Passés Composés

  • Demystifier l'europe centrale - boheme, hongrie et pologne du viie au xvie siecle Nouv.

    De saint Wenceslas à la Sainte couronne de Hongrie, du bouclier de la foi aux invasions mongoles et aux croisades de Prusse, ou encore d'Attila à Dracula, les motifs qui ont forgé l'imaginaire collectif des habitants de l'ancien « bloc de l'Est » et leur servent aujourd'hui de références identitaires jusque dans les plus hautes sphères de l'État et de la diplomatie remontent pour l'essentiel au Moyen Âge. Impossible de comprendre l'évolution actuelle de ces pays sans disposer de ces clés de compréhension. Né de ce constat, ce livre, qui tient à la fois du dictionnaire et de l'essai collectif, embrasse, sur plus de huit siècles, l'ensemble géographique couvert par les duchés puis royaumes de Bohême, Hongrie et Pologne - le noyau dur de l'Europe centrale en tant que région historique.

    Neuf chapitres introductifs éclairent les principales facettes de cet espace-temps, sans masquer pour autant ses zones d'ombre. Près de 500 notices font ensuite le point, à la lumière des dernières recherches scientifiques, sur les notions, les courants idéologiques, les symboles, les processus, les événements, les groupes et les personnages réels ou mythiques qui le caractérisent ou lui sont associés. Confié à une centaine d'auteurs issus pour la plupart des pays concernés, l'ouvrage a été coordonné par Marie-Madeleine de Cevins, en collaboration avec Enik"o Csukovits, Olivier Marin, Martin Nejedlý et Przemyslaw Wiszewski.

  • Démystifier l'europe centrale : Bohême, Hongrie et Pologne du VIIe au XVIe siècle Nouv.

    De saint Wenceslas à la Sainte couronne de Hongrie, du bouclier de la foi aux invasions mongoles et aux croisades de Prusse, ou encore d'Attila à Dracula, les motifs qui ont forgé l'imaginaire collectif des habitants de l'ancien « bloc de l'Est » et leur servent aujourd'hui de références identitaires jusque dans les plus hautes sphères de l'État et de la diplomatie remontent pour l'essentiel au Moyen Âge. Impossible de comprendre l'évolution actuelle de ces pays sans disposer de ces clés de compréhension. Né de ce constat, ce livre, qui tient à la fois du dictionnaire et de l'essai collectif, embrasse, sur plus de huit siècles, l'ensemble géographique couvert par les duchés puis royaumes de Bohême, Hongrie et Pologne - le noyau dur de l'Europe centrale en tant que région historique.

    Neuf chapitres introductifs éclairent les principales facettes de cet espace-temps, sans masquer pour autant ses zones d'ombre. Près de 500 notices font ensuite le point, à la lumière des dernières recherches scientifiques, sur les notions, les courants idéologiques, les symboles, les processus, les événements, les groupes et les personnages réels ou mythiques qui le caractérisent ou lui sont associés. Confié à une centaine d'auteurs issus pour la plupart des pays concernés, l'ouvrage a été coordonné par Marie-Madeleine de Cevins, en collaboration avec Enik"o Csukovits, Olivier Marin, Martin Nejedlý et Przemyslaw Wiszewski.

  • Penser et écrire la guerre : contre Clausewitz, 1780-1837 Nouv.

    Faire l'histoire de la pensée de la guerre de 1780, date de la naissance de Clausewitz, à 1837, année de publication du dernier volume de ses oeuvres complètes par sa veuve, tel est le pari d'Hervé Drévillon dans ce livre remarquable d'intelligence et d'originalité. Car au-delà du parcours du plus célèbre théoricien de la guerre, la période 1780-1837 se caractérise par l'émergence de la théorie militaire comme un véritable champ littéraire. Considéré, à cette époque, comme l'auteur de référence de ce domaine, Antoine de Jomini attaqua la théorie de Clausewitz et sa mise en oeuvre qui s'appuyait sur une « plume facile » mais « parfois un peu vagabonde » et « surtout trop prétentieuse ». L'inconstance de la plume de Clausewitz reposa sur sa conscience aiguë des problématiques de la théorie militaire. Il est donc utile de s'appuyer dessus pour étudier la construction de la pensée militaire par de nombreux auteurs qui pensèrent et écrivirent la guerre. Contrairement à la vision idéaliste de Clausewitz, la plupart se référèrent à la réalité des conflits armés pour tenter d'offrir des principes répondant à des questions essentielles : que faire en guerre et quel est le lien entre guerre et politique ?

