Éditions Encre Rouge

  • Faut-t-il d'abord se trouver soi pour rencontrer l'autre ? Sommes-nous encore capables de nous aimer dans une société résolument égoïste ? Lui, l'Univers et moi, ou le parcours chaotique d'un homme et d'une femme que le destin s'acharne à réunir. A séparer aussi.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Adèle Sohier est née à la Garenne Colombes, en région parisienne. Issue d'un parcours parfois chaotique mais riche d'expériences, elle a toujours ressenti le besoin de retranscrire ce qu'elle perçoit du monde et de ce qui se passe en nous.
    Provenant d'une famille d'artistes, passionnée par la littérature et le cinéma, elle est sensible à l'idée de partager en toute simplicité ce qu'elle tente de comprendre chaque jour de ce que la vie nous réserve, à travers soi, puis à travers l'autre.

  • Jegu, jeune soldat de Quimper, survivra-t-il au front des Vosges, où l'hiver et la mort se côtoient tous les jours ?
    12 janvier 1916,
    La sanglante bataille de l'Hartmannswillerkopf est finie depuis trois jours. Jegu, un soldat originaire de Quimper, rejoint le bataillon disciplinaire 29, dit le bataillon des Chouans Perdus, sur la mangeuse d'hommes. Condamné pour de maigres larcins, il va découvrir la vie inhumaine et destructrice qu'endurent les disciplinaires Bretons sur le front des Vosges. Jegu va subir et observer à outrance une lutte fratricide entre deux hommes, un meurtrier sadique détesté de tous surnommé Cheval, et un séminariste froid et violent que l'on appelle l'Abbé. Entre ces deux hommes, le bataillon disciplinaire 29 sera usé et martyrisé dans les braises ardentes de la Grande Guerre...
    Ce roman explore l'histoire et dévoile un pan de la Grande Guerre, dans le fond des Vosges. La connaissance approfondie de l'auteur et sa passion pour l'histoire permettent une immersion totale dans le calvaire vécu par les chouans perdus.
    EXTRAIT
    Mais cette fois, la mort est bien plus perfide, accompagnant des obus de 77mm, des obus mous de gaz déversent leur chlore nocif avec dans l'air déjà poisseux. Les clochettes d'alertes résonnent presque aussitôt alors que les hommes du Bataillon 29, non équipés de masques à gaz, se mettent à paniquer. Ils se jettent tous vers le dépôt, un bunker un peu plus grand que les autres ou reposent les réserves de première ligne. Là, le sergent Cloarec est déjà en train d'éclater les caisses de masques pour les jeter aux disciplinaires qui se ruent vers lui dans une panique générale et incontrôlable. Déjà, ceux qui n'arrivent pas à atteindre le dépôt assez vite s'écroulent en se serrant la gorge et en pleurant jusqu'au sang. Ceux qui ont déjà saisi des masques accourent vers leur camarade au sol pour les en équiper. Cheval a pris Jegu par le col dès les premiers sons de clochettes et ils sont dans la mêlée à l'entrée du dépôt pour avoir leurs masques. Le sergent Cloarec n'a pas le temps de s'en saisir que les disciplinaires les lui arrachent des mains.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Fabien Fallon, né à Marseille en 1986. Après des études de photo-reporter, dédie son travail au mouvement autonomiste breton et plus particulièrement à l'ARB. Il en a tiré plusieurs livres et films documentaires. En 2014 il décide de se consacrer à l'écriture. Alliant sa passion pour la montagne et la Première Guerre mondiale, il écrit un roman historique se déroulant sur le front des Vosges en 1918, Par le Sang et l'Acier (Pôle Nord Ed.), suivit de Face à l'Ennemi. Le Bataillon des Chouans Perdus, son troisième roman, sort en 2019 aux Editions Encre Rouge.

  • Des destins et des vies qui se croisent et s'éloignent, au fil du temps et des événements de la vie.
    « ... Sophie passait les repas à compter les points. Alain n'aspirait qu'à soulager la misère du monde. Gérard regardait la situation avec pragmatisme. Le pays traversait les plus grandes difficultés, il n'y avait plus de place économique pour des réfugiés, les Français devaient penser à eux-mêmes, une question de préférence de la misère nationale. »
    « - Il y a des montagnards près du refuge, tu les vois ?
    Il n'y avait que la pelouse miteuse bordant le parking du supermarché, mais Marcel Lechat a acquiescé, son père avait besoin de refuge. »
    Écrit de septembre 2018 à août 2019, ce roman déroule le fil d'existences qui se télescopent, à la recherche d'elles-mêmes. Le dénouement éclaboussera ces rêves qui les regardent de haut.
    Ce roman nous présente la vie de plusieurs familles en France, traversant les épreuves de la vie et se réjouissant face aux bonnes nouvelles. Des personnages attachants qui vous feront explorer des nouvelles facettes de la vie.
    EXTRAIT
    Lechat a quitté le bureau, bégayant une formule de politesse. Il aurait aimé décocher une réplique cinglante, mais il passait sa vie à ne pas répondre.
    Il vivait au milieu de ses semblables dans une succession de silences, une couverture pour passer inaperçu. Marcel se réfugiait au milieu de ses articulations mutiques. Il s'était marié avec Christiane afin d'éviter les questions, et dans son élan il avait fait deux enfants, un garçon et une fille, afin de mettre les apparences de son côté.
    De nouveau, il a regardé sa montre. Il a vérifié autour de lui, mais pas de Rodolphe à l'horizon. Il avait plus de chances d'assister à une tempête de neige qu'à l'arrivée du fossoyeur. Il a essuyé sa nuque en sueur avant d'empoigner une pelle. Une fine pluie s'est mise à tomber. Il a essuyé les gouttes qui dégoulinaient sur son front.
    Marcel avait creusé à une profondeur d'un mètre cinquante lorsque Rodolphe est arrivé essoufflé parmi les tombes égayées de fleurs dont les morts profitaient dans un renouvellement éternel.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Manuel Verlange a passé son enfance à Nantes, France. Après ses études, il est parti enseigner la langue française à Tokyo puis en Belgique. Il vit actuellement près de Bruxelles, où il travaille à l'écriture de ses romans.

  • Découvrez les haïkus et poèmes d'Irène Moreau d'Escrières, grande figure des haïkus.
    La première partie du recueil est composée de 58 haïkus qui constituent les titres des 54 chapitres du roman Yukio sur le chemin, publié aux Éditions Encre Rouge en octobre 2016, auxquels ont été ajoutés quatre haïkus de Ushuaia, dernier mot d'amour, précédemment publié en août 2016, et dont les 108 titres de chapitres correspondent à la symbolique du 108, subtilement déclinée dans le texte.
    Ce recueil en deux parties offre une promesse de voyages et d'évasions tout en douceur, par des mots et des images choisis avec brio par Irène Moreau d'Escrières.
    EXTRAIT
    Pour habiter la lune voilée de brume, lèvres, chevelure, je tends mon miroir à la voix du soleil que le coeur appelle, dans la nostalgie de l'oiseau-troubadour accrochant son regard aux vagues.
    Il est venu du fond des âges, la nuit est son visage, oiseau de passage qui nous convie à sonder l'obscure conscience des royaumes oubliés.
    Afin de me séduire, il descendit des laves, m'adoubant dentelière pour brûler les écrits d'hier et nourrir le phénix. Mais si le Titan déroba le feu du ciel pour l'offrir aux mortels, devenir flamme est-il permis aux humains que nous sommes ?
    Signe de l'éclair sur la balance du destin, le volcan dessinait les bracelets du firmament, tandis que l'aigle d'or survolait la montagne du cimetière d'où ruisselaient les cascades de feu du couchant.
    Alors je suis allée, au hasard de la flamme qui sait ce que veut le feu sous le souffle du vent dans la vallée.
    Je suis née de ses laves tandis que glissaient les nuages. Et des sables bleus a surgi l'étoile que j'ai suivie au ciel de son coeur. Il est dans l'air, le vent et le soleil, et m'emmène sur la montagne psalmodier les stances à la lune ailée.
    Emmène-moi au souvenir des royaumes effacés, lui ai-je dit. Alors, la cendre des palimpsestes a frémi, et j'ai respiré les étoiles que le souffle apaise en donnant l'amour près duquel plus rien n'existe.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après avoir été lauréate du Prix Claude Roy par la Société des Poètes Français en 2018, Irène Moreau d'Escrières vient de se voir décerner le Prix du Haïku avec ces 58 haïkus. Ces nouveaux poèmes en prose, Enchantements composent la seconde partie du recueil.

