Du Passage

  • Avec Skiatook Lake, Jubert & Séverac signent un polar imprégné de réalisme et d'authenticité, un véritable western noir qui dépeint les rapports entre Blancs et Indiens aujourd'hui, dans une Amérique où règne la loi du plus fort.

    Hominy, Oklahoma, l'Indienne osage Christine Longwalk est retrouvée morte dans une voiture sans conducteur après le passage d'une tornade. Accident ? Enlèvement lié à ses relations avec le Conseil minier ? Jack Marmont, chef-enquêteur de la police tribale, hérite de l'affaire dans un contexte explosif : le gisement de pétrole qui dort sous les pieds des Indiens attise les convoitises, et le projet de parc éolien échauffe les esprits des jeunes activistes de la tribu qui voient là l'occasion de se révolter contre l'hégémonie blanche. À la recherche de la vérité, Marmont va évoluer en terrain miné et enquêter seul contre tous.

    Un roman écrit après un séjour des deux auteurs dans la réserve osage, en Oklahoma. Reçus comme amis de la Nation, ils ont eu l'opportunité de rencontrer les acteurs sociaux, économiques, politiques, culturels et spirituels de la tribu, et ainsi de rapporter le matériau d'un polar imprégné de réalisme et d'authenticité. Un véritable western noir qui dépeint les rapports entre Blancs et Indiens aujourd'hui, dans une Amérique où règne la loi du plus fort.

  • Trois amis. Ils avaient cru s'en être sortis, mais 25 ans plus tard, la nuit terrible de l'été de leurs 18 ans revient les hanter. Dans ce nouveau thriller lancé à cent à l'heure dans les rues de Rome, Gilda Piersanti dévoile le retour des manipulations de jeunesse qui enfoncent ses protagonistes dans une spirale noircie par la trahison, le ressentiment et même la haine.

    La Via Appia, à l'aube, déserte. Massimo Caccia descend vers Rome comme tous les matins lorsqu'il est percuté par une Range Rover qui le dépasse en trombe avant de disparaître. Premier avertissement.

    Deux jours plus tard, c'est la fille de Gabriele Leonetti, son ami d'enfance, qui est enlevée. Deuxième avertissement.

    Quant à Dario Damiani, le troisième ami, aujourd'hui ministre, sa fête d'anniversaire est brusquement interrompue par les services de sécurité à la suite d'un étrange incident. Troisième avertissement.

    Advient alors ce qu'ils redoutaient tous les trois depuis toujours. Ils avaient cru s'en être sortis, mais vingt-cinq ans plus tard, la nuit terrible de l'été de leurs 18 ans revient les hanter. Et lorsque la vérité de leur crime resté impuni risque d'éclater, c'est l'amitié d'autrefois qui éclate elle aussi. Ce sont désormais des hommes qui ont une position sociale, une réputation et une famille à défendre. Pour sauver leur présent, ils sont prêts à tout, même à l'impensable.

    Fuite en avant fatale, destins croisés et retournements : dans ce nouveau thriller lancé à cent à l'heure dans les rues de Rome, Gilda Piersanti démonte l'engrenage d'une violence irréversible et dévoile le retour des manipulations de jeunesse qui enfoncent ses protagonistes dans une spirale noircie par la trahison, le ressentiment et même la haine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Adaptation littéraire de ses créations éponymes, Mythe précédé de Gloria est un voyage au coeur de la spiritualité humaine à travers les âges. Dans ce recueil cosmogonique et exploratoire à la forme libre, Mykalle Bielinski fait s'entremêler les voix, les chants, construit et déconstruit la narration, et s'inspire des sagesses anciennes pour nous faire méditer sur notre quête contemporaine de sens et sur le mystère de l'existence.

  • Que devient une mère quand son tout petit s'en va ? Dans un roman où affleure à chaque page la sensibilité, où la grâce naît de l'auscultation intime, toujours sincère et parfois crue des situations, Sandrine Roudeix interroge la séparation mère-fils de la naissance à l'âge adulte et la manière dont une jeune fille devient femme en devenant mère.

    Que devient une mère quand son tout-petit s'en va ? En s'appuyant sur des photos de famille qu'on ne voit pas, Sandrine Roudeix traverse vingt ans de fusion et de défusion maternelles, démêlant les fils qui tressent la séparation inévitable d'une mère célibataire et de son garçon. Dans un roman où affleurent à chaque page l'amour et la tendresse, où la grâce naît de la vérité et de la mise à nu toujours sincère et parfois crue des situations, elle interroge la manière dont une jeune fille devient femme en devenant mère et dresse le portrait lumineux d'une double émancipation.

