Les Éditions Perce-Neige

  • Passé maitre dans l'art de l'écriture à contrainte, Thibodeau réussit un véritable tour de force avec ce livre dans lequel il n'utilise pas une seule fois le " r " sonore, la consonne identitaire par excellence de l'accent acadien. Il en résulte une proposition de lecture hors du commun, à la fois auditive, espiègle et ludique. Les poèmes oscillent entre le cynisme nordique et le baroque latino par l'usage de propos parfois impitoyables, souvent outranciers, à l'égard d'une époque incapable de distinguer ses vérités de ses mensonges. Un grand bol d'air frais pour contrer la morosité ambiante.

  • Objectif Katahdin retrace avec beaucoup de sensibilité le périple de l'auteur sur le sentier des Appalaches qu'il a entrepris seul alors qu'il était âgé de 20 ans. Il avait comme bagage un sac à dos de 40 litres, une tente monoplace et une petite guitare empruntée. C'est un récit captivant qui témoigne de la force et des faiblesses de l'humanité, mais surtout comment tout peut devenir possible pourvu qu'on soit têtu et déterminé.

  • Il prend toute la place
    Il fait ce qu'il sait faire
    Comme si la plante pouvait pousser
    d'un seul coup
    Comme si le puzzle se faisait en une heure
    Il occupe chaque coin, chaque recoin
    Toute l'aire du bar à la mode
    Toute la déception du salon rectiligne
    Rien ne lui résiste
    Rien

  • Divisé en cinq parties, cet ouvrage collectif aborde la question de l'espace en littérature, à partir des nombreuses pistes de réflexion qui nourrissent la recherche universitaire depuis le tournant spatial des années 1980. Les textes présentés dans cet ouvrage, qui analysent les oeuvres d'écrivains tels que Hélène Brodeur, Louis Hamelin, Gabrielle Roy, Daniel Poliquin, Simone Chaput, Lionel Groulx ou Georgette LeBlanc, sont traversés par une série de questions ouvertes qui interpellent le lecteur : Quels sont les images et les motifs de prédilection qui résultent du questionnement de l'écrivain face à l'espace continental et régional ? Quelles sont les nouvelles façons d'habiter et de représenter l'espace ? À quelle échelle les auteurs pensent-ils leurs appartenances : le quartier, la ville, la région, la province, le pays ?

  • Un village un peu étrange, avec ses lois, son paysage et ses deux cimetières, sur lequel plane une malédiction. Une jeune femme qui tombe en amour avec les lieux et qui décide de s'y installer. Mais n'entre pas qui le veut dans cet univers replié sur lui-même et hostile au changement...

    Avec cette pièce de théâtre empruntant au réalisme magique, Gabriel Robichaud livre une intéressante réflexion sur le déni collectif et sur les communautés qui refusent de partager leurs secrets.

  • Boiteur des bois est une quête. Une quête de soi. Une quête identitaire presque aussi dévastatrice que révélatrice. Le jeune poète nous entraine avec lui, comme le coureur des bois, à la rencontre de ses doutes, de ses questionnements et de ses démons. Il nous invite à le suivre à travers les grands arbres, les rivières et les blessures. Un partage qui ne laissera personne indemne. Heureusement.

  • Fif et sauvage est un livre à lire comme on marche sur une corde raide. Un vertige à mi-chemin entre le ciel et la terre ; entre les identités acadienne, queer et Wolastoqiyik ; entre les présupposés et l'affirmation. Fif et sauvage devient une sorte de réappropriation de sujets stéréotypés et de termes péjoratifs, que se permet l'auteur afin de porter un regard honnête et brut sur soi et sur l'autre.

  • Que nous apprend de nouveau cette lecture de la fameuse liste que le lieutenant-colonel John Winslow a transcrite dans son Journal à l'automne de 1755 ? Paul Delaney démontre clairement dans cet essai que la déportation dans la grande région de Grand-Pré a été le résultat de la planification et de la mise en oeuvre d'un scénario méticuleusement préparé, et qu'à l'avènement de la paix entre la France et l'Angleterre en 1763, le peuple acadien en exil s'est dispersé de lui-même aux quatre coins du Monde. Plusieurs Acadiens et Acadiennes d'aujourd'hui - en Acadie, au Québec, en Louisiane, en Nouvelle-Angleterre, en France et ailleurs - découvriront à la lecture de La liste de Winslow expliquée une part d'histoire de certains de leurs ancêtres.

