Revue Esprit

  • Esprit ; la France et le Rwanda: trente ans après le génocide Nouv.

    Les errements, les dissimulations et les contre-vérités de l'État français entre 1990 et 1994 sont désormais établis par le rapport de la commission de recherche sur les archives françaises relatives au Rwanda et au génocide des Tutsi (1990-1994). Le dossier « Leçons rwandaises », coordonné par Joël Hubrecht, interroge le contenu de ce rapport, mais aussi ses prolongements concernant les institutions politiques de la France, sa diplomatie, ses interventions militaires et sa politique de la mémoire. À lire aussi dans ce numéro : l'avenir de l'Afghanistan, djihadisme et démocratie, gouverner le trottoir, à qui profite le crime ?, le retour à Rome d'Hédi Kaddour et le carnaval Belmondo.

  • Esprit ; septembre 2021

    Esprit

    L'habitat nous concerne tous, mais peine à s'affirmer comme un enjeu de société. Pourtant, le mouvement des Gilets jaunes et la crise sanitaire l'ont remis au centre des préoccupations. En effet, les transformations du logement sont une caisse de résonance des défis contemporains : accueil des migrants, transition écologique, jeux du marché, place de l'État, solidarité et ségrégation...Ce dossier, coordonné par Julien Leplaideur (consultant « Habitat-inclusion-société »), étudie les dynamiques du secteur pour comprendre les tensions sociales actuelles, à la veille des élections présidentielles. Avec les contributions de Michel Agier (anthropologue de la ville), Christophe Robert (délégué général de la Fondation Abbé Pierre), William Le Goff (géographe), Vincent Le Rouzic (économiste), Nathalie Bittinger (maître de conférences en études cinématographiques) et Alain Damasio (romancier).

  • Nos attentes à l'égard de la littérature ont changé. Autant qu'une expérience esthétique, nous y cherchons aujourd'hui des ressources pour comprendre le monde contemporain, voire le transformer. En témoigne l'importance prise par les enjeux d'écologie, de féminisme ou de dénonciation des inégalités dans la littérature de ce début du XXIe siècle, qui prend des formes renouvelées : le « roman à thèse » laisse volontiers place à une littérature de témoignage ou d'enquête, qui donne une voix à ceux qui n'en ont pas. Ce dossier, coordonné par Anne Dujin et Alexandre Gefen, explore cette réarticulation de la littérature avec les questions morales et politiques, qui interroge à la fois le statut de l'écrivain aujourd'hui, les frontières de la littérature, la manière dont nous en jugeons et ce que nous en attendons. À lire aussi dans ce numéro : l'immatérialité de l'information, le génocide des Ouïgours, prêcher à l'Athropocène.

  • Les enquêtes de santé publique font état d'une épidémie de fatigue dans le contexte de la crise sanitaire. La santé mentale constitue-t-elle une « troisième vague » ou bien est-elle une nouvelle donne sociale ? L'hypothèse suivie dans ce dossier, coordonné par Jonathan Chalier et Alain Ehrenberg, est que la santé mentale est notre attitude collective à l'égard de la contingence, dans des sociétés marquées par le fait que l'autonomie devient la condition commune. L'épidémie ne provoque pas tant notre fatigue qu'elle l'accentue. Cette dernière vient en retour révéler la société dans laquelle nous vivons - et celle dans laquelle nous souhaiterions vivre. A lire aussi dans ce numéro : Archives et politique du secret, la laïcité vue de Londres, l'impossible décentralisation, Michel Leiris ou la bifurcation et Marc Ferro, un historien libre.

  • Alors que le libéralisme est une force structurante de notre modernité, l'hostilité contemporaine à l'idée libérale repose sur des contresens qu'il convient de corriger. C'est ce à quoi s'attache ce dossier coordonné par Anne-Lorraine Bujon. Le libéralisme y apparaît comme une tradition plurielle, capable de se renouveler et de se combiner avec d'autres courants de pensée politique. Timothy Garton Ash le définit comme une méthode plutôt qu'un système : « une quête interminable pour déterminer le meilleur moyen de bien vivre ensemble dans les conditions de la liberté ». N'est-il pas temps de rénover le libéralisme, pour ainsi mieux le défendre ? À lire aussi dans ce numéro : l'Allemagne après la réunification, les pays baltiques, la mémoire selon Ernest Pignon Ernest, en lisant Noeuds de vie de Julien Gracq, et la vie de Konrad von Moltke, le délégué de la nature.

