Editions Asphalte

  • Tes yeux dans une ville grise Nouv.

    Tous les jours, Jeremías traverse en bus la capitale péruvienne pour se rendre à l'université. Sous son regard sensible et lucide défile la Lima d'aujourd'hui, où coexistent quartiers pauvres et zones richissimes. Désenchanté, Jeremías est le représentant parfait d'une génération qui n'a jamais pu intégrer la prétendue « société parfaite » des années 1990 en Amérique du Sud. Récit poétique, portrait urbain, roman social, Tes yeux dans une ville grise est servi par une écriture précise et fragmentaire. L'ouvrage a été finaliste du prix du roman Fernando Quiñones en 2010, décerné par la fondation Unicaja. En France, le roman a fait partie de la première sélection du festival du premier roman de Chambéry en 2012.

    Martín Mucha est né en 1977 à Lima, au Pérou. Écrivain et journaliste, il vit à Madrid, où il collabore au journal El Mundo. Ses reportages sur l'immigration lui ont valu le Prix Roi d'Espagne de journalisme en 2007. Son premier roman Tes yeux dans une ville grise a été publié en France par Asphalte.

  • Les rêves qui nous restent Nouv.

    Natalio est un classe 5, les flics les plus méprisés de la City, chargés d'éliminer discrètement les dissidents. Suite à un accident, il doit se procurer un nouvel « électroquant », robot d'apparence plus ou moins humaine qui lui sert d'assistant. Fauché, il se rabat sur un vieux modèle bas de gamme qui se distingue rapidement par l'inquiétante étrangeté de ses expressions et de ses réactions. Mais Natalio n'a pas le temps de s'interroger sur ces anomalies : il a un nouveau cas à résoudre. Une intrusion a eu lieu dans une de ces usines à rêves où se réfugient tant d'habitants de la City pour échapper à leurs vies misérables. Et des résultats lui sont demandés au plus vite...
    /> Après la trilogie « Santiago Quiñones », Boris Quercia change d'univers et nous projette dans un futur digne d'un Philip K. Dick, gangrené par la marchandisation du vivant et la dépendance aux machines.
    Traduit de l'espagnol (Chili) par Isabel Siklodi et Gilles Marie.

    Boris Quercia est né en 1967 au Chili. Il est connu dans son pays en tant que cinéaste aux multiples facettes : acteur, réalisateur, scénariste... Son roman Tant de chiens a reçu le Grand Prix de littérature policière en 2016, ainsi que le Grand Prix du roman noir étranger au festival de Beaune. Sa trilogie Santiago Quiñones, publiée en France par Asphalte, a été adaptée en série télévisée.

  • L'étrange famille Wexler s'installe dans une petite ville près de la frontière suisse. Le charme du père, Richard, professeur au lycée, s'exerce bientôt sur tous ceux qu'il côtoie. L'un de ses élèves, Mathias, va fréquenter cette tribu énigmatique, qui vit dans une villa à l'écart. Il y a Cheyenne, passionnée de chevaux, le petit Henry, toujours la carabine à l'épaule, et Charlotte, dont il s'éprend. À ce lumineux premier amour s'oppose le désir plus trouble que Richard développe pour la jeune Aurore, une de ses élèves. Tout va basculer quand le professeur propose à sa classe de tourner un film dans la forêt...

    Vingt ans après, Mathias revient sur les lieux de son adolescence. Il y retrouve Aurore, les souvenirs de son passé et les traces de ceux qui l'ont dégradé irrémédiablement.

