Sciences Humaines

  • Différencier son enseignement au collège et au lycée Nouv.

    Différencier son enseignement est un sujet au centre des préoccupations des enseignants, quels que soient
    leur niveau d'enseignement et leur discipline. Pourtant, la diversité des situations et l'hétérogénéité des profils des élèves peuvent mettre les professeurs en diffi culté.
    Cet ouvrage montre, à travers les expériences diverses d'enseignants de collège et de lycée, que la différenciation pédagogique est non seulement possible mais féconde. Grâce à elle, les élèves sont tous mobilisés et accompagnés. Les auteurs proposent une méthode effi -
    cace, construite sur 4 principes :
    - instaurer une relation de qualité avec les élèves, pour instaurer un climat de classe serein, indispensable aux apprentissages ;
    - prendre en compte le rythme d'apprentissage de chacun ;
    - proposer un étayage personnalisé, pour que tous les élèves puissent progresser ;
    - mettre en oeuvre une évaluation bienveillante, c'est-à-dire au service du progrès de chacun.
    Cette deuxième édition s'enrichit d'un apport sur la mise en oeuvre de ces principes dans le cadre de l'enseignement à distance.

  • L'autisme Nouv.

    Un livre qui permet de faire le point sur l'autisme aujourd'hui à la lumière des sciences humaines.

    Tout le monde a une idée de ce qu'est l'autisme, mais personne ne pense à la même chose. Les uns imaginent des enfants prostrés, incapables de communiquer et risquant de se taper la tête contre les murs. D'autres songent à des génies hors normes, un peu geeks et parfois artistes, maladroits en société mais d'autant plus subversifs. Entre ces deux extrêmes – largement fantasmés –, chacun pioche des traits supposés typiques dans une palette presque infinie de comportements, symptômes et dispositions cognitives. Mais en réalité, en dépit de tendances communes, la diversité des formes d'autisme n'est pas loin d'épouser celle des individus, des personnalités ou encore des profils sociaux... Comment, dès lors, retracer l'histoire de l'autisme ? Peut-on identifier ses causes ou encore faire un état des lieux des prises en charge les plus prometteuses ? De l'" idiotie " aux " troubles du spectre de l'autisme ", en passant par " l'autisme de Kanner " et " le syndrome d'Asperger ", cette notion s'est beaucoup affinée depuis le xixe siècle. Elle semble désormais ne pouvoir être comprise qu'à travers une approche elle-même diversifiée et multidisciplinaire, puisant tant dans les sciences humaines et sociales que dans la médecine et les sciences naturelles, et prenant en compte une multiplicité de facteurs possibles. En toile de fond, à l'heure où de nombreux chercheurs dénoncent une tendance au surdiagnostic depuis les années 1980, la question demeure de savoir si ce que l'on désigne comme " autisme " relève toujours d'un même trouble, et si cette notion ne recouvre pas des réalités qui seront amenées à être encore mieux discernées à l'avenir.

  • Apprivoiser le crocodile : ou comment agir dans l'imprévu au travail Nouv.

    L'imprévu, comme le crocodile, surgit où on ne l'attend pas. Effrayant, il peut nous paralyser ou révéler des forces insoupçonnées. Après son passage, le quotidien, comme le fleuve, redevient calme et reprend son cours.
    Les réactions mobilisées pour se sortir des situations professionnelles
    inattendues sont souvent minimisées (« Il a eu de la chance ! ») voire dénigrées (« Il n'était pas bien préparé »). Florent Lacour pose un nouveau regard sur l'improvisation pour qu'elle ne soit plus synonyme d'impréparation et d'anarchie. Pratique professionnelle reconnue, elle devient source de développement et de performance des collaborateurs et des organisations (cohésion d'équipe, créativité, autonomie...).
    Se distinguant des concepts d'agilité, cette approche originale révèle les ressources essentielles pour travailler dans l'incertitude. Le lecteur est amené à repenser son management, à ajuster son organisation et à développer ses compétences pour agir efficacement avec l'imprévu.
    Car oui, il est possible d'apprivoiser le crocodile !
    LA BOÎTE À OUTILS DE L'IMPROVISATEUR :
    DES EXERCICES POUR DÉVELOPPER SON POTENTIEL

  • Dictionnaire inattendu de pédagogie Nouv.

    Philippe Meirieu partage, dans ce Dictionnaire inattendu de pédagogie, son amour de l'éducation en nous faisant prendre des chemins de traverse. D'abyme à village, en passant par catéchisme et photocopieuse ou encore placebo et universalisme... ces entrées inattendues, parmi bien d'autres, explorent toutes les facettes de l'éducation scolaire et familiale, formelle et informelle. Elles articulent approches personnelles et théoriques, expériences et recherches pour interroger différemment ces enjeux pédagogiques qui nous concernent toutes et tous.
    Plus qu'un dictionnaire traditionnel, plus qu'un essai, cet ouvrage est une balade réflexive pour tous ceux et toutes celles qui sont confrontés au quotidien à cette entreprise difficile qu'est l'éducation, où rien n'est jamais définitivement joué.

