Jigal

  • Le commissaire Stavros est de retour pour combattre les manigances des hommes de pouvoir!
    Juin 2020. En plein centre d'Athènes, le corps d'un homme d'affaires chinois est retrouvé écrasé au pied d'un hôtel en construction. Le commissaire Stavros Nikopolidis est chargé d'enquêter sur le meurtre de ce monsieur Lee, un des principaux investisseurs chinois en Grèce. Ses pérégrinations, très loin d'une simple enquête de routine, vont le conduire rapidement vers la séduisante Yi Ho, vice présidente de la société de monsieur Lee, qui semble se mouvoir avec beaucoup d'aisance dans les milieux opaques du transport maritime, de l'immobilier et de la politique. Les meurtres successifs d'un banquier et d'un journaliste vont plonger Stavros dans les méandres d'un vaste complot politico-financier qui va s'avérer être un des cocktails les plus explosifs dans une Grèce de l'après crise, ouverte à toutes les convoitises, et où tous les coups sont permis...
    Laissez-vous absorber par une nouvelle enquête palpitante portée par une écriture crue et sans clichés au coeur d'une Grèce déboussolée par la crise.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Loin du Sea, Sand, Sex and Sun, Sophia Mavroudis poursuit son analyse de la Grèce d'aujourd'hui autour des enquêtes du commissaire Stavros Nikopolidis. Ce roman noir sur l'avancée chinoise en Grèce, et en Europe, est le 3ème volet d'une série. Après Stavros qui traite d'archéologie, d'histoire et de mémoire sur fond de trafics d'oeuvres d'art, et Stavros contre Goliath qui aborde la question des relations gréco-turques et de la sécurité de l'Europe sur fond de crise des migrants et de terrorisme à la frontière sud de l'Union, ce nouveau roman est tiré d'une histoire vraie mais largement romancée avec un commissaire Stavros Nikopolidis survolté par des mois de confinement et exaspéré par les soubresauts de son pays en pleine reconstruction.

  • Le rouge et le brun

    Maurice Attia

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Quand un policier retraité découvre un corps flottant dans un vieux lavoir, sa dépendance à l'action et l'adrénaline refait soudainement surface...
    1978. Pour échapper à la routine, Paco Martinez, ancien flic, désormais chroniqueur judiciaire et critique de cinéma au Provençal, parvient à convaincre sa rédaction de l'envoyer à Rome pour couvrir l'enlèvement d'Aldo Moro par les Brigades rouges. Tout en rédigeant des articles sur cette tragédie politique, il y rencontre Léa Trotski, journaliste politique à la Repubblica, qui va être victime d'un étrange accident de la circulation. Autre drame sur lequel il va devoir enquêter. Simultanément, Irène, sa flamboyante compagne, va enquêter sur l'histoire de son père, après avoir découvert dans le grenier familial orléanais un manuscrit, rédigé par lui. Il y narre un épisode oublié de 1899, le siège du grand Occident de France, dirigé par Jules Guérin, patron de l'Antijuif, hebdomadaire vendu à 200 000 exemplaires, et accusé de sédition. Dans un chassé-croisé à distance, scandé par les commentaires d'Aldo Moro durant sa captivité et ceux d'Irène sur son père, l'auteur propose une réflexion sur les violences des extrêmes et la résurgence d'idéologies nauséabondes.
    Plongez dans un filet d'enquêtes politiques et personnelles poignantes qui vous guideront dans ce roman à l'atmosphère noire et tragique.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Un formidable roman, un polar historique comme on en rencontre trop peu." -L'atelier de Litote, Amazon"Une trame faite d'événements réels captivante" -Cassiopée, Amazon
    "C'est un roman addictif, que l'on ne lâche pas facilement." -bibliothèquedebracieux, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après La Blanche Caraïbe, Maurice Attia nous revient ici avec Le Rouge et le Brun, un étrange roman très engagé dans lequel nous retrouvons avec plaisir les aventures de Paco et d'Irène dans un tout autre univers. Paco, toujours journaliste, part en Italie pour un reportage sur les traces d'Aldo Moro et nous fait revivre avec beaucoup de recul et de lucidité ses derniers instants... Irène, elle, traque les souvenirs d'une autre période douloureuse, à Paris cette fois. Entre Irène et Paco, s'engage alors une sorte de duel dramatique en lien avec ces deux tragédies. 

  • Vol AF 747 pour Tokyo

    Nils Barrellon

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Ce meurtre en chambre close va vous donner du fil à retordre! Essayez de découvrir la vérité avant la piste d'atterrissage.
    Ce n'est pas de gaîté de coeur que Pierre Choulot est dans cet avion en direction de Tokyo : le billet lui a été offert par ses collègues à l'occasion de son départ à la retraite. Lui qui adorait son boulot de commandant à la Brigade financière de la PJ parisienne, n'a accepté ce voyage que pour faire plaisir à son épouse, d'origine japonaise. Mais en plein vol, quand on retrouve le cadavre du pilote, seul, dans le cockpit verrouillé, le commandant Choulot va vite reprendre du service. Très rapidement, il découvre qu'aucune autre issue ne permet d'accéder au poste de pilotage ! Suicide ou assassinat ? L'enquête commence et chacun des cinq cents passagers, chacun des vingt membres d'équipage devient un suspect potentiel. Comment élucider ce qui ressemble - dixit son épouse, grande amatrice de roman policier - à un meurtre en chambre close ? Peut-être en prenant la raison et l'avion par le bon bout...
    Suivez les indices disséminés dans l'avion pour résoudre le mystère de ce roman à énigme moderne, astucieux et intrigant.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Ludique, frais, inventif" -christophedubourg, Babelio
    "Ce roman policier se lit d'une traite, quasiment sans respirer." -sylvicha, Babelio
    "Vol AF 747 pour Tokyo est un pur bonheur de lecture !" -Christophe Dubourg, Zonelivre.fr
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Vol AF 747 pour Tokyo , nous dit Nils Barrellon, est né de la volonté de rendre hommage et d'adresser un clin d'oeil appuyé aux lectures de sa jeunesse : les romans à énigme d'Agatha Christie, de Arthur Conan Doyle, de John Dickson Carr ou de Gaston Leroux pour ne citer qu'eux. Ce roman invoque plus particulièrement les meurtres en chambre close. Quézako ? Mais si, souvenez-vous : un meurtre est commis dans une pièce fermée. Quand les policiers investissent les lieux (en cassant la porte) ils constatent qu'aucune issue existante ne saurait expliquer la fuite du meurtrier. Comment est-ce possible ? Ici, pas d'appartement, pas de chambre à coucher, mais le cockpit d'un avion. Le pilote est retrouvé mort à l'intérieur. Et c'est Pierre Choulot, commandant de police à la retraite qui, partant en vacances au Japon, qui va s'y coller. Saura-t-il élucider ce mystère de haut vol ? Et vous avant lui ?

