Julliard

  • Aphorismes et pensees Nouv.

    Aphorismes et pensees

    Françoise Sagan

    • Julliard
    • 4 Novembre 2021

    Styliste admirable, Françoise Sagan avait l'art de la formule. Dans ce recueil de citations aussi élégantes qu'intemporelles, c'est la femme moderne, et surtout exceptionnellement libre, qu'on retrouve derrière chaque mot.
    Selon la définition classique, un aphorisme est une sentence énoncée en peu de mots, résumant l'essentiel d'une théorie, d'un principe, d'un système de valeurs, ou d'une pensée. En littérature, c'est avant tout une figure de style. En parcourant l'oeuvre de Françoise Sagan, on est à la fois stupéfait et enchanté de découvrir combien ces petites phrases sont nombreuses, que ce soit dans ses romans, son théâtre et ses nouvelles, aphorismes dont l'éclosion, au détour d'un paragraphe, explique certainement le si grand bonheur de lecture que nous procure encore cette styliste hors pair. Françoise Sagan égrenait-elle sciemment dans ses ouvrages ces formules au ciselage impeccable ? Ou bien ces aphorismes cachés étaient-ils tout simplement la marque d'une tournure de pensée naturellement douée de furlgurances ? Sur le thème de l'amour, de l'argent, du jeu, de la gloire, du bonheur ou de la mort, Denis Westhoff a recensé plus de 230 citations provenant des ouvrages de sa mère, Françoise Sagan, qui sont autant de traits d'esprit, de perceptions justes, drôles, toujours à propos, montrant, au-delà de son talent de plume qu'elle était non seulement une tête penseuse, mais une femme d'une modernité et d'une liberté hors du commun.

  • Le complexe de diane Nouv.

    Le complexe de diane

    Eaubonne F D.

    • Julliard
    • 14 Octobre 2021

    " Le sort des révolutions est lié à celui des femmes ! " Réédition du premier texte théorique de Françoise d'Eaubonne, intellectuelle et militante à l'origine du concept d'éco-féminisme, dont la pensée iconoclaste suscite en 2021 un fort regain d'intérêt.À la sortie du
    Deuxième Sexe, Françoise d'Eaubonne écrit à Simone de Beauvoir : " Vous êtes un génie, vous nous avez toutes vengées ! ". Pourtant l'essai est loin de faire l'unanimité. Ses détracteurs sont nombreux et virulents, comme François Mauriac, qui voit dans ce livre " un danger pour l'individu, la nation et la littérature elle-même ". Françoise d'Eaubonne est alors une romancière de trente et un ans. C'est d'abord pour répliquer à ces critiques masculines et conservatrices qu'elle se lance dans un essai théorique. Bien décidée à défendre
    Le Deuxième Sexe, elle veut aussi avec
    Le Complexe de Diane faire la synthèse entre lutte des classes et lutte féministe, et entreprend de contrer les préjugés sexistes encore présents dans la psychanalyse et le communisme. Convaincue que Marx n'est pas allé assez loin dans sa conception de la révolution prolétarienne, elle lui reproche de ne pas avoir remis en cause la structure de la famille, source d'inégalités flagrantes entre hommes et femmes. Chez Freud, elle remet en question la notion d' " envie du pénis ", attribuée aux femmes révoltées, et montre que leur refus de se soumettre à leur destin (le mariage et la maternité), loin d'être pathologique, relève d'une aspiration légitime. Quant à leur supposé masochisme, sur lequel les adeptes de la psychanalyse s'étendent beaucoup pour expliquer leur soumission ou, même, leur infériorité, elle le conteste avec ferveur. S'appuyant sur la figure mythologique de Diane chasseresse, elle affirme que la nature féminine est une construction sociale qui tend à justifier la domination masculine en vertu d'un patriarcat nécessaire et éternel. Elle se penche sur des modèles alternatifs, hérités de sociétés matriarcales archaïques et se montre d'une modernité remarquable lorsqu'elle se penche sur le concept d'éros féminin, absent du livre de Simone de Beauvoir. Les conclusions de son ouvrage mettent l'accent sur une bisexualité originelle de tous les individus, et annoncent ses livres et ses combats futurs, qu'ils soient féministes, écologistes ou libertaires.

