Connaissances & Savoirs

  • L'Afrique noire à la traîne de la trajectoire de l'émergence est la dénonciation d'une réalité singulière au continent noir. Dans cet essai, l'auteur y expose les obstacles internes et externes au processus effectif de l'émergence de l'Afrique sub-saharienne. Ces hypothèques sont repérables au plan interne dans toutes les structures socioprofessionnelles des États africains. Au plan externe, on note la prédominance de la dictature coloniale et néocoloniale qui pèse de tout son poids. Dans ce contexte, l'émergence de l'Afrique noire exige une reconquête de son identité culturelle et de son être authentique pour l'avènement d'une conscience de l'émergence. Somme toute, c'est par elle que se fondera la véritable tradition critique africaine : socle ultime de l'unité du continent et de sa libération de la dictature issue de la colonialité et de la néocolonialité. Aussi le processus de l'émergence de l'Afrique noire doit s'opérer et être guidé par des valeurs référentielles d'acharnement au travail, de respect de la chose publique et de la dignité humaine, d'équité, d'excellence, de performance, d'exceptionnalité et de conscience commune pour honorer ce rendez-vous avec l'histoire et avec l'humanité tout entière.

  • En quoi le fait de devenir un père conscient peut influencer les valeurs profondes qui animent une société humaine ? Devenir d'abord conscient de quoi ? Stéphane Pêtre déroule et explique ici en plusieurs étapes la nécessité absolue pour un père de devenir conscient de plusieurs facteurs décisifs permettant d'accompagner une descendance dans le respect de ses besoins réels. Ces facteurs concernent en priorité la connaissance du développement neuro-affectif et psychique de l'enfant, ceci afin d'éviter ou du moins amoindrir, les effets nocifs des projections parentales. En disséquant méthodiquement et précisément cette programmation parentale qui s'abat aveuglément sur l'enfant dès sa venue au monde, voie dès sa conception, l'auteur illustre en quoi ce scénario pourtant contraire à l'émergence de notre identité est en réalité un formidable marchepied dont nous pouvons paradoxalement nous servir pour accomplir notre tâche, individuelle et unique, dans le collectif humain. Le père, devenu un père conscient, a un rôle immense à jouer dans cette grandiose fonction qui lui est propre, celle de donneur d'action, de pensée, d'autonomie et d'initiative. Mais avant cela, ce héros alchimique doit traverser plusieurs épreuves de discernement radicales : sur lui-même, sur sa société et sur son couple, avant de plonger vers ce que pourrait être un prototype de père conscient.

  • L'homme est pourvu de cinq sens : l'ouïe, la vue, le toucher, le goût et l'odorat. Le psychiatre aussi. Aujourd'hui, les nouvelles technologies numériques et de l'information en lien avec la médecine, et a fortiori la psychiatrie, nous plongent dans un espace relationnel aseptisé, sans limite et à la temporalité abolie. La relation de soin s'en trouve modifiée, notamment dans son vécu sensoriel. Pourtant, l'odeur est partout, elle s'impose et fait intrusion. Elle agresse lorsqu'elle est putride, elle est un implicite de dégoût et de maladies. Elle est aussi subtil parfum ou essence délicate, et véhicule du transport amoureux, du désir et de la sensualité. Le corps exhale ce que l'esprit raconte. Le psychiatre, comme tout soignant, est confronté à l'odeur dans sa relation au patient. Elle l'aide à connaître l'autre et peut même le guider dans sa clinique. Mais lorsque l'odeur est difficile à supporter, quel est l'impact dans le lien thérapeutique et dans le respect de l'éthique soignante ? À contre-courant du sens commun et de la tradition philosophique, cet ouvrage se propose de réhabiliter les odeurs et l'odorat dans la relation de soin en psychiatrie.

  • « Quant aux poèmes plus anciens, exception faite du manuel Leçons d'espagnol des années 1900 où l'on trouve huit poèmes antérieurs au XIXe siècle, les autres manuels n'abordent pas plus de trois poèmes de cette période, tandis que les manuels La pratique de l'espagnol de 1972, ¡ Claro que sí ! de 1989, ¡ Así somos ! et Escalas de 2014 n'en incluent aucun. » Quelle a été et quelle est la place de la poésie dans l'enseignement des langues et plus précisément, quelle est la place de la poésie espagnole et latino-américaine dans les manuels scolaires d'espagnol ? C'est à travers l'étude de ces derniers de 1900 à nos jours que Paola Ansaloni tente de répondre à cette question et à celle plus actuelle du « remplacement » de la poésie par ses formes nouvelles que sont la chanson et le slam.