    Jean-François Dupont est né en 1956 à Ambérieu-en-Bugey. Après avoir enseigné la littérature et le cinéma sur les bords de l'Ain, JFD consacre désormais son temps à l'écriture et au voyage. Il a notamment publié Sparring Partner ou Souvent je pense à Jack, ouvrages pour lesquels il a obtenu la Bourse du CNL et celle de la Région Auvergne-Rhône-Alpes

  • Andalousie, 1916. Les tensions se multiplient dans la Vega de Grenade : les journaliers manquent de travail et de pain, tandis que les caciques s'enrichissent en profitant de la guerre pour spéculer sur leur production. C'est dans ce contexte tendu que Lucero, alias Federico García Lorca, va forger sa veine poétique avant de rejoindre Madrid et l'avant-gardisme irrévérencieux de Dalí et Buñuel. Il vivra des échecs retentissants au théâtre, subira la censure et la persécution homophobe de l'époque, mais connaîtra le succès et deviendra pour le peuple espagnol une icône de la liberté.Aníbal Malvar revisite ici une des pages les plus noires de l'Espagne et s'affranchit du devoir du biographe pour réécrire la tragédie d'un des rares auteurs qui fut de son temps un « classique vivant ».Traduit de l'espagnol par Hélène Serrano.

    Aníbal Malvar est né en Galice. Journaliste de profession, il est également romancier, et écrit aussi bien en castillan et qu'en galicien. Ses ouvrages, où il allie son talent de conteur à sa légitimité de reporter, sont publiés en français chez Asphalte : La Ballade des misérables (2014), Comme un blues (2017).

  • Bélem, dans le nord du Brésil. Dans ce pays où tout jeu d'argent est illégal, le docteur Clayton Marollo associe sa passion des cartes et son carnet d'adresses bien garni pour ouvrir des salles clandestines qui accueillent, nuit après nuit, hommes politiques, notables, trafiquants et vrais joueurs.Gil, jeune homme élevé quasiment dans la rue, se fait remarquer par le tout-puissant Marollo, qui en fait son bras droit. Il se rend vite indispensable, jusqu'à l'arrivée de Paula, jeune joueuse de poker extraordinairement douée, qui fait tourner les têtes et suscite bien des convoitises dans ce milieu très fermé.Roi, dame, valet : ces trois-là vont se convoiter, se haïr, se perdre.Bienvenue dans les eaux troubles de Belém.Edyr Augusto nous plonge à nouveau dans les bas-fonds de la capitale de l'Amazonie, lieu de tous les trafics, en multipliant les portraits d'une humanité-mosaïque.Traduit du portugais (Brésil) par Diniz Galhos

    Natif de Belém, Edyr Augusto est journaliste, écrivain et dramaturge. Très attaché à sa région, l'État amazonien du Pará, il y ancre tous ses récits. Sont déjà parus chez Asphalte : Belém (2013, prix Caméléon du roman traduit), Moscow (2014), Nid de vipères (2015) et Pssica (2017, sélectionné pour le Grand Prix de littérature policière).

  • Margarita : un paradis caribéen pour touristes européens. Edeltraud Kreutzer, originaire de Düsseldorf, se rend sur cette île pour comprendre les circonstances de la mort de son fils, Wolfgang, retrouvé noyé sur la plage où il tenait un bar. Perdue dans cet environnement radicalement étranger, elle fait appel à José Alberto Benítez, un avocat local qui va l'aider dans ses démarches. Leurs recherches mettront au jour une autre île, bien éloignée des hôtels all-inclusive : la Margarita de la jungle bureaucratique, des passe-droits en tout genre, mais aussi celle des combats de coqs qui ont tant fasciné Wolfgang...

    Francisco Suniaga est né en 1954 sur l'île de Margarita. Ancien avocat, il a publié en 2005 son premier roman, L'Île invisible, qui a été un best-seller au Venezuela.

  • Décembre 2042. La dissension couve dans la ville nouvelle écologique de Xoxox, au milieu de la forêt des Landes : ses habitants n'en peuvent plus de son labyrinthe d'impasses, dans lequel les touristes se perdent lors du carnaval annuel. Réfugiés dans les égouts, ils plaident pour l'ouverture de boulevards et d'avenues. Pourtant, Xoxox ne sera jamais réaménagée, du moins pas tant que vivra son bâtisseur, l'architecte autoritaire et mégalomane Gravimal, qui veille à préserver sa création du haut de sa demeure monumentale.Débarque alors Paoletta, mystérieuse Italienne armée de deux révolvers. Il est aisé de deviner qui est la cible de cette tueuse à gages... Mais qui est son commanditaire ?Dans La Ville des impasses, Aymen Gharbi nous entraîne dans une curieuse construction narrative et urbanistique, peuplée d'énergumènes sublimes et de magouilleurs grimaçants, où l'absurde et la démesure règnent.

