Editions du Mot Passant

  • Il existe des vies, comme celle d'Élise, désertées par la chance. Sur un chemin de campagne ensoleillé, à l'heure de l'insouciance, un acte violent mettra un point final à sa courte existence. La condamnation d'un vagabond ne suffira pas à lui rendre justice.
    Le hasard a-t-il cherché à pourvoir à cette nécessité en mettant sa meilleure amie sur sa trace ?
    Maryse acceptera de suivre le gentil Gabriel dans la ferme familiale, là-haut où, en ces années 60, les mentalités figées semblent hors du temps.
    Peu chanceuse comme Élise, elle va entrer dans un milieu hostile loin d'en avoir fini avec ses secrets, où ses espoirs de jeune femme risquent bien de se fracasser. Si tout bascule autour d'elle, ce ne sera pas entièrement de sa faute.
    Dans cette ambiance pesante, la vérité finira-t-elle par sortir ?

    Ce roman captivant, au style méticuleux, tisse de sombres personnages et nous entraîne dans le récit haletant de deux familles qui verront leur destin bouleversé par de terribles secrets.

  • La famille Dubois vit au pied du Tanargue avec leurs quatre enfants : trois filles et un garçon Germain. Celui-ci a toujours manifesté une violence maladive difficile à canaliser.
    Avant la guerre de 14-18, sans prévenir, il présente à ses parents sa future femme qu'il mettra enceinte aussitôt après le mariage. Accouru pour l'accouchement difficile, il assistera, impuissant, au décès de son épouse. A partir de là, Germain repousse son fils Baptiste qu'il rend responsable.
    Quelques mois après son retour à la maison familiale, rongé par la douleur, il quitte son village. Les grands-parents et Margot, l'aînée, prennent soin de Baptiste. Au décès de son père et de sa mère, Margot décide de rejoindre son frère dans une situation précaire en Lozère, pour rapprocher Germain de son fils.
    Un grand projet de barrage, celui de Charpal, en Margeride se réalise. Germain est embauché et gagne correctement sa vie. Va-t-il enfin se comporter en adulte responsable ? Saura-t-il ouvrir son coeur à son enfant ? Quel avenir réservera-t-il à cet élève doué ? Quel rôle la dévouée Margot assumera-t-elle ?

  • Michel Lacombe nous plonge une fois encore au coeur de l'époque troublée de la Grande Guerre.
    Bérangère dans la vallée du Rhône et Colin dans l'Est de la France mènent une vie dissolue et dépravée. La foi et la guerre vont bouleverser leur destin.
    De la vie du couvent à celle d'infirmière, des chais de Champagne à la boue des tranchées, les deux héros vont subir bien des épreuves. Leur impossible amour sera-t-il gratifié d'une heureuse issue ?
    Au gré des pages, dont certaines d'une sensualité débridée, Michel Lacombe s'attache au destin de ses personnages tout en appuyant son récit d'une stricte rigueur historique.

  • Un somptueux roman à la gloire des tisseurs en soie, une intrigue captivante, une écriture fluide et accrocheuse.

    La mère adoptive de Juliette l'avait accueillie treize ans auparavant comme un don du ciel. L'amour donné par Rosalie confine à l'excès quand Gabriel Bouchardier, fabricant de soieries absorbé par ses affaires, fait son possible pour ressembler à un père.
    L'enfant née par accident dans une famille misérable de tisseurs, puis abandonnée à la Charité par sa mère Jeanne, démunie de moyens et d'affection, aurait dû avoir un tout autre destin. Juliette grandit dans un milieu privilégié, à l'abri de la faim, où son caractère se polit comme un diamant et développe, du haut du balcon, sa curiosité sur l'activité fourmillante du quartier.
    Dans une ville secouée par des turbulences sociales inquiétantes, où le sang coule, son demi-frère Eugène, garçon vif et intelligent, apprend son existence dans des conditions où le hasard a sa part. Poussé par l'envie de la voir, il affronte les dangers effrayants de la rue avec le même courage que son grand-père Joseph et son père Léon.
    Son héroïsme sera-t-il servi par la chance pour parvenir à ses fins ?
    Juliette sera-t-elle assez forte pour affronter l'irruption de son passé, d'une manière tragique dangereuse pour son avenir ?
    De Charles X à Louis Philippe, de la révolution des Trois Glorieuses à la révolte des Canuts de 1831 pour l'application de meilleurs tarifs de façon, les deux familles de Juliette et leurs amis vont être soumis à de rudes épreuves qui, en bouleversant l'ordre des choses, les bouleverseront elles-mêmes.