  • Deuxième tome d'essais consacrés à la littérature et à ses liens avec l'histoire contemporaine de l'Acadie, le professeur Robert Viau signe dans cet ouvrage des textes très personnels où il traite des débuts de la dramaturgie en Acadie jusqu'à la création de l'Île aux Puces où prennent vie les personnages du théâtre d'Antonine Maillet l'espace d'une saison. Robert Viau comble aussi une lacune en études littéraires par une fine analyse de la poésie acadienne dont on parle trop peu dans les milieux académiques. Un livre à lire pour connaitre une autre dimension de la réalité acadienne.

  • Le poète et cinéaste Paul Bossé est atteint de solastalgie, une forme d'écoanxiété qui est le moteur de cette poésie à la voix des plus singulières. Dans ce livre, le poète examine l'état délabré de notre planète comme s'il la voyait du cosmos, en état d'apesanteur. On connait Paul Bossé pour son humour déjanté ; les nouvelles pages qu'il donne à lire surprennent par le sérieux avec lequel il dresse le bilan inquiet de sa vision du Monde.

  • OEuvre de maturité, Carnet de la nuit tombée est sans aucun doute le livre le plus accompli et le plus fort de toute la production de Rino Morin Rossignol, poète et chroniqueur-vedette au quotidien L'Acadie Nouvelle depuis 15 ans. L'auteur prolifique contemple les détails infimes et intimes de la vie nocturne sur sa terrasse urbaine tout en jetant un regard lucide sur les 70 ans qu'il a accumulés derrière lui. Une poésie de la sagesse écrite dans une langue française suave, riche et texturée.

  • Johanne et André aspirent à une vie parfaite, bien ordonnée, où chacun remplit un rôle bien délimité : avec leur fille Alexandra, ils sont le portrait de la famille parfaite. Lorsque André apprend qu'une restructuration aura lieu au bureau, sa femme et lui mettent un plan en place afin d'assurer son succès (et d'empêcher Arthur Goulet, son rival depuis la cour d'école, d'accéder à un poste supérieur au sien). Les étapes de ce plan sont scrupuleusement élaborées, détaillées et répétées afin de s'assurer que tout se passe comme prévu. Si tout est bien exécuté, qu'est-ce qui pourrait bien déraper ?

  • Sue Goyette propose dans ce livre étonnant rien de moins que la biographie de l'Océan ! La poète de Halifax réinvente l'univers de l'Atlantique Nord à coups d'images et de métaphores percutantes, de nouveaux mythes et de légendes urbaines que met en relief la traduction absolument singulière de la poète Georgette LeBlanc.

  • Infini

    Jean Babineau

    Parc national de Kouchibouguac : un endroit très prisé des amateurs de plein-air, mais aussi un drame social interminable qui est devenu, 50 ans plus tard, le sujet de ce roman enlevant où l'histoire contemporaine est racontée dans un style qui mélange le réalisme magique à l'univers parfois tordu de la fonction publique et des médias. L'auteur relate avec brio les tristes évènements de 1969 quand les gens de 7 villages côtiers du Nouveau-Brunswick furent injustement expropriés de leurs logis, dont les célèbres Jackie et Yvonne Vautour.

  • Valérie se réveille peu à peu. Elle frisonne et cherche instinctivement à remonter la couverture. Elle ouvre les yeux et balaie la pièce du regard. Elle ne reconnait pas cette chambre. Elle frisonne une autre fois et cherche encore à se couvrir, mais ne trouve rien. Comme elle, le lit est nu.

  • Un homme poignardé, une femme défigurée, des chats décapités, un message perturbant et beaucoup, beaucoup de sang : lorsque l'inspecteur Hamelin est appelé sur les lieux d'un crime, ce jour-là, il se doute bien qu'il n'a vu que la pointe de l'iceberg. Alors que les indices semblent pointer dans toutes les directions et que l'inspecteur commence à se décourager, un coup de chance l'oriente vers le suspect idéal. Il semble bien que les crimes visant Annabelle et Valérie soient intimement liés! Mais tient-il le bon coupable? Sa collègue, Joëlle, en doute...

  • Valérie réussira-t-elle à échapper au joug de son geôlier? Les policiers mettront-ils la main au collet du meurtrier en série qui les a fait courir d'un bout à l'autre de la ville? Le dernier volet de la trilogie de Suzan Payne dévoile dans toute sa splendeur la maîtrise du suspense de l'autrice, qui réussit une fois de plus à dérouter le lecteur, et ce, jusqu'à la toute fin!