    Aymen Gharbi est né en 1981 en Tunisie. Il a étudié la littérature française entre Tunis et Paris, et plus particulièrement le rapport entre série télévisée et roman-feuilleton. La Ville des impasses est son deuxième roman après Magma Tunis, publié par Asphalte en 2018.

  • Hakim

    Diniz Galhos

    À l'aéroport de Roissy, Hakim dit au revoir à sa femme Rita et à leurs deux enfants. Tandis qu'ils partent en vacances, lui reste travailler à son grand projet : sa BD, qu'il doit terminer. Une fois sa famille déposée, Hakim prend le RER pour rentrer chez lui. Mais la découverte d'un bagage abandonné dans la rame va contrecarrer ses plans. Oui, bien sûr, il y a très peu de risques que ce sac contienne une bombe... Et pourtant. Et si... Et si ça n'arrivait pas qu'aux autres ? Une seconde suffit à Hakim pour se rendre compte qu'avec sa couleur de peau, son jogging trop court (petit problème de lessive) et sa grosse barbe (de hipster, mais qui peut passer sans mal pour une barbe de salafiste), il a tout le profil du coupable idéal, du terroriste. La seule solution ? La fuite, effrenée...

    Né à Paris en 1978, Diniz Galhos est traducteur de l'anglais et du portugais (Le Livre Sans Nom, Irvine Welsh, Edyr Augusto, John King), et auteur (Gokan, son premier roman est paru 2012 au Cherche-Midi).

  • 1990, Nevers. Katia, lycéenne rebelle, étouffe au bord de la Loire et rêve d'indépendance. Elle tombe follement amoureuse de Pierre-Yves, libre et anticonformiste comme elle aimerait l'être. Mais la soif d'absolu du jeune homme va plus loin que la sienne.
    1990, Zagreb. Le tube « Fuck you Yu » fait danser la jeunesse yougoslave, qui se reconnaît dans ses paroles iconoclastes. Et souvent mal comprises : la chanson va devenir un hymne à l'éclatement de la Yougoslavie.
    1990, Vukovar. Dans cette ville pluriculturelle, personne n'est censé savoir qui est serbe et qui est croate. Mais est-ce vraiment le cas ?
    Dans Demain la brume, Timothée Demeillers met en scène des destins malmenés par l'Histoire, dans une Europe où les frontières se renforcent au lieu de s'effacer.

    Timothée Demeillers est né en 1984 à Angers. Il est l'auteur de Prague, faubourgs est (2014) et de Jusqu'à la bête (2017), avec lequel il a remporté le prix du Deuxième Roman de Grignan, le prix du Jeune Romancier Le Touquet, le prix Calibre 47 et le prix Hors Champ.

  • Une ville grise et jamais nommée, baignée par les pluies acides, survolée par des hélicoptères menaçants. Des hordes d'affamés dorment sur les trottoirs et des chiens clonés rôdent dans les rues. Tous les matins, une armée de travailleurs en col blanc sort des bouches du métro pour regagner servilement leur bureau. Parmi eux, un employé, l'employé, est prêt comme les autres à toutes les humiliations pour conserver son travail... jusqu'au jour où il tombe amoureux et commence à rêver de devenir un autre. De quoi peut se rendre capable un homme qui s'accroche à son rêve??
    L'Employé est une dystopie glaçante, empreinte d'une sombre poésie. Son narrateur assoiffé d'amour évolue dans un univers qui évoque autant J. G. Ballard que le Terry Gilliam de Brazil.

    Préface de Rodrigo Fresán.
    Traduit de l'espagnol (Argentine) par Michèle Guillemont.

