pacific-credo Publications

  • This monograph is a comparative study of eight ways of life of highlanders in West Papua. It consists of ten sections: an introduction, a conclusion and eight ethnographic chapters, each dealing with a separate way of life. I chose this presentation since I wanted to make clear the individuality of each of them. In the book I attempt to trace the changes in these ways of life as they were occurring just previous to the settlement of colonial outsiders. This attempt proved feasible since for seven of them first contact accounts are available.

  • Christianisée à partir du XIXe siècle, l'Océanie est aujourd'hui le théâtre de phénomènes religieux d'une extrême diversité, ce qui soulève deux séries d'interrogations. La première porte sur les raisons, les formes et les effets de cette transformation majeure que fut la conversion au christianisme des populations locales. La seconde concerne la nature du changement culturel impliqué dans la conversion : s'agit-il d'un mélange, plus ou moins homogène, plus ou moins stable, de deux systèmes religieux ou, au contraire, d'une rupture brutale et profonde avec la société précédente ? Ou encore d'un autre type de recomposition entre deux systèmes d'interprétation du monde, dont il convient de comprendre et d'analyser les modalités ? S'y ajoute le problème du cadre d'analyse dans lequel étudier la conversion et donc le rapport que ces populations entretiennent avec leur passé. Celui-ci doit-il être placé dans la continuité supposée d'une société ou, au contraire, n'est-il pas plus pertinent de questionner une telle perspective, trop souvent considérée comme allant de soi ? Cependant, si l'on postule d'emblée la discontinuité du rapport au passé et si l'on fait l'économie du discours autochtone sur la permanence culturelle, ne risque-t-on pas de passer à côté de ce que pensent, disent et font les populations lorsqu'elles transforment en continuités les discontinuités de leur propre histoire ? Enfin, étant donné l'extrême diversité des formes d'imposition et d'appropriation du christianisme et des modes de mutation religieuse autochtone, quel(s) modèle(s) d'analyse peut-on mettre en oeuvre pour comprendre l'ensemble des transformations induites par ces phénomènes ? C'est à ces problématiques que se confrontent les auteurs des textes réunis ici. Anthropologues ou historiens, ils ont tous, et parfois depuis plusieurs décennies, accompli des recherches de terrain au sein des sociétés océaniennes, aujourd'hui en pleine mutation.

  • This volume, bringing together six ethnographic papers and an epilogue first presented at ASAO sessions in 2009 (Santa Cruz) and 2010 (Alexandria), includes a wealth of ethnographic and historical information on a topic of enduring interest in Pacific studies and anthropology: cargo cults. These fascinating social phenomena undoubtedly have ongoing relevance for ethnographies of Melanesia. In this collection of papers, we learn about the history of the concept itself as well as how contemporary movements articulate world views, political awareness, material desires and even criticism of the now globalized concept of cargo cult itself. The chapters offer remarkable stories of cult activities and interesting arguments about the entanglement of Western desire for both cargo and cults with these Melanesian visions of how to create a prosperous future for themselves.

  • Les sciences humaines et sociales dans le Pacifique Sud : Terrains, questions et méthodes est une introduction générale à l'étude des sociétés océaniennes et un état des lieux des recherches les plus avancées dans plusieurs disciplines, anthropologie, archéologie, linguistique, sciences de l'éducation, études des performances et sciences de l'environnement, où les recherches françaises sont très engagées. Les 19 contributions réparties en 5 thèmes - « déplacement des frontières », « décolonisation des regards », « gérer la biodiversité » et « souveraineté et citoyenneté» - offrent des synthèses originales sur des champs et des débats qui se sont renouvelés ou ont émergé durant les 20 dernières années : l'histoire de l'occupation du Paci­fique, les techniques de la navigation, les problématiques de la biodiversité, les enjeux de citoyenneté et de la globalisation, les questions de genre, l'enseignement bilingue, les échanges, l'art, la culture matérielle, les festivals et les nouvelles approches du patrimoine tangible et intangible.

  • Fisheries in the Pacific: The Challenges of Governance and Sustainability is a multidisciplinary book, which examines various aspects of coastal and oceanic fisheries in Pacific waters. These interrelated fisheries sectors are critical for regional food security and also represent a reserve of food resources for the rest of the world. The introduction and eight chapters highlight that both these sectors raise major economic and ecological issues while revealing significant social changes, political asymmetries and alliances, geostrategic rationales, developments in legislation, customary dynamics, and conservation challenges. Through complementary approaches and interpretations of both quantitative and qualitative data, this book aims to contribute to a better understanding of the current situation of fisheries in the Pacific. It also responds to the compelling need to establish a constructive and ongoing dialogue on the matter between social scientists and environmental scientists, based in Europe and in the Pacific Islands, and between these experts and the various stakeholders and policy-making institutions involved in the Pacific region.