  • L'assassinat politique en france Nouv.

    Le royaume de France est supposé reposer sur l'amour réciproque, puisque la cité des hommes copie la cité de Dieu. C'est la raison pour laquelle l'assassinat du prince est un scandale inouï. Répandre le sang sacré des rois est crime de lèse-majesté divine et humaine, et la France fut renommée pour ne pas tuer ses monarques jusqu'à la fin du XVIe. Les assassinats d'Henri III et d'Henri IV puis la décapitation de Louis XVI y mirent fin. Puis vinrent l'ouragan homicide du XIXe et le non moins violent XXe siècle. Pour comprendre cette réalité française, du Moyen Âge à nos jours, Colette Beaune et Nicolas Perruchot offrent, dans une démarche accessible, l'histoire des plus importants assassinats politiques, du templier Jacques de Molay à l'attentat du Petit-Clamart, en passant par ceux du duc de Guise, de Lavoisier, de Marat, du duc d'Enghien ou encore de Jaurès... Au-delà de récits saisissants, ils expliquent que tout assassinat d'un dirigeant politique est une protestation contre l'ordre du monde, tout assassin espérant le changer. Le but de la violence devient alors le rétablissement d'un espace de paix et d'une société plus juste : refaire de Paris une autre Jérusalem ou faire advenir le grand soir.

  • Les guerres des Années folles, 1919-1925 Nouv.

    Les sorties de guerre font aujourd'hui l'objet de réflexions fécondes, notamment en France. Dans la cas de la Première Guerre mondiale, afin d'appréhender le phénomène historique dans toute sa complexité et dans une perspective résolument européenne, une approche collective s'imposait. Les limites chronologiques - janvier 1918 à la fin de l'année 1925 - permettent, elles, de montrer les scansions fondamentales qui rythment ce laps de temps où les peuples croient en finir avec la guerre, quand celle-ci se prolonge et se transforme. L'année 1918 doit être étudiée pour elle-même : en un an, les visages de la guerre évoluent par le retour de la guerre de mouvement. L'année 1919 est déterminante, alors que les démobilisations militaires se font et que les sociétés commencent à revivre. Les années 1920 à 1925 voient enfin les prémices du fascisme italien, du nazisme allemand et l'extension de la révolution bolchevique, tandis que le démantèlement des empires centraux se poursuit par de nombreuses guerres civiles. La sortie de guerre se fait donc singulièrement attendre dans de nombreux secteurs de l'Europe traumatisée par la Grande Guerre.

  • Danton et Robespierre sont restés, dans l'imaginaire collectif, deux monstres politiques incarnant deux faces de la Révolution. Car si l'on en croit la puissance du verbe, à la capacité d'entraînement de cet art consommé de la séduction, la parole de Danton et de Robespierre porte un écho qui dépasse de loin leur mort. Ils témoignent de cette vérité que rien dans le monde ne se fait sans passion. En cela ils sont le miroir d'une génération, d'un élan et d'une certaine idée de la France, dans ce qu'elle a de profondément national et universel. C'est pourquoi aussi ils incarnent plus que ce qu'ils ont été, et parlent encore. Tout semblait les unir. Ils étaient avocats et du même rang social, des bourgeois. Ils étaient tous les deux révolutionnaires, patriotes, démocrates, républicains. Tous les deux, premiers élus de Paris, montaient à la même tribune, étaient du même parti de la Montagne, fréquentaient les mêmes sociétés politiques, ayant les mêmes amis, les mêmes ennemis. Jeunes et déjà célèbres, ils ont gouverné la France par la puissance de leurs discours, avant que la fièvre révolutionnaire ne les emporte. Ils promirent de donner leur vie pour la Révolution et moururent la même année, à trois mois près.