  • Revivre après une épreuve Nouv.

    Réapprendre à vivre quand le pire vous est arrivé.
    Comment se relever après un deuil, une maladie, un accident, une catastrophe, un échec, une ruine, une rupture ? Où puiser la force de vivre et les ressources pour se reconstruire ? Et à quoi bon vivre, si c'est seulement pour survivre ? De la psychologie de la résilience aux philosophies existentialistes en passant par la sociologie clinique, ce livre offre un cheminement entre théories et expériences. Il dessine un panorama actualisé des réponses à cette question qui hante l'humanité depuis son aube : comment réinvestir sa vie après une cassure intérieure...

  • Les 100 penseurs de l'economie Nouv.

    Un panorama des grands penseurs de l'économie à travers les siècles.
    Un livre de référence pour tout étudiant en terminal et sciences économiques.

    On aurait tort de réduire l'économie à une affaire de courbes et de calculs savants. Encore plus de considérer qu'elle n'est accessible qu'à une élite de traders et de patrons du CAC 40. Elle est l'affaire de tous. Même si, il faut bien le reconnaître, la discipline peut paraître insaisissable au premier abord. Variété des modèles, paradigmes contradictoires, indicateurs abscons, querelles des méthodes, rivalités...

    Ce livre, dirigé par Clément Quintard, offre aux lecteurs un panorama des grands penseurs de l'économie – classiques comme modernes, orthodoxes comme hétérodoxes, de droite comme de gauche – qui ont œuvré à la compréhension des phénomènes économiques et qui ont façonné cette discipline hybride, située à la confluence des mathématiques, de la sociologie, des statistiques, ou même de la psychologie.

  • Les grands penseurs de l'éducation Nouv.

    Un panorama des penseurs de l'éducation à travers les siècles
    Penser les manières d'apprendre, de se former, de transmettre et de forger les hommes et la société
    Un guide indispensable pour tous ceux – éducateurs, parents, enseignants, formateurs... qui s'intéressent à l'éducation

    Depuis l'Antiquité, les grands penseurs de l'éducation sont loin d'avoir parlé d'une seule voix. Si, pour tous, philosophes, moralistes, théoriciens ou praticiens, l'éducation était la pierre de touche pour construire un monde répondant à leurs attentes, certains jugeaient nécessaire de façonner les jeunes générations, prônant parfois le formatage ou l'endoctrinement. D'autres, plus humanistes, ont défendu la liberté de l'enfant et un enseignement plus démocratique. Certains, tel Confucius, ont posé les fondements d'une éducation rigoureuse qui règle encore l'ensemble des rapports sociaux dans plusieurs pays d'Asie. D'autres furent des penseurs paradoxaux, comme Rousseau qui produisit un célèbre traité qu'il savait lui-même inapplicable. D'autres encore furent des sauveurs d'enfants comme Janusz Korczak durant la Seconde Guerre mondiale ou des militants animés d'un esprit missionnaire tel Ferdinand Buisson, apôtre de la foi laïque...

    Au xixe et au xxe siècle, des psychologues, des sociologues, des économistes et aujourd'hui des neuroscientifiques abordent les questions d'éducation à travers les théories de la connaissance, le développement de l'intelligence, le fonctionnement du cerveau ; ou de l'économie politique, sommée de faire face aux grands enjeux d'une éducation qui concerne maintenant l'ensemble des enfants de la planète.

    C'est aussi le moment où émergent au début du xxe siècle de grandes figures de la pédagogie comme Maria Montessori, John Dewey, Célestin Freinet...

    Un panorama des penseurs de tous pays qui ont proposé une conception robuste de la manière d'éduquer. Et qui tous ont quelque chose à nous donner à penser sur les manières d'apprendre, de former, de transmettre et en définitive de forger les sociétés humaines.

  • Philosophes, sociologues, écrivains, historiens, psychologues, se penchent sur l'amour.
    Un livre illustré à découvrir- Un livre coffret à offrir

    L'Amour

    Un besoin vital-1000 façons d'aimer-Le couple réinventé

    Il nous enchante, nous sublime, nous passionne, nous brûle. Il donne des couleurs à la vie, démultiplie notre énergie sexuelle et notre potentiel émotionnel. Il nous rend empathiques, bienveillants, tolérants et booste notre estime de nous-mêmes. L'amour est l'un des plus puissants dopants de nos organismes au point que l'on souhaiterait pouvoir se l'injecter en perfusion !

    La littérature, la chanson, la poésie, le cinéma, l'art en général puisent une grande partie de leur inspiration dans les histoires d'amour, heureuses ou malheureuses, tant le mal d'amour peut tarauder les humains. Car la médaille a son revers : la jalousie, l'infidélité, les souffrances devant l'impossibilité à se comprendre, l'incapacité à vivre ensemble en constituent la face sombre.

