Les Presses de l'Université d'Ottawa

  • En trois décennies, du début des années 1870 au
    tournant du XXe siècle, Jules Verne écrit trois romans
    couvrant plus d'un demi-siècle d'histoire canadienne. 
    Si ce triptyque peut être saisi dans le processus global
    de la création vernienne, il forme en même temps une
    entité à part entière, un formidable révélateur de la
    place du Canada et du Québec en France. Cette place
    est relative : elle dépend beaucoup de ses interactions
    avec l'Angleterre et les États-Unis. 

    Plusieurs oeuvres de Verne, depuis Les Aventures du
    Capitaine Hatteras, publiées au milieu des années 1860,
    s'attachent à comparer les réactions de personnages
    anglais et américains. Il en ressort in fine une rivalité des
    deux pays, comme dans les romans canadiens Le Pays
    des fourrures (1872-1873) et Famille-Sans-Nom (1889).
    Le conflit anglo-américain explique les connivences
    entre Canadiens français et Américains, dont font état
    ces deux romans. 

    Or, à la fin de sa vie, Verne remanie ce système
    d'alliance. Dans Le Volcan d'or, rédigé en 1899-1900,
    les relations vont diamétralement changer : Canadiens
    français et anglais, tous honnêtes gens en quête
    de l'or du Klondike, s'unissent contre des Américains
    originaires du Texas, délinquants notoires et redoutés. 

    Comment analyser ce retournement ? Quelle clé
    offre-t-il pour comprendre, à une plus vaste échelle,
    les images du Canada et du Québec qui prévaudront
    dès lors en France ?Over the course of three decades-from the early
    1870s to the turn of the 20th century-Jules Verne
    wrote three novels covering more than half a century
    of Canadian history. 
    While this triptych is undoubtedly located within the
    Vernian corpus, it nevertheless constitutes a body of
    work in its own right, a powerful testimony to the place
    that Canada and Quebec occupied in France. This place
    was relative, however, dependent on interactions with
    England and the United States. 

    Several of Verne's works beginning with the publication
    of The Adventures of Captain Hatteras in the mid-1860s
    compare English and American characters. Ultimately,
    the rivalry that emerges between the two countries is
    further developed in the Canadian novels The Fur
    Country (1872-1873) and Family Without a Name
    (1889). The Anglo-American conflict explains the
    affinities between French Canadians and Americans
    present in both novels. 

    Toward the end of his life, however, Verne revisits this
    alliance. In The Golden Volcano, written in 1899-1900,
    those relations change diametrically: French and
    English Canadians, all honest people in search of
    Klondike gold, unite against the Texans, notorious
    and feared delinquents. 

    How is this reversal to be understood? What clues does
    it offer for understanding of the depictions of Canada
    and Quebec that prevail henceforth in France on a
    broader scale?

  • Ottawa, lieu de vie français discusses the urban
    changes and the ways in which Ottawa francophones
    began thinking about and building their city, from the
    1960s onwards, the ideas and actions of that period still
    shaping life in French Ottawa today. 
    Stemming from the Chantier Ottawa collaborative
    and interdisciplinary project, this book brings together
    over twenty researchers specializing in the history of
    francophone institutions in the national capital,
    its leaders, and its networks. It analyzes the growth and
    the characteristics of the French-speaking population
    throughout the years, its growing diversification, and
    the transformation of its living environments. 

    It brilliantly reconstitutes the events that have marked
    the recent history of Ottawa, describes the contexts in
    which these events took place and the conditions that
    made them possible. They contributors also reflect on
    the current and future impact of this history, both for
    Ottawa and throughout Ontario.Ottawa, lieu de vie français traite des transformations
    urbaines et des façons pour les francophones d'Ottawa
    de penser et de construire leur ville, à partir des années
    1960, creuset d'idées et d'actions qui moulent encore
    aujourd'hui la vie française de la capitale. 
    Issu du Chantier Ottawa, un projet collaboratif et
    interdisciplinaire, cet ouvrage magistral réunit des
    chercheurs qui s'intéressent à l'histoire des institutions
    francophones de la capitale, au profil de leurs
    dirigeants, à leurs réseaux. Il analyse la croissance et les
    caractéristiques de la population de langue française
    au fil du temps, sa diversification grandissante, et la
    transformation de ses milieux de vie. 

    Il reconstitue de main de maître les événements qui ont
    marqué l'histoire récente d'Ottawa, décrit les contextes
    dans lesquels ils se sont produits et les conditions qui
    les ont rendus possibles, et réfléchit à leur portée, tant
    immédiate que pour la suite des choses à Ottawa et
    ailleurs en Ontario.

