Acropole (réédition numérique FeniXX)

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Passer dix ans de sa vie à chercher un premier emploi, voilà une performance. Mais est-ce vraiment un travail, au sens social du terme, que recherche le héros de ce livre ? Au moment où nous faisons sa connaissance, il n'a plus un sou, et toujours pas de situation en vue... Il rencontre alors, dans un train, une dame d'un certain âge. Il acceptera de devenir son « jeune homme de compagnie », tâche qui lui laissera suffisamment de temps libre pour pouvoir continuer sa quête... Patrick Souchon manie, avec ironie et humour, l'art du dérapage subtil.

  • Henry Dauberville livre ici un demi-siècle d'amitié déchirée par la guerre et l'Occupation, avec un homme à la personnalité hors du commun : Sacha Guitry. En suivant le parfait déroulement chronologique de la vie, de l'oeuvre théâtrale, de la carrière de comédien, et des amours de ce personnage d'une inépuisable richesse, on voit se dégager les traits d'un homme qui mania le paradoxe toute sa vie et, peut-on dire, par-delà la mort. Portrait cruel et tendre, qui est aussi celui de toute une époque. Avec Sacha Guitry, ses foucades, ses mots d'esprit, ses humeurs, ses caprices, ses grandeurs et ses faiblesses, on rencontre Tristan Bernard, Renoir, Mallarmé, Vuillard, Sarah Bernhardt, Monet, Feydeau, Reynaldo Hahn, Pierre Fresnay, Raimu, Fernandel, et tant d'autres que l'on finit par avoir l'impression de connaître, au fil des pages, dans leur décor et dans leur temps, proche et pourtant révolu. On apprend mille détails précieux et inconnus sur le monde artistique des Années folles et de l'après-guerre. On rit, on est ému d'aimer ou de juger. Mais ce qui l'emporte, c'est la restitution moirée de tout un monde, parmi les plus brillants qui aient jamais été dans la vie artistique française.

  • Le temps des uns vaut plus que celui des autres. Certains sont toujours à l'heure : ils ne courent pas après les trains, ils ne se laissent jamais piéger dans les embouteillages, ils semblent planer au-dessus des tracas quotidiens. Les autres n'ont vraiment pas de chance : il n'y a pas de taxi quand ils en ont besoin ; ils se rongent le sang dans la mauvaise file de l'autoroute ; les portillons du métro se referment juste devant eux ; quand ils répondent à une annonce, la place vient d'être prise ou l'appartement vient d'être loué. Si vous êtes de ces tyrannisés du sort, cet ouvrage - premier pas décisif vers une coexistence plus pacifique avec votre montre-bracelet - va vous apprendre comment être plus bref et tout aussi efficace au téléphone ; comment vous débarrasser des courtiers, démarcheurs et autres casse-pieds ; comment savoir dire non pour échapper aux corvées ; comment apprendre à perdre du temps pour en gagner. Au-delà des précieux quarts d'heure « économisés » grâce à ces 200 astuces, Luc Raviv invite le lecteur à s'interroger sur le meilleur usage des minutes - qui se compteront bientôt en jours et en semaines - ainsi gagnées. Une réflexion sur un nouvel art de vivre et d'être heureux.

  • Trois femmes. Trois vies. Trois soeurs que le destin va réunir une dernière fois. Lenny, la recluse, obsédée par le suicide de sa mère, et qui désespère de trouver un mari. Babe, la fougueuse, en prison pour avoir tenté de tuer le sien, un sénateur craint et influent. Meg, l'énergique, qui vivote à Hollywood, travaillant le jour dans une usine de produits alimentaires, chantant la nuit dans des cabarets minables. La chronique douce amère d'une petite ville du Mississipi. Un livre coup de coeur, quelque part entre Woody Allen et Tchekhov. Crimes du coeur est tiré de la pièce et du scénario de Beth Henley (Prix Pulitzer). Traduit de l'américain par Marianne Véron.