  • À Sainte-Hélène, Napoléon n'était pas seulement un prisonnier en conflit avec ses geôliers, il était encore et toujours un homme d'action. En plus de dicter ses mémoires, il a eu une passion méconnue et dévorante : sa bibliothèque. Il finit par s'y investir totalement, comme dans le seul domaine où il pouvait retrouver son pouvoir perdu. Les livres étaient désormais les seuls champs de bataille sur lesquels il pouvait s'illustrer. La bibliothèque est une autre facette du Napoléon prisonnier largement ignorée jusqu'à maintenant. À la faveur de cette histoire, c'est bel et bien un portrait jamais dessiné des dernières années de Napoléon que dessine ici Jacques Jourquin, celui d'un homme qui retrouve un de ses plus vieux engouements, sur lequel il concentre ses dernières forces, ses derniers espoirs.  Tiré d'archives inédites, ignorées pendant deux cents ans, de Saint-Denis, le « garde des livres » de l'Empereur, ce livre renouvelle considérablement la connaissance que nous avions de l'exil à Sainte-Hélène.

  • Après l'âge des grands empires sédentaires de l'Antiquité, l'époque qu'on appelle médiévale en Occident fut celle des empires nomades des conquérants de la steppe. Ainsi, durant plus d'un millénaire, les guerriers de Haute Asie ont-ils rythmé la vie d'une grande majorité des populations d'Eurasie et du Moyen-Orient. Ce livre retrace l'histoire de ces peuples conquérants, y compris celle des empires les plus connus, comme ceux des Huns, des Mongols ou des Timourides, mais aussi les empires des Kkturks, des Khazars ou des Qarakhanides, dont l'histoire nous est moins familière. Fondé sur les plus récentes découvertes historiques, archéologiques et scientifiques réalisées durant les dernières décennies, il propose un nouvel éclairage sur la question. Deux interrogations en particulier servent de fil d'Ariane : comment ces modestes peuples venus de nulle part ont-ils pu imposer leur joug sur d'aussi vastes territoires et sur autant d'individus ? Pourquoi, aussi, et comment ces empires omnipotents ont-ils disparu les uns après les autres, souvent sans laisser de traces, ou si peu ?

  • Les questions soulevées par l'histoire de la Shoah méritent des réponses claires. Or depuis trente ans l'historiographie sur le nazisme et la Shoah a profondément évolué, et nombre d'interrogations ont trouvé leur réponse grâce aux travaux d'une nouvelle génération de chercheuses et chercheurs. C'est pourquoi, sans délaisser les questions cruciales des origines, du déroulement et de la géographie de la Shoah, les auteurs fournissent ici des éléments clés pour comprendre des sujets essentiels : le rôle des ghettos, les centres de mises à mort, Vichy et la Shoah, les résistances juives face à la répression et aux déportations, le sort des Roms et des Sinti, ce que savaient les Alliés, mais aussi les défis de l'enseignement de la Shoah, les enjeux des voyages sur les lieux de mémoire, ou encore le négationnisme et le lien entre complotisme et antisémitisme... Tous ont accepté de se prêter à l'exercice délicat de la synthèse, leurs chapitres répondant à une volonté assumée de proposer aux lecteurs une approche précise, actualisée, accessible et concise de l'histoire de la Shoah.

  • Le terrorisme radical est une guerre, mais une autre forme de guerre. En s'attaquant à un nombre limité de personnes - faute de moyens -, les terroristes cherchent à exercer un impact psychologique sur une cible bien plus large - communautés, organisations ou nations. Pour John A. Lynn, dont la finesse d'analyse de l'histoire de la guerre est mondialement reconnue, le terrorisme est ainsi une forme de violence qui compte sur l'effet paralysant de la peur.  Pour le comprendre, l'auteur retrace dans ce livre, aussi accessible qu'original, l'évolution du terrorisme depuis deux siècles, exposant ses constantes et ses contrastes, dans toutes ses composantes, du terrorisme d'État au terrorisme islamiste, en passant par le narcoterrorisme, le terrorisme ethno-nationaliste, le terrorisme marxiste ou encore celui pratiqué par les suprémacistes. Ce faisant, Lynn contextualise cette violence et fait valoir qu'une connaissance de son histoire permet d'en comprendre la nature, et donc d'aider à évaluer plus précisément les menaces afin d'élaborer des réponses éclairées.
    Traduit de l'anglais (États-Unis) par Antoine Bourguilleau.

