Éditions Anne Carrière

  • Je me releve Nouv.

    Un jour de novembre 2014, Maïmouna Coulibaly participe, à Paris, à un atelier autour de la Journée internationale contre les violences faites aux femmes.

    Elle est là en tant que chorégraphe et danseuse, elle est là pour apprendre aux femmes à « booty shaker », à bouger bassin et fesses sur des musiques afro-urbaines, à se sentir libres et puissantes. Elle a inventé le concept, c'est de la « booty therapy ».
    Mais avant de danser, les femmes parlent. De violences sexuelles en tout genre. Et Maïmouna ouvre alors les yeux sur son passé : une excision, des viols, de la violence domestique, un frère qui se radicalise jusqu'à commettre l'innomable... L'ex-gamine des cités a traversé beaucoup d'épreuves.
    Avec virulence, énergie et authenticité, Maïmouna fait le récit de son parcours, dans lequel elle a puisé une force, une puissance hors norme, qu'elle transmet aujourd'hui aux femmes à travers la danse.

    Si Maïmouna fait bouger le corps des femmes, ce livre bouge les mentalités et apporte un autre regard sur la résilience.

  • Délivrée du mâle Nouv.

    Eve est à Antoine ce que le feu est à la terre. Elle est volcanique, passionnée, lumineuse, indomptable. Lui, chef d'entreprise dans le BTP, est sombre et silencieux - à l'image des parkings souterrains qu'il construit -, mais droit et solide.

    Puissant et passionné, leur amour devient peu à peu éruptif. Car qui dit volcan dit soufre et scories, lave incandescente, brûlures et douleurs.
    C'est ce que va découvrir Antoine en plongeant au coeur des secrets de celle qu'il appelle la « femme du reste de ma vie ». Il est alors confronté à des souvenirs traumatiques qui remontent à l'enfance d'Eve.
    Avec un acharnement amoureux incommensurable, il va l'aider à extraire sa pépite, pour révéler tout l'éclat de sa « merveille merveilleuse ».

  • La Cul-Singe Nouv.

    La Cul-singe, c'est le surnom que lui donnaient ses petits-fils. Gabriel, son préféré, est aspiré depuis toujours dans le huis clos incestueux qu'a construit cette grand-mère hors norme. Deux obsessions la hantent : le sexe et son gendre.

    Racontée à travers un regard d'enfant, cette autre Folcoche incarne les femmes d'une certaine époque. Épouse au foyer, elle n'a pas le permis de conduire, ni la permission de signer ses chèques. Pourtant, elle règne sur la famille. C'étaient les années 1970 à Paris, les enfants n'occupaient pas encore le centre de l'attention, ils étaient de simples spectateurs de leur propre famille. Les parents s'enthousiasmaient pour Chirac, qui venait de prendre la Mairie. Le père s'imaginait en seigneur tout aussi flamboyant. La mère était une des premières ingénieures.

    Entre morale étroite de la petite bourgeoisie et religiosité archaïque, ils rêvaient d'éclat, de réussite sociale et de bonheur.

    Fabien Vinçon est né en 1970 à Paris, où il vit toujours.

  • Jules et Julie, histoire double Nouv.

    Jules, 42 ans, et Julie, 39 ans, font connaissance sur un site de rencontre. Premier dîner, première nuit, premier week-end, première dispute... Mais lors d'une nouvelle rencontre amoureuse, le moindre événement n'a pas les mêmes enjeux ni la même résonance selon qu'on est un homme ou une femme.
    Jules et Julie confient à leurs psys respectifs leurs raisons intimes d'y croire ou de douter. Ils livrent tour à tour leur version des faits, décrivent une histoire tantôt légère, tantôt grave, à travers des situations en apparence banales, mais toujours extraordinaires lorsqu'un homme et une femme se rencontrent. Semaine après semaine, tandis que se déroule le fil de leurs espoirs, de leurs attentes, de leurs déceptions, les thérapeutes analysent et décryptent avec eux les rouages d'une relation qui s'ébauche. Mais, si les hommes et les femmes ont des peurs en commun - peur de ne pas plaire, peur d'être rejeté, peur de se tromper encore -, ces peurs se racontent différemment. Deux vécus, deux interprétations.

    Au lecteur de se retrouver dans les hésitations, les errements ou les enthousiasmes de ces deux personnages, car si chaque rencontre est singulière, une histoire d'amour nous confronte toujours aux mêmes questions.