  • Le destin d'une femme au coeur de la tourmente, un amour à l'épreuve de la guerre...
    L'histoire nous entraîne des monts du Pilat à la plaine du Forez et nous invite à suivre les péripéties de Souveraine, jeune femme intrépide issue d'une famille paysanne aisée de la Loire. On va suivre sa vie passionnante peu avant et pendant la première guerre mondiale. Mais bien vite va s'imposer à elle un problème de coeur. Va-t-elle se marier avec Joachim d'Urfé, imposé par sa famille pour faire un « beau mariage » ? Ou va-t-elle tout faire pour épouser le bel Adrien dont elle est folle amoureuse mais qui n'a pas de fortune ? Au moment où la guerre de 1914 se déclare, elle va aussi être prise d'angoisse et voit partir au front bon nombre d'hommes...

  • Comme les habitants de son village situé au coeur de l'Emblavez, en Haute-Loire, Polyte attend l'arrivée du rémouleur. Dans ces années d'après Grande Guerre, on se méfie de celui qui n'est pas du pays, mais on sait aussi apprécier le savoir-faire nécessaire de l'artisan ambulant dont le passage annonce les prochaines tuailles.
    Pour le jeune vacher, c'est surtout la présence à ses côtés de Lucia, la fille de l'aiguiseur, qui suscite son impatience. Les deux gamins n'ont pas été épargnés l'un et l'autre par les épreuves de la vie, ce qui alimente une complicité naturelle. Dans un monde d'adultes qui ne laisse pas de temps à leur enfance, parviendra-t-il, en la revoyant comme l'année précédente à pareille époque, à lui confier son secret ? Elle l'intimide tant, de par sa beauté et le mystère qui voile parfois ses grands yeux noirs, tout chargés encore d'images de sa Corse natale...

  • 1921. Dans un village de Haute-Loire : Léonie et Marceau ont quinze ans et s'aiment d'un tel amour que même la rivalité latente qui oppose leur famille respective n'est pas de nature à compromettre leur projet d'union future. Jusqu'au jour où Léonie disparaît mystérieusement, soi-disant victime d'un vieil ermite vivant à la périphérie du village et qui, se sentant démasqué, se serait suicidé.
    Mais Marceau rejette cette version qui cache en vérité un complot ourdi par certains notables à des fins mercantiles. Seul contre tous il ne peut que s'incliner devant une parodie de justice qui non seulement a sali l'honneur d'un homme mais n'a pas permis de retrouver sa petite fiancée.
    Il lui faudra attendre dix-sept ans avant qu'un événement analogue permette au policier qu'il est devenu de reprendre l'enquête. La disparition d'une autre jeune fille dans des circonstances à peu près semblables va le ramener sur sa terre natale, sur les traces de celle qu'il n'a jamais pu oublier...

