UGA Éditions

  • Reines, impératrices, régentes... Autant de termes plus ou moins anachroniques - et la liste n'est pas exhaustive - qui posent la question de la place des femmes influentes dans l'Antiquité. Et pourtant, les mondes antiques sont peuplés de femmes, que les sources, littéraires ou documentaires, présentent aux côtés des puissants ; elles sont tantôt en lien et tantôt en opposition avec eux, tantôt honorées, tantôt écartées. La forme même du pouvoir qu'elles exercent, directement ou indirectement, est une source d'interrogations, tout comme les variations de la place qu'elles occupent dans les institutions politiques ; l'expression officielle de ce pouvoir évolue, notamment dans les périodes de crise dynastique. Les questions sur les femmes influentes sont donc multiples et, de la confrontation entre les périodes hellénistique et romaine, est né un livre polyphonique, à la confluence de recherches menées ces dernières années en France, Suisse, Italie et Allemagne, par des spécialistes de l'histoire politique. Organisé en deux parties, respectivement sur les atouts des femmes et sur leurs modes d'exercice du pouvoir, le livre fait apparaître une vingtaine de thématiques sur lesquelles le dialogue entre les deux périodes antiques est particulièrement fécond et off re des réflexions novatrices.

  • Aujourd'hui, les nouvelles droites d'Europe et d'Amérique latine se rattachent plus ou moins explicitement aux politiques et aux valeurs du fascisme historique. Elles témoignent d'une empreinte durable du régime de Mussolini dans la société contemporaine. D'où la nécessité d'apporter un nouvel éclairage, sur un temps long, à ces mécanismes de continuité et de rupture. Première histoire sociale du fascisme italien éditée en France, cet ouvrage se distingue fortement dans le paysage historiographique actuel dominé par l'histoire politique et culturelle. Le livre dresse un panorama complet des problématiques qui animent la société italienne sous le fascisme : les différences de genre, la famille fasciste, la création de l'« homme nouveau », l'assistance sociale, la jeunesse et le rapport entre générations, l'organisation du temps libre et du sport, la ruralisation et la colonisation du territoire et des colonies d'outremer, l'évolution du racisme et de l'antisémitisme, l'italianisation forcée des populations allogènes, l'idée de nation fasciste et d'empire latin.

  • Fraternité d'armes ou mésentente cordiale ? L'alliance francoitalienne dans la Première Guerre mondiale offre encore des aspects peu connus du grand public, tout particulièrement en ce qui concerne la coordination de l'effort de guerre et l'efficacité opérationnelle des appareils militaires des deux puissances latines de l'Entente. Ces questions sont abordées ici par un collectif de spécialistes italiens et français dans une perspective large et dynamique, des antécédents du conflit à ses conséquences (culturelles, sociales, géopolitiques) dans les deux pays. Grâce à des documents et à des témoignages souvent inédits (correspondances, journaux intimes), ce livre offre un nouvel éclairage sur la contribution des acteurs politiques et militaires, mais aussi des ingénieurs et des savants, à la construction d'une alliance certes imparfaite mais somme toute féconde.

  • Aux sources d'une pensée démocratique et socialiste ou social-démocrate en Allemagne, longtemps occultée par le(s) marxisme(s) et par la pensée antilibérale et antidémocratique, voire crypto-nazie, ce texte intéressera ceux qui, au sujet du « couple franco-allemand » en Europe, souhaitent réfléchir au-delà des clichés sommairement pessimistes ou naïvement optimistes. Alors que l'échec des révolutions de 1848 est général, Arnold Ruge, hégélien de gauche et député au Parlement de Francfort, exprime l'espoir d'une « seconde révolution » plus radicale que la première, celle de mars 1848, et qui fonderait une république sociale et démocratique. La formule est du socialiste français Louis Blanc, avec qui Ruge, avant sa rupture avec Marx, fut en contact à Paris en 1843-1844. Opposé au despotisme ancien, au libéralisme bourgeois et au communisme et anticipant, en citant Proudhon, sur les projets autogestionnaires du xxe siècle, Ruge propose la suppression du salariat et un coopératisme généralisé avec maintien d'un État régulateur.