  • Un regard pluridisciplinaire sur le monde global d'aujourd'hui, reposant sur les enseignements à travers la planète d'un professeur en géopolitique, au parcours atypique. Avec la priorité accordée à la dimension humaine, à l'origine des soubresauts de l'Histoire. Ce livre, à l'intersection de plusieurs genres, contient en conclusion un « abécédaire de l'épanouissement », à l'adresse de tous les habitants de la planète Terre, afin de donner du sens au XXIe siècle.

  • « Je n'ai jamais pensé qu'un jour je serais dans tes bras Vieille, ridée, malade. Je n'éprouvais pas le besoin de te gâter, de te choyer, de m'occuper de toi, de baiser ton front, de te caresser tendrement la joue. On ne s'est pas dit que notre relation serait inconditionnelle et indestructible, Nous n'avions pas décrété de rester ensemble, Ensemble pour toujours Jusqu'à la fin, C'était une histoire Sans promesse, Sans serment, Sans avenir. » Deux anciens amants, qui pour la première fois se sont rencontrés sur les marches d'un grand théâtre, se retrouvent un soir par hasard devant la porte du restaurant à la mode qui s'est ouvert juste à côté. Les retrouvailles oscillent alors entre une évocation de ce qui aurait pu être et le constat d'un passé irrémédiablement révolu.

  • L'explosion de la littérature touristique est visible dès le XIXe siècle. Elle est le fruit de la facilité de la diffusion des écrits et de l'exploration de l'Ailleurs par les Européens. De ce fait, beaucoup d'écrivains rendent compte à partir de leurs voyages ou sur la base des récits d'explorateurs des représentations touristiques guidés par l'exotisme. Dans cette activité, le genre privilégié est le roman, plus particulièrement le roman d'escale. Le roman d'escale décrit l'arrêt marqué par un voyageur qui n'a pas de destination fixe au cours de son périple. Aussi, l'étude du thème Tourisme et littérature : l'étape du Cameroun dans le roman d'escale français renvoie-t-elle à l'imaginaire touristique du Cameroun. Le tourisme est certes une activité subsidiaire dans le voyage des écrivains. Mais, il prend une telle importance dans le récit qu'il semble en constituer la motivation principale. Ce qui fait de l'écriture touristique, la pierre angulaire qui rapproche l'écriture des cinq écrivains. Cet essai met en valeur les représentations touristiques de quelques écrivains français durant leur voyage au Cameroun, sous le prisme du roman d'escale. De ce fait, la trame narrative de leurs récits catalyse le tourisme. Elle fait ressortir le Cameroun aux yeux des écrivains comme un espace d'aventures, de plaisir et d'évasion qui dévoilent une multitude de clichés et stéréotypes. Le comparatisme multiculturel de ses trajectoires critiques ouvre le débat de l'escale touristique sur l'interconnexion des industries culturelles au gré de l'esthétique de la relation. L'intérêt de cet ouvrage pionnier se double d'une représentation riche de symboles des marqueurs de mémoire africaine à valence touristique circulaire à partir du Cameroun.

  • Les systèmes éducatifs africains ont connu des développements quantitatifs fulgurants en termes d'expansion des effectifs (élèves, étudiants, écoles et universités). Seulement, plusieurs experts s'accordent encore de nos jours pour constater malheureusement que, malgré cette croissance quantitative, il y a l'insistance du problème du vacuum dans une réelle pertinence entre l'école, l'université, les attentes des familles, les défis et les besoins réels des sociétés. Par conséquent, cette réflexion inédite approfondit des questions essentielles et fondamentales en lien avec cette professionnalisation en ces modalités : comment mettre sur pied des programmes, mieux des curricula qui prennent en compte les besoins nationaux, les réalités locales, les spécificités locales et les changements au niveau global et international ? Comment substituer des systèmes avec des contenus, des enseignements uniformes par des systèmes flexibles ? Comment créer de l'espace pour de nouvelles filières dans des disciplines déjà existantes ? Autant de centres d'intérêt, et bien d'autres, qu'expose l'auteur dans un style pointu et scientifique nourri de constituants des systèmes éducatifs des ``Afriques'' dans une course folle et affolante vers l'émergence.

