Langue française

  • Début XXe, Amélia, jeune et riche héritière de vignerons français doit fuir le Brésil, sa terre natale, pour rejoindre le berceau familial au sein duquel elle compte bien s'accomplir. Rio, Cayenne, Issoudun, Paris, Londres, Phnom-Penh...
    De péripétie en péripétie, elle s'embarque dans le tourbillon libéré et tragique de la Belle Époque, frappée de modernisme galopant. Son destin extraordinaire l'entraîne au pinacle d'un monde pailleté puis dans les caniveaux d'une société cynique où les codes s'appellent argent, corruption, cupidité, luxure...
    Artiste ou femme d'affaires, pourra-t-elle dompter la fatalité ? Troisième volet de la saga familiale Les Vignes de l'exil, Amélia se lit aussi comme un roman indépendant. L'histoire, à la fois pétillante et grave, dépayse, interpelle.
    Ce roman s'aventure au passé lointain d'une très vieille intrigue, mais transporte aussi aux confins de l'amour, un amour longtemps refoulé qui n'en soufflera pas moins son dernier mot.

  • Dans un village perdu au pied d'une colline, une carrière d'extraction de bauxite a fermé ses portes en raison des nombreux éboulements qui s'y produisaient. Un certain Émile Delagarde fait naître une légende selon laquelle ces méfaits seraient dus à la présence, sur les lieux, d'une duchesse vieille de 300 ans. La population a d'ailleurs aperçu la créature à diverses reprises ! Delagarde organise alors une battue qui va mettre fin à son existence. L'homme est en fait commandité par la société qui détient la carrière et va ainsi pouvoir reprendre son exploitation. La créature, ayant été vue, est Hélène de La Frênaie ; elle a fui sa famille afin d'échapper au couvent. Grâce à un berger, elle est sauvée du complot ; elle va ensuite se lier d'amour avec lui. L'enfant, née de cette idylle dans le plus grand secret, devient très vite orpheline. Élevée par sa tante à Fresselines, elle possède dans ses gênes la rage de sortir de la misère dans laquelle elle vit et, aux prix de manigances, va retrouver une place honorable dans la famille de sa mère.


  • Hameau de Belvézet, dans les années 1960. Quatre ans qu'Antoine Forestier et son épouse Gisèle s'adressent à peine la parole. Et pour cause ! C'est au café de Coucouron, dans le village tout proche, qu'Antoine a vent de la terrible rumeur. Sa légitime entretient avec son voisin, Marius Lacombe, une relation intime. Les après-midis, tous ou presque, elle court le retrouver dans la « grange bergerie » qu'il a construite à l'écart du village. Le jour où il apprend l'existence de cette relation coupable, il gifle Gisèle, ce qui clôt leurs étreintes conjugales déjà rares. Depuis longtemps, il n'a plus la permission de l'honorer et cette situation le rend agressif.
    Tout cela nourrit dans le coeur d'Antoine Forestier et de son amie d'infortune, Bernadette Lacombe, une haine farouche et des envies de vengeance. Un jour, c'est certain, il faudra que cet affront, cette trahison, ce déballage public se payent. Bernadette pense avoir trouvé la solution. Elle est persuadée que les spectres qui hantent une montagne voisine peuvent résoudre son problème. Sa grand-mère, qui passait pour une sorcière, lui a légué ses secrets. Alors, les nuits de nouvelle lune et quelle que soit la saison, elle se rend devant le dolmen pour proférer ses incantations. Et ce n'est rien d'autre que la mort des deux amants qu'elle implore aux farfadets.
    Une intrigue bien menée avec des rebondissements intéressants. Et cette chute !

