Robert Laffont

  • Simplifier sa vie, c'est l'enrichir. Notre société de consommation vous dit le contraire ? Ne le croyez plus. Installée au Japon depuis de longues années, Dominique Loreau s'est imprégnée dumode de vie de son pays d'adoption. Un mode de vie qui repose sur le principe du "moins pour plus " appliqué à tous les domaines,dumatériel au spirituel. Épurez votre intérieur, videz vos armoires, abandonnez vos achats compulsifs,mangez plus frugal, prenez soin de votre corps et donc de votre esprit... De l'art de vous sentir bien chez vous à l'art de vous sentir bien en vous, elle transpose ces préceptes à l'usage des femmes occidentales. Toutes les approches pour vous sentir bien dans votre corps et dans votre tête, mieux avec vous-même, donc mieux avec les autres : vivre zen, telle est la clé de l'harmonie.L'élégance, le bien-être et le mieux-vivre : inspiré des philosophies orientales, voilà ce que propose L'Art de la simplicité.


  • Et si vous essayiez les listes ?

    " Les listes nous offrent un support indispensable. Que ce soit pour faire table rase avant de mieux repartir dans la course des jours ou pour entreprendre un travail de fond sur le sens de sa vie, elles constituent l'un des moyens les plus accessibles, les plus amusants et les plus efficaces de se libérer intérieurement. "
    Dominique Loreau en apporte la preuve dans cet ouvrage...
    ...à la fois guide pratique: comment organiser au mieux le quotidien (le ménage, les repas, les invitations à dîner, les comptes, les cadeaux, les valises des vacances...) afin de se donner du temps pour soi ?
    ... et invitation ludique à explorer une forme d'écriture elliptique et poétique, qui va à l'essentiel : créer son propre " carnet de listes ", c'est apprendre à clarifier son esprit, à affiner ses goûts, à enrichir sa vie intérieure.
    En s'appuyant sur des dizaines d'exemples précis, ce guide donne tous les conseils, toutes les astuces pour s'approprier ce véritable art du " bien vivre".


  • Plus de deux millions d'exemplaires vendus dans le monde, best-seller aux États-Unis, en Angleterre et en Allemagne : l'essai qui crée l'événement.

    " Imaginez, avec John Lennon, un monde sans religion...
    Pas de bombes suicides, pas de 11 Septembre, pas de Croisades, pas de chasses aux sorcières, pas de Conspiration des poudres, pas de partition de l'Inde, pas de guerres israélo-palestiniennes, pas de massacres de musulmans serbo-croates, pas de persécution de juifs, pas de " troubles " en Irlande du Nord, pas de " crimes d'honneur ", pas de télévangélistes au brushing avantageux et au costume tape-à-l'oeil.
    Imaginez, pas de talibans pour dynamiter les statues anciennes, pas de décapitations publiques des blasphémateurs, pas de femmes flagellées pour avoir montré une infime parcelle de peau... " R. D.
    Dans une attaque frontale contre la religion et la barbarie qu'elle a trop souvent engendrée, Richard Dawkins dénonce " l'illusion de Dieu ". Jugeant que de trop nombreux scientifiques " s'inclinent lâchement devant les théologiens ", il estime que l'hypothèse de Dieu doit être analysée avec les mêmes outils rationnels et le même scepticisme que n'importe quelle autre. Il s'attache donc à faire la démonstration de la " probabilité extrêmement faible de son existence ".
    Amoureux de la nature, le scientifique invite son lecteur à se tourner vers la splendeur du monde réel. Comprendre le monde du vivant, apprécier son extrême richesse expliquée avec une " élégance irrésistible " par la sélection naturelle de Darwin, voilà qui, selon Richard Dawkins, devrait permettre d'abandonner toutes les formes de superstition. Et notamment celles remises au goût du jour par le créationnisme qui sévit dans de nombreux pays, en particulier aux États-Unis.
    Le réquisitoire d'un grand scientifique contre la religion.


