Éditions Emmanuelle Collas

  • Prix Goncourt des lycéens 2020
    Finaliste du Prix Goncourt 2020
    Prix Orange du livre en Afrique 2019
    Prix de la meilleure auteure africaine 2019
    Trois femmes, trois histoires, trois destins liés.
    Ce roman polyphonique retrace le destin de la jeune Ramla, arrachée à son amour pour être mariée à l'époux de Safira, tandis que Hindou, sa soeur, est contrainte d'épouser son cousin.
    Patience !
    C'est le seul et unique conseil qui leur est donné par leur entourage, puisqu'il est impensable d'aller contre la volonté d'Allah.
    Comme le dit le proverbe peul : « Au bout de la patience, il y a le ciel. »
    Mais le ciel peut devenir un enfer. Comment ces trois femmes impatientes parviendront-elles à se libérer ?
    Mariage forcé, viol conjugal, consensus et polygamie : ce roman de Djaïli Amadou Amal brise les tabous en dénonçant la condition féminine au Sahel et nous livre un roman bouleversant sur la question universelle des violences faites aux femmes.
    Née en 1975 dans l'extrême nord du Cameroun, Djaïli Amadou Amal est peule et musulmane. Mariée à 17 ans, elle a connu tout ce qui fait la difficulté de la vie des femmes au Sahel. C'est une conteuse hors pair.
    Devenue écrivaine, Amal s'est affirmée en militante féministe à la tête de l'association « Femmes du Sahel » devenant ainsi « la voix des sans voix ». Lauréate du Prix Goncourt des Lycéens 2020 & Lauréate du Prix Orange Livre en Afrique 2019 pour son roman Les Impatientes, paru au Cameroun sous le titre Munyal ou les larmes de la patience, Amal est une des valeurs sûres de la littérature africaine et l'un des plus importants auteurs peuls du Sahel. Amal est publiée pour la première fois en France.
    « Un roman bouleversant racontant le destin de deux femmes du nord du Cameroun, peules musulmanes, à qui on n'assigne qu'une seule place : épouse soumise au mari désigné dès l'entrée dans la puberté. Amal sait pourtant que l'espoir, même infime, existe. Et cet espoir a un nom : éducation. » - PARIS MATCH
    « Djaïli Amadou Amal est une conteuse qui, tout en laissant se poser la voix de ses personnages, fait tout autant entendre la sienne, en murmure subtil. » - LE POINT

  • Babylift

    Collectif

    Recherché pour meurtre, Sean, adolescent de 17 ans, est en fuite. Il est amoureux de May, sa soeur jumelle, rescapée comme lui d'un terrible accident d'avion au Viêtnam à l'âge de 2 ans. Le village où les enfants adoptés ont grandi est sous le choc. La presse parle de folie criminelle. Pour défendre Sean, l'avocat commis d'office déterre une affaire jamais élucidée qui change à jamais la vie de son jeune client. May se lance alors dans une quête vertigineuse des origines en compagnie de Julien, ancien militant pacifiste. Sur les routes du Viêtnam, leur périple les mènera de révélations en révélations au coeur de l'amour d'une mère.

    Un roman d'investigation inspiré de l'histoire vraie du Babylift, opération d'évacuation d'orphelins à la fin de la guerre du Viêtnam en avril 1975.

  • Comment réinventer le voyage de Philéas Fogg imaginé par Jules Verne ?

    Un monde inimaginable près de la côte bling-bling de Miami. Des habitudes alimentaires étranges au Malawi. Une attirance fatale à la fin d'un déjeuner au pied de la montagne Rouge à Tenerife, Léonard de Vinci et Rimbaud ont-ils goûté l'afélia et les loukoums du Troodos à Chypre ? Comment contourner l'interdiction de se rendre en Corée du Nord. Les oranges de Malte. L'art de découvrir un manoir normand en pleine cordillère des Andes.
    Voici quelques titres évocateurs du voyage au long cours de Pierre Bignami et William Navarrete, dont les escales sont nombreuses, non exhaustives et aventureuses.
    Départ de Nice, retour à Nice. Un voyage culinaire et gastronomique, qui nous conduit de la Ligurie à la Sardaigne, en Italie et en Sicile, de Malte à la Grèce et à la Turquie, sans oublier Chypre et Israël, puis l'Arabie, le Malawi ou la Réunion, l'Inde, le Vietnam et la Corée du Sud, le Mexique, Cuba, la Colombie, le Pérou ou la Bolivie, Tahiti, la Nouvelle-Orléans et la Floride, puis le Canada, ou encore les Iles Canaries, le Maroc, le Portugal et l'Espagne, enfin l'Autriche et la Pologne avant de revenir dans les Alpes Maritimes. Un itinéraire plutôt surprenant, où la littérature et l'Histoire sont toujours au rendez-vous. Sous forme de nouvelles ou de récits, Le tour du monde en 80 saveurs est une invitation à la découverte des couleurs, des odeurs, des goûts et des saveurs par deux gourmands complices, curieux et vagabonds.
    Explorateurs de cuisine et de gastronomie, en solo ou en duo, ces deux chroniqueurs des saveurs d'ici et d'ailleurs racontent anecdotes et souvenirs cumulés en trente ans autour du monde.
    Un voyage heureux et généreux, subjectif et drôle, dont les récits finissent toujours par une recette à la Pérec, facile et qui donne envie.