  • Découvrez cinq cas de perversions sexuelles extraordinaires et curieuses, basées sur les notes d'un psychanaliste.
    « Un livre obscène, c'est tout simplement un livre mal écrit. Le talent n'est jamais obscène. Ni à plus forte raison immoral. »
    Raymond Poincaré (Procès de La Chanson des Gueux, de Jean Richepin - Raymond Poincaré
    « Il n'existe pas de livre moral ou immoral. Les livres sont bien ou mal écrits. C'est tout. »
    Le portrait de Dorian Gray - Oscar Wilde
    Ce livre aurait pu s'intituler « brèves de psy » ou encore « Troubles de jouissances ». Mais comment ne pas nommer simplement ce qui est ? De certains diront qu'il est question d'amours, d'autres de soumissions, ou de perversités...Quelle importance ? Ce sont des faits, ces réalités que l'on ignorent ou que l'on tait. Alors, cette lecture ne peut pas nuire, pas plus qu'un roman à l'eau de rose. Toutes ces petites histoires ont été vécues, puis relatées. Certes à ne pas mettre entre toutes les mains, le plaisir sera partagé.
    Ces cinq nouvelles, basées sur des faits authentiques et véritables, nous font voyager dans la psyché humaine et découvrir les fantasmes et les désirs secrets.
    EXTRAIT
    La patronne la détaillait en affichant un sourire sucré.
    C'était une femme de très grande taille, géante même, et qui eut pu facilement travailler dans un cirque qui aurait présenté des étrangetés de la nature ; bien en chair, fessue et avantageusement michée. Voulant faire sa discrète, elle les observait du coin de l'oeil avec le peu de discrétion dont elle était capable.
    Iris dès qu'elle l'eut envisagée Iris pensa :
    Nom de dieux quelle belle bête ! Et sûrement très productive...
    Chose qu'elle appréciait particulièrement, car elle adorait ce genre d'inondation. Focalisée par l'exceptionnelle anatomie de la propriétaire, la fascinée n'avait d'attention que pour elle.
    David qui sans doute s'était aperçu qu'Iris ne l'écoutait plus que d'une oreille, plus intéressée par la mastodonte que par les quelques badineries ou souvenirs qu'il évoquait, continuait pourtant d'essayer de se montrer charmeur.
    Puis cancanier comme il l'avait toujours été en vînt à lui raconter une drôle d'histoire sur la patronne qui, dès son entrée, lui avait adressé une oeillade appuyée.
    L'air de dire...
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Dominique Simon , c'est plus de trente-quatre publications à ce jour sous nom ou sous des pseudonymes...Et traduit dans le monde entier...

  • La rencontre avec Gabrielle, une grand-mère affectueuse et attentionnée, et son fils Lucien apportera à Nicolas un soutien pour les épreuves de la vie à venir...
    Nicolas, 36 ans, divorcé, papa-poule de deux petites filles, fait la rencontre fortuite de Gabrielle, 87 ans et de son fils, Lucien, 55 ans. Une amitié solide va peu à peu s'installer entre eux qui va permettre aux deux hommes d'affronter ensemble les aléas que la vie leur réserve. Ainsi, au hasard des rencontres, il arrive que se tissent des liens dans lesquels chacun trouve ce dont, sans le savoir, il avait besoin.
    Alice Mancel, à l'écriture agréable et fluide, raconte l'histoire de familles liées par une amitié solide et pourtant peu prévisible. Une très belle lecture sur les surprises de la vie, qui met du beaume au coeur.
    EXTRAIT
    Nicolas découvrait un nouveau monde, une nouvelle science sur laquelle Lucien était intarissable. Il trouvait visiblement plaisir à lui parler de l'amorçage, du choix des cannes, des appâts, des hameçons, des leurres, des différentes techniques, des règles de conduite...
    ? Mais, je vous saoule à vous raconter tout ça !
    ? Pas du tout. Je suis très impressionné par vos connaissances.
    ? L'important, c'est d'y trouver du plaisir. Et pour moi, il est double : il y a le fait de pêcher mais aussi toute la connaissance qui va avec. Mais on peut aussi se satisfaire de passer un moment agréable au bord de l'eau. C'est exactement ce qu'on va faire.
    Ils furent bientôt installés côte à côte, chacun sur son trépied à surveiller sa canne.
    ? On n'est pas bien ici ? dit Lucien en soupirant d'aise.
    ? Qui vous a fait découvrir la pêche ?
    ? Mon père. Il a pêché toute sa vie, plus ou moins. C'était surtout pendant les vacances. Mes parents allaient toujours au même endroit, dans le Doubs et là il pêchait quasiment tous les jours. Maman préparait un pique-nique ou on faisait la cuisine sur un petit barbecue et on passait la journée au bord de l'eau. C'était bien.
    ? Et maintenant ?
    ? Maintenant, c'est moins drôle. Je suis tout seul. Monique ma femme n'aime pas trop ça. Parfois, Maman vient avec moi mais elle s'endort assez vite. Et le fils, il n'a jamais eu le goût de la pêche !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Alice Mancel - "Depuis l'âge de douze ans, j'écris avec beaucoup de plaisir mais mes études de médecine puis mon activité professionnelle de médecin ORL, spécialisée dans les acouphènes, dans laquelle je me suis pleinement investie, ne m'ont jamais laissé assez de temps pour travailler l'écriture. Ayant maintenant cessé d'exercer, je renoue avec cette activité que je retrouve avec satisfaction.
    Dans le cadre de mon activité professionnelle, j'ai eu l'occasion de publier deux ouvrages : Bourdonnements et sifflements d'oreille chez Odile Jacob en 2002 et j'ai coordonné un ouvrage chez Elsevier-Masson en 2017 : Les acouphènes : diagnostic, prise en charge et thérapeutique."