  • Saviez-vous que le mot anglais rugby vient de la langue des Vikings ? Êtes-vous curieux de découvrir la centaine de noms italiens qui désignent les pâtes ? Voulez-vous comprendre pour quelle raison, due à leur langue, les Allemands ne se coupent jamais la parole ? Vous plairait-il de faire une pittoresque incursion dans tous les mots espagnols venus de l'arabe ?...

    Que vous le feuilletiez pour le plaisir gourmand des mots ou que vous le consultiez avec la passion du spécialiste, ce livre est, pour tout amoureux de notre langue, l'occasion de passionnantes retrouvailles avec l'auteur du Français dans tous les sens.
    Un véritable voyage dans le temps et l'espace, commencé avec la rencontre, il y a sept mille ans, des habitants de la "vieille Europe" et de populations venues de la mer Noire, porteuses de ces langues "indo-européennes" d'où sont nées, à l'étrange exception du basque, toutes les langues de l'ouest de l'Europe.Voici donc, dans son étonnante pluralité, le panorama fertile de cette centaine de langues arlées dans l'Europe d'aujourd'hui. Qu'elles soient officielles et de grande diffusion, comme l'espagnol, le portugais, l'anglais, le français, l'allemand ou l'italien ; qu'elles soient dites régionales, comme le gascon, le galicien, le frioulan, le sarde, le corse, le francoprovençal, le sorabe, le scots, le schwytzertütsch ; ou encore officielles et méconnues, comme le luxembourgeois, le danois, le néerlandais, l'irlandais - ces langues sont pleines de richesse et de surprises.
    Avec un peu de grammaire, des tableaux et des cartes d'une grande clarté, beaucoup de bonne humeur, avec des récréations (pour jouer par exemple à fabriquer des mots savants à partir d'une poignée de racines grecques, ou à trouver sur une carte des noms hérités du gaulois), ce livre dit l'origine, l'histoire, la géographie de ces langues qui vivent et meurent, et qui sont le coeur battant de notre civilisation.

  • " Sait-on formuler la différence entre Israélite, Juif et Israélien ? L'Israélien est celui qui a un passeport israélien. Cela va de soi. Mais l'Israélite ? Est-ce une personne qui pratique la religion juive ? Mais alors qu'est-ce qu'un Juif ? Et de surcroît un Juif qui n'a pas de religion ?
    " J'ai été souvent tenté d'expliquer pourquoi je me sens profondément Juif tout en étant laïque et ce que signifiait pour moi le judaïsme. Tout au long de mes précédents ouvrages, j'ai raconté non pas le judaïsme, mais des histoires de Juifs. Aujourd'hui, mes chers filleuls, j'aimerais évoquer pour vous une culture et des hommes hors du commun que j'aime et qui me portent depuis l'enfance: Abraham, Moïse, Ezra... Jetés dans l'aventure naissante d'une humanité en proie au mal, ils trouvèrent le moyen de s'en défendre grâce à l'établissement du premier monothéisme et au livre le plus lu dans le monde, la Bible... C'est sur ce chemin-là, celui d'un peuple et d'une mémoire qui ont survécu aux siècles, que je voudrais vous conduire. Car je suis de ceux qui espèrent encore que la connaissance des "autres' sera toujours la nourriture de la paix de demain. "

  • Quand on aime, on donne sans compter..., et quand on sait que plus des deux tiers du vocabulaire anglais vient du français ou du latin, que le mushroom anglais est en fait le mousseron français assaisonné à la mode anglaise et que le bol français est à l'origine le bowl anglais prononcé à la française, on comprend alors qu'entre ces deux langues, c'est une véritable histoire d'amour qui a commencé il y a plusieurs siècles... et qui dure.
    Bien sûr, les peuples ont connu tour à tour une guerre de Cent Ans ou une Entente cordiale, mais les langues, de leur côté, ont constamment mêlé leurs mots pour donner parfois naissance à des "faux amis", voire bien souvent aussi à de nombreux "bons amis" : il y en a plus de trois mille dont la forme graphique est parfaitement identique dans les deux langues parmi lesquels anecdote, caricature, garage, horizon, jaguar, moustache, silicone, structure, unique...
    C'est l'histoire peu commune de deux langues voisines et néanmoins amies qu'Henriette Walter conte ici en parallèle, au fil de multiples traversées de la Manche dans les deux sens, interrompues par un grand voyage à la conquête du Nouveau Monde. En revivant cette aventure sentimentale au pays des mots, ponctuée d'une foule d'exemples, de jeux insolites et de piquantes anecdotes, on découvre que l'érudition n'est pas forcément ennuyeuse, et que l'on peut apprendre tout en s'amusant.
    Et honni soit qui mal y pense.