  • Te dire où

    Sara Dignard

    Sara Dignard se lance en quête de ses propres origines. Dans une suite de poèmes brefs, elle rend hommage à sa propre hérédité. Sur les traces de sa mère, et de sa grand-mère qui s'est ôté la vie juste avant sa naissance, Sara Dignard interroge son propre rapport à la maternité, à la fragilité et à l'épuisement du corps et de l'esprit. Un second recueil d'une grande maturité, qui relève haut la main le pari de la mise en danger, et ose, sans pathos, parler de vulnérabilité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Dupont de Ligonnès, Godard, Romand... Autant de familles a priori sans histoires décimées par un père ordinaire. Et si, sans le savoir, Margaux Novak vivait avec l'un d'eux qui aurait refait sa vie ? La question donne le vertige... Surtout lorsqu'il n'y a rien pour le prouver, à part des petites habitudes, des petits riens... Et qu'à l'origine de ces accusations, il y a une policière prête à tout. Quitte à tout détruire. Qui croire ? Que croire ?

    Installée dans sa confortable petite maison en baie de Somme avec son fils et son mari, Margaux Novak connaît le bonheur tranquille de n'importe quelle mère de famille... lorsqu'une policière débarque chez elle pour mettre sa vie à sac.

    /> Depuis quinze ans, celle-ci mène l'enquête sans relâche. Elle cherche un homme qui a assassiné femme et enfants avant de disparaître. Et elle pense l'avoir retrouvé en la personne de Philippe Novak, le mari de Margaux.

    Sans ADN, sans preuve tangible de l'innocence ou de la culpabilité de Philippe, c'est parole contre parole entre la flic qui accuse et le mari soupçonné. Et pour Margaux, c'est le début d'une longue descente aux enfers. Très vite, son quotidien se trouve bouleversé. Le voisinage se retourne contre elle et sa famille commence à se faire harceler. La rumeur a décidé de s'inviter dans sa vie pour la détruire à petit feu, et ce sont des pans entiers de son existence qui s'effondrent.Entre deux cauchemars, lequel est le vrai ?

  • Le mouvement des couleuvres, premier recueil de Gabrielle Roberge, s'ancre dans le quotidien d'une jeune femme vivant à la campagne avec ses enfants. Naviguant entre le vers et la prose, au plus près du réel, l'écriture de Gabrielle Roberge est traversée par les manifestations de la nature, par un animisme et une mystique tous personnels en lien avec le monde animal et végétal. Avec en filigrane une réflexion sur la maternité et la simplicité, sur la place et la représentation du corps féminin au quotidien, Le mouvement des couleuvres est un livre qui fait du bien. Le soin, la douceur et la patience sont au coeur de ce recueil.

  • La destinée d'Helen Keller, enfant aveugle, sourde et muette, tenue pour folle et puis surdouée, beaucoup la connaissent. Celle que La Belle Lumière éclaire semblait repoussée dans l'ombre à jamais. Kate Keller ne serait-elle qu'une mère incapable de mener sa fille au miracle de la connaissance ? Angélique Villeneuve restitue la complexité d'une femme blessée éperdue d'amour.

    Alabama, 1880. Dans une plantation du sud des États-Unis, la naissance d'Helen console sa mère d'un mariage bancal. Un monde s'ouvre entre Kate et sa fille, et puis tout bascule : les fièvres féroces ravagent l'enfant adorée.

    Cette fillette à la destinée extraordinaire, beaucoup la connaissent. La renommée d'Helen Keller, aveugle, sourde et muette, enfant farouche, tenue pour folle et puis surdouée, a franchi frontières et années.

    Celle que
    La Belle Lumière éclaire aujourd'hui semblait, en revanche, repoussée dans l'ombre à jamais. Kate Keller ne serait-elle qu'une mère incapable de mener sa fille au miracle de la connaissance ?

    Comme
    glissée au cœur de son héroïne, tant vibre dans ces pages le corps déchiré de Kate, Angélique Villeneuve restitue, de son écriture sensuelle et précise, la complexité d'une femme blessée éperdue d'amour. Dans ce Sud encore marqué par la guerre de Sécession et les tensions raciales, le lecteur traverse avec elle une décennie de sauvagerie, de culpabilité et de nuit. Mais découvre aussi, et c'est là la force du livre, un temps de clarté et de grâce.

  • Frères soleil

    Cécilia Castelli

    Avec Frères Soleil, Cécilia Castelli nous livre un roman intense sur la force vénéneuse des secrets. Un roman d'enfance et d'égarement. Entre mer et montagne. Entre sublime et violence.