  • Deux jeunes enfants découvrent le monde des fées, des lutins et des elfes, qui vivent en secret autour de nous...
    Deux enfants, Éthan et Léo font la connaissance d'un lutin appelé Fergal. Celui-ci les invite à une fête avec les êtres de la nature. Les enfants ébahis, découvrent un monde merveilleux.
    Léo, emporté par la joie de la fête, ne veut pas rentrer...
    Éthan et sa cousine Maélie auront fort à faire pour le faire revenir dans le monde des humains...
    Ce conte est une fiction inspirée d'expériences et de rencontres avec les êtres de la nature. Invisibles mais réels, ils oeuvrent dans la nature et souhaitent se dévoiler auprès des humains.
    Ce magnifique conte explore la magie et les potentialités de l'univers et de l'imaginaire, mêlant réalité, mythes et légendes. Une belle escapade aux pays du merveilleux et des rêves.
    EXTRAIT
    Grand-mère n'arrivait pas à le croire, d'abord Éthan puis les deux autres. Que se passait-il dans cette forêt ? Et pourquoi maintenant ? Le temps était-il venu où les êtres humains accepteraient l'idée de l'existence de ces peuples invisibles ? Cependant, à toutes les époques, certaines personnes y avaient cru, les avaient vus et en avaient donné les premières descriptions.
    L'après-midi, Grand-mère les emmena sur une petite plage, au bord d'un étang. Il faisait chaud et les enfants passèrent une bonne partie du temps dans l'eau. Léo savait nager, mais les deux autres n'étaient pas encore bien assurés et elle leur avait mis des brassards. Pas question de risquer un accident ! Grand-mère était responsable de la sécurité de ses petits-enfants !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Titulaire d'un DESS de psychologie clinique, Odile Ladoux a exercé la profession de Conseillère d'Orientation-psychologue en établissements scolaires. Après avoir longtemps vécu dans la région caennaise, elle a habité Montségur 21 ans. Retraitée dans la Sarthe, elle écrit des romans initiatiques qui traitent de sagesse et d'éveil de la conscience.

  • Sans un mot

    Brant Claire

    Sarah et Ludwig n'acceptent pas la mort soudaine d'Arthur Desbert. En s'attardant sur les causes potentielles, ils vont s'engager dans une enquête qu'ils n'avaient pas envisagée...
    Durant une nuit de Septembre, Arthur Desbert, un patient, décède.
    Rien d'anormal pour un service d'oncologie.
    Pourtant le doute s'installe chez Sarah, jeune infirmière du service. Une incertitude qui va devenir obsessionnelle. Lorsqu'elle décide d'en faire part à Ludwig, un ami du défunt, elle sait qu'elle doit se montrer persuasive.
    Une conversation, un marque-page et l'imagination s'emballe : les théories les plus folles traversent leurs esprits. Ensemble, poussés par la situation et l'adrénaline, ils essaieront de comprendre ce qu'il s'est produit cette fameuse nuit.
    Rapidement et malgré eux, ils devront répondre à une question qu'ils ne s'étaient jamais posée : qui était réellement Arthur Desbert ?
    Ce polar nous entraine dans une longue enquête semée d'embûches et de péripéties, à la recherche de la vérité et de l'identité de proches que l'on croyait connaitre... Par sa belle plume, Claire Brant nous signe un roman qui réserve une belle surprise à la fin.
    EXTRAIT
    Un long frisson parcourut son corps.
    Malgré l'obscurité, Arthur sentait que l'inconnu souriait. Mais surtout, il savait pourquoi IL était là.
    Arthur sentait qu'il se rapprochait de plus en plus, se déplaçant aisément. On lui attrapa brusquement la main et on la lui bloqua avec force. Il chercha à se débattre, à la retirer, à cogner cet inconnu. Mais il était trop faible.
    De son autre main, IL maintenait Arthur dans son lit.
    C'est donc à cela que va ressembler ma mort ?
    Arthur Desbert savait que cela arriverait, mais il n'y était toujours pas prêt. Il chercha à se débattre pour la dernière fois. En vain.
    Un liquide froid remonta jusque dans ses veines grâce au tuyau de sa perfusion. C'était une sensation très désagréable, presque douloureuse. Tout autour de lui devint chaud et il eût l'impression de partir dans un doux rêve. Il ne pouvait plus lutter.
    Puis, une douleur insupportable lui broya la poitrine. C'était son coeur. Il le sentait ralentir petit à petit. Le sourire de l'inconnu s'élargit.
    Le livre tomba.
    Il était trop tard, il faisait trop noir et Arthur ne saurait jamais la fin de son roman.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sarah Brant :
    J'ai toujours adoré lire des romans (policiers surtout) pour m'évader.
    Lors de mes études infirmières, l'histoire de « Sans un mot » m'est venue et je me suis lancée dans son écriture.
    Je n'irai pas jusqu'à vous dire que cela a été simple, loin de là. Mais cela a été une aventure très enrichissante que j'ai vécu avec passion.

  • Guidée par l'amour pour sa fille et pour la belle région de Collioure, une jeune enseignante se laisse abuser et se retrouve dans un trafic illégal...
    Une jeune veuve, enseignante à Nantes part avec sa fille de 13 ans à Collioure pour des vacances qu'elle souhaite paisibles. En fait elle va se trouver évoluer, sans s'en rendre compte, entre un trafiquant de drogues et un policier des stups qui le piste.
    Notre ingénue se sent de plus en plus attirée par le policier mais leur union ne sera pas de tout repos.
    La parfaite connaissance de la région de l'auteur, une intrigue policière et sentimentale bien ficelée ainsi qu'une belle histoire d'amour rendent ce roman très attachant.
    EXTRAIT
    Dans le couloir d'entrée mes livres sont tous classés par ordre alphabétique ainsi que ceux qui ont débordé en désordre dans l'escalier qui mène au garage. Il regarde certains classiques français : Montaigne, Pascal, Molière, Montesquieu, Anouilh, il ne connaît pas et des classiques anglais Shakespeare, Milton, Sterne, Bernard Shaw.
    Le même embarras que ce matin s'abat à nouveau sur moi. Collioure est loin ! Tandis qu'il continue à examiner certains livres, je sors les draps d'invités et prépare son lit dans la chambre de Natacha.
    ? La salle de bain est attenante à cette chambre qui est la plus calme, j'espère que vous y serez très bien.
    ? Je suis confus, j'aurais pu aller à l'hôtel, vous savez !
    ? Mais non, puisque Natacha justement n'est pas là, vous aurez sa chambre, c'est plus simple.
    Banalités, civilités, décidément je n'arrive pas à dissiper la gêne persistante qu'il y a entre nous.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Annie Plait est née au sud de la Vienne, d'un père charentais et d'une mère poitevine. Elle a gardé un goût prononcé pour la nature, le merveilleux, les contes et les légendes. Professeur de lettres, passionnée par l'histoire et le terroir elle partage son temps entre l'écriture, la lecture et les promenades. Depuis son premier roman, elle n'a cessé de réjouir ses lecteurs avec ses ouvrages.
    C'est le neuvième roman de Annie Plait.