  • La peur des barbares est ce qui risque de nous rendre barbares...
    " Le choc des civilisations, ce serait : les démocraties occidentales d'un côté, l'Islam de l'autre. Deux mondes, figés dans leurs différences historiques, culturelles, religieuses, et de ce fait voués au conflit. Face à la menace, plus de place pour le dialogue ou pour le mélange. Et pas d'autre alternative que la " fermeté ". Voire la guerre. Par tous les moyens. Peut-on vraiment s'assurer, lorsque l'on raisonne ainsi, que la barbarie et la civilisation continueront de se trouver du côté que l'on croit ? S'il est impératif de défendre la démocratie, il est aussi crucial de ne pas se laisser dominer par la peur et entraîner dans des réactions abusives. Car l'Histoire nous l'enseigne : le remède peut être pire que le mal. " T. T. Dans une réflexion qui nous fait traverser des siècles d'histoire européenne, Tzvetan Todorov éclaire les notions de barbarie et de civilisation, de culture et d'identité collective, pour interpréter les conflits qui opposent aujourd'hui les pays occidentaux et le reste du monde. Une magistrale leçon d'histoire et de politique - et une véritable " boîte à outils " pour décrypter les enjeux de notre temps.

  • En 1984, Michèle Sarde retraçait, dans son premier Regard sur les Françaises, l'histoire des femmes dans l'Hexagone du Moyen Âge aux années 1970. Sorties de " l'alcôve " grâce à la révolution contraceptive, il était logique que ce soit dans " l'arène " publique et politique qu'elles se battent désormais.Pour comprendre l'évolution de la France en matière d'égalité des sexes, cet essai parcourt tous les aspects, de l'intime au public, de la vie des Françaises. À travers quatre grandes thématiques - Sexualité, Mixité, Laïcité et Parité - l'analyse recense toutes les grandes batailles sociales qui les concernent : du PACS à l'homoparentalité, de la prostitution aux violences sexuelles, du code de la famille au port du voile à l'école, de la parité linguistique à la parité politique. Pourtant, comparée à d'autres pays européens, la France accuse encore de nombreux retards, surtout dans les domaines professionnels et politiques.Ce livre offre un bilan sociologique objectif et lumineux sur la longue marche des femmes françaises vers l'égalité. En guise d'illustration, il donne aussi la parole à des femmes d'aujourd'hui, toutes générations confondues, de Simone Veil à Fadela Amara, en passant par Clémentine Autain, Mazarine Pingeot, Yvette Roudy, Edith Cresson, Dominique Desanti, Juliette Minces etc... De l'expérience de chacune jaillit une représentation plurielle du féminin et l'horizon de luttes encore à mener. Car, des plus âgées, parce qu'elles ont posé les premières pierres, aux plus jeunes, parce qu'elles bâtissent l'avenir, toutes les femmes contribuent à cette révolution sociale. Sans oublier les hommes qui les accompagnent.