  • Gadjo Farel

    André Blanc

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Magouilles, trahisons, complots, corruption vous attendent...
    « Le visage de Joseph s'était figé, tétanisé, la bouche ouverte, cherchant de l'air, le regard tourné vers son effroyable combat intérieur. Oublié le ministre, la Légion d'honneur, le grand salon et ses dorures, sa revanche sur la vie. Son corps vibrait comme une chaîne secouée par un forçat fou, ses mains s'accrochaient désespérément aux bras tendus. Joseph Kaiser ne voulait pas mourir. » L'assassinat d'un ancien patti issu de la communauté yéniche devenu un industriel en vue va entraîner le commandant Farel de la BRB dans un maelstrm international où des personnages inattendus vont faire surgir les aspects les plus sombres de la nature humaine : officier militaire, manouche, chaman, ministre en exercice, avocat international, mafieux de l'Est Comme dans la tragédie grecque, la fatalité accablera les hommes, les habitera et les détruira. Personne ne sera épargné, pas même les héros qui devront payer le prix fort. Prévarications, trahisons, meurtres, attentats, c'est dans ce climat de guerre que Farel va être touché au plus profond de sa chair !
    Un ex-commando intègre et assoiffé de justice se confronte aux aspects les plus sombres de la nature humaine dissimulés dans les arcanes du pouvoir dans ce récit explosif et réaliste.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "un roman trépidant, fort et âpre" -Laurent Greusard, K-libre.fr
    "une intrigue captivante presque enivrante" -collectifpolar, Babelio
    "Ça tape, ça cogne, comme un punching-ball" -Cassiopee42, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Récemment couronné du prix Lyon-Polar, André Blanc poursuit de façon magistrale sa saga sur le lobby politico-militaro-industriel ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça cogne fort ! C'est l'histoire de Joseph Kaiser, un chiffonnier devenu industriel, envié mais bien mal entouré. De militaires à l'affût d'un pouvoir musclé, de politicards corrompus et de leurs cohortes d'affidés Ils sont tous là, avec leurs costards hors de prix, leurs dorures, leurs croyances, leur arrogance, leur suffisance, et cette volonté farouche de se remplir les poches Car chez ces gens-là et même si l'on prie parfois on pense souvent que seul l'argent et les breloques accrochées au revers d'une veste sont LA valeur essentielle d'une vie enviée et réussie ! Et pour ça, ils sont tous prêts à tout ! Effrayant de réalisme Bluffant de crédibilité Et ça n'a rien de rassurant !

  • Tarmac blues

    Gérard Carré

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Se compromettra-t-il pour sauver celle qu'il aime ?
    Léonard Delevigne est le tout jeune patron de la BAND, branche spéciale de la brigade des Stups de Paris en charge de la lutte contre le narco-djihadisme. Milovan Milosevic, commandant dans la même unité, est le « presque » frère de Léonard que ses parents ont adopté lorsqu'ils étaient adolescents. À l'inverse de Léonard, Milo est un homme d'action, pulsionnel et intuitif, pour qui la fin justifie souvent les moyens. Salomé Delevigne, une brillante avocate d'origine juive hongroise, a rencontré ces deux hommes de sa vie le même jour, une vingtaine d'années auparavant. Elle les a aimés l'un et l'autre, incapable de choisir entre le cérébral et l'aventurier, jusqu'à ce que Milo s'engage dans les casques bleus de l'ONU pour laisser le champ libre à ce « presque frère » envers qui il se sent redevable. Jüri Ostnik, alias Viking, est le parrain d'un important cartel, incarcéré à Fleury pour détention et trafic de drogue. Afin de faire pression sur son mari, Viking donne l'ordre à ses hommes d'enlever Salomé qui est enceinte et prête à accoucher de jumeaux...
    Dans un cocktail entre roman noir et fine analyse sociologique, les hommes et les femmes, les policiers et les malfrats se débattent au milieu de trafics internationaux, rackets et violences sociales qui ne laisseront personne indemne. 
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Un titre incontournable pour les amateurs du genre." -migdal, Babelio
    "Un récit humain captivant" -Laurent Greusard, k-libre.fr"Gérard Carré signe ici un scénario de film d'action digne des meilleurs ! " -Jérôme Cayla, leschroniquesdegoliath
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    SÉLECTION PRIX COGNAC 2021 DU MEILLEUR ROMAN FRANCOPHONE Avec Tarmac Blues, Gérard CARRÉ avait envie - besoin ? - d'incarner, pour mieux les exorciser, ses propres angoisses concernant ce monde chaotique qui est le nôtre. Le racisme, l'antisémitisme, la misère, l'injustice sociale et leur corolaire, la violence et les extrémismes  religieux qui terrorisent le monde... C'est le début d'un engrenage infernal où de nombreux personnages, tous plus paumés les uns que les autres, naviguent à vue, jonglant entre survie, enjeux personnels et principes. Et qu'elles soient victime, bourreau, cible émouvante ou simple complice, c'est essentiellement vers les femmes - ses héroïnes - que vont ses pensées, elles qui portent l'histoire sur leurs épaules, les hommes ne faisant que se débattre, victimes de leurs turpitudes, de leurs trahisons, de leurs jalousies, de leur violence... Un roman dense, carré, efficace qui déboule à toute vitesse !

  • Fucking melody

    Noël Sisinni

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Face à la maladie, elle choisit la fuite...
    Elle a quinze ans, est en soins dans une clinique spécialisée et se fait appeler Fiorella. Pas sûr que ce soit son vrai prénom... Elle ment beaucoup, s'invente des passés, traficote le présent, et ne se projette pas dans l'avenir vu qu'elle vient d'apprendre que le sien est limité. Une saloperie quelque part dans la moelle épinière selon les médecins. Alors, il lui faut vivre, vivre passionnément et vite... Et comme toutes les filles de son âge, elle veut connaître l'amour. Alors elle jette son dévolu sur Boris, le compagnon de Soline, son amie qui officie comme clown dans la clinique. Boris, dessinateur de bandes dessinées, est un personnage lunaire qui vit dans son monde. Un coup de foudre pour Fio. Pris en otage par la jeune rebelle qui, pour aller au bout de son rêve,  n'hésite pas à éliminer tout ce qui se met en travers de son chemin, Boris se retrouve dans l'obligation de fuir avec elle pour échapper au rouleau compresseur à leur poursuite. Mais plus ils avanceront vers l'ouest, plus l'horizon va s'obscurcir... 
    L'histoire d'une révolte contre la mort, d'une énergie de vivre et d'aimer envers et contre tout, portée par une écriture puissante et haletante.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Une symphonie jouant sur les sons discordants et les ambiances désenchantées" -delphlabibliovore, Babelio
    "le genre de roman qui marque, qui bouleverse" -purgi89, Babelio"un kaléidoscope d'émotions et de sentiments" Christele-1, booknode.com
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    SÉLECTION PRIX DU PREMIER ROMAN DU GOÉLAND MASQUÉ

  • May fly

    Gérard Coquet

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Une nouvelle enquête pleine de péripéties arrosée d'un doigt d'Irish Whiskey!
    Salvatore Bonato est un homme prudent et matois qui a toujours géré sa vie en bon père de famille. Mais est-il possible d'en être un quand on est le comptable du terrorisme et que l'on vient d'en détourner les fonds ? Devant le monstre qu'il a réveillé, il choisit de se placer sous la protection de la police, accepte de livrer ses secrets, mais pose une condition : que Ciara McMurphy recueille sa confession. C'est aussi lui qui impose l'endroit de la rencontre : Inishbofin, une île au large des côtes du Connemara. Inishbofin, c'est l'île de la vieille femme et de sa vache blanche. Dans la légende celtique, quand elles émergent du brouillard et errent sur les plages de galets, c'est pour annoncer un désastre. Et pour Ciara, c'est un mauvais souvenir. Quand elle avait quatre ans, c'est sur ce caillou perdu en face de la pointe d'Aughrus que sa mère s'est noyée. Pourquoi l'Italien a-t-il décidé de se mettre en scène là-bas ? Quelle idée a-t-il en tête ? Comment se comporte une truite vorace devant les ailes diaphanes d'une May Fly ?
    La nature irlandaise, sauvage, imprévisible et tumultueuse, sera le théâtre de révélations qui vous surprendront.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Un polar qui nous entraîne et que l'on a du mal à lâcher" -mariegil, Babelio
    "Une plume mordante, incisive" -Lalitote, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Bien que lyonnais atavique et assumé, Gérard Coquet est un fan de l'Irlande où il va se ressourcer dès qu'il le peut... Au programme : paysages grandioses et désertiques, barrique de Guinness et pêche à la mouche ! Cela semble divinement lui réussir puisqu'il revient à chaque fois avec des histoires passionnantes et à ne pas dormir debout ! Des histoires irlandaises, avec des légendes, des contes, des vengeances, et Ciara McMurphy, qui à elle seule vaut le détour ! Flic de choc hors protocole standard, grande gueule, pugnace, combattive, amoureuse, elle ne lâche jamais rien et semble prête à régler toutes les embrouilles qui se présentent à elle ! Et le moins que l'on puisse dire, c'est que ça ne manque pas. La dernière en date, c'est cet Italien, là, ce Bonato, qui semble amener avec lui un wagon d'emmerdements... Est-ce qu'elle adore ça ? On se le demande ! Mais ce qui est certain, c'est qu'avec elle, ça va être chaud, brutal et efficace !