  • Été 1914. Mathilde et Louis Fournier, jeunes mariés, ont tout pour être heureux. Ils ont quitté la ville de Roanne pour s'installer à quelques kilomètres dans le village de Cordelle où on leur a proposé un poste d'instituteur et de maîtresse d'école. En cette superbe journée de début août et alors qu'ils reviennent d'une balade à vélo, ils sont soudain assourdis par le tocsin qui martèle la campagne.
    La guerre est déclarée, les hommes sont mobilisés. Louis, comme tant d'autres, doit partir au front. Mathilde se retrouve seule, elle va devoir se motiver et s'organiser pour poursuivre ses tâches quotidiennes. Dans sa classe, elle va porter son attention sur le petit Paul qui a des facilités pour apprendre. Le gamin n'aime pas rentrer chez lui et s'échappe dès qu'il a un moment de libre pour retrouver son copain Maurice. Les deux garçons vont baguenauder dans la campagne et vont être amenés à rendre des services aux habitants en ces temps difficiles. Ils vont aussi bien être gardiens de vaches que porteurs de dépêches, aides fermiers qu'enfants de choeur...
    Les années passent et la guerre perdure, les hommes tombent.
    Mathilde n'a plus de nouvelles de son mari. Anéantie, la jeune maîtresse d'école va pourtant mettre la puissance de son chagrin de côté, et, unie aux autres femmes, elle va participer au fil des saisons aux fenaisons, aux moissons, aux vendanges tout en continuant de faire la classe.
    En décembre 1918, alors que l'armistice est signé depuis quelques semaines, le petit Paul va vivre un double drame. Mathilde va tenter de prendre en charge le destin du gamin jusqu'au jour où elle lui remet une sacoche...
    Un beau portrait de femme combative, un hymne à la nature, à la beauté des paysages, à l'enfance, à la passion amoureuse, aux métiers d'antan...
    Attachée et passionnée par ses racines roannaises, Nathalie Roche dépeint ici, avec le talent d'une écriture cinématographique, le portrait d'une héroïne hors du commun dans un contexte historique douloureux de 1912 à 1939. Elle restitue remarquablement grâce à ses personnages au caractère bien déterminé, la vie paysanne de l'époque à la fois foisonnante, sombre et dure, tout en nous entraînant dans les rues de Roanne et sur les chemins bucoliques du pays roannais, rappelant ainsi des endroits aujourd'hui disparus.

  • Dans les années 30, à Kergwen, un hameau breton des Côtes-du-Nord, la vie n'est pas facile pour Angèle, fillette la plus robuste d'une fratrie de quatre enfants. Obligée de travailler dur pour seconder ses parents à la ferme, elle aspire à un avenir meilleur. Studieuse et intelligente, elle développe très tôt une volonté de réussir plus forte que les ombres des chemins creux, affrontées chaque jour pour se rendre à l'école. Sa rencontre avec Francis, l'ami d'enfance aux yeux en étoiles et l'exemple de ses jeunes tantes attirées par les lumières de la ville au mépris des traditions, la confortent dans son envie d'explorer d'autres contrées. Mais une menace rôde à l'horizon, qui risque fort de contrecarrer ses projets. Pour Francis et Angèle, l'âge de l'amour se décline en temps de guerre. Sera-t-il assez fort pour vaincre la folie des hommes et leur permettre de concrétiser leurs rêves ?

  • « Le Secret d'Adrienne » nous transporte au tout début du vingtième siècle, avant la « Grande Guerre », dans ce pays rude et varié que l'on nomme le Velay... D'un village imaginaire perché sur les contreforts du Meygal, à la ville du Puy, si proche et si différente de celle que nous connaissons aujourd'hui, l'auteur nous brosse les amours contrariées d'un jeune cultivateur con?traint de subir une vie citadine qu'il rejette... Mais quelle mouche a bien pu piquer Adrienne Cantalouve, sa mère, pour tenter de le séparer de « sa » Blanche à tout prix ? Blanche Rabérac, celle qu'il sait depuis l'enfance qu'elle sera un jour sa femme, à tel point qu'il ne fait aucun doute dans tout le canton qu'ils se passeront bague au doigt pour former le couple le plus uni et le plus heureux de toute la région?: leur attachement et leur volonté de vivre ensemble sont tellement flagrants ! Pourquoi faut-il que soudain Adrienne ne veuille plus de cette union, au point de se livrer aux manigances les plus sordides pour faire échec aux projets matrimoniaux de son fils et de sa jeune voisine ? De la quincaillerie de l'oncle Isaac aux prairies et forêts des sommets vellaves, de la vieille ville du Puy aux marchés des villages de la montagne, ce nouveau roman de Michel Lacombe nous tisse avec tendresse, sur fond de paysages attachants, une intrigue paysanne riche de ces sentiments et de ces drames humains qu'il sait si bien décrire...