  • Colin Massard, fils de paysan, devient un savant et scientifique. Mais religion et sciences ne font pas bon ménage, et les ennuis arrivent rapidement...
    Frère Anthelme, envoyé par Rome, traverse la Chartreuse accompagné de Vicenzo, un jeune novice, pour rejoindre le village de St André le Haut où Colin Massard vient d'achever un ouvrage «?hérétique?» qui doit bientôt être publié. Colin Massard, petit paysan qui a appris à lire et à écrire, l'art de l'imprimerie à Lyon, qui est parti étudier à Florence et Padoue, a lu Galilée et Bruno. Il a aussi appris à confectionner une lunette astronomique auprès des verriers de Murano. De retour dans son village avec la belle Aloise rencontrée en Italie, il observe le ciel, s'interroge et écrit...
    Un roman qui nous plonge au début du XVIIe siècle, dans un monde bouleversé où l'inquisition finissante combat désespérément la Science qui pose tant de questions dérangeantes.
    EXTRAIT
    - J'y suis arrivé, Aloïse?! J'y suis arrivé?! Regarde comme tout est clair, comme tout est net?!
    - Tu vas partir toutes les nuits maintenant...
    Il y a comme une triste inquiétude dans la voix d'Aloïse.
    - Seulement quand elle sera claire... Bientôt je pourrai mieux comprendre tout ce qu'ont écrit Copernic, Galilée, Kepler...
    Il comprendra et ira plus loin encore, jusqu'à se poser des questions sur la terre et les plantes, sur l'état et l'origine du monde, sur la création, sur Abraham, Dieu, Moïse, Jésus... sur la vérité des Écritures, ces questions qui le tarabustent depuis si longtemps?! Pendant tout l'été, il observe, chaque nuit ou presque, et parfois Aloïse l'accompagne. Jupiter et ses quatre satellites dont parlaient Galilée, Callisto, Europe, Ganymède et Io, cette découverte qu'il avait publiée dans le Sidereus Nuncius. Et Saturne avec son apparence étrange, comme si elle avait des oreilles, elle est là, bien visible?! Venus et ses phases, la lune, ses ombres et lumières, ses quartiers. Oui, tout s'explique grâce à l'hypothèse héliocentrique alors qu'il est impossible de le faire avec la géocentrique. C'est une nouvelle preuve de la vérité du système copernicien et Galilée avait raison. Il comprend tout maintenant et son excitation est à son comble. C'est bien la preuve qu'elle tourne, Aloïse?! Regarde, la surface change et revient tout aussi régulièrement?! Donc, elle tourne sur elle-même et tourne autour de la terre qui tourne sur elle-même et autour du soleil à la fois?! C'est une merveille, une merveille?! Il y a longtemps qu'on le sait, mais je le vois, moi, je le vois?!
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1946 à Chambéry, Serge Revel a été maître de conférences à l'Institut de la Communication Université Lumière-Lyon2. Depuis 1989, il est auteur, co-metteur en scène et responsable des Historiales (spectacle historique) de Rhône-Alpes. Son roman Les Frères Joseph, publié au Rouergue en 2013, a reçu en 2014 le prix Claude-Farrère des Écrivains Combattants

  • Xavier, professeur de classes de maternelles, se fait accuser de pédophilie, sans que personne ne lui fournisse les détails de l'accusation...
    Ce roman, à la fois grave, humoristique et sensuel, raconte la journée d'un jeune instituteur, Xavier, accusé de pédophilie dans une classe maternelle. Cette journée verra l'intervention de l'inspecteur de l'éducation nationale, du maire du village, d'un syndicat enseignant, du psychologue scolaire, d'un représentant de matériel scolaire, du conseiller pédagogique, en plus de tous les occupants de l'école, collègues, ATSEM, directrice et enfants. L'histoire se développe pendant une journée de classe plus ou moins banale, au fil des révélations et interventions, tandis que se nouent peu à peu des liens privilégiés entre Xavier et la directrice de l'école...
    /> Ce livre est le premier d'une trilogie dont le dernier est en cours de rédaction.
    Chaque tête de chapitre est ponctuée par une citation d'un enfant à propos de l'amour.
    Ce roman retrace la descente aux Enfers de Xavier, explorant divers sentiments comme la colère, l'injustice, l'incompréhension et la volonté de rétablir la vérité.
    EXTRAIT
    ? Si je te raconte cet épisode de ma vie, c'est pour t'expliquer que j'ai eu moi aussi des épreuves à surmonter. Cela a été douloureux !
    Son sourire s'efface pendant une fraction de seconde tandis qu'elle se remémore fugacement des moments douloureux. Elle change de position et j'entends dans le silence du confessionnal ses jambes frotter l'une sur l'autre... Je ne résiste que tardivement à la pulsion d'abaisser mon centre d'intérêt jusqu'à son centre de gravité.
    Une fois de plus, elle le remarque et retrouve son sourire avenant tandis que mes joues achèvent leur combustion.
    Elle se tait soudain. Inspire profondément. Je n'ose la regarder, mais redoute qu'elle m'appelle une seconde fois. Je me risque à lever les yeux sur elle avant qu'elle n'aborde le fond du problème. C'est parfait, parce que je touche le fond depuis pas mal de temps. Admirablement synchrone... Je constate qu'elle arbore maintenant une mine presque dure, genre « 2H ».
    ? Te doutes-tu de ce qu'on te reproche ?

  • Cet abécédaire reprend des mots du langage courant souvent employés à mauvais escient...
    C'est un support pédagogique listant de A à Z les éléments d'une science, d'un art, d'un parti pris.
    L'Abécédaire que vous tenez en main en ce moment liste des mots qui font partie du langage courant et que nous employons souvent de manière empirique, sans vraiment en connaître le ou les différents sens.
    500 millions, vous aviez bien lu, nous sommes cinq cents millions de bipèdes au monde, à pratiquer notre belle langue française qui compte environ 60 000 mots.
    Autant avouer que nous ne les connaissons pas tous.
    Dictionnaire abracadabrantesque tome I, a sorti les plus évocateurs, les plus amusants, des mots qui participent à notre vie de chaque jour, mais dont on n'a pas toujours à l'esprit, le sens exact. Nous avons choisi les définitions les plus burlesques ou les plus étonnantes voire les plus foutraques quand elles étaient dignes d'intérêt... Et elles l'ont été au-delà de nos espérances et assez pour surprendre un lecteur avide de petites ou grandes et rocambolesques histoires drôles.
    Redécouvrez l'emploi correct et l'histoire de mots tels que "clochard", "hâbleur" ou "manade" dans cet abécédaire complet, original et doué d'une touche d'humour. En analysant notre langue, c'est notre culture et notre passé que nous perçons à jour.
    EXTRAIT
    MACHISME
    nom masculin de chez viril
    De l'espagnol macho qui signifie « mâle ».
    Du mexicain machismo.
    Le machisme, c'est la propension à penser que la femme est inférieure à l'homme et que par conséquence directe, elle l'est dans tous les domaines de compétence.
    En général comme en particulier, ce sont plutôt des hommes qui sont machistes.
    (De ceux qui prennent le contenu de leurs couilles pour des neurones, à bon entendeur !) (Quoique par là on n'entende pas grand-chose.)
    La plupart des femmes subodorent rapidement la supercherie et on ne leur fera plus avaler pareille énormité.
    Le machisme n'est pas loin de la phallocratie, de la misogynie.

  • Harry Tennan,après quatre mois dans le coma, hérite d'une affaire pleine de zones d'ombres et qui réveilleront de vieux démons...
    Scotland Yard reçoit l'appel d'une femme signalant la disparition de son mari. Amnésique, elle a du sang sur les mains et de nombreuses blessures sur le corps. Cette affaire aurait-elle un quelconque lien avec une série de meurtres ? En réveillerait-elle une autre non élucidée vieille de 30 ans ? De retour après 4 mois de coma, le Commissaire Harry Tennan est chargé de l'enquête. Réussira-t-il à mettre en lumière les zones d'ombres tout en affrontant les démons qui le hantent depuis ce terrible jour, d'autant plus que la seule personne détenant des informations a disparu dans la nature.
    /> Sergueï Bonal signe à nouveau un polar passionnant et très dense, aux personnages à la psychologie complexe et aux rebondissements inattendus. Un véritable coup de coeur pour ce jeune auteur !
    EXTRAIT
    Les yeux rivés sur le corps inanimé de Tony, Kathleen restait de marbre, paralysée, en état de choc. Ses tempes lui martelaient le crâne, son coeur au bord de l'implosion. Le visage blême, elle ne réagissait plus. Une partie d'elle disparaissait. Quelques minutes plus tard, leur fils attendait derrière l'encadrement de la porte, le regard rivé sur le corps de son père. Il s'approcha lentement de Kathleen. Elle attrapa le combiné du téléphone et dit d'une voix tremblante :
    - Allo la police ! mon mari vient d'être assassiné ! c'est terrible !
    Teddy prit sa mère par la main et la sortit hors de la cuisine afin de lui éviter la vue du corps. Toujours lucide, il la fit s'asseoir sur le canapé. Tout en lui tenant les mains, il souriait afin de l'apaiser. Mais après ce qu'elle venait de voir, rien ne pouvait lui redonner le sourire, la rassurer, pas même son fils.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sergueï Bonal, né à Saint-Petersbourg en Russie, est adopté dans sa sixième année. Passionné de musique classique et de jazz, il fait ses premières armes en littérature à onze ans. En 2011, il produit «Tout est question de choix» et en 2013, il gagne le prix « Orphée» graine de poésie.

