Casa de Velázquez

  • Miracles d un autre genre Nouv.

    Que devient le miracle, motif traditionnellement associé au récit hagiographique, dès lors qu'il est transposé dans d'autres « genres » plus ou moins éloignés du contexte religieux initial ? Ce volume, portant sur les domaines français et espagnol, explore permanences et transformations du miracle sur une large période, en envisageant un vaste échantillon de nouveaux contextes : littérature juridique, historiographie, exempla, poèmes, textes fictionnels... On pourra ainsi suivre le cheminement de tel miracle célèbre, mais aussi retrouver les échos des mutations intellectuelles qui ont affecté la conception de ce phénomène. L'approche ici proposée est délibérément de nature poétique : ce que mettent en lumière ces aventures du miracle, ce sont les processus d'adaptation et de transfert qui sont au coeur des pratiques d'écriture médiévales et relativisent nos représentations modernes de la séparation entre profane et sacré.

  • Economie politique et la sphere publique dansle debat des lumieres Nouv.

    Tout au long du xviiie siècle, les Lumières européennes connurent un essor social, politique et culturel de première importance d'où émergea la sphère publique. Avec de plus en plus de liberté et d'autonomie par rapport au pouvoir politique, des notions telles que « public » ou « opinion publique » contribuèrent de manière décisive à la transformation des structures socioéconomiques et politiques de l'Ancien Régime. Cet ouvrage propose ainsi d'analyser le rôle que joua cette nouvelle science qu'est l'économie politique dans la création et le développement de la sphère publique. C'est en effet l'économie politique qui fut le domaine privilégié et la voie de diffusion des idées politiques et sociales les plus novatrices d'une période qui, aujourd'hui encore, est considérée comme ayant modelé les fondements de la société moderne.

  • Trouver sa place ; individus et communautés dans l'Europe moderne Nouv.

    Alors que le discours public analyse de plus en plus les réalités sociales au prisme des « communautés », cette notion fait aujourd'hui pour l'historien, l'objet d'un renouveau. Cet ouvrage traite des communautés qui constituent le tissu social de l'Europe moderne. Plus spécifiquement, il s'intéresse à la question des rapports que celles-ci entretiennent avec les personnes qui les composent ou aspirent à les rejoindre. Il définit cet objet en tant qu'espace d'interaction sociale qui met en jeu individus et ressources, matérielles ou immatérielles, afin de saisir les processus par lesquels chacun s'y incorpore.

  • Relations esthetiques entre ironie et humour en espagne Nouv.

    L'ironie et l'humour, ces frères ennemis si familiers mais si insaisissables, sont depuis trop longtemps associés à des clichés consacrés par la littérature et par la critique littéraire. Afin de dépasser la taxinomie et le confort intellectuel des étiquettes, il est nécessaire de délier les deux notions de leur immédiateté référentielle ainsi que de leurs implications morales. Partant de l'intuition qu'il existe entre elles une dynamique esthétique, le présent ouvrage analyse leur fonctionnement stylistique. Il étudie la question des relations esthétiques entre l'ironie et l'humour en les envisageant à partir du regard du créateur sur l'oeuvre d'art et sur le langage comme manifestation de sa subjectivité - et en considérant le rôle actif du lecteur.

  • Les ingénieurs militaires espagnols de 1710 à 1803 Nouv.

    Le corps du génie militaire espagnol apparaît comme un élément moteur et comme un modèle de la politique militaire réformiste de la dynastie des Bourbons : moteur du redressement militaire et économique du pays, et modèle d'une armée nouvelle par son recrutement fondé sur la compétence scientifique et technique. La polyvalence de ce corps en fait un instrument indispensable à la politique de défense de l'État, mais aussi à la centralisation monarchique et au despotisme éclairé. Malgré une certaine constance du recrutement d'étrangers, les critères d'hispanité, de noblesse et de formation choisis par le pouvoir affirment la volonté de constituer un corps national d'élite scientifique militaire. Les multiples interventions demandées aux ingénieurs en font des propagateurs d'une architecture militaire et civile néo-classique, des diffuseurs du savoir scientifique et des créateurs de la notion de territoire national.

