Presses universitaires François-Rabelais

  • Deux Symposiums internationaux ont eu lieu, à Graz en octobre 1998 et à Joensuu en septembre 1999 sur le thème du développement régional durable, avec le soutien de la Commission européenne sous les présidences européennes respectives de l'Autriche et de la Finlande. Ce troisième Symposium organisé sur le thème "Recherche et Développement Régional Durable" visait à mettre en relation les acteurs du développement régional et les chercheurs, en insistant sur la spécificité de l'échelon régional dans les questions de développement durable et sur la coopération nécessaire entre les différentes disciplines de recherche concernées, mais aussi entre chercheurs et acteurs du développement durable. Le symposium a été une occasion de présenter les résultats des projets de recherche financés dans le cadre du 4ème et du 5ème Programme Cadre européen. Mais aussi les résultats d'expériences pilotes, notamment les expériences de promotion du développement durable au travers des Fonds structurels européens, ou les projets concernant la gestion intégrée des zones côtières.

  • Consacré à une réflexion sur la pratique de l'archéologie urbaine, cet essai s'attache à définir les limites imposées à la recherche par les sources historiques (écrites, archéologiques, planimétriques) et les conditions de leur mise en oeuvre conjointe afin de comprendre et d'expliquer les interactions entre le fonctionnement et la fabrique de la ville. Chercheur au CNRS, Henri Galinié est archéologue et spécialiste des villes. Ses travaux portent sur la ville de Tours antique et médiévale, sur l'archéologie urbaine ainsi que sur la transition urbaine entre Antiquité et Moyen Age, en Europe du Nord-Ouest. Depuis 1992, il est directeur de l'UMR Archéologie et territoires, unité mixte CNRS-Université de Tours, après avoir été directeur du Centre National d'Archéologie Urbaine du ministère de la Culture, de 1984 à 1992.

  • Inspiré par un des axes d'enseignement du DEA Sciences de la Ville de l'université François-Rabelais, ce livre croise réflexion méthodologique et études de cas appartenant aux espaces français, allemands, anglais et italiens au long d'une époque moderne largement taillée. Il réunit les contributions de onze historiens de Tours, Angers et Orléans : Florence ALAZARD, Les livrets d'entrées royales : une source pour l'histoire urbaine. Pascal BRIOIST, Hooke et Pepys : deux espaces-vécus du Londres du XVIIe. Gérald CHAIX, Histoire : Libertés - Justice. L'hôtel de ville de Cologne (XIIe - XVIIe siècle). Bernard CHEVALIER, L'éloge de Tours de Francesco Florio (1477). Entre la tradition médiévale et le discours humaniste. François COMTE, Angers à travers ses plans (1652-1813) : une cité immobile ? Natacha COQUERY, La beauté d'une ville : un château bien Pâti ou un théâtre magnifique ? Nantes d'après Brackenhoffer (1643-1644) et Young (1788). Brigitte MAILLARD, L'air, l'eau, la ville et le médecin au XVIIIes. Vincent MILLIOT, La ville au miroir des métiers. Représentations du monde du travail et imaginaires de la ville (XVIe - XVIIIe). Claude PETITFRÈRE, Une ville mise en scène : Tours d'après l'iconographie générale des XVIes au XVIIIes. Robert SAUZET, L'image de Nîmes antique dans l'historiographie et la mémoire collective au XVIIes et XVIIIes. Denise TURREL, La couleur de la ville : les représentations urbaines dans les cartes de l'Ancien Régime. L'ouvrage s'organise en trois parties : La ville vécue par le citadin et la ville racontée par l'historien, la ville donnée à lire par le visiteur étranger ou le médecin, la ville mise en scène par le cartographe, le dessinateur, le graveur, le peintre et l'architecte.

  • Étudier cinquante lettres d'un député provincial élu à la Législative puis à la Convention présente différents intérêts. Outre la faculté de saisir sur le vif les tracas journaliers d'un homme que sa fonction place au coeur de l'événement, le genre épistolaire permet d'appréhender en profondeur ses idées. À son fils, il n'hésite pas à relater de façon spontanée ses préoccupations. L'intérêt d'un tel témoignage est que tout calcul en est absent. Nombreux sont les ouvrages qui, durant cette période troublée de l'Histoire de France, ont une mission de prosélytisme révolutionnaire. Tel n'est pas le cas des lettres de Pierre Dubreuil Chambardel. Même si celles-ci ne sont pas neutres politiquement, ce qui est heureux pour l'historien voulant les analyser, elles conservent le caractère naturel des conversations intimes. En effet, l'assiduité du député et les réponses régulières que lui font son fils et sa belle-fille, donnent à cette échange épistolaire une particularité propre à la confidence.