  • Landru

    Michel Malherbe

    Henri Désiré Landru. Ce petit bonhomme, presque insignifiant, au dos un peu voûté et dont la calvitie bien avancée contraste avec une éclatante barbe abondamment fournie, sera cependant un véritable bourreau des coeurs et un redoutable tueur en série de la Belle Époque... Rien dans ce personnage pour le moins controversé n'évoque immédiatement la personnalité criminelle d'un grand prédateur. Et pourtant ! Ses proies préférées seront des veuves de guerre ou des femmes ayant quelques minces économies. Car Henri Désiré Landru fut, n'en doutons pas, un redoutable séducteur et un amant de qualité, s'il faut en croire les témoignages de quelques rares rescapées ! Pas moins de dix femmes et un jeune homme vont tomber entre les griffes du monstre au cours de la Première Guerre mondiale (1914-1918). Onze est le nombre de victimes officiellement recensées, mais on s'accorde à penser que ces malheureuses femmes seraient bien plus nombreuses en réalité ! Ces personnes, dont les corps furent vraisemblablement découpés en petits morceaux avant d'être incinérés dans la cheminée de Vernouillet ou la cuisinière à charbon de Gambais, sont à rapprocher des 283 conquêtes féminines levées et parfois même chaleureusement aimées par Henri Désiré Landru... Après un procès aussi atypique que médiatique, en novembre 1921, il sera exécuté à Versailles en février de l'année suivante. Mais, faute d'aveux et de preuves matérielles, aucun corps n'ayant été découvert à ce jour, il subsiste - plus de cent ans plus tard - bien des doutes et des interrogations. Une folle pensée vient alors à l'esprit : et si Landru était réellement innocent des onze crimes reprochés ? Pour la réalisation de cet ouvrage, l'auteur a repris entièrement l'enquête initiale sur la base de l'énorme procédure de l'époque, bien incomplète et parfois à la limite des règles du droit ! Il a ainsi fait quelques découvertes bien surprenantes...


  • Alors que la France, à Paris comme en province, s'apprête à vivre à l'heure des Jeux olympiques de 2024, il est temps de redécouvrir ce beau roman méconnu de Georges Nigremont. « Une victoire aux Jeux olympiques » se déroule à l'époque de Périclès, à Olympie, au Ve siècle avant notre ère. Georges Nigremont nous fait entrer, avec beaucoup de tact et d'à-propos, dans les coulisses des Jeux, réservés aux hommes libres. Le héros du livre, un jeune esclave, se révolte, poussé par son envie folle de s'élancer sur la piste d'Olympie. Nicandre, c'est son nom, pour vaincre la fatalité de sa condition, doit se faire remarquer...
    Georges Nigremont situe avec justesse son roman dans le contexte d'alors. Elle imagine une histoire humaine pleine de vie qui semble couler de source. L'écrivaine, de toute évidence, s'est appuyée sur une solide documentation, elle a cerné le contexte de l'époque pour mieux pénétrer l'âme humaine. Ce roman d'aventures destiné en priorité au jeune public affirme sa morale, le sens de l'effort, la loyauté et la quête de dignité. Georges Nigremont, si on en juge par la qualité d'écriture, a accordé la plus grande attention à « Une victoire aux Jeux olympiques »... Pour le plus grand plaisir du lecteur, quelque soit son âge.
    Nous ajoutons un texte inédit et surprenant de Georges Nigremont. « Le retour d'Ulysse » est également inspiré par la Grèce ancienne, mais nous sommes cette fois-ci aux côtés de Pénélope et d'Ulysse.