  • Gilles Vendeur retrace son parcours mouvementé, de simple renfort régisseur à lauréat pour le grand prix du festival de Cannes.
    Festival de Cannes 2009, Grand Palais, cérémonie de clôture. Gilles Vendeur mesure la distance jusqu'à la scène, il compte les marches à gravir. L'heure de la fameuse Caméra d'or approche. Son heure. Ils l'ont maquillé, habillé, dorloté. Le noeud papillon, il l'a dénoué dans l'escalier du Palais des Festivals, comme le dernier insigne de sa lointaine désinvolture. Car il est loin le jeune ingénu, loin le stagiaire maladroit qui provoqua l'un des pires accidents de tournage qu'on ait vu au cinéma. Loin l'insouciant qui escaladait les murs des soirées cannoises. Loin le jeune réalisateur transi devant une starlette de télé-réalité. Dix ans de batailles, de coups et de rage, et le jeune écorché tente encore de masquer son vrai visage. Mais dans quelques instants, c'est le nom de Gilles Vendeur qui résonnera. Tout le monde le regardera. Celui qui cherchait la lumière n'y échappera pas.
    Erwann Créac'h nous peint le monde du cinéma, des marches rouges de Canes aux coulisses d'un univers peuplé de stress, de coups bas, de trahison et parfois, d'acteurs ou réalisateurs mis à bout.
    EXTRAIT
    À 15 h 30, le RG donne ses dernières consignes, répète qu'il exige une attention extrême de chacun. Suit un lent décompte qui s'accompagne d'une stupéfiante, d'une irrésistible montée d'adrénaline. Car ce moment-là, je peux vous le dire, est un truc dément. Même là où je suis, à mon niveau dérisoire, j'ai à cet instant une sensation incroyable, l'impression de faire partie d'un autre monde, fabuleux, d'où une fusée va décoller. Et soudain je regrette d'être si loin de tout cela, tandis que le décompte se poursuit. L'ambiance se charge d'électricité, et puis subitement, il y a la bourrasque. Brutale, inattendue. Ce dont je me rappelle, juste avant la fin du décompte, c'est de mon talkie-walkie qui déconne, que j'essaie de régler, d'une Porsche Cayenne dont le chauffeur, une espèce de gorille menaçant d'essuyer ses pneus sur ma gueule, parce c'est pas une bande de gugus du cinéma qui empêchera les gens d'aller bosser. Je me rappelle des plots qui valsent, de la banderole qui vole. De ma voix étranglée qui hurle «?Stop?! Arrêtez?!?», du vacarme des moteurs de ces vingt-cinq voitures qui couvrent ma voix. Du Cayenne qui monte la bretelle en vrombissant. Puis d'un épouvantable choc, d'un autre, suivi d'un fracas de tôles froissées et d'un crissement métallique interminable. D'un silence.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    La montée des marches est le deuxième roman d'Erwann Créac'h, après Carnivores Domestiques (Éditions Seuil, Point Poche), primé par le «?Gon­court des Animaux?» décerné par Michel Houellebecq.
    Erwann Créac'h a été vétérinaire, fonctionnaire à la Commission européenne, mais aussi comédien, auteur et metteur en scène de théâtre, régisseur, réalisa­teur et producteur de cinéma.

  • Flayosc, petit bourg tranquille de sept milles âmes, va être le théâtre de drames...
    "Bien aimable, le beau-père ! A croire qu'il avait oublié les cinq heures qu'ils avaient passées ensemble à discuter les modalités du contrat de mariage ! Cinq heures !
    Le Notaire voulait imposer le Régime dotal. Il est vrai que la dot qu'il consentait a sa fille était considérable : Des terres, trois maisons, un portefeuille d'actions, toutes plus solides les unes que les autres... Charbonnages, Compagnie du Métropolitain de Paris, Chemins de fer, Crédit Lyonnais... Sans parler du Mas de Rosette, une maison de douze pièces, meublée a neuf, où le jeune ménage établirait ses pénates..."
    Découvrez le nouveau roman de Dominique Simon et de Stéphanie Perreault, dont l'intrigue mouvementée se déroule autour du Mas de Rosette...
    EXTRAIT
    ? Voyez-vous, Beau-père, je ne crois pas que le Notariat soit le bon moyen pour gagner vraiment de l'argent...
    ? Tout de même ! ...
    ? Oh ! Bien sûr ! On n'a jamais vu un notaire mourir de faim, mais le monde évolue. Les actions d'un notaire sont trop limitées par la loi. Vous ne pouvez pas conclure une bonne affaire, si elle se présente. Souvenez-vous, lorsque vous avez acheté le Mas de Rosette. Nous avons été obligés de nous livrer à toute une série d'acrobaties. D'abord, vous avez transféré l'argent sur le compte de Belle Maman, puis elle m'a consenti un prêt, et enfin, je me suis porté acquéreur... Pour le lui revendre ensuite... Perte de temps, d'argent... Les frais se multiplient... Et, je ne suis pas sûr que l'opération soit très légale tout de même.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Stéphanie a toujours été passionnée par l'écriture et l'histoire. Ses romans impliquent toujours des recherches approfondies et celui-ci ne fait pas exception à la règle. Demeurant à Gatineau, au Quebec, elle a d'abord oeuvré dans les hautes sphères gouvernementales et politiques canadiennes avant de se dédier entièrement à l'écriture.
    Dominique Simon, c'est plus de trente quatre publications à ce jour sous nom ou sous des pseudonymes...Et traduit dans le monde entier... Scénariste télé...