  • Premier ouvrage d'un jeune poète émergent, ce recueil à l'écriture condensée et richement texturée est rempli de promesses. Le sang dont il est question dans ce livre est davantage source et pulsion de vie que de violence. Luc-Antoine Chiasson propose une autre façon d'appréhender le temps cyclique tout en jetant un regard singulier sur un décor à la fois naturel et urbain. En apparence plutôt hermétique, cette poésie se démarque surtout par un souffle étonnant et une musicalité envoutante.

  • Enfin un ouvrage emballant qui met de côté les malheurs de l'Acadie pour mieux démontrer à quel point les pionnières et pionniers du 17e siècle faisaient preuve de créativité, d'industrie et d'audace dans la création d'un nouveau pays en terre d'Amérique ! Écrits avec entrain et enthousiasme, les 20 textes présentés dans ce livre nous racontent les grandes premières qui ont marqué une période peu connue du grand public. Le livre rassemble une iconographie très riche dont certaines illustrations n'ont jamais été présentées auparavant. Un beau cadeau en cette année 2019 qui accueille le 5e Congrès mondial acadien !

  • Cette édition des poèmes de Rino Morin Rossignol, rassemblés sous le titre Le temps des signes, repose sur celles des recueils Les boas ne touchent pas aux lettres d'amour et La rupture des gestes, parus aux Éditions Perce-Neige (1988) et aux Éditions d'Acadie (1994).

    Morin Rossignol fut le témoin de la répression policière contre les gais dans l'Ouest de Montréal, puis de leur migration vers l'Est, dans ce qui allait devenir le Village. Sa poésie emprunte une route parsemée d'écueils - la misère sexuelle, l'abandon, la solitude - dont les plus terrifiants furent l'apparition du sida et l'hécatombe qui s'ensuivit.

    Avec courage et dignité, malgré l'adversité, le poète a sublimé les tensions de cet état d'être-gai dans un monde hétérosexué à la fois menaçant et fascinant. Ses poèmes sont la manifestation littéraire de la résilience dans ce qu'elle a de plus surprenant et de merveilleux.

  • Dès son premier livre (Sous la boucane du moulin, 2015), Sébastien Bérubé s'est imposé rapidement comme l'un des représentants majeurs de la nouvelle génération de poètes acadiens et francophones. Son propos sur les injustices et les enjeux sociaux et politiques actuels font de lui le porte-parole des sans-voix et le dénonciateur des inégalités de ce monde. Dans Maudire les étoiles, son troisième livre, le poète joue à la fois avec le registre de la révolte et celui d'une certaine nostalgie liée à l'enfance.

  • Un recueil de poésie peut-il se lire comme un roman ? Certainement. L'héroïne de ce recueil nous fait découvrir une vaste galerie de personnages qui gravitent autour d'elle, à commencer par Pierrot, son homme. Les effets de la Crise économique de 1929 et de la Seconde Guerre mondiale sur un petit village acadien dans les bois de la Baie Sainte-Marie sont décrits à travers les gestes quotidiens de cette femme qui se transforme de poème en poème. Écrit entièrement en langue acadienne de la Baie Sainte-Marie, ce premier recueil de Georgette LeBlanc, lu par l'auteure, démontre un savoir-faire d'une très grand finesse, une profonde analyse des sentiments humains et un respect absolu pour les mots.

  • Audacieux, caustique et décapant, Roadkill de Lex Vienneau propose une poésie à l'état brut, forte d'une langue étonnamment singulière où la maitrise du contrepoint est admirable. Cette jeune poète a réussi à créer un univers aux antipodes des lieux communs de l'urbanité et des poncifs d'une certaine poésie déconnectée de la réalité des pulsions primitives de vie et de mort. Avec ce premier livre, Lex Vienneau occupe d'emblée une place enviable dans le corpus de la poésie acadienne et francophone actuelle.

  • Jonathan Roy revient en force avec un second recueil de poésie qui se déploie autour de l'image de la savèche (mot acadien désignant un papillon de nuit) pour transporter le lecteur dans l'univers contestable du Web. Il y remet en question le sens donné à la génération Y tout en construisant de poème en poème une prosodie qui lui est unique. Jonathan Roy compte sans aucun doute parmi les jeunes poètes les plus marquants de la production courante.

empty