  • Séducteur invétéré, coureur de jupons, Alfred de Musset rencontre George Sand en juin 1833 au cours d'un dîner. La belle scandaleuse l'attire violemment et leur relation se transforme très vite en une passion destructrice qui fera les choux gras des gazettes de l'époque, déjà avides de détails scabreux sur les célébrités. Les scènes effroyables se succèdent jusqu'à la rupture définitive en 1835. Leurs oeuvres, et particulièrement celle de Musset, gardent l'empreinte de la profondeur dramatique de leur relation. En 1859, deux ans après la mort du poète, George Sand publie Elle et Lui, le récit de leur liaison orageuse, en se donnant évidemment le plus beau rôle. Dans la foulée, Paul, le frère d'Alfred, très remonté, voulant rétablir la vérité, du moins sa vérité, fait paraître Lui et Elle, une véritable charge contre celle que la famille Musset a toujours considérée comme responsable de tous les maux d'Alfred, négligeant, dans son aveuglement, de considérer les turpitudes du cher enfant. Ne voulant pas être en reste, Louise Colet, qui fut quelques mois la maîtresse de Musset, tout en étant celle de Gustave Flaubert, toujours en quête de reconnaissance, joue à son tour sa partition sous le titre de Lui, Roman contemporain. Le Tout-Paris se gausse. Les critiques littéraires désignent ces trois livres sous le vocable d'Eux brouillés et s'en donnent à coeur joie. Pour la première fois depuis plus de cent cinquante ans, Joseph Vebret réunit dans un même volume la trilogie Eux brouillés - un vaudeville en trois actes qui s'écrit sur un quart de siècle - accompagnée d'une introduction replaçant ces trois romans dans leur contexte historique et littéraire.

  • Perlou

    Cherif Zananiri

    Arthur est un garçon d'une dizaine d'années (en 1885) qui pousse comme l'herbe folle à Montmartre, au pied de la basilique du Sacré-Coeur en construction. Entre courses endiablées dans la cour de sa maison et parties d'osselets, il croise les pas de son voisin Perlou, la soixantaine et noir de peau, qui, progressivement, l'aidera à grandir. Une amitié, mêlée de respect et d'affection, naîtra entre eux, se développera et permettra au garçon de se doter de règles de vie sages et généreuses. Si on suit les pas d'Arthur en 1885, on n'oublie pas les événements majeurs qui se sont déroulés à Paris à cette époque : la construction du Sacré-Coeur, et plus particulièrement l'enterrement de Victor Hugo, occasion unique pour rencontrer Gavroche. La deuxième partie démarre lorsque le garçon a 15 ans et se trouve apprenti dans un atelier de métallurgie à l'époque de la préparation de l'Exposition Universelle du centenaire et de la construction de la Tour Eiffel. Nous croisons les pas de personnages célèbres qui ont encouragé ou combattu la construction du monument.

  • À 17 ans, Gélou a gagné la célébrité et la fortune en interprétant le rôle principal d'une série télévisée pour adolescents. Oui, mais aujourd'hui, elle a 30 ans. La série s'est arrêtée, Gélou a dépensé tout son argent (avec l'aide des impôts) et ceux qui se souviennent d'elle trouvent qu'elle a beaucoup vieilli... depuis ses 17 ans ! Devrait-elle se résigner à être démodée prématurément ? Ce n'est pas son style ! Pour reconquérir le succès, elle est prête à tout ! Vraiment tout ! Y compris reprendre au cinéma le rôle qui l'avait rendue célèbre 13 ans plus tôt ! Et même, partager l'affiche avec Sophie Sagnet, la garce qui lui a pris l'homme qu'elle aimait, juste parce qu'il était un journaliste influent ! La confrontation des deux femmes s'annonce difficile, certes ! Mais il en faudrait davantage pour effrayer Gélou... Qui ne s'aperçoit même pas qu'elle se précipite et nous entraîne à sa suite dans une cascade d'aventures improbables, entre suspense et fous rires !