    Le monde occidental l'a décrit courtois, galant, libertin, romantique, et plus réaliste à l'ère de la modernité. Mais sur tous les continents, dans toutes les cultures, depuis la nuit des temps, l'amour est d'abord un grand récit qui constitue la trame existentielle de l'humanité.

    Philosophes, sociologues, écrivains, historiens, psychologues, se penchent sur l'amour.

    Avec les contributions de :

    Alain Badiou, Michel Billé, Michel Bozon, Malek Chebel, Sarah Chiche, Beate Collet, Jean-François Dortier, Pascal Duret, Helen Fisher, Martine Fournier, Eva Illouz, Nicolas Journet, Héloïse Junier, Jean-Claude Kaufmann, Pascal Lardellier, Florence Maillochon, Jean-François Marmion, Raphaële Miljkovitch, Xavier Molénat, Maud Navarre, Ruwen Ogien, Patrick Pharo, Emmanuelle Picaud, Romain Pigeaud, Jean-Philippe Raynaud, Michel Reynaud, Emmanuelle Santelli, François de Singly, Anne-Claire Thérizols, Tzvetan Todorov, Fabien Trécourt, Jean Verdon, Anne Vincent-Buffault, Agnès Walch, Yvane Wiart.

  • SOMMAIRE Introduction : Si loin, si proches, le retour de trois pensées critiques (C. Halpern) ; La French Theory, métisse transatlantique (F. Cusset) ; L'affaire Sokal : pourquoi la France ? (N. Journet) Michel Foucault (1926-1984) Michel Foucault, l'insoumis (C. Halpern) ; La quête inachevée de Michel Foucault (M. Lallement) ; À propos de Histoire de la folie à l'âge classique (C. Halpern) ; À propos de Surveiller et Punir. Naissance de la prison (M. Fournier) ; Microphysique du pouvoir (C. Lefranc) ; Le gouvernement de soi (Frédéric Gros) ; Sous le regard de la critique (Jean-François Dortier) ; Petit vocabulaire foucaldien (encadré) ; Foucault et l'anthropologie (entretien avec M. Abélès) ; Quel apport pour la sociologie ? (Bernard Lahire) ; Foucault et l'histoire (entretien avec A. Farge) Jacques Derrida (1930-2004) La passion de l'excès (S. Camus) ; Citoyen Jacques Derrida (M. Gaille) ; Une éthique impossible (E. Rimboux Le rire de l'écriture (M. Goldschmit) Gilles Deleuze (1925-1995) Le libertaire (C. Halpern) ; Le " ¿sale gosse¿ " de l'histoire de la philosophie (F. Streicher) ; À propos de Différence et Répétition (F. Streicher) ; Libérer les flux du désir (C. Halpern) ; L'anti-Œdipe vu par la psychanalyse (entretien avec É. Roudinesco) ; Deleuze à travers ses œuvres (encadré) ; À propos de Qu'est-ce que la philosophie ? (C. Maigné) ; Le devenir du rhizome (X. de la Vega) La pop'philosophie (entretien avec E. During)

  • Mariages, divorces, pacs, union libre, familles monoparentales, homoparentales ou recomposées... Les progrès incessants de la procréation et les transformations sociales et culturelles ont fait exploser le modèle de la famille traditionnelle. Tout un vocabulaire nouveau est apparu pour rendre compte de ces évolutions. La " ¿parentalité¿ " (l'art d'être parent) et la notion de " ¿projet parental¿ " ont fait leur entrée en force. La notion de " coparentalité " suggère que, quels que soient les avatars de la vie de couple, les enfants doivent pouvoir compter sur leurs deux parents, mais aussi que le " métier de parent " exige des compétences affectives, éducatives, économiques et implique des responsabilités à assumer. Mais de quel lien de parenté parle-t-on ? Dans les nouvelles tribus familiales, on trouve des beaux-pères, des belles-mères, des demi-sœurs, des demi-frères, des parents adoptifs ou aussi biologiques ! Après avoir rappelé quelques aspects théoriques fondamentaux – anthropologiques, historiques, sociologiques –, concernant la parenté et les systèmes de filiation, l'ouvrage s'interroge sur les multiples manières d'être parent aujourd'hui et présente les débats qui animent les sciences humaines