  • Shakespeare in Canada is the result of a collective desire to explore the role that Shakespeare has played in Canada over the past two hundred years, but also to comprehend the way our country's culture has influenced our interpretation of his literary career and heritage. What function does Shakespeare serve in Canada today? How has he been reconfigured in different ways for particular Canadian contexts?
    The authors of this book attempt to answer these questions while imagining what the future might hold for William Shakespeare in Canada. Covering the Stratford Festival, the cult CBC television program Slings and Arrows, major Canadian critics such as Northrop Frye and Marshall McLuhan, the influential acting teacher Neil Freiman, the rise of Québécois and First Nation approaches to Shakespeare, and Shakespeare's place in secondary schools today, this collection reflects the diversity and energy of Shakespeare's afterlife in Canada.
    Collectively, the authors suggest that Shakespeare continues to offer Canadians "remembrance of ourselves." This is a refreshingly original and impressive contribution to Shakespeare studies-a considerable achievement in any work on the history of one of the central figures in the western literary canon.

  • Tout vient à mourir is the French translation of All We
    Want is Everything, Andrew F. Sullivan's exceptional
    debut collection of short stories. 
    This collection finds the misused and forgotten, the
    places in between, the borderlands on the edge
    of town where dead fields alternate with empty
    warehouses-places where men and women
    clutch tightly at whatever fragments remain. Motels
    are packed with human cargo, while parole is just
    another state of being. Christmas dinners become
    battlegrounds; truck cabs and bathroom stalls
    transform into warped confessionals; and stories are
    told and retold, held out by people stumbling towards
    one another in the dark. 

    Frightening, hilarious, filled with raging impotence and
    moments of embattled grace, All We Want is Everything
    is the advent of a tremendous new literary voice.Tout vient à mourir est la traduction de All We Want is
    Everything, qui a lancé de manière exceptionnelle la
    carrière littéraire d'Andrew F. Sullivan. 
    Aux limites de la ville, là où se succèdent les champs
    morts et les entrepôts abandonnés, - ces endroits
    inquiétants où on serre contre soi les quelques vestiges
    qu'il nous reste, que se déroule ces fascinantes,
    horrifiantes, nouvelles. Les motels débordent avec
    leurs livraisons humaines. La libération conditionnelle
    n'est qu'un état d'existence parmi tant d'autres. Les
    soupers de Noël deviennent des champs de bataille.
    Les cabines de camion et les cabinets d'aisance se
    transforment en simulacres de confessionnaux. Les
    histoires sont contées et racontées à nouveau, offertes
    par des quidams qui titubent, se heurtant à la noirceur
    tout en se cherchant l'un l'autre. 

    Effrayant, hilarant, débordant d'une impuissance qui fait
    rage et de moments de grâce loufoques, Tout vient à mourir
    annonce l'arrivée sur scène d'un nouveau talent littéraire.

  • Born in the Ukraine in 1896, and settling in Montreal in 1910, Segal became one of the first Yiddish writers in Canada. His poetry, infused with lyricism and mysticism, along with the numerous essays and articles he penned, embodied both a rich literary tradition and the modernism of his day.

    Pierre Anctil has written so much more than a biography. For the first time, Segal's poetic production is referenced, translated and rigorously analyzed, and includes over 100 pages of appendices, shedding light on the artistic, spiritual, cultural and historical importance of his oeuvre. By introducing the reader to the poet's work through previously unpublished translations, Anctil demonstrates that in many respects it reflects the history of the Jewish immigrants who arrived in North America from Russia, the Ukraine and Poland at the beginning of the 20th century, as well as the tragic experiences of Jewish intellectual refugees of the interwar period.

    This admirably written, sweeping yet subtle, work will appeal both to scholars and to a broader audience. 

    The original French version was awarded the prestigious 2014 Canada Prize in the Humanities by the Canadian Federation for the Humanities and Social Sciences.Né en Ukraine en 1896, J. I. Segal arrive à Montréal en 1910 et allait devenir un des premiers écrivains yiddish au Canada. Sa poésie lyrique et mystique, de même que les nombreux essais et articles qu'il a signés, incarnent à la fois une riche tradition littéraire et le modernisme de son temps. 

    Pierre Anctil a écrit bien plus qu'une biographie. Pour la première fois, la production poétique de Segal est référencée, traduite et analysée de manière rigoureuse. Elle est accompagnée de plus de 100 pages d'appendices qui jettent la lumière sur l'importance artistique, spirituelle, culturelle et historique de son oeuvre. En initiant le lecteur à l'oeuvre du poète grâce à des traductions inédites, Anctil montre qu'à plusieurs égards, Segal est le reflet de l'histoire des immigrants juifs arrivés en Amérique du Nord depuis la Russie, l'Ukraine et la Pologne au début du XXe siècle, de même que des expériences tragiques des intellectuels juifs réfugiés d'entre-deux-guerres. 