  • Since the very early years of anthropology, Australian Aboriginal kinship has fascinated researchers in the field as well as theorists. Its complexity is considerable and, as some have remarked, its mechanical and logical beauty is astonishing. This complexity has however discouraged many scholars, students and people working in Aboriginal communities from actively and intellectually engaging with indigenous ways of conceiving and producing relationships based on kinship, despite the fact that it is a domain deeply embedded in everyday life and interaction. This handbook attempts to bring the principles of kinship in general, and Australian Aboriginal kinship in particular, closer to the reader in an understandable and pedagogic way. Aimed at Aboriginal people themselves, students in the social sciences and humanities or, in fact, any other person eager to learn more about Aboriginal Australia, while also discussing some issues of interest to even accomplished anthropologists, the book is divided into four general parts each tackling specific questions. Part 1 deals with the historical and ethnographic background against which the discussions on kinship are framed in later sections. Important concepts in anthropology such as 'culture' or 'hunter-gatherer societies' are looked at. Part 2 develops the basic tools and concepts needed to understand kinship. It discusses its main domains, such as terminology, marriage, descent and filiation. Part 3 applies the material considered up to this point to actual ethnographic examples from the Australian Western Desert and elaborates on other important concepts such as 'family', 'household' and 'domestic group'. Part 4 explains social organisation and, in particular, generational moieties, patri- and matrimoieties, sections and subsections, all of which are central to Aboriginal peoples' ways of interacting. Finally, the concluding chapter discusses in a more critical fashion the concept of kinship itself ad elaborates on the idea of relatedness as a meaningful expansion of formal kinship studies.

  • Domesticates play a central part both in the everyday and ritual life of the Maenge people of New Britain. Maenge relationship to this category of plants is here analysed through their horticultural techniques, their systems of classification and appellation, their utilisations and finally through myths and rites. Gardening techniques as well as the systems of classification and appellation emphasise the importance of the notion of cultivar in Maenge eyes. While the taxonomy of domesticates is relatively shallow, keys are built by taking into account minute differences between cultivars, as is shown with reference to taro and cordyline. As men may receive names of taro cultivars or give their own names to cultivated trees, the boundaries between nature and culture are suppressed: domesticates appear as part of humans' culture, a point made even clearer by the attribution of a soul to cultigens since this soul endows them with powers similar to those of men: ability of feeling, agency. The distinction between hot and cold categories is fundamental for an understanding of Maenge medicine and gardening rites. The category of the rotten is also essential for a population of gardeners who fully recognise the part played by rotten matter in rebuilding the topsoil during the fallow period. Gardens, in the Maenge setting, thus appear not only as food reserves but as laboratories where experiments are ceaselessly going on as well as sanctuaries. Gardening provides not only social prestige but intellectual and aesthetic pleasures.

  • S'inscrivant au sein du nouveau mouvement historiographique sur l'archéologie du Pacifique, cet ouvrage propose une réflexion particulière sur l'histoire de l'archéologie océanienne francophone, qu'elle soit française, belge ou relative aux archipels francophones du Pacifique. 13 contributions croisent les diverses perspectives d'archéologues, d'historiens, d'anthropologues, de conservateurs et d'écrivains. Les auteur.e.s interrogent le contexte épistémologique, les acteurs, les pratiques et les institutions qui ont concouru à ouvrir ce nouveau champ de recherche et à lui faire une place dans le paysage institutionnel de la science française et internationale. Ce volume est le fruit d'un colloque organisé à Marseille en mai 2016 à l'initiative du projet CBAP The Collective Biography of Archaeology in the Pacific - a Hidden History porté par The Australian National University, et en collaboration avec le laboratoire du CREDO (Centre de Recherche et de Documentation sur l'Océanie, UMR 7308) et l'équipe d'Ethnologie Préhistorique du laboratoire ArScAn (Archéologie et Sciences de l'Antiquité, UMR 7041). Les thèmes abordés vont de l'histoire des idées et l'analyse épistémologique à l'approche biographique de la « science vécue » ; de la mise en contexte et la réévaluation de collections ou textes anciens à la réflexion sur les dangers du présentisme et le potentiel des analyses historiographiques pour développer des perspectives de recherche innovantes en archéologie. Les études rassemblées dans ce volume démontrent tout l'intérêt d'appliquer un regard critique et historiquement informé sur notre propre passé disciplinaire. Elles permettent à chacun de questionner l'héritage intellectuel, sociopolitique et même idéologique et personnel porté plus ou moins consciemment par nos travaux, qui à leur tour participent à la circulation et à la transmission des savoirs et des pratiques. Ces questions de représentation touchent aussi à l'utilisation et l'intégration des récits archéologiques dans les discours nationalistes, colonialistes ou post-colonialistes et identitaires. Elles évoquent enfin la responsabilité que la science et les scientifiques peuvent endosser dans la diffusion et la clarification de certaines idées et connaissances.