  • Certie, jeune femme en quête d'événements à chroniquer, reçoit l'opportunité d'écrire la destruction d'une capitale symbolique de France...
    C'est avec peur et enthousiasme que Certie accepta de rejoindre le projet du mystérieux Le Vonto. Sans le connaître, sans savoir pourquoi ni comment lui et ses camarades souhaitaient détruire la capitale française, la jeune journaliste n'était que trop impatiente d'avoir enfin l'opportunité d'écrire un récit impactant.
    Mais cette insouciance ne dura qu'un temps, quand la destruction de Belloronne commença réellement...
    Comment et pourquoi un groupe de personnes ne se connaissant pas se réunissent pour tenter d'anéantir la capitale de la France : Belloronne ? L'histoire nous est narrée par Certie, une jeune femme percevant initialement dans cette aventure une opportunité de faire décoller sa carrière de journaliste. Comme ses futurs camarades aux ambitions et motivations diverses, elle y est amenée par un homme énigmatique et discret : Le Vonto.
    Découvrez un chaos orchestré par des personnages énigmatiques, la manipulation des uns entrainant des actes extrêmes... Suspense, peur, incertitude et actions sont au rendez-vous dans ce roman !
    EXTRAIT
    Nous nous sommes installés sans discuter, sans même échanger un regard. Il semblait vouloir mettre en place une atmosphère de tension, bien que le cadre ne s'y prêtât pas du tout. Le café le plus proche était plutôt un bar en réalité. Il était encore trop tôt pour boire l'apéritif mais nous étions bien dans un établissement favorisant la pinte au capuccino. Nous étions là, assis face à face. Je pense qu'il me fixait, mais je n'osais pas le regarder dans les yeux pour vérifier. La porte du bar était couverte d'affiches pour divers concerts et spectacles. Bien qu'un peu tâchée par endroits, on pouvait deviner un entretien régulier. Son visage ne bougeait pas. Nous n'étions pas seuls sur cette terrasse, un groupe d'adolescents était installé juste derrière nous. Ils semblaient trop jeunes pour fréquenter ce genre d'endroits, mais qui suis-je pour juger ? Ils étaient cinq, semblaient responsables et encore une fois, il était très tôt. Ses mains, ses jambes, il semblait parfaitement immobile. Peut-être qu'il essayait de deviner à quoi étaient occupées mes pensées.
    - Nous allons détruire une ville
    Je tournai enfin la tête vers lui. En effet, il m'observait méticuleusement. J'avais la sensation que le moindre de mes mouvements, la moindre de mes micro-expressions faciales étaient passés au scanner.
    - Pardon ?
    - Nous allons détruire une ville. Plus précisément, nous allons détruire Belloronne. Je te propose de te joindre à nous. Qu'en penses-tu ?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Arthur Faure est un jeune auteur de 26 ans originaire de l'Ain. Au-delà de sa passion pour le cinéma et la bande dessinée, c'est son amour des randonnées en montagne qui l'amène à rencontrer des personnes de milieux très divers mais toutes animées d'une idée commune : la volonté d'améliorer la société.

  • Retrouvez Philémon Le Verrier pour de nouvelles aventures et découvertes...
    Je m'appelle Philémon Le Verrier.
    Les ennuis trouvent ma compagnie agréable malgré ma volonté de les tenir à distance, à Paris, Florence ou dans cette abbaye de la Trappe de Bricquebec où j'ai cru trouver refuge auprès des moines.
    Comptant me remettre d'une histoire avortée avec une femme, et oublier la grappa. Cet alcool italien est sournois, plus difficile à quitter que la plus jolie des maîtresses surtout quand c'est elle qui vous congédie. On n'oublie pas si facilement Pépina.
    Orphelin et ignoré de la mort depuis ma naissance en 1799, ma vie continue qui me conduit à Guernesey afin d'y découvrir mes véritables origines, où je vais faire une flamboyante rencontre, et où les surprises défilent...
    Mon étonnement dure encore aujourd'hui.
    Une fois de plus, cette saga passionnante sort des sentiers battus en nous emmenant dans l'univers particulier du personnage. Friands de fictions historiques et de romans écrits avec style, vous trouverez votre bonheur dans ce troisième tome du Cercle des vies !
    EXTRAIT
    Nous longions la côte, sans que la beauté des endroits traversés ne suscite en moi la moindre sensation d'extase. J'avais fait peur à Pâquerette qui s'était, il est vrai, embourgeoisée, malgré les épreuves terribles dans lesquelles nous avions plongé en franchissant la frontière espagnole. Ma reine de la savate avait changé, et ne souhaitait guère ma compagnie. Quand je ne me lassais pas d'elles, elles se lassaient de moi, renouvelant dans l'ignorance le premier geste de la première femme de ma vie qui m'avait jeté à la rivière.
    Pisa. Pise. La tour était déjà là, elle ne constituait pas un point particulier ou remarquable à cette époque, plutôt considérée alors comme une ruine en méchant devenir très prochain. Ensuite il ne restait plus à notre diligence lourdement chargée qu'à suivre les berges de l'Arno, exceptionnellement bas dans son lit. L'été 1838 s'était montré très chiche en matière de pluie, et l'hiver précédent avaricieux en neiges de montagne.
    Je passais mon temps à bavarder avec notre conducteur, provoquant souvent ses éclats de rire, mais j'avais appris à son contact autre chose que du baragouin.
    ? Ma que signor !
    C'était ainsi qu'il me félicitait de mes progrès, je ne vais pas prétendre que je parlais sa langue couramment en entrant à Florence par le pont Vespucci encombré de marchands qui vendaient jusqu'à leur âme si besoin.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Je m'appelle Gérard Ménage, né à Cherbourg en 1955, qui commençait un samedi.
    J'ai tâté de l'écriture très jeune, en recopiant les pages d'un vieux dictionnaire. Amoureux des lettres, j'ai commencé d'écrire des poèmes dès huit ans. J'ai aussi ingéré la bibliothèque paternelle des Reader's Digest, les romans de Jules Verne... Poète, écrivain, heureux d'être lu, de pouvoir revisiter l'Histoire de France, Moyen-âge, Russie, au gré des aventures épiques de mes héros et héroïnes.
    Mon terrain de jeu favori, donner vie à tous ces personnages...

  • Voyages, cultures, littératures et mythes vous attendent dans ce roman...
    Dans ce voyage à Agadir avec Delphine, nous retrouvons Guillaume le poète philosophe, mais aussi les frères Weisz du voyage De Pétra à Jérusalem ou Du Nil à la mer du Nord : Thomas le mélomane et son frère aîné, l'inénarrable Gabin, scientiste athée, veuf inconsolé, imperméable à toute poésie mystique. Cependant, dans cette galerie de portraits centrés sur les types humains définis par les Gnostiques, un nouveau personnage se dessine : la Dame de Versailles, qui propose à Gabin d'autres élégances ontologiques.
    Venez faire le grand saut dans la culture, la philosophie et la découverte de contrées lointaines, grâce au roman et à la plume haute en couleurs d'Irène Moreau d'Escrières.
    EXTRAIT
    La limousine de Thomas se gare devant l'entrée de son immeuble près de la Tour Eiffel, ce 3 mars, pour mener les amis à l'aéroport. L'avion de la Royal Air Maroc décollera d'Orly à midi pour Agadir. Un détour par La Muette est indispensable pour récupérer Gabin, la dame de Versailles et leurs valises...
    Le grincheux en polo beige est accompagné d'une petite blonde fluette, veuve depuis 2013, qui, au dire de Thomas, aime nager en piscine. En vérité, elle a surtout suivi des cours de danse classique. Contrairement à l'épouse de Gabin (Faustine disparue en 2011), Lyne Dambremer a toujours un mot souriant, intéressant et bien venu. Pendant le trajet, Delphine est agréablement surprise par la délicatesse de cette « nageuse » aux cheveux d'or, douce et raffinée, qui lui rappelle son amie Laure en fée Clochette.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    L'auteur nous emmène une fois de plus dans un de ses voyages. Infatigable et joyeuse, elle partage avec le lecteur paysages et personnages. Sa plume haute en couleur et la riche bibliographie d'Irène Moreau d'Escrières sauront absorber le lecteur, en attendant avec impatience la parution de son prochain ouvrage.