    Cet essai admirablement bien écrit, ambitieux et pourtant tout en nuances, plaira tant aux chercheurs qu'à un plus grand public.

    La version originale française (Presses de l'Université Laval) a reçu le prestigieux Prix du Canada en sciences humaines remis par la Fédération canadienne des sciences humaines.

  • As disciplines become increasingly fragmented and
    compartmentalized, it is imperative to call to mind
    the ambiguous yet intertwined connections between
    social work and the sociological tradition in which
    Erving Goffman was trained.
    The authors of this work-social workers, sociologists,
    anthropologists, political scientists and nurses-open
    the " Goffman toolbox " to offer fresh perspectives on
    contemporary social work issues. The work focuses
    on a wide range of topics, including mental health,
    addiction, care for the elderly or persons with a
    disability and homelessness. 

    Whether through an epistemological, theoretical,
    methodological or practical lens, the Goffmanian point
    of view is worthy of consideration. It suggests a way
    of observing the effects of institutions and social work
    categories on individuals. It goes beyond social workers'
    normative vision to identify the possibilities and
    restrictions they face. Finally, it accesses tacit, affective
    and sometimes unsuspected dimensions of the social
    question and of helping relationships, rendering visible
    what is not and intolerable, what is indeed tolerated. 

    The seventeen contributors strive to bridge the gap
    that developed between the two disciplines as they
    struggled for institutional recognition.En ces temps de morcèlement et de cloisonnement
    disciplinaire, il est impératif de rappeler les liens
    ambigus, mais néanmoins enchevêtrés, entre le
    travail social et la tradition sociologique dont est
    issu Erving Goffman. 
    Les auteurs de cet ouvrage - travailleurs sociaux,
    sociologues, anthropologues, politistes et infirmiers -
    ouvrent la « boîte à outils goffmanienne », offrant
    des regards novateurs sur les enjeux contemporains
    entourant le travail social. Il prend appui sur une
    pluralité d'objets, dont la santé mentale, la toxicomanie,
    les soins aux personnes âgées ou avec un handicap, et
    l'aide aux sans-abris. 

    Que ce soit sous l'angle épistémologique, théorique,
    méthodologique ou pratique, la posture goffmanienne
    est digne de considération. Elle permet d'observer
    les effets des institutions et des catégories du travail
    social sur les personnes ciblées. Elle aide à sortir d'une
    vision normative de l'intervenant pour identifier les
    possibilités et les contraintes qui pèsent sur lui. Elle
    permet également d'accéder aux dimensions tacites,
    affectives et parfois insoupçonnées du social et de la
    relation d'aide dans le but de rendre visible l'invisible,
    de rendre intolérable le toléré et les allant-de-soi.
    Les dix-sept collaborateurs rattachent certaines des ficelles
    qui ont été dénouées entre les deux disciplines au fil des
    luttes visant leur reconnaissance institutionnelle.

  • Des réflexions sur des sujets essentiels, notamment
    la politique - car pendant de longues années,
    Maurice Henrie a travaillé à l'ombre des parlementaires
    fédéraux -, des questions d'ordre littéraire et des
    sujets de nature socioéconomique. 
    Ici, la plume est au service de la libre pensée, sans
    censure. Elle aborde une foule de sujets dans des
    textes regroupés selon leur appartenance et leur
    orientation. Du côté de la politique, par exemple,
    Henrie explore l'affinité entre le député et ses électeurs,
    le régime traditionnel des poids et des contrepoids
    dans les débats en Chambre, et les vicissitudes qui
    accompagnent tout gouvernement au pouvoir. Côté
    littérature, il évoque le mystère des succès littéraires,
    les malentendus de bon aloi qui dominent la littérature
    et les misères de l'écrit dans un monde où dominent
    l'électronique et l'informatique.These are Henrie's musings on key issues, most notably
    on politics-because for years, Maurice Henrie worked
    in the shadow of federal parliamentarians, but also on
    literature and on topics of a socioeconomic nature. 
    Here, the pen is as free and uncensored as the thought
    that drives it. It broaches any number of subjects,
    and the presentation of these unbridled short texts
    is thematic. In terms of politics, for instance, Henrie
    explores the affinity between an elected official and
    his constituents, the traditional regime of checks and
    balances in House of Commons debates, and the
    vicissitudes that characterize all ruling parties. Turning
    to literature, Henrie contemplates the mysteries of
    literary success, the misunderstandings that
    dominate literature, and the woes of writing in an
    electronic world.