  • Dans la ville qui a vu naître les canuts, ces tisseurs aux doigts d'or, la famille Quinquet est fière de faire partie de ces artisans. Joseph, sa femme Louise et leurs deux enfants vivent au rythme des métiers à tisser. Chaque jour apporte son lot de malheurs et la dureté du labeur ronge le corps et le moral de chacun. Mais lorsque Joseph, dont la rancoeur envers les fabricants est forte, croise la route de l'un d'entre eux, Gabriel Bouchardier, il va devoir prendre une décision cruciale. Encouragé par une promesse de ce dernier et accompagné de son fidèle ami Pichois, Joseph va investir dans un métier Jacquard, aux nombreux avantages, espérant améliorer le quotidien de sa famille dans l'espoir d'un avenir plus serein. Mais sur les pentes de la Croix-Rousse, dans les ateliers étroits des tisseurs, la vie n'est pas un long fleuve tranquille. Et là où la concurrence est féroce, les vilenies se réveillent. Jeanne Quinquet, la jeune fille de la famille, tout juste sortie de l'adolescence, ne va pas rester passive devant les difficultés de son père à trouver du travail pour son nouveau métier à tisser. à l'âge des émois amoureux, jusqu'où ira-t-elle pour la survie de l'atelier ? Jeanne va l'apprendre à ses dépens...

  • La Boîte aux Oiseaux retrace le destin de femmes : Amélie, Suzanne sa fille, Angéline sa mère et l'entourage proche, mené par la vie simple de tous les jours, pleine de joies, de bonheur, de tristesse et de courage en ce début du 20ème siècle. Au coeur du Forez et du Roannais, la vie est dure, notamment pour les femmes qui levées les premières et couchées les dernières, n'avaient d'autres choix que de subir. Engluées dans une vie d'épouse soumise et de ménagère corvéable à merci. Dès la déclaration de la première guerre mondiale, les femmes remplacèrent les hommes partis au front. Elles trimaient toute la journée. Comme toutes ses voisines, Amélie Ribot travaillait du matin au soir. Le parcours de sa vie quotidienne pendant cette période troublée va être égrené de difficultés, de joies, de peines et de rebondissements... Alors que les soldats allaient passer leur premier hiver sur le front de l'est, les familles devaient se résoudre à attendre, à espérer et à prier. Amélie reçut les premières lettres de son mari Fernand. Chaque lettre était lue et relue puis Amélie les rangeait dans la belle boîte aux oiseaux que Fernand lui avait offerte...?

  • Elle s'appelait Marguerite, elle avait presque quatre-vingt-cinq ans. Elle coulait des jours heureux dans un paisible petit village entre Forez et Roannais et parfois se promenait le long du Gand, rivière aux eaux tranquilles. Depuis la mort de son mari, elle habitait chez Reine et Paul, sa fille et son gendre. Assise dans son fauteuil près du poêle, elle passait son temps à tricoter, à éplucher les légumes pour la soupe. Tout en caressant son chat, Marguerite prêtait aussi une oreille bienveillante aux discours de tous... Il avait cinq ans et s'appelait Simhoni. Il habitait Lyon avec ses parents, ses deux frères et sa soeur. Petit dernier de la famille il était adoré de tous, il était joyeux et insouciant comme tous les petits garçons de son âge. Jamais les destins de Marguerite et Simhoni n'auraient dû se croiser un jour. Mais les sombres événements de février 1943 vont en décider autrement. Neuf mois de vie commune vont suffire à tisser les liens d'un amour indestructible...

  • Il y a vingt ans, les jumelles Jacquotte et Charlotte Lemaure avaient été élues Reines lors de la grande Fête de la Pomme. Fières de leur titre, elles étaient devenues les célébrités de la région. Aujourd'hui, cette époque leur semble bien lointaine et la reconnaissance leur manque. Tout le monde a oublié les Reines de la Pomme et ces dernières ne vivent plus que pour leur ferme et leurs souvenirs. Jusqu'au jour où le village décide d'organiser une grande élection : celle de la Reine du Porc et de la Crème ! Désireuse de retrouver leur célébrité d'antan, Jacquotte y inscrit aussitôt sa soeur. Mais les années ont passé et les jeunes femmes d'avant, aux formes avenantes, ont bien changé. Reste-t-il encore une chance pour les jumelles de regagner leur titre de Reine ? Jacquotte et Charlotte ont bien l'intention de le prouver ! Une savoureuse histoire comme sait si bien les raconter Agnès Guerneliane, riche en émotions avec des descriptions et des dialogues très ciselés... Un grand moment de bonheur...