  • Melancholia, c'est d'abord l'histoire d'un mariage qui vire à l'échec puis celle de deux astres qui gravitent ensemble dans un ballet cosmique, qui s'attirent dangereusement et qui finissent par se rencontrer dans un fracas inouï. Face au chaos à venir, chacun choisit de vivre les derniers instants en accord avec ses valeurs. La faillite de la science mènera John à se suicider alors que la promesse du néant donnera à Justine la force de construire un tipi, ultime tentative d'habiter le monde au bord de l'abîme. Même si Melancholia met en scène la fin du monde, le film fonctionne avant tout comme un monde autonome capable de totaliser les grandes questions qui agitent l'humanité. Toutes les facettes de l'existence humaine sont passées en revue par Lars von Trier : depuis les questions esthétiques, jusqu'aux problématiques épistémologiques et métaphysiques. En ce sens, Melancholia est un trésor herméneutique inépuisable.

  • L'approche par les compétences a été mise à l'abandon une poignée d'années d'expérimentation par la plupart des systèmes éducatifs francophones d'Afrique qui l'ont adoptée. Dans la plupart des systèmes où elle reste d'actualité, elle alimente de vives polémiques du fait de l'ampleur des problèmes qu'elle pose. Le monde pédagogique camerounais est justement confronté à des difficultés d'ordre épistémologique, méthodologique, théorique. Aussi, ce livre, adossé sur le cas du Cameroun, en dresse-t-il l'état de la pédagogie au coeur, depuis une demi-décennie, d'une réforme risquée car engagée et conduite dans la confusion, l'incertitude généralisée et l'impréparation. Par-delà les alertes lancées à la bureaucratie routinière, à l'autorité pédagogique et aux décideurs pour amoindrir le coût exorbitant de dérives aussi fâcheuses que préoccupantes, L'École des compétences formule des propositions pour une réforme effective et profonde du système éducatif et pour un aménagement pédagogique cohérent et efficace.

  • Roman politico-historique, Les Maquisards de Hemley Boum révèle qu'une nation résulte toujours d'une violence fondatrice dont il faut savoir transmettre l'odyssée. Aussi constitue-t-elle une narration du point de vue du peuple, de sorte qu'elle se manifeste effectivement comme l'émanation de son H/histoire narrée. Pour ce qui est du Cameroun, la nation émane du maquis, ce hors-monde au coeur du monde où se projette ce que doit être le Cameroun. Territoire relationnel et symbolique, le maquis s'impose à la mémoire collective comme ce lieu d'enracinement d'humanité qui rappelle la sacralité de la nation née du sacrifice des maquisards, ces hommes et femmes qui se sont faits proches parce qu'ils se sont rapprochés, animés d'un même idéal : la liberté de vivre ensemble. Telle est l'économie du présent essai que nous livrent Stéphane Amougou Ndi et Raphaël Ngwe.

  • Cette réflexion met en relief le concept de dynamique d'autogestion communautaire. Le Logone et Chari face aux dynamiques participatives : logiques, effets et enjeux dans l'arène locale du développement, est un ouvrage qui nous invite à scruter sous les lentilles socio-anthropologiques les défis de la responsabilité des acteurs autrement. La démarche scientifique qui a servi à la production des données repose sur une partie théorique et sur la collecte ainsi que le traitement des données. Ce panorama socio-historique des phénomènes de développement relève du fait qu'en théorie, l'approche participative présente des avantages, dont l'expérience dévoile souvent des dissensions avec les logiques locales. Les auteurs Falna Taubic et Boukar Mahamat, abordent, tour à tour les thèmes comme : l'« action collective », les « contraintes de survie », du « conflit » et de la « cohésion ». L'existence d'un espace d'intervention dans toutes les localités bénéficiaires de l'unité d'observation constitue un facteur important pour la promotion du développement local. Elle suppose une législation et une réglementation souple en matière d'association, un espace d'initiative économique que la libéralisation favorise ; elle suppose également une reconnaissance de la diversité des formes d'organisation sociale et de leur contenu culturel. Dans un style fort imagé, doublé de profondeur exégétique en rapport avec la topique, les auteurs débouchent sur des propositions édifiantes, critiquant certaines modalités de modèles importés du développement.

