Paul&Mike

  • Spiaggia Nouv.

    Spiaggia

    Roche Emmanuel

    Été 1959. La jeunesse italienne découvre le rock'n'roll, rêve de cinéma et se retrouve au bord de la mer. Cet été-là, l'écrivain Pier Paolo Pasolini et le photographe Paolo di Paolo entreprennent au volant de leur Fiat Millecento un tour des plages de la péninsule. De Sanremo à Lazzaretto, les nouvelles de Spiaggia ont chacune pour point de départ une silhouette croisée ou un paysage esquissé par les deux voyageurs. Elles font ainsi la chronique douce-amère d'un été italien, au cours duquel on croise Chet Baker, Fellini et le souvenir de Cesare Pavese.

  • Toutankhamon et le complot mysterieux Nouv.

    Archibald Plummer, égyptologue mondialement reconnu, est convié au Caire pour les festivités liées à l'inauguration du nouveau Grand Musée Égyptien.
    Dans ses bagages, il emporte avec lui ses deux neveux, Michael et Vel, leur amie Rose, sans oublier Wilde, petit chat roux et blanc au Q.I de chat-policier.
    Mais, un siècle plus tard, la malédiction du célèbre pharaon semble planer sur les cérémonies.
    Aidés de Cléokhât, chatte sphinx aux yeux en amande qui ne laissera pas Wilde indifférent, notre célèbre quatuor devra, une fois de plus, faire preuve de courage et de ténacité pour venir à bout des comploteurs et autres assassins.


    Comme dans les quatre tomes précédents, l'auteur mêle, pour le plus grand plaisir de nos jeunes lecteurs (et de leurs parents), suspens, dépaysement et humour à volonté.

  • Quatre murs de granit Nouv.

    Quatre murs de granit

    De Foucaud Emma

    Ella, Pierre et Juliette sont amis depuis le lycée. Confinés pour raison sanitaire aux Embruns, une vieille maison en bord de falaise aux confins du Cotentin, les trois trentenaires et leurs conjoints respectifs vont rapidement affronter un virus bien plus pernicieux. Au rythme des assauts de la Manche, au coeur des rires et des tempêtes, les premiers symptômes se propagent : secrets et non-dits, jalousie, trahison, rancoeur et amertume. L'épidémie n'épargnera personne et les Embruns menaceront à tout moment de basculer...

    Pour son premier roman, Emma de Foucaud s'approprie avec subtilité et justesse le procédé du huis clos et lui prête une lecture personnelle. L'enfer commencerait-il par soi-même ?

  • Odessa : ville ukrainienne au bord de la mer Noire, mais surtout ville mythique que les Russes idéalisent depuis toujours... Viviane Campomar s'empare de ce rêve-là pour nous entraîner dans un voyage entre les années 70 et aujourd'hui, et entre l'Union Soviétique, l'Allemagne de l'Est, Paris, et une Odessa résolument contemporaine... Une Odessa entre réel et imaginaire, au coeur d'un tourbillon de danse, de musique, de poésie, de peinture. Dans ces sept nouvelles, l'autrice pose un regard amusé sur une galerie de personnages savoureux qui se jouent de la réalité et sur les petits travers de sociétés prises dans la folie de l'Histoire.

  • Que se passe-t-il lorsque l'inconnu s'invite dans votre vie ?


    Dépassé par sa vie professionnelle, oscillant entre une hypocondrie qui l'étouffe et une vie sentimentale chaotique, Benoît navigue à vue. Le jour où la délicatesse d'une coïncidence vient chambouler son quotidien, il comprend qu'il ne faut jamais défier les desseins du hasard.





    Histoire de trajectoires qui se percutent ou expérience de réinsertion émotionnelle,

    La solitude d'une goutte de pluie

    est avant tout le récit d'une rencontre où s'entrelacent un scorpion fataliste, un lampadaire philosophe et


    une adolescente gothique, tisseuse des fils du destin.


  • Après quinze ans de silence, les révélations de Beleiza sur la naissance de ses enfants ont bouleversé les relations déjà compliquées des jumeaux du solstice. Urreki retrouvera-t-elle en Ilun le frère qu'il ne veut plus être ? Izhaun, toujours rongé de culpabilité pour son geste fou contre Beleiza, s'apaisera-t-il un jour ? Découvrira-t-on enfin l'identité de la femme morte au cercle de pierres ?