  • En Haute-Auvergne, Marie, jeune employée aux filatures de La Cascade à Bort-les-Orgues savoure avec ses amies les premiers congés payés que le gouvernement du Front populaire vient d'accorder à tous les travailleurs. Dans un hameau de l'Artense, elle retrouve ses soeurs et va aider ses parents miséreux à rentrer les foins. Tous ses frères sont partis sur les routes des Charentes et du sud-ouest pour apprendre le métier d'étameur et gagner leur vie. Plus tard, grâce à eux, elle va faire la connaissance de l'un de ces migrants décrocheurs d'étoiles et va abandonner son travail de cascadière pour suivre cet homme, persuadée que ce que le Bon Dieu vient de lui donner d'une main, il ne le lui reprendra pas de l'autre. À Toulouse où elle le rencontre et s'enflamme pour lui, elle voit son avenir aux couleurs de la ville, elle n'imagine pas ce qui l'attend à Agen où le couple a décidé de s'installer après la débâcle de juin 1940...

  • « Si tu le voulais, disait souvent Thérèse Versanno à son fils Martin, tu deviendrais aussi bon guérisseur que je suis guérisseuse et qu'était rebouteuse ta grand-mère ! Tu as ça dans le sang, mon fils... » C'est vrai que Martin est un peu « spécial » ; un « ravi », comme on dit en ces régions provençales ! Avec le sourire satisfait qui ne le quitte que rarement, le jeune homme accepte cet état de fait avec la placidité qui le caractérise. Son frère Francisque et sa soeur Mireille l'aiment tel qu'il est : il s'avère tellement attachant, avec sa bonne humeur perpétuelle ! Tellement gentil avec tout le monde... Seule Thérèse Versanno se montre avec lui faussement plus dure qu'il ne faut, tout comme elle s'oblige à afficher une attitude rude et revêche envers quiconque sans convaincre vraiment de sa dureté. Une femme aigrie par des veuvages prématurés, qui cache obstinément un coeur tendre... Mais depuis quelque temps, des drames à répétition réveillent les vieilles superstitions de la contrée. Que se passe-t-il dans le village de Cabriès ? La famille Versanno va tout de suite être suspectée mais est-ce que tout se passe comme on l'imagine ? Qui est cet Armand qui rôde autour de la belle Mireille ? Quel va être le rôle du Fada des Garrigues ? Mais depuis quelque temps, des drames à répétition réveillent les vieilles superstitions de la contrée. Que se passe-t-il dans le village de Cabriès ? La famille Versanno va tout de suite être suspectée mais est-ce que tout se passe comme on l'imagine ? Qui est cet Armand qui rôde autour de la belle Mireille ? Quel va être le rôle du Fada des Garrigues ?

  • Dans les années 1955-1960, au coeur du Limousin, une grand-mère veuve de guerre, Marie, élève seule son petit-fils Jeanjean. En même temps, elle se consacre aux travaux de sa modeste ferme qu'elle a continué de faire fonctionner après la mort de son mari. Bien qu'elle soit âgée, Marie prend encore beaucoup de plaisir dans cette tâche, elle qui n'a jamais cessé de travailler tout au long de sa vie. Sur cette toile de fond, à l'heure où le travail dans les champs est légion, où les hivers peuvent être très rigoureux, où les moyens de communication sont restreints, on suit le parcours de vie de cette grand-mère et de ce petit-fils qui préfère aller gambader dans les champs, chasser les oiseaux, plutôt que d'aller dans cette école de campagne... Ce récit nous entraîne dans des scènes de la vie paysanne comme la fenaison avec les outils de jadis, la batteuse et sa curieuse mécanique ou encore les vendanges et les pressoirs d'un autre âge, ainsi que la tuade du cochon à l'entrée de l'hiver. C'est dans cet environnement parfois difficile que les repas et fêtes de famille avaient aussi toute leur place... Mais pourtant, comment cette grand-mère va-t-elle avancer dans la vie avec son petit-fils ? Jusqu'où pourront-ils aller ? Un roman poignant qui fera ressurgir des souvenirs aux lecteurs.