  • Robert D. Denham poursuit, dans ce deuxième de trois volumes, son analyse poussée des grands penseurs, documents et traditions intellectuelles qui ont marqué la vision du théoricien et critique littéraire de renom, Northrop Frye : les sutras mahayana, Machiavel, Rabelais, Boehme, Hegel, Coleridge, Carlyle, Mill, Jane Ellen Harrison et Elizabeth Fraser.

    Cet ouvrage, fondé sur des recherches archivistiques et historiques approfondies, documente au fil des mentions repérées dans les textes de Frye, les rares références à ces sources, et offre une analyse de la façon dont celles-ci ont façonné la pensée de Frye. Dans chaque chapitre consacré à une influence spécifique, Denham décrit la façon dont Frye a pris connaissance de ces sources, comment il les a interprétées, puis la façon dont il a adapté certaines idées et les a appliquées à ses propres systèmes conceptuels.

    Denham propose une fine analyse des contextes historique et intellectuel dans lesquels se situait Frye, jetant un nouvel éclairage sur l'oeuvre d'un des plus grands théoriciens de la littérature et de la culture du XXe siècle. 

    Comprend une vingtaine de photos, des tableaux et des figures, de même qu'un chapitre portant sur la relation entre Frye et Elizabeth Fraser.This book, based on extensive archival and historical work, identifies and brings to light additional and littlerecognized intellectual influences on Frye, and analyzes how they informed his thought. These are variously
    major thinkers, sets of texts, and intellectual traditions: the Mahayana Sutras, Machiavelli, Rabelais, Boehme, Hegel, Coleridge, Carlyle, Mill, Jane Ellen Harrison and Elizabeth Fraser.

    In each chapter, dedicated to Frye's connection to a specific influence, Denham describes how Frye became acquainted with each, and how he interpreted and adapted certain ideas from them to help work out his own conceptual systems. Denham offers insights on Frye's relationship with his historical and intellectual contexts, provides valuable additional context for understanding the work of one of the 20th century's leading scholars of literature and culture.

    Includes over 20 photos, tables and figures, as well as a chapter on Frye's personal relationship with Elizabeth Fraser.

  • En 1968, le ministère des Affaires extérieures du Canada est en état de siège. Terminées les décennies de croissance et de succès diplomatiques de l'après-guerre. La technologie et la libéralisation des échanges annoncent une ère de mondialisation. Devant les chocs pétroliers et l'inflation galopante, l'économie est en désarroi. La mondialisation s'invite au programme des affaires internationales en y ajoutant de nouveaux dossiers : droits de la personne, notamment ceux des femmes, énergie, science et technologie, environnement, révolutions et terrorisme à l'échelle mondiale. Le nouveau premier ministre, Pierre Trudeau, adhère à cette mutation.
     
    Ébranlé, le ministère peine d'abord à résister aux fortes pressions intérieures, politiques et économiques. Pendant les années 1970, toutefois, il parvient peu à peu à retrouver sa pertinence. Il se concentre sur une diplomatie d'ordre économique et invente des mécanismes administratifs qui lui permettent de concilier une perspective naturellement ouverte sur le monde avec les préoccupations particulières du gouvernement sur le front intérieur. 

    Chemin faisant, les Affaires extérieures contribueront à la formulation de politiques innovantes au regard des principaux enjeux de l'époque, notamment les missions de maintien de la paix des Nations Unies, la décolonisation, le dialogue Nord-Sud, le Moyen-Orient, la crise des otages en Iran et les dangers incessants de la Guerre froide.By 1968, Canada's storied Department of External Affairs was under siege. The postwar decades of steady growth and diplomatic accomplishment were over.
    Technological change and trade liberalization were
    ushering in a new era of globalization. The economy
    slumped and stagnated. Globalization stretched the
    international agenda, adding novel issues: human
    rights and woman's rights; energy, science, and
    technology; the environment; and global revolution
    and terrorism. The new Prime Minister, Pierre Trudeau,
    encouraged the Department of External Affairs to keep
    up with the times. 
    External Affairs initially reeled under the assault,
    struggling to respond to the enormous political,
    economic, and domestic pressures of the era. Through
    the 1970s, however, it steadily reclaimed its relevance.
    It focused more of its efforts on economic diplomacy
    and found the administrative mechanisms required
    to reconcile its traditional global outlook with the
    government's domestic preoccupations, finally
    merging with the Trade Commissioner Service in 1982. 