  • Une femme de la haute société espagnole, souhaitant un enfant « sans père », s'assure les services d'un « géniteur d'occasion », et met au monde une créature étrange. La fillette va vivre une destinée prodigieuse. À onze ans, elle parle couramment plusieurs langues, et ses connaissances suscitent l'admiration de tous. Einstein est fasciné, Freud souhaite rencontrer ce « cas éblouissant », H.G. Wells et Havelock Ellis (le père de l'eugénisme) voudraient l'attirer à Londres pour travailler avec elle. À quinze ans, elle a déjà acquis une célébrité qui dépasse les frontières de son pays. Un an plus tard, celle que l'opinion publique a surnommée « la Vierge rouge », est assassinée par sa mère de six balles de revolver... D'un côté, donc, une bien curieuse « mère célibataire », sorte de Jeanne d'Arc délirante, de Marie Curie surréaliste, de Sarah Bernhardt chaplinesque, d'Héloïse perverse. De l'autre, une « vraie poupée en chair et en os », considérée comme la « pionnière de la révolution sexuelle en Espagne », qui avait choisi le chemin de la liberté : « Toi, tu courras dans le soleil, et moi je marcherai sous la terre ».

  • Août 1976, Frank, seize ans, est rapatrié d'urgence de Berlin où il passe ses vacances. Dans la poche de son blouson, une enveloppe contient le terrible message rédigé par un médecin, trois mots qui équivalent d'ordinaire à une condamnation. Face à l'irrémédiable, Frank décide de lutter de toutes ses forces. Ce livre, rédigé par celle qui a suivi - au jour le jour - le combat de son fils contre la maladie, est le récit d'un formidable défi, celui d'un adolescent qui dit non à la fatalité. Bouleversant message d'amour d'une mère à son fils, Frank, un hymne à la vie est aussi une leçon d'espérance, de courage et de dignité.

  • La huitième section du Parquet de Paris, véritable SAMU judiciaire, fonctionne 24 heures sur 24, et « travaille à chaud » sur tout ce qui touche à la grande criminalité, aux petite et moyenne délinquances et, récemment encore, au terrorisme. Son chef en a été Laurent Davenas - premier substitut du procureur de la République - de janvier 1983 à février 1988. Observateur privilégié, Laurent Davenas a suivi, depuis dix ans, les grandes affaires qui ont secoué la capitale : attentats de la rue des Rosiers et de la rue de Rennes, affaires Empain et Cardon, morts de Dalida et de Romy Schneider, assassinats des « vieilles dames »... Méconnu du grand public, le rôle de celui qui n'est le héros d'aucune série télévisée, d'aucun roman policier, est pourtant essentiel au fonctionnement de la justice : le procureur de la République dirige l'enquête et décide de la poursuite, ou non, du délinquant devant les tribunaux. Ce livre corrosif retrace, sans complaisance, le combat quotidien d'un tel magistrat. « J'ai exercé la répression, écrit Laurent Davenas, en m'efforçant d'accorder le droit et la raison. J'ai tenté de faire en sorte que le droit du plus sage, l'emporte sur celui du plus fort. J'ai conscience que tout décor a son envers et que, pour certains, je n'ai sans doute pas relevé assez haut ma robe. Je n'ai pas l'âme d'un défroqué ; j'ai simplement voulu témoigner, en mon âme et conscience, après dix-sept ans au service de la justice... »