    Caroline Weill est psychologue clinicienne et psychanalyste à Paris. Elle a aussi été chroniqueuse sur Europe 1 (Libre antenne) et France 2 (Je t'aime, etc.).

  • Autoportrait en thérapies Nouv.

    Dans ce livre, Marcel Rufo se dévoile. Il raconte son enfance et son apprentissage en psychiatrie. Comment vit-on ce métier ?

    « En nous appuyant sur nos peines, nous devenons plus forts, plus modestes et plus déterminés dans le soin. »
    Marcel Rufo va aussi à la rencontre d'enfants et d'adolescents avec l'empathie qui le caractérise, comme dans OEdipe toi-même, son premier ouvrage, publié en 2000 aux éditions Anne Carrière, qui s'était vendu à 350 000 exemplaires.
    Marcel Rufo, pédopsychiatre, a dirigé la Maison de Solenn, à l'hôpital Cochin, à Paris, puis a créé l'Espace méditerranéen de l'adolescence, hôpital Salvator, à Marseille. Il est l'auteur de nombreux ouvrages parus aux éditions Anne Carrière, notamment : La Vie en désordre (2007), Chacun cherche un père (2009), Grands-parents, à vous de jouer (2012).

  • Je ne sais pas dire je t'aime Nouv.

    Paris, tu l'aimes ou tu la quittes.

    C'est une injonction quotidienne pour celui (ou celle) qui se retrouve la joue écrasée contre la vitre d'un métro bondé, qui slalome entre les traces d'urine et les crottes de pigeons, qui se fait bousculer sur le trottoir par un type mal dégrossi à qui il déboîterait bien une clavicule.
    Dans ce tohu-bohu parisien, Francine déterre un passé longtemps enseveli devant un guichet de mairie, Juliette espère un jour vendre autre chose que des chaussures à des gens qui puent des pieds, Joachim devient célèbre malgré lui en se faisant larguer en direct à la télé, Ben assiste à la décrépitude de son couple qui s'enlise dans l'ennui au fil des jours.
    /> Un chassé-croisé plein d'humour et de tendresse dans lequel chacun cherche son salut et espère entendre parler de sentiments, au coeur d'une ville épicentre de l'amour, où il est parfois difficile de se dire je t'aime.

    À tous les éclopés du coeur, les grands pudiques, les éternels passionnés, ce roman est pour vous.



    Nicolas Robin est l'auteur de Roland est mort, paru en 2016 aux éditions Anne Carrière, et d'Une folie passagère paru chez le même éditeur.

  • La petite voiture rouge au fond de mon tiroir ; et autres rencontres extraordinaires Nouv.

    " Des récits à la sincérité évidente, qui décrivent la magie d'une rencontre. " - Anne Le Pennec, L'École des parents
    " Un livre très émouvant. Vivifiant. " - Isabelle Vial, Pèlerin Magazine
    À travers le récit des consultations qui ont l'ont le plus bouleversé dans sa pratique, le pédopsychiatre Philippe Duverger, s'interroge sur la notion de "rencontre de l'autre" et l'impact profond et mystérieux qu'elle a parfois dans notre vie.
    Mon métier m'amène à voir beaucoup d'enfants et d'adolescents. Certains me marquent de manière indélébile et la seule évocation de leur nom suffit à dérouler une histoire, pour moi inoubliable.
    C'est pour tenter de comprendre pourquoi le souvenir de ces enfants s'est gravé en moi que je raconte ici leurs histoires. Chacune est singulière, mais toutes parlent d'une même chose : la rencontre.
    Il ne s'agit en aucun cas de théoriser, mais plutôt de saisir de manière impressionniste ce qu'elle est et ce qui s'y joue. Est-elle un jeu de miroirs ? Une illusion ? Une rêverie ? Un moment de vérité ?
    La rencontre est un peu tout cela à la fois mais ne se laisse enfermer dans aucune définition ; Elle comporte toujours une part d'indicible et de mystère qui en fait la richesse.
    À la lecture de ce livre, chacun pourra repenser aux rencontres de sa vie et revisiter ces instants, uniques, où le destin s'est joué... Car notre vie est structurée par des rencontres, bonnes ou mauvaises, belles ou horribles, traumatiques ou mystérieuses, dangereuses ou rassurantes... Mais qui peut dire ce qui se passe exactement dans ces moments-là ?
    Philippe Duverger est pédopsychiatre, chef du service de psychiatrie de l'enfant et de l'adolescent au CHU d'Angers, professeur des universités.