  • Les oiselles sauvages Nouv.

    Les oiselles sauvages

    Gonthier Pauline

    • Julliard
    • 14 Octobre 2021

    À cinquante ans d'intervalle, le destin croisé de deux femmes : l'une, dans les années 70, milite pour le droit à l'avortement ; l'autre, de nos jours, ni politisée ni militante, découvre son homosexualité et s'interroge sur la possibilité d'être mère. Un premier roman résolument féministe sur " le ventre des femmes ".En 1970, Madeleine quitte sa famille catholique bourgeoise pour étudier la littérature à la Sorbonne. Sa rencontre avec Catherine, une étudiante maoïste, va faire bifurquer son existence. Bientôt conviée à des réunions composées exclusivement de femmes, Madeleine découvre le combat pour l'égalité des sexes, avant de s'engager corps et âme au sein du tout récent MLF. Militante active du droit à l'avortement, elle réoriente ses études pour devenir sage-femme, mais peine à accepter son attirance pour Jeanne, une de ses consoeurs féministes. Son émancipation politique sera-t-elle parachevée par cette émancipation intime ?
    En 2017, Mathilde vit en couple avec Aurélien quand elle fait la connaissance d'Alix, une jeune femme à la forte personnalité qui la trouble dès les premières minutes. Ni politisée, ni militante, Mathilde comprend en fréquentant Alix que tous les combats féministes sont loin d'avoir été gagnés. Elle succombe aux charmes d'Alix, expérimente de nouveaux désirs et trouve dans ses bras une harmonie nouvelle. Mais Alix la confronte bientôt à un choix : celui de devenir mère. Terrifiée par cette responsabilité, tout autant que par la conception d'un enfant par PMA, Mathilde va devoir se déterminer.
    Avec ce premier roman passionnant et rigoureusement documenté, Pauline Gonthier dresse deux portraits de femmes aussi enthousiasmants qu'émouvants, au croisement de l'intime et du politique. L'une se bat pour le droit à ne pas devenir mère ; l'autre sera rattrapée par la lutte pour le droit à l'homoparentalité. Au-delà de la longue marche des femmes pour l'égalité,
    Les Oiselles sauvages nous raconte l'éclosion de deux très beaux personnages féminins, dont le lien ne sera dévoilé qu'à la fin.

  • Celle qui se métamorphose Nouv.

    Rentrée littéraire Julliard 2021.Quand une femme peut en cacher une autre...Avec cette fantaisie littéraire, Boris Le Roy interroge la déroute masculine face aux mutations de la société et de son rapport au genre. Et prône en creux la réinvention permanente de soi dans la relation à l'autre. Nathan se réveille aux côtés d'une femme qui n'est " ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre " - en tout cas pas exactement la sienne. S'agit-il d'une hallucination ? Une consultation psychiatrique s'impose pour le pauvre Nathan, d'autant qu'au fil de cette histoire, remettant en question toutes ses certitudes, Anne ne cessera de se métamorphoser, jusqu'à se démultiplier, voire se volatiliser, avant qu'il soit accusé de l'avoir fait disparaître...
    Avec cette fantaisie littéraire, Boris Le Roy explore le mystère de la féminité et met en scène la nécessité d'une réinvention permanente de soi dans la relation à l'autre. Entre comédie psychanalytique, fable surréaliste et digression philosophique, ce roman aussi inclassable que jubilatoire nous entraîne vers les régions inexplorées de l'inconscient et interroge notre rapport au monde en pleine mutation.

  • Les confluents Nouv.

