FeniXX réédition numérique (Les éditions de l'atelier)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • La morale... Elle a aujourd'hui mauvaise réputation. On la dénoncera facilement comme un ensemble d'interdits proclamés par des hypocrites qui disent et ne font pas. Pourtant, aucun de nous ne fait n'importe quoi n'importe comment, ce serait renoncer à notre humanité. Nous avons donc tous une morale. Mais comment en parler d'une manière juste, alors que des bouleversements sociaux et culturels sans précédent semblent nous avoir privés de nos points de repères ? Comment sortir du balancement entre le tout est permis et l'affirmation, sans tendresse, de principes figés ? Ce livre est fait pour nous y aider, tout simplement. André Barral-Baron nous l'offre, comme un chemin de discernement, sans craindre de nous confronter aux problèmes les plus concrets de nos existences. Avec lui, la morale retrouve les couleurs de la vie. Elle fait résonner, au plus profond, l'exigence de lier recherche du bonheur et de la liberté et sens de la responsabilité, devant les hommes et devant Dieu.

  • Jeunes en chômage ou en emplois précaires, ils sont des milliers à se débattre pour survivre. Ils galèrent, enfermés dans un cercle de misère. Ils galèrent parce qu'ils n'ont plus confiance, parce que les conditions matérielles sont trop difficiles, parce qu'ils sont la proie facile des profiteurs de tous poils. En décembre 1988, à Chalon-sur-Saône, ils ont lancé Bouge ta galère. Ils ont pris leur vie en main, et ils ont rejoint les jeunes qui connaissent les mêmes problèmes. Et il s'en vit des miracles dans leur association ! Miracle de la confiance retrouvée quand on apprend à lire ou à rédiger une lettre, quand on redevient capable de défendre ses droits. Miracle de l'amitié quand on est plusieurs pour résoudre les problèmes, quand on accueille le sans-famille ou le taulard à sa sortie de prison. Miracle de la foi quand Brigitte écrit : J'ai compris qu'avoir la foi, c'est croire que l'amour est plus fort que tout, plus fort même que les obstacles qui nous fatiguent, qui nous tuent. Voilà ce que raconte ce livre. Il est écrit comme un Évangile. Mais une passion court à travers ces pages. Elle est faite d'émotion, de révolte et de foi. La bonne nouvelle est annoncée aux pauvres : c'est l'Évangile aujourd'hui.

  • Souvent les mots manquent pour s'exprimer lors des étapes-clés de la vie - naissance, mariage, maladie, mort... - ou lors des moments les plus intenses du quotidien. Et pourtant, rien de plus vital que la parole dans ces instants de joie, de tristesse, de contemplation. Ces Contes et récits pour la Toussaint relatent les paroles et les gestes de saints, tels qu'ils ont été transmis de génération en génération. Une part est également faite aux textes évoquant le jour des morts, célébré le lendemain de la Toussaint. Ce florilège pourra être lu personnellement, ou raconté dans un groupe d'enfants, de jeunes et d'adultes. En faisant écho aux textes bibliques, dont le rôle est irremplaçable, les contes et récits de ce recueil invitent le lecteur à reconnaître que la sainteté se reçoit d'un Autre.

  • Comme dans les deux volumes précédents, ce tome III de La France ouvrière étudie conjointement l'histoire de la classe ouvrière et des mouvements, organisations, et représentations qui en sont issus. Cette histoire globale est sans précédent, surtout sur le long terme, plus de deux siècles. La période ici étudiée (1968-1993) est marquée par de grandes mutations, voire des bouleversements technologiques, économiques, sociaux, politiques, culturels. Ces vingt-cinq ans de remise en cause des valeurs et des certitudes, s'achèvent-ils, comme certains l'affirment d'un ton tranchant, avec la fin de la classe ouvrière et du mouvement ouvrier ? Les auteurs, avec une problématique largement ouverte, apportent à ces questions des réponses dialectiques et nuancées, qui éclairent la complexité d'une réalité ô combien mouvante. Par là, ils aident la classe ouvrière et le salariat à écrire leur présent et à forger leur avenir. Cet ouvrage, dirigé par Claude Willard, réunit quelques-uns des meilleurs spécialistes de la période, et s'adresse tant aux historiens, étudiants, qu'aux militants syndicaux, politiques, associatifs, qui ont besoin de connaître leur passé, pour comprendre l'histoire en train de se faire.