  • À la fin du xixe et au début du xxe siècle, les principaux conflits qui agitent la société espagnole se donnent en représentation sur les scènes des deux grandes capitales, Madrid et Barcelone. La rivalité économique et politique entre les deux villes se voit ainsi redoublée d'une compétition culturelle. En retraçant l'histoire de ces conflits symboliques, cet ouvrage offre un éclairage singulier sur l'Espagne de la Restauration. Émancipé de sa tutelle politique, le théâtre se libéralise et devient plus populaire, donnant voix aux aspirations démocratiques tout en s'ouvrant au marché culturel international. Tandis que s'opposent dans le reste de l'Europe les avant-gardes et l'industrie culturelle, la bipolarisation espagnole met cette tension en spectacle.

  • La valeur esthétique et éthique reconnue au trait d'esprit dans l'Espagne du Siècle d'or modifia en profondeur les formes de la facétie littéraire ainsi que son statut artistique. Poésie savante et souvent érudite, poésie où l'on rencontre les personnages les plus ridicules mais aussi les héros de la mythologie, poésie où la facétie paraît parfois le disputer à la réflexion contenue, le burlesque doit surprendre un lecteur invité à relever le défi interprétatif lancé par le poète. Les mille détours empruntés pour formuler le bon mot sont autant d'énigmes offertes à la sagacité du lecteur et à sa complicité. Laisser entendre sans tout à fait dire, laisser entrevoir sans montrer directement, surprendre par l'obscénité du trait ou sa profondeur constituent autant d'objectifs assignés aux poètes burlesques du xviie siècle. Il existe dans leurs oeuvres un ensemble cohérent de procédés qui constituent une véritable poétique, que cet ouvrage entreprend d'établir et d'interpréter.

  • La fabrique de l'écrivain retrace la formation littéraire de Ramón Gómez de la Serna, auteur réputé inclassable précisément parce que les origines de son oeuvre sont méconnues. Contrairement à l'idée reçue selon laquelle Ramón serait devenu écrivain par génération spontanée, cet ouvrage s'intéresse à la façon dont il devint le centre d'un réseau, à l'enjeu des rencontres qui l'amenèrent à occuper cette position, aux admirations et aux modèles qu'il n'a pas toujours reconnus, préférant diffuser de lui une image unique de créateur visionnaire et précurseur des avant-gardes en Espagne. La formule du succès ramonien, la greguería, naît dans le cadre des années dix, une décennie longtemps plongée dans l'oubli historiographique, qui est pourtant un creuset où les héritages du siècle passé se décantent et où naissent de nouvelles formes littéraires. La prose ramonienne s'inscrit dans cette modernité lato sensu, offrant à un public de plus en plus large son écriture singulière.

  • Loi du lucre

    Denjean C

    En 1297, la chancellerie du roi Jacques II d'Aragon enquête contre les usuriers. L'influence papale, la clameur populaire, le développement de l'administration judiciaire favorisent des procédures qui corrigent les taux d'intérêts immodérés. Témoins et accusés narrent les petits faits omis dans les autres sources, et décrivent des pratiques créditrices avec lesquelles tous jouent sans complexe, jusqu'à la faillite. Parce qu'il naît d'une crise de la confiance, le procès démontre combien les qualités humaines sont une valeur primordiale sur les marchés. Les hommes d'affaires, plus souvent chrétiens que juifs, doivent respecter une norme qui place l'équité au coeur de la cité. Cette étude d'histoire économique ouvre la voie à une histoire des juifs « désenclavée » et réhabilite l'usure. Alors que balbutie le stéréotype qui transforme le juif en usurier, les prêteurs issus de la communauté hébraïque se révèlent dignes de foi et membres du corps politique.

  • Durant la minorité de Charles II, des polémiques opposent Juan José de Austria, fils naturel de Philippe IV, aux favoris successifs de la reine-mère qui exerce la régence. Au terme de guerres de plumes, ce prince obtient l'exil des favoris et devient Premier ministre. Sa trajectoire originale met en évidence des pratiques politiques qui, en misant sur la force de l'écrit, permettent de résister aux autorités - sans désobéir ouvertement - et de gravir les marches du pouvoir. Ainsi ces guerres de plumes ont-elles bouleversé les cultures politiques, modifié les pratiques de gouvernement et contribué, peut-être, à l'avènement d'une opinion publique.