  • Comment et pourquoi une élite cultivée a-t-elle abdiqué face au nazisme ? C'est la réponse à laquelle un des plus grands spécialistes de l'Allemagne répond dans ce livre. Christian Baechler trace l'itinéraire ignoré d'une bourgeoisie culturelle méconnue de la fin du XVIIIe siècle à la Seconde Guerre mondiale. Le parlement de Francfort de 1848-1849 marque l'apogée de son influence politique, qui décline dans l'Allemagne bismarckienne. Confrontée au développement de la société industrielle, elle subit une « crise existentielle » qu'elle surmonte par le nationalisme. Accentué par la défaite de 1918, par une flambée d'antisémitisme et par la crise des années 1930, ce nationalisme devient raciste. Ce sont des conditions favorables à une adhésion au national-socialisme pour certains ou au retrait dans l'abstention ou l'indifférence pour la plupart. Toutes les conditions étaient réunies pour qu'elle se compromette dans l'entreprise hitlérienne.  Voici la fresque totale, fascinante et apocalyptique de l'effondrement d'une des élites les plus prometteuses de l'ère moderne.

  • La barrière chronologique séparant la Révolution de la période impériale isole deux temps de l'histoire de France : l'un constitué d'un moment collectif, la Révolution ; l'autre centré autour d'un seul individu, Bonaparte. Elle n'est cependant pas satisfaisante, si l'on considère que Napoléon s'est emparé des actifs de la Révolution pour mieux les consolider à travers l'oeuvre de son régime. Or, parmi les actifs en question, figurent l'internationalisation de la Révolution en Europe et la diffusion de ses idées à l'échelle du continent. Le « système de famille » des Bonaparte est la clé de voûte de cette Europe reconfigurée par un processus révolutionnaire inachevé. C'est ce que démontre Vincent Haegele à travers un récit vibrant doublé d'une analyse d'une profonde originalité. Il nous entraîne sur les théâtres européens les plus variés : Vienne, Berlin, Naples, Madrid, la Russie, jusqu'à la périphérie de l'Empire (Corfou), à travers les parcours des membres de la famille impériale comme de ceux qui les ont suivis ou combattus. Alors il est en effet possible de mieux saisir à la fois la nécessité d'effacer la coupure chronologique de 1799, mais aussi de décentrer la figure du Napoléon omniscient et omnipotent au profit d'une réflexion à travers les méandres d'une Europe partagée entre plusieurs temps et la difficile question des identités nationales.  

  • Dans son testament dicté à Sainte-Hélène, Napoléon met la dernière touche à la geste impériale en commandant à Édouard Bignon, un de ses diplomates les plus fidèles, le récit de son règne. Dès 1829-1830 paraissent les six premiers tomes d'une Histoire de France qui en compte quatorze et se clôt en 1850. Première histoire diplomatique du Consulat et de l'Empire, l'Histoire de France propose une réflexion inédite sur les années 1799-1815. Loin de l'habituelle énumération des batailles et traités, elle place la conduite des affaires étrangères au coeur du système napoléonien et démontre, avec brio, que l'absence d'une paix solide a coûté son trône à Napoléon.   Jusqu'ici indisponible, voici l'anthologie inédite d'une Histoire de France voulue par Napoléon, indispensable pour comprendre non seulement son règne, mais encore les bouleversements diplomatiques de l'Europe au début du XIXe siècle.     