  • La théorie des six Nouv.

    Selon la « théorie des six », énoncée en 1929 par le Hongrois Frigyes Karinthy, tout individu sur terre peut être relié à n'importe quel autre par une chaîne de connaissances ne comptant pas plus de cinq intermédiaires. Ainsi, chacun de nous est à six poignées de main de n'importe quel habitant du fin fond de la Mongolie-Extérieure.
    Cet auteur ne s'attendait certainement pas à ce que sa théorie devienne un jour le mode opératoire d'un tueur en série. Julien Dussart lance pourtant ce défi à la police : il annonce qu'il a décidé de tuer « quelqu'un » et que la seule façon de l'arrêter consiste à comprendre sa logique.
    Qui sera la sixième cible ? La réponse à cette énigme permettrait au commissaire divisionnaire Sophie Pont de sauver les cinq premières victimes.
    Enfin... quatre. Le premier cadavre est retrouvé, le jeu peut commencer...
    Jacques Expert a également publié aux Éditions Anne Carrière La femme du monstre et Ce soir je vais tuer l'assassin de mon fils (adapté à la télévision : téléfilm diffusé sur TF1).

  • Lance-pierre Nouv.

    À 15 ans, Grace Welles s'est résignée à sa solitude de fille singulière dans un pensionnat de seconde zone perdu au fin fond de la Floride. Son père vit en Californie, où il a une famille légitime, et sa mère vit... sur une autre planète peuplée de licornes. Tout bascule cependant le jour où Grace sauve un nouvel élève de sa classe sur le point de se faire tabasser : d'un seul tir de son lance-pierre, elle fait exploser pour toujours la monotonie de sa vie d'adolescente. Grâce à ce Wade Scholfield qu'elle n'a pas vu venir, sa vie ne sera plus jamais la même.
    Avec lui, Grace découvre qu'une autre existence est possible, où les règles du lycée ne sont pas si tragiques et où une simple conversation sur les tunnels spatio-temporels peut conduire à des baisers passionnés capables de mâter son cerveau toujours en ébullition.
    Alors, pourquoi diable se retrouve-t-elle à briser en mille morceaux le coeur de Wade ? Et que peut-elle faire en comprenant enfin que l'univers ne tourne pas autour d'elle et que, sous ses airs désinvoltes, Wade cache un lourd secret ? Se pourrait-il qu'elle soit finalement la seule à pouvoir l'aider ?

    Ce récit acide et sensible raconte avec justesse et sensibilité l'histoire de deux êtres qui se trouvent et se déchirent, puis grandissent. Le portait d'un premier amour flamboyant sur fond d'amitié, de poésie, de bouillonnement hormonal et de fous rires.


    Mercedes Helnwein vit à Los Angeles. Plasticienne réputée, belle comme une pin-up dans un film de David Lynch, elle a grandi dans des châteaux en Irlande et en Allemagne. Normal pour la fille d'un artiste viennois dont les amis s'appelaient Keith Haring et Mohamed Ali... Elle est l'auteure d'un premier roman, La Ballade d'Hester Day (La Belle Colère, 2014).

    « Mercedes Helnwein excelle à écrire la joie, la peur et la maladresse du premier grand amour. » - Publishers Weekly
    « L'écriture et les dialogues, sont magnétiques, honnêtes, pétillants d'humour, et excellent à décrire le grand huit des amours adolescentes. » - Booklist
    « Sauvagement réaliste et éclatant du romantisme et de la souffrance inhérents à tout apprentissage. » - Kirkus

  • Reflex Nouv.