  • Le microphone est un exhausteur de son. Il permet à l'artiste, non pas de chanter plus fort, mais de baisser la voix. Il rend audible un chuchotement dans une grande salle de spectacle. Cet art de l'amplification sonore, encore balbutiant en France dans les années 1930, transforme radicalement le paysage musical et les codes de la performance vocale. Quelques chanteuses et chanteurs d'avant-garde essaient d'apprivoiser le potentiel de l'instrument, tout comme les crooners américains une décennie plus tôt. Ils ajustent pour cela leur manière de chanter, tentent de répondre aux exigences de la technique par de subtiles adaptations. Souffle, gestuelle, diction, déplacements et expressions du visage se réinventent. À la croisée de lectures socio-techniques, artistiques et historiques, ce livre propose d'explorer la façon dont le microphone et le corps de l'interprète se rencontrent, ouvrant ainsi la voie à la diversification musicale de la seconde moitié du xxe siècle.

  • Au printemps 2020, les autorités ont imposé, en France comme dans d'autres pays, un confinement de la population pour lutter contre la pandémie de Covid-19. L'épisode a bouleversé nos habitudes, nos liens à autrui, nos rapports aux autorités aussi. Il a touché en même temps, le fait est assez rare pour être souligné, tous les milieux et territoires de notre société. Comment avons-nous expérimenté ces nouvelles règles de vie ? Comment avons-nous fait face aux épreuves qu'elles nous ont imposées ? Que peut-on dire des conséquences sociales de cet événement hors norme ? Ce livre propose des réponses à partir d'une enquête réalisée au coeur même de l'événement. Durant quatre semaines, plus de 16 000 personnes ont accepté de répondre à un long questionnaire, et pour près de 4 000 d'entre elles, de raconter avec leurs mots les manières dont elles ont vécu et ressenti ce temps suspendu. Ce sont leurs cadres de vie et leurs conditions de travail, leurs réactions et leurs sentiments qui constituent la chair de ce livre.

  • Considéré d'habitude comme le « père » de l'anarchisme français, Pierre-Joseph Proudhon entretient un rapport ambivalent avec la création littéraire. Cet essai retrace tout d'abord la relation de Proudhon à la littérature, telle qu'elle apparaît à travers ses ouvrages. Il analyse ensuite les discours tenus dans ses quatre journaux sur les triomphes du roman-feuilleton, visant la conception d'un feuilleton révolutionnaire capable de diffuser auprès du lectorat populaire, par le biais de la fiction, les idées et les théories qui aideront à son affranchissement. Une présentation des romans-feuilletons parus dans les diverses incarnations du journal Le Peuple est suivie par une étude plus approfondie de l'un d'entre eux, le roman Le Mont Saint-Michel, qui narre les aventures d'un groupe de républicains lors du célèbre épisode de la barricade du cloître Saint-Merry, clou tragique de l'insurrection avortée de 1832. Convoquant de nombreux auteurs connus (Michelet, Stendhal, Victor Hugo et Alexandre Dumas père) et oubliés, cette analyse veut offrir une réflexion sur la nature du roman historique et de l'écriture historiographique pendant une période clef pour leur développement.

  • Le xxie siècle est celui de l'information, de la communication et de l'échange. Mais sait-on réellement ce qu'est un échange langagier ? Cet essai propose d'étudier en détail les différentes dimensions du dialogue, qu'il soit discussion savante ou conversation prosaïque. Dans sa dimension pragmatique, la pratique dialogique se présente comme une activité conjointe, imprévisible et créatrice qui suppose notamment un décodage des informations fournies par le contexte au moyen de divers modes d'inférence (déductif, inductif, abductif, analogique). Toutefois, ce premier niveau s'avère tributaire d'un second, praxéologique, où se jouent les relations intersubjectives des partenaires ainsi que les enjeux et finalités transactionnelles qu'ils s'assignent conjointement dans le monde qu'ils construisent ensemble. Ce renversement praxéologique est illustré par l'analyse de la fable Le Corbeau et le Renard. Les conséquences idéologiques en sont établies sur le cas de la prétendue « éthique de la discussion » de Jürgen Habermas et sur celui de la « révolution nanotechnologique ».