  • Le temps des pionniers De l'aliénisme à la psychologie expérimentale – Pinel et les aliénistes. Aux origines de la psychiatrie (A. Fauvel) – Une femme seule contre l'asile (Entretien avec Y. Ripa) – La phrénologie. La science des crânes (M. Renneville) – Gustav Theodor Fechner. L'âme et le corps réunifiés (J.-F. Dortier) – Jean Martin Charcot. L'arpenteur de l'hystérie (N. Edelman) – De Mesmer aux sciences psychiques. Magnétisme et tables tournantes... (R. Plas) – Wilhelm Wundt. La science des faits de conscience (H. Gundlach) – Théodule Ribot. Le philosophe, la mémoire et l'imagination (S. Nicolas) – Francis Galton. L'obsession de la mesure (O. Martin) – La psychologie de l'enfant. Les savants se penchent sur les berceaux (D. Ottavi) – Alfred Binet. Du droit à la réinsertion des " imbéciles " (B. Andrieu) – William James. La psychologie en Amérique (J.-F. Dortier) – La psychologie des foules. L'homme et ses semblables (J. Carroy) – Gabriel Tarde, analyste des rêves (Entretien avec J. Carroy) – Pierre Janet. Le rival éclipsé (J. Carroy, R. Plas) Essor et diversification De la psychanalyse au behaviorisme – La psychiatrie au début du XXe siècle. Classer la folie (J.-C. Coffin) – Sigmund Freud. Les trois sources de la psychanalyse (A. Weinberg) – À propos de L'Interprétation du rêve, de S. Freud (A. Mayer) – Naissance du behaviorisme. Tout est conditionnement (C. Mariné, C. Escribe) – La querelle du QI aux États-Unis (A. Ohayon) – L'essor de la psychanalyse. Le monde à la mode de Vienne (M. Borch Jacobsen) – Qui étaient les patients de Freud ? (Entretien avec M. Borch Jacobsen) – La Gestalt. Quand la psychologie découvrait les formes (J.-F. Dortier) – La psychologie sociale aux États-Unis. Groupes, attitudes, préjugés (W. Doise) – L'utopie psychotechnique. Travail, sélection, orientation (M. Huteau) – La psychanalyse de l'enfant. Les grandes controverses (J.-F. Marmion) – Donald C. Winnicott. Psychanalyste de l'enfant (S. Chiche) – Psychologie clinique et psychologie expérimentale. Une union jamais consommée (A. Ohayon) – Burrhus Frederic Skinner. L'apprentissage au cœur de l'humain (C. Mariné, C. Escribe) – Jean Piaget. L'enfant et son développement (D. Ottavi) Le boom de la psychologie De la psychologie cognitive aux neurosciences – Palo Alto ou les paradoxes de la communication (J.-J. Wittezaele, T. Garcia) – Naissance de la psychologie cognitive. Penser, c'est calculer (R. da Silva Neves) – La psychologie humaniste. Clinique de l'épanouissement (J.-F. Marmion) – Stanley Milgram. La soumission à l'autorité (N. Guéguen) – L'antipsychiatrie. L'escroquerie de la folie (J.-F. Marmion) – À propos de Histoire de la folie à l'âge classique, de M. Foucault (C. Halpern) – Jacques Lacan. L'inconscient est structuré comme un langage (A. Weinberg) – Françoise Dolto. Le sacre de l'enfant (A. Ohayon) – Le développement des psychothérapies. Diversification des courants et des pratiques (V. Barras, C. Fussinger) – Dépassionner le débat sur l'autisme (Entretien avec J. Hochmann) – L'ethnopsychiatrie. Le soin d'ici et d'ailleurs (M. Molinié) – Développement personnel. À la recherche du bonheur (C. André) – Le connexionnisme. Les assemblées de neurones (R. da Silva Neves) – Le nouvel âge des sciences cognitives. La rançon du succès (É. de Villeroy) – Psychologie et neurosciences. Une autre conception de la nature humaine (M. Jeannerod) – Le temps de l'éclectisme. Les thérapies à la carte (S. Ionescu) – La psychologie au XXIe siècle. Vers de nouveaux horizons (É. de Villeroy)

  • Partie I Les auteurs Platon. Délier pour mieux relier ; Aristote. Philosophe du divers ;– Épicure. Le bonheur de l'homme libre ; Le stoïcisme. Le sage n'est pas un superhéros ; Averroès. La cohérence de la vérité : Thomas d'Aquin. Le philosophe et la théologie ; Machiavel. La ruse et la force ; Hobbes. La logique du pouvoir ;Descartes. Une révolution en philosophie ? Spinoza. Une éthique de la joie ; Locke. L'esprit de la modernité ; Leibniz. Une machine à penser ; Hume. L'explication sceptique ; Rousseau. La nature, la fiction et l'humain ; Kant. Éloge de la finitude humaine ; Hegel. L'épopée de la raison ; Kierkegaard. L'existence est l'essentiel ; L'utilitarisme. Maximiser le bonheur ; Marx. Philosophe malgré lui ; Nietzsche. La civilisation comme problème ; Husserl. La naissance de la phénoménologie ; Bergson. Le temps de la création ; Bachelard. La science et les images Wittgenstein. La voie du langage Heidegger. Penser notre présence au monde Popper. Science et raison critique Sartre. Condamnés à être libres Arendt. La politique à rebrousse-poil Merleau-Ponty. Penseur de l'impensé Ricœur. Expliquer plus pour comprendre mieux Rawls. En quête d'équité Deleuze. Une philosophie du mouvement Foucault. L'histoire au service de la philosophie Derrida. Le rire de l'écriture. Partie II Les thèmes La liberté. Mon chien est-il libre ? La mémoire. N'oublie pas d'oublier ! Le bonheur. Le bonheur est-il obligatoire ? Autrui. A-t-on besoin d'autrui ? L'identité. La question philosophique de l'identité personnelle. Le langage. Pense-t-on en mots ou en images ? Le travail. Le travail sens dessus dessous. La science. Faut-il défendre la science ? La morale. La morale est-elle naturelle ? La technique. Les techniques menacent-elles l'homme ? Le pouvoir. Et si nous aimions être dominés ? Annexes Petit Dictionnaire biographique ; Index des noms propres ; Index des notions ; Ont contribué à cet ouvrage ; Table des matières

  • Un panorama critique de la pensée française à travers les siècles (de Montaigne à nos jours).