  • Les paysans de Sologne se sont si fort attroupés, qu'ils sont aujourd'hui une armée de sept mille hommes (...) Ce désordre irait bien loin s'ils avaient un chef de remarque. »

    Ainsi écrivait, en 1658, le docteur parisien Guy Patin, observateur attentif de son temps, à propos de la Guerre des Sabotiers. Cette révolte de la paysannerie et de la petite noblesse solognote contre l'oppression fiscale, devenue insupportable, contre aussi une manipulation monétaire sur le liard qui achevait de les ruiner, allait défier l'autorité du jeune Louis xiv et du ministre Mazarin. Le premier tome s'attachait à conter les prémices de cet épisode peu connu de notre histoire, ultime sursaut des désordres de la Fronde qui, cinq années durant, venaient de déchirer le royaume. Ce second tome est celui de la révolte, de l'épopée des « sabotiers », effarante cohorte des humbles dressée contre misère et oppression, le temps d'une errance enragée, désespérée, à travers Beauce, Vendômois, Sologne et Orléanais. On verra cette armée en guenilles braver les troupes lancées contre elle, assiéger en son formidable élan une ville fortifiée, avant de faire face à la puissante armée du roi. On pénétrera les arcanes d'un pouvoir où s'affrontent ambitions et cupidités. On découvrira les intrigues, souvent mortelles, d'une noblesse vaniteuse et parasite, capable des pires vilenies comme des exploits les plus insensés. Plongée brutale dans cette France du XVIIe siècle en pleines convulsions, avant que le roi ne parvienne à imposer son absolue volonté. C'est un voyage aussi jusqu'en Nouvelle-France. Il s'agit là d'une histoire empreinte d'humanité, où se côtoient misère et grandeur, foi en l'homme et désespérance, au travers d'un récit riche en péripéties.

  • Après avoir fui l'horreur des tranchées, vécu quelques mois en captivité en Allemagne, s'être évadé par la Suisse où il a rencontré un petit cirque ambulant italien qui l'a accueilli comme un des siens, Denis finit par retrouver sa bien-aimée Carmen et son fils après bien des péripéties. Mais, pour éviter de revivre l'enfer d'une guerre qui s'éternise, il est obligé de s'exiler en Espagne avec femme et enfant, accompagnés de leur petit clan de gitans. Commence alors pour eux une période de vie harmonieuse et paisible dans la si belle province d'Andalousie où ils coulent des jours heureux, jusqu'à une péripétie qui les amène à quitter cette région si hospitalière. D'autre part, la fin de la guerre en France incite Denis à envisager un retour dans son pays et son Berry natal, mais le chemin est long et semé d'embûches de toutes sortes, dont l'une menace même l'harmonie du couple qu'il forme avec Carmen. De plus, même s'il est affectivement important pour lui, le retour au pays de Denis sera-t-il aussi bénéfique qu'il le souhaiterait, compte tenu de son délicat passé militaire ?

  • Au milieu des années 60, le charmant petit village niché au coeur de la forêt de Tronçais vivait des heures paisibles. Jusqu'à l'arrivée de Gaspard... Gaspard le charmeur, Gaspard l'opportuniste, Gaspard aux dents longues ! Aussi, tous les malheurs s'abattant sur le village depuis son avènement lui étaient attribués par la rumeur. Jusqu'à ce beau matin où un ultime drame survint sans que les gendarmes n'y voient goutte. Excédé, le maire réunit alors un conseil municipal extraordinaire et élargi qu'il nomma « Comité », en vue de se débarrasser enfin de Gaspard... Oui mais de quelle manière ? Ce fut Gilles, l'ébéniste du village qui crut résoudre le problème : il allait faire appel à Laurent, son vieux copain de régiment... Était-ce bien raisonnable ? Une fable bucolique dans le somptueux décor de l'ancestrale forêt de Tronçais.