  • Comment vivre l'absolu dans un monde de plus en plus matérialiste ? Comment concilier quête d'absolu et quête du bonheur ?
    Pendant des millénaires notre rapport à l'absolu, notre besoin de plénitude, a été vécu dans le cadre de l'expérience religieuse. Puis la référence au monde divin à cédé sa place à des valeurs humaines. Aujourd'hui, l'aspiration à la plénitude (au sacré, au sublime, à l'infini...), à une qualité de vie supérieure fait partie du "projet de vie" de chacun. Mais comment la mener ? Où doit-elle nous conduire ?
    Parmi les tentatives contemporaines extraordinairement variées de toucher à l'absolu, Tzvetan Todorov a voulu en retenir une : celle qui interprète cette expérience comme une quête de la beauté et l'art comme le moyen d'y accéder. Et il s'est attaché à trois serviteurs de la beauté ? Oscar Wilde, Rainer Maria Rilke, Marina Tsvetaeva ?qui ont toute leur vie aspiré à une forme de perfection, et en ont fait le projet de leur existence.
    Dans un livre qui nous rappelle Mémoire du mal, tentation du bien, Tzvetan Todorov ne nous offre pas seulement une triple et passionnante biographie, mais aussi une réflexion sur l'art de vivre. Le culte de la beauté et la pratique des arts ne suffisent pas à organiser l'ensemble d'une vie, conclut-il au terme de son cheminement. Nous sommes des êtres imparfaits, non des anges, et ne pouvons vivre dans une extase continuelle, dans le seul ravissement de la plénitude. La voie ne serait-elle pas de trouver une beauté dans le quotidien qui permette de découvrir le sens de la vie ? Dans leur quête, Wilde, Rilke et Tsvetaeva ont connu l'échec, mais ils ont montré le chemin.

  • En douceur, est arrivée la deuxième révolution de la condition féminine...
    Cette révolution est si récente que les femmes ont du mal à l'intégrer dans leur réflexion personnelle. Pourtant, chaque femme "entre deux âges" est actuellement une sorte de pionnière dans l'évolution de notre société. Elle fait partie de la première génération de femmes à avancer en âge en si grand nombre, en si bonne santé et pour si longtemps. Alors qu'elles devraient se réjouir de ces années d'équilibre et de sérénité, il arrive que ces femmes manquent de confiance en elles et se projettent difficilement dans un avenir qui leur semble incertain.Cette deuxième vie démarre par un grand virage familial, physiologique, conjugal, professionnel et matériel. Et ces changements apportent trois cadeaux: la liberté d'être soi; le temps de vivre; la recherche de nouveaux liens. Les "seniorettes" peuvent maintenant décider, entreprendre, se donner le droit de faire ce qu'elles veulent car elles ont acquis au fil des années de la force de caractère et de la générosité. Qu'elles décident maintenant de vivre une longévité en pleine forme!

  • Quel est l'esprit des Lumières et leur signification pour nous ?
    Dans un va-et-vient constant entre passé et présent, Tzvetan Todorov dégage les grandes lignes de cette pensée, sans détacher son regard de notre époque.
    Après la mort de Dieu, après l'effondrement des utopies, en quoi croyons-nous ? De quel cadre conceptuel peuvent se réclamer nos actes de citoyens et d'individus ? Pour répondre à ces questions, Tzvetan Todorov a interrogé un courant de pensée et de sensibilité qu'on pourrait décrire comme le versant humaniste des Lumières. Non que les auteurs du xviiie siècle aient trouvé les solutions aux problèmes qui ont surgi depuis et nous troublent chaque jour. Mais cette époque, ces trois-quarts de siècle situés à peu près entre 1715 et 1789, a vu se produire un grand basculement dont nous sommes tous les héritiers. Mieux comprendre cette transformation peut nous aider à mieux vivre aujourd'hui.
    Quel était le projet des Lumières ? Quelles idées fondamentales se trouvent à leur source ? Autonomie, humanité, universalité... Que faut-il entendre par là ? Au-delà du rejet ou de l'invocation, qu'en est-il exactement des répercussions des Lumières sur le déroulement de l'Histoire ? Quelles clefs ce mouvement nous offre-t-il pour trouver des solutions aux problèmes politiques d'aujourd'hui ? Dans l'esprit du Nouveau désordre mondial, Tzvetan Todorov écrit un livre de réflexion, aussi synthétique que brillant, à mi-chemin entre philosophie politique et actualité.
    En mars 2006, Tzvetan Todorov est le commissaire de l'exposition " Lumières ! Un héritage pour demain ", à la Bibliothèque nationale de France.