    « Étonnant et oppressant. » Livres Hebdo
    «?Avec sa prose décharnée et médullaire, sa trame impitoyable et sombre, admirable à tous égards, L'Employé est la meilleure porte d'entrée à la nuit obscure de l'âme de l'univers saccomannien. » Rodrigo Fresán

    Figure majeure de la littérature argentine contemporaine, Guillermo Saccomanno est né à Buenos Aires en 1948. Scénariste de BD dans les années 1970, il passe au roman dans les années 1980. Il développe une oeuvre protéiforme à la grande puissance évocatrice, qui franchit les barrières de genres et qui forme un portrait de l'Argentine transcendant les époques : 1977, L'Employé, Basse saison... Ces trois textes sont traduits en français chez Asphalte et en anglais chez Open Letter Books.

  • Buenos Aires, 1977. La dictature argentine mène sa «?guerre sale?»?: toutes les nuits, des escadrons de la mort abattent des militants ou les emmènent vers une destination inconnue. Professeur de littérature, Gómez tâche de faire profil bas alors que le nombre de disparus grandit autour de lui. Jusqu'au jour où l'un de ses élèves, Estéban, est raflé dans sa salle de classe même. Rongé par l'insomnie et la paranoïa, Gómez passe ses nuits dans des bars interlopes en quête d'aventures avec des hommes de passage. Il va jusqu'à entamer une relation trouble et violente avec un policier qui l'effraie autant qu'il le fascine. Mais son conflit intérieur entre morale et survie va devenir intenable quand un jeune couple de dissidents se réfugie chez lui.Dans 1977, Guillermo Saccomanno nous rappelle que l'Histoire se répète, et que les avertissements du passé sont rarement entendus.Traduit de l'espagnol (Argentine) par Michèle Guillemont.

    Figure majeure de la littérature argentine contemporaine, Guillermo Saccomanno est né à Buenos Aires en 1948. Scénariste de BD dans les années 1970, il passe au roman dans les années 1980. Il développe une oeuvre protéiforme à la grande puissance évocatrice, qui franchit les barrières de genres et qui forme un portrait de l'Argentine transcendant les époques : 1977, L'Employé, Basse saison... Ces trois textes sont traduits en français chez Asphalte et en anglais chez Open Letter Books.

  • Fraîchement émoulu de l'école de police, Pampa Asain est muté dans la petite ville de Monge, à plus de 400 km de Buenos Aires. Là-bas, il n'y a rien - une route, un bar, une quincaillerie, des maisons abandonnées - et il ne se passe rien, du moins en apparence. Jusqu'à ce soir d'hiver où un appel de la centrale l'envoie sur la rive d'un lac ; là-bas, il tombe sur le corps d'une jeune fille pendue par les pieds aux branches d'un arbre. Presque malgré lui, et d'une manière qu'on peut qualifier de peu orthodoxe, Pampa va enquêter en pleine tempête de neige et découvrir les étranges secrets de cette petite communauté...

    Entre Fargo et Twin Peaks, Ricardo Romero nous mène dans un territoire au plus profond de l'Amérique où nos tragédies se font insignifiantes devant l'immensité de la nature.

    Ricardo Romero est né à Paraná en 1976. Diplômé en lettres modernes à l'université de Córdoba, il vit à Buenos Aires depuis 2002. Il est romancier, éditeur et directeur d'une revue de littérature. Son roman Histoire de Roque Rey est paru au Seuil en 2016, et il a obtenu le prix du meilleur roman 2017 du Fonds National des Arts argentin en 2017.

  • Pépé Bartoli confie une nouvelle mission à Narval, récupérer à Lausanne le butin d'un ancien casse effectué douze ans auparavant. Cependant Bartoli doute de la loyauté de son homme de main, qui est un agent infiltré de la Centrale.

    .

