Littérature générale

  • Beaucoup de lectures s'effectueront dans les années à venir sur des dispositifs numériques, quels que soient les champs à l'oeuvre. La sensibilisation aux spécificités du texte numérique est donc un enjeu important pour la recherche, la lecture et l'écriture. Cet ouvrage a pour objectif d'analyser comment le texte préfigure les pratiques, et comment le lecteur y répond en mobilisant ses imaginaires personnels. Il identifie, pour la première fois de façon exhaustive, les procédés rhétoriques de l'hyperlien et de l'animation textuelle, et propose à la fois des outils de défense contre certains effets de manipulation du texte numérique, et des repères pour permettre au lecteur de goûter à un nouveau plaisir du texte. L'objectif de Rhétorique du texte numérique est de sensibiliser lecteurs, chercheurs, auteurs et éditeurs aux possibles expressifs du texte numérique, et de leur permettre ainsi de mieux connaître et maîtriser ses procédés d'argumentation, de persuasion, de narration, de métaphorisation et de séduction. La connaissance de ce champ des possibles favorisera l'émergence d'une nouvelle culture de l'interprétation, réflexive et critique.

  • Le modèle s'essouffle-t-il ? Quel modèle ? Faut-il un modèle ? De quoi parle-t-on ? Voilà quelques-unes des questions que cet ouvrage aborde. Le « modèle de bibliothèque publique à la française » est à la fois une évidence et un trou noir. Une évidence indiscutée qui a structuré, accompagné, encouragé le développement récent des bibliothèques publiques. Un trou noir précisément parce qu'il est une évidence indiscutée, en voie de fossilisation, voire de nécrose. Cet ouvrage collectif rassemble neuf contributions (et une postface) qui interrogent à la fois le concept même de modèle de bibliothèque publique, ses composantes, ses contradictions, la place qu'il réserve aux usagers, aux collections ou aux services. Il fait la part belle aux inspirations étrangères de ce modèle ou aux comparaisons avec d'autres héritages. Loin de répondre, il questionne. Et c'est très bien ainsi.

  • Une bibliothèque pour faire quoi ? 19 écrivains et 1 plasticienne répondent, à leur manière - pour faire un tour, pour regarder un film, pour donner RDV, pour se mettre au chaud, pour lire, pour mettre le feu, pour parler de Flaubert, pour photographier le chantier, pour faire le ménage, pour être seul avec d'autres, pour travailler, pour dormir... Dans des styles différents, entre récits, nouvelles ou témoignages, les auteurs ont composé un portrait à multiples facettes de ce lieu public, et de ses passagers. Leurs textes reflètent aussi les grandes tendances de la littérature contemporaine, tournés pour certains vers le politique ou le social, pour d'autres vers le poétique ou le biographique. De son côté, en photographe, Aurélie Pétrel donne un ancrage visuel à ce Carnet de voyage.

  • Jacques Roubaud, poète, mathématicien, mathématicien et poète, homme de théâtre, traducteur, membre de l'Oulipo, est aussi et d'abord un collectionneur de bibliothèques : les plus prestigieuses (la British Library, la Bibliothèque nationale, square Louvois, la Bibliothèque nationale de France, quai de Tolbiac, la bibliothèque Sainte-Geneviève), les plus rares (l'Inguimbertine), et les plus improbables sont entrées dans son catalogue ; imprimé ; c'est à sa visite qu'il nous invite.

  • Jean Gattégno, spécialiste de littérature anglaise, haut fonctionnaire, ancien directeur du livre et de la lecture de 1981 à 1989, nous a quittés le 31 mai 1994. Les 13 et 14 juin 2014, deux journées d'hommage lui ont été rendues à l'Enssib. Avec, entre autres, les témoignages de Véronique Chatenay-Dolto, Valérie Tesnière, Nicolas Galaud, Gérald Grunberg, Christian Thorel, Benoit Tuleu, et une introduction de Marc Olivier Baruch.

  • Useful, usable, desirable, publié par l'American Library Association (ALA) en 2014, est à la fois un manifeste et un guide pratique, proche du livre de recettes, résolument centré sur l'utilisateur des bibliothèques et qui permet de faire une auto-évaluation de son propre établissement et d'engager des chantiers d'amélioration des services aux publics. Écrit dans un style très proche du guide touristique, interpellant le lecteur, il a pour ambition de s'adresser à tout professionnel des bibliothèques, quels que soient son grade, sa nationalité et l'établissement dans lequel il travaille.