  • L'oeuvre de Rudyard Kipling, si populaire et si controversée, dépasse les critiques parfois stéréotypées qu'on lui attache : sans nier son exotisme, son impérialisme, son militarisme, il s'agit de relire la fiction de Kipling en se penchant sur son esthétique géographique. En s'orientant vers une lecture concrète et sensible, vers le domaine métaphorique, spatial et visuel, Le géomètre et le vagabond cherche à rendre le plaisir du texte, en analysant sa réception sans la dénaturer. Les nouvelles de science-fiction, les nouvelles fantastiques, les farces, les récits modernistes, les poèmes accompagnant les nouvelles - tous ces textes sont étudiés en lien avec les récits d'aventure plus connus, Kim et les fables de la Jungle, afin de montrer les lignes de force qui parcourent l'oeuvre. Une approche géopoétique montre que l'espace n'y est pas une simple donnée : il est multiple, problématique et divisé, et c'est de son appréhension qu'émerge le récit.

  • Le regard du voyageur qui emprunte la route reliant Sisteron à Manosque, le long de la vallée de la Durance, est immanquablement attiré par une curieuse formation rocheuse surplombant le village des Mées, dont l'apparence évoque une procession de pénitents encapuchonnés. Ces falaises s'étirent sur 2,5 kilomètres et certains rochers atteignent 100 mètres de haut, formant un site très spectaculaire, classé depuis 1941. La légende raconte qu'un seigneur local se fit un harem avec de belles et jeunes Sarrasines rescapées de l'assaut d'une forteresse maure. Menacé d'excommunication, celui-ci dut se résoudre à relâcher ses affriolantes prisonnières et à les livrer à un monastère près d'Arles. Les moines chargés de leur transfert, sur le point de succomber à la tentation, furent pétrifiés par saint Donat. Dans cet essai sur l'imaginaire des rochers et le mythe des Sarrasins, l'auteur met son savoir et ses méthodes d'universitaire au service d'une enquête qui fait la part entre les éléments historiques et légendaires.

  • Ce livre présente les récits de nombreuses voyageuses d'expression française en Orient aux XIXe et XXe siècles, certaines bien connues du public, d'autres totalement oubliées. Leurs récits sont examinés à travers deux paradigmes principaux, celui du désert (espace ouvert) et celui du harem (espace fermé), le premier semblant peu à peu remplacer le second. Natascha Ueckmann met en lumière les particularités du regard féminin sur l'Orient et observe les attitudes des voyageuses d'un point de vue résolument féministe. Le féminisme est ici utilisé comme instrument d'analyse littéraire, mais sans aucune forme de complaisance à l'égard des préjugés des voyageuses et de leur attitude parfois coloniale à l'égard des Orientaux et des Orientales. Sans nier le désir d'autonomie et de découverte de l'altérité des voyageuses, Natascha Ueckmann dessine ainsi les contours d'un orientalisme au féminin qu'elle examine avec les instruments des études de genre et des études postcoloniales. Elle cherche à mettre en évidence la façon dont les femmes européennes s'inventent elles-mêmes en se situant dans un champ de tension entre désir de découverte de l'ailleurs et volonté de confirmer leurs idées préconçues. Un ouvrage résolument actuel sur les questions de féminisme et sur la notion d'orientalisme.

  • L'Homme déshabité est la traduction d'une très belle pièce de théâtre écrite par Rafael Alberti en 1931. Cette traduction collective et inédite restitue le rythme, les images et la théâtralité innovante de l'auteur. Une très belle introduction de Serge Salaün situe avec justesse l'oeuvre dans son contexte et propose des pistes de lecture pour appréhender les différents niveaux de lecture auxquels la pièce nous invite. L'Homme déshabité, sorti du néant, est éveillé à la vie par le Créateur qui lui octroie les cinq sens et lui fait don d'une jeune femme innocente et pure. Après un temps d'harmonie céleste entre l'Homme et la Femme, apparaît dans l'acte central la Tentation, au piège de laquelle l'Homme, trahi par les sens, succombera après un temps de lutte. Dans l'épilogue, le Créateur condamne l'Homme qui n'a pas su dominer ses sens. La pièce se termine par la rébellion de l'Homme contre son Créateur et une déclaration de haine réciproque.

  • Les réflexions sur l'espace public, ses usages, ses conceptions au regard de l'approche de genre connaissent depuis 20 ans un élan considérable dans le monde académique. Elles sont également au coeur du débat politique et médiatique. La question de la place de chacun et de chacune, dans l'expression multiple de leurs genres, demeure soumise à des normes de comportements et parfois à un manque de reconnaissance. Les textes analysent, avec leurs approches pluridisciplinaires, la place des femmes en France, en Égypte, en Afrique subsaharienne, au Maroc et au Luxembourg. Parfois acquise, souvent en cours d'acquisition, la liberté des femmes d'être présentes dans l'espace et le débat public, se heurte à des résistances culturelles. Le présent ouvrage montre ainsi que les parcours de reconnaissance et d'expression des femmes demeurent au XXIe siècle, malgré de grandes avancées, un droit non encore pleinement acquis.