  • La peur bleue

    Maurice Gouiran

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Déterrer les fantômes de l'Algérie...
    Plusieurs meurtres de vieux harkis, dans une scénographie aussi horrible que spectaculaire, semblent dégager d'effrayants relents de vengeance. Mais qui peut en vouloir aujourd'hui à ces octogénaires ? Et pourquoi ? Clovis Narigou se laisse entraîner, une fois de plus, dans une enquête qui fera resurgir les vieux fantômes et les non-dits d'une guerre d`Algérie qui n'osa jamais dire son nom. Ses investigations lui feront découvrir la bleuite - une vaste opération d'infiltration et d'intoxication qui, excitant la paranoïa des willayas, déclencha de sanglantes épurations - mais aussi la dramatique situation des harkis, indésirables en Algérie et malvenus dans une France qu'ils ont servie. Les recherches de Clovis Narigou et de la capitaine Emma Govgaline s'avèrent d'autant plus délicates qu'il y a de l'électricité dans l'air : la cité phocéenne est en proie au scandale de l'habitat indigne, des immeubles effondrés et des logements insalubres loués par quelques élus locaux indélicats. Et comme le commissaire Arnal a bien d'autres chats à fouetter que de s'occuper de la mort de quelques vieux Arabes, Clovis et Emma feront le boulot...
    À travers l'enquête de deux policiers marseillais qui éclairent une noire histoire de vengeance, l'auteur dessine une réalité historique sans concessions et enrichit la mémoire collective.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    "Une oeuvre policière et politique, sensible et intelligente" -Laurent Greusard, k-libre.fr
    "Gouiran est un auteur incontournable, grand observateur de la société d'hier et d'aujourd'hui" -Bruno Delaroque, whoozone.com
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    « La guerre d'Algérie n'a été que rarement relatée par l'écrit et l'image, même si les quelques films et romans qui lui furent consacrés restent dans nos mémoires. Elle est toujours l'objet d'interminables polémiques, d'interprétations et de clichés partisans, voire volontairement déformés. Soixante ans plus tard, ses plaies tardent toujours à se refermer. Même si je n'y ai jamais participé personnellement, elle reste un conflit majeur qui a marqué mon enfance. Abordé dans Les vrais durs meurent aussi, j'ai toujours pensé que ce conflit méritait un plus grand développement, à condition bien entendu de trouver un angle de vision novateur. L'opération menée à partir de 1958 sous le nom de « bleuite » (qui donne son nom au roman) m'a paru assez significative à ce sujet. Elle me permettait, en outre, d'aborder le problème des harkis. Quelle que soit l'opinion qu'on peut avoir sur l'engagement des harkis, force est de reconnaître que le sort que la France leur a réservé est assez indigne. Le second angle d'accroche de cette histoire est le scandale des logements indignes et des immeubles effondrés qui secoue la ville depuis plus de deux ans. J'ai déjà abordé le problème de la pression immobilière à Marseille (dans Train bleu, Train noir ou Putains de pauvres ! notamment) mais en novembre 2018, les choses avaient empiré : l'appât du gain de quelques-uns avait tué et l'indigence des projets municipaux dans ce domaine, porté au regard de tous, était flagrante. » Maurice Gouiran.

  • Pour seul pardon

    Thierry Brun

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Il croyait avoir tout laissé derrière lui, mais son sombre passé continue à le poursuivre...
    Thomas Asano a trouvé refuge dans une petite ville nichée au pied des Vosges. Ici, la vie y est âpre. Homme à tout faire, il a la réputation d'être travailleur et bon chasseur. Il est surtout décidé à se faire oublier : il a connu Sarajevo et la prison. En liberté conditionnelle, c'est un homme brisé par la culpabilité qui tente de se reconstruire.  Son seul souhait, ne plus laisser la violence le submerger. Une vie simple au plus près des forêts, en harmonie avec la nature, traquer le sanglier, faire l'amour à Élise, la fille du patron. Mais, chaque jour il envoie des messages à la femme qui l'a quitté. Celle qui le visite dans ses rêves, celle à qui il parle encore quand les nuits sont trop longues. Pourtant quand le père d'Élise se retrouve en possession d'une livraison de cocaïne qui ne lui est pas destinée, le passé d'Asano le rattrape. Cet homme simple et discret n'a désormais plus le choix. Il redevient ce qu'il n'a cessé d'être : un homme de guerre. C'est le prix à payer pour protéger Élise.
    Ce thriller décapant nous entraîne sur les traces d'un homme fracassé par la vie dont les instincts violents remontent à la surface...
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Senones a été une ville prospère au carrefour des métropoles du grand Est. Aujourd'hui, elle est marquée par la fermeture des industries et les séquelles de guerre. C'est le terminus des espoirs. À bas bruit, dans cette région abandonnée par les politiques, les règles claniques empiètent sur celles de l'État. Tout le monde se connaît, on va à la chasse ensemble, métayers, élus comme gendarmes. On se débrouille comme on peut pour survivre, quitte à repousser les marges de la loi. Les chantiers de rénovations emploient des sans-papiers, les anciennes fermes et entreprises de filature servent de nurseries aux trafiquants du Haut-du-Lièvre. C'est là que Thomas Asano a décidé de commencer une nouvelle vie...

  • Va manger tes morts

    Pascal Martin

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Qu'est-ce qui pousse Rio à suivre désespérément une criminelle en fuite?
    Elle s'appelle Romane, elle est Gitane. Dans cette brasserie parisienne, elle vient de flinguer un sale type d'une balle en pleine tête. Lui, c'est Rio, il venait juste de prendre sa défense face aux gifles de ce mec. C'est là qu'elle l'a pris en otage, enfin presque... Et que tout a commencé ! Il est enquêteur pour les assurances. Elle, elle se débrouille comme elle peut... Et plutôt bien. Mais quand le temps vire à l'orage, ils décident ensemble de décamper au plus vite... Elle est jeune, belle, insouciante. Elle a la rage de vivre, là, tout de suite... Lui, pour la première fois de sa vie, il n'a plus qu'une envie, exister et la suivre...
    Lorsqu'un homme réservé mais assoiffé d'aventures et une jeune femme meurtrière se croisent dans une brasserie c'est le début d'un cocktail d'aventures explosif dans une cavale folle éprise de liberté.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Pascal Martin nous a malheureusement quittés il y a peu. En ultime clin d'oeil il nous a laissé ce roman. Un polar noir, dur et sanglant mais tellement réjouissant ! Un dernier road movie... Une histoire d'amour comme il n'en existe pas, une dernière folie, un dernier pied de nez... Un superbe roman noir comme un cri d'espoir et de liberté, un dernier pour la route ! Merci Pascal.