  • L'Aurore de Selahattin Demirta, c'est le cri de la part éclairée d'un pays.

    Ce livre, écrit en prison, est en train de devenir un cri de ralliement et d'espoir. Des histoires kurdes dédiées " à toutes les femmes qui ont été assassinées et qui ont été victimes de la violence ". L'auteur aurait pu nous livrer un récit pesant sur les crimes d'honneur, le travail des enfants, l'exil ou la guerre, dans la Turquie et la Syrie contemporaines ; bien au contraire : il lui donne un ton drôle et irrésistiblement tendre.
    Subversif et obsédant aussi.
    Principal opposant au président Erdogan, seule voix progressiste de Turquie, Selahattin Demirtas est actuellement incarcéré depuis le 4 novembre 2016 dans la prison de type F, réservée aux prisonniers politiques, d'Edirne. Kurde de Turquie, avocat de formation, il est le leader charismatique du HDP (Parti démocratique des peuples), dont il fut le co-président et député jusqu'en février 2018.
    C'est lui qui a mené le HDP vers la victoire contre Erdogan en juin 2015. Ce parti d'opposition pro-kurde est le troisième du pays, le plus progressiste du Proche-Orient, ancré à gauche, défenseur de la minorité kurde et abordant les questions féministes ou LGBT.

    Selahattin Demirtas a été emprisonné après la levée d'immunité des députés du HDP par le président Erdogan dans le cadre des purges qui ont suivi le putsch manqué de 2016.
    Il est accusé de diriger une organisation terroriste, d'incitation à la haine et à la révolte, d'apologie de crime et des criminels... Il risque une peine de prison de 142 ans.

  • Dans le but de célébrer le chaurasi de leur grand-mère Chitralekha - soit son 84e anniversaire, très important selon la tradition népalaise -, ses petits-enfants se rendent à Gangtok, dans l'État lointain du Sikkim, en Inde du Nord-Est.
    Agastaya débarque de New York. Bien qu'il soit un médecin reconnu de trente-trois ans, il redoute l'inquisition familiale qui s'annonce puisqu'il n'est toujours pas marié, et il est même terrifié à l'idée que la raison de son célibat soit révélée au grand jour.
    Le rejoignent Manasa et Bhagwati, qui arrivent l'une de Londres et l'autre du Colorado. La première est surdiplômée d'Oxford, la seconde est une fugueuse déshonorée par sa famille.
    Tous trois affichent le même objectif : sortir indemne du chaurasi de leur grand-mère - un objectif qui s'éloigne au fur et à mesure qu'avancent les célébrations, d'autant plus qu'une servante acerbe et un quatrième invité inattendu se joignent à cette épique réunion de famille.
    Une savoureuse comédie de moeurs servie par l'humour et le ton caustique de Prajwal Parajuly. Un livre d'une grande intelligence, original et convaincant, lumineux et irrésistible. Une histoire d'amour et de pardon, tragique et drôle à la fois, pleine d'humanité.
    Prajwal Parajuly, de père indien et de mère népalaise, vit entre New York, Oxford et Gangtok, sa ville natale dans l'Himalaya indien. Fuir et revenir est son premier roman.

  • Kurde de Turquie, leader du HDP, parti d'opposition prokurde, l'auteur est incarcéré depuis novembre 2016. Dans ce nouveau recueil, il nous fait découvrir les différentes facettes de son pays et de ses habitants. Plus encore, il montre l'universalité individuelle comme collective des changements et des révolutions avec l'espoir pour perspective.