  • L'imaginaire social se situe au point de rencontre entre les théories de l'histoire et de la société et les théories du langage et des représentations. Aussi, fait-il l'objet d'une littérature abondante qui lui confère un vaste champ sémantique et impose de nombreuses interrogations: D'où part-il ? Quels sont ses fondements épistémologiques ? Quelles sont ses frontières définitoires ? Comment l'appréhender dans une oeuvre littéraire ? Le présent ouvrage, fruit de la journée d'études internationale du 18 Juillet 2018 à l'université Félix Houphouët Boigny d'Abidjan (Côte d'Ivoire), confirme la transdisciplinarité de l'imaginaire social et soutient que sa quintessence réside dans les évolutions culturelles et historiques, parce que, jouant le rôle de régulateur de la vie collective, il se détermine comme le système centralisateur de la vie sociale. Lieu de germination des mémoires et espoirs collectifs, l'imaginaire social se présente, en effet, comme le noyau structurateur de l'élaboration de l'Histoire entendue au sens hégéliano-marxiste comme une évolution progressive des institutions socio-économico-politiques.

  • Du point de vue épistémologique et psychologique, voire sociologique et éthique, quel est le sens du combat des athées ? Contre qui, je dirais plus, pour qui se battent-ils ? Et pourquoi s'en prendre à Dieu, quelles en sont les raisons explicatives et justificatives ? S'agit-ce du refus de Dieu ou de la passion pour l'homme. Ce modeste essai, en explorant les prises de position de Feuerbach, Marx, Nietzsche, Freud et Sartre essaie de répondre à ces questions. Pour Giscard Kevin Dessinga, elles sont nombreuses les raisons du refus de Dieu et de sa dé-sacralisation et ce, des plus antiques aux plus modernes. Moralement impossible et de trop, scientifiquement inutile, humainement intolérable, psychologiquement dérangeur et métaphysiquement superflu, voilà qui condamne Dieu dans les archives de l'histoire. Que reste-t-il ? L'homme. Un homme sûr de soi et maître absolu de son histoire ?

  • La rééducation faisant suite à une chirurgie de la coiffe des rotateurs est complexe, longue, et doit respecter les délais de cicatrisation des tissus concernés. La réalisation de mouvements actifs résistés par le patient est déconseillée dans la littérature avant la fin du troisième mois postopératoire en lien avec ces délais de cicatrisation. Le rééducateur se doit de réaliser des bilans de suivi sur le patient afin de vérifier la progression de ce dernier, et de le réorienter dans le parcours de soin si besoin. L'utilisation de scores validés est recommandée par la Haute Autorité de Santé afin de réaliser ce suivi. Or l'utilisation de ces derniers pendant les premiers mois de la rééducation possède des limites en lien avec la restriction au niveau des mouvements actifs. Le Follow- Up Nice Shoulder Score (FUNSS) est un score composite spécifique ayant été développé par M. DUPLAN Patrice, masseur-kinésithérapeute niçois exerçant dans le service du Pr. Boileau, pour permettre une telle évaluation. Les qualités psychométriques de cet outil de mesure n'ont cependant pas été examinées à ce jour. Nous nous proposons dans cet écrit de nous attacher à la validité de contenu, qualité psychométrique dont l'examen préalable à toute autre qualité est recommandée. Sept entretiens non-directifs sont alors réalisés avec des masseur-kinésithérapeutes experts du domaine. Des analyses thématiques et de l'énonciation sont utilisées. Toutes les catégories du FUNSS sont représentées, tandis que d'autres émergent des discours. Les domaines d'évaluation « Articulaire » et « Douleur » semblent faire consensus. Les avis sont cependant plus partagés en ce qui concerne l'évaluation de l'aspect fonctionnel et de la qualité du sommeil. Des interviews menées sur une plus grande variété de professionnels de santé et une analyse quantitative de l'avis des experts en regard de l'univers des items obtenu pourraient compléter l'étude des autres catégories du score et de celles émergeant du discours des experts afin de mieux juger de cette validité de contenu.