    Dans ce second tome de la saga Les ciels noirs des équinoxes, on retrouve avec jubilation les personnages de Celle-qui-sait, amenés à affronter leurs propres démons, ennemis tout aussi redoutables que les envahisseurs venus du nord pour déferler sur l'Aquitaine.


  • « Pour la première fois depuis l'école maternelle, je n'étais amoureuse de personne. Enfin de vraies vacances, celles du coeur !


    Comme Frank Bascombe, le personnage de Richard Ford, j'étais entrée dans ma période d'existence, que caractérisent la désillusion et un réalisme accru, où chaque élan est évalué et réprimé : cela en vaut-il vraiment la peine ?


    J'étais à mille lieues du désordre amoureux. »


    Été 2018, c'est la Coupe du monde. Là-haut sur sa banquise, Soli se métamorphose en ours polaire. Amollie par quinze mois de pouponnage, Lætitia confie leur fille pour partir au soleil avec Sixtine et Marilou. Au pays du farniente et des flamants roses, notre sexy quadragénaire que seul un ristretto parvient encore à stimuler éprouve la vacuité du désir.


    Mais c'est sans compter sur Phedra dont les huit tentacules en berne et l'oeil terni par la vase sont une stratégie attentiste. Quand le regard de Lætitia croise celui d'un personnage à l'allure de Corto Maltese, la pieuvre s'éveille et repart au combat.



  • Au coeur de la Transylvanie, dans le château de Bran, Stella, la jeune fiancée du comte Arbür, disparaît mystérieusement. Sur son oreiller, dessinant une étrange figure géométrique, cinq taches de sang.


    Après plus d'un siècle d'absence, Dracula viendrait-il à nouveau hanter la région ?


    Michael Connors, quatorze ans, son frère Vel, d'un an son cadet, leur amie Rose, du même âge, et leur chat Wilde, matou au QI de Sherlock Holmes, sont en vacances sur les lieux du drame.



    Aidés d'un loup apprivoisé et d'une chauve-souris pleine de ressources, ils vont se lancer sur les traces du plus célèbre des vampires et nous entraîner dans une enquête inoubliable.




    Frissons, suspens et éclats de rire sont les ingrédients de ces trois jours et trois nuits passés « Dans l'ombre de Dracula ».



  • À la fin de ce livre, Arnaud Modat meurt par balles sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, sous le regard insolent de Christine Angot. Il est vrai que cela avait plutôt mal commencé... Au cours de la première nouvelle, en effet, cet habile narrateur est prié de restituer dans les plus brefs délais l'ouvrage Destins Yaourt (Édika, collection La Pléiade) à la médiathèque Olympes de Gouges. La trajectoire reliant ces événements dramatiques, bien qu'elle semble d'une limpidité d'eau en bouteille, se révélera pourtant périlleuse et haletante. Entre les deux, l'auteur (à peine grimé) n'ira pas visiter le château de Phalsbourg avec ses parents, offrira une flûte de Pan à son fils roux, négociera avec un téléprospecteur la conservation au congélateur de l'orteil de son épouse, sera touché en D4 (la colonne vertébrale, pas le porte-avions), tapera à suivre, vieillira sur un plongeoir de cinq mètres, enseignera le conditionnel à un enfant de trois ans et demi dont la mère est alcoolique, achètera un calendrier à un gothique, et vendra sa femme sur eBay.
    Lui, l'enfant du rock, tirera sa révérence sur un ultime slow, la tête posée sur l'épaule confortable de la démence. Et il mourra donc par balles sur le parvis de la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, sous le regard insolent de Christine Angot.


  • À force de manoeuvrer entre un patron tyrannique et les vestiges d'un amour adolescent, Thiago s'est habitué à tout : aux embouteillages, au son du bol tibétain, à la nausée. Quand Luciana le quitte et qu'il est promu ingénieur à la place d'un autre, Thiago acquiesce. Propulsé sur des chantiers éoliens, l'enfant de la Ville va basculer de l'enfer ordinaire des petites compromissions à celui des grands renoncements. Combien de temps encore pourra-t-il se laisser porter par le vent ?