    Along the way, External Affairs helped craft innovative
    policies to respond to the dominant challenges of the
    era, including UN peacekeeping, decolonization and
    the North-South dialogue, the Middle East and the Iran
    Hostage crisis, and the ever-dangerous Cold War.

  • Both Lev Nikolaevich Tolstoy (1828-1910) and his wife Sofia Andreevna Tolstaya (1844-1919) were prolific letterwriters.

    Lev Nikolaevich wrote approximately 10,000 letters over his lifetime - 840 of these addressed to his wife. Letters written by (or to) Sofia Andreevna over her lifetime also numbered in the thousands. When Tolstaya published Lev Nikolaevich's letters to her, she declined to include any of her 644 letters to her husband. The absence of half their correspondence obscured the underlying significance of many of his comments to her and occasionally led the reader to wrong conclusions.

    The current volume, in presenting a constantly unfolding dialogue between the Tolstoy-Tolstaya couple - mostly for the first time in English translation - offers unique insights into the minds of two fascinating individuals over the 48-year period of their conjugal life. Not only do we 'peer into the souls' of these deep-thinking correspondents by penetrating their immediate and extended family life - full of joy and sadness, bliss and tragedy but we also observe, as in a generation-spanning chronicle, a variety of scenes of Russian society, from rural peasants to lords and ladies. 

    This hard-cover, illustrated critical edition includes a foreword by Vladimir Il'ich Tolstoy (Lev Tolstoy's great-great-grandson), introduction, maps, genealogy, as well as eleven additional letters by Sofia Andreevna Tolstaya published here for the very first time in either Russian or English translation. It is a beautiful complement to My Life, a collection of Sofia Tolstaya's memoirs published in English in 2010 at the University of Ottawa Press.

  • This collection presents all of Earle Birney's known published and unpublished writings on Trotsky and Trotskyism for the very first time. It includes their correspondence as well as a selection of Birney's letters and literary writings. 

    Before he became one of Canada's most influential and popular twentieth century poets, Earle Birney lived a double life. To his students and colleagues, he was an engaging university lecturer and scholar. But for seven years-from 1933 to 1940-the great Russian revolutionary Leon Trotsky was the focus of his writing and much of his life. 

    During his years as a Trotskyist in Canada, the United States and England, Birney wrote extensively about Trotsky, corresponded with him, organized Trotskyist cells in two countries, and recruited on behalf of Trotskyism; he also lectured on Trotsky and interviewed him over the course of several days. One of his two novels is based on some of these activities. 

    The collection traces the origins of Trotsky's mistrust of "the British" to his experiences in Canada; shows Birney's influence on a major shift in Trotsky's policy of "entrism" in British politics; includes the largest body of Trotskyist criticism in Canadian literary history; and demonstrates the need for a radical re-reading of Birney's poetry in light of his Trotskyism.

  • Un sourire de reconnaissance attendrie apparaîtra sur les lèvres du lecteur. Pourtant, la surprise l'attend au détour. Entre le poisson rouge magique - énigmatique et sans âge - aux réunions de famille, la passion et la souffrance d'amants et d'amis, et l'incertitude de vacances à Paris, cet exquis recueil de nouvelles plaira et enchantera à coup sûr. Ce recueil avait reçu le prix Marian Engel (1990).

  • Cet ouvrage, avec ses contributions tantôt essayistes, tantôt savantes, cherche à approfondir la réflexion sur le Québec contemporain afin de mieux comprendre la nature des mutations qui le transforment profondément aujourd'hui.


    Après l'introduction essayiste (de E.-Martin Meunier), on y trouve d'abord une section de quatre textes (signés Joseph-Yvon Thériault, Anne Trépanier, Jean-Bissonnette et Pierre Baudet) qui font un retour sur les Carrés rouges et les évènements du printemps 2012.

    La deuxième thématique rassemble des essais portant sur la question sociale et économique récente, avec des contributions parfois polémiques de Gilles Paquet, Francis Dupuis-Déri et Gilles Labelle.


    La troisième, consacrée à la question universitaire et à sa rapide transformation, compte un texte de Marc Chevrier et un autre d'Eric Martin et Maxime Ouellet.


    La quatrième thématique, consacrée à la démographie, propose une analyse, par Guillaume Marois, du caractère distinct de la société québécoise, de même qu'un essai évocateur et comparatif d'Isabelle Matte.


    La question nationale est explorée par Jean-Claude Racine qui analyse la question de la décanadianisation de la société québécoise, Linda Cardinal qui suggère des pistes analytiques pour saisir les liens entre le mouvement étudiant de 2012 et le nationalisme québécois, et Mathieu Bock-Côté qui propose une lecture récapitulative de ce qu'il voit comme une certaine renaissance du nationalisme, des Carrés rouges à la Charte des valeurs.