  • L'ombre de la nuit

    Marco Pianelli

    • Jigal
    • 22 Septembre 2021

    Qui est cet homme muet comme une tombe, et pourquoi recherche t-il la justice à tout prix?
    Il fait nuit. Paco Sabian marche sur une route d'Ardèche. Il pleut, le froid s'immisce et glace ses os, la lune n'est pas prête à céder sa place. Une voiture s'arrête à cette heure incongrue. Une femme seule au volant. Une mère qui retrace le chemin sur lequel son fils  a disparu il y a tout juste cinq ans. Depuis, plus rien. Paco, est un ténébreux, un taiseux qui traîne la fatalité, comme d'autres leur ombre. Qui est-il ? Pourquoi est-il là ? Dans son costume de vagabond, il semble poursuivre un but connu de lui seul. Et quand sur son parcours, il croise le Mal, il ne se détourne pas, il ne ferme pas les yeux. Il fait face et l'affronte. Finalement peu importe son nom et pourquoi il passait par là. Paco prend la forme du destin, le dernier recours de ceux qui, sans lui, n'avaient aucune chance d'obtenir justice. 
    Paco va chercher des réponses là où les mystères subsistent. Mais la vérité est-elle toujours supportable?
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    À l'instar des personnages de cowboys solitaires, notamment inspirés de ceux de Clint Eastwood, Paco parcourt les villes et villages de France. N'étant pas au Far West et l'action se déroulant aujourd'hui, il ne porte pas de bottes, ne monte pas à cheval, et n'a pas non plus de colt à la ceinture. « Cet homme est aussi fermé qu'un coffre-fort et encore plus muet qu'un pendu... ». Enquêteur officieux et sans carte, protecteur des faibles et bourreaux des criminels. « Si j'enquête, je trouverai, mais l'issue ne sera pas forcément heureuse. Il faut décider maintenant. Soit je poursuis ma route, soit je mettrai à nue la vérité, quelle qu'elle soit. » Un polar noir et bien serré !

  • Mort à vie

    Cédric Cham

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Découvrez les codes et les règles derrière les barreaux ! Cet univers violent bien éloigné des clichés vous tiendra en haleine...
    Lukas coule une vie tranquille aux côtés de Camille et de leur fille Léana. Jusqu'au jour où tout vole en éclats : il est interpellé, et dans la foulée mis en garde à vue pour homicide involontaire... Voulant protéger son frère Eddy, Lukas va endosser une lourde faute qui n'est pas la sienne. Un choix terrible ! Pris dans cette spirale infernale, il se retrouve placé en détention provisoire. Fiché, numéroté. Écrou 52641. Ici, il va tenter de survivre entre Rudy et Assane, ses compagnons de cellule, dans un univers dont il ignore tout. Il va aussi devoir affronter Moussa et ses sbires... De l'autre côté des barreaux, Eddy, entouré d'une faune interlope, s'enfonce toujours davantage... Chacun construit sa propre prison. Personne n'y échappe...
    À travers l'enfermement et la culpabilité, ce polar livre une véritable analyse de la violence intrinsèque de l'Humanité !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    La bonne trentaine, demeurant dans le 42, Cédric Cham travaille au sein de l'Administration Pénitentiaire Française, ce qui lui vaut de confronter au quotidien récits sombres et réalité. -Polars Pourpres
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Après Broyé et Le Fruit de mes entrailles, Cédric Cham, avec ce nouveau roman Mort à vie, poursuit son analyse de la violence inhérente à notre société, à notre humanité. Et c'est cette fois sous l'angle de l'enfermement et de la culpabilité qu'il décide d'aborder le problème. L'enfermement judiciaire tout d'abord, ce microcosme hors-norme qu'est la prison, qu'Edward Bunker appelait la « fabrique à animaux ». Le lecteur, à travers les yeux de Lukas, va découvrir les codes et les règles derrières les barreaux. Un univers somme toute violent par définition, mais au final très éloigné des clichés et des fantasmes véhiculés par les films ou les médias. La prison n'est que le reflet de notre société : un monde empli de moments de douleur, de désespoir, mais aussi d'amitié, de fraternité, d'amour et... d'humanité dans ce qu'elle a parfois de plus extrême. Et puis il y a l'enfermement intérieur. Celui que l'on se construit tous, en se claquemurant à un moment ou à un autre dans des schémas de pensée, de comportements de vie, la culpabilité vous collant à la peau. Notre pire ennemi est peut-être nous-mêmes. Alors ici, en n'oubliant jamais que la réalité dépasse toujours la fiction, bienvenue en cellule !
    Cédric Cham ne fait jamais dans la dentelle et nous livre des romans noirs époustouflants de brutalité, de cruauté, de cynisme, de réalisme glaçant, mais aussi d'émotions. Accrochez-vous !

  • Stavros contre Goliath

    Sophia Mavroudis

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Stravos et sa coéquipière se lancent à la poursuite d'un terroriste : un traque effrénée qui mêle rage et rancoeur !
    Les nouvelles enquêtes à Athènes du commissaire Stavros Nikopolidis.
    Le commissaire Stavros Nikopolidis est un électron libre et désabusé, charmeur invétéré, amateur d'ouzo et de rebetiko, au caractère bien trempé et à l'instinct aiguisé. À peine remis de la traque de son ennemi intime, il se retrouve, sur ordre de sa hiérarchie et de Bruxelles, à devoir collaborer avec les Turcs - ennemis jurés des Grecs depuis toujours - en vue d'interpeller en mer Égée un terroriste embarqué dans une caravane de migrants à destination de l'Europe. Mais Dora, coéquipière de Stavros et ancienne des forces spéciales, semble nourrir une rancune tenace envers ce terroriste et Cengiz, ce chef turc de la police côtière qu'on leur a collé aux basques. Traques effrénées, coups fourrés et retournements se succèdent. La rage qui anime Dora va brouiller les cartes... Et c'est sur une partie de tavli que tout va se jouer !
    Plongez au coeur d'Athènes, son Parthénon et son Acropole, et suivez les investigations de Stavros et ses fidèles collègues !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    « Un polar bien noir, complexe à souhait ! Excellent. Passionnant. Une grande plume du polar est née. » L'OBS
    À PROPOS DE L'AUTEURE
    Stavros contre Goliath, second roman de Sophia Mavroudis, porte encore une fois toute la Grèce actuelle sur ses épaules. Ou plutôt sur celles du commissaire Stavros Nikopolidis, une forte tête lui aussi. Entre la musique et l'ouzo, il a parfois bien du mal à choisir... Mais il est avant tout réputé pour son flair, sa perspicacité inébranlable et son humanité sans faille. Ici, c'est au coeur des camps de migrants, sur fond de misère humaine et de trafics en tous genres que les policiers vont se retrouver plongés dans les méandres des enjeux politiques, sécuritaires et sociaux d'une Grèce tout juste sortie de la crise. Sophia Mavroudis, forte de son expérience professionnelle, nous fait toucher là les conséquences dramatiques pour les Grecs d'une politique migratoire européenne non assumées par l'Europe. Avec cette nouvelle tragédie grecque des temps modernes, c'est toute l'âme d'une Grèce épuisée qui jaillit avec force des pages de ce roman édifiant !