  • La mort de deux serins mystérieux à l'Académie signe une suite d'événements tragiques autour de Chloé, jeune élève prometteuse.
    En l'espace d'un printemps, une série d'événements plus ou moins tragiques vient ternir la réputation de l'Académie des Sciences Humaines et Sociales de Paris. Est-ce à cause de la mort brutale du couple de serins qui vivait en cage, dans le bureau du directeur?? Nombre de questions taraudent l'esprit des deux policiers en charge de cette enquête, Michel Verdon et Christian Chabert.
    Ce roman policier étonne par l'originalité de son intrigue. Les mystères autour de ces serins s'épaississent et les rebondissements se multiplient dans ce roman de Christophe Goursolas.
    EXTRAIT
    Chaque année, à l'occasion de la «?Journée des Droits de la Femme?», l'école organise, dans le gymnase, un tournoi de basket féminin, qui remporte, chaque année, un franc succès.
    Le troisième match de la matinée commence. Madame Picard, professeur de sociologie, officie en qualité d'arbitre. Elle teste son sifflet mais celui-ci ne fonctionne pas très bien. Le son qu'il émet est assez faible. Elle s'adresse donc à monsieur Fontaine?:
    - Ah, monsieur Fontaine, on a un souci avec le sifflet.
    - Montrez-moi. En effet, le son n'est pas très élevé. Bon, ne bougez pas, je monte dans mon bureau, j'en ai en réserve.
    Fontaine s'absente donc pour aller chercher un ou deux sifflets. Il insère la clé dans la serrure, entre dans son local, se dirige vers son bureau, ouvre le tiroir de gauche et s'écrie?:
    - Nom d'une pipe, où sont passés les serins??
    Il avait justement posé un peu à la hâte une boite avec trois sifflets sur le Sopalin qui contient le couple de serins morts, quand les inspecteurs Verdon et Chabert étaient venus l'interroger. Il trouve bien la boite à sifflets, mais les serins ont disparu. Il s'énerve?:
    - Mais c'est pas possible, ils sont où??
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après des études littéraires et économiques à La Sorbonne à Paris, Christophe Goursolas s'est engagé dans la voie des Ressources Humaines et notamment du recrutement, dans lequel il a évolué pendant 20 ans en France et aux Etats-Unis. Depuis 10 ans, il est consultant indépendant en projet professionnel et, à ce titre, fréquente les établissements de l'enseignement supérieur pour partager avec les étudiants, son expérience des techniques d'accès au marché de l'emploi

  • Dès leurs premières rencontres, ils sentaient qu'ils étaient faits l'un pour l'autre, mais se lancer dans une histoire ne sera pas si facile...
    La crainte du rejet pousse parfois à ne pas agir du tout. C'est ce que vit Julien, 30 ans, informaticien originaire d'Avignon. Il s'épanouit dans sa carrière au milieu des machines qu'il préfère largement aux humains.
    Lorsqu'il emménage en Belgique pour son travail, il ne s'attend pas à ce que sa vie de solitaire acharné soit bouleversée par une rencontre qui provoquera un tourbillon d'émotions qu'il imaginait ne jamais ressentir.
    Une histoire d'amour rare qui nous rappelle qu'il faut saisir les opportunités et profiter de l'instant présent... D'une écriture simple mais élégante, Marie Defrandre nous offre un magnifique moment d'émotions.
    EXTRAIT
    - Tu m'en vois ravi. Bon alors, tu as son numéro?? insista Aaron.
    - Pourquoi lui aurais-je demandé?? rétorqua-t-il, étonné.
    Aaron le regarda fixement dans les yeux, puis éclata de rire et le regarda de nouveau fixement.
    - Non, attends, tu ne plaisantes pas en fait?? J'hallucine?! s'excita-t-il à la fois amusé et contrarié.
    - Je ne comprends toujours pas, dit-il en faisant la moue.
    - Hé bien mon vieux, ton apprentissage en la matière me semble vraiment à revoir. C'est le genre de chose que tu demandes quand une femme te plait et que tu veux apprendre à la connaitre?!
    - Quand une femme me plait?? questionna Julien.
    - Oh arrête?! T'as pas vu comment tu l'as regardé ? Il est clair qu'il y a eu un truc, là?! On n'apprend pas à un vieux singe à faire des grimaces, mon grand?! Enfin, Bref?! On change de bar?? Je vais chercher les gars et on part au Rooster's?!
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Marie Deflandre est née et vit en Belgique, dans la province du Hainaut depuis 25 ans. Institutrice de formation, elle se lance pour la première fois dans la littérature. Grande lectrice de romans d'amour, elle s'inspire de ses souvenirs et de son environnement afin de nous faire voyager dans les pays qui ont construit sa vie.

  • Philippe Heurcelance aborde sous un autre angle des thèmes philosophiques centraux : le mythe de la caverne, le mythe du premier homme ou encore le logos...
    Philippe Heurcelance dédie ces textes à son amie Irène Moreau d'Escrières, à laquelle s'adresse depuis toujours sa prose poétique. Comme dans Lettres de Revel, le lecteur notera le réseau de références traditionnelles, venues d'une saisie autant intellectuelle qu'intuitive. Nous savons déjà avec Faut-il regarder par la Lunette de Galilée ? que l'on peut considérer la modernité comme un pèlerinage à rebours, et que pour Philippe Heurcelance le mythe a autorité sur l'Histoire. Par ailleurs, on oublie trop souvent que Pascal a évoqué « l'esprit de géométrie et l'esprit de finesse », mais aussi celui « de justesse », ce dernier étant la voie du milieu, réalisant l'équilibre des deux premiers, défini par Aristote, et que l'on retrouve dans l'Inde ancienne. Le poète fait partie de ces gens qui bénéficient pleinement de l'esprit de finesse et perçoivent instantanément la vérité d'une chose. Irène remercie Philippe Heurcelance d'avoir bien voulu accepter la publication de ces écrits qui lui étaient destinés. C'est avec plaisir que les Éditions Encre Rouge accueillent ce nouvel auteur qui vient d'être primé aux Poésiades de Moulins, lors du 17e Prix de France et de la Francophonie 2019, réalisé par les Poètes et Artistes du Bourbonnais.
    Cet ouvrage philosophique, primé aux Poésiades de Moulins, présente les pensées du philosophe et nous appelle à réfléchir et à nous repositionner face à ces thèmes répandus.
    EXTRAIT
    Je lisais ce matin quelques pages excellentes d'un soufi iranien sur les différentes résurrections (selon l'échelle de Jacob), ainsi que sur la racine de la suite prophétique, en fonction des niveaux subtils de l'être humain. J'associe volontiers Jésus au Coeur mystique, en tant qu'il est analogué au Coeur du Divin (son auto-connaissance).
    Tout cela m'a inspiré la considération suivante : que si les cultures traditionnelles considèrent la plupart des hommes comme du bétail humain (pasu en sanskrit), ce n'est pas de façon injurieuse, mais parce que la plus grande partie de l'humanité présente la forme humaine sans en manifester l'essence (les « démons à visage d'hommes », selon A. C. Emmerich* (forces natives non « rectifiées »). La gangue psychosomatique étouffe le Vivant interne ; toutes les civilisations se sont constituées sur la libération du Vivant en l'âme (donnant « l'homme libre » des Anciens, à l'origine des lignées aristocratiques). Aujourd'hui, nos contemporains peuvent connaître une certaine « humanisation » par l'expérience de la foi, qui esquisse une résurrection à l'archétype humain éternellement pensé en Dieu (par « l'art éternel de Dieu », dixit Maître Eckhart*).
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Philippe Heurcelance, qui a l'âme naturellement portée vers la poésie, à laquelle il accorde un statut cognitif privilégié, a eu le goût de faire quelques études de philosophie qui l'ont mené à une interrogation continue du mystère de l'existence.