  • La décennie révolutionnaire fut le théâtre d'un conflit politico-religieux passionné dont l'histoire ne retint souvent que les outrances, celles de prêtres pourchassés, d'églises vandalisées et d'un catholicisme malmené et banni. S'il n'a pas lieu de le nier, la question religieuse pendant la Révolution est néanmoins trop ambiguë pour amalgamer antireligion et anticléricalisme. Un gouffre opposa en réalité le fanatisme de quelques-uns de ceux qui dénonçaient les conséquences néfastes de l'intrusion du clergé aussi bien dans le domaine public que privé. Reste qu'en s'attaquant de front à l'Église catholique de France pour la mettre au pas, les révolutionnaires ont froissé une partie de la société en ne prenant pas le poids de l'attachement populaire à l'institution et à ses hommes. Leur volonté de contrer l'influence et la puissance cléricales déboucha sur une crise d'une ampleur rare dont Christine Le Bozec livre, en historienne, les tenants et les aboutissants.  

  • Et si, pour découvrir le véritable Karl Marx, il suffisait d'interroger Jenny, sa femme et première confidente?? Des rives de la Moselle à celles du Mississippi, du cabinet de Frédéric-Guillaume IV de Prusse aux bas-fonds de Londres, Jérôme Fehrenbach restitue la vie de celle qui fut l'amante, l'alliée et le grand amour de l'auteur du Capital. Loin des stéréotypes, il montre que Jenny von Westphalen, de son nom de jeune fille, était une bourgeoise typique du XIXe siècle, attachée aux apparences et aux convenances, et qu'elle n'hésitait pas, comme son mari d'ailleurs, à lorgner sur les héritages. Elle eut néanmoins un courage et une dignité qui forcèrent l'admiration de tous, y compris de ses ennemis. C'est aussi l'occasion de découvrir un nouveau Karl Marx, dans toute son intimité, où des failles et des aspérités méconnues de sa personnalité sont dévoilées pour la première fois.  Fondée sur des archives de famille inédites et des archives secrètes jamais consultées, cette biographie, la toute première du genre, est un événement éditorial. Elle révèle l'envers du décor à la fois conjugal et politique d'un couple mythique.   

  • L'Antiquité reste-elle d'actualité ? C'est la question à laquelle un de ses plus éminents spécialistes répond dans ce livre. En une succession de courts chapitres, il montre la proximité entre les civilisations grecque et romaine et la nôtre. À bien des égards, nos problèmes les plus contemporains furent également les leurs. Brexit, enseignants mal payés, déserts médicaux, sport business, technocratie, manifestations de rue : ce qui nous apparaît comme « l'enfer » de la modernité n'est qu'une forme de répétition de l'Antiquité classique. Ainsi découvrira-t-on que Donald Trump n'est pas l'inventeur des fake news, mais que l'Athénien Thémistocle ou Philippe II de Macédoine y ont eu recours bien avant lui, en dignes héritiers d'Ulysse ; qu'avant Notre-Dame, un autre lieu de culte illustre, le temple d'Apollon à Delphes, périt dans les flammes et provoqua un émoi international ; Delphes où bien avant l'ONU, une instance supranationale siégeait, l'Amphictionie. À travers ces exemples riches en anecdotes, curiosités et révélations, François Lefèvre fait revivre d'une plume alerte le monde antique et nous invite à réfléchir sur le nôtre, tant il est vrai que le passé, fût-il aussi reculé, éclaire le présent.

  • Le 22 septembre 1822, quatre sergents sont guillotinés à Paris. Trois d'entre eux avaient appartenu à la Grande Armée de Napoléon. Déçus par la monarchie restaurée de Louis XVIII, ils s'étaient laissé séduire par un projet d'insurrection fomentée par la Charbonnerie, société secrète où on retrouve des libéraux, et à la tête de laquelle est le célèbre général La Fayette. Découverte à La Rochelle en mars 1822, la conspiration donne lieu à un procès auquel échappent les chefs de file. Seuls sont condamnés des seconds couteaux. Les royalistes ultras désormais à la tête du pays ont voulu faire un exemple. L'indignation est générale. Pendant un siècle et demi, du jour de l'exécution à la Seconde Guerre mondiale, le martyr des quatre sergents de La Rochelle sera répété, raconté, révéré, employé comme un argument définitif contre une monarchie abusive, par les bonapartistes, bien sûr, mais aussi par les républicains de toutes les sortes. Jacques-Olivier Boudon dévoile non seulement les coulisses d'un des plus fameux complots du XIXe siècle, mais aussi celui d'un mythe fédérateur des oppositions au roi, au pouvoir arbitraire, à l'oppression, trente ans à peine après la Révolution française et la prise de la Bastille.