  • En 1763, l'Espagne n'est plus en mesure de défendre seule La Havane. Désireuse de développer une économie coloniale, elle négocie une réforme politique et économique avec les élites locales. Ces élites, encouragées à participer activement et financièrement à la défense de l'Île, reçoivent en contrepartie certains avantages, notamment pour favoriser la production du sucre de canne. La monarchie suscite une compétition pour l'obtention de titres de Castille et gagne ainsi la fidélité d'une quarantaine de familles. Rapidement, ces familles de planteurs enrichis, qui forment la saccharocratie, deviennent de formidables alliées de la Couronne espagnole et s'avèrent, à Cuba, des partenaires incontournables. Dans les années 1820, bien que ces aristocrates soient de plus en plus fragilisés par leur endogamie et par la concurrence des commerçants, ils seront un frein à l'évolution de Cuba vers l'indépendance.

  • Le terme « Berbère », qui désigne la population du Maghreb au moment de la conquête islamique, renvoie à l'idée du caractère autochtone de cette dernière. Cette altérité coexiste cependant dans les textes avec la revendication du caractère oriental des Berbères, à travers l'élaboration de généalogies fictives des tribus, qui présente le Maghreb comme orientalisé avant même la conquête. Mais cette construction s'est accompagnée, très vite, d'un discours des auteurs maghrébins qui revendiquait la place originale et éminente des Berbères face aux Orientaux dans le plan divin, par une inversion assumée des polarités de l'Islam et des hiérarchies des peuples musulmans. Les études réunies dans ce volume analysent cette tension permanente dans le discours, entre la revendication d'une origine orientale et celle d'un rôle éminent des populations musulmanes du Maghreb dans le destin de l'Islam.

  • L'histoire de l'intendance hispano-américaine ne peut se faire sans l'histoire des hommes qui la gouvernent. Au-delà des données biographiques classiques, cet ouvrage se penche sur leur environnement familial, social et professionnel. Son originalité réside dans la composition du groupe étudié. Il recense l'ensemble des intendants de la vice-royauté de la Nouvelle-Espagne entre 1764 et 1821 quel que soit leur mode de nomination, qu'ils soient entrés ou non en charge. Il est le seul à étudier les intendants de cette aire géographique dans toute son intégralité territoriale (Nouvelle-Espagne, Guatemala, Louisiane, Cuba, Porto Rico, Philippines).

  • Los estudios que han visibilizado la esclavitud y el cautiverio en las sociedades europeas medievales y modernas, así como en sus continuidades atlánticas, son abundantes. Remiten, cada vez más, a las transformaciones identitarias a las que las personas esclavizadas se vieron abocadas, a la consistencia y riqueza de su bagaje cultural, a su marginalidad, o a su aceptación o resistencia a la cultura dominante. Los préstamos de las ciencias sociales pueden ayudar a renovar las aproximaciones al fenómeno, pero también pueden ser problemáticos. Los trabajos aquí reunidos intentan dar respuesta a este reto, contribuyen al enriquecimiento de las herramientas metodológicas e interpretativas de las fuentes, y potencian -desde la interdisciplinariedad- el debate, la reflexión y el aprovechamiento de la renovación epistemológica que experimentan la antropología y la sociología históricas. Son aportaciones novedosas que, tanto desde la introducción del análisis de nuevas fuentes como desde la relectura de las que tradicionalmente han sido más explotadas, constituyen un avance hacia nuevos estudios de historia social de la esclavitud centrados en el esclavo y en sus redes de relaciones sociales.

  • Au-delà du phénomène de mode dont elle est l'objet, l'histoire culturelle a acquis une légitimité scientifique grâce aux travaux qui en ont démontré la fécondité épistémologique. Ce livre aborde les thèmes traditionnels de l'histoire culturelle : les politiques culturelles, les intellectuels, la lecture et l'édition, l'histoire de l'art, le patrimoine, les médias, les transferts culturels. Il montre comment des champs nouveaux gagnent à être investis par une approche d'histoire culturelle - comme les cultures politiques, le lien entre religion et culture, entre identité nationale et histoire, ou encore les cultures de guerre. Il examine enfin les articulations entre culture nationale et cultures régionales dans leurs modalités française et espagnole, ainsi que la signification de la naissance et de la consolidation de la culture de masse. Au fil de démonstrations, apparaissent des historiographies singulières dont le rapprochement permet une comparaison des situations et pose le socle d'un dialogue entre la France et l'Espagne.