    Reflex

    Maud Mayéras

    " Exceptionnel. Absolument diabolique. " - Gérard Collard, Le Magazine de la santé
    " Un livre qui ne laissera personne indifférent. "- Julie Malaure, Le Point
    " À chaque fois, le même phrasé trivial au bout du fil, les mêmes gorges calcinées, gavées de fumée jusqu'aux lèvres. Et, chaque fois, cette même question : Tu es disponible, Iris ?
    Je suis toujours disponible. "
    Iris, photographe de l'Identité Judiciaire, shoote comme d'autres boivent, pour adoucir la douleur. Pour oublier la mort de son fils, Swan, sauvagement assassiné onze ans auparavant.
    Henry Witkin, fruit d'une lignée chaotique de filles-mères, tue pour le besoin de se vautrer dans la chaleur des chairs. Il écorche ses victimes avec soin et collectionne leurs odeurs comme des trophées.
    Lorsque la canicule assèche la ville, lorsqu'elle détrempe les corps et échauffe les esprits, alors, les monstres se révèlent. Ce n'est que lorsqu'il est pris au piège que le Mal dévoile ses canines.
    Une histoire de coeurs étranglés, de mères aux crocs luisants, de prédateurs affamés.
    Maud Mayeras a 31 ans. Reflex est son second roman.
    Son premier roman Hématome est paru aux éditions Calmann Levy en 2004, prix des Limbes Pourpres, et finaliste du prix Polar SNCF en 2006.
    Elle vit aujourd'hui à Limoges avec son mari, son fils, et un gros chat noir nommé BlackMamba.

  • Oedipe toi-même ! consultations d'un pédopsychiatre Nouv.

    Faut-il dire toute la vérité aux enfants sur leurs origines ? Qu'est-ce que la rivalité fraternelle ? Comment se construit l'identité sexuelle ? Pourquoi s'invente-t-on un roman familial ? À quoi servent les symptômes et faut-il les guérir à tout prix ?...
    À ces questions et à bien d'autres, Marcel Rufo apporte des réponses concrètes, fruit de trente-cinq ans de pratique de la pédopsychiatrie.
    Loin de toute théorie abstraite, il explique, à travers des cas particuliers, comment les enfants et les adolescents expriment, dans leur corps et par leur comportement, les tourments et les désarrois qu'ils ne parviennent pas à mettre en mots.
    Quand certains se sont plu à nous répéter que tout se jouait avant six ans, Marcel Rufo nous montre au contraire qu'il n'y a pas de fatalité. Tout peut se jouer sans cesse car, quelle que soit la souffrance initiale, elle ne présage jamais de l'avenir.
    Le livre d'un spécialiste pas comme les autres, chaleureux et généreux, pour qui chaque patient, aussi jeune soit-il, est un sujet à part entière, unique et libre.

    À lire d'urgence par tous les parents qui trouveront là des clés pour mieux comprendre leurs enfants.

  • Année scolaire 2015-2016, une station balnéaire dans les sud-est de la France. Un concours de mannequins annonce une étape de sa tournée régionale dans cette ville qui ne s'anime d'ordinaire qu'à l'arrivée des touristes en été.
    Garance Sollogoub, la fille d'une professeure de danse, est d'ores et déjà donnée favorite. Elle attire l'attention d'une bande d'adolescents plus âgés, les plus populaires, ceux avec lesquels elle a toujours rêvé de traîner. Pour se faire accepter d'eux, elle va devoir consentir à quelques sacrifices. En échange, ils vont lui offrir trois choses : l'ennui, le sentiment d'appartenance et la férocité de la meute.
    Quelques mois plus tard, Garance disparaît.
    Elle a menti pour les ailes est un premier roman né de deux interrogations générationnelles : quelle influence le monde numérique a-t-il sur l'évolution du langage, et comment la société de l'hyperconnexion entretient-elle une mélancolie du présent ? Ces personnages nous touchent d'autant plus que, malgré leur jeunesse et leur contemporanéité, ils ont la douloureuse prémonition de leur obsolescence. Dans ces pages, ils deviennent des figures tragiques quand ils se tournent vers leurs pulsions, seuls indices du réel et preuves tangibles du temps qui passe.

    Francesca Serra offre à cette génération des milléniaux, si souvent caricaturée avec la brutalité d'un tweet, une fresque héroïque, charnelle et profondément humaniste.

  • Le 6 février 2012, par une grise fin de journée, un policier descend d'une voiture officielle conduite par un vice-colonel de l'armée chinoise ; il entre dans le consulat américain de Shengdu pour y rester près de trente heures.
    Ce policier est surnommé l'Eliott Ness chinois ; il détient des secrets susceptibles de faire vaciller l'appareil politique de son pays ; et, par là, de créer une onde de choc aux conséquences incalculables.
    Pendant cette nuit de folie, il va demander l'asile politique aux États-Unis, qui le lui refuseront dans une atmosphère de tension extrême entre les deux superpuissances.
    Parce que cet événement est considérable, parce que l'équilibre de la planète en sera affecté d'une manière ou d'une autre, parce que personne ne détient la totalité des cartes abattues dans cette partie de poker menteur, il n'était d'autre solution que de jouer du ressort de la fiction.
    Philippe Dessertine, spécialiste de la finance et de l'économie internationale, relève le défi.
    Il livre le thriller haletant de cette nuit incroyable où les protagonistes sont un homme et une femme que tout oppose, mais où les ombres qui s'agitent sont celles des maîtres du monde.
    Tout est vrai dans ce roman qui ne laisse pas le lecteur respirer ; tout est vrai, y compris ce qui est faux. Le but ultime est de fournir les clefs - même si, quand les verrous sautent, certaines portes ouvrent sur des réalités terrifiantes.