    La thématique religieuse vient clore l'ouvrage avec les contributions de Jean-François Laniel sur la laïcité en lien avec les petites nations, de Solange Lefebvre sur les différents aménagements du religieux et de l'État au Québec et dans le monde occidental, et de François Rocher, qui propose un modèle analytique pour comprendre l'histoire récente du régime de laïcité au Québec.

  • « Évoquer Germaine Guèvremont (1893-1968), c'est faire surgir le personnage mythique du Survenant, lié dans l'imaginaire québécois, aux temps heureux d'un passé révolu. » Ainsi s'ouvre le présent ouvrage, dont l'objectif est d'éclairer l'oeuvre entière de Germaine Guèvremont, aussi bien ses écrits journalistiques, encore très mal connus (environ cent cinquante articles et chroniques disséminés dans divers journaux et revues entre 1913 et 1962), que ses contes (En plein terre, 1942) et ses romans (Le Survenant, 1945 ; Marie-Didace, 1947), qui l'ont rendue célèbre, grâce en grande partie à la télévision. Les rapports qu'entretiennent ces deux aspects de son oeuvre révèlent une facette jusqu'ici insoupçonnée de la personnalité de la romancière, aux prises avec un complexe d'Oedipe jamais entièrement résorbé. Ainsi s'explique que toute sa vie Germaine Guèvremont ait été tentée par l'autobiographie, toute son oeuvre, y compris Le Survenant et Marie-Didace, s'apparentant à une thérapie.

  • Que dire et quoi écrire sur des personnes qui laissent peu de traces ou qui, lorsqu'elles en laissent, les inscrivent souvent en marge des normes? Quand et comment faut-il mettre en narration « scientifique » des discours singuliers se rapportant à des individus qui, eux-mêmes, « échappent » à la fois aux systèmes et aux récits dominants?
    Comment extraire avec acuité et fidélité l'essence de témoignages des travailleurs du sexe, des personnes vivant avec le VIH/sida ou faisant partie des minorités sexuelles et de genre, et cela, sans modifier leurs propos ni trahir les pensées qu'ils ont consenti à dévoiler? Comment retracer l'itinéraire de patients dans un contexte de déshospitalisation psychiatrique alors que les archives semblent introuvables? Comment rendre compte avec justesse de la parole délirante de ceux qu'on a coutume d'appeler les « fous » (malades mentaux, suicidés, criminels)? Comment faire parler les « derniers » témoignages des suicidés?
    Voilà quelques-unes des questions auxquelles se heurtent fréquemment les spécialistes des sciences sociales et humaines.
    Afin de trouver des pistes de réponses, des professeurs et des chercheurs en histoire, en sociologie, en criminologie, en travail social et en santé s'appuient sur des approches méthodologiques variées (analyse documentaire, ethnométhodologie, narration sociologique, histoire orale/entretiens/témoignages, théorisation ancrée), tout en abordant les questions d'éthique et l'importance des affects dans leur travail/pratique professionnelle.

  • Le monde se dirige-t-il vers une crise sans précédent où se juxtaposent difficultés économiques, sociales, écologiques et politiques ? C'est cette question à facettes multiples qu'examine un collectif de chercheurs de divers horizons. Premier constat : à moins de revoir le modèle de développement actuel et d'y apporter des mesures correctives, les perspectives d'avenir sont plutôt inquiétantes.
    Cette crise mondiale marquerait, selon ces chercheurs, le point culminant d'une longue période de politiques de développement qui ont en commun d'avoir engendré des bouleversements à travers le monde, notamment dans les pays en développement. Une approche plus proactive et critique aux études en développement international, ainsi qu'à la façon dont le développement s'élabore sur le terrain, s'avère donc essentielle.
    Publié en anglais d'abord, Des outils pour le changement. Une approche critique en études du développement est une référence incontournable pour le lectorat francophone. Ce recueil comprend 49 brefs modules dont chacun aborde les grands thèmes du développement. Il est destiné tout autant aux théoriciens qu'aux professeurs, étudiants et chercheurs qui s'intéressent à une approche critique en études du développement. Qualifié de réalisation remarquable lors de sa sortie en anglais, cet ouvrage permet de mesurer l'ampleur des études du développement en fonction d'une approche critique. Une conviction commune anime cet ouvrage : il est impératif de procéder à des changements qui favoriseront un progrès véritable et durable.

