Langue française

  • Le tourisme est l'activité humaine qui s'est sans doute la plus développée depuis la fin de la Deuxième Guerre mondiale. Jointe à l'expansion démographique, il n'est pas douteux qu'elle se marque avec force dans le paysage et contribue à façonner l'environnement. L'accumulation d'individus à certaines périodes et dans certains sites privilégiés (stations balnéaires, ou de sports d'hiver) ne doit pas faire croire que le tourisme soit le seul auteur du saccage des paysages, ni des pollutions : toutes les activités humaines ont leurs nuisances (industrie métallurgique, industrie pétrolière, industries alimentaires, etc.). Déjà au Colloque de la Rochelle de mai 1991, le ministre de l'Environnement de l'époque, Mr Brice Lalonde, convenait que les rejets urbains et industriels étaient plus néfastes que certaines structures d'hébergement réalisées pour accueillir les touristes. Il y a donc une action du tourisme sur l'environnement, mais il ne faut pas oublier que le milieu a aussi une réaction sur le touriste : n'oublions pas les bienfaits des séjours dans certaines régions de côtes ou de plaines, où le milieu peut être considéré comme un "médicament naturel". C'est donc ces interactions du tourisme et de l'environnement dont il sera tenu compte dans cet ouvrage.

  • Depuis l'origine des temps, les migrations internationales sont au coeur de l'histoire des hommes. Lors des XIXe et XXe siècles, elles s'inscrivaient essentiellement dans une double réalité : la colonisation suivie de la décolonisation, et la politique des blocs. Or, ces deux données géopolitiques ont quasiment disparu, conduisant à une recomposition des schémas explicatifs de la migration. Avec sa grande clarté d'expression, Gérard-François DUMONT dévoile dans ce livre les caractéristiques des migrations internationales. Il explique la diversité de leurs formes en proposant chaque fois des exemples éclairants. Il remonte à la pluralité des causes, ce qui permet de bien distinguer les facteurs politiques, les effets des évolutions géopolitiques, le rôle des dynamiques économiques, l'influence de la révolution des transports, ou les conséquences des changements démographiques. Enfin, Gérard-François DUMONT analyse la géographie des migrations qui façonnent les peuplements. Les étudiants et les candidats à des concours (Capes, Agrégation, ENA, Prépa HEC, Sciences Po et toute épreuve de culture générale) tireront un grand profit de ce livre, enrichi de notes utiles, d'illustrations et d'un index des noms cités. Le citoyen curieux de son temps appréciera l'exposé lumineux lui permettant de comprendre toute l'importance des nouvelles logiques migratoires.

  • Gisèle Escourrou, Professeur émérite de l'Université de Paris-Sorbonne, s'est spécialisée dans l'étude des climats urbains, de la pollution atmosphérique et de la climatologie. Les transports sont une des activités économiques les plus liées au climat. D'une part, les fortes précipitations, la neige, le froid, les vents forts perturbent tous les types de circulation. Ces excès climatiques gênent les voies de circulation, détériorent parfois les véhicules, entraînent des accidents et de plus en plus pèsent sur la rentabilité. Ils interviennent différemment selon le moyen de transport et selon les grandes zones climatiques. D'autre part, les transports émettent des polluants. Ces émissions sont dépendantes du type de transport, du véhicule, du carburant. Elles perturbent la qualité de l'air plus ou moins selon les conditions climatiques, l'environnement, l'aménagement urbain. Elles ont une influence néfaste sur l'homme, la végétation, le bâti. Elles risquent de peser sur l'évolution climatique à l'échelle globale (effet de serre, destruction de la couche d'ozone). Une revue des remèdes possibles pour limiter cette pollution termine cet ouvrage. Ce problème de la pollution liée aux moyens de transport représente un des grands problèmes que le vingt et unième siècle aura à résoudre.

empty