Arts et spectacles

  • Quelle fut l'évolution de la presse dans notre pays entre 1815 et 1870 ? De "L'Abeille de Fontainebleau" au "Vrai Libéral", de la presse nationale à la presse régionale : le cadre législatif, l'évolution des techniques, l'impact des événements, tels que la Monarchie de Juillet ou la fin de l'Empire.

  • Histoire et imagination, La transition inaugure la collection « Histoires » initiée par la communauté des historiens universitaires. Le point de vue initial de Pierre Chaunu est que : « Avec la transition, nous avons enfin un concept opérationnel et fédérateur. C'est un concept d'économiste, de démographe et bien évidemment de philosophe et d'historien.[...] Pour le moment la transition se présente comme l'entrée dans un système de plus en plus implosif, totalement non reproductible, au sens propre, un futur sans avenir. Seule, une analyse historique du présent à la lueur du passé est susceptible, peut-être, de proposer quelques solutions en vue d'une prospective un peu moins désastreuse.»

  • Qu'est-ce que le cinéma ? Quel sera son avenir ? En quoi la technologie change-t-elle l'art ? Cette question qui se pose aujourd'hui face au numérique, le critique André Bazin et le philosophe Walter Benjamin l'avaient déjà posée au cinéma analogique. Si révolution il y a dans les fonctions de l'art, celle-ci ne se situe pas dans le passage de l'image analogique à l'image numérique, mais dans le passage de l'outil à la machine automatique. Comment faire de l'art avec des techniques automatiques ? La réponse est déjà inscrite dans l'histoire du cinéma. Mais, à partir d'elle, le cinéma se divise et s'est toujours divisé en deux lignes parallèles. Ou bien l'automatisme de l'appareil sert à animer des images qui existent avant lui, la photographie analogique ou l'image de synthèse. C'est la ligne Edison-Lucas qui passe aussi bien par Méliès que par Griffith. Ou bien, dans la lignée de Marey et de Lumière, le cinéma se sert de l'automatisme comme d'un instrument de perception du mouvement à l'origine même des images. « L'art avec des images de ne rien représenter » (Bresson) est celui qui « nous rend un logos à l'état naissant » (Merleau-Ponty). Il n'y a pas une histoire du cinéma soumise au développement des techniques de l'image. Il y eut toujours deux cinémas, le classique et le moderne.

empty