  • Contrairement au théâtre québécois, où le bilinguisme est mis en scène de manière intermittente, celui qui provient de ses marges fait du bilinguisme une pratique courante. Les écrivains franco-canadiens - ceux de l'Ouest canadien, de l'Ontario et de l'Acadie - racontent et montent différentes histoires de diglossie et de bilinguisme et jouent le jeu de la littérature en y démultipliant la traduction dans la forme comme dans le contenu. 
    L' « hétérolinguisme » - c'est-à-dire l'inscription de la variabilité linguistique - de ces pièces de théâtre franco-canadiennes est le plus souvent compréhensible pour les lecteurs et les publics bilingues locaux. Néanmoins, la diffusion de telles pièces et, par ricochet, leur légitimation auprès des métropoles théâtrales canadiennes au fonctionnement surtout unilingue, auront à passer par des traductions en supplément à celles auxquelles leurs jeux bilingues leur permettent déjà de s'adonner. Il est possible que, pour atteindre la légitimation par les institutions dominantes grâce à la traduction, « les cultures de l'exiguïté sacrifient ce qu'elles possèdent de plus radicalement créateur1 », c'est-à-dire l'inscription du traduisible et l'hétérolinguisme ludique. De l'autre, parmi les traductions additionnelles qui découlent de ces processus de diffusion et de légitimation, la réinscription supplémentaire ou ludique du traduisible pourrait être tout aussi radicalement créatrice que son inscription première. 
    Une analyse percutante, actuelle, de la circulation, en traduction, de la production théâtrale de l'Ouest canadien francophone, de l'Ontario français et de l'Acadie, qui prend des allures de terrain de jeu pour le français et l'anglais. 

  • Laïcité et humanisme : un titre et deux mots de grande actualité tant au Québec qu'ailleurs dans le monde. Cet ouvrage, avec des contributions d'acteurs clés qui alimentent le débat sur le sens et la définition de la laïcité dans le Québec du xxie siècle, arrive à point nommé.Les textes de Thomas De Koninck, Jacques Dufresne, Georges Leroux, Guillaume Rousseau, Mathieu Bock-Côté, Normand Baillargeon, Mohamed Lotfi et Charles Le Blanc ne défendent pas une thèse particulière à propos de la laïcité. Ils forment plutôt un ensemble de réflexions polyphoniques qui se présentent comme une contribution philosophique, juridique, politique et sociologique à la question de la neutralité religieuse de l'État.À la fin du recueil figure un texte de Voltaire sur la tolérance, qui vient à la fois inscrire les questions abordées dans une perspective historique et illustrer le caractère continu d'un débat dont cet ouvrage se veut l'un des nombreux échos. 

  • Les politiques d'aide à la santé sont maintenant inscrites au coeur des stratégies de développement, contrairement à la place marginale qu'elles occupaient dans les années 1960. L'importance des fonds qui y sont consacrés et la diversité des acteurs impliqués illustre sans contredit le consensus international à ce chapitre, la santé étant considérée à la fois comme un droit fondamental de tout être humain et un outil de développement économique.Comment expliquer cette mobilisation ? Quelles intermédiations sociopolitiques sont à l'oeuvre ? Les objectifs des donateurs sont-ils établis sur la base de critères coût-efficacité ? Ces questions clés ont été peu examinées, la littérature actuelle sur le développement étant plutôt dominée par l'efficacité et l'impact de l'aide dans les pays en développement ainsi que le rôle joué par la « bonne gouvernance » dans l'atteinte des Objectifs du millénaire pour le développement.Cet ouvrage constitue le premier du genre à explorer de façon exhaustive l'architecture chaotique de l'aide internationale à la santé et les jalons qui ont marqué son évolution à partir de 1960 jusqu'aux années 2000. Destiné aux praticiens du développement international, cet ouvrage intéressera tout autant les décideurs politiques que les chercheurs et les étudiants dans d'autres secteurs du développement, qui sauront y tirer des enseignements utiles.

  • Ghana, 1956. Nous sommes à la veille de l'indépendance. Nathaniel Amegbe est professeur dans une école ghanéenne plutôt médiocre. Johnnie Kestoe est comptable dans une firme textile britannique à Accra. Les deux hommes s'affronteront autour de la question de l'« africanisation », cette politique de passation des responsabilités entre Britanniques et Ghanéens.
    De l'autre côté du Jourdain est le premier roman de Margaret Laurence, cette matriarche de la littérature. Cette traduction est une invitation à découvrir une facette méconnue de l'oeuvre d'une grande écrivaine qui, pendant son séjour en Afrique de 1950 à 1956, a su capter tout l'espoir et les bouleversements imposés par les indépendances africaines à l'ordre du monde.
    Mais avant tout, il s'agit d'une invitation à découvrir une Afrique fébrile, des personnages attachants, le tout écrit avec un talent incontestable, dans une pluralité de voix à couper le souffle.
    Réflexion sur l'indépendance, tant intérieure que politique, De l'autre côté du Jourdain annonçait déjà les grands romans emblématiques de Laurence, dont, L'ange de pierre et Les devins.