  • El siglo XIX elevó la Guerra de la Independencia al rango de mito fundador de la nación española: el Dos de Mayo, el sitio de Zaragoza, la batalla de Bailén suenan todavía hoy como las hazañas de una gesta patriótica sin parangón. Esta interpretación tiene una historia: la sacralización de las guerras napoleónicas, en tanto que mito liberal, elaborado en los años 1830, conoció numerosos vaivenes, al paso de una historia política sobresaltada. ¿Qué lugar ocupa este mito en la vida política española del siglo XIX? A todas luces, el mito y las memorias de la Guerra de la Independencia, desde 1808 hasta la celebración del centenario, constituyen un verdadero hilo conductor que permite indagar en la arqueología del sentimiento nacional español y sus posteriores vicisitudes.

  • Le Portugal et l'Italie, pays vainqueurs de la première guerre mondiale, sortent du conflit avec des projets d'expansion coloniale qui portent essentiellement sur le continent africain. Les réalités internationales et les rapports de force européens ont vite fait de reléguer ces projets au rang des illusions, contribuant à l'installation des régimes fasciste en Italie et salazariste au Portugal, et permettant à ceux-ci de prospérer sur le terreau des victoires mutilées et des nationalismes frustrés. À travers l'étude des expositions nationales, des participations aux expositions internationales et des foires coloniales de l'entre-deux-guerres, cet ouvrage interroge les modalités de production et de réception d'un phénomène ancré dans le xixe siècle occidental. Il prétend ainsi approfondir les connaissances dans le domaine de l'histoire de la colonisation en réévaluant la place du Portugal et de l'Italie parmi les Empires européens, tout en élargissant l'horizon des exhibition studies, longtemps centrées sur le Nord de l'Europe et des Amériques.

  • Cet ouvrage présente l'analyse formelle et structurelle de la presse culturelle espagnole au cours de son premier siècle d'existence. Il retrace l'évolution que connaît celle-ci de 1737 à 1808 et établit la part d'originalité dont elle fait preuve, à la fois comme pratique sociale et comme genre littéraire. Sont ainsi considérés le rapport de la presse au temps et à l'objet journal : la manière qu'ont les périodiques d'appréhender les événements qui ponctuent le quotidien de leur ville de parution, les caractéristiques graphiques des numéros dont ils sont composés ; son système énonciatif : les voix qui apparaissent au fil des pages, leur mise en relation et la manière dont elles s'affirment ; les modalités d'écriture à travers lesquelles se donnent à voir articles historiques et réflexions morales, journaux critiques et de vulgarisation ; les objectifs que prétendent remplir les journalistes, enfin, et la logique interne qui en découle.

  • Esta obra colectiva se propone explorar varias facetas de la historia de la educación popular en la Europa mediterránea en los siglos XIX y XX, sobre la cual no existe ningún ensayo similar. El lector encontrará a la vez amplias síntesis que cubren el conjunto de la época contemporánea y estudios más concretos relativos entre otros puntos a clases para adultos y obreros, escuelas de formación profesional, Universidades Populares, cine documental y bibliotecas de sociedades populares. Al abordar los territorios y las formas de la educación popular, cabe interrogarse históricamente en torno a los destinatarios de las varias iniciativas de educación popular, o sea las «clases populares» (por su exclusión de las redes escolares), pero también al conjunto de los actores y a las estrategias que les movieron a impulsar tales iniciativas. El estudio del contenido de la formación recibida, sus finalidades explícitas e implícitas (disciplina social, moralización, productivismo o autonomía personal, promoción social) puede ayudarnos a perfilar estos modelos y valorar el crisol de experiencias comunes, dentro de determinados espacios de sociabilidad popular.

  • Ce volume, issu d'une réflexion collective menée par une équipe scientifique principalement franco-espagnole, est consacré à la question des savoirs experts et des techniques de l'expertise en matière économique au Moyen Âge. Les promoteurs ont privilégié deux approches, sociale et institutionnelle d'une part, culturelle et technique de l'autre. Certains personnages sont détenteurs d'un savoir particulier qui les met en situation de pouvoir dire ce que valent les choses. Tous ont une histoire : ils appartiennent à des institutions, ont des expériences professionnelles et des parcours qui construisent et consolident les compétences et les savoir-faire qui fondent leur expertise. Ils laissent des traces écrites, souvent difficiles à retrouver mais entretiennent toutefois avec l'écriture un rapport constant. Les apports de leur enquête doivent en effet être formalisés et ils trouvent leur place dans des textes souvent élaborés. Les experts effectuent un travail technique qui suppose à la fois des gestes et des procédures qui permettent d'estimer et de mesurer ainsi qu'une inscription dans un document qui rende compte et fasse preuve.