  • Penser la reconnaissance : Les philosophes de la reconnaissance (encadré)/ Axel Honneth et la lutte pour la reconnaissance (C. Halpern)/ à propos de Parcours de la reconnaissance. Trois études de P. Ricœur (C. Halpern)/ Sous le regard des autres (T. Todorov)/ La reconnaissance au cœur du social (E. Renault). La reconnaissance dans la sphère publique : La reconnaissance au travail (J.-P. Brun)/ La question de la dignité (J. Ion)/ Les conflits sociaux sont des luttes pour la reconnaissance (Rencontre avec A. Honneth)/ Les dilemmes de la justice sociale (Rencontre avec N. Fraser)/ À propos de Reconnaissance et redistribution, de N. Fraser (C. Halpern)/ La recherche de la notoriété en politique (P. Braud). Reconnaissance et estime de soi : Soif de reconnaissance et inégalités volontaires (J.-F. Dortier)/ Se comparer aux autres (L. Friedmann)/ L'estime de soi au quotidien (C. André)/ Identité contre égalité (Rencontre avec F. de Singly)/ À propos de Séparée. Vivre l'expérience de la rupture, de F. de Singly (M. Fournier)/ Reconnus comme victimes (V. Duviard-Marsan). Index/Contributeurs

  • Un panorama de la sexualité à travers les âges. La pulsion sexuelle obéit à bien d'autres appels qu'à celui de la survie de l'espèce, et témoigne, par les actes qu'elle induit, d'une grande diversité d'objets, de formes et de sens. Quelques repères dans l'histoire des moeurs humaines, allant de l'Antiquité à nos jours, permettent de le constater : en dépit de l'universalité des pratiques, ni leur forme, ni leur signification, ni les limites qu'on leur donne ne sont restées les mêmes, à travers l'histoire et les cultures, comme le montre la première partie de cet ouvrage. Aujourd'hui, beaucoup de pratiques sexuelles qui, avant les années 1970, restaient problématiques voire réprouvées, sont ouvertement revendiquées et font l'objet de nombreuses études. On s'interroge sur la libido du mâle nouveau et sur les formes de la sexualité féminine. On scrute les pratiques des adolescents comme celles des personnes âgées. On inventorie les comportements pornomaniaques, les paraphilies... Ces nouveaux comportements sont tantôt qualifiés comme les éléments nécessaires d'une libéralisation des moeurs, tantôt, au contraire, comme un danger menaçant l'intégrité de chacun, et même de la société. Cet ouvrage croise les regards de spécialistes de toutes disciplines – historiens, sociologues, sexologues, psychologues... – pour former un panorama de la sexualité à travers les âges.

  • La violence traverse le temps, les cultures, les classes sociales et, dès que l'on cherche à la contenir ou à la canaliser, elle resurgit ailleurs sous une autre forme. Aujourd'hui, elle semble omniprésente : impossible d'ouvrir un journal, Internet ou la télévision sans en entendre parler. Tenter de la cerner suppose de prendre en compte son caractère protéiforme : violences physiques, sexuelles ; verbales, psychologiques ; maltraitances – de la simple négligence aux maltraitances graves – ; violences interindividuelles, familiales, violence collective, suicides ; violences à l'école, au travail, violences politiques ; crimes et délits – de la petite délinquance à la grande criminalité. À violences plurielles, approches multiples. Ce livre propose de croiser les regards et les interrogations de spécialistes de tous horizons – sociologues, psychologues, philosophes, politologues, criminologues, historiens, médecins : Nos sociétés sont-elles plus violentes, comme le laisserait penser la surmédiatisation de certains faits divers, ou bien sommes-nous simplement mieux informés qu'autrefois ou encore plus sensibilisés à ces phénomènes ? Notre besoin de sécurité est-il plus important qu'avant ? La violence est-elle affaire de nature ou de culture ? N'assistons-nous pas à une transformation du statut même de la violence ? Et que faut-il penser de l'avènement de la victime¿ ? Cet ouvrage à vocation pédagogique présente les grands axes de la recherche afin de mieux penser la violence.

  • Portrait critique et regards croisés de sociologues et de spécialistes de l'histoire des sciences humaines sur l'œuvre et l'héritage de Pierre Bourdieu.