  • Les difficultés rencontrées pendant la gestion de l'épidémie de Covid-19 ont remis en lumière le rapport paradoxal que la France entretient avec son État. Parce qu'il est censé décider de tout, il est le recours vers lequel tous se tournent en situation de crise, en même temps qu'il concentre l'essentiel des critiques. Comment concilier la demande d'efficacité des politiques publiques et celle de proximité et de participation citoyenne à la décision politique ? C'est le problème posé par le dossier, coordonné par Lucile Schmid. À lire aussi dans ce numéro : une mauvaise querelle à l'Université, la fin de l'exception allemande, se souvenir de Srebrenica, le masculin d'Israël, la dictature selon Marjane Satrapi et la poésie de Louise Glück.

  • La science s'est divisée sur la place publique à l'occasion de la crise sanitaire, provoquant une vague de défiance. C'est une raison suffisante pour la critiquer, afin de rétablir le dialogue entre les sciences et les croyances, comme le propose le dossier coordonné par Camille Riquier. À lire aussi dans ce numéro : l'avenir de l'Irak, les monopoles numériques, les enseignants et la laïcité, et l'écocritique.

  • Divers mouvement de femmes témoignent d'une participation accrue des femmes dans l'espace public. À l'heure d'une « quatrième vague » du féminisme, comment ces mouvements transforment-ils nos sociétés ? Le dossier s'intéresse aux luttes plurielles des femmes, au corps féminin et à la domination masculine. À lire aussi dans ce numéro : les tensions de l'autonomie, choisir ses morts, l'engagement à Nancy et les souterrains de Daniel Lindenberg.

  • Source d'inquiétude autant que de fascination, la Chine continue de représenter une énigme. Le socialisme « aux couleurs de la Chine » conjugue en effet un capitalisme sauvage avec un pouvoir centralisé dans une synthèse politique inédite. Le dossier explore le nouveau souverainisme, le pouvoir numérique, le rapport aux minorités et la gestion de l'épidémie. À lire aussi : projet de danger perpétuel, du fanatisme à la radicalité, la dissidence discrète de Marc Fumaroli, pour une philosophie de la préhistoire et la controverse Kundera.

  • La récente vague de manifestations contre le racisme et les violences policières a montré qu'une partie de la jeunesse française a le sentiment d'étouffer. En choisissant de prêter attention à ce qu'elle exprime, on distingue d'abord une demande d'égalité et de justice : loin de constituer un défi aux principes républicains, celle-ci entend plutôt en actualiser l'héritage. À lire aussi dans ce numéro : l'unité européenne après la réunification allemande, le chemin du djihad, les cinq piliers de la laïcité, les pouvoirs de la Cour suprême et la rentrée littéraire.

  • La crise sanitaire provoquée par l'épidémie de Covid-19 donne de la vigueur aux critiques de la démocratie. Alors que certains déplorent l'inertie de la loi et que d'autres remettent en cause les revendications sociales, le dossier, coordonné par Michaël Foessel, répond en défendant la coopération, la confiance et la délibération collective. À lire aussi dans ce numéro : les régimes d'historicité, le dernier respirateur, le populisme américain et l'oeuvre de Patrick Modiano.

  • Selon ce dossier coordonné par Carole Desbarats et Emmanuel Laurentin, l'épidémie de coronavirus place les institutions culturelles à un tournant que l'on peut négocier en achevant la démocratisation de la culture et en la réinventant au-delà de la seule logique économique. À lire aussi dans ce numéro : Trump contre l'Amérique, des élections par temps de pandémie et des jeunes sans bercail.

  • Ce dossier, coordonné par Jean Godefroy Bidima, fait entendre les voix multiples de l'Afrique qui échappent au ressentiment postcolonial pour inviter au dialogue. Depuis une perspective africaine, ces voix construisent une humanité commune autour d'un projet de respect de la vie. À lire aussi dans ce numéro double : la participation dans le travail social, les analogies historiques de la pandémie, les gestes barrières face aux catastrophes écologiques, l'antiracisme aux États-Unis et l'esprit européen de Stefan Zweig.

  • L'anthropologie du don de Marcel Hénaff, ainsi que son éthique de l'altérité et sa politique de la reconnaissance, permettent de penser les limites de la marchandisation, le lien entre les générations et les transformations urbaines. À lire aussi dans ce numéro : l'image selon Georges Didi-Huberman, l'enseignement de la littérature, la neuropédagogie, l'invention de l'hindouisme, l'urgence écologique et la forme poétique de Christian Prigent.

  • Ce dossier spécial décrit l'expérience de vulnérabilité commune suscitée par l'épidémie, interroge les règles de l'exception qui lui répond et explore les différents imaginaires qu'il sollicite. À lire aussi dans ce numéro : les pressions chinoises sur la recherche, les discours de haine en ligne et un entretien avec Emma Lavigne sur le Palais de Tokyo.