  • Auscultant les entourages princiers des deux derniers siècles du Moyen Âge sous l'angle particulier des effectifs qui les composent, cet ouvrage s'attache à explorer la question de la perception numérique que les princes et leurs contemporains avaient du nombre de leurs serviteurs et curiaux. Les études ici réunies réfléchissent aux discours tenus sur l'ampleur des Cours et Hôtels, ainsi qu'aux raisons de l'enrôlement à leur service d'un nombre d'hommes et de femmes plus ou moins conséquent et fluctuant. Ce faisant, elles analysent à la fois les besoins administratifs, politiques, matériels, mais aussi les motivations symboliques ou idéologiques qui déterminent les variations de la taille des entourages princiers, pour mieux questionner l'adaptation de leurs effectifs au principe de réalité comme à l'idéal de gouvernement. À travers le nombre des hommes, ce volume prête donc une attention particulière aux représentations de la grandeur, aux ambitions des princes et à leur positionnement par ce biais les uns par rapport aux autres.

  • Au carrefour entre l'histoire économique et l'histoire culturelle, cet ouvrage propose une réflexion collective sur le besoin d'expertise à l'époque médiévale. Les prises de décision devaient parfois être éclairées par des hommes qui maîtrisaient mieux que d'autres les domaines en cause et étaient, de ce fait, en mesure de trouver des solutions. Cela est particulièrement vrai lorsque des questions techniques ou éthiques étaient soulevées et que des choix devaient être faits à partir de l'argumentation d'un expert. La qualité des produits, les processus de fabrication ou la mesure de leur valeur donnaient lieu à des contrôles pour lesquels il fallait des personnels à la fois compétents et forts d'une notoriété reconnue par les autorités en place : il s'agissait d'éviter ou de réprimer les fraudes, de défendre l'honneur de la ville ou celui du métier et de protéger le bien commun en garantissant le produit. Tout au long de cette époque, ont été développées des pratiques juridiques et techniques reposant sur la reconnaissance des savoirs et des compétences de l'expert, figure particulière désignée par la puissance publique. Ce livre propose une approche originale des problématiques et des questionnements rarement - voire jamais - appliqués au champ de la vie économique au Moyen Âge.

  • Au sortir de la guerre civile catalane de 1462-1472, Barcelone, principale cité de Catalogne et grand port méditerranéen, entre dans une phase de reconstruction. Le roi Ferdinand le Catholique transforme les modalités d'entrée au gouvernement municipal, formalise l'accès à la noblesse et implante dans la ville une nouvelle Inquisition sous contrôle royal. Affecté également, le haut clergé cherche sa place, et les chanoines de la cathédrale en particulier tâchent d'assurer leur implantation au sein des pouvoirs urbains en recomposition. Au croisement de l'histoire canoniale et de l'histoire urbaine, cette étude montre comment, au-delà de leurs attributions religieuses, évêques et chanoines, pleinement intégrés à l'élite dirigeante de la ville, sont amenés à jouer un véritable rôle dans la vie publique d'une cité en pleine mutation.

  • Los lectores contemporáneos intentan asociar un nombre de autor a cada texto, en una concordancia ideal entre la obra y su creador. Sin embargo, son numerosos los casos de autores que se sustraen a la mirada del lector. La autorialidad no constituye necesariamente el atributo de un sujeto; puede estratificarse involucrando a otros actores de la producción de lo escrito. Las modalidades de presencia del autor también son múltiples: mientras unos tienden a difuminarse mediante el anonimato o el apócrifo, otros se manifiestan. Este libro se propone renunciar al creador como instancia unívoca para considerar los casos límite en que éste se esquiva y definir las relaciones entre el autor y las diferentes figuras que reviste en la obra. Dicha exploración de la ocultación autorial se realiza a partir de textos españoles, desde la Edad Media hasta el siglo xviii, antes de que el estatuto del autor sea plenamente reconocido.

empty