  • Comment arrêter de fumer ? Réussir un concours ? Stimuler sa volonté ?
    L'essentiel à connaître sur les ressorts de la motivation
    Pourquoi l'élève s'investit-il à l'école ? Qu'est-ce qui fait courir le sportif ? Pourquoi s'engage-t-on dans un travail fastidieux ? Quelles forces guident nos choix, nos achats, notre vote ?

    La motivation représente l'une des plus grandes énigmes du comportement humain. Prenant racine dès l'enfance, elle est ce qui pousse à agir quand rien ni personne ne nous y obligent, mais aussi ce qui stimule la volonté au cœur de la difficulté et de l'ennui. Elle peut être suscitée – c'est le désir suprême de tout parent, tout prof, tout manager, tout thérapeute. Elle peut aussi être freinée voire anéantie par le stress, la fatigue, la dépression, le souvenir d'échecs passés.

    La recherche en sciences humaines a multiplié les théories et expériences depuis un demi-siècle, dans le sillon du béhaviorisme. Elle ne fournit pas la recette, et d'une certaine manière, heureusement. Mais elle parvient à dissocier, avec de plus en plus de précision, les ingrédients nécessaires : le sentiment d'efficacité personnelle, la façon dont on aborde ses propres contre-performances, l'interaction avec une personne de confiance, la capacité d'autodétermination, le besoin de reconnaissance...

    Recourant aussi bien à la psychologie qu'aux sciences de l'éducation ou à l'addictologie, ce livre dresse un état des lieux des savoirs actuels et dégage des pistes concrètes pour motiver les autres, et mieux se motiver soi-même, qu'il s'agisse d'arrêter de fumer, de lever des blocages professionnels ou de réussir un concours.

  • Un panorama des théories de la société, d'hier à aujourd'hui, pour mieux comprendre le présent.


  • Comment penser " Les solidarités " face aux défis de l'individualisme et de la globalisation ?
    Un ensemble de spécialistes de tous horizons examine cette question cruciale, sous la direction du sociologue Michel Wieviorka.
    L'idée de solidarité est ancienne, elle a une histoire, ne serait-ce qu'en occident, chrétienne, souvent caritative, puis républicaine : la " fraternité " de notre devise républicaine vient l'exprimer, mais peut-être aussi la transformer. L'idée de solidarité est au cœur de bien des mobilisations collectives, auxquelles elle apporte le ciment et la condition même pour pouvoir résister à un adversaire, ou mettre en œuvre une action offensive. Mais elle est aussi partie prenante du corporatisme, et elle permet à des sociétés secrètes de se perpétuer voire se développer. C'est pourquoi toute approche un tant soit peu générale de la solidarité doit envisager son ambivalence.

    Où est la solidarité aujourd'hui ? Quand il n'y a pas d'emploi et donc de travail pour tous, peut-elle encore s'exercer à partir de l'entreprise, du bureau, de l'atelier et de l'action des travailleurs ? La nouvelle culture du partage, qui doit beaucoup à Internet et aux réseaux sociaux, à l'œuvre en particulier chez les plus jeunes, relève-t-elle de la solidarité ? Cette culture conjugue des formes d'entraide solidaire avec l'intérêt économique de ceux qui utilisent Airbnb ou BlaBlaCar. Cette évolution parfois qualifiée d' " uberisation " est peut-être plus la marque d'une métamorphose du capitalisme que celle de l'entrée dans une nouvelle ère de solidarité. En revanche, le reproche tombe lorsque l'on considère les théories et les pratiques du " care " qui promeut la sollicitude, l'attention réciproque entre ceux qui bénéficient d'une aide et ceux qui l'apportent, entre soignants et soignés par exemple. La solidarité devient ici interpersonnelle, tout en ayant besoin de conditions favorables, institutionnelles ou étatiques. Elle introduit sur un mode à la fois éthique et concret de la sollicitude en direction des plus fragiles dans diverses activités d'entraide, de soin, de travail social, etc.

    L'individualisme, d'une part, et la globalisation d'autre part, exercent de forts effets sur la solidarité. La solidarité peut-elle être, doit-elle être tout azimut, inconditionnelle ? La conscience de notre appartenance à un monde global suscite des formes de solidarité qui dépassent le cadre de l'Etat-nation. Les phénomènes migratoires aujourd'hui mettent en évidence les difficultés qu'il y a, en période de crise économique et d'inquiétudes liées notamment au terrorisme et à l'islamisme, à faire valoir un point de vue solidaire et humaniste face aux peurs et aux égoïsmes qui sont à la fois nationaux et sociaux. De même, précisément, le terrorisme a pour effet paradoxal d'encourager diverses formes de solidarité, et d'en récuser d'autres.

    La question des solidarités ne se pose pas seulement dans l'espace, à un moment donné, elle se pose également dans le temps. L'idée de développement durable implique de penser la solidarité entre générations, de la part de celles qui vivent aujourd'hui au profit de celles à venir.