  • Les 700 aveugles de Bafia retrace le destin de deux femmes qui n'auraient jamais dû se rencontrer : Damienne Bourdin, jeune Marseillaise, médecin des troupes coloniales, fraîchement arrivée en Afrique pour travailler auprès du Dr Jamot, et Débora Edoa, infirmière auxiliaire indigène, princesse Ewondo.
    Nous sommes en 1929 au Cameroun. Le Dr Eugène Jamot, grand nom de la médecine tropicale, dirige la Mission permanente de prophylaxie de la maladie du sommeil. À la tête d'une équipe de médecins français et d'infirmiers indigènes, il tente de lutter contre la terrible maladie.
    Malheureusement une bavure médicale survient dans une subdivision sanitaire, qui rend aveugles plusieurs centaines d'indigènes. Damienne se voit confier par Jamot la responsabilité d'exfiltrer Débora, dont la présence sur les lieux de la révolte est sur le point de provoquer une guerre tribale.
    Ce magnifique roman au suspens haletant nous ramène dans l'Afrique-Équatoriale de l'entre-deux guerres sous administration française.
    Avec talent, Mutt-Lon dresse le portrait incroyablement romanesque d'une femme qui, malgré les échecs et les déceptions d'une première vie, est déterminée à accomplir son rêve à tout prix. Il nous invite aussi à redécouvrir l'oeuvre colossale du Dr Jamot au Cameroun et à nous plonger au coeur de l'affaire des 700 aveugles de Bafia, que la grande Histoire semble soucieuse d'occulter.

  • Un inconnu arrive dans une communauté qui a fui les dérèglements du monde moderne pour créer une cité idéale au coeur de la nature.
    Très vite, les habitants l'accueillent tel un prophète venu les sauver d'un curieux phénomène.
    En effet, les femmes perdent leur premier-né, et personne ne sait pourquoi.
    La présence du prophète révèle toutefois peu à peu les dérives de cette utopie. Les valeurs fondamentales tendent à disparaître et les relations entre individus se détériorent.
    L'étranger est-il la cause d'un tel désastre ? Ou est-il manipulé ? Par qui et dans quel but ?
    C'est ce que cherche à comprendre la rebelle et attachante Hateya, guérisseuse de la communauté.
    Dans ce conte contemporain sur la féminité et la quête du pouvoir, Sikanda de Cayron s'interroge, entre rêve et réalité, sur la nature humaine et ses failles.
    Sikanda de Cayron vit à Paris. Le Sang des rois est son premier roman.

  • De Kinshasa, Alia a cinq ans quand elle arrive à Bruxelles. La ville lui est étrangère, les enfants avec qui elle joue sont blancs.
    Son père essaie de l'aider, l'initie à la boxe, qui devient pour elle le moyen de réprimer sa colère contre un monde hostile jusqu'au jour où elle entre dans la police. Ses collègues l'acceptent comme l'une des leurs. Mais ils veulent détruire les autres, les migrants qu'ils torturent grâce à une milice de policiers qui, comme Alia, ne sont pas d'origine belge.
    Nettoyer le pays des étrangers grâce aux étrangers, voici le but de cette organisation nationaliste.
    Grazyna Plebanek est boxeuse, journaliste et écrivain. Née en Pologne, elle est francophone et vit à Bruxelles.

  • Betty s'efforce de vivre mais, à la nuit tombée, elle se cache et boit pour oublier la mort de son mari, Simon, et pour se souvenir de sa mère.

    Elle s'abrutit et s'effondre.
    Dans sa quête de la vérité, les images reviennent peu à peu.

    Des clichés tendres de l'enfance, une mère trop belle pour être vraie, des souliers rouges... et cette question lancinante : « Elle est où, maman ? »


    ***

    Cathy Galliègue aborde dans Et boire ma vie jusqu'à l'oubli un sujet tabou, celui de l'alcoolisme féminin, et nous offre un très beau roman, intense et sans filtre, sur la mémoire et le deuil, un diamant brut plein d'humanité et d'espoir.
    « À la fin du livre, il reste des pourquoi ? La certitude aussi, qu'une exquise romancière est née.» - L'Express, 12 avril 2017
    « Avec La nuit, je mens, Cathy Galliègue signe un premier roman aussi ambitieux que réussi, aussi sombre que lumineux.» - Lire, 4 août 2017
    Après une carrière dans l'industrie pharmaceutique en Suisse puis en France, elle est partie vivre en Guyane, où elle a animé pendant un saison une émission quotidienne littéraire sur la chaîne Guyane1ère et où elle se consacre désormais à l'écriture. Son premier roman,
    La nuit, je mens (Albin Michel, 2017), a remporté un succès d'estime, il est dans la sélection du Prix Senghor 2018. Et boire ma vie jusqu'à l'oubli est son deuxième roman.

empty