    Roman engagé et engageant, "Le sens des aiguilles d'une montre" est un périple dans les dunes du nord brésilien autant que dans le désert humain des tergiversations.

  • Au pied des montagnes basques éternelles, dans l'Aquitaine romaine menacée par la peste et les invasions barbares, Beleiza guide son peuple par son dialogue avec les esprits du monde-autre. Malgré la naissance de ses enfants particuliers, les jumeaux du solstice, elle refuse une vie paisible auprès de leur père et choisit de rester parmi ceux-qui-savent, constamment sur les chemins. Mais peut-on décider de son destin ? Les secrets les mieux gardés finissent toujours par être dévoilés, avec des conséquences que même celle-qui-sait n'avait pas imaginées...

    Plus qu'un roman historique, « Celle-qui-sait » est un voyage initiatique envoûtant qui se poursuivra fin 2019 par le second tome de la saga "Les ciels noirs des équinoxes".

  • 2016. Hédoniste et maniaque des moteurs de recherche, Théo se fait embaucher à la Mission de Contact abritée dans les montagnes tadjikes pour y chercher sa mère, enfuie vingt ans auparavant.
    A la Mission, des scientifiques du monde entier étudient les doméglis, qui ont débarqué nul ne sait vraiment quand ni comment. Mais on y meurt facilement, dans ce phalanstère, et les extraterrestres - dont, au fond, pas grand-monde se soucie - sont peut-être moins opaques que ceux qui les examinent...

  • Litanie valparaiso

    Héloïse Simon


    "Maternité, contrat louche, travail dissimulé."


    Litanie Valparaíso est le récit d'une nuit dans la vie d'une animatrice radio fraîchement installée à Valparaíso, la ville aux mille couleurs. Elle a kidnappé les ondes de Radio Pacífico pour faire part au monde d'une grande découverte : devenir maman n'a rien de merveilleux... c'est même le bagne ! Alors, avec un soupçon de mauvaise foi, lancée dans un furieux tourbillon de mots, la narratrice parle de publicité mensongère, se plaint d'un service après-vente inexistant, exige le formulaire de réclamation, jargonne, palabre.
    Lecteurs-auditeurs, bienvenue dans le carafon d'une jeune maman, où s'entrechoquent l'épuisement, l'amour, le désarroi, le pelicanus horribilis, les horaires de gratte-papier, les mouche-bébés et les vagues du somptueux Pacifique.

  • Deconnecte.e.s

    Fabien Pesty

    Pol[ys]émique

    Revue variablement périodique,


    Panégyrique de la nouvelle à caractère laudatif modéré,


    Compendium de mots plus ou moins compliqués,


    ... et plus prosaïquement recueil collectif.



    Contient des morceaux de Alain Emery, Béatrice Chauvin-Ballay, Catherine Quilliet, Cécile-Marie Hadrien, Christian Calon, Corinne Valton, Dominique Chappey, Emmanuel Roche, Fabien Muller, Fabien Pesty, Héloïse Simon, Laurine Roux, Pierre Mikaïloff et Sylvie Dubin.

  • Feuilles d'engadine

    Michelle Labbé

    La Haute Engadine, au sud-est de la Suisse, que Nietzsche appelait l' « Île Bienheureuse », a inspiré poètes, sculpteurs, peintres et musiciens : Rilke, Cocteau, Tinguely, Menuhin, Bowie...
    Michelle Labbé a été à son tour captivée par le charme de ses lacs et de ses pentes alpestres. Son couple de randonneurs, amoureux des paysages, est aussi curieux de l'histoire et de la réalité sociale des lieux. Cependant, aucun d'eux ne consulte d'ouvrage savant ou de guide touristique. À chaque nouvelle, une balade et à chaque balade, la rencontre d'un être : écrivain, résident permanent ou de passage... qui leur apporte quelque information, les ravit ou les trouble, ébranle leurs convictions et même change leur vie.