    Chaque été sur l'île, les deux frères retrouvent leur jeune cousin venu du continent. Ensemble, les enfants pêchent, jouent, chahutent. Rémi, le plus jeune des trois, est en admiration devant les deux grands. Il aimerait leur ressembler mais il n'est pas vraiment comme eux, il ne vit pas ici. De leur côté, les adultes profitent de l'insouciance de l'été. Sur le terrain familial, au bord de la mer, l'existence est plus douce. Au soleil, ils souhaitent effacer les anciennes cicatrices, celles dont on ne parle jamais, le meurtre du grand-père et l'enfant qui devait naître.

    Leur histoire se mêle à celle des ancêtres. Dans la maison au figuier, figure tutélaire, il y a la vieille tante Maria.
    Signadora mystique, sorcière, guérisseuse qui perpétue les traditions immémoriales. Les enfants la redoutent, s'interrogent sur cette femme silencieuse et toujours en noir. Puis ils grandissent et pensent à d'autres jeux, aux feux de camp sur la plage avec les filles notamment.

    Mais quand vient la fin de l'adolescence, que certains choix s'imposent même s'il semble impossible de quitter l'île, un nouveau drame se produit. Meurtre ou accident ? Comme leurs parents avaient autrefois dissimulé les blessures, la nouvelle génération se retrouve à son tour confrontée à l'indicible.

  • Christian Barthomeuf est l'inventeur du cidre de glace. C'est aussi un des pionniers de l'agriculture biologique au Québec. Témoin privilégié des déséquilibres provoqués par les humains, ce paysan hors normes a décidé, dès les années 80, de s'engager dans une autre voie, celle de l'agriculture non seulement biologique, mais aussi régénératrice de la santé des sols et plus largement, de la biodiversité, une façon de faire qu'il nomme la culture fondamentale. Dans Autoportrait d'un paysan rebelle, son premier livre, il revient sur son parcours de vie, de son enfance dans le Cantal (France) à son arrivée au Québec dans les années 70, en passant par la création du cidre de glace en 1989 et la fondation du domaine Clos Saragnat. Avec une grande générosité et sans langue de bois, cet autodidacte et rebelle dans l'âme nous livre ses réflexions et coups de gueule sur la production du vin et du cidre, l'agriculture locale et mondiale, les dérives de l'industrie agroalimentaire, l'importance
    de la biodiversité agricole et générale, et au travers de ces thématiques, ses apprentissages, ses observations, ses essais et erreurs, ses impulsions créatives. Son récit est guidé par les interventions de la nutritionniste et conférencière Julie Aubé (Prenez le champ !, 2016), et ponctué des superbes photographies de Virginie Gosselin (Au gré des champs, 2015).

  • Fondateur des Éditions Unes (1981), le poète Jean-Pierre Sintive (1955-2021) nous livre ici des fragments poétiques, poèmes individuels - ou texte poétique ? - publiés en 1984.

  • Après Petite géographie de la fuite, Thierry Pardo poursuit inlassablement sa recherche des espaces de liberté. Cette fois, il marche sur les pas du philosophe naturaliste Henry David Thoreau et met notre époque au défi d'une nouvelle expérience forestière, dans une maison "sans bouton". Sa démarche exploratoire interroge notre relation au monde, à la nature et au silence sans toutefois se couper des questions contemporaines. Comment participer à la poésie de notre vie sans s'abîmer dans les préoccupations de notre siècle ? Comment un petit pas de côté et un saut dans le temps peuvent relier Walden et Weedon et inventer de nouveau la vie dans les bois ?

    Dans ce bref essai poétique, Thierry Pardo nous invite à contempler le monde différemment.

  • Marie Marvingt est une femme exceptionnelle qui collectionna un nombre considérable d'exploits sportifs et fit preuve tout au long de sa vie d'une générosité et d'une bravoure hors du commun. Pionnière du féminisme, la " fiancée du danger " est tombée dans l'oubli. Avec ce roman, Michèle Kahn lui redonne sa place prééminente parmi les figures majeures du XX e siècle.

    Femme exceptionnelle, surnommée " la fiancée du danger ", Marie Marvingt (1875 – 1963) collectionna tout au long de son existence un nombre considérable d'exploits sportifs. Au moment de s'éteindre, à 88 ans, cette pionnière de l'aviation avait remporté 17 championnats mondiaux dans diverses disciplines, était détentrice de 34 médailles, avait accompli à vélo un Tour de France que les organisateurs avaient refusé d'homologuer et venait de passer son brevet pour piloter un hélicoptère à réaction.