  • Socrate, Platon, Aristote, Epicure, les sages de l'Orient, Spinoza, Kant, Marx, Sartre, Nietzsche, Cioran, Camus, les penseurs de la deep ecology...
    Les philosophes d'hier à aujourd'hui nous apportent bien plus que des recettes, une autre manière de voir le monde et de le vivre.
    Que peut bien nous apporter la philosophie pour la conduite de notre vie ? À l'heure où la psychologie, les religions, les techniques corporelles ou les régimes en tout genre prospèrent, la question mérite d'être posée. On ne peut attendre des philosophies (car elles sont plurielles) qu'elles nous donnent des recettes toutes faites ou des réponses univoques.

    De l'Antiquité à l'époque contemporaine, de Socrate à Martha Nussbaum ou Richard Shusterman, l'histoire de la philosophie nous montre que les voies de la sagesse sont nombreuses. Du reste, toutes ne recherchent pas le bonheur. Bien conduire sa vie peut, en effet, répondre à d'autres attentes : faire le bien, accepter l'absurde ou la vulnérabilité, vivre en accord avec ses convictions religieuses, être vertueux... Mais toutes nous aident à prendre du recul, à appréhender l'homme autrement, à repenser notre place dans le monde et à élargir notre horizon. Ce faisant, à dépasser une approche trop souvent individualiste de ces questions. Frustrant ? Non, tout simplement lucide et réaliste. Si la recette du bien vivre existait, nous l'aurions déjà trouvée... et tous adoptée.

    Chacun emprunte sa voie mais gageons que les enseignements des philosophes peuvent aider à construire la sienne. Se décentrer, voir le monde et la place de l'homme sous un autre jour, pas simplement pour penser mais aussi pour vivre différemment. Avec un souci éthique : mettre en cohérence ses idées et son existence. Ce qui n'est en soi pas une mince affaire mais, sinon, à quoi bon penser ?


  • On n'a jamais autant parlé de l'islam qu'aujourd'hui, pourtant, cette religion demeure mal connue. Un itinéraire historique et géopolitique.
    Partant du principe qu'une connaissance solide permet de dissiper malentendus et stéréotypes, nous proposons ici une histoire d'ensemble de l'islam. Savons-nous vraiment qui était Mahomet ? Dans quelles circonstances le Coran a-t-il été écrit ? Pourquoi cette hostilité entre chi'ites et sunnites ? D'où vient l'idée de jihâd ? Ces interrogations posées dès l'origine sont fondamentales, tant elles sont instrumentalisées dans des débats contemporains. Une solide connaissance des fondations de l'islam est indispensable, à l'heure où des extrêmes de tous bords essaient d'en imposer des visions aussi partiales que mensongères. Si l'islam est aujourd'hui, au grand dam de la majorité de ses pratiquants, au centre de toutes les attentions, la géopolitique montre des islams très variés, dans des sociétés pétries de tensions, entre manne pétrolière, extrême pauvreté, régimes politiques trop souvent autoritaires... Hélas, des décennies de discours radicaux ont convaincu nombre de musulmans qu'il convenait de revenir à un islam mythifié, celui des premiers temps, pour purifier les sociétés de leurs problèmes – et les jihadistes entendent appliquer ce programme par l'ultraviolence. Simultanément, des processus mondialisés font leur œuvre – ainsi s'esquisse un islam consumériste, qui se vit à travers diverses stratégies individualistes.

    La conclusion de cet itinéraire historique et géopolitique s'impose. L'islam d'aujourd'hui, comme celui d'hier, est pluriel : comment croire que plus d'un milliard et demi de personnes pensent et vivent de façon identique ?

    Avec les contributions de Makram Abbès, Samir Amghar, Wahib Atallah, Ali Benmakhlouf, John R. Bowen, Pascal Buresi, Vincent Capdepuy, Malik Chebel, Frédéric Coste, Vincent Geisser, Éric Geoffroy, Patrick Haenni, Olivier Hanne, Pierre-Jean Luizard, Gabriel Martinez-Gros Christian Müller, Hamadi Redissi, Mathieu Terrier, Laurent Testot, Sami Zegnani.

    SOMMAIRE

    Introduction (Laurent Testot)

    ORIGINES

    Chronologie (Laurent Testot)

    L'islam : quelques repères (Laurent Testot)

    Qui était Mahomet ? (Olivier Hanne)

    Pourquoi une expansion aussi rapide ? (Wahib Atallah)

    Le chi'isme, un autre islam ? (Mathieu Terrier)

    Qu'entend-on par jihâd ? (Makram Abbès)

    Qu'est-ce que la philosophie arabo-musulmane ? (Ali Benmakhlouf)

    HISTOIRE

    L'islam a-t-il connu des âges d'or ? (Pascal Buresi)

    Le religieux domine-t-il le politique ? (Christian Müller)

    Qu'est-ce que le soufisme ? (Éric Geoffroy)

    À quoi servent les arts d'islam ? (Laurent Testot)

    Pourquoi l'Occident l'a-t-il emporté ? (Gabriel Martinez-Gros)