  • L'ouvrage propose une étude grammaticale et stylistique de sept textes littéraires de langue française représentatifs de la littérature française du XVIe au XXe siècle. La démarche suivie est celle qui est demandée pour le traitement de la question de grammaire et de stylistique des sujets proposés à l'épreuve de français moderne, dite aussi grammaire et stylistique, du CAPES et de l'agrégation de lettres modernes. L'approche grammaticale est diversifiée et envisage différents champs : orthographe, lexicologie, morphologie, syntaxe, histoire de la langue, de même que l'étude stylistique, qui aborde les dimensions rhétoriques, sémiotiques, poétiques, dramaturgiques et narratologiques des oeuvres. L'étude des textes vise aussi à valoriser les questions d'intertextualité, d'histoire culturelle ou d'interdisciplinarité. Les questions posées sont l'occasion d'approfondissements théoriques de certaines notions ou de rappels défi nitionnels, proposés dans des encadrés distincts de l'étude des textes. De ce fait, l'ouvrage intéressera un lectorat large, allant des étudiants de classes préparatoires littéraires et de licence de Lettres ou de master MEEF (métiers de l'enseignement, de l'éducation et de la formation) visant la préparation des concours, aux étudiants de master recherche souhaitant parfaire leurs connaissances.

  • Thomas De Quincey est connu pour deux textes qui n'ont, en apparence, rien en commun : les Confessions d'un mangeur d'opium anglais, clé de voûte d'un récit autobiographique morcelé, ont longtemps été lues comme l'oeuvre d'un romantique mineur, dans l'ombre du poète William Wordsworth ; tandis que « L'assassinat, considéré comme l'un des Beaux-Arts » cultive la provocation et la fantaisie. Les deux cependant expriment toutes les nuances de l'ironie : De Quincey se confronte aux grands auteurs et proclame son statut d'écrivain mineur pour mieux le dépasser. Rassembler dans un même regard ces deux textes nous permet de rétablir la cohérence d'une oeuvre complexe et contradictoire, mais finalement unie, encore et toujours, autour du portrait de l'Anglais mangeur d'opium. Céline Lochot présente ici De Quincey comme mêlant l'ironie dans une démarche de séduction et de définition de soi dans le romantisme. Cette mise en contexte romantique de l'ironie, a priori plutôt paradoxale, enrichit considérablement le propos et souligne la modernité de De Quincey.

  • Cet ouvrage propose une approche inédite de l'oeuvre de Stendhal à travers une analyse des liens qui l'unissent à la musique. Quels ont été ses rapports avec la musique ? Quels étaient ses compositeurs, ses opéras préférés et pourquoi ? Ce livre montre comment la musique, et particulièrement l'opéra, a totalement imprégné l'oeuvre de Stendhal : dans ses romans, ses nouvelles ou ses écrits intimes, il a cherché à transformer la musique en mots, faisant souvent référence à Mozart ou Cimarosa. Persuadé d'avoir été un musicien manqué, Stendhal a rêvé de rivaliser, en tant qu'écrivain, avec la musique et ainsi d'atteindre l'idéal romantique de la fraternité des arts.

  • Cet ouvrage raconte l'incroyable histoire du citoyen romain le plus célèbre du Moyen Âge, Cola di Rienzo (1313-1354). Homme instruit et brillant, il subjugue les foules par de beaux discours, rêve de rendre Rome à son antique gloire et prend le pouvoir en 1347. Il a alors trente-trois ans. Visionnaire politique, humaniste ou encore homme de foi attiré par des idéaux de réforme révolutionnaires, il est considéré à l'époque romantique comme un précurseur de l'Unité italienne. Personnalité complexe, ambitieux et plein de contradictions, il se met en scène dans de superbes cérémonies, s'imaginant déjà empereur. Il connaîtra toutefois une fin tragique. Cette nouvelle biographie illumine ce personnage hors du commun qui possédait l'art inné d'utiliser les mots pour séduire et convaincre. L'auteur décrypte les ressorts d'une propagande qui permit à cet homme du peuple d'accéder au pouvoir. Il nous amène ainsi à réfléchir sur le thème toujours d'actualité de la dangereuse puissance de la propagande et des rhétoriques populistes.