  • Comment les bibliothèques participent-elles à la construction de la pratique de lecture numérique de leurs usagers ? Cette enquête qualitative menée en 2015 dans la région Auvergne-Rhône-Alpes recueille les récits des professionnels de l'information et des usagers inscrits : à la question initiale posée par ce support nomade, se superposent les interrogations sur les contenus nomades quand, en fin de compte, il semble que ce soit l'acte lui-même de lire que l'on souhaite toujours plus mobile, extensible, intégré dans les dimensions de nos vies, fussent-elles numériques.

  • Cette publication trouve son origine dans le séminaire « L'offre de livres numériques à destination des bibliothèques de lecture publique : un regard international » qui a été organisé entre mai 2014 et mars 2015 par l'Enssib (Hans Dillaerts et Benoît Epron), l'ARALD (Antoine Fauchié) et les laboratoires DICEN-CNAM (Ghislaine Chartron) et ELICO (Lyon) ; il a bénéficié du soutien de l'ARC 5 et de la Région Rhône-Alpes. Le séminaire ayant reçu de nombreux retours positifs de la part des professionnels de la chaîne du livre et des chercheurs travaillant sur le livre numérique, les organisateurs ont souhaité rassembler les textes afin de capitaliser sur les retours d'expériences et les savoirs construits. L'ouvrage s'attache ainsi à analyser et identifier les différents modèles qui sont mis en oeuvre pour développer des services de prêt public du livre numérique. Une approche de comparaison internationale est privilégiée pour appréhender l'ensemble des enjeux liés au développement du prêt numérique et de la lecture numérique sous l'angle technico-économique, politique, juridique, professionnel et des usages. Les contributions correspondent aux interventions et aux transcriptions réalisées à l'issue des séances du séminaire, ainsi qu'à des articles extérieurs afin d'enrichir l'analyse.

  • Très fourni, avec plus de 600 billets denses et documentés, ce blog méritait de disposer de passeurs prêts à partager leurs parcours de lecture, depuis 10 ans, pour rendre visibles les éclats d'une pensée investie et engagée dans la défense des droits numériques des usagers. Ce sont 15 très fins connaisseurs du blog qui présentent « leur » S.I.Lex à travers une sélection de billets éditorialisés : une manière de faire circuler autrement les analyses de Lionel Maurel notamment dans le domaine des bibliothèques numériques, des modèles économiques et des biens communs.

  • Les changements politiques et socioculturels amènent au xixe siècle une demande croissante de lecture, qu'elle soit instructive ou récréative. Les bibliothèques dites « populaires » sont alors mises en place pour tenter de répondre à ces besoins. Trop laïques pour certains, trop cléricales pour d'autres, trop « populaires » enfin, leur histoire a fait l'objet d'un profond oubli pendant la longue première moitié du xxe siècle. Qui étaient les lecteurs de la France rurale, comment les publics cohabitaient-ils, pourquoi le service de prêt de livres s'est-il progressivement répandu, comment les autorités considéraient-elles ces nouvelles institutions... ? Pour la première fois, dans la continuité des travaux de Noë Richter puis du colloque, en 1984, porté par la Bibliothèque des Amis de l'Instruction du IIIe arrondissement de Paris, cette nouvelle étude scientifique rend compte de ce corpus méconnu des bibliothèques. À la fois analyse historique approfondie et investigations sociologiques sur les publics, à partir de l'examen des archives de plusieurs établissements français, cet ouvrage explore la naissance et le développement des bibliothèques dites populaires en Belgique et en Grande-Bretagne et présente une déclinaison de ce type d'établissement dans l'Argentine d'aujourd'hui. À l'heure des interrogations sur l'évolution du modèle des bibliothèques publiques, des questionnements sur leur rôle social, cet ouvrage, dirigé par Agnès Sandras, historienne et conservatrice des bibliothèques à la Bibliothèque nationale de France, rassemble les contributions d'auteurs de tous horizons (historiens, sociologues, personnels scientifiques des bibliothèques, doctorants et chercheurs confirmés...), en posant les jalons d'une recherche sur la généalogie de la lecture publique contemporaine.

empty