    Les confluents

    Anne-Lise Avril

    Rentrée littéraire Julliard 2021.Tels deux cours d'eau donnant naissance à un fleuve, un confluent est un point de rencontre entre deux êtres qui se trouvent, s'attachent et apprennent à s'aimer.Porté par une écriture d'une poésie rare, ce premier roman est à la fois une ode à la nature et un appel au réveil des consciences.Liouba est une jeune journaliste qui parcourt le monde à la recherche de reportages sur le changement climatique. En Jordanie, elle croise la route de Talal, un photographe qui suit les populations réfugiées. Entre eux, une amitié se noue qui se transforme vite en attirance. D'année en année, le destin ne cessera de les ramener l'un vers l'autre, puis de les séparer, au gré de rencontres d'hommes et de femmes engagés pour la sauvegarde de la planète, et de passages par des théâtres de guerre où triomphe la barbarie. Liouba et Talal accepteront-ils de poser enfin leurs bagages dans un même lieu ?
    Ce premier roman, grave et mélancolique, a pour fil conducteur l'amour lancinant entre deux êtres que les enjeux du monde contemporain éloignent, déchirent et réunissent tour à tour. Avec cet éloge de la lenteur et du regard, Anne-Lise Avril donne à la nature une place de personnage à part entière, et au fragile équilibre des écosystèmes la valeur d'un trésor à reconquérir.

  • L'arbre ou la maison Nouv.

    L'arbre ou la maison

    Azouz Begag

    Rentrée littéraire Julliard 2021.De retour en Algérie, deux frères redécouvrent la maison de leur enfance en même temps qu'un pays en pleine révolution démocratique.Un voyage initiatique de chair, de larmes et de rires.Après des années d'absence et la mort de leur mère, deux frères lyonnais, Azouz l'intellectuel et Samy l'arboriculteur, binationaux franco-algériens, décident de rentrer quelques jours à Sétif, le temps de nettoyer les tombes de leurs parents et de vérifier l'état de la maison familiale. Tandis que Samy bougonne à l'idée de remettre les pieds dans cette ville où tout dysfonctionne, Azouz est impatient d'assister à la révolution démocratique qui secoue le pays. Par-dessus tout, il espère retrouver Ryme, la femme qu'il aime depuis toujours, son cordon ombilical avec la terre de ses ancêtres. Mais à Sétif, Samy et Azouz ne reconnaissent plus rien, et aux yeux des locaux, ils sont devenus des étrangers, des
    bi. Quant à Ryme, l'amour de la liberté lui a donné des ailes, comme à son peuple. L'aura-t-elle attendu ? Enfin, l'arbre planté par leur père devant la maison, un demi-siècle plus tôt, a tellement grandi que ses racines en menacent les fondations. Les deux frères se retrouvent ainsi face à un dilemme : garder l'arbre
    ou la maison.
    Dans ce roman pétri de tendresse et d'humanité, Azouz Begag confronte avec un irrésistible sens de l'humour la nostalgie de l'enfance à la réalité d'un pays en pleine effervescence, résolument tourné vers l'avenir.

  • Dans une démocratie idéale, les secrets n'existent pas. Vraiment ? Dans un lointain futur, la ville de Nimrod ne survit que grâce à l'énergie vitale du feu. En apparence, c'est un modèle de démocratie où les citoyens élaborent et votent les lois en toute transparence. Mais le feu, qui alimente la cité et la protège de créatures menaçantes, reste un secret jalousement gardé. L'étrange disparition d'un jeune homme, la multiplication des vols de torches et l'apparition d'un énigmatique graffiti contestataire vont changer la donne. Cham, enquêteur, doit faire toute la lumière sur ces événements aussi mystérieux qu'inhabituels.
    Entre science-fiction, thriller et anticipation écologico-politique, ce roman à l'imaginaire débordant nous plonge dans un univers atemporel qui interroge en creux les failles et les faux-semblants des sociétés démocratiques.