  • Serge Dassault est l'un des hommes les plus puissants de France. Milliardaire, pilier de la défense nationale avec ses Rafale, sénateur UMP, propriétaire du Figaro, l'industriel parle à l'oreille des présidents de la République.
    L'avionneur a conquis une ville, Corbeil-Essonnes. C'est la revanche du fils mal-aimé sur son père, le mythique Marcel Dassault. Serge s'est pris d'affection pour cette cité ouvrière. Il en a fait une sorte de laboratoire social, avec sa fortune personnelle. Mais sa ville lui donne bien du souci.
    Élections annulées, enquête judiciaire sur des soupçons d'achats de vote, racket... rien ne va plus dans le fief de Serge Dassault.
    Après plus d'un an d'enquête, Sara Ghibaudo et Yann Philippin lèvent le voile sur certains secrets bien gardés du milliardaire et mettent au jour un " système " qui, au fil des années et des millions d'euros, s'est dangereusement enrayé.

  • Un psychiatre lance un pavé dans la mare de la médecine!
    "Le moins que l'on puisse dire est que notre belle médecine manque quelque peu de modestie. Il est vrai que, depuis un siècle environ, elle cumule les succès. Après avoir réglé leur compte à la plupart des microbes, elle s'est attaquée avec une réussite relative, mais indéniable, à de nombreuses maladies : diabète, infarctus, cancer, fractures, carences, Parkinson, dépression. Les piles cardiaques, les greffes d'organes, les FIV, les immunodépresseurs, le scanner, l'IRM, il faudrait un Prévert pour inventorier ses innombrables avancées. Résultat : la longévité de l'homme a fait un bond fantastique et, depuis 1950, nous avons régulièrement gagné trois mois par an. Un Occidental peut aujourd'hui espérer vivre deux fois plus longtemps qu'au XIXe. Mais du coup, quelle arrogance ! Les médicastres écrasent de leur mépris toute autre approche. Des médecines traditionnelles à la micronutrition, de l'hygiène de vie à l'ostéopathie, l'homéopathie, la chronobiologie, tous ceux qui osent une approche autre sont écartés des cénacles universitaires et scientifiques.
    Pourtant, il est des domaines où un peu d'humilité serait de mise..."

    Avec humour et impertinence, Patrick Lemoine s'en prend à l'autorité médicale et à la hiérarchie, ses abus et ses dysfonctionnements. Parce qu'il chérit son métier plus que tout, en médecin et en citoyen concerné, Patrick Lemoine prône davantage de modestie et incite les médecins à user de leur pouvoir sans en abuser. Pour que continue de vivre la "belle médecine".

  • La " diversité " désigne la variété de profils humains qui peut exister au sein d'une société (origine de pays, de région, de quartier, culture, religion, âge, sexe, apparence physique, handicap, orientation sexuelle, diplômes, etc.). Elle soulève de très délicates questions car il est aisé de voir dans toute imputation de particularisme une marque de racisme, de discrimination ou de stigmatisation. Ces débats qui ont pour sujet la diversité sont en permanence sous-tendus par une opposition entre deux pôles philosophiques principaux : l'un républicain, l'autre multiculturaliste ? une opposition qui, lorsqu'elle se radicalise, exerce des effets de crispation et de paralysie sociale.Comment articuler en bonne intelligence les valeurs universelles du droit et de la raison, et le respect des différences ? Michel Wieviorka, spécialiste des questions de différence et de diversité, dresse un état des lieux édifiant et donne les nouvelles clés pour vivre ensemble dans le respect des différences. Une politique de la diversité a besoin de s'appuyer non pas sur des préjugés ou des informations journalistiques, mais sur des connaissances solides. Michel Wieviorka propose de nouvelles pistes, énumère les expérimentations qui pourraient être envisagées, fait le point sur les expériences novatrices et sur les impasses avérées en matière de diversité, en France et à l'étranger.