  • Un drame familial fait écho aux souvenirs personnels de Louis, policier et veuf depuis ses 25 ans, qui débute alors sa descente aux Enfers.
    Lame, dame, flamme, pierre écrite et couleur drame. Une comptine infernale hante l'esprit de l'Inspecteur Horff. Il doit rédiger un putain de rapport sur l'horreur qu'il a endurée, ce mercredi 28 février 2007.
    Ce jour-là, en fin d'après-midi, dans une petite ville du Brabant wallon, il a découvert, au rez-de-chaussée d'une maison bourgeoise, une femme ensanglantée mais vivante, un couteau planté dans la poitrine. Aux étages, gisaient cinq petits corps. Une heure auparavant, cette mère de famille avait tranché la gorge de ses propres enfants.
    C'est ainsi que débute ce roman baroque qui se décline en six parties. Chacune est dédiée à une figure de la mythologie afin de mieux explorer l'infinie complexité qui unit l'amour et la mort dans l'imaginaire collectif.
    Eclairés par des figures mythologiques, des destins dramatiques s'entrecroisent dans ce roman baroque, mêlant réalité, fiction et errances d'âmes en peine.
    EXTRAIT
    Avec le recul, je pense bien savoir à quelle forme ressemble le meuble singulier. C'est le couvercle d'un cercueil, brisé en quatre, qui jonche le parquet.
    Un vertige me saisit, je me lève brusquement et titube un peu. Une ivresse sans alcool m'agrippe, sans plaisir ni folie mais avec les nausées. Le plafond, la lumière crue tournoient, le sol se dérobe.
    Pourquoi dois-je vivre à répétition les mêmes abominations ? La relation objective des événements me coince les émotions au fond de la gorge, j'ai envie de les vomir.
    Il règne un silence étrange, dense, seulement troublé par le bruissement du ventilateur de l'ordinateur.
    Je devrais appeler le planton mais ne m'y résous pas. L'orgueil... Je ferme plutôt les yeux pour prendre la fuite, me réfugier dans le doux cocon des songes.
    L'odeur d'Aurore me gagne les narines, la fragrance de ses cheveux, de sa peau, son parfum.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Enseignant et syndicaliste, Yves Herlemont est né au milieu du siècle dernier à La Louvière (Belgique). Admis à la retraite, il consacre une partie de son temps à l'écriture. S'inspirant de faits divers spectaculaires, sa structure narrative s'apparente au courant littéraire du réalisme magique, façon Jean Ray, son compatriote. Par ce procédé, c'est la condition humaine qu'il interroge. Lame Dame Flamme est son deuxième roman.

  • Violencia

    Patrice Hainaut

    A la mort mystérieuse de son frère, Marc Temples s'embarque pour le Zaïre, en quête d'informations et de justice. Il ne se doute pas des complots et des intrigues sanglantes qui l'entraineront dans une violence qui le dépasse.
    La Violencia est un conflit sanglant qui fit rage en Colombie dans les années cinquante mettant aux prises, pour le contrôle du pays, les deux partis traditionnels - les conservateurs et les libéraux. Ce conflit fera plus de 300 000 morts.
    Dans les années 80, avec la montée en puissance des cartels de la drogue, une nouvelle période sanglante endeuilla le pays, déstabilisant en profondeur tous les rouages de la société colombienne.
    Dans ce contexte d'extrême cruauté, Marc Temples, un ingénieur sans histoire, est entraîné, à son corps défendant, dans un engrenage de violence en se retrouvant rapidement au coeur d'une lutte d'influence qui le dépasse totalement.
    Des mines de diamants du Zaïre aux faubourgs de Bogota, ce roman promet une course contre la montre haletante et des rebondissements à n'en plus finir.
    EXTRAIT
    La Mercedes se transforma en une boule de lumière aveuglante. Le bruit sembla arriver bien après, comme surpris lui-même par la rapidité de l'explosion.
    Betsy Jordans devait déclarer que les quelques secondes précédant la déflagration s'étaient passées dans un silence complet.
    - J'ai eu ensuite l'impression, ajoute-t-elle, de voir la voiture enfler, enfler comme sous la pression d'une boule de feu. Et puis ce bruit assourdissant qui nous a transpercé les tympans. Ce n'est qu'après que les débris nous sont tombés sur la tête.
    Le vieil Ed, Jack Ward et Minie Hawkings furent légèrement blessés par les retombées. Madame Howards dut être transportée, en état de choc, à l'hôpital le plus proche.La Mercedes blanche, désarticulée, fut immédiatement la proie des flammes.
    L'explosion arracha de la voiture des fragments de verre et de fer qui se muèrent en autant d'armes meurtrières. Les gardes du corps ne purent amorcer le moindre geste de défense qu'ils s'affaissaient sur le bitume souple et chaud du parking.
    Ils se vidèrent totalement de leur sang avant même l'arrivée des premiers secours.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrice Hainaut est originaire de Malmédy, dans les Ardennes belges. Ingénieur de formation, il a longtemps arpenté l'Afrique noire avant de poser ses valises en Haute-Savoie, en bordure du lac d'Annecy où il consacre une part de ses loisirs à l'écriture. Violencia est son second roman.

  • Mercredi

    Florence Marco

    Une jeune femme, en quête du bonheur, met une pause dans sa vie pour prendre le temps de se découvrir et de se connaitre.
    Je m'appelle Mercredi, j'ai trente-sept ans et je me demande pardon !
    Ce livre témoigne du parcours initiatique d'une jeune femme en quête de sérénité qui décide de partir enfin à sa rencontre.
    Plus qu'un récit de vie, une autobiothérapie parsemée d'humour.
    Une promenade thérapeutique vivifiante.
    Une démarche positive pour ne plus subir les choses mais les vivre pleinement.
    Un antidote à la morosité.
    Un bras d'honneur au pessimisme.
    Au bout du chemin, le bonheur.
    Là-bas, loin des miens, au rythme des ukulele, j'ai grandi. Un grand voyage qui m'a finalement ramenée vers plus de moi-même.
    Florence Marco nous livre un roman émouvant et poétique qui nous invite à nous recueillir sur nous-mêmes et à s'interroger sur notre identité.
    EXTRAIT
    Mercredi, cette petite fille timide, introvertie qui se cache derrière ses longs cheveux, qui garde tout pour elle et qui pleure discrètement, est en train de se construire bien plus qu'une carapace, une forteresse.
    Elle a des ressources insoupçonnées, son instinct de survie est énorme. Elle est volontaire et courageuse.
    C'est une grande rêveuse, une incorrigible sentimentale qui met noir sur blanc, à l'abri des regards indiscrets, tout ce qu'elle ressent sans crainte d'être jugée. Elle aime écrire. Elle a trouvé un fabuleux exutoire qui l'aide à avancer le plus dignement possible vers l'avenir, son avenir. Étonnamment, c'est quand elle a commencé à écrire qu'elle a cessé de faire pipi au lit... Elle avait déjà douze ans.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Florence Marco voit le jour un beau matin de juin à Albi dans le Tarn en 1969 et grandit discrètement dans la cité millénaire de Gaillac connue, notamment, pour la diversité et la qualité de son vignoble.
    Après deux années de psychologie, Florence reprend le chemin de l'école à 27 ans pour obtenir en 2000 son « dilpôme » (écrit tel quel sur le dit document) d'assistante de service social. Elle exercera cinq ans en Institut Médico-Educatif puis dans un Centre Médico-Psychologique. En 2005, oscillant entre excitation et angoisse, elle s'envole pour la Polynésie Française où l'occasion lui est donnée de se confronter à la précarité locale, à ses moeurs, à sa fracture sociale. Une mission qui la conforte dans l'idée de mettre sa carrière en suspens. Le temps d'une mise au point.

empty