  • Sur fond d'effondrement écologique, trois personnages en quête de sens confrontent leurs solitudes pour mieux se trouver eux-mêmes. Un roman d'amour choral sur l'aliénation du monde contemporain et l'espérance d'un avenir en commun.À trente ans, Aurélien a déjà connu trop de désillusions et rêve d'un ailleurs. Alice, quarante ans, oscille entre conformisme social et addiction sexuelle. Iris, quatre-vingt-dix ans, souffre d'une maladie qui la dépossède d'elle-même. Dans un Paris crépusculaire, en proie aux effets du changement climatique, ces trois êtres solitaires vont se rencontrer, chacun permettant aux autres de rejoindre leur horizon.
    Entre rage et amour, solitude et communion, Jennifer Murzeau ausculte l'état de la société contemporaine et du coeur humain pour mieux ranimer l'irréductible aspiration au bonheur de ses personnages, criants de vérité.

  • Née en Roumanie, dans une société raciste et meurtrie par la dictature, Nili n'a jamais connu son père, un étudiant congolais disparu après sa naissance. Surmontant au fil des ans sa honte d'être une enfant métisse, Nili décide de fuir à Paris où elle entend, un jour, dans la rue, le nom de son père : Makasi. Ce sera le point de départ d'un long voyage vers Kinshasa, à la recherche de ses racines africaines. Elle y rencontrera l'amour, le combat politique, la guerre civile et la mort. Et en gardera un fils, auquel s'adresse cette vibrante histoire d'exil intérieur, de déracinement et de résurrection.Écrit d'une plume flamboyante, à la fois poétique, intense, épique et musicale, au carrefour des traditions balkaniques et africaines, ce premier roman sur la quête des origines bouleverse par sa profondeur et sa beauté.

  • Retour à Cuba

    Laurent Bénégui

    • Julliard
    • 21 Janvier 2021

    De son grand-père enterré à Cuba et de son père né là-bas, Laurent Bénégui ignorait presque tout. Jusqu'à ce que le destin s'en mêle et le conduise à enquêter. Il se souvient alors de Raúl Castro tirant à la kalachnikov sur des noix de coco dans la propriété familiale pour l'amuser ou de cette jeune Russe rencontrée au bord de la piscine d'un palace cubain à la fin des années soixante. De révélations en coïncidences, entre Paris et La Havane, l'auteur tire les fils de l'histoire qui a mené sa famille, des cultivateurs désargentés, à quitter au début du XXe siècle son Béarn natal pour cette lointaine île des Caraïbes.Au travers d'une fresque historique et politique couvrant plus d'un siècle, l'auteur transforme les membres de sa famille en personnages de fiction, nous faisant découvrir avec émotion leur vie infiniment romanesque.

  • Le dernier enfant

    Philippe Besson

    " Elle le détaille tandis qu'il va prendre sa place : les cheveux en broussaille, le visage encore ensommeillé, il porte juste un caleçon et un tee-shirt informe, marche pieds nus sur le carrelage. Pas à son avantage et pourtant d'une beauté qui continue de l'époustoufler, de la gonfler d'orgueil. Et aussitôt, elle songe, alors qu'elle s'était juré de se l'interdire, qu'elle s'était répété non il ne faut pas y songer, surtout pas, oui voici qu'elle songe, au risque de la souffrance, au risque de ne pas pouvoir réprimer un sanglot : c'est la dernière fois que mon fils apparaît ainsi, c'est le dernier matin. "Un roman tout en nuances, sobre et déchirant, sur le vacillement d'une mère le jour où son dernier enfant quitte la maison. Au fil des heures, chaque petite chose du quotidien se transforme en vertige face à l'horizon inconnu qui s'ouvre devant elle.