  • Sur le siècle du totalitarisme, voici un essai majeur qui s'inscrit dans la lignée des livres de François Furet et Jean-François Revel.
    Que faut-il retenir du XXe siècle, quels enseignements doit-on en tirer ? Il s'est achevé par une forme d'action politique à première vue inédite : les "guerres éthiques", conduites en Irak et en Yougoslavie par les pays occidentaux qui n'emploient que des bombes "à caractère humanitaire" (Václav Havel). Nous croyons avoir bien compris le passé depuis que le mal a été clairement identifié: le totalitarisme, symbolisé pour nous par le camp d'extermination nazi et le goulag communiste. Mais la démocratie est-elle toujours un bien ? ou devons-nous penser, avec le grand Vassili Grossman, que "là ou se lève l'aube du bien, des enfants et des vieillards périssent, le sang coule" ? Se souvenir du mal passé ne suffit pas pour empêcher les errements présents. La mémoire n'est pas toujours, et intrinsèquement, une bonne chose, ni l'oubli une malédiction. Ce n'est pas en nous prenant pour l'incarnation du bien, en donnant des leçons de morale à nos concitoyens comme aux pays étrangers que nous échappons au mal. On doit résister à cette tentation tout en continuant à défendre la liberté de l'individu et l'amour des hommes. Dans une réflexion exigeante sur le siècle, depuis la naissance des totalitarismes jusqu'à la guerre du Kosovo, en passant par la bombe atomique d'Hiroshima, Tzvetan Todorov s'interroge sur le sens de cette histoire tragique. Il éclaire l'opposition entre régimes démocratiques et totalitaires, aussi entre communisme et nazisme, avant d'analyser les abus les plus courants de la mémoire. Il nous met aussi en garde contre les dérives menaçant la démocratie. Ce siècle des ténèbres est traversé par quelques sillons lumineux, hommes et femmes exemplaires qui, confrontés avec les totalitarismes, ont su précisément combattre le mal sans se prendre pour une incarnation du bien. Leurs portraits ponctuent le livre : Vassili Grossman et Margarete Buber-Neumann, David Rousset et Primo Levi, Romain Gary et Germaine Tillion.

  • Les animaux sont partout et leurs noms réservent bien des surprises... Sous chevron et sous chimère, il y a le nom de la chèvre. Sous cynisme et sous canicule, celui du chien. La vache se cache dans le mot vaccin, et le boeuf dans bucolique... On peut aussi retrouver le lion couché dans les hiéroglyphes de Cléopâtre, le nom de l'ours dans celui de l'océan Arctique (arktos en grec) ou encore la tête d'un taureau dans le dessin de la première lettre de l'alphabet. En évoquant le loup, on se prend même à rechercher les liens qui existent entre les noms de Louvois, de Lope de Vega et de Virginia Woolf.Cet ouvrage sans équivalent n'est ni un dictionnaire, ni une encyclopédie, ni un manuel de zoologie, ni un quiz de culture générale - mais un peu tout cela à la fois. C'est surtout un fascinant bestiaire étymologique qui offre d'inattendus prolongements vers la géographie, la mythologie, l'histoire, la botanique, la littérature et même les constellations. Amis des bêtes et amateurs de mots pourront ainsi s'émerveiller de cette étonnante histoire, écrite dans une langue simple et distrayante, des noms de quelque trois cents mammifères.