  • Bien qu'elle soit dite « traditionnelle », la société polynésienne de Wallis n'a jamais cessé d'évoluer. Que peut-on savoir de son passé qui nous permette de comprendre le paradoxe de sa continuité dans le changement ? Partant de l'étude des traditions orales compilées par le Père Henquel au début du xxe siècle, ce livre s'attache à dégager et à comprendre les valeurs et les logiques profondes qui n'ont cessé de présider aux distinctions de statut, d'organiser la distribution des responsabilités, mais aussi et surtout, de donner à toute action sens et efficacité. L'étude de la chefferie et de la royauté qui en forme le sommet est ici centrale, avec celle des relations à la terre et du système foncier. Elle dégage les conditions et les modalités de leurs mutations, notamment sous l'influence des Tongiens, des missionnaires catholiques et de l'État français. L'approche en synchronie est complémentaire. Elle montre comment des principes similaires organisent les relations socio-cosmiques aux échelles emboîtées du village, du district et du « pays » fenua que constituent, tout ensemble, la terre, les vivants et les morts. Évitant une approche anthropologique centrée sur la seule dimension politique du social, cette monographie cherche à dégager les spécificités de cette société de type cosmomorphe. Elle propose ainsi une analyse qui peut s'étendre aux autres sociétés polynésiennes, questionnant à nouveaux frais leur opposition classique avec les sociétés dites mélanésiennes.

  • La question des revendications foncières autochtones représente une problématique majeure de la recherche en anthropologie. Comment les systèmes fonciers autochtones sont-ils compris, et éventuellement traduits dans les termes des états dominants ? Comment ces traductions sont-elles concrètement prises en charge - au niveau légal, ou bien au niveau symbolique ? Toutes ces questions, lourdes de conséquences juridiques et pratiques, cristallisent les difficultés qui surviennent dans la confrontation, conceptuelle ou concrète, entre des pratiques et des systèmes de pensée profondément différents. Cet ouvrage répond à ces questions à travers douze contributions (études de cas et essais théoriques) de chercheurs issus de différentes branches des sciences sociales - anthropologues, politologues et géographes. Ces contributions abordent notamment la question du métissage, de la cohabitation et de la reconnaissance juridique, mais aussi celle des conflits sociopolitiques et économiques liés au foncier.

  • La sociologie de Marcel Mauss permet de comprendre la valeur du don dans la société polynésienne de Samoa. L'ouvrage présente d'abord les concepts que Mauss avait élaborés pour fonder une nouvelle sociologie (les notions de « sacré » et de fait social « total », en général et dans leur application à la question du « don »), quelques éclairages sur la manière dont Louis Dumont a continué dans la même direction, et le rapport, fait de filiation mais aussi de ruptures, entre Claude Lévi-Strauss et Marcel Mauss : la question de l'individu dans la société, le symbolisme en général et les notions de type « mana » en particulier. À partir d'une relecture de l'Essai sur le don, une manière de ressaisir l'héritage de Mauss est proposée : la méthode holiste en sciences sociales. Ensuite, les idées de Mauss sont évaluées sur le terrain polynésien où le don par excellence consiste en une circulation de tissus sacrés. On retrouvera alors les fameuses discussions de Mauss sur l'origine de la notion de « monnaie ». Le don est aussi un rituel efficace : le don des tissus sacrés de Samoa possède l'étonnant pouvoir de « recouvrir la vie » et de « payer la vie » (rites de mariage et de naissance, funérailles, compensation pour meurtre), sans doute parce que ces tissus entretiennent un rapport étroit avec les pouvoirs de fécondité attribués au sang féminin et sont présentés comme un enveloppement matriciel. Il nous renvoie à l'importance, dans tous les systèmes polynésiens, du geste rituel d'enveloppement et à la sacralité des femmes qui sont « responsables », dit-on à Samoa, de transmettre la vie. Mauss avait ouvert son enquête sur le don par l'exemple de Samoa. On ne s'est pas interrogé sur cette construction, car le dossier présenté était très mince. Près d'un siècle plus tard, on peut dire que Mauss avait choisi la meilleure introduction possible à la question du don comme fait social total.

empty