  • Années 1990, Espagne. Dans une station balnéaire de la Méditerranée, des rumeurs tenaces courent sur Lucía, l'épouse du commandant de la Guardia Civil locale. Les jalousies et les rivalités se déchaînent jusqu'à mener à la tragédie.
    Dans ces stations balnéaires de la Costa Dorada, sur le littoral de la Méditerranée, tous les habitants se connaissent. Le flux incessant des touristes a beau rythmer les saisons, ce sont toujours les mêmes jalousies, les mêmes rivalités, les mêmes clans. Lucía, qui a grandi ici, est belle, trop belle : elle attire tous les regards et déchaîne les commérages. Qu'il serait facile de lui imaginer une liaison avec le séduisant Ignacio Robles, fils à papa propriétaire d'une agence immobilière... Mais qui prendrait le risque de déclencher l'ire de son mari, le Crocodile, commandant local de la Guardia Civil ? Celui-ci est d'ailleurs sur une affaire délicate : un des jeunes de la ville a été retrouvé mort sur une plage, et il craint que ce cas révèle les petits trafics qu'il couvre en échange d'un pourcentage... Tous les ingrédients du drame à venir sont réunis.

    Vingt ans après, le narrateur se rappelle cet été pas comme les autres. Il plonge dans ses souvenirs pour en faire revivre les acteurs et le décor. Roman de la mémoire, Ce que la mort nous laisse est également le portrait d'une ville où les antagonismes de classe sont d'une rare violence, en plein boom immobilier touristique des années 1990.

  • Un jeune français en périple photographique aux États-Unis se fait remarquer pour un de ses clichés. Embauché dans une galerie huppée du Maine, il va y faire deux rencontres qui vont changer sa vie...



    Fin 1992, en bordure du Mississippi. Jeune photographe français, Adrien fait le taxi dans le Wisconsin et documente son périple américain : portraits de clients, paysages boueux, méandres du fleuve. Repéré pour un de ces clichés, il est embauché par un centre photographique de prestige, dans le Maine. C'est là qu'il fait deux rencontres fondamentales : Gloria, la responsable de la galerie, qui détourne des tirages originaux de grande valeur, et Travis, avec qui il va vite se livrer à des trafics de petite envergure. Mais le trio d'écorchés va s'embarquer sur un coup trop gros pour eux. Vingt ans plus tard, Adrien aura l'opportunité de retourner sur les lieux de son forfait...



    Des vies débutantes dessine la trajectoire d'un homme qui s'est écarté malgré lui du chemin tracé pour se retrouver à la lisière de son existence. Dans ses pages résonne l'ivresse d'une jeunesse aventureuse et l'élan vital qui pousse à la retrouver.

  • 13 nouvelles noires inédites de 13 auteurs locaux, chacun mettant en scène une ville de la banlieue parisienne. Une cartographie originale et littéraire d'un territoire mal connu et souvent mal considéré.
    La collection " Asphalte Noir " revient en France pour cette nouvelle destination : Banlieues parisiennes Noir. Comme toujours, des écrivains s'emparent chacun d'un lieu et en font le décor, voire le personnage d'une nouvelle noire inédite. Ce recueil dresse ainsi une cartographie originale d'un territoire mal connu et souvent mal considéré.

    " Les auteurs de ces treize nouvelles ne sont ni sociologues, ni ethnologues, ni journalistes. Ce n'est pas un souci d'exotisme qui les guide. Habitant ces départements qui cernent la capitale, ou aimant les arpenter, ils connaissent leur territoire ; certains sont des acteurs de la vie locale, tous sont des "piétons de banlieues' (...). Et ils ont fait le choix du noir, ce genre littéraire témoin de son

  • Les Bitters étaient au sommet de leur gloire quand a soudain disparu leur guitariste vedette, le charismatique Jack Novak, lors d'une tournée. Après avoir quitté son hôtel un soir d'hiver, il n'a plus jamais été revu.