  • L'Affirmation identitaire de l'Africain. Lectures des oeuvres de Jacques Fame Ndongo. Ce titre exprime plus simplement l'indépendance du sentiment esthétique et humain africain et cette finalité sans fin, par où l'oeuvre d'art de Jacques Fame Ndongo manifeste son entière souveraineté. Son oeuvre se présente comme une sorte d'introduction à la transcendance. Cet objet prend une fonction rituelle, religieuse qui fait entrevoir l'au-delà de ce qui se lisait de manière superficielle. L'interpellation de prendre conscience - évoluer avec la science de l'immense potentiel global est alors transversale à l'ensemble de son oeuvre : comprendre l'Afrique, la dire et l'expliquer à ceux qui rentrent difficilement dans les codes de compréhension du vécu africain. Ainsi se présentent ses oeuvres, invitation à lire l'Afrique du phénotexte, c'est-à-dire dans ses aspects les plus visibles et palpables, à l'instar des structures sociales traditionnelles, ses us et coutumes, au génotexte ou encore dans ses mythes, ses croyances et l'essence de son être au monde, son ouverture à la vie communautaire.

  • Si la francographie se veut un espace d'affirmation de soi, elle se doit, en même temps, d'être un lieu de la négation réductrice des altérités. Dans ces conditions, « archipelité » et insularité devraient rimer avec pluralité et hybridité ; mais aussi tendre à résonner avec solidarité, multiculturalité et bibliodiversité. Dans notre monde archipélique, l'enracinement culturel est un impératif catégorique de survie des îles et îlots et des femmes et hommes qui les peuplent. Sans doute plus que jamais dans l'histoire de l'humanité, l'identité n'est plus un obstacle à la communication : elle en est devenue la condition même. L'angle des débats dans cet ouvrage recoupe donc les référents que sont l'immigration et la francographie sous le double prisme de bilan et perspective. Ces référents trahissent une assise plus étendue. Ils sont représentatifs du contexte à la fois, littéraire, linguistique et identitaire. Il s'agit en réalité de la dimension socioculturelle des mutations humaines en rapport avec les espaces et les langues en francophonie.

  • Cette production scientifique est une contribution originale sur l'Afrique. Les auteurs s'intéressent aux discours actuels, sensibles et suivis à l'échelle mondiale par un public diversifié, de plus en plus critique à l'endroit des clichés et des stéréotypes, des mensonges et des discours abusifs, comme celui de l'ancien président français Nicolas Sarkozy à Dakar en 2008 ou, plus récemment, celui de l'actuel président américain, Donald Trump, qualifiant Haïti ainsi que certains pays africains et d'Amérique latine, dont les ressortissants cherchent à entrer aux États-Unis, de « pays de merde ». Les textes proposés donnent l'occasion au lecteur de se balader dans la pensée des oeuvres artistiques et les discours médiatiques qui se propagent de plus en plus dans l'espace cybernétique, afin de confronter les images qu'ils donnent de l'Afrique. Les variances perceptives complémentaires, dichotomiques ou différentes de l'Afrique dans les oeuvres de fiction et les médias contemporains ne permettent pas de parler d'une Afrique, mais des Afriques, rêvées, inventées, fantasmées.

  • Les communications réunies dans ce premier tome, d'une large touche d'approches, à la hauteur stylistique ajustée aux passerelles du choc des idées, abordent les problématiques de l'imaginaire, les réalités socioculturelles et les idées reçues qui traversent les tribunes et les consciences au sujet de l'Afrique. L'occasion est donnée de découvrir les modalités de scénarisations littéraires des altérités africaines ainsi que les discours médiatiques qui les sous-tendent. Il s'agit de confronter les images qu'ils donnent de l'Afrique aux images réelles. Les variances perceptives complémentaires, dichotomiques ou différentes de l'Afrique dans les oeuvres de fiction et les médias contemporains ne permettent pas de parler d'une Afrique, mais des Afriques, rêvées, inventées, fantasmées. La mondialisation et la globalisation prennent donc tout leur sens dans les articles qui composent ces textes. Dans les littératures scrutées, l'Afrique (ou de l'un de ses pays) est donnée à voir comme un espace problématique, de débat et de confrontation des opinions, des idées, des imaginaires et des idéologies.

