauses énoncées par l'auteur comme étant du côté de "la vie bonne", une attitude d'assistance à autrui.

empty