    L'islam a-t-il épousé la modernité ? (Laurent Testot)

    Que veut dire " islamiste " ? Rencontre avec François Burgat

    PRÉSENT

    Amour, désir et sexualité en islam, Rencontre avec Malek Chebel

    L'islam aujourd'hui, (Vincent Capdepuy)

    Égypte. Quand l'islam s'approprie la pensée positive (Patrick Haenni)

    De quoi Daesh est-il le nom ? (Pierre-Jean Luizard)

    Le wahhabisme, une maladie de l'islam ? (Hamadi Redissi)

    Qu'est-ce que le salafisme ? (Samir Amghar et Sami Zegnani)

    Comment vivre l'islam en France ? (John R. Bowen)

    Islam, démocratie... Je t'aime, moi non plus ? (Vincent Geisser)

    En quoi consiste la finance islamique ? (Frédéric Coste)

    Le Tabligh, une multinationale du religieux (Samir Amghar)

  • Sous la direction de Michel Wieviorka.
    L'enjeu de l'édition 2017 des Entretiens d'Auxerre : aborder dans toute sa complexité la notion de " famille ", en faisant appel à des compétences diversifiées, françaises et étrangères, et relevant de diverses disciplines comme la sociologie, la littérature, la philosophie, l'économie...

    réalité et dans les représentations, dans l'art, la littérature ou la philosophie. Peut-être même le concept de famille ne vaut-il que pour certaines sociétés, à certains moments de l'histoire. Il faut accepter l'idée que la famille est multiforme, et à bien des égards, ambivalente. Il serait simpliste d'affirmer que l'humanité est passée au fil d'une évolution identique pour tous et partout de la famille élargie et polygame à la famille nucléaire (le couple et ses enfants) pour aujourd'hui aboutir à une certaine diversité des types de famille.

    La famille constitue pour beaucoup une source de solidarité, de repères et de solidité, même si l'État développe des " politiques de la famille " qui méritent analyse critique. Elle peut alors accompagner le meilleur – le soutien aux plus fragiles – mais aussi le pire, des solidarités claniques ou communautaires, et dans les cas extrêmes, maffieuses.

    Le droit peut-il en proposer une définition stable et solide ? La famille est-elle encore, et jusqu'à quel point, couverte par le secret ? Jusqu'à quel point la famille assure-t-elle la reproduction sociale ? Les rôles de chacun des membres sont-ils redéfinis ?

    SOMMAIRE

    Michel WIEVIORKA, La famille.

    Noëlle CHATELET, La grand-maternité : Un voyage initiatique ?

    Martine SEGALEN, Ce qui se cache derrière " Papylouis " et " Mamitine ". Les nouveaux grands parents dans la famille aujourd'hui.

    Diversités de la famille

    François De SINGLY, Les deux pluriels de la famille : structure et style.

    Jean-Luc DOMENACH, La famille : Fondement de la société contemporaine chinoise.

    Denis PELLETIER, La " famille catholique " entre politiques du genre et mondialisation théologique (années 1970 – années 2010).

    La famille en images

    Jean-Marie BARBARO, La famille au cinéma.

    Martin DOUAIRE, La famille dans les séries TV : Quelles représentations ? Quelles histoires ?

    Aider les familles ou les individus ?

    Jean FAGNANI, Aider les familles et les individus : Contradictions et incohérences des politiques sociales actuelles.

    Philippe FREMEAUX, État des lieux.

    Daniel LENOIR, Participation au débat.

    Dilemmes et débats

    Hervé LE BRAS, Famille et travail : L'impossible dilemme des femmes et des (hommes).

    Séverine MATHIEU, La famille en mouvement ? Normes familiales et recours à l'assistance médicale à la procréation.

    Anne MUXEL, La politique au cœur de la famille.

    Transmissions familiales

    Jean-Michel BALIGAND, La notion de famille vue sous l'angle notarial : Solidarité intergénérationnelle et rôle essentiel du Notaire quant à la transmission du patrimoine. Aspects théoriques et applications pratiques.

    Nicolas DUVOUX, La philanthropie des familles en France.

    André MASSON, Très cher héritage : Les droits de succession ont-ils encore un avenir ?

    Portraits de famille

    Rachel LAUTHELIER-MOURIER, Présence absente : Le père de famille dans le portrait bourgeois.

    Tiphaine MARTIN, Retrouver sa famille : De Sans Famille à En Famille.

    Protéger les enfants – Protéger la famille

    Nicole BOYER, Familles et travailleurs sociaux.

    Fabienne BRUGERE, La famille moderne et l'invention du " prendre soin ".

    Jean-Pierre ROSENCZVEIG, Qui est responsable de l'enfant ?

    Famille et politique

    Michel FOUCHER, " Papa m'a dit ! " ou le rôle des dynasties familiales dans la politique internationale.

    Marcela IACUB, La famille contre la démocratie.

    Pascal PERRINEAU, Y'a-t-il des familles politiques ?

empty