    Mais la vie de Marie Marvingt fut loin de se limiter à ces succès. Très tôt consciente de la liberté à conquérir pour les femmes, elle batailla pour cela sans relâche. Courageuse, volontaire et emplie d'amour pour les autres, elle fut notamment l'inventrice de l'aviation sanitaire qui sauva, et continue à sauver, nombre de vies humaines. Pourtant, un mystère plane sur cette destinée : on ne lui connaît aucun lien amoureux. Désir d'indépendance totale ? Influence de la religion ? Peut-être la fiancée du danger n'a-t-elle simplement pas trouvé une compagnie à la hauteur de son esprit révolutionnaire.Si la presse, dans toute l'Europe et jusqu'en Amérique, a rendu compte de ses exploits mirobolants, Marie Marvingt est morte à Nancy dans une misère scandaleuse, et a sombré dans l'oubli. Ce roman entend lui redonner la place prééminente qui est la sienne parmi les figures majeures du XXe siècle.

  • Dans ce recueil de la maturité, Hugues Corriveau offre, sous forme de grande élégie, un hommage à ses parents. En deux temps et deux tons, se déroulent deux vies. Le poète s'adresse à son père, s'appliquant à restituer le dialogue et l'imaginaire foisonnant qui surgissent dans les derniers instants de la figure paternelle, entre lucidité, souvenirs d'enfance et images enfiévrées ; puis il parle à sa mère, s'attachant au lien intime qui les unit et à son histoire de femme ayant traversé les époques. Entre scènes hallucinatoires et exploration du théâtre de la vie, l'auteur livre ici un texte personnel et authentique, osant aborder sans pathos la fragilité de l'existence et du grand âge. Un recueil touchant et profondément vrai.

  • Paris 1979. Un Paris post-punk, crépusculaire, qui se prépare aux délétères années 80 et à celles qui vont suivre : à la fin d'un monde. Tout cela raconté au présent, le présent de 79.

    Anoushka, éphémère starlette destroy, a disparu. Et Simon, jeune punk et fils honteux d'un acteur célèbre, fera tout pour la retrouver.

    Violence, drogues, sexe... Patrick Eudeline joue avec les miroirs et ses souvenirs d'ancien leader punk pour nous restituer la poésie urbaine et rock and roll d'un monde perdu à jamais. Il y aura encore des éclairs, bien sûr, mais la messe est dite, et celle-ci est un requiem punk, un requiem pour Paris, alors en perpétuel chantier. Ce Paris qui n'est plus, qui ne peut plus être, que, déja, on massacrait. Le punk rock, c'était le dernier bal, Marie-Antoinette sous les décombres, l'ultime flash de romantisme avant la chute dans les ténébres. No Future, assurément.

  • Avec Des humains sur fond blanc, à la croisée du roman d'aventure et de l'errance existentielle, Jean-Baptiste Maudet nous conduit de la Mer Noire aux confins sibériens, là où s'éprouvent les cœurs.

    On prétend que des rennes contaminés par la radioactivité se dispersent dans le Grand Nord. Tatiana, une scientifique moscovite, est envoyée sur place, en Sibérie. Un pilote fantasque, retraité de l'armée soviétique, l'accompagne ainsi qu'une interprète, la jeune Neva, qui parle la langue des éleveurs nomades présents dans la région. Ce trio incertain monte à bord d'un vieil Antonov en direction du Nord et de l'hiver qui vient.

    En route, rien ne se passe comme prévu. Qu'est-il d'ailleurs possible de prévoir dans cette immense Russie où la neige recouvre les traces des humains ? Lorsque la vie ne tient plus qu'à la flamme d'une bougie, les ombres portées transforment le monde : l'allure des troupeaux, les mots de Pouchkine, les tigres des rêves et les trésors gelés des profondeurs. La meilleure façon, drôle ou tragique, de passer le temps est certainement de s'enivrer en racontant des histoires, celles que l'on invente, celles que l'on confond, celles que l'on emporte dans la nuit.

    Le blanc n'est-il que la couleur du froid et de l'oubli ou bien celle du désir de tout recommencer ?

  • Zéro douze

    Marie Chouinard

    La danseuse et chorégraphe de renommée internationale Marie Chouinard nous offre un récit inspiré de ses premières années. Dans une langue libre et vivante, elle raconte son enfance de zéro à douze ans, au fil de textes poétiques courts, lumineux et pleins d'humour. Des grandes joies aux petites tragédies du quotidien familial, l'auteure nous livre des anecdotes enfantines à la fois curieuses et émouvantes, singulières et universelles, qui révèlent la construction d'une identité.