  • Années 50 dans le village de Bussières. Henria l'épicière a décidé qu'il était temps de céder sa place à sa fille Clémence. Celle-ci, après ses matinées au magasin effectue trois tournées par semaine dans les hameaux environnants. Un lien de confiance et d'amitié se noue entre la jeune épicière et les fidèles clients. Cette vie ordinaire est soudain bousculée par le départ inattendu de la jolie Louisa. A-t-elle trouvé du travail à Lyon ? C'est ce qu'affirme sa mère, la sévère Marthe, jusqu'au jour où la jeune fille est aperçue dans la ville voisine poussant un landau... Alors les rumeurs vont bon train, surtout lorsqu'un ou plusieurs corbeaux envoient ou affichent des lettres anonymes. Dans chacun des hameaux, un coupable présumé est vite désigné. Les vieilles histoires de familles enfouies depuis des années ressurgissent ; jalousies, méfiance envers l'étranger, travers connus de tous sont autant de motifs d'accusation... Clémence, confidente au grand coeur, fait face à tous ces débordements. La vérité éclatera enfin et surprendra toute la population.

  • Bien avant la réconciliation franco-allemande, officielle et grandiloquente, des rapports s'étaient noués au quotidien entre fermiers-agriculteurs et prisonniers de guerre en mains françaises. De 1945 à 1947, la campagne manquait de bras, particulièrement dans ces terres arides de Haute Provence, et les patrons convenaient volontiers que ces jeunes Allemands, ouvriers agricoles, étaient de « bons bougres ». Mais pour les gens du pays, ils restaient des « Boches » détestés, surtout par les anciens résistants... C'est l'histoire de Kurt, Karl, Jacob, qui attendent d'être libérés. C'est d'abord l'histoire du sage et beau Günther qui vivra l'amitié d'un enfant de dix ans. Il succombera également aux charmes d'une incroyable diablesse descendue du haut des rochers. Mais qui est cette jeune sauvageonne à la brune chevelure et à la flamboyante jupe rouge ? Que cherche-t-elle ? Pourquoi fait-elle de mystérieuses apparitions au coeur du village ?

  • Sarti, le maître du domaine de la Prade, se retrouve seul dans cette grande maison si vivante quelques années en arrière. Sa seconde fille : il l'a foutue dehors. Son fils, le second de ses enfants a quitté la maison paternelle le soir de la répudiation. Son aînée, le jour de sa majorité, s'en est allée retrouver celui qu'elle aime. Son épouse a fini par rejoindre Julien, le deuxième fils parce qu'elle n'en pouvait plus des mauvais traitements qu'il lui infligeait et qu'elle devait supporter en silence. Quant à l'avant dernier, Louis, il s'est engagé dès seize ans dans les enfants de troupe et ne vient plus à la Prade. Seul, le dernier enfant, Charlot, a trouvé grâce à ses yeux. Il l'a choyé et façonné à son image. Sarti lui a enseigné comment devait se comporter un homme, un vrai : autoritaire, tyrannique, misogyne ; Charlot sera tout cela. Après avoir multiplié les conquêtes, ce fils va se trouver confronté à une jeune femme à la rancune tenace qui n'a pas oublié les atrocités qu'il lui a fait subir dans sa jeunesse. Elle a préparé année après année un piège machiavélique. L'heure de la vengeance a sonné. Comment ce fils va-t-il pouvoir s'en sortir, va-t-il pouvoir compter sur le soutien de sa famille désormais dispersée ? Va-t-il pouvoir faire perdurer la vie quotidienne au domaine avec ses traditions ? Cette histoire, riche en rebondissements, racontée avec beaucoup de sensibilité, laisse apparaître à travers le destin de cette famille en proie à une autorité tyrannique une lueur d'espoir grâce à la plume juste et sensible de Jean Fabre qui ravira les lecteurs.