  • Cet ouvrage s'abreuve à la source des représentations et des usages de l'ethos présidentiel, en correspondance avec ce que Arnaud Mercier décline en angles de « situations historiques, des habitudes culturelles et professionnelles, de la nature des rapports de force entre acteurs ». Peut-on véritablement parler de silence dans le mode communicationnel d'un chef d'État ? Dans quelle mesure le silence, comme posture et signature de pouvoir, participe-t-il d'une stratégie de mise en scène de la communication présidentielle, et quelle est la part des médias dans un tel environnement ? La curiosité dialectique qui porte en offrande la symbolique plurielle de cet ordre de référence de la communication politique du président Paul Biya innerve mémoire et trajectoire républicaines de la Nation camerounaise. L'échelle diachronique, rectiligne ou circulaire des données qui fondent cette analyse, depuis l'accession à la magistrature suprême du président Paul Biya, en passant par sa réélection du 7 octobre 2018, fait marquant de l'histoire des idées politiques d'Afrique, partage des affinités avec les paradigmes : pouvoir, éthique, démocratie, liberté ou organisation des schémas de l'image voulue par la figure de préséance gouvernante de l'État. La réception en mode de l'image perçue confère la dimension de l'audace scientifique à cette analyse sanctuaire d'un nouvel ordre d'épaisseur sémiotique de l'identité du pouvoir. La trajectoire, le style et la thématique légitiment l'enjeu de communication qui caractérise cette réflexion. L'abondante documentation que cheville la justesse des repères interdisciplinaires et interculturels en fait substantiellement une tribune éclairante.

  • Ce livre est un hommage incandescent rendu à Marthe Isabelle Edande Abolo, professeure titulaire des universités, spécialiste du théâtre, esthète au sens grec d'aisthêtês, qui aime l'art et le considère comme la valeur essentielle. Plus d'une vingtaine de contributeurs de divers continents campent autour des structures esthético-thématiques dramatiques, pour montrer comment, à chaque fois, elles sont exprimées, remaniées, retravaillées dans les différentes séquences traditionnelle, moderne et contemporaine du théâtre. Des exégètes interdiscipliné(e)s y convoquent des approches qui actualisent les formes de l'art dramatique et exploitent les dissimilitudes entre son actualité et son contexte historique dans le but d'apporter un éclairage nouveau. Cette entaille, épistémo-sociocritique, présente le théâtre en tant que lieu où toutes les figures de l'humanité sont dépeintes et dévoilées dans le jeu, au double sens du mot : ce qui est joué au théâtre est déjà un jeu dans la vie sociale avec ses masques. Enfin, la marque éditoriale de cet ouvrage fait de la théâtralité, un espace de fécondité des identités et des réalités séculaires, mieux un paysage de mémoire, avec un rapport d'innovations thématique et mythologique actualisant des ambroisies littéraires de l'Olympe.

  • Comparaison plurielle : formation et développement est au carrefour de plusieurs continents. Son but est d'offrir à celles et ceux qui sont concernés par les questions vives de société un espace de découverte, d'échanges, et d'informations, de mise en regard des expériences et des analyses porteuses de formation du jugement critique. Lieu de débats fondés sur des expériences tant pédagogiques que scientifiques, elle offre l'opportunité d'aller plus avant sur le chemin de la réflexion avec des membres de la communauté universitaire et scientifique soucieux de contribuer au progrès de la connaissance dans une perspective de comparaison plurielle tant en France qu'à l'étranger, et avec lesquels des liens durables ont été tissés au sein de différents réseaux thématiques. L'ambition des fondateurs de la revue est que les apports de ses contributeurs permettent non seulement de rendre compte de travaux à caractère scientifique, mais aussi d'études et de recherches empreintes, pour certaines d'entre elles, d'histoires personnelles, invitant ainsi le lecteur à un cheminement biographique réflexif internationalisé. L'intention est d'afficher un esprit d'ouverture intégrant confrontation des idées et incitation à la rencontre entre auteurs à l'aune de différentes orientations de recherche et à partir de divers lieux d'expérimentation, favorisant ainsi la formalisation, au moins en partie, de fondements théoriques et conceptuels. Ce troisième numéro de la Revue est consacré à des questionnements sur l'éducation et la formation tout au long de la vie. Vecteur d'innovation, la formation continue et l'éducation permanente ont non seulement favorisé l'émergence d'actions et de pratiques de formation, mais généré d'importantes évolutions et transformations au carrefour d'enjeux économiques, politiques, sociaux, et culturels. La formation tout au long de la vie présente un continuum entre la formation initiale, générale ou professionnelle, et l'ensemble des situations où s'acquièrent des connaissances et des compétences, qu'elles relèvent d'actions de formation continue, d'activités professionnelles, d'implications associatives ou bénévoles. Il s'agit de dépasser le stade de l'inventaire des mesures législatives et réglementaires tout comme celui des méthodes pédagogiques disponibles, afin de se livrer à une analyse sociologique et sociopolitique des histoires individuelles et collectives inscrites dans le champ de l'éducation et de la formation tout au long de la vie, pour appréhender l'évolution du rôle et de la fonction des acteurs de l'éducation et de la formation, et mettre au jour des indicateurs révélateurs non seulement de leurs pratiques, mais aussi des représentations qu'ils se font de leur rôle. Tour à tour centrés sur la promotion individuelle et/ou collective, le projet communautaire, la remise en question des institutions et des pouvoirs établis, la valorisation de l'activité, l'individualisme et l'innovation permanente, compte tenu de leur appartenance institutionnelle, politique et de leur absence de conscience du passage de la tradition à la modernité, source de la structuration de leurs représentations identitaires personnelles et professionnelles, et sans en avoir pleine conscience, ils pourraient bien épouser les modèles dominants. C'est ce dont s'efforcent de rendre compte les auteurs de ce numéro à l'aune d'une mise en perspective entre plusieurs pays d'Amérique latine et d'Europe.