  • Voici une histoire totale et inédite des instants où le monde manqua être détruit par la bombe atomique. Des explosions nucléaires au Japon en 1945 à la récente escalade entre l'Iran et les États-Unis, en passant par la crise du détroit de Formose entre Taïwan et la Chine populaire (1954), Dien Bien Phu (1954), celle des missiles du Cuba (1962) ou encore la guerre du Kippour (1973), Jean-Marc Le Page dévoile les coulisses des moments où l'humanité retint son souffle. Au cours de cette enquête sans précédent, on croise les principaux dirigeants des soixante-dix dernières années - Truman, Staline, Mao ou encore de Gaulle - mais aussi des femmes et hommes des services secrets, James Bond méconnus et géniaux qui ont parfois permis d'éviter le pire. Odyssée glaçante et fascinante, ce livre est aussi une contribution sur les doctrines nucléaires, lesquelles éclairent de façon décisive les tournants de l'histoire de la seconde moitié du XXe siècle.  

  • Si elle est intensément ancrée dans la mémoire collective des Français, la prise de la Bastille ne fut que la première d'une série de « journées » au cours desquelles le peuple parisien en armes fit basculer les régimes, les hommes et les hiérarchies, imposant sa volonté par la force. De l'invasion du château de Versailles en octobre 1789 à celle du palais des Tuileries en mai 1795, en passant par le renversement de la monarchie et la proscription des Girondins, ces épisodes majeurs au déroulement similaire - rassemblement puis marche des émeutiers, réaction des autorités, attitude des troupes, invasion des lieux de pouvoir, combats, massacres - rythment la grande épopée révolutionnaire pendant près de six ans. Au coeur de la Révolution française elle-même, ils sont en outre la matrice de bien des épisodes insurrectionnels de l'histoire mondiale. Délaissant une lecture strictement chronologique des événements pour adopter une démarche résolument comparative, à travers une narration remarquablement incarnée, Antoine Boulant met ainsi à jour le mécanisme des journées révolutionnaires et nous en offre une vision profondément originale.

  • Le 22 mai 2020, deux statues martiniquaises de Victor Schoelcher furent brisées. Mais le bruit provoqué par ces destructions fut vite couvert par le fracas médiatique suscité par la mort de l'Afro-Américain George Floyd tué à Minneapolis, par la police, le 25 mai. Les images de son agonie agirent comme un catalyseur et déchaînèrent dans le monde des actes iconoclastes contre les statues glorifiant de « grands hommes » blancs, dont l'action est condamnée à divers titres (esclavagisme, colonialisme, racisme). Comme d'autres pays, la France, où tout avait donc commencé un peu plus tôt, fut touchée. Pour mieux comprendre la réalité et les enjeux du débat, et après avoir rendu compte de la situation sur plusieurs continents, Jacqueline Lalouette étudie le cas de la France ultramarine et continentale, où diverses statues liées à l'histoire de l'esclavage et de la colonisation furent contestées, vandalisées et, pour certaines, détruites. L'auteur s'interroge ensuite sur les solutions préconisées, de leur retrait à la réalisation de statues de nouveaux héros. Elle donne au final les clés de compréhension de ce débat passionné, en lui-même révélateur des oppositions mé-morielles, parfois violentes, qui traversent la France.  

  • Pour les historiens arabes les plus lucides, ce que nous appelons les croisades entre dans le récit plus vaste de l'effondrement de l'Empire islamique, la grande offensive des «?Francs?» en Méditerranée constituant l'une des deux mâchoires de la tenaille qui prend en étau l'Islam aux XIIe-XIIIe siècles. L'autre mâchoire, de loin la plus redoutée, se resserre à l'est avec les invasions mongoles.