  • Après avoir séjourné chez Jean et Marie au hameau des Roches au coeur du Forez pendant presque deux années, Alexis retourne dans le Périgord, sur le domaine viticole des Castagnières, où il a vu le jour. Si son père Francis Dumonteil et son frère Denis ne lui font pas très bon accueil, ce n'est pas le cas de sa jeune soeur Catherine et de Mathias, son ami d'enfance. L'été qui arrive avec un orage de grêle va permettre au jeune bourgeois de faire des rencontres inattendues, notamment avec Hélène, la fille du plus proche voisin viticole et ennemi de la famille Dumonteil. Malgré des ressentiments de la jeune femme envers Alexis, les deux jeunes gens, aux caractères tumultueux vont être attirés l'un à l'autre et se revoient à plusieurs reprises... Jusqu'au jour où un drame frappe le domaine des Castagnières... Alexis, confronté aux mésententes, aux vengeances et aux erreurs judiciaires, décide de mener l'enquête lui-même... Mais Hélène continuera-t-elle à le soutenir, ou l'abandonnera-t-elle à son sort ? Pourra-t-il aussi compter sur l'aide de vieux amis ? Avec son écriture très cinématographique, Claire Minne-Beauvoir nous emmène dans une superbe histoire trépidante pleine de descriptions précises et de dialogues ciselés. L'auteure signe là une véritable oeuvre romanesque qui tient en haleine le lecteur jusqu'à la dernière ligne.

  • À l'automne 1945, Angèle et Francis, venus tout droit de leur Bretagne natale, s'installent avec leur fillette au Chesnay, petite ville de la banlieue parisienne. Dans cette France de l'après-guerre, la vie est loin d'être facile. Les restrictions et mouvements sociaux se multiplient et pour l'homme des champs qu'est demeuré Francis, le travail à l'usine Renault tourne au cauchemar. Il ne retrouve un peu d'entrain qu'en retournant à chaque congé dans sa famille en Côtes-du-Nord. Malgré les difficultés du quotidien, Angèle croit encore au bonheur. Bientôt l'existence s'améliore, un petit garçon voit le jour. Mais à l'aube des Trente Glorieuses, un terrible drame va provoquer le retour forcé à La Source, ferme des parents de Francis. Pour Angèle le monde s'écroule. Elle retrouve le milieu rural des années 50 encore replié sur ses traditions et qui tarde à s'ouvrir au progrès. Sera-t-elle assez forte pour supporter l'injustice de son sort et arracher sa part de bonheur à une vie qu'elle n'a pas choisie ?

  • L'auteur nous conte des histoires ardéchoises qui, sous l'aspect romanesque, retracent la vie quotidienne d'autrefois.

  • Qu'arrive-t-il à Richard Levrac en cet été 1992 ? Quel est ce fantôme d'un autre âge qui prend peu à peu possession de son être ? Parviendra-t-il à combattre cette dualité dévorante et démontrer à son entourage qu'il n'est pas devenu fou ? En valsant d'un millénaire à l'autre, Vertige d'un ailleurs nous conduit en Crète pour un voyage aux confins de la réalité. Pris à témoin par le narrateur, nous basculons en sa compagnie dans une dimension pleine d'émotions et de sensations étranges. Un récit haletant. Une écriture percutante, aux sonorités toutes poétiques. Passionnée par la Grèce antique, Chloé Dubreuil signe ici, à 28 ans, son premier roman. « Au pays des oliviers et de la mer cristalline, je l'ai rencontré pour la première fois. Il a brutalement pénétré mon esprit sans que rien ne m'y prépare. Le héros antique, mort et réincarné par mon corps par mon âme... Ressentez, mon anonyme, ressentez cette fulgurance, cette tornade intérieure ; laissez-vous immerger, ne serait-ce que l'espace d'une seconde, dans cette ambiance de fin du monde, dans cette déflagration de l'âme... »

empty