  • Fertile plutôt que stérile, qu'est-ce qui permet au débat constructif d'advenir ? Comment raisonner ensemble à l'heure d'aborder une question aussi vitale que la gestion de l'eau potable ? Claire Polo présente ici un cas d'école en plongeant dans la mécanique argumentative des discussions développées entre jeunes d'écoles mexicaines, américaine et française. L'enjeu est de taille, à la fois techno-scientifique et socio-économique, et il n'existe pas ici de solution toute faite, de bonne réponse à trouver. Par une approche linguistique fine, cette étude donne à voir l'importance, pour effectivement explorer une controverse, de l'associationdes savoirs avec d'autres ressources cognitives : valeurs et émotions. Au-delà de l'élève, la personne ; au-delà d'une tâche, un groupe : lorsque les dynamiques identitaires et relationnelles sont favorables, le raisonnement collectif advient, amenant chacun·e, plus loin qu'avant l'échange. Des leçons sont à tirer pour quiconque cherche dans l'interaction à mieux saisir un problème complexe ou à partager et imaginer des alternatives. Cet ouvrage porte une attention éclairante à la construction de la parole et de l'opinion adolescentes, centrales pour l'apprentissage de la démocratie.

  • Les étudiants et enseignants en langues étrangères ont souvent le désir d'appuyer leurs démarches sur les albums, récits illustrés et autres ouvrages de la littérature de jeunesse contemporaine. Ils trouveront ici de multiples pistes pédagogiques pour le faire. Les chercheurs pourront également y puiser matière pour nourrir leur réflexion. L'approche est centrée sur l'écriture créative. Une telle démarche, modulable dans d'autres contextes éducatifs et pour diverses langues, permet de faire une place au lecteur et à ses aff ects et de construire des savoirs sur les plans linguistiques, littéraires et culturels. Le livre propose en outre une réfl exion sur les apports de l'image et du texte-image, ainsi que sur l'évaluation des écrits créatifs dans l'enseignement des langues. Cet ouvrage important, né d'une longue expérience de l'enseignement du français en Australie, offre des perspectives inestimables sur les aspects linguistiques, littéraires et culturels de l'enseignement des langues au niveau universitaire. Situé au croisement de la littérature de jeunesse et de la didactique des langues et des cultures, il puise ses principes et démarches pédagogiques dans l'enseignement du Français Langue Maternelle et permet ainsi aux enseignants de concevoir une approche communicative plus riche et plus nuancée que celle du CECRL pour l'enseignement de la littéracie en langue 2. Claire Kramsch, Professeur Émérite, University of California (Berkeley)

  • La LSF est la langue gestuelle parlée par les Sourds de France. Longtemps interdite, elle a été reconnue en France en 2005, un CAPES de LSF a été créé en 2010, elle est enseignée de l'école primaire à l'université. La LSF - comme toutes les langues gestuelles du monde - obéit aux lois de la gestualité : imiter le réel (ce que l'on nomme « iconicité ») et inscrire son corps dans l'espace (ce que l'on nomme « spatialité »). Elle met en oeuvre, par le canal visuo-corporel, les facultés de langage humaines. En ce sens, elle possède des caractéristiques propres, mais, en tant que langue parmi les langues, on peut aussi l'analyser avec les outils que la linguistique générale a forgés depuis plus d'un siècle. Cet ouvrage de référence, présentant de nombreux exemples et schémas ainsi que de nombreuses illustrations, est le premier qui propose d'explorer et d'expliquer le fonctionnement linguistique de la LSF en regroupant des analyses concernant le lexique, la morphologie et la syntaxe.

  • Ce livre réunit des études sur les formes de pouvoir et sur l'influence qu'ont exercées des femmes, entre l'époque hellénistique et le Haut-Empire romain. Il examine dans un premier chapitre les situations de femmes proches des cercles dirigeants et qui furent tantôt bénéficiaires d'actions masculines, tantôt instrumentalisées par des hommes de leur entourage ; le second chapitre se focalise sur les rôles actifs endossés par des femmes, soit officiellement dans un cadre aulique ou sur la scène publique, soit plus discrètement à l'intérieur des demeures privées. Fondé sur la comparaison entre les deux civilisations, prêtant une grande attention à la terminologie employée par les sources, cet ouvrage conduit le lecteur à s'interroger sur les structures de pouvoir dans l'Antiquité gréco-romaine et sur la place accordée aux femmes dans ces structures.