  • À l'intérieur d'un tissu romanesque dont la forme hétérogène est parsemée d'éléments historiques, Toni Morisson met en place un discours, lieu de tensions entre des forces antagonistes et de projection d'images obsédantes. Dans un style qui se veut décousu, à l'image d'un récit oral dont le narrateur perd le fil de temps à autre, elle charge ses personnages, dans un temps où le passé envahit le présent, d'exprimer la frustration du silence et l'impuissance à tout dire des « laissés pour compte ». Cette étude commence par la recherche d'un « mythe personnel », essentiellement signifiant, qui serait à la base de la création de Toni Morisson. En prenant appui sur les oeuvres "The Bluest Eye", "Sula", "Song of Solomon", "Tar-Baby", "Beloved", "Jazz", "Love" et en adoptant la mythocritique plutôt que la mythanalyse comme démarche scientifique, Tra-Lou Tesan propose de porter un regard différent et de considérer avec une attention plus soutenue le discours mythique qui fait la spécificité de cette écrivaine contemporaine. Une nouvelle manière d'aborder la question de la représentation du mythe dans l'écriture de Toni Morrison.

  • La théorisation de la grande entreprise est telle que les dispositions légales d'exception qui lui sont réservées font parfois oublier le droit commun des entreprises qui concerne plus volontiers les TPE-PME. Les PME qui constituent le maillage de notre économie, sont définies par la Commission européenne comme les entreprises occupant moins de 250 personnes et répondant à certains critères de seuils en matière de chiffre d'affaires (50 MEUR) et de total bilan (43 MEUR). De la TPE à la grosse PME, le spectre est large et l'environnement normatif dans lequel ces entreprises évoluent est complexe. Notre législation peine quand les petites entreprises se trouvent fragilisées. Or, c'est à ce moment crucial que le législateur devrait oeuvrer. Le législateur offre-t-il à la PME le cadre juridique susceptible de créer les conditions favorables à son développement, à son financement et à sa pérennité ? Le droit de la concurrence permet-il à la PME de faire face aux défis de la mondialisation ? Comment la gouvernance d'entreprise affecte-t-elle la PME en lui imposant de nouvelles obligations RSE ou en la soumettant à un modèle de gouvernement d'entreprise inadapté à sa taille ? Le droit des entreprises en difficulté, véritable outil de gestion et de restructuration des grandes entreprises, est-il attractif pour les PME ? Quelles sont les mesures prises par le législateur pour protéger le dirigeant de PME, capital immatériel de l'entreprise, et lui permettre de rebondir ? Les questions sont nombreuses et plusieurs pistes de réflexion sont envisagées pour tenter d'y répondre. A travers l'étude de l'environnement juridique de la PME, cet ouvrage conduit à s'interroger sur l'opportunité de créer un droit des PME. Sous la direction de Véronique Martineau-Bourgninaud, avec les contributions de Philippe Briand, Emmanuel Brocard, Alain Couret, Gilles Dedeurwaerder, Michel Germain, Emilie Gicquiaud, Charlotte Goldie-Genicon, Thierry Granier, Franck Héas, Patrice Hoang, Sophie Le Gac-Pech, Nadine Levratto, Véronique Nicolas, Valérie Pironon, Philippe Roussel Galle, Marie-France Turcotte et Catherine Vincent.

empty