  • Que devient une petite Miss quand elle a passé quarante ans ? Comment un champion de rodéo gagne-t-il sa vie après être sorti du circuit sur blessure ? Est-il si facile d'être le flic le plus gentil du comté de Franklin ou le sosie d'Hillary Clinton ? Une statue géante de Donald Trump peut-elle être considérée comme une oeuvre d'art ?
    Recueil de nouvelles croisées ou roman par nouvelles, La Grandeur de l'Amérique met en scène une cinquantaine de personnages qui vivent ou meurent, se rencontrent ou se quittent dans le Middle Tennessee, autour de Monteagle Mountain, en novembre 2016, pendant la dernière semaine des élections présidentielles.
    Personne n'aime les perdants, a dit Donald Trump. Certes, mais Emmanuel Roche, dans son style bienveillant, nous permet d'éprouver un peu d'affection pour ces pseudo-losers.


  • Dans ce recueil de quinze nouvelles, Alain Emery exploite à merveille sa science du texte court pour en dire long sur nos contemporains, engeance qui sait si superbement traverser les époques. Que l'on ne se réjouisse pas trop vite de ces portraits aigres-doux, de ces fichus caractères à La Bruyère, car il se pourrait bien que l'on se retrouve soi-même épinglé sur cette partition pour chevrotine, sous le regard amusé du chef d'orchestre qui nous livre là l'un de ses tous meilleurs opus.

  • L'homme de grand soleil

    Gaubil Jacques

    « Un rien enseveli sous la neige, une température avec des pointes en hiver à moins quarante-neuf et une moyenne d'âge de soixante-sept ans : ce n'était pas un village mais un congélateur à vieux. »

    Un médecin de Montréal se rend tous les mois à Grand Soleil, un village perdu dans le Québec arctique. Docteur de l'âme autant que du corps, il y rencontre Cléophas, un patient particulier. Conservé par le froid qui a saisi cette partie du Canada, l'homme de Grand Soleil a vécu caché, il n'a rien écrit, rien accompli de notable et personne ne le connaît. Pourtant son apparition va tout bouleverser, sous le regard impuissant du médecin, témoin d'un monde qui se délite.
    />
    Avec une plume intelligente, incisive et souvent drôle, Jacques Gaubil dresse un portrait froid et parfois cruel de l'homme moderne, tout en proposant un récit bienveillant et chaleureux.

  • À l'approche de Noël, Michael, Rose, Vel, et Wilde, le petit chat roux et blanc qui zozote, s'installent pour quelques jours de vacances en Écosse, dans le château de Cawdor au bord du Loch Ness.
    Dès leur arrivée, le petit groupe apprend que les corps sans vie de deux pêcheurs ont été découverts au bord du lac tandis que, vingt-cinq ans auparavant, la mère du châtelain a été retrouvée morte dans de mystérieuses circonstances, au même endroit.
    Épaulés par Macaron, chien amateur de whisky, ils vont alors mener une enquête qui les conduira jusqu'à Nessie, le légendaire monstre d'Écosse, terré quelque part dans les eaux troubles du Loch Ness...
    Dans son troisième polar jeunesse, Gilles Vincent nous entraîne dans une nouvelle aventure des trois héros et de leur super-chat, lancés sur les traces de Nessie, la créature la plus célèbre de Grande-Bretagne. Humour so british, frissons garantis, enquête au pas de course dans un roman à ne surtout pas lire sur un pédalo, les pieds plongés dans l'eau froide du Loch Ness.

  • « En 1974, ma mère a mis douze heures à m'expulser dans la piscine expérimentale de Frédéric Leboyer, avec Phedra comme passagère clandestine. Cette sacrée pieuvre continue de mêler ses tentacules à ma vie, allant jusqu'à m'expliquer comment on fait les bébés. Il lui arrive pourtant de se tromper dans ses calculs... »
    Être ou ne pas naître ? Telle est la question posée par Lætitia, quadragénaire juvénile en mal d'enfant. Avec son âme de rockeuse et son coeur trop gourmand, elle a l'art de cultiver les paradoxes. Mais la perte de contrôle n'est-elle pas le meilleur moyen de faire évoluer une situation ? Le 21 juillet 2016, à Copenhague, elle a douze heures pour laisser les choses de la vie décider à sa place.
    Après le succès de Les petites filles rêvent de chevaux (2016 - éditions Paul & Mike), ce roman est le deuxième volet des divagations bluesymentales de Lætitia, globe-trotteuse de l'amour et insatiable exploratrice de la mécanique de l'âme.