  • Le dossier coordonné par Arthur Borriello et Anton Jäger invite à un décentrement sur la question du populisme. Il montre que le populisme désigne l'air du temps politique et révèle les dysfonctionnements de la démocratie. A lire aussi dans ce numéro : Notre-Dame dans la littérature, le courage de l'erreur et les voyages d'Albert Camus.

  • Le dossier coordonné par Bernard Perret regrette que la prise de conscience de la crise écologique ait si peu d'effet sur la science et les réalités économiques. Il faudrait pourtant remettre en chantier toutes les règles de fonctionnement de l'économie pour qu'elle devienne soutenable. À lire aussi dans ce numéro : survivre à Auschwitz, vivre avec Alzheimer, le Hirak algérien, le jeu dangereux entre l'Iran et les États-Unis et un entretien avec les réalisateurs de Pour Sama.

  • Les transformations de l'universel font débat, mais le dossier coordonné par Anne Dujin et Anne Lafont, fait le pari qu'elles pourront fonder un consensus durable. Elles témoignent en effet de l'émergence de nouvelles voix, notamment dans la création artistique et les mondes noirs, qui ne renoncent ni au particulier ni à l'universel. À lire aussi dans ce numéro : la citoyenneté européenne, les capacités d'agir à l'ère numérique, ainsi que les tourmentes laïques, religieuses, écologiques et politiques.

  • Alors que l'efficacité des aides sociales est aujourd'hui contestée, ce dossier coordonné par Anne Dujin s'interroge sur le recul de nos idéaux de justice sociale, réduite à l'égalité des chances, et esquisse des voies de refondation de la solidarité, en prêtant une attention particulière aux représentations des inégalités au cinéma et dans la littérature.

  • La « post-mémoire » renvoie à ces événements traumatiques qui se sont produits dans le passé, mais dont les effets se prolongent dans le présent. Comment les accueillir en ménageant nos capacités de pensée, d'action et de création ? Ce dossier articule notre vulnérabilité aux violences de l'histoire et nos possibilités de réparation par les histoires que nous nous racontons. Lire aussi les articles de ce numéro sur la révolution génomique, le renouveau conservateur, la post-vérité, le Cpa et la poésie contemporaine.

  • Le terrorisme djihadiste pose une question de confiance à la démocratie. Comment comprendre que des jeunes soient séduits par cette idéologie et s'engagent dans la violence ? Quel rôle y joue la religion ? Le dossier, coordonné par Antoine Garapon, observe que les djihadistes sont bien les enfants de leur époque. A lire aussi dans ce numéro : Mai 68 en France et en Pologne, le populisme du mouvement 5 étoiles, une critique de l'Université, ainsi que des commentaires de l'actualité politique et culturelle.

  • Si l'affaiblissement de la base sociale du christianisme en Europe est indéniable, selon le dossier coordonné par Jean-Louis Schlegel, la sécularisation transforme la foi et l'appartenance religieuse en choix personnels et maintient une culture d'origine chrétienne et une quête de sens, particulièrement sensibles dans la création littéraire. A lire aussi dans ce numéro : une défense d'Avital Ronell, un récit de voyage en Iran et des commentaires de l'actualité politique et culturelle.

  • Esprit ; la post vérité

    Revue Esprit

    Fausses nouvelles, désinformation, théories du complot : les vérités sont bien fragiles à l'ère de la post-vérité. Les manipulations de l'information prospèrent dans un contexte de défiance envers les élites, de profusion désordonnée d'informations, d'affirmations identitaires et de puissance des plateformes numériques. Quelles sont les conséquences politiques de ce régime d'indifférence à la vérité ? Constitue-t-il une menace pour la démocratie ? Peut-on y répondre ? A lire aussi dans ce numéro : un dossier autour d'Achille Mbembe explorent la fabrication de « déchets d'hommes » aux frontières de l'Europe, des repères philosophiques pour une société post-carbone, une analyse de ce masque le consentement dans l'affaire Anna Stubblefield et des recensions de l'actualité politique, culturelle et éditoriale.

  • Largement sous-estimée, l'oeuvre de Claude Lefort porte pourtant une exigence de démocratie radicale, considère le totalitarisme comme une possibilité permanente de la modernité et élabore une politique de droits de l'homme social. Selon Justine Lacroix et Michaël Foessel, qui coordonnent le dossier, ces aspects permettent de penser les inquiétudes démocratiques contemporaines. A lire aussi dans ce numéro : un droit à la vérité dans les sorties de conflit, Paul Virilio et l'architecture après le bunker, la religion civile en Chine, les voyages de Sergio Pitol, l'écologie de Debra Granik et le temps de l'exil selon Rithy Panh.

empty