  • Ange

    Philippe Hauret

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Ange, une jeune femme séduisante, cherche à se venger d'une vedette télévisuelle qui s'est joué d'elle !
    Ange est une jeune femme rebelle, survoltée et aventureuse qui profite de sa séduisante plastique pour attirer de riches entrepreneurs avant de les dépouiller. Elle partage un appartement avec Elton, son ami d'enfance. Ce dernier passe ses journées, rivé sur le canapé, devant la télé, tout en se rêvant multimillionnaire. Lorsque Ange rencontre Thierry Tomasson, véritable icône télévisuelle, elle s'imagine déjà mener une brillante carrière de chroniqueuse. L'animateur, surtout soucieux de s'adjuger ses jolies formes, va vite la faire déchanter... Pour se venger, Ange concocte alors un plan machiavélique en entraînant Elton dans son sillage. Mais on ne s'attaque pas à un présentateur vedette sans en subir de fâcheuses conséquences. Et bien que Ange puisse toujours compter sur sa niaque et son sens inné de l'embrouille pour retourner la situation, le destin peut parfois se montrer facétieux et impitoyable...
    Plongez dans cette histoire de vengeance machiavélique !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    « Philippe Hauret a un vrai talent pour allier intrigues, personnages et contexte social, avec une maîtrise et une force impressionnantes. » Black Novel.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Les romans de Philippe Hauret sont souvent des romans de faille, de destruction, de désespoir. Toujours au plus près de la vie, réalistes, pessimistes mais combatifs... Avec là-bas, tout au bout, cette étincelle qui subsiste et guide les survivants du naufrage ! Philippe Hauret jongle avec les solitudes, les personnages désabusés, les amours contrariées, les dérives, les idéaux fantasmés, les fragments de vies brisées, les personnages écorchés vifs, les espoirs lointains, mais aussi avec la rage et la niaque qui au-delà du NOIR sont toujours là comme ultime rempart ! Philippe Hauret aime la vie comme il aime ses personnages. Et si chacun de ses romans est si brutal, si poignant, si douloureux, c'est sans doute parce qu'il cherche par tous les moyens à faire aimer la vie à ses personnages... Et ce n'est pas un hasard si on l'associe parfois à Goodis, Jonquet, Thompson ou même Manchette... Philippe Hauret écrit de grands romans noirs ! De ceux qui laissent des traces...

  • Noir côté cour

    Jacques Bablon

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Dans un immeuble parisien, les habitants de chaque étage ont leurs sombres secrets...
    Paris. Un immeuble ancien avec une cour pavée. Cinq étages. Fin de semaine calme. Si ce n'est que... Que la grosse fête au quatrième chez ces trentenaires bien dans leur époque tourne mal. Qu'au premier, un des deux Lettons de passage dans la capitale a pris un éclat de grenade GLI-F4 dans le dos et saigne comme un boeuf. Que l'homme du deuxième qui a accueilli une sans-papiers ne rêve que de la baiser. Que la belle étrangère sait particulièrement bien calmer les ardeurs des hommes qui se croient tout permis. Que le jeune du cinquième connaît tout des horreurs commises par le salaud du deuxième et qu'il ne va pas en rester là. Que l'importateur de pistaches qui habite au troisième a pris une balle dans la tête. Mais qui pourrait affirmer que dans ce nid de vipères l'amour ne pourrait pas éclore ?
    Un roman noir qui, à travers cet imbroglio d'intrigues, vous tiendra en haleine !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE 
    « Dans ses romans, Jacques Bablon va toujours à l'essentiel. Dès l'ouverture du polar, l'ambiance est bien là, donnant envie d'aller plus loin, de lire encore et encore. Avec lui, pas le temps de souffler, on ne lâche pas le livre tant qu'il n'est pas terminé. Des romans noirs dignes des plus grands. » Emmanuel Fleury.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Dans ce nouvel opus, Jacques Bablon - usant là encore de son style minimaliste, évitant le superflu, tendant à l'ascèse - va nous entraîner dans la cage d'escalier d'un immeuble parisien très intrigant. Avec lui, nous allons monter les étages un à un, nous arrêtant à chaque palier. Et en poussant la porte des locataires, Jacques Bablon va nous laisser entrevoir des pans entiers de leur vie... Une vie qui aurait pu couler des jours relativement paisibles. Mais l'ironie du sort semble vouloir s'en mêler... On va découvrir leurs aventures personnelles, tumultueuses, qui pourraient peut-être les entraîner vers le chaos... Le mélange est savoureux. La famille est omniprésente comme si l'auteur avait voulu lui donner le rôle principal... Elle est naturellement source de problèmes qui tourneront parfois au cauchemar. Monde pourri ? Désespérant ? Pas totalement. Reste une petite lumière. Tant qu'il y a de la vie... Et comme d'habitude avec Jacques Bablon, on va retrouver dans cet excellent roman noir, son don pour donner chair à ses personnages, leur apporter une profondeur qui ne peut que nous faire courir d'un étage à l'autre pour suivre leur destin... L'écriture claque, égratigne, dézingue jusqu'à en devenir jubilatoire !

  • Putains de pauvres!