  • Une plage au bout du monde. Là où tout commence et tout finit, pour ces dix personnages en recherche d'une vérité dont ils ne possèdent chacun qu'une toute petite part. Tour à tour témoins ou acteurs, leurs rencontres successives et leurs destins croisés tissent une toile secrète, peinte par Mallow Gabaz, l'artiste du Mal, l'homme à la palette de sentiments aux couleurs aussi sombres que les abysses de son âme.
    Cette plage au bout du monde, une jeune femme y est retrouvée morte dans un bunker désaffecté et tous les éléments conduisent à un seul coupable : le charme incendiaire de Mallow Gabaz. Tous ceux qui l'auront approché s'y seront brûlés, et tous à leur manière y auront côtoyé un ange diabolique.

    Dans ce thriller original, Catherine Gendron peint les portraits de victimes innocentes, dont le seul péché fut d'avoir regardé de trop près l'oeuvre incandescente d'un artiste contemporain, adepte de la performance destructrice.

  • L'intégrale Jean-Fabien

    Jean-Fabien

    Comment s'en sortir lorsque l'on est un loser de l'édition, un nul avec les femmes et que notre métier est à l'aventure ce que Maubeuge est à la joie de vivre ?
    La réponse est assez simple : on ne s'en sort pas. Mais cela n'empêche pas d'essayer, c'est ce que nous prouve Jean-Fabien à travers ces trois romans pour la première fois regroupés dans une intégrale hilarante et décalée.
    Grâce à cette intégrale, vous saurez comment rater l'intégralité de votre vie amoureuse, comment faire pour que votre carrière aille dans le mur et surtout comment ne jamais réussir dans le milieu de l'édition.
    Une sorte d'anti-guide de survie. Ou un code de la déroute. A vous de voir.

  • Qu'est-ce qui fait courir les filles ? Quelle force les maintient debout ? Quel fil ténu, et pourtant solide, lie les unes aux autres ces femmes qu'on croit connaître, reconnaître, tant leurs histoires et leurs émotions sont les nôtres ?
    De Pauline qui déconne à Micheline qui décline, c'est avec subtilité, quelques larmes et beaucoup de sourires que Béatrice Chauvin-Ballay nous entraîne à la découverte d'une surprenante constellation de trajectoires croisées.
    « Cette ribambelle » - comme les appelle Riton, qui les réunira dans une ultime histoire bouleversante - égrène pour nous, dans une oralité cristalline, ses déveines, ses combats et ses triomphes : des vies cabossées, des fragments de conscience, des éclats d'étoiles.
    Elles sont solidaires, elles sont éclatantes, elles sont humaines.

    « Allez les filles, debout ! » est une ode à la liberté, d'une poésie qui répare la difficulté des jours, qui éloigne par sa grâce la solitude et la grisaille.

  • « - Nos experts sont formels, coco ! Le réchauffement climatique joue pour nous. Dans moins d'un an, le bord de mer se trouvera ici, à deux pas du centre-ville... »
    Bogart est un habitué des boulots insolites - il a été testeur de grille-pain pour un magazine féminin. Lorsque le très sérieux bureau d'accommodation des vieux diplômes lui propose un poste de gardien de phare, il accepte sans hésiter. La mer est pourtant loin, mais les spécialistes sont formels : elle arrive !
    Bientôt, la hausse du niveau des eaux transformera cette ville de province en une grande station balnéaire.
    Et dire que la population n'a que quelques mois pour se préparer à cette formidable aubaine...
    Le monde imaginé par Bertrand Menut est une fourmilière grouillante où cohabitent des collectionneurs de meubles en kit, de superbes femmes aux silhouettes ondulantes et des personnages aussi fantasques que délirants.
    Bertrand Menut habite Bruxelles, une capitale qui a les pieds au sec - pour combien de temps encore ? -, où il travaille comme monteur de reportages pour la télévision.
    « La station balnéaire qui attendait la mer » est son premier roman.

empty