  • En abordant le thème de la pêche à la ligne dans la littérature et le genre halieutique, qui contribue à enrichir les écrits sur la nature, Au fil de l'eau, au fil des textes remplit une case vide de la critique littéraire. Si la zoopoétique n'est jamais très loin, cet essai diversifie les méthodes d'approche, de la sociologie à la narratologie et à la psychanalyse, pour tenter de capturer ce genre fuyant et multiforme, rencontrant aux détours d'un méandre Hemingway et Genevoix, Maupassant, Zola ou Proust, et plongeant avec Bachelard et Freud « de l'autre côté du miroir », dans le monde des profondeurs. À quoi tient cette fascination du pêcheur pour l'eau de la rivière qu'il lit, qu'il sent, qu'il écoute, attentif à ses moindres humeurs, à ses imperceptibles remous ? Comment expliquer la jouissance à sentir la vie au bout d'un fil mais, surtout, pourquoi et comment la raconter ? Amoureux de littérature et passionnés de pêche (ce sont souvent les mêmes) se rejoindront dans la lecture de cet ouvrage.

  • Le poète et essayiste Henri Thuile (1885-1960) compte parmi les silhouettes les plus discrètes, mais également les plus influentes, de l'Égypte littéraire du début du xxe siècle : sa demeure du Mex, dans les faubourgs d'Alexandrie, fut pendant près de vingt ans le point de ralliement d'auteurs de toutes les origines. Dans Littérature et Orient, publié en 1921, il nous livre à travers trente lettres adressées à son ami Stéphanos Pargas une réflexion fascinante sur les liens culturels entre l'Europe et le monde islamique. Son inspiration nous emmène dans une promenade éclairée à travers la poésie de Francis Jammes, les mosquées du Caire, les cultes hellénistiques, les oeuvres de Gide et de Claudel, les paysages de la mer Rouge : d'inattendus échos se créent entre des réalités infiniment lointaines, des passerelles s'établissent entre « littérature » et « Orient ». Ce livre est la première réédition de l'essai d'Henri Thuile, salué en son temps par la NRF et le Mercure de France. Précédé d'une préface de François Livi, qui situe son auteur dans le paysage de la francophonie égyptienne et dans l'histoire de l'orientalisme, le texte de Littérature et Orient est complété par des notes explicatives et un dossier critique établis par Paul-André Claudel. Le dossier rassemble des témoignages sur l'auteur, des photographies, des documents divers sur la réception de l'ouvrage dans l'entre-deux-guerres, aussi bien en France qu'en Égypte.

  • Jean-François Champollion est l'une des figures les plus brillantes de l'histoire des sciences européennes. Son déchiffrement des hiéroglyphes égyptiens, en 1822, représente à lui seul le triomphe de la philologie du XIXe siècle. Cependant, le récit maintes fois raconté du « coup de génie » masque sciemment les conditions épistémologiques et les luttes idéologiques dans lesquelles ce dernier, à l'époque de la Restauration, a pu être réalisé. La nouvelle façon de comprendre l'Antiquité égyptienne incarnée par Champollion relève de l'aspiration de la modernité européenne à appréhender le monde et l'humanité comme une grande Histoire du Progrès et à l'inscrire matériellement dans les grandes capitales européennes. Or, ce nouveau savoir a un revers paradoxal, celui de produire, à travers le pillage massif des monuments pharaoniques auquel il contribue, une réalité contraire au plaidoyer émancipateur qu'il promeut. Au moment où l'universalisme impérialiste de l'Europe prend son envol, il dévoile, dans le même mouvement, sa dimension funeste. Champollion en prend clairement conscience sur les bords du Nil et s'ouvre à une autre forme d'universalité, qui ne peut plus faire abstraction des réalités concrètes et qui reconnaît une responsabilité vraiment mondiale dans la préservation des sites archéologiques comme héritage de l'humanité. De ce regard très moderne sur la culture témoigne la lettre remarquable écrite par Champollion en 1829 au vice-roi d'Égypte, dans laquelle il recommande la mise en oeuvre de fouilles réglementées - texte reproduit à la fin de cet ouvrage, et qui n'a guère perdu de son actualité.

empty