  • De visu est issu de la collaboration entre Laurent Theillet, photographe spécialiste du portrait et écrivain, et trente-cinq artistes de toutes générations oeuvrant dans différentes disciplines. Comédiens, musiciens, artistes visuels, chorégraphes, danseurs, écrivains, dramaturges, cinéastes, tous et toutes se sont prêtés au jeu de la séance photo, tout en nous livrant leurs réflexions sur l'art, l'existence et la création, dans des textes percutants accompagnés de portraits.

    Un moment de rare intimité avec Paul Ahmarani, Denys Arcand, Gilles Archambault, Normand de Bellefeuille, Michel Marc Bouchard, Louis-Pierre Bougie, Evelyne Brochu, Anne-Marie Cadieux, Marilyn Castonguay, Evelyne de la Chenelière, Cozic, René Richard Cyr, Antoine Desrochers, Jean Désy, Anne Dorval, Margie Gillis, Jacques Godbout, Benoît Lachambre, Eve Landry, Louise Lecavalier, Michel Lemieux, Antonine Maillet, André Major, Kent Nagano, Sophie Nélisse, Fred Pellerin, Antoine Olivier Pilon, Simon Roy, Rodney Saint-Éloi, Marc Séguin, Yves Sioui Durand, Gabor Szilasi, Larry Tremblay, Michel Tremblay et Audrée Wilhelmy.

  • Trop beau pour être vrai. Le faux dans l'art, de la tiare du Louvre aux chaises de Versailles raconte, à partir d'exemples célèbres et hauts en couleurs, l'histoire du faux depuis la Renaissance jusqu'aux affaires récentes qui secouent les musées et le marché de l'art contemporain.

    De la tiare du Louvre aux chaises de Versailles, depuis plus d'un siècle le monde de l'art a été ébranlé par de nombreuses affaires de faux qui ont mis en cause l'autorité des experts et des marchands, et ont parfois atteint les plus honorables institutions comme le Metropolitan Museum de New York et le British Museum, le musée du Louvre et le château de Versailles. La presse s'en est emparée, le public s'en est délecté.

    Des Gauguin, Otto Dix, Léonard et autres princesses amarniennes de Shaun Greenhalgh au millier de toiles de l'avant-garde russe saisies en Allemagne, des faux Cranach, Vélasquez, Frans Hals, Corrège réalisés en Italie aux expressionnistes abstraits concoctés dans le Queens et écoulés à Manhattan par la galerie Knoedler, aucun domaine de l'art n'a été épargné.

    Les différentes histoires évoquées ici cherchent à expliquer comment les faussaires s'y prennent pour trouver le point faible des collectionneurs et des spécialistes et leur fabriquer l'objet ou le tableau " trop beau pour être vrai " dont ils rêvaient. Mais il suffit parfois d'une analyse scientifique ou d'une enquête parallèle sur d'étranges mouvements d'argent pour que le rêve devienne cauchemar.

  • Après son premier roman, Le Peintre disgracié, Grand Prix Jacques de Fouchier de l'Académie française en 2017, Dominique Cordellier signe avec Stefano le roman d'un graveur baroque, dans la lignée de Callot, fin bretteur de l'estampe et toujours curieux du théâtre des hommes.

    1620. Stefano apprend à ciseler l'or et l'argent, à peindre des tableaux convenus et à graver finement à l'eau-forte. Quand il voit à Florence l'éléphante que le prince Fakhr-al-Dīn a conduite dans sa suite, sa vie commence.

    Une cantatrice quelque peu courtisane, une ânière latine près de Rome, une Polonaise de haut rang en voyage, la servante d'un peintre à Amsterdam, une poétesse cartésienne à Paris, une sultane captive à Malte et d'autres encore donneront corps à cette vie. Elles en feront une fête de l'esprit aux multiples masques, riche d'amours légères, graves et immortelles, joyeuse, tournoyante, comme le sont en peinture les danses macabres quand la mort sauve la joie.

  • Premier recueil de Brigitte Lavallée, L'invisible tient à toi s'interroge avec beaucoup de justesse sur la notion d'attachement. En trois temps, la poète s'adresse à sa soeur jumelle décédée en bas âge, à sa mère, puis à son propre enfant imaginaire. Un recueil à la force tranquille qui soulève la question rarement abordée de l'ambivalence envers le désir de maternité, aborde le doux mystère de la gémellité et la complexité des relations mère-fille.

empty