  • Née du siècle des Lumières, enfant de pensées utopiques, accouchée un soir de séance à l'assemblée par la voix d'un médecin, député d'une assemblée constituante se voulant réformiste et aux idées égalitaires, la guillotine fut longtemps l'instrument porté par un courant de pensée qui prônait l'égalité devant la mort des condamnés et la non-souffrance devant la peine. Guillotin, qui devait à son grand désespoir, lui donner son nom, ne déclarait-il pas : « Le supplice que j'ai inventé est si doux qu'il n'y a vraiment que l'idée de la mort qui puisse le rendre désagréable. Aussi, si l'on ne s'attendait pas à mourir, on croirait n'avoir senti sur le cou qu'une légère et agréable fraîcheur. » Appelée Louisette, La Veuve ou encore la Bascule à Charlot, la guillotine fut longtemps tour à tour détestée, vénérée, admirée, voire déifiée ou vouée aux gémonies de l'Histoire. Grande prêtresse du crime, elle fut l'instrument suprême de la justice jusqu'à sa remise aux archives de l'Histoire en 1981. C'est son histoire, celle des bourreaux l'ayant servie et des condamnés qui subirent son supplice que l'Historien Michel Benoit nous raconte dans ce livre.


  • « Ainsi vivait cette petite fourmilière, reflet de la société des hommes. Le pire et le meilleur s'y côtoyaient. Avec ses règles, ses valeurs, sa morale, ses maîtres et ses valets, ses lions et ses moutons. Et toujours, comme dehors, la même volonté d'écraser les autres à la moindre occasion. On dit souvent que la prison est l'école du crime. Je crois surtout, au moins pour les surveillants, que c'est une école de la vie. Un fabuleux laboratoire où peuvent s'examiner tout à loisir les diverses facettes de la nature humaine. Les plus sombres comme les plus lumineuses. Où l'on s'aperçoit que, mis en communauté, l'homme n'a de cesse de recréer les règles qui l'ont fait exclure de la société. Hiérarchisation systématique des rapports humains, intolérance à l'égard de ceux qui ont le tort d'être différents... Ils n'ont plus la liberté, ils rejettent avec force l'égalité, beaucoup ignorent la fraternité. Mais ils vivent dans les prisons de la République ! »

    Après La chute d'Adrien Jean-Michel Sieklucki aborde à nouveau la vie carcérale, qu'il observe cette fois-ci par les yeux d'un jeune surveillant. Ce roman palpitant et débordant d'humanité met en lumière les difficultés auxquelles sont confrontés les membres de l'administration pénitentiaire pour mener une vie normale.

  • Il y a longtemps que notre monde n'avait connu période plus troublée, où les armes prolifèrent dans tous les pays, et où deux chefs d'état trop gâtés se disputent la taille de leurs boutons nucléaires. Qui appuiera dessus le premier ? Peu importe, ce qui devait arriver arrivera, et la prophétie des Incas, Pachacuti, concernant la fin, sous forme d'un gigantesque chaos, d'un quatrième monde, avant l'avènement d'un cinquième, plus pacifique et plus faste, se réalisera-t-elle ? Elle corroborerait en tout cas les légendes, chrétienne d'Armageddon et nordique de Ragnark, à propos d'une sorte d'Apocalypse. Que peut y faire maintenant Luc, ingénieur atomiste repenti, qui vient de quitter Edith, sa compagne hôtesse de l'air, et qui est réfugié dans un abri antiatomique pendant que celle-ci s'est envolée pour un pays lointain ? La seule chose qui comptera pour lui dorénavant, sera de la retrouver. Mais, sur une planète en grande partie détruite par une guerre nucléaire, y réussira-t-il ? Subsistera-t-il sur cette terre un endroit préservé de la folie des hommes, une sorte de paradis terrestre inviolé par la « civilisation » ?

  • Mai 1968, alors que les premiers élans révolutionnaires échauffent le Quartier latin, Armand, jeune homme solitaire, survit mystérieusement à une mort violente. Un vieil homme lui redonne goût à la vie et lui offre la possibilité de revenir la veille de chaque journée pour en changer son cours. Armand comprend qu'il peut ainsi influencer le destin des autres et même l'Histoire, au cours de cette période particulièrement tumultueuse... jusqu'à une limite qu'il ne tarde pas à franchir.

    Armand se reconstruit et découvre le passé ombrageux de sa famille, la France étudiante et l'amour. Sa passion pour une jolie lycéenne au caractère volcanique l'entraînera au-delà de la raison dans les souterrains clandestins du métro, puis loin des frontières de son pays.