    Maurice Gouiran

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Dans les bas-quartiers de Marseille, les pauvres tombent comme des mouches et un fantôme du passé vient demander de l'aide à Clovis Narigou...
    Quand Laura, un amour de jeunesse devenu SDF, est venue lui parler de cette « peste des pauvres » qui semblait s'attaquer aux quartiers Nord de la ville, Clovis Narigou n'a pas immédiatement réagi. Les pauvres ? Y'en a partout, on ne les regarde même plus ! Mais quand, quelques jours plus tard, les politicards de tout bord montent au créneau pour démentir cette alarmante rumeur, Clovis se dit qu'il est peut-être temps d'enquêter ! Les pauvres et les sans-abri tombent en effet comme des mouches, décimés par une épidémie foudroyante... Le maire Bellérophon Espingole a beau s'égosiller pour minimiser cette étrange affaire, toute la ville est en ébullition... Quarantaine déclarée, routes fermées, état d'alerte sanitaire maximum... Marseille coupée du monde ! La tension est à son comble, le peuple gronde, les politiciens se déchaînent, les pauvres trinquent. Mais à qui profite donc le crime ?
    Un polar marseillais intrigant qui nous confronte à la dure réalité sociale et à la détresse des plus pauvres !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Incisif, engagé, profondément ancré dans la réalité sociale de notre époque, le polar façon Gouiran m'a littéralement « scotché ». - le-bibliomane, Babelio
    Gouiran est une sorte de Daenninckx marseillais, qui trouve dans le passé (et parfois le présent) trouble de Marseille la base de romans qu'il arrive généralement à rendre très fluides, et prenants, malgré un coté didactique (bien documenté) important. Une performance. - Pbazile, Babelio
    En mêlant l'Histoire et la fiction, sans se départir de son humour, Maurice Gouiran nous tient en haleine tout au long de ce roman épicé par l'accent de Marseille et par ses expressions propres aux autochtones. - Carmendb, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • Le meurtre de deux jeunes cinéastes embarque Clovis Narigou sur les traces des assassins de JFK...
    En 1963, à Marseille une époque tire à sa fin. À Dallas, le président Kennedy meurt sous des balles inconnues. Quelque quarante ans plus tard, Clovis Narigou toujours plus enclin à se laisser nonchalamment vivre dans les collines de l'Estaque qu'à venger la veuve et l'orphelin, se voit, bien malgré lui, embarqué sur les traces des assassins de JFK. Et de la French Connection aux grèves brisées en 47 sur le port, Clovis va rouvrir un pan entier de l'Histoire de Marseille. Un passé peu glorieux et jalonné de morts violentes où se mêlent politique, hommes de l'ombre, mafia, CIA, complot, milliards de dollars, trafic de drogue et pouvoir. Un cocktail explosif qui des années après continue à malmener truand repenti, journaliste véreux et malfrat aux dents trop longues...
    Un polar marseillais saisissant qui croise le fer avec l'Histoire et ses travers !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    L'Histoire, la vraie, l'authentique, celle qu'on trouve dans les livres sérieux, et une histoire, du suspens, des rebondissements, de l'humour, le soleil du Midi dans les mots : le parfait cocktail pour passer quelques heures! -Carmendb, Babelio
    Au fil d'aller - retour et de flashbacks entre Dallas et Marseille, Gouiran y trouve prétexte pour nous replonger dans le Marseille de l'immédiat après guerre, des luttes de pouvoir sur le port qui recoupaient le climat politique ambiant. -Umezzu, Babelio
    Très bon polar de Gouiran. Les allers-retours entre Marseille et Dallas sont loin d'être artificiels, cela permet quelques bons flash-backs sur des épisodes historiques des deux villes (recherche documentaire impressionnante) et quelques pages poignantes sur le couloir de la mort.-Pbazile, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • Deux récits palpitants s'enlacent : le meurtre de sept notables et la quête de ses origines d'un jeune homme né sous X...
    Mai 68, la France est en effervescence. Elle rêve et c'est déjà ça ! À Sainte-Apostasie, les crânes de sept notables explosent sous des coups anonymes, ce qui, vous l'avouerez, ne facilite pas la réflexion ! À Marseille, Jackie et sa bande de l'Estaque découvrent les grèves, les manifs et la folle utopie qui va avec... En même temps, né sous X et obsédé par son passé, Jackie décide de rechercher la mère qu'il n'a jamais eue ! Quoiqu'il arrive, il veut savoir ! Pour retrouver ses racines, ses pas le mènent en Haute-Provence, dans un de ces villages perchés aux ruelles tortueuses peuplées d'ombres, de mystères et de non-dits. En fouillant son passé, Jackie est alors confronté à une période particulièrement trouble de la fin de la guerre, l'épuration, qui vit surgir de nulle part ces résistants de la vingt cinquième heure s'érigeant bien vite en justiciers !
    L'Histoire est un éternel recommencement, l'horreur, la haine et la connerie aussi ! ...
    Un polar marseillais saisissant qui nous ramène aux temps de l'épuration, de mai 68 et de ses grèves !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    C'est toujours avec bonheur que je me plonge dans un roman de Maurice Gouiran, où l'humour et le suspense sont garantis. "Sous les pavés" en particulier, j'ai retrouvé quelques uns des évènements que j'avais vécus en ce mois de mai historique! Encore un livre que l'on a du mal à lâcher avant de l'avoir terminé! -Carmendb, Babelio
    Deux périodes historiques se croisent et se décroisent, les conséquences de l'une déteignant sur l'autre. le montage est très bien fait et traité avec talent. Un très bon Gouiran. -Umezzu, Babelio
    Celui-là mêle très habilement l'ambiance de mai 68, un accouchement sous X et l'épuration de l'immédiat après-guerre. Comme toujours avec Gouiran, certains récits à l'intérieur de l'histoire vous emmènent plus loin, dans une histoire de France qu'on tait, et pour cause. Le lecteur se prend quelques claques dans la gueule comme rarement, et c'est particulièrement le cas ici. -Pbazile, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • La porte des orients perdus

    Maurice Gouiran

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Un enquête ramène Clovis Narigou au temps des colonies, lorsque les Marseillais se sont retrouvés en Polynésie...
    Une fois encore Clovis Narigou aurait mieux fait de s'occuper de ses chèvres dans les collines de Marseille... plutôt que de soulever le couvercle de cette satanée caisse...
    Il ne savait pas grand chose de Marseille aux temps des colonies... ni des fortunes amassées sur le port, ni des familles qui régnaient alors sur la ville.
    Il ignorait à peu près tout des Polynésiens trompés par les promesses politiques et décimés par les essais nucléaires français dans les années 60...
    Quant à comprendre cette histoire de momie dans laquelle Bébert de la Belle de Mai, futur roi des îles, allait jouer le premier rôle...
    Mais pour un ami, un vrai, ça valait le coup d'essayer! D'autant plus que, quand la lune est pleine, tous les fadas sont dans la plaine...
    Un polar marseillais saisissant qui croise le fer avec l'Histoire et ses travers !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Quelques excellentes pages sur le passé colonial de la France, notamment en Polynésie, en égratignant au passage quelques figures (De Gaulle...). Dans ce type d'évocation, Gouiran excelle. Un très bon polar donc, ce qui constitue le minimum syndical pour cet auteur qui mériterait une plus grande notoriété. -Pbazile, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • La nuit des bras cassés

    Maurice Gouiran

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    De sombres secrets de familles ramèneront trois frères à l'époque de la chute du fascisme en 1945 à travers le thème du trafic d'oeuvres d'art !
    La découverte, un beau matin, d'une tête humaine, soigneusement déposée dans son frigo ne peut être que le prélude à de graves ennuis...
    Et quand les frères Asquaciati, à l'Estaque, Rome et New York, reçoivent ce sinistre message, ils sont loin d'imaginer les engatses qui vont fondre sur eux.
    La saga de la famille commence à Rome en 1945 quand Ubaldo, le père, fervent partisan du Ducce, s'emmêle dans un sordide trafic d'oeuvres d'art. Mais déterrer cinquante ans plus tard de si vieux souvenirs déchaîne une nuée d'étranges démons sortis d'on ne sait où... Heureusement qu'entre deux tournées de "jaune", les copains, RoRo, Luis, Mehdi et les autres, sont là pour leur prêter main forte. Mais cette bande de bras cassés arrivera t-elle à briser le maléfice...? Gauguin et ses singes s'en retourne encore dans leur tombe! Et comprenne qui pourra!
    Un polar marseillais saisissant qui croise le fer avec l'Histoire et ses travers !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Trois frères, trois pays, une vengeance terriblement gore, voici donc le cocktail explosif de ce polar tricoté à merveille par un spécialiste du genre. En virtuose des mots, Maurice Gouiran nous immerge dans le cloaque des secrets de famille enterrés depuis des années, qui ressortent à la surface tels des boutons de fièvre purulents. Avec un immense talent de conteur, il nous fait voyager à travers l'Histoire mais aussi les pays, dressant des portraits hauts en couleurs et des décors plus vrais que nature. -AliceMasson, Babelio
    Avec ce premier roman, Maurice Gouiran nous offre un vrai moment de détente, beaucoup d'humour, du suspense, avec en prime, le soleil, l'accent et les galéjades des habitués du Beau Bar de l'Estaque. -Carmendb, Babelio
    Un roman policier très enlevé et je ne m'étonne point qu'il ait obtenu le Prix sang d'encre des lycéens, tant il recèle en lui tout ce que j'aime : un brin d'humour, une base historique solide qui fait un contexte fort et toujours instructif, une histoire bien menée avec des rebondissements, des personnages originaux, parfois hauts en couleurs, des gueules quoi. Donc en résumé, encore un très bon roman de Maurice Gouiran, mais qui pourrait encore en douter ? -yv1, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • Les damnés du vieux port