    L'Empire islamique est ainsi le lieu où se confrontent trois constructions impériales?; à l'est l'histoire chinoise domine pour un petit siècle, le coeur de l'Empire mongol se trouvant à Pékin. À l'ouest, Saint Louis s'impose comme le fondateur de l'Empire franc, dont le centre est à Rome, après la vague des guerriers fondateurs que sont Godefroy de Bouillon, Baudouin, Amaury ou Roger de Sicile.

    C'est donc à un décentrement du monde que nous invite Gabriel Martinez-Gros. À travers une réflexion profondément originale, nourrie de ses précé-dents travaux sur la question impériale, l'histoire de l'Islam et la pensée historique arabe, l'auteur propose une fascinante nouvelle lecture des croisades, de l'Empire islamique et de la puissance mongole.

  • Au-delà des polémiques, que sait-on vraiment de l'assimilation et de son histoire ? La pratique qui consiste à exiger de l'étranger qu'il devienne un semblable remonte à l'Antiquité, et n'est le privilège ni d'un pays, ni d'une époque. Aucun ouvrage n'avait jusqu'ici proposé une histoire globale de l'assimilation. L'ambition de cette entreprise inédite est de donner un panorama des pratiques d'assimilation à travers l'histoire, de l'Antiquité à nos jours, de l'Europe à l'Amérique, du Japon à l'Arabie, des grands empires aux pays d'immigration. Un fait se dégage : même si elle se révèle parfois contraignante, l'assimilation est toujours associée à l'universalisme, tandis que le refus de l'assimilation a souvent partie liée avec le racisme ou la xénophobie. Loin d'être synonyme de repli sur soi, l'assimilation se révèle historiquement le propre des sociétés ouvertes. En creux, ce sont les problématiques de notre époque, marquée par les crises migratoires et la mondialisation, que ce livre cherche à éclairer, en abordant les problématiques de l'étranger et de l'immigration sous un nouveau jour. Faut-il chercher à rendre nos sociétés diverses plus homogènes ? Quel type de culture, quel rapport à nous-mêmes et à autrui voulons-nous ? Bref : à Rome, doit-on encore demander de faire comme les Romains ?    

  • Et si Napoléon ne devait pas seulement sa gloire à ses conquêtes, mais à son extraordinaire bravoure face aux dangers ? David Chanteranne nous raconte ces douze moments méconnus, où le plus célèbre des empereurs s'est imposé en héros immortel face à ses contemporains en échappant de peu à la mort : une épidémie de peste qui décime son armée en Égypte en 1799 ; un attentat à la bombe dans les rues de Paris, la veille de Noël, en 1800 ; une balle perdue qui l'atteint lors de la bataille de Ratis-bonne en 1809 ; un homme qui voulait le poignarder à Vienne la même année ; un suicide manqué au château de Fontainebleau en 1814 ; ou encore son miraculeux sauvetage par les soldats de sa garde à la bataille de Waterloo en 1815. À la faveur de ces spectaculaires mises en abîme, ce livre revisite, autour de Sainte-Hélène et sous une forme totalement inédite, l'existence d'un des plus grands héros du XIXe siècle et de la France.  

  • Cléopâtre hésite. Nul ne sait si elle fronce les sourcils ou si ses yeux cernés de khôl trahissent l'effroi, l'effarement peut-être, si même elle invoque en son for intérieur Isis et Osiris, à supposer qu'elle y croie. Les morts violentes, les trahisons jonchent sa course ici-bas mais la scène qui se joue à Actium, ce 2 septembre 31 av. J.-C, semble annoncer un dénouement tragique. Les bracelets figurant des serpents cliquettent à ses bras, à ses poignets. Parée comme une idole, petit tanagra du désastre à la proue de son vaisseau amiral, la dernière des Ptolémée flaire le carnage. Belle ? Bien pire. De l'enjouement, du charme. Une voix enjôleuse, prise aux sirènes de l'Odyssée, qui fit bien des Ulysses. À trente huit ans, Cléopâtre, déesse reine d'Égypte, offre à l'histoire son profil de médaille que casse un nez busqué.

empty