  • Souvent, les mots manquent pour s'exprimer lors des étapes-clés de la vie, ou lors des grandes fêtes qui rythment l'année. Et pourtant, rien de plus vital que la parole dans ces instants de joie, de tristesse, de contemplation. Ces Contes et récits pour Pâques relatent la façon dont les cultures, dans leur diversité, parlent de la vie et de la mort. Certains des textes choisis font écho à la Passion et à la résurrection du Christ, d'autres encore s'inspirent de l'Ancien Testament, ou du Carême chrétien. Ce florilège pourra être lu personnellement, ou raconté dans un groupe d'enfants, de jeunes et d'adultes. En faisant écho aux textes bibliques, dont le rôle est irremplaçable, les contes et récits de ce recueil invitent le lecteur à passer toutes les morts pour recevoir la Vie.

  • Militant paysan de Loire-Atlantique, formé à l'école de la JAC (Jeunesse agricole catholique), Bernard Thareau est décédé en juin 1995. Syndicaliste et coopérateur, militant socialiste, il n'a cessé de se battre pendant quarante ans, pour que l'homme soit au centre des profondes transformations qui ont bouleversé l'agriculture française et européenne. Alors que ce livre était déjà en chantier, se sachant atteint d'un cancer, Bernard Thareau mettait ses proches en garde : Il ne s'agit pas de faire un bouquin témoignage, dans lequel on canonise un homme. Le vrai sujet, c'est le militantisme populaire, le pourquoi, le comment et le vers quoi.

  • Comme au temps de Pierre Le Grand, tel un miroir à double face, Saint-Pétersbourg offre aux Russes une fenêtre sur le monde, et pour le monde, une image embellie de la Russie. Tournés vers l'Occident, les jeunes veulent vivre les rêves qu'il suscite. La drogue en est l'un des avatars. Consommée sans retenue, elle représente une évasion de la grisaille quotidienne plus qu'une contestation. Ils ont entre douze et trente ans, enfants des rues ou bannis de la société, étudiants de bonne famille ou anciens militaires, leurs chemins se croisent. L'ancienne capitale des tsars compterait 300 000 toxicomanes... Grand reporter, travaillant sur la Russie depuis dix ans, Nicolas Jallot a vécu l'effondrement de l'Union soviétique... Dans un paysage digne des romans de Dostoïevski, il démontre que la drogue n'est pas une fatalité. Des hommes consacrent leur vie à lutter contre ce fléau. Ce livre raconte leurs destins, parfois étonnants. Dans ce combat de David contre Goliath, ils prouvent que le développement d'un pays passe, aussi, par la réinsertion de jeunes à la dérive.

  • La mémoire de la Commune de Paris de 1871 fait partie de la conscience collective. Première expérience de prise et d'exercice du pouvoir par le peuple, ce moment à la fois lumineux et tragique de l'histoire est devenu une référence pour l'ensemble des partis, des syndicats et des associations de gauche en France. Mais quelle est l'actualité de la Commune de Paris ? Pour répondre à cette question, l'Association des Amis de la Commune de Paris (la plus ancienne organisation française liée au mouvement ouvrier révolutionnaire) s'est adressée à ceux qui, dans leur grande diversité, se réclament du Paris révolutionnaire dressé contre la Réaction. Vingt-trois personnalités, de différentes organisations, expriment dans ce livre, au-delà de leurs divergences, l'actualité du message de ceux qui, durant soixante-douze jours, partirent à l'assaut du ciel. Complété par une chronologie de l'événement, des paroles de Communards, des repères historiques et des textes inédits de poètes contemporains, cet ouvrage nourrit l'espoir d'une transformation de la société.

  • Rap, hip-hop, rock, BD, films, les pratiques culturelles des jeunes sont diverses, mouvantes, insaisissables. Comment s'y reconnaître ? Cet ouvrage propose quelques balises pour voyager dans ces cultures et mieux y enraciner l'annonce de l'Évangile. Responsable du service Adolescence du Centre national de l'Enseignement religieux, Hubert Herbreteau explore tour à tour, les univers musicaux et visuels des jeunes, leur usage fréquent de l'humour, des pratiques plus classiques comme celle de l'écriture d'un journal intime, des valeurs de référence comme l'amitié. Ce décryptage débouche sur une analyse des pédagogies pratiquées avec les jeunes. Cet essai aidera tout accompagnateur et éducateur à discerner au coeur de ces cultures les ferments d'une Bonne Nouvelle.