    Maurice Gouiran

    • Jigal
    • 23 Septembre 2020

    Un enquête ramène Clovis Narigou dans le passé, à l'époque de la Résistance et de la collaboration...
    En 1940, Marseille est mise en coupe réglée par Sabiani et ses nervis à la solde des nazis.
    De nombreux Français d'alors se retrouvent bientôt engagés volontaires dans la SS, soldats damnés et derniers défenseurs d'Hitler dans un Berlin d'apocalypse.
    Pourtant c'est aussi à Marseille la rebelle qu'éclosent les premiers bourgeons de la Résistance.
    Rodolphe, Anacleto, Calogero, Fernand et Milou voient alors leur groupe d'amis exploser. Les uns tiraillés par l'ordre et la haine, les autres préférant rejoindre la Résistance.
    Mais quand 60 ans plus tard, un notaire madrilène contacte la Zize, poissonnière retraitée sur les hauteurs de l'Estaque, pour l'informer qu'elle hérite de son oncle Rodolphe qui vient de passer l'arme à gauche en terre ibérique... la consternation est grande... le tonton étant déjà mort en 1944 sous les balles ennemies...
    Rodolphe aurait-il eu deux vies?
    Et c'est encore Clovis Narigou qui va risquer la sienne, pour tenter de démêler les fils sanglants de l'Histoire...
    Un polar marseillais saisissant qui croise le fer avec l'Histoire et ses travers !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Beaucoup de pages poignantes sur l'atmosphère de la dernière guerre: celles de batailles du front de l'est, celle de la réalité des camps... Quelques pages plus surprenantes sur la mythologie nazie, passée ou actuelle.
    Un gros travail de documentation, totalement maîtrisé comme toujours chez cet auteur, et très bien intégré à une histoire qui coule parfaitement.
    Les chefs d'oeuvre (!) ne sont pas forcément écrits avec des mots compliqués... -Pbazile, Babelio
    Avec "Les damnés du Vieux Port", la réalité et l'imaginaire se mêlent étroitement pour mieux nous captiver. -Carmendb, Babelio
    Ce septième roman de Maurice Gouiran est l'un des meilleurs. Au travers d'un de ses romans policiers légers et attachants, Gouiran a réussi à parler de ces français qui ont choisi la collaboration au cours de la deuxième guerre mondiale et ont servi de supplétifs aux troupes allemandes en Russie et jusqu'à la chute de Berlin. Les faits historiques qui bâtissent le livre sont parfaitement documentés et abordent des thèmes rarement évoqués. - Umezzu, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Maurice Gouiran est né le jour du printemps au Rove, près de Marseille, dans une famille de bergers. Il passe son enfance à parcourir les collines arides en compagnie des troupeaux de chèvres, ce qui lui donne à jamais la passion de cette nature rude et généreuse, le respect de la culture populaire et de l'authenticité. Il découvre véritablement Marseille avec le lycée Saint-Charles et entretient dès lors des liens amoureux avec cette ville qui le fascine et qu'il sillonne jour et nuit. Tout en restant fidèle à ses collines et aux bistrots populaires des quartiers, il vit la frénésie des sixties, obtient un doctorat en mathématiques, puis se lance dans l'aventure balbutiante de l'informatique du début des années 70. Devenu spécialiste des systèmes d'information sur les incendies de forêts, il effectue, en tant que consultant pour l'ONU, de nombreuses missions autour de la Méditerranée. Il en récolte la certitude de l'existence d'une entité méditerranéenne forte, ce qui transparaît souvent dans ses romans et fait de lui un auteur davantage méditerranéen que marseillais. Polyvalent dans ses activités annexes qui vont de l'enseignement universitaire au journalisme, en passant par la peinture, la poésie et le sport, il se passionne pour l'Histoire taboue du XXe siècle, ses non-dits et ses incidences sur la vie actuelle.

  • Sois gentil tue le

    Pascal Thiriet

    • Jigal
    • 24 Mars 2020

    Pascal ne peut pas ignorer la lettre de Murène. Il l'attendait. Il faut qu'il sache.
    La mer, elle est partout. Et parfois, au milieu, il y a des îles. Pascal et Murène sont des insulaires mais pas de la même île. Lui, c'est une île de l'océan, et elle, une de Méditerranée. Ensemble, ils pêchent sur un chalutier. Le Mort, il s'appelle. Dessus, ballotés par les vagues et les tempêtes, ils vont bien ensemble. Mais à terre, avec leur passé à traîner, c'est pas facile tous les jours... La mer, on dit qu'elle est cruelle mais elle peut être généreuse aussi. La preuve, elle, elle rend toujours les corps. À terre, c'est parfois plus compliqué... Alors quand il reçoit la lettre de Murène, Pascal ne peut l'ignorer. C'est trop tard. Il faut qu'il y aille ! Il sort le fusil, il reste six chevrotines. C'est plus que suffisant...
    Assurez-vous d'être arrimé car ce roman noir vous fera tanguer.
    EXTRAIT
    Quand je suis arrivé à la maison, il faisait presque sombre, rien ne bougeait, ni sur la terre ni au ciel.
    Si l'on m'avait demandé la couleur de la lumière, j'aurais répondu qu'elle était grise, grise et silencieuse.
    J'avais prêté ma montre, la montre de mon père en fait. Je l'avais glissée au poignet de Loraine quand elle était partie prendre son poste à Grenoble. Plus tard, elle avait proposé de me la renvoyer mais j'avais refusé. C'était une grosse montre étanche, une montre de patron pêcheur, c'était ça qu'il était mon père. Étanche, elle l'était, le courant des Ispres avait mis deux semaines à rendre le corps après le naufrage et la montre marchait toujours.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    D'aucuns nomment ça un roman à l'os, qui va droit au plus profond dans lequel les personnages sont avant tout des Hommes qui vivent en interaction avec d'autres, et même si le dialogue, les ronds-de-jambes ne sont pas leur fort, ils ressentent, aiment ou détestent... Le rythme est rapide et encore une fois, il est bien difficile de poser le livre une fois entamé, sauf lorsqu'on l'a fini, et encore, on en aurait bien repris un petit peu... - Lyvres
    Sois gentil, tue-le est un livre sec, nerveux, tendu, pétri d'humanité... Il faut parfois couper les amarres au fusil pour pouvoir s'aventurer sur les flots de la vie. Pascal Thiriet nous prend par la main et nous emmène sur son bateau, pour une croisière forte et sans escale avec une lecture tout en immersion. - K-Libre
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Pascal Thiriet est un auteur hors normes... On l'avait déjà constaté avec ses précédents romans, J'ai fait comme elle a dit (sélection Grand Prix de Littérature Policière), Faut que tu viennes, ou Au nom du fric. On n'aura aucune peine à le remarquer une fois encore dans ce nouvel opus très sombre ! S'il aime par dessus tout naviguer en solo en Méditerranée, il a aussi une imagination débordante, une revendication à fleur de peau et ne se lasse jamais d'inventer des histoires. La preuve ? Au départ de ce roman, il y a une photo que lui envoie son neveu... Sur la photo, un petit chalutier, et un type presque vieux avec une salopette en ciré jaune. Un type qui lui ressemble. Mais pas tout à fait... Alors il en fait un dessin, puis deux... Et ça lui prend un an. À la fin, il a quarante-neuf planches pas vraiment publiables mais où il a mis beaucoup de choses... Alors il décide d'en faire un roman... Un roman noir donc, à partir d'une photo qui lui ressemble mais pas vraiment, puis qui devient une BD non publiée et enfin ce livre... Vous suivez ? Non ? C'est normal... D'autant que je ne vous ai encore rien dit de ce rude et magnifique roman ! Noir, écrit à l'os, sec, dépouillé, nu, brutal, sensible, maritime, douloureux mais si vivant !