  • Cette évocation de la vie des jeunes filles dans les années soixante au sein des villages de la haute Ardèche, nous plonge dans l'ambiance de cette époque avec ses distractions, ses contraintes et ses préjugés. Les sorties dominicales pour danser dans les parquets salon, rythme la vie de cette jeune femme que les coups du sort ne vont pas épargner. Contrainte d'épouser un homme qu'elle haït et malgré ce qu'est devenue son existence, son caractère affirmé l'aidera à surmonter les obstacles.

  • « Peau de lapin », c'est le surnom qu'on donnait chez nous, à Sancoins, au peillerot du village. Le peillerot, vous savez, cet homme qui passait dans les rues de chaque village soit avec une carriole attelée, soit avec un triporteur à moteur ou encore avec une 203 plateau selon les époques, pour ramasser les peaux d'animaux, les ballots de vieux chiffons ou encore la ferraille en criant : « Peau de lapin ! Peau ! » Si au siècle dernier chaque village voyait déambuler le sien, Lucien, le nôtre à Sancoins, eut une vie tellement riche en péripéties de toutes sortes qu'elle méritait bien que je lui consacre... Un roman ! L'idée ne m'est pas venue comme ça, du jour au lendemain. Ce fut un jour de dédicace dans ma ville de coeur que je vis apparaître Marie-Jeanne, la fille de notre peillerot. Elle prit son courage à deux mains pour me demander si je me souvenais de son papa, et si je serais intéressé pour en relater l'histoire. Après l'avoir entendue toute une journée, l'idée me sembla formidable à tel point que j'en ai fait... Un roman biographique. Tout ce qui est relaté dans cette histoire a été vérifié et approuvé par Marie-Jeanne.

  • Nos légendes populaires partent en général d'une histoire vraie, vieille de centaines ou de milliers d'années. La légende fait référence à un lieu, à un objet, à un personnage. Elle était racontée le soir à la veillée, de bouche-à-oreille et de génération en génération. Au fil du temps, la légende est devenue un mythe, elle a perdu en précision, mais elle a gagné en fantaisie. Dans le Berry, elle a pu naître d'une source, d'une forêt, d'un chevalier. Elle a rencontré des êtres fantastiques, des fées, des sorciers ou des rebouteurs ou le diable lui-même. Nos légendes berrichonnes sont un élément essentiel de notre culture locale. En effet, elles nourrissent profondément l'imaginaire de gens qui vivent dans notre terroir. Elles sont probablement l'élément le plus ancien qui forge notre culture régionale. Les légendes berrichonnes sont notre imaginaire commun. À l'heure de la mondialisation et de la « culture unique », il est important de retrouver les mythes qui font notre identité régionale.

  • Fils de métayers, Jacquou doit faire face aux rudes conditions de vie des paysans du XIXe siècle ; sa famille est exploitée par le comte de Nansac. À la suite du meurtre de Laborie, régisseur du château, Martissou, le père de Jacquou, est condamné aux galères où il meurt. Sa mère décède également peu de temps après. Jacquou va alors connaître la faim, le froid, le malheur et la tyrannie du comte de Nansac. Orphelin, il est recueilli par le curé Bonnal qui s'occupe de son éducation. Jacquou est un garçon plein d'énergie. Il connait parfaitement la nature de son coin de Périgord. Il va devenir un adulte fort, déterminé et séduisant, bien décidé à combattre l'injustice dont sa famille a été victime, il va se venger du comte de Nansac et démontrer qu'un pauvre croquant n'est pas dépourvu ni de courage ni de grandeur.