  • Il y a dix ans mourait Alfred Ancel, celui qu'on a appelé l'« évêque ouvrier ». Responsable général de l'Association des Prêtres du Prado et évêque auxiliaire de Lyon, Mgr Ancel (1898-1984) fut l'une des grandes figures du courant missionnaire qui a animé l'Église de France dans les années 1945 à 1970. Yves Musset, prêtre du Prado et responsable du Centre Spirituel du Prado à Limonest, près de Lyon, a rassemblé dans cet ouvrage une cinquantaine de textes de Mgr Ancel, écrits à diverses époques et en différentes circonstances, qu'il nous a paru intéressant de sauver de l'oubli. Ce recueil nous fera découvrir ou redécouvrir ce que fut le Père Ancel : un homme d'action qui n'a pas eu peur de s'engager et de parler fort quand il le fallait ; un ami fidèle des pauvres et des exclus ; un apôtre qui cherchait à entrer en dialogue avec ceux dont l'Eglise est loin ; un disciple de Jésus surtout, se mettant jour après jour à l'écoute de sa parole pour être dans notre monde un témoin et un serviteur de l'évangile. « Que c'est beau, aimait à dire le Père Ancel, une vie selon l'évangile ! »

  • Comment prier dans la ville ? Ce livre propose de redécouvrir tes lieux les plus ordinaires du paysage urbain : le métro, le trottoir, le supermarché, les grands ensembles, l'hôpital... Dans le tumulte, là où les paroles et les regards se croisent, Dieu vient semer du silence pour goûter autrement la beauté secrète des rues et des visages. En plaçant ses pas dans la trace de Charles de Foucauld et de Thérèse de Lisieux, Jean Marchand sort la spiritualité de son réduit intime pour embrasser les grands espaces des villes et des vies. Pour faire fleurir le silence semé et donné en partage. Jean Marchand collabore à la revue Jésus Caritas, émanation de la famille spirituelle de Charles de Foucauld.

  • Notre société serait dit-on sans repères. Paradoxalement, nous souffrons d'un trop plein de signes : l'argent, le sexe, la santé, le corps, le pouvoir, le bonheur et les rêves qu'ils suscitent valsent comme autant d'objectifs sur nos écrans d'ordinateur ou de télévision. Mais précisément ces signes font-ils sens ? Parlent-ils de notre humanité ? Jean Moussé propose un voyage philosophique original qui place le lecteur en face des questions essentielles : Qu'est-ce que le réel ? Après le Big Bang, le cosmos a-t-il un passé, un avenir ? Quelle est la place de l'homme dans cet univers ? Notre mort épuise-t-elle toute possibilité de vie ? Après la défaite des utopies et les failles du rationalisme, faut-il se résoudre à la sagesse des bouddhistes ? Finalement, que signifie le mot Dieu ? En livrant ses interrogations, Jean Moussé propose un chemin exigeant et passionnant. Puisque le passé n'est plus et que le futur n'a pas encore d'existence, n'importe-t-il pas de vivre le mystérieux présent dans son ampleur et sa fragilité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Faut-il un événement extraordinaire pour croire et vivre pleinement ? Ou peut-on, au contraire, vivre sa foi au jour le jour sans se laisser envahir par la monotonie au quotidien ? Au fil des heures, des semaines et des mois, Jeannine Marroncle a écrit chaque jour comme pour saisir la trace du temps et mieux en capter la lumière. « J'ai voulu tenir tête au temps, le retenir, l'empêcher de fuir, seulement quelques minutes par jour. J'ai pris des notes. Et voilà qu'en les relisant apparaissent des lignes de force. Je voulais d'abord les communiquer à mes enfants car il me semble que je ne leur ai encore rien dit. » « J'ai voulu me pénétrer de la valeur du temps ordinaire. Aucun moyen de le rendre "extra". Il charrie le bon et le mauvais et il nous faut le prendre à bras le corps. Le prendre ! C'est-à-dire vivre le présent comme un don. » À travers les pages de ce livre où alternent humeurs, joies, désagréments et moments de sérénité, le lecteur trouvera de quoi transformer sa vie quotidienne en source de méditation.