  • 22 janvier 1915 : dans l'église de la petite commune de Neuvy-sur-Loire, en Bourgogne, on baptise un bébé de sexe féminin âgé de huit jours. Elle s'appelle Violette. Ses parents, Germaine et Baptiste Nozière, sont comblés par l'arrivée de cette enfant. Elle restera leur fille unique, qu'ils chériront jusqu'à la fin. Mais on assiste, au fil des pages, à la lente dégradation de la moralité et de l'état d'esprit d'une enfant, puis d'une adolescente, qui ne supporte plus le décalage entre son milieu familial modeste, et la vie insouciante de la jeunesse dorée qu'elle retrouve au Quartier latin. Voleuse, menteuse, mythomane, libertine, calculatrice, Violette va mener ses parents par le bout du nez jusqu'à la mort, le 21 août 1933. Suivent son arrestation, le procès, la condamnation à mort, la grâce du président de la République, la réduction de sa peine aux travaux forcés à perpétuité, la reconstruction de sa vie, sa réhabilitation et ses dernières années, pendant lesquelles elle devra lutter contre la maladie.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Arrabal est, parmi les auteurs dramatiques d'aujourd'hui, celui dont les oeuvres sont le plus souvent représentées. Cependant, comme le remarque The New York Times à son propos : « Le roman n'est pas un prolongement, mais une explosion de son théâtre ». La fille de King Kong est une orpheline qui, n'ayant connu ni père ni mère, peut à son gré, au cours des vagabondages de son imagination, s'attribuer une illustre ou mythique naissance. Qu'elle végète à l'hospice, dépérisse dans une maison close, côtoie le vice, commette deux meurtres, ou se trouve mêlée aux péripéties multiples du tournage d'un film, sa fantaisie lui permet de s'évader toujours, et de rejoindre celui dont elle a fait son héros, son compagnon d'infortune et de rêverie : Miguel de Cervantès.

  • Fin 1933, la France est en ébullition. Elle connaît les premiers signes de la crise économique et sociale qui touche le monde depuis 1929. L'inquiétude gagne le pays. La presse se déchaîne : on stigmatise les relations entre les milieux politiques et financiers. Les années folles ont donné le tournis aux ambitieux qui espèrent faire fortune rapidement en se jouant de la loi. Alexandre Stavisky est l'un d'eux. À quarante-six ans, il imagine la « grande arnaque ». Il émet des faux bons de caisse au nom d'une petite banque, le Crédit municipal de Bayonne. En décembre, le scandale éclate, les porteurs de bons de caisse sont floués. Cette escroquerie devient une affaire nationale quand la police retrouve le corps inanimé de Stavisky dans un chalet de Chamonix le 9 janvier 1934. Un mois plus tard, Paris est au bord du gouffre : l'émeute du 6 février 1934 manque de renverser le gouvernement. Jamais une affaire d'escroquerie n'avait eu un prolongement politique de cette nature.

  • Depuis 25 ans, Jacques Rouland réalise la plus espiègle et la plus inattendue des émissions de télévision. Il raconte ici, tels que les téléspectateurs les ont vécus, les meilleurs moments de « La Caméra cachée ». De « L'auto-école transformée en teinturerie » au « Quatorzième à table », du « Billet de 10 F vendu à moitié prix » à « L'autobus en folie », la force comique des sketches ne perd rien à l'écrit, bien au contraire. Le livre évoque tous ceux qui, de Jacques Legras au clown Pop, ont fait le succès de l'émission. Y figurent en outre anecdotes de tournage, scènes censurées ainsi que quelques-unes des réactions les plus étonnantes de l'homme de la rue filmé à son insu.

  • Tous les hommes et femmes politiques ont consulté, consultent ou consulteront un jour un astrologue. Et chacun prête attention, plus qu'il ne veut l'avouer, au signe sous lequel il est né... Mais à la veille du IIIe millénaire, doit-on encore se fier à un zodiaque... sumérien ? Si le PCF, le PS, le CDS, l'UDF, le RPR et tous les autres ne savent plus sous quelle étoile placer leurs urnes, c'est que le P.A.F. - lire Paysage Astrologique Français - a changé. Il devenait urgent de rénover le zodiaque. C'est chose faite avec Des astres en politique. Ce premier - et unique - manuel d'astrologie électorale vous permettra enfin de savoir si vous êtes plutôt baleine (type Georges Marchais), serpent (type François Mitterrand), caméléon (type V.G.E.), etc. Un manuel à surprises !