  • Le point de départ de ce roman repose sur une curiosité historique. Lorsque les Allemands, pendant la guerre de 1870, ont envahi partiellement la France, leur comportement dans les petites villes et les villages a souvent été odieux. Les villages furent dévastés ou pillés, les habitants violentés, etc. Cependant, un petit village a échappé à ce traitement : Souvigny, en Sologne, à l'époque administré par un maire célèbre, Eugène Labiche, dramaturge à succès et auteur de théâtre de boulevard fort connu. Cet homme, nommé et non élu, est parvenu à monter un stratagème qui a mis son village à l'abri des exactions. Le récit le fait revivre entouré de ses amis, célèbres ou inconnus, et imagine un projet des services secrets mettant à profit les derniers progrès scientifiques pour vaincre les Allemands.

  • Jean-Luc Dudonjon a grandi dans un village de la campagne berrichonne. Devenu parisien et cadre d'une grande entreprise, le sort de son village le touche. Il décide de se présenter aux élections municipales. Son projet économique a pour but de redonner vie à ce village en péril. Mais sa candidature, puis son élection, diviseront, profondément et durablement, les habitants du village et des alentours. Un si joli petit village, c'est l'histoire d'une commune rurale, et de toutes les autres...

  • Voyage avec un âne dans les Cévennes, en anglais Travels with a Donkey in the Cévennes est un récit de voyage de l'écrivain écossais Robert Louis Stevenson, paru en 1879. C'est une peine de coeur qui pousse le jeune écrivain de 28 ans à s'engager dans cette aventure. Dans son livre, il relate sa randonnée entreprise en automne 1878 : la traversée des Cévennes à pied. Parti du Monastier en Haute-Loire et cheminant vers le sud, il traverse toute la Lozère pour atteindre douze jours après Saint-Jean-du-Gard, au terme d'un périple de 195 km. Son unique compagnon est l'ânesse Modestine. Il conte ses rencontres avec les gens du pays, décrit les villages traversés et rappelle l'histoire de la région. Ce livre est sans doute la plus belle « photographie écrite » du Velay, du Gévaudan et des Cévennes au XIXe siècle. L'itinéraire qu'il a suivi est désormais intégré au réseau des chemins de grande randonnée sous le nom de GR 70, appelé le « chemin de Stevenson ».

  • À la Fromentière, vivent les Lumineaux, vieille famille de métayers maraîchins depuis tant de générations qu'on ne sait plus les compter. Il y a d'abord Toussaint Lumineau, le père, attaché à la terre qu'il cultive par un amour viscéral. Courageux et fier, il a bien du mal avec ses enfants, à commencer par Mathurin, l'infirme, amoureux transis, mauvais à force de malheurs, puis François et Lionore, paresseux, éternels insatisfaits qui vont quitter la terre pour une vie qu'ils pensent meilleure à la ville. Mais le vieux Toussaint espère encore. Ne reste-t-il pas Driot, le beau chasseur d'Afrique qui doit revenir reprendre les rênes ? Mais Driot saura-t-il résister au chant des sirènes de l'Amérique ? Et qu'adviendra-t-il de la fraîche et généreuse Rousille qui a « donné son amitié » au valeureux Jean Nesmy, un « dannion », un Boquin, valet de surcroît, que le fier Toussaint a chassé ? L'intrigue se déroule sur fond d'abandon de la terre par ses propriétaires de l'aristocratie, et pendant l'implacable exode des fils de fermiers et métayers vendéens. René Bazin nous livre là un témoignage poignant de la vie paysanne à l'entrée du XXe siècle, dans ce merveilleux marais vendéen secret et mystérieux, qu'il sait si bien dépeindre.

  • Au début du XIXe siècle, Saint-Léonard, un chef-lieu de canton du Limousin, est le décor d'un amour impossible. Aristide Herbeau, médecin de campagne, tombe amoureux de Louise, une de ses patientes. Mais Louise est l'épouse de Riquemont, un châtelain, éleveur de chevaux limousins. Les amoureux s'emploient à ne pas éveiller la méfiance de Riquemont, mais un jour le mari va surprendre le docteur Herbeau aux genoux de Louise...

empty