  • Août 1917. Louis, jeune soldat en convalescence à l'hôpital, reçoit une lettre de l'Infanterie le nommant lecteur dans une commission de contrôle postal aux Armées. Lui qui a subi durant trois ans l'enfer des tranchées se retrouve dans un bureau, comme les embusqués si critiqués.
    Désormais, il va ouvrir jusqu'à quatre cents lettres par jour. Traquer les indiscrétions et le découragement, caviarder les passages indésirables, saisir les courriers pacifistes, désigner les soldats aux propos jugés non conformes au moral des troupes et de l'arrière.
    Les mois se succèdent, marqués par l'arrivée d'une séduisante jeune femme et la visite de Fernand, son compagnon de tranchées. Jusqu'au jour où, poussé par un événement inattendu, Louis regarde autrement les mots qui défilent quotidiennement sous ses yeux.
    Un roman poignant, qui donne la parole aux anonymes du front : les lettres ouvertes par Louis sont toutes extraites de courriers saisis par l'armée durant la guerre de 1914-1918.

  • 1848, dans une plantation coloniale à l'île Maurice. Sita, 12 ans, grandit sous les cris et les coups des maîtres, rêvant du jour où elle, l'orpheline, la servante, pourra échapper à sa condition et au mariage arrangé qui lui est destiné.
    À la même époque en Bourgogne, Guillaume, l'instituteur du village, souhaite se bâtir un avenir différent de celui promis par sa naissance.
    Sita et Guillaume, deux fortes têtes bien décidées à ne jamais se laisser soumettre par le destin, devront se battre pour leurs rêves, envers et contre tous.
    "Un roman historique qui se lit d'une traite tant les personnages sont attachants et l'écriture dense et précise." - Nice-Matin

  • Alors que de nombreux spécialistes s'interrogent aujourd'hui sur la place et le rôle du père, soulignent sa supposée défaillance, Marcel Rufo fait entendre ici une voix singulière. Selon lui, c'est grâce aux fragilités paternelles que l'enfant peut se construire.
    Au fil du temps, il apprend à composer avec son père tel qu'il est dans la réalité, même s'il n'oublie jamais tout à fait le héros qui lui a transmis des rêves de gloire, et il tente de le retrouver dans d'autres figures, comme autant de « suppléments » de père qui l'aideront à renforcer sa confiance en soi.
    Avec la chaleur et l'empathie qu'on lui connaît, Marcel Rufo met en évidence une vérité essentielle : le père est toujours une mosaïque d'images mêlant réel et imaginaire. Mais cette mosaïque n'est jamais complète, et chacun passe sa vie à chercher la pièce manquante, celle qui viendra parfaire le tableau.

  • C'est le temps de l'Encyclopédie et des esprits libres, de l'avènement du pouvoir de la presse et la veille de la Révolution. Et une découverte historique fait trembler le trône de France...

    Lyon, septembre 1777. Des textes gaulois sont découverts : ils traitent des origines du peuple français. L'avocat Antoine Fabert se retrouve propulsé au centre d'une bataille dont l'enjeu est colossal. Avec ses proches - un ténor du barreau lyonnais, un historien paralytique, un rédacteur de la première gazette sur l'actualité locale, une comédienne - il se lance à corps perdu sur la trace d'une mystérieuse statuette dont le secret pourrait à lui seul ébranler la royauté à la veille de la Révolution française. Une course-poursuite au coeur d'un sièce fascinant pendant lequel le peuple de France s'est écrit un nouveau destin...
    " Décidément, Éric Marchal a tout d'un grand auteur de sagas historiques... Il y a du souffle, de l'action, et un bouillonnement intellectuel réjouissant. " Le Figaro