  • Le mot Europe recouvre une réalité qui a de nombreuses dimensions. L'Europe, c'est une terre ; ce sont des hommes ; c'est une civilisation, ou, plus exactement, c'est une civilisation composée de plusieurs peuples. Cet ouvrage contient les actes d'un colloque organisé par trois laboratoires de science juridique, de science administrative et de science économique, de l'université de Tours. La variété des communications témoigne des difficultés politiques, économiques, sociales, humaines et culturelles - mais aussi de la richesse de potentialités - de la construction européenne, au moment où celle-ci a choisi de s'élargir. Ce qui est sûr, c'est que celle-ci ne peut se faire que grâce aux Européens et pour eux.

  • Cet ouvrage constitue les Actes du colloque tenu à Tours les 7, 8, et 9 septembre 1998, qui a rassemblé des spécialistes de toutes les périodes de l'histoire dans une perspective totalement diachronique et pour une large aire géographique, de la Sicile grecque à la France du xxe siècle , en passant par les Cités-États de l'Italie ou de l'Allemagne médiévales. Une réflexion y est menée sur la pertinence de l'emploi du mot patriciat à travers les âges et les cultures, ainsi que sur les éléments constitutifs de l'identité patricienne au regard le l'ensemble des familles de l'élite urbaine. Les processus de formation et de pérennisation des lignages sont mis en lumière, de même que leurs mode d'insertion dans la cité et dans ses instances dirigeants et leurs systèmes de représentations face aux contemporains et à la postérité.

  • Comment les médias (presse, radio, télévision) se sont-ils adaptés aux transformations des villes depuis plus de deux siècles ? Comment s'y sont-ils implantés, ont-ils contribué au rayonnement des villes et à définir les contours de l'espace qu'elles dominent ? Quels furent et quels sont encore les relations entre les journalistes et les pouvoirs urbains ? La complaisance des premiers à l'égard des seconds, tentés par le contrôle de l'information locale à des fins de propagande ou de communication, relève-t-elle du cliché ou est-elle fondée ? Telles sont quelques unes des questions posées par cet ouvrage qui s'applique à saisir le rôle des médias dans la construction des identités urbaines, en France, de la seconde moitié du xviiie siècle à nos jours. Au carrefour de deux domaines de recherche en plein renouvellement, ce livre associe à la réflexion d'historiens modernistes et contemporanéistes, l'analyse de spécialistes d'autres sciences humaines (sociologie, politologie, information et communication). Il dégage, au total, de vastes champs d'études et met en perspective des interrogations que brouille parfois une actualité trop brûlante.

  • Au moment où les pays occidentaux redécouvrent les avantages de la production flexible et des communautés territoriales d'entreprises, ce livre s'interroge sur le rôle de la ville dans le fonctionnement des systèmes productifs locaux. Il étudie la place de la ville et des municipalités dans l'organisation du district industriel et l'effet, en retour, de la présence du district sur le développement de la ville. Il met en lumière le rôle des valeurs et des institutions urbaines comme éléments constitutifs du district (coopération entre firmes, consensus social et mobilité). Il analyse enfin les mécanismes d'adaptation qui ont souvent permis aux districts de survivre aux mutations industrielles que l'Europe a connues depuis l'époque moderne.

  • Il y a quelque chose de rabelaisien chez Paul West. Cette parenté avec Rabelais, on la retrouve dans l'érudition, la verve, le style flamboyant et « grotesque », mais aussi dans le refus d'être considéré comme une aberration, à l'instar de ces institutions dévouées aux Humanités, volontiers reléguées au rayon des vieilleries dans notre société actuelle confite en communication. Paul West est un écrivain inclassable, un touche-à-tout de génie, traitant avec la même passion l'Égypte ancienne, l'Histoire européenne, les Indiens Hopis des mesas nord-américaines, de la vie microscopique à la Voie Lactée. Sa venue à Tours en 2003 a donné l'occasion de mettre en évidence la diversité de son travail, au travers des approches critiques des auteurs de ce volume.

  • Fruit du colloque international tenu à l'Université de Tours en novembre 2006 sous les auspices de la Société Française Shakespeare, manifestation destinée surtout aux étudiants des Concours d'anglais, ce volume se veut une contribution plus que ponctuelle aux études shakespeariennes. Ses treize articles, dont celui de R. Brian Parker, éditeur scientifique de Coriolan pour la série The Oxford Shakespeare, témoignent par la diversité de leurs approches de l'intérêt et des débats que continue à susciter cette dernière des tragédies de Shakespeare, oeuvre à la fois intellectuellement stimulante, poétiquement riche, politiquement provocatrice et théâtralement puissante.

  • Nombreux étaient celles et ceux qui souhaitaient en retrouver les interventions du printemps 2005 et les voir rassemblées, et précisément à Tours, ville natale d'Yves Bonnefoy. C'est en souvenir de belles circonstances que nous avons souhaité mettre en avant cette nécessaire relation entre "amitié" et "réflexion" qu'indique le titre. Pour autant que l'homme soit encore cet arbre où des parentés reconnues sont à partager, l'unité de ce rassemblement de propos sur la traduction de la poésie (réflexions et pratiques en cours), les liens entre le théâtre et la poésie, la peinture et la poésie, apparaîtra, invitant lectrices et lecteurs à des "assentiments" qui sont la vraie vie de l'esprit.

empty