  • Le look est mort : vive l'allure. L'élégance a détrôné la mode. Les couturiers redessinent les silhouettes, la féminité reprend ses droits. Finie la tyrannie du prêt-à-porter : la femme redevient maîtresse de son style. Avec le choix, l'embarras ne tarde pas à montrer le bout de son nez. Ce guide pratique et insolent est fait pour celles qui souffrent quotidiennement devant leur placard. Quand les jours raccourcissent et les jupes rallongent, quand tante Agathe donne une réception, quand les kilos en trop sont allergiques aux rayures... s'habiller devient un véritable casse-tête. Des solutions existent, il suffisait de les trouver. 100 pages de conseils, un test et un carnet d'adresses mettent fin à vos hésitations. 38 couturiers-créateurs déchirent à belles dents la femme de mauvais goût. 16 hommes célèbres vous révèlent les armes pour plaire et séduire. 12 femmes connues vous confient leurs secrets de beauté. Un livre cousu main pour ne plus trépigner devant sa garde-robe.

  • Tromper, ce n'est pas bien ; tromper maladroitement, c'est pire. Ce petit guide pratique répond aux trois questions fondamentales que se pose tout individu amoureux de son conjoint : où, quand, comment le tromper sans lui faire de peine. Il contient des recettes d'infidélité éprouvées, la liste des pièges les plus redoutables (et leurs parades), un choix d'exercices permettant à chacun de sortir à son avantage des situations les plus délicates. Ce manuel de l'infidélité BCBG est, on l'a deviné, un livre d'amour, un pur chant de passion, quelque chose d'aussi beau et d'aussi émouvant (mais plus utile !) que Le Cantique des Cantiques ou La légende de Tristan et Iseult.

  • Ils ont dit : - La France était une fleur coupée : nous l'avons replantée ! Jacques Attali - Dans le plan de rigueur, il y a trop de mou dans ce qui est dur et trop de dur dans ce qui est mou. Jean-Pierre Chevènement - Monsieur Fabius est au Premier ministre ce que le Canada Dry est à l'alcool. Charles Pasqua - Les membres de la Haute Autorité de l'audiovisuel n'ont pas été choisis parmi les hommes politiques, mais parmi les honnêtes gens. Louis Mermaz - Nous autres, communistes, nous avons une position claire, nous n'avons jamais changé, nous ne changerons jamais : nous sommes pour le changement ! Georges Marchais - Rocard est éternel : il ne s'use que si l'on s'en sert et, comme on ne s'en sert pas, eh bien, il ne s'use pas. François Léotard - Je n'ai aucune intention - cela doit être bien clair - d'assumer les fonctions de Premier ministre de M. Mitterrand et je n'ai aucune vocation à le faire. Jacques Chirac

  • On peut se faire inviter partout. Une fois. Pour espérer recevoir un second carton d'invitation, deux solutions : se conduire avec une parfaite distinction... ou être un raconteur d'histoires impénitent. Qui ne rêve de devenir le pôle d'attraction des dîners et banquets ? De faire rire ses amis et relations d'affaires ? Ces 200 histoires drôles n'ont d'autre but que de vous y aider. Mais, attention, on ne raconte pas de la même façon à Neuilly, à l'Élysée, à Saint-Germain-des-Prés ou sur la Canebière, après un match de rugby ou à un congrès d'embaumeurs. Neuf chapitres regroupent, en les commentant, les histoires à privilégier - ou à proscrire - selon le contexte. À l'attention des manieurs de fourchette avisés et des gourmands d'histoires juives, pieds-noirs, belges, gauloises ou grinçantes, voici le premier manuel d'histoires drôles pour qu'on s'amuse enfin dans les dîners en ville.