  • La réalisation de l'aménagement hydroélectrique de l'Eastmain-1 a créé en 2006 un réservoir de 603 kilomètres carrés sur le territoire d'Eeyou Istchee Baie-James. Des recherches archéologiques préventives y ont été menées entre 2002 et 2005 dans le cadre des études environnementales de la Société d'énergie de la Baie James et du Programme sur l'archéologie et le patrimoine culturel prévues par une convention avec le peuple cri. Grâce à une collaboration remarquable entre les équipes d'archéologues, de géographes et d'ethnologues d'Arkéos inc., le consultant retenu, et de l'Administration régionale crie, un travail colossal a été entrepris et les recherches aux abords de la rivière Eastmain ont conduit à la mise au jour de 158 sites couvrant cinq millénaires d'occupation humaine. Les 18 contributions abordent autant d'angles de discussion relatifs au milieu naturel, à l'histoire culturelle et aux vestiges mis au jour, mais c'est l'amour de ces terres et de la rivière qui s'exprime dans chaque page de cet ouvrage.

  • In Ballast to the White Sea is Malcolm Lowry's most ambitious work of the mid-1930s. Inspired by his life experience, the novel recounts the story of a Cambridge undergraduate who aspires to be a writer but has come to believe that both his book and, in a sense, his life have already been "written." After a fire broke out in Lowry's squatter's shack, all that remained of In Ballast to the White Sea were a few sheets of paper. Only decades after Lowry's death did it become known that his first wife, Jan Gabrial, still had a typescript. This scholarly edition presents, for the first time, the once-lost novel. Patrick McCarthy's critical introduction offers insight into Lowry's sense of himself while Chris Ackerley's extensive annotations provide important information about Lowry's life and art in an edition that will captivate readers and scholars alike.

  • You're outnumbered, in fear for your life, surrounded by flesheating zombies. What can save you now? Mathematics, of course.Mathematical Modelling of Zombies engages the imagination to illustrate the power of mathematical modelling. Using zombies as a "hook," you'll learn how mathematics can predict the unpredictable. In order to be prepared for the apocalypse, you'll need mathematical models, differential equations, statistical estimations, discretetime models, and adaptive strategies for zombie attacks-as well as baseball bats and Dire Straits records (latter two items not included).In Mathematical Modelling of Zombies, Robert Smith? brings together a highly skilled team of contributors to fend off a zombie uprising. You'll also learn how modelling can advise government policy, how theoretical results can be communicated to a nonmathematical audience and how models can be formulated with only limited information. A forward by Andrew Cartmel-former script editor of Doctor Who, author, zombie fan and all-round famous person in science-fiction circles-even provides a genealogy of the undead. By understanding how to combat zombies, readers will be introduced to a wide variety of modelling techniques that are applicable to other real-world issues (biology, epidemiology, medicine, public health, etc.).So if the zombies turn up, reach for this book. The future of the human race may depend on it.

  • Dans un monde en crise multiple, le domaine du développement international a bien changé. Des pays dits « émergents » contestent l'espace qui était réservé auparavant aux pays dits « riches ». Des mouvements populaires d'une ampleur sans précédent occupent la rue. Des mégaentreprises deviennent aussi importantes que les États. Dans tout cela, de « vieux » démons persistent : la pauvreté extrême, l'exclusion, le non-respect des droits. Il faut de nouvelles solutions, de nouvelles manières de s'en sortir ; c'est ainsi que le monde du développement apparaît comme un gigantesque laboratoire.Dans cet ouvrage sont abordées les grandes thématiques de ce développement en changement. Le monde peut-il être changé ? Comment ? Qui sont les acteurs, ceux et celles qui peuvent agir ? Que dire des grandes institutions, l'ONU par exemple ? La place des femmes est devenue centrale dans tout processus de changement, en même temps persiste la discrimination. La dette, la famine, l'analphabétisme, les épidémies sont des problèmes complexes : peuvent-ils être surmontés ? Comment faire face aux grandes crises humanitaires qui résultent des guerres et des catastrophes qu'on dit « naturelles » ?Dans cet ouvrage écrit à plusieurs mains, on trouvera ce grand brassage d'idées qui parcourt le monde du développement et qui exprime mille voix, mille alternatives, partageant toutes cependant une volonté éthique et intellectuelle, à la recherche d'un monde plus juste, plus équitable, plus démocratique.

empty