  • Au deuxième anniversaire du 11 septembre, au coeur d'une agitation médiatique signant des temps toujours troublés, une réflexion nécessaire...
    Terrorisme, islamisme, sécurité internationale: loin de l'anti-américaniste primaire, adversaire de tous les sectarismes, Tzvetan Todorov nous invite d'une façon claire et pédagogique, en huit courts et denses chapitres, à revoir notre façon de réfléchir sur le nouveau désordre mondial.La paix mondiale passe-t-elle par la guerre ou par le droit? La première nous semble toujours injuste tandis que le second apparaît illusoire. Comment dépasser cette contradiction? Dans un petit livre merveilleux de clarté, totalement dénué de jargon, Todorov analyse le nouvel impérialisme américain et propose à l'Europe la voie résolue de la "puissance tranquille".Universitaire mondialement reconnu, "paysan du Danube" (il est originaire de Bulgarie) ayant enseigné dans les plus grandes universités en France et aux États-Unis, Tzvetan Todorov met au service de la cause européenne sa fibre humaniste et sa connaissance intime de l'histoire de la culture et des idées. Et il ne se contente pas d'analyser et de critiquer: il va jusqu'au bout de la démarche en faisant des propositions concrètes, courageuses, parfois inattendues.Stanley Hoffmann, préfacier de ce livre, est professeur à Harvard (spécialisé en sciences politiques, et plus particulièrement l'éthique et les relations internationales) et chroniqueur politique ? il écrit régulièrement dans des revues comme "The New Republic", "Foreign Policy", "The New York Review of Books", et "The New York Times". Il est, dans ce domaine, reconnu mondialement.

  • Marc Ferro utilise une technique de cinéaste pour éclairer le sens des événements survenus entre 1939 et 1945. Au coeur du scénario, un drame : la Seconde Guerre mondiale. Pour l'incarner, sept acteurs: Staline, Hitler, Churchill, Mussolini, De Gaulle, Hiro Hito, Roosevelt... Alors que les villes s'écroulent, que les frontières se déplacent, et que les armées disparaissent, on suit la guerre à travers les yeux de chacun de ces personnages : telle est l'idée de Marc Ferro. Une grande idée qui rappelle quelques films d'anthologie, et qui se révèle infiniment productive pour l'historien. On sort de son livre avec l'impression de s'être trouvé dans le PC souterrain de Churchill, dans la chambre de Staline ou le bunker de Hitler au moment précis où ont été prises les plus graves décisions de notre siècle. La grande originalité de cet ouvrage est aussi l'importance révélée des relations personnelles et des blessures intimes qui viennent brouiller la logique des enjeux stratégiques et politiques. Mussolini subit l'emprise de Hitler sans jamais cesser de le prendre pour un fou. Hitler déteste Churchill mais l'admire. Pétain honnit de Gaulle en public et l'envie en secret... Les acteurs de l'Histoire se séduisent et se déchirent, se lient et se trahissent en un jeu de haine et de fascination qui va modeler l'avenir des peuples.

  • Jeudi 18 mars, Simone Veil, qui fut déportée, ministre d'État, présidente du Parlement européen, membre du Conseil constitutionnel, est reçue à l'Académie française. Elle y prononce l'éloge de son prédécesseur au fauteuil de Jean Racine, Pierre Messmer, compagnon de la Libération et ancien Premier ministre. En réponse, Jean d'Ormesson prononce son éloge à elle. Deux jours plus tôt, son épée d'académicienne lui a été remise par Jacques Chirac et François Jacob, compagnon de la Libération et Prix Nobel. Jacques Chirac a fait un bref discours. C'est l'ensemble de ces textes - les deux discours en constituent l'essentiel - qui forment ce petit livre.

  • L'arabe et le français...
    Lointaines par leurs origines, ces deux langues se sont croisées et influencées depuis près d'un millénaire.
    Connaissez-vous le nom par lequel les Arabes désignent nos chiffres "arabes" ?
    Croyez-vous que les Mille et Une Nuits ont vraiment duré 1001 nuits ?
    Vous doutiez-vous que les textes des savants grecs n'ont pu nous être transmis que grâce à des traductions arabes des manuscrits originaux ?
    Saviez-vous qu'il y a des centaines de mots français en arabe, tout comme il y a des centaines de mots arabes en français ?
    Vous trouverez des réponses à ces questions et bien d'autres informations érudites ou distrayantes, mêlées d'anecdotes littéraires et historiques, dans le livre d'Henriette Walter et de Bassam Baraké.
    Entre exposés savants et jeux linguistiques, c'est un peu la longue histoire des rencontres de l'Orient et de l'Occident que cet ouvrage retrace en filigrane et par touches successives. Une façon unique de s'instruire en s'amusant.