  • Deux balles

    Gérard Lecas

    • Jigal
    • 24 Mars 2020

    Willy et Vincent tentent de se reconstruire après leur mission en Afghanistan. Vincent retrouve d'anciens frères. Le sont-ils toujours ?
    Juin 2013, alors que l'armée française engagée en Afghanistan se retire, le caporal-chef Vincent Castillo rejoint à Marseille, Willy, son frère d'armes grièvement blessé au combat. Pour leur retour à la vie civile, ils avaient rêvé un projet : acheter un food-truck et sillonner la côte pendant l'été. Mais pour l'heure Willy est en chaise roulante et Vincent sous neuroleptiques. Faute de mieux, Vincent retourne chez son père, dans cet hôtel minable recyclé en foyer d'accueil pour migrants. Il retrouve là ses deux frères, Denis et Jordan, qu'il n'a pas vus depuis longtemps et qui ont tous les deux bien changé... Il y découvre Hamid, son ami interprète afghan, exilé pour échapper aux Talibans, et rencontre Leila, la jolie Afghane, et son fils Ashmat qui attendent il ne sait quoi... Après tout ce qu'il a vécu, Vincent est à la recherche d'une nouvelle vie. Mais le problème, c'est qu'ici, les frères, les vrais, ça ne court pas les rues...
    Un roman saisissant de réalisme... et de réalité.
    EXTRAIT
    Aujourd'hui, il n'a rien dit lui non plus. Ils ont juste échangé une accolade, serré le bras et la main, comme si tout pouvait être résumé dans ces quelques gestes. C'est le kiné qui a détaillé les manoeuvres pour piloter le fauteuil.
    - Alors, là-bas ? demande enfin Willy.
    - Plus rien. Tout le monde est parti, il n'y a que les instructeurs qui sont restés. À Nijrab.
    - Putain, tout ça pour en arriver là...
    C'était un bon résumé de la situation, tout ça, toutes les souffrances reçues et infligées pour retourner à la case départ. En principe, eux, ils n'avaient pas à porter de jugement là-dessus. Ils étaient là-bas pour faire tourner la machine, fournir la chair et le sang indispensables à son fonctionnement et basta.
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Voilà un roman noir bien noir comme je les aime. Ancré dans la réalité et dans l'actualité. Un roman noir à lire et faire lire, un de ceux qui marquent tant dans les contextes que dans les personnages. Excellent de bout en bout. - Lyvres
    Un polar qui nous plonge dans le pire qui se peut concevoir. Un livre qui marque, un livre presque de témoignage parce qu'il semble vrai, si vrai ! Un roman bien noir... qui prend son lecteur et ne le lâche pas. - Les Chroniques de Goliath
    Une bonne vue en coupe de la situation complexe qui peut exister dans des territoires aux marges... [...] Un récit éminemment construit, aux personnages crédibles et humains, qui présentent des situations fortes et réalistes. Deux balles, de Gérard Lecas, est un roman à suspense et humaniste qui nous emporte sur des sentiers terribles. - K-Libre
    Deux balles est un réquisitoire au vitriol de l'inhumanité dont certains hommes, telles des hyènes, font preuve dès qu'ils hument le parfum de la misère quelque part sur la planète. [...] La tension est quasi permanente grâce aux dialogues travaillés et percutants. A la fois livre coup de poing et roman passionnant, Deux balles est une lecture qui questionne et interpelle notre indifférence. - Jack is Back Again
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    C'est avec son ami Jean-Pierre Pozzi, réalisateur de films documentaires que Gérard Lecas a eu ce projet de roman. L'amitié indéfectible des frères d'armes, les symptômes post-traumatiques et le décalage des soldats revenus d'Afghanistan, l'extrême désarroi et la souffrance des migrants et son cortège de misères et d'exploitation, les espoirs des uns, la survie des autres... Et l'effroyable inhumanité qui peut transformer certains hommes en bien pire que des bêtes sauvages... Autant de thèmes abordés ici avec justesse et avec cette sorte de recul et de détachement qui les rend si plausibles. Deux balles est un roman noir, sombre, et malheureusement très actuel !

  • Ce qui reste de candeur

    Thierry Brun

    • Jigal
    • 24 Mars 2020

    Thomas Boral sait bien que quelqu'un se chargera de l'abattre. Et il pressent également que sa voisine risque de lui attirer des ennuis...
    Thomas Boral était l'homme de main de Franck Miller, un individu véreux en cavale suite à de nombreuses malversations. Il est aussi le témoin capital à son procès qui doit avoir lieu prochainement. Ayant fait main basse sur l'argent amassé par Miller, Boral est devenu un repenti pour sauver sa peau et échapper à une vengeance inéluctable. En attendant le procès, il est protégé par les autorités, mis à l'abri, reclus, au pied de la montagne Noire. Mais pour combien de temps ? Dans cette région on dit que le vent rend fou et que les gouffres attirent et ne rendent jamais les imprudents tombés dans leurs entrailles. Et plus dangereuses que le tueur lancé à ses trousses, il y a là des rancoeurs accumulées... D'ailleurs on dit aussi de Delphine qu'elle est si belle que les hommes pourraient tuer pour elle...
    Vérifier le niveau de votre tension avant de plonger dans ce roman nerveux !
    EXTRAIT
    J'avais bien essayé d'échapper à tout ça.
    Au bout du compte, j'avais fini par coller le canon d'un pistolet contre ma tempe. Comme dans les films, les chansons dramatiques, comme un policier ou un criminel de romans. Encore aujourd'hui, je ressens le contact froid sur mon épiderme. À genoux contre la baignoire, le menton posé sur le rebord glacé, je m'étais essayé à faire le vide, à ne pas visualiser cette balle, à quelques centimètres de mon cerveau, qui allait subir une percussion, briser l'os de mon crâne et tout détruire sur son passage... Ne plus penser à rien. Garder les yeux ouverts jusqu'au dernier moment et en finir. Peine perdue. Je revoyais Anne qui récupérait ses affaires en serrant les dents : « Ça, c'est à moi, et ça aussi. »
    Puis, comme mon index refusait de presser la queue de détente, je m'étais demandé s'il ne serait pas plus facile de me jeter du haut d'un pont ou d'une fenêtre. C'était accablant une telle lâcheté...
    J'avais abaissé l'arme et entendu un rire dans cette salle de bains, un rire désincarné, proche de la démence, en tout cas, désespéré. 
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Un roman sous haute tension, qui nous met à mal, parce qu'il remet sans cesse en cause nos certitudes. On finit par ne plus savoir qui est le gentil, qui est le méchant, dans cette histoire. A tel point que l'on devient paranoïaque ! Un très bon polar étouffant. - Black Novel
    L'écriture de Thierry Brun est musclée, nerveuse. J'ai aimé les personnages en demi-teinte de ce roman. L'auteur a parfaitement maîtrisé la narration, on sent le malaise, les impondérables qui envahissent le quotidien. Tout va crescendo jusqu'à une fin qui vous laisse pantois. - Un Polar
    Un roman noir nerveux, précis et tendu comme une arbalète... Une spirale intense, vous rapprochant de l'oeil du cyclone à chaque page tournée, pour une fin en apothéose digne des meilleurs romans du genre. On ressort de cette lecture lessivé, essoré, mais satisfait de l'expérience vécue. - France Net Infos
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né le 16 avril 1964, Thierry Brun vit à Paris après une enfance nomade qui le conduit du 17e arrondissement parisien aux quartiers de Garges-Lès-Gonesse en passant par Calais ou Fos-sur-Mer. Diplôme commercial en poche, il se lance dans la vie active et cumule des emplois aussi différents que steward Wagons-Lits, vendeur de tissus au marché Saint-Pierre ou secrétaire attaché aux passeports d'un importateur russe. Il fait ses véritables armes comme négociateur boursier à l'âge d'or du palais Brongniart, est plongé dans l'enfer de la criée, avant de se tourner dans les années 2000 vers la littérature.

empty