  • Cécile Sanchez,commissaire de police spécialisée en criminologie, traque les criminels les plus dangereux et les plus déviants qui sévissent dans l'Hexagone. À la tête d'une section d'élite de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP), elle est confrontée à un tueur particulièrement brutal, qui éviscère ses victimes avant d'emporter leurs organes.
    Ange-Marie Barthélemy, figure légendaire de l'antiterrorisme, traque avec son équipe un groupuscule islamiste radical, ultraviolent, qui parcourt les grandes villes d'Europe : les membres d'An-Naziate - les " Anges qui arrachent les âmes " - ne laissent dans leur sillage que mort, ruines et chaos. Depuis quelques mois, ils sont de retour sur le territoire français : un massacre en plein Paris met le feu aux poudres, et une chasse impitoyable est lancée.
    Ces deux affaires délicates, apparemment sans rapport, vont pourtant se croiser et plonger les enquêteurs dans la plus grande confusion. Il va falloir percer ces ténèbres pour découvrir la sinistre vérité. Cécile et Ange-Marie vont apprendre à leurs dépens que le Mal ne connaît pas de limites et qu'il n'a pas toujours le visage qu'on attend.
    Né à Belfort en 1977, Ghislain Gilberti est écrivain. Il est l'auteur de nombreux textes diffusés en ligne, dont Dynamique du chaos, roman soutenu par une dizaine de milliers de lecteurs francophones.
    Sa nouvelle J'irai déterrer tes os a été publiée dans la revue sinGe n° 4 des Editions de la Maison close. Il est également parolier pour le groupe Malevolentia (Epicurial Production).

  • « Toi et moi, on est des combattants », répète Albert à Farrah.

    Farrah enseigne les lettres dans un lycée défavorisé, elle se démène pour joindre les deux bouts. Albert a le double de son âge, c'est un avocat qui défend des islamistes au nom de l'État de droit.

    Ils s'éprennent d'un amour fou.

    Bouleversée par la récente décapitation d'un collègue, Farrah s'accroche aux valeurs républicaines. À chaque vague terroriste, l'étiquette « Arabe » qu'on lui colle l'étouffe un peu plus. Sa liberté ne supporte aucune assignation. Albert est blanc, bourgeois, et se passionne pour la cause des musulmans. Avec tant de fougue que bien vite se pose une question : sont-ils vraiment du même côté ?
    Le jour éprouve leurs résistances. La nuit tisse leurs liens. Jusqu'à ce qu'une affaire particulièrement brûlante vienne raviver leurs déchirures.
    À gauche du lit se révèle un puissant roman politique parce qu'il s'empare des grandes questions du temps pour les coller sur la peau, dans les mots, dans le lit. Iman Bassalah nous rappelle que l'identité est l'un des beaux sujets de la littérature.
    Iman Bassalah est professeure de lettres et écrivaine. Auteure de plusieurs ouvrages, elle a notamment publié Les Femmes au miel (Michalon, 2009), Hôtel Miranda (Calmann-Lévy, 2012) et La Vie sexuelle des écrivains (Nouveau Monde, 2016).

  • Un homme découvre qu'il se retrouve prisonnier d'un scénario de film qu'il connaît par coeur. Arrivera-t-il à en changer l'issue ?

    Milan doit se rendre à l'évidence : tout converge. Les attaques de corbeaux qui frappent Paris, les cours de cinéma qu'il donne sur Hitchcock, la mort de son épouse, Suzanne, dans les mêmes circonstances que celle de l'institutrice des Oiseaux.
    Et cette ressemblance frappante entre Suzanne Pleshette, la comédienne du film, et la femme qu'il aime.
    C'est comme si la fiction avait ouvert une porte sur le monde réel, par laquelle les oiseaux se seraient engouffrés pour semer la terreur.
    Milan doit se rendre à l'évidence, une chance s'offre à lui. Une chance inestimable.
    Son projet est simple, invraisemblable, irrationnel : emprunter ce passage en sens inverse. Entrer dans Les Oiseaux. Puis suivre le scénario pour retrouver Suzanne...
    Après De l'autre côté du lac (Anne Carrière, 2019), Xavier Lapeyroux continue à développer un fantastique littéraire dans la lignée de Bioy Casares et Julio Cortázar.
    Dans les oiseaux est à la fois un roman palpitant et une puissante allégorie de l'homme face au destin.
    Xavier Lapeyroux a 46 ans. Il collabore au Monde diplomatique, rubrique « Littératures du monde ». Dans les oiseaux est son quatrième roman.