  • Après sept ans passés à la tête de la capitale, Bertrand Delanoë, fort d'un bilan approuvé par une large majorité des Parisiens, se prononce sur son rôle futur et nous propose ici un livre important où se mélangent expérience personnelle et définition des valeurs.
    Dans un dialogue vif et rythmé mené par Laurent Joffrin, il répond aux questions et aux attentes de nombreux Français : comment l'expérience de celui qui se définit lui-même comme un manager public peut être utilisée au niveau national ? Comment le "socialisme municipal", réalisé dans l'une des plus grandes villes du monde et qui est par définition un "socialisme du réel", peut-il servir à l'échelle du pays ? En quoi consisterait une nouvelle conception de la vie politique ? Comment donner un nouvel espoir à l'opposition et dessiner une alternative au sarkozysme ?
    Un livre vivant, conflictuel, une réflexion sur l'avenir de la gauche en même temps qu'une description des politiques menées ou souhaitables. En un mot : de la vie au projet.

  • Un pamphlet mordant sur la femme politique la plus ambitieuse de sa génération.
    Pour tous, elle est "Martine". Truculente, elle a la dent dure, elle fait rire. Et personne au monde n'est épargné. "Nuls" sont les journalistes, les députés de droite, les grands patrons français, les syndicalistes, les fonctionnaires... Et même ses conseillers qui, au ministère, craignent de lui soumettre un dossier.Elle règne au firmament des sondages. À l'inverse de son père, Jacques Delors, elle se voit déjà à Matignon ou à l'Élysée. N'a-t-elle pas donné les 35 heures à la France? Oui, mais elle a aussi berné les patrons et rallumé la lutte des classes. La ministre Aubry a réussi un exploit inédit: les syndicats sont avec leurs adversaires sur les barricades. La CGT, la CFDT et FO ne lui pardonnent pas le "mépris" qu'elle affiche pour les partenaires sociaux, et s'inquiètent de l'addition de deux cents milliards que salariés et contribuables vont devoir se partager.De son rôle au sein du Parti socialiste au bilan mitigé de son passage au gouvernement, de ses relations avec Pierre Mauroy, Dominique Strauss-Khan ou Ernest-Antoine Seillière à son élection à la mairie de Lille..., Philippe Alexandre et Béatrix de l'Aulnoit nous dévoilent les revers de la fulgurante et spectaculaire ascension de Martine Aubry.

  • Qui connaît l'origine du mot bureau? La bure, étoffe grossière protégeant un meuble, a vécu bien des aventures avant de devenir un espace de travail...
    La langue française, réputée si formelle, recèle d'innombrables histoires méconnues, parfois rocambolesques, souvent inattendues, toujours riches d'enseignement.
    Du français des Canadiens à celui des Belges, sans oublier le passage à la postérité du comte de Sandwich, Henriette Walter, professeur émérite de linguistique, décortique amoureusement les subtilités de notre langue bien-aimée.
    Le Français dans tous les sens a reçu le Grand Prix de l'Académie française en 1988.

  • En ces temps préélectoraux plus que jamais, comment résister au plaisir d'épingler les bizarreries, les cocasseries, les incohérences voire les absurdités du folklore politique français?
    "Les Français sont un peuple étrange, incompréhensible pour les étrangers qui nous contemplent avec des yeux ahuris. Nous sommes les seuls en Europe à nous passionner pour le feuilleton politique et à afficher dans le même temps un taux d'abstention record quand arrivent les échéances électorales. Les seuls à posséder une foultitude de partis, rassemblements, mouvements, que rien ne sépare en apparence sinon l'ambition de ceux qui les dirigent. [...] La politique française, dans ses rebondissements quotidiens et ses dialogues somptueux, relègue "Loft Story' au rang de divertissement de patronage."Avec ce quatrième florilège de ses billets d'humeur sur Europe 1, Jean Amadou nous propose une nouvelle sélection de ses chroniques, les plus récentes et les plus savoureuses.On reconnaît la plume chatouilleuse et incisive, la légèreté du sceptique et la pertinence de l'observateur averti. Une ironie irrésistible.

empty