  • Antoine est fasciné par les fastes de l'Orient que lui laisse miroiter la belle Cléopâtre, souveraine d'Égypte, qui règne sur les plus fertiles du bassin méditerranéen. Leur rencontre diplomatique se transforme en une passion amoureuse qui déterminera le destin du monde. Antoine, lieutenant de César, adulé par ses légionnaires, rêve d'une vie incomparable et du pouvoir suprême. Cléopâtre, consciente de la supériorité de la civilisation qu'elle incarne, veut résister aux ambitions romaines. Après avoir partagé la vie et la couche de Jules César, Cléopâtre sait que seule une alliance avec Rome peut sauver son pays. Antoine est prêt à y souscrire. Mais son rival Octave ne veut rien savoir de Cléopâtre, qui a mis au monde un fils, fruit des oeuvres de César, Césarion, un concurrent potentiel. La guerre est inévitable entre les deux Romains : elle a pour enjeu Alexandrie et sa reine. L'amour côtoie la politique. La liaison entre Antoine et Cléopâtre s'achève en drame : une vraie tragédie de l'amour.

  • Willy et son épouse forment un couple qui anime le Paris de la Belle Époque. Leurs amis sont Alfred Jarry, Paul Verlaine... Cette union est déterminante dans l'évolution de la plus grande romancière française du XXe siècle, qui, à sa mort, sera célébrée comme une gloire nationale. Véritable Pygmalion, Willy guide les premiers crissements de plume sur les cahiers d'où surgit le personnage de Claudine. Le succès est immédiat. Une grande complicité intellectuelle les unit jusqu'à ce que les méandres de l'amour les sépare en 1907. Cette liaison a permis à Henry de redonner un sens à sa vie, après un deuil cruel, et à Colette de s'initier à l'amour. Ce sont les plus belles années de Colette : un écrivain de talent et une femme libre en sortiront. Bernard Lehembre est historien et écrivain

  • Octobre 1917. Mata Hari, qui avait ébloui les scènes des plus grandes salles de spectacle d'Europe avec ses danses balinaises, n'est plus qu'un corps sans vie. Elle avait voulu faire sa place auprès des grands de ce monde et passe à la postérité sous les traits d'une traîtresse. Pour espionnage et intelligence avec l'ennemi, la justice militaire française a, en quelques minutes, scellé son sort : la mort. Comment la belle Hollandaise en est-elle arrivée là ? En cette même année, la population est lasse de la guerre : dans les tranchées, un rien pourrait déclencher la révolte et, à l'arrière, la faim et les deuils minent le moral du peuple. Le gouvernement cherche des boucs émissaires. Si la victoire tarde, c'est que des traîtres sont à l'oeuvre : les pacifistes et les espions. Et si l'espion était une femme, une étrangère, à la vie légère. Margaretha est la coupable idéale. D'autant que l'ancienne rivale d'Isadora Duncan est une mythomane fantasque. Victime de ses contradictions, elle est sacrifiée au nom de la raison d'État.

  • Kim Philby a succombé, à l'université de Cambridge, aux charmes d'une maîtresse fort prenante : la révolution mondiale. Au début des années trente, la lutte entre le fascisme et le communisme s'intensifie. Philby découvre en Autriche les vertus du mouvement ouvrier et du communisme, et prend en horreur la propagande nazie. Recruté par les services soviétiques du NKVD, Philby accepte les missions les plus dangereuses : infiltrer l'ennemi où qu'il soit, en Angleterre, dans les rangs des pro-nazis, en Espagne, dans l'entourage de Franco... Puis il entre dans les services secrets britanniques. Il y tisse des liens étroits avec d'autres espions prosoviétiques, Maclean, Burgess et Blunt. De 1941 à 1963, Philby se joue de toutes les suspicions. En 1963, relégué à Beyrouth, il avoue avoir été espion au profit de l'Union soviétique. Il meurt en 1988 et est enterré dans le carré des généraux du KGB, dans un cimetière de Moscou. Une carrière extraordinaire dans les hautes sphères du contre-espionnage.

  • De Ronsard à Cavanna, en passant par Rousseau, Chateaubriand, Baudelaire et Proust, les plus beaux textes consacrés à l'amour maternel.

empty