  • Le Rapport chinois, c'est La Conjuration des imbéciles de la littérature française contemporaine

    Il existe une légende urbaine qui circule dans les palais de justice et les commissariats : si un jour votre chemin croise celui d'un énorme dossier intitulé Le Rapport chinois, ne l'ouvrez pas. On parle de malédiction, on prétend que sa lecture rend fou.
    Certains disent qu'il a quelque chose à voir avec les cartels de la drogue ; pour d'autres, c'est le manifeste d'un complot mondial.
    Quelques-uns parlent d'un texte visionnaire. Tous décrivent sa lecture comme une plongée sans retour de l'autre côté du miroir...
    On s'accorde sur le nom de son auteur, un certain Tugdual Laugier.
    Ceci est son histoire.
    Avec Le Rapport chinois, Pierre Darkanian offre à la littéraire française sa Conjuration des imbéciles. C'est son premier roman.


  • À la naissance, le bébé ne fait qu'un avec sa mère. C'est le temps de la fusion, indispensable, où il puise assurance et force.

    Cependant, il faut grandir et, pour cela, prendre de la distance, afin de gagner de nouveaux territoires d'autonomie et de liberté. Tout le développement psychomoteur de l'enfant, toute vie humaine apparaissent comme une suite d'attachements et de détachements, de conquêtes et de séparations.
    Mais peut-on se séparer sans peine ? Pourquoi la séparation fait-elle naître en nous un sentiment d'abandon ? Qu'est-ce que le travail de deuil, et est-il jamais terminé ? À quoi servent les souvenirs ? Sommes-nous vraiment nostalgiques de la fusion première avec notre mère ?
    Le Pr Marcel Rufo répond ici avec la chaleur et l'humanité qu'on lui connaît, et une grande empathie pour nos fragilités, nous tendant ainsi un miroir où chacun retrouvera ses interrogations, ses doutes, ses appréhensions face à la séparation.
    Avec, en filigrane, ce constat : on ne peut pas vivre sans lien mais, dès lors qu'il devient trop exclusif, ce lien menace de nous étouffer. Il faut donc pouvoir le desserrer, se détacher, afin de trouver la juste proximité entre les autres et soi.
    Longtemps chef de clinique à l'hôpital Sainte-Marguerite, à Marseille, le Pr Marcel Rufo, pédopsychiatre, dirige la Maison des adolescents à Paris.

  • Deuxième volet de cette enquête sur la grippe espagnole de 1918.

    1943. Depuis deux ans, Alex Beaumont s'est retiré sur l'île de Wight, où il exerce la médecine. Shanghai n'est plus qu'un souvenir, Isaure D'Argreen et la LCS, des fantômes. Kathleen a renoué avec lui des liens amoureux. Mais son passé va le rattraper sous une forme inattendue.
    Et la traque de la vérité sur la mort de son père, la recherche des souches du virus de 1918 vont reprendre.
    De l'île de Wight au coeur du IIIe Reich, où la machine de guerre allemande prépare en grand secret une nouvelle grippe espagnole, Alex se jette à corps perdu dans la bataille...

  • 1947 Moscou, immeuble de la Loubianka, quartier général des services secrets staliniens. Un prisonnier relate l'incroyable histoire de sa vie. Cet homme, c'est Dalibor Galjero, dont la lignée a traversé les époques malgré les épreuves et les malédictions.
    Détenteur de savoirs qui pourraient redonner l'avantage aux Soviétiques dans le bras de fer engagé avec les Américains, Galjero reste pourtant indifférent à la rivalité des deux blocs.
    Mais, dans l'ombre, des chasseurs tenaces sont aux trousses de Dalibor et de Laüme, sa mystérieuse épouse, prêts à tout pour leur faire payer leurs crimes... Face à David Tewp, Thrun Gärensen et Lewis Monti, l'heure de vérité sonne enfin pour les Galjero...
    Dernier épisode du Siècle des chimères, La Dame de Toscane est un époustouflant récit d'aventures qui met un point d'orgue à la longue traque initiée dans Les Ogres du Gange.
    Des déserts d'Asie centrale aux palaces de Venise, de la cour des Borgia au Paris des Romantiques ou des forêts enneigées de Transylvanie aux plaines brûlées du Transvaal, le grand livre interdit des Galjero s'ouvre sur un opéra rouge et noir où la pureté et l'innocence n'existent pas...

empty