  • Peut-on vraiment rester libre en s'engageant pour les autres et pour une cause ? Lutter et croire rendent-ils heureux ? Questions fréquentes au moment où Eglises, idéologies et militance perdent de leur puissance d'attraction. S'il n'a pas toutes les réponses, le témoin laisse pourtant une trace ineffaçable sur les sentiers escarpés et lumineux de la foi et de l'engagement. Voici la parole brute, au jour le jour, d'un militant croyant. Daniel Angleraud avait 56 ans quand il s'est éteint chez lui, à Limoges, en mars 1993, après une longue maladie. Jociste, cégétiste, pacifiste et militant socialiste, il avait consigné durant 35 ans, au quotidien, ses doutes et certitudes, les moments d'ombre et d'éblouissement. La publication des principaux extraits de ces carnets révèle la passion rebelle de ce sportif, amoureux de la nature qui, animé par le feu de la foi, a toujours refusé la soumission. Les écrits de Daniel Angleraud, rassemblés par Félix Lacambre, brûlent de la quête éperdue de la tendresse de Dieu à travers les visages d'amis, de camarades, de Jacquie, sa femme, de Paul et d'Emmanuel, ses deux fils.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • « Croissez et multipliez », « Soumettez la terre et dominez-la ». Ces deux versets bibliques ont toujours justifié les options natalistes de l'Église catholique et ses positions éthiques : refus catégorique de toute légalisation de l'avortement, même si quinze millions de femmes par an, dans le monde, y ont recours clandestinement, refus des méthodes de contraception autres que « naturelles ». Ces positions de la hiérarchie catholique occupent désormais le devant de la scène dans les conférences internationales. L'attitude du Saint-Siège est-elle encore tenable, au regard des nouveaux enjeux démographiques et sociaux, et des débats théologiques actuels ? Telles sont - en substance - les questions posées par cet ouvrage. L'auteur, René Valette, examine d'abord dans ce livre la situation démographique de la planète, pour analyser ensuite le contentieux entre le Saint-Siège et la majorité des pays appartenant aux Nations-Unies. Sur la base de ce diagnostic, l'auteur interpelle les instances romaines de l'Église catholique : peuvent-elles continuer à jeter le discrédit sur les méthodes de contrôle des naissances librement choisies, sous prétexte qu'elles ne sont pas naturelles ? En se crispant ainsi sur des positions conservatrices, l'Église ne méconnaît-elle pas la dimension sociale de la sexualité ? Ce livre - très accessible et documenté - est un plaidoyer vibrant pour que l'Église catholique, sans abandonner ses exigences éthiques qui font d'elle une éducatrice, n'oublie pas d'être une mère attentive à tous, et d'abord à ceux qui connaissent détresses, pauvretés et difficultés. Foi, politique, société, tout se bouscule, des points de repères solides comme le roc semblent se défaire. Nous avons besoin d'y voir clair et de réassurer, à neuf, des fidélités anciennes, afin d'être capables de prendre, sans reniements, les tournants qui s'imposent. Une série d'interventions vigoureuses entreprennent, dans ce but, de faire des propositions neuves ou de poser, sans artifices, des questions refoulées. Tout n'est pas dit, il reste encore à faire. Et si nous commencions par en débattre... tout simplement ?

  • « Croissez et multipliez », « Soumettez la terre et dominez-la ». Ces deux versets bibliques ont toujours justifié les options natalistes de l'Église catholique et ses positions éthiques : refus catégorique de toute légalisation de l'avortement, même si quinze millions de femmes par an, dans le monde, y ont recours clandestinement, refus des méthodes de contraception autres que « naturelles ». Ces positions de la hiérarchie catholique occupent désormais le devant de la scène dans les conférences internationales. L'attitude du Saint-Siège est-elle encore tenable, au regard des nouveaux enjeux démographiques et sociaux, et des débats théologiques actuels ? Telles sont - en substance - les questions posées par cet ouvrage. L'auteur, René Valette, examine d'abord dans ce livre la situation démographique de la planète, pour analyser ensuite le contentieux entre le Saint-Siège et la majorité des pays appartenant aux Nations-Unies. Sur la base de ce diagnostic, l'auteur interpelle les instances romaines de l'Église catholique : peuvent-elles continuer à jeter le discrédit sur les méthodes de contrôle des naissances librement choisies, sous prétexte qu'elles ne sont pas naturelles ? En se crispant ainsi sur des positions conservatrices, l'Église ne méconnaît-elle pas la dimension sociale de la sexualité ? Ce livre - très accessible et documenté - est un plaidoyer vibrant pour que l'Église catholique, sans abandonner ses exigences éthiques qui font d'elle une éducatrice, n'oublie pas d'être une mère attentive à tous, et d'abord à ceux qui connaissent détresses, pauvretés et difficultés. Foi, politique, société, tout se bouscule, des points de repères solides comme le roc semblent se défaire. Nous avons besoin d'y voir clair et de réassurer, à neuf, des fidélités anciennes, afin d'être capables de prendre, sans reniements, les tournants qui s'imposent. Une série d'interventions vigoureuses entreprennent, dans ce but, de faire des propositions neuves ou de poser, sans artifices, des questions refoulées. Tout n'est pas dit, il reste encore à faire. Et si nous commencions par en débattre... tout simplement ?

  • Nous sommes en 1888. Maryvonne a 13 ans et habite à côté de Tréguier dans les Côtes-du-Nord, en Bretagne. Son souhait le plus cher est en passe de se réaliser : Madame Noiret, une bourgeoise parisienne, a décidé de la prendre à son service. Elle sera sa bonne. Découvrez les débuts d'une petite employée de maison. Maryvonne gagnera-t-elle l'amitié de Céline, servante comme elle et de dix ans son aînée ? Résistera-t-elle aux mauvais traitements que lui fait subir Madame Noiret ? Une histoire vraie, suivie d'un dossier sur le travail et la vie des gens de maison à Paris au XIXe siècle.

empty