    Des années plus tard, David Almodôvar, critique musical portugais respecté, mais aussi un des plus grands fans des Bitters, traverse une crise existentielle. Accusé de plagiat pour un article, il est licencié, et sa femme, doutant de ses sentiments, le quitte du jour au lendemain, le mettant au défi de la retrouver. C'est à ce moment-là qu'il va rencontrer Jack Novak lui-même, qui lui propose de lui révéler l'histoire de sa disparition... Les deux hommes s'embarquent ainsi dans un voyage qui les mène de Londres à Berlin, en passant par les Balkans et le désert marocain.

  • Doctorante en histoire des religions, Alina est prisonnière d'un boulot alimentaire dans la publicité. Jusqu'au jour où elle est contactée par la police, qui a besoin de son aide pour démasquer une secte soupçonnée d'enlèvements. Et si c'était là l'occasion unique de briser sa routine ?

    Alina a bientôt trente ans et vit à São Paulo. Doctorante en histoire des religions, elle passe ses journées devant un ordinateur, au vingt et unième étage d'un gratte-ciel, prisonnière d'un boulot alimentaire dans la publicité. Elle peine à surmonter un deuil familial et perd peu à peu sa joie de vivre. Jusqu'au jour où elle est contactée par la police, qui a besoin de ses connaissances pour démasquer une secte soupçonnée d'enlèvements. Et si c'était là l'occasion unique de briser sa routine ? De prendre sa vie en main et de trouver un sens aux questions qui l'assaillent ?



    Une journée et une nuit suffiront à ébranler les certitudes d'Alina, et par là même celles de toute une génération anesthésiée par son quotidien. Dans
    Malgré tout la nuit tombe, Antônio Xerxenesky fait surgir l'irrationnel dans nos existences cartésiennes, éveillant nos angoisses les plus profondes.

  • Je m'enneige

    Benoît Sourty

    Vingt-cinq ans, aucune envie de travailler ni de s'engager dans des relations stables : le narrateur de Je m'enneige vit sa vie au jour le jour. Sa mère, condamnée par une grave maladie, va être le déclencheur d'un voyage initiatique qu'il effectuera avec son frère jumeau.

    Vingt-cinq ans et aucune envie de s'engager : le narrateur de
    Je m'enneige aime cette liberté. Son temps, il le passe avec sa bande de copains dans les cafés de leur petite ville ou dans la forêt alentour, en tout cas loin de chez son père, avec lequel il vit. Son frère jumeau a déménagé il y a quelques années, tandis que leur mère, murée dans le silence, végète dans une clinique, atteinte d'une lourde maladie héréditaire. Jusqu'au jour où elle se met à prononcer un mot, toujours le même : " Varsovie ". Et si elle essayait de dire enfin quelque chose ? Les deux frères embarquent leur mère dans la Volvo familiale, direction la Pologne... ou ailleurs. En fuyant un quotidien entaché par la maladie, que vont-ils trouver ?



    Roman subtil sur une famille écartelée par les silences,
    Je m'enneige est aussi le portrait d'une génération aux antipodes de celle de ses parents dans sa façon d'affronter l'âge adulte.

  • Rien ne va plus pour Santiago Quiñones, flic à Santiago du Chili. Sa fiancée Marina ne l'aime plus, ses collègues policiers le méprisent, et il est rongé par la culpabilité depuis qu'il a aidé son beau-père, gravement malade, à mourir.



    Aussi, quand il tombe sur le cadavre d'un trafiquant dans un resto chinois, son premier réflexe est d'empocher la demi-livre de cocaïne pure qu'il trouve également sur les lieux. Un coup de pouce bienvenu pour traverser cette mauvaise passe, d'autant qu'on vient de lui confier une enquête sensible sur des meurtres racistes... Mais ce faux pas ne va pas tarder à le rattraper.

  • Taxi

    Carlos Zanón

    " Il faut qu'on parle ", annonce un matin Lola à son mari Sandino, chauffeur de taxi. " Ce soir, à mon retour ", répond celui-ci, avant de se laisser absorber par la ville. Et il ne rentre pas, entamant une odyssée de sept jours et six nuits, travaillant sans relâche pour éviter cette discussion fatidique, car il le sait : sa femme, lasse de ses infidélités, veut le quitter.