  • Une célébrité mondiale comme Mistinguett se passe de présentation. Qui n'a applaudi la reine du music-hall ? Qui n'a, au moins, contemplé l'image de la vedette célèbre qui symbolise tout ce que la vie parisienne a de plus mousseux et de plus chatoyant ? La publication des mémoires de Jeanne Bourgeois, la petite fille d'Enghien, devenue la Miss Tinguett des caf'conc' de la Porte Saint-Martin puis, définitivement, Mistinguett, c'est la révélation d'un des documents humains les plus extraordinaires de l'époque. La créatrice, avec Max Dearly, de la « Chaloupée », la vedette des Folies-Bergère, l'inoubliable « Madame Sans-Gêne », la star du cinéma muet, parle. Mais parle aussi la Femme, héroïne d'un des plus beaux romans d'amour de ce demi-siècle. La guerre de 14 jette son ombre sur les derniers chapitres de ce premier volume, dont les pages cruelles et tendres sont les tableaux d'une étourdissante « revue » du début du siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Une célébrité mondiale comme Mistinguett se passe de présentation. Qui n'a applaudi la reine du music-hall ? Qui n'a, au moins, contemplé l'image de la vedette célèbre qui symbolise tout ce que la vie parisienne a de plus mousseux et de plus chatoyant ? La publication des mémoires de Jeanne Bourgeois, la petite fille d'Enghien, devenue la Miss Tinguett des caf'conc' de la Porte Saint-Martin puis, définitivement, Mistinguett, c'est la révélation d'un des documents humains les plus extraordinaires de l'époque. La créatrice, avec Max Dearly, de la « Chaloupée », la vedette des Folies-Bergère, l'inoubliable « Madame Sans-Gêne », la star du cinéma muet, parle. Mais parle aussi la Femme, héroïne d'un des plus beaux romans d'amour de ce demi-siècle. La guerre de 14 jette son ombre sur les derniers chapitres de ce premier volume, dont les pages cruelles et tendres sont les tableaux d'une étourdissante « revue » du début du siècle.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Servantes et valets ont longtemps peuplé notre littérature et notre théâtre. C'est que, « domestiques », ils faisaient véritablement partie de la maison, de la famille. L'évolution sociale a fait, peu à peu, de ces « gens de la maison », des « gens de maison ». C'est à cette transformation que nous fait assister Renée Pierre-Descaves dans ce livre, où elles se pressent en foule, les bonnes et les mauvaises, toutes celles qui, depuis l'enfance, se trouvent associées à tous les événements d'une vie de femme et de mère... Document et roman, ce livre fourmillant de souvenirs présente, en tableaux animés et colorés, l'image vraie d'un monde trop mal connu.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Servantes et valets ont longtemps peuplé notre littérature et notre théâtre. C'est que, « domestiques », ils faisaient véritablement partie de la maison, de la famille. L'évolution sociale a fait, peu à peu, de ces « gens de la maison », des « gens de maison ». C'est à cette transformation que nous fait assister Renée Pierre-Descaves dans ce livre, où elles se pressent en foule, les bonnes et les mauvaises, toutes celles qui, depuis l'enfance, se trouvent associées à tous les événements d'une vie de femme et de mère... Document et roman, ce livre fourmillant de souvenirs présente, en tableaux animés et colorés, l'image vraie d'un monde trop mal connu.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Malgré les nombreux ouvrages publiés depuis quelques mois sur Gide, malgré son « Journal », et notamment les textes qui en avaient été retirés et ont récemment paru, la personnalité complexe, multiple et ondoyante du grand écrivain, présente encore des zones obscures. L'une d'elles, son comportement politique : sa conversion au communisme, puis sa prompte abjuration dès son retour de Moscou, s'éclaire aujourd'hui avec ce livre. L'auteur, un ouvrier, a bien connu Gide : militant communiste lui-même, il s'est détaché du Parti, mais pour d'autres raisons que Gide. Il a suivi pas à pas l'évolution de l'écrivain, et nous la raconte avec une sincérité qui fait de ce récit un témoignage passionnant, et donne de Gide et de quelques-uns de ses familiers, une image à la fois amusée, révoltante, et pathétique.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty