Presses universitaires de Franche-Comté

  • Avec sa Psychologie des foules (1895), Gustave Le Bon fut considéré comme l'inventeur d'une nouvelle science de la société. Pourtant, la généalogie conceptuelle montre que Le Bon, loin d'ouvrir, referme au contraire l'époque de la pensée de la foule, en la soumettant à sa pensée de la « race ». En effet, avant Le Bon, les théoriciens italiens avaient tenu ensemble, au prix de fortes tensions théoriques, un discours déterministe sur la foule et un discours en faveur de l'émancipation des classes dominées. Il est dès lors impossible de réduire la psychologie des foules à une idéologie réactionnaire. Un autre regard s'ouvre sur cette science sociale aujourd'hui disparue.

  • Travail, famille, patrimoine : ce triptyque souligne l'idéologie qui prévaut dans les très petites entreprises familiales. Chacun(e) participe par son travail et selon ses possibilités au développement d'un patrimoine commun, sans toujours bénéficier d'un statut ou d'une protection sociale. Mais quand la famille est ébranlée par une rupture de trajectoire (divorce, accident, décès), les personnes se trouvent exposées à des risques qui ont rarement été anticipés. Basé sur une enquête menée auprès des entrepreneurs de l'Arc jurassien, cet ouvrage lève le voile sur un monde où l'équilibre entre les impératifs du travail et ceux de la vie de famille est constamment mis à l'épreuve.

  • La Révolution entreprend de rationaliser le droit de propriété en l'inscrivant dans la possession du sol. Pourtant, la situation du pays oblige à tolérer des usages qui fondent le rapport aux terres. La définition d'une nouvelle fiscalité, avec pour référence le cadastre fiscal, pousse à valoriser le propriétaire du sol, que le suffrage censitaire avantage jusqu'en 1848. Or, de la Corse au Nord, de la Bretagne à l'Alsace, des Pyrénées aux Ardennes, les cadres de vie présentent des spécificités difficiles à plier aux désirs des promoteurs d'un droit foncier privatif. Jusque dans les années 1960, cette relation conflictuelle est la matrice de la définition de l'exploitation agricole.

  • L'ouvrage retrace les conditions de restauration de la propriété privée de la terre, avant d'analyser la recomposition des relations de propriété et des modes d'exploitation de la terre, au lendemain de la chute des systèmes communistes. La concentration des structures agricoles est portée par une vive compétition sociale pour recouvrer, capter, puis rassembler le « faisceau de droits » de propriété sur la terre ainsi que sur le capital d'exploitation. Saisie dans ses multiples dimensions historique, juridique, économique et politique, la mutation des régimes de propriété accompagne une reconfiguration des relations de pouvoir qui témoigne de l'émergence d'un nouveau capitalisme agraire.

  • La recherche scientifique est confrontée dans son activité même à des questions éthiques (fraudes, possibles conflits d'intérêts entre l'activité scientifique et des partenaires commerciaux, etc.). Elle rencontre aussi des questions éthiques dès lors qu'elle s'applique à des êtres humains et est alors susceptible d'entraîner des conséquences sur leur liberté ou leur sécurité. Ce n'est pas seulement la recherche biomédicale qui est ici concernée, mais toute activité de recherche dont les conséquences sont susceptibles d'affecter soit des individus, soit des populations, ce qui est le cas en psychologie et en sociologie et dans toute recherche impliquant l'utilisation de données personnelles.

  • À Besançon, le nom de Chifflet évoque celui d'une rue et aussi, pour les habitants les mieux renseignés, celui d'un ancien hôtel particulier. L'héritage de cette extraordinaire dynastie de savants franc-comtois ne saurait pourtant se limiter à cette éponymie. Leurs compétences s'étendaient au droit, à la médecine et à l'histoire. Leur esprit de curiosité est à l'origine de la constitution de plusieurs disciplines académiques, telles l'archéologie ou la numismatique. Localement, les Chifflet ont donc joué au sein du milieu humaniste un rôle de premier plan. Cependant, ces érudits rayonnent bien au-delà de l'échelon local. La dynastie Chifflet était en contact avec tout ce que l'Europe comportait de savants et de lettrés. Les savants bisontins ont ainsi formé un véritable réseau intellectuel. Sous l'égide de la Maison des Sciences de l'Homme de Franche-Comté, ont eu lieu entre mars 2003 et juin 200S quatre journées d'étude consacrées au réseau Chifflet ». Ce volume réunit la majeure partie des communications présentées lors de ces journées.

  • L'Afrique a connu la traite des noirs, la colonisation, les indépendances, la mondialisation. Aujourd'hui les représentations des peuples africains ont considérablement évolué. En prenant en compte toutes les vicissitudes historiques qui ont marqué le continent, on peut se demander comment une identité si gravement menacée ou déformée se manifeste dans le discours africain postérieur à la décolonisation. En déplaçant la problématique de l'identité telle qu'elle est posée en sciences humaines et sociales d'une part et dans les études littéraires d'autre part, et en articulant systématiquement cette problématique à celles du discours, les contributions ici rassemblées ont abordé la question des identités africaines sous l'angle de formes rhétoriques propres repérables dans le discours (politique, médiatique ou quotidien) ainsi que sous l'angle d'une revendication identitaire d'ordre ethnique, politique ou corporatif qui prend la forme écrite ou orale sur différentes scènes. Les réflexions sur la problématique d'une identité africaine fragmentée et mouvante contenues dans cet ouvrage sont nourries par les contributions de spécialistes de plusieurs domaines étudiés dans le cadre interdisciplinaire de la première manifestation scientifique internationale organisée par le Réseau de recherche Discours d'Afrique.

  • Ce volume fait suite à celui publié en 2004, et rassemble une sélection de vingt-trois communications parmi celles présentées aux sixièmes (Sofia 2003) et septièmes (Tours 2004) journées INTEX/NooJ. NooJ, qui est disponible depuis fin 2002, est la nouvelle génération du logiciel INTEX. Son moteur linguistique contient des améliorations significatives à tous les niveaux de la formalisation linguistique. Les thématiques qui se dégagent de ce volume portent sur (1) la formalisation de ressources linguistiques avec INTEX et NooJ, (2) l'utilisation de corpus pour en caractériser le vocabulaire, et (3) l'analyse syntaxique automatique, avec une étude sur la levée d'ambiguïtés, et une classification syntaxique des phrases d'un texte littéraire. Le numéro conclut enfin avec une discussion sur trois applications de TALN « non NooJ » mais qui proposent de nouvelles voies d'exploration pour NooJ : un logiciel d'analyse de corpus, le WEB sémantique et la traduction automatique.

  • Les ménages sont-ils prêts à payer une maison plus chère qu'une autre pour la vue qu'elle leur offre ? Si oui, quel est le prix de ce paysage donné à voir ? La valeur économique des paysages de la région périurbaine dijonnaise est estimée grâce aux apports combinés de la géographie quantitative et des méthodes d'évaluation économique. L'apport de la géographie consiste à caractériser le paysage vu à partir d'une information réduite à l'essentiel : le relief et les objets disposés au sol. Ensuite, l'analyse économique, portant sur 4050 transactions immobilières, montre que certains traits du paysage ont un prix significatif et que, par conséquent, l'attrait du cadre de vie périurbain est un facteur de choix résidentiel. La démarche adoptée relève d'un parti pris : elle vise à l'objectivité, par l'application de modèles quantitatifs et de méthodes reproductibles. En ce sens, cet ouvrage constitue une contribution originale et nouvelle à l'analyse scientifique du paysage.

  • Les articles qui constituent ce volume mobilisent différents aspects des théories de l'énonciation et s'inscrivent dans trois grandes thématiques : - Variation sémantique, variation constructionnelle - Variation discursive, variation énonciative - Variation et ajustement Les notions de variation et d'ajustement sont appréhendées sur les modes intralinguistique, interlinguistique, sémantique, syntaxique et énonciatif et selon les genres. Les analyses des diverses manifestations de la variation font intervenir le rapport qu'elle entretient d'une part avec l'invariance qu'elle présuppose et, d'autre part, avec l'ajustement, inhérent à la question de la signification.

  • Cet ouvrage, composé de quinze contributions et rédigé par trente-huit spécialistes, fait le point sur la contamination des eaux industrielles. Les trois premiers chapitres traitent de la politique française de l'eau, des agences de l'eau et de la réglementation des substances chimiques. Les quatre chapitres suivants sont consacrés aux paramètres chimiques et biologiques utilisés pour évaluer la qualité des milieux et des eaux. Les huit derniers chapitres abordent, quant à eux, les méthodes conventionnelles et les procédés innovants utilisés dans le traitement des eaux (chitosane, exopolysaccharides marins, cyclodextrine, chanvre, oxydation avancée, charbons et nanofiltration).

  • Marx considère le concept de « force de travail » comme un élément crucial de sa critique de l'économie politique, le concept étant indissociable de celui de survaleur. Il estime qu'en parlant de « prix du travail », faute d'avoir su distinguer le travail et la force de travail, l'économie politique classique s'est enfermée « dans des errements et des contradictions insolubles ». Sur cette confusion conforme aux représentations communes, reposent d'après lui « toutes les mystifications du mode de production capitaliste, toutes ses illusions de liberté ». À travers ce qui semble n'être qu'une simple question de mots, se trouvent ainsi en jeu des implications théoriques, idéologiques et politiques d'importance. Mais loin d'être acquis d'emblée, le concept de « force de travail » ne parvient à sa formulation explicite chez Marx qu'au terme d'une appropriation critique du discours des économistes qui s'étend sur une quinzaine d'années. Envisager au plus près des textes, des Manuscrits de 1844 au Capital, le travail théorique (avec ses hésitations) à travers lequel s'élabore ce concept, c'est, en adoptant un angle privilégié, restituer le mouvement qui conduit d'une critique philosophique fondée sur la notion de travail aliéné à la théorie proprement marxienne du mode de production capitaliste. C'est d'autre part, se donner les moyens de saisir l'enjeu des débats que le concept de force de travail suscite aujourd'hui encore parmi les philosophes et les économistes.

  • Cet ouvrage explore le rôle que peut jouer l'épistémologie en didactique des sciences expérimentales et des mathématiques. Il offre une vue d'ensemble sur cette question ainsi qu'une série d'études de cas portant sur des contenus d'enseignement variés et couvrant différents niveaux d'enseignement, depuis l'école primaire jusqu'à l'université. Les contributions se répartissent selon deux axes de recherche. Le premier examine la construction des connaissances scientifiques elles-mêmes et leur transposition pour la classe, tandis que le second s'intéresse davantage au mode d'enseignement des sciences.

  • Cet ouvrage s'attache à comprendre les modalités et les processus en jeu dans la construction des inégalités d'accès aux savoirs en EPS en croisant les regards sociologiques et didactiques. Selon les articles, la focale est mise sur les effets différentiels voire différenciateurs de la diffusion/appropriation des savoirs en fonction du type d'établissement, de la position scolaire des élèves, du genre ou du positionnement de genre et des profils des élèves, notamment ceux à besoins particuliers. Au-delà de leur spécificité, liée à l'ancrage disciplinaire et au contexte d'étude, les résultats exposés contribuent à éclairer les modalités de dépassement des inégalités d'accès aux savoirs. Ce livre s'adresse aux formateurs intervenant en formation initiale ou continue en EPS, aux chercheurs et doctorants en didactique(s) ou en sociodidactique ainsi qu'aux enseignants d'EPS ou aux étudiants se destinant au métier d'enseignant du premier ou du second degré.

  • Toute idée du citoyen implique l'élaboration de visions théoriques et de moyens pratiques de mise en oeuvre d'une éducation à la citoyenneté. Qu'est-ce qui fait de l'homme un citoyen ? À quelles conditions l'éducation s'avère-t-elle capable d'assurer dans la durée la cohésion sociale ou la liberté politique ? Quelles ressources peut-elle trouver dans le passé pour envisager l'avenir ? Ce livre tente de répondre à ces questions en réunissant des contributions issues de l'histoire, de la philosophie, de la sociologie et des sciences du langage, qui ont constitué le coeur des journées d'étude consacrées à l'éducation à la citoyenneté à l'ESPE de Franche-Comté les 5 et 6 novembre 2015.

  • Explorer le rôle joue par la société dans les rapports entre citoyenneté et éducation est au centre des questions abordées dans cet ouvrage issu d'une réflexion collective tenue les 8-9 novembre 2016 lors de journées d'étude organisées à Besançon. Rassemblant des historiens, des philosophes et des sociologues, trois axes de réflexion sont dégagés : le premier se concentre sur les discours produits par la société elle-même sur la citoyenneté ; le deuxième traite de la diffusion de la notion de citoyenneté dans la société ; le troisième se focalise sur les crises de la citoyenneté et leurs réponses.

  • Pour exercer leur métier et développer leurs compétences, les professeurs doivent pouvoir mobiliser leur expérience et leurs savoirs professionnels. Les auteures présentent ici un dispositif d'analyse du travail, issu de la psychologie du travail. Déployé au sein d'un groupe IREM, il a conduit des enseignantes en collège à renouveler et à enrichir leur regard réflexif sur leur métier. Les surprises et affects provoqués par leurs échanges contradictoires dans plusieurs contextes successifs leur ont permis de développer leur réflexion pour faire face aux problématiques du métier. Les lecteurs et lectrices de cet ouvrage, formateurs comme enseignants, trouveront matière à alimenter leurs analyses pédagogiques, qu'ils ou elles soient professeurs de mathématiques ou non, en collège ou non.

  • À mi-chemin entre la littérature et les arts du spectacle, le théâtre se distingue par la présence sur scène du corps de l'acteur. La violence infligée à ce corps soulève ainsi des questions à la fois d'ordre scénique, littéraire, mais aussi sociologique, tant le théâtre reflète perpétuellement les évolutions d'une société. Existe-t-il une anatomie de la violence théâtrale ? Le corps violenté prend-il toujours une dimension symbolique ou reste-t-il un matériau au service du metteur en scène, du chorégraphe ou de l'acteur ? Comment représenter la violence physique sur scène ? Enfin, quel rôle joue l'illusion théâtrale dans la mise en scène de cette violence ? Du texte à la scène, la (re)présentation scénique du corps violenté dissèque le rapport que nous entretenons à notre propre corps.

  • Ce cinquième livre s'inscrit dans la continuité de nos précédents ouvrages. Configurations du jeu. Débat d'idées et apprentissage des sports collectifs, Autour du temps. Apprentissages, espaces, projets, Des signes au sens et L'intelligence tactique édités aux Presses de l'Université de Franche-Comté. Pour clore ce long chemin, il fallait bien s'intéresser aux objets techniques si souvent mis en avant dans les apprentissages. C'est, donc, la poursuite du travail collectif mené par le « Groupe de Recherche sur l'Intervention dans les Activités Physiques et Sportives » de l'Université de Franche-Comté autour de la problématique de l'enseignement des sports collectifs à l'école. Cet ouvrage s'adresse aux étudiants en STAPS, aux formateurs et professeurs d'éducation physique et sportive, aux entraîneurs ainsi qu'à tous les curieux qui s'intéressent aux sports collectifs.

  • Les études rassemblées ici, autour des travaux de François Migeot, portent sur les processus de création du texte, sur les méthodes relatives à son analyse, sur les enjeux de sa traduction et enfin sur ceux de sa transposition didactique. Interrogeant aussi la notion de « création », elles mettent en avant sa transversalité, montrant qu'elle est à l'oeuvre autant chez le poète et l'écrivain que chez l'apprenant. De sorte que la langue, telle qu'elle est envisagée ici, peut largement informer la recherche relative à l'apprentissage d'une langue étrangère ainsi que stimuler la réflexion méthodologique concernant la didactique des langues-cultures.

  • Susciter une réflexion sur les « écrivains théoriciens de la littérature » ne va pas sans paradoxe. Cela aurait pu consister en effet à convoquer une certaine famille d'écrivains et à se tourner exclusivement vers elle, composée des acrobates de la théorie, de ceux qui fréquentent l'Académie ou dialoguent avec la critique, s'essaient à la pensée poétique, esthétique, romanesque. Cela requiert toutefois de mettre également au jour des relations plus secrètes entre une oeuvre, un auteur et une certaine pensée de la littérature, jaugeant prudemment son potentiel d'extension, depuis l'oeuvre complète de l'auteur vers la littérature générale, l'espace théorique de la bibliothèque universelle.

  • The global risks posed by our industrial and post-industrial societies have brought environmental issues to the forefront of reflections and preoccupations in the postmodern world. One critical - and crucial - outcome of this state of affairs is the realization that artistic and literary representations of Nature and the environment need to be studied ever more closely if we are to adequately understand our relationship with our habitat and the impact we have had, and continue to have, on our planet. This volume features seventeen articles from French and international scholars covering a wide range of genres, from eighteenth-century travel writers to contemporary poets, playwrights and novelists. The essays consider Nature and the environment in their relationship to men and women and question how mankind is set to evolve in a contemporary world that is increasingly perceived as posthuman. They show how these concepts have affected Scottish authors and literature produced in Scotland. Presented chronologically, the essays highlight how each of the authors featured may have influenced the ensuing literary tradition. While the first section focuses on eighteenth and nineteenth century Scottish poets, novelists, artists or travel-writers, the second turns its attention to twentieth and twenty-first century authors, with an emphasis on modern and postmodern considerations, including the future of the human species from a posthuman perspective. The collection is particularly noteworthy for its showcasing of previously unpublished material and stands as a significant contribution to arts research in ecocriticism and in the Scottish artistic and literary fields.

  • Cet ouvrage rassemble les actes du colloque organisé par l'association d'étude du monde rural gallo-romain AGER et l'UMR 6566 Centre de Recherche en Archéologie, Archéosciences, Histoire, CNRS-université Rennes I, à Rennes, les 27 et 28 octobre 2004, à l'initiative de Vincent Bernard, chercheur CNRS. La thématique du colloque touche à des terrains et à des formes d'occupation du sol considérés, déjà dans l'Antiquité, comme marginales à l'espace cultivé (ager) mais dont les ressources participent à l'équilibre du système agropastoral illustré par la trilogie canonique ager, silva, saltus, l'espace cultivé, la forêt et la friche, c'est-à-dire l'espace cultivé laissé en repos. L'ouvrage issu de ce colloque est d'autant plus attendu que les manifestations scientifiques qui se sont tenues depuis en traitant de ce sujet n'ont pas été forcément centrées sur la Gaule romaine et n'ont pas pris en compte toutes les zones rurales marginales étudiées ici. Le colloque de Rennes est un colloque d'archéologues, où se croisent les données des sciences du paléo-environnement, relatives à la paléobotanique et à la paléofaune, les données archéologiques relatives à l'habitat et aux activités agro-pastorales et artisanales et les données historiques livrées par les textes, l'épigraphie, l'iconographie, etc. L'ouvrage regroupe dix-neuf contributions structurées en quatre parties thématiques : 1°) Marais et zones humides, 2°) Du Massif armoricain à la haute montagne, 3°) L'exploitation de la forêt et 4°) De l'importance du couvert forestier.

  • Entre le Moyen Âge et nous, la mémoire collective invite à modifier ses premières attaches. Les croyances, les discours et les marques de pouvoir se multiplient autour des reliques, des miracles et des églises. Décors et objets deviennent instables. Chaque lieu d'origine est topique : le désert brûlant est affecté à l'ascèse, mais un autre regard jugera la Thébaïde parfaite pour une vie de Robinson. La Table Ronde tournoie surtout pour alimenter des exploitations saugrenues tandis que le Graal traverse des terres et des paysages où le mystère s'approfondit. Et quand le vers épique de Fierabras investit la prose ou le théâtre, les coordonnées spatio-temporelles du pont de Mautrible doivent déménager. Les figures d'Alexandre, de Soundjata, d'Élisabeth de Hongrie, de Henri IV, de Parsifal ou de Merlin défilent sur le podium du temps avec plus ou moins fière allure. Selon les époques la renommée qui salue leur passage entonne louanges ou calomnies. L'honneur des lignages appartient au domaine de l'historiographie. Un exercice de légitimation permet à la Normandie d'exploiter le souvenir de Rollon. Perceval de Cagny défend les intérêts d'une famille ; la Cronica de Salimbene offre une vision franciscaine davantage personnalisée, tandis que, du « journal », Jean de Roye se fait une conception plus unie. Quant à l'ancienne poésie lyrique, elle investit encore l'oralité de plusieurs continents. À Toulouse une tenson alimente un « duel de tchatche » ; une autre, au Brésil, donne lieu à une bataille d'improvisation ; ou les équivoques et les prouesses formelles d'Arnaut Daniel vibrent à nouveau, grâce à Augusto de Campos, en version portugaise. Jamais le temps ne suspend son vol. L'heure est toujours propice, après la fondation, aux déplacements inopinés, aux reformulations, à la mouvance des codes et des discours tenus. Une seule chose est sûre, c'est que la memoria ne se laisse pas fixer.

empty