    Sandino l'insomniaque parcourt Barcelone et les clients défilent, tous pénitents dans son taxi-confessionnal. Dans cette fuite vers l'avant, il tâche de venir en aide à sa collègue Sofía et à son ami Ahmed, mais ce faisant, c'est lui-même qu'il va mettre en danger.



    /> Avec ce roman total, Carlos Zanón montre de nouveau son pouvoir narratif en mettant en scène des personnages justes, complexes, humains.

  • Magma Tunis

    Aymen Gharbi

    Ghaylène, urbaniste intello et tourmenté, est au bout du rouleau. Il stagne professionnellement et sa salle de bain est sur le point de s'effondrer, tout comme sa relation avec Chiraz, étudiante en sociologie excentrique. Suite à une violente dispute, il quitte leur appartement dans l'intention de se donner la mort, rongé par la culpabilité. Mais rien ne va se passer comme prévu ce jour-là, à Tunis : des chats étranges envahissent la ville, des lancers de pétards génèrent de dangereux mouvements de foule, et des happenings d'art contemporain loufoques perturbent un peu plus le quotidien... Les forces de l'ordre sont sur les dents, et Ghaylène ne tarde d'ailleurs pas à remarquer qu'il est suivi.



    Le long des grandes avenues ou dans les rues tortueuses de la Médina, les personnages de
    Magma Tunis se croisent, s'évitent, se pourchassent... Portrait plein de fantaisie de la ville de Tunis et de ses habitants, ce premier roman solaire met en vedette une jeunesse post-révolutionnaire désenchantée.

  • Nicolas a été de tous les théâtres d'opérations : Congo-Brazzaville, Bosnie, Irak... Jusqu'au jour où les séquelles physiques et psychologiques de la guerre du Golfe mettent fin à sa carrière de soldat. Reconverti en porte-flingue pour un clan corse basé à Paris, il ronge son frein. Et saute sur l'occasion quand on lui propose une mission à Marseille : intégrer la protection rapprochée du maire, menacé par un dealer de la Castellane. Mais c'est un traquenard : " le Parisien " n'a été embauché que pour porter le chapeau d'un règlement de comptes...



    Déterminé à se venger, Nicolas se lance dans une course-poursuite effrénée du Vieux-Port à Belsunce en passant par les Goudes et le stade Vélodrome, aidé par la belle Djamila et par Jean-No, ancien docker connaissant Marseille comme sa poche.



    Efficace, énergique, étonnant :
    Le Parisien est à l'image de son personnage principal !

  • Christiane Tarpenbek, institutrice d'une quarantaine d'années, a disparu. Son fils Roland, bien qu'en froid avec elle, finit par faire appel à une détective privée pour la retrouver. Un roman loufoque offrant un portrait en creux de la société allemande contemporaine post-crise migratoire.

    Le jour de ses vingt-trois ans, Roland Tarpenbek se décide à signaler à la police la disparition de sa mère, Christiane, avec qui il est en froid. Cette institutrice d'une quarantaine d'années n'a plus donné signe de vie depuis des semaines, après avoir fait la une de la presse à scandales pour avoir insulté une de ses élèves, réfugiée somalienne. Mais Roland ne parvient pas à croire à cette histoire : certes, sa mère est fantasque et peu sociable, mais adresser des injures racistes à une enfant ? Difficile à avaler.

    Les autorités n'étant pas alarmées, dans ce contexte, par la disparition de Christiane, Roland fait appel à une détective privée qui, armée de son dictaphone, va demander à chacun des proches de Mme Tarbenbek de lui livrer un portrait sans fard de l'intéressée. Peu à peu, les pièces du puzzle s'assemblent...

    Qui est réellement Christiane ? Elle qui déteste l'idée même de voyager, aurait-elle fini par mettre les voiles ? Et que s'est-il réellement passé dans sa salle de classe ?



    Roman délicieusement loufoque,
    Hôtel Jasmin nous conduit de Hambourg au Caire, sur les traces d'une femme veut fuir sa vie.

empty