Artois Presses Université

  • Issues de journées internationales organisées à Paris en avril 1994 notamment par le CERTEL (Centre d'études et de recherches sur les textes électroniques littéraires, Université d'Artois), ces études tentent de faire le point sur les nouvelles formes de création et d'expression littéraires développées à l'aide d'un ordinateur. Théories, modélisations et quelques réalisations.

  • De la protohistoire à la fin de l'Empire romain, balayant aussi bien le monde celtique que le monde romain ou grec, c'est le champ entier de la démographie historique antique qui est ici exploré. Proposant de nouvelles méthodes d'investigation aux historiens démographes, cet ouvrage ouvre la voie à des travaux ultérieurs dont certains ont déjà commencé.

  • Ce recueil aborde deux préoccupations. L'une concerne la vie, le travail et les mentalités des simples gens (paysans, artisans, etc.) des Pays-Bas franco-belges. L'autre analyse l'histoire religieuse et plus particulièrement la Contre-Réforme puis la Réforme catholiques inspirées dans ces territoires par les enseignements du concile de Trente et imposées par l'autorité de l'occupant espagnol.

  • Le cri de Job Nouv.

    Pierre Cazier, né en 1936, est professeur de latinité tardive à l'Université d'Artois. Après des études de lettres classiques à l'Université de Lille jusqu'à l'Agrégation, il a soutenu - en 1984, à Paris IV - une thèse d'État sur l'oeuvre théologique et politique d'Isidore de Séville, au début du VIIe siècle. Il propose ici un ouvrage destiné à un large public, qui reprend les grandes lignes d'un enseignement donné depuis de nombreuses années à Lille III, et à Arras. Il s'agit de présenter, à un public cultivé, mais non spécialiste, l'essentiel du message biblique dans la perspective de l'Histoire des religions, qui considère les croyances de façon objective, en les situant dans leur contexte historique et sociologique. Le thème qui a été retenu ici, est celui de la souffrance de l'homme et, particulièrement, de l'homme innocent. La Bible, dès ses premières pages, présente le récit de la faute originelle comme la cause des malheurs de l'humanité, dans un monde qui avait pourtant été créé pour le bonheur des hommes. Mais elle contient aussi, dans le livre de Job, une des plus belles protestations d'un juste devant un Dieu qui l'accable sans qu'il ait commis de faute. Ce Cri de Job sert ainsi de pivot autour duquel vont se présenter les grandes questions qui se posent à l'homme. Le monde est-il fait pour lui, ou pour les dieux ? La place de la femme à ses côtés est-elle un châtiment, ou une bénédiction ? Les souffrances qu'il subit sont-elles le châtiment d'une faute commise, une malédiction des dieux injustes, le fait des lois de la nature, ou du simple hasard ? L'interrogation commence avec la littérature mésopotamienne, et se poursuit avec la Bible, qui se situe dans la continuité historique de celle-ci. Par comparaison, la mythologie grecque sert de contrepoint, avant l'exploration, toujours sur les mêmes thèmes, des grandes périodes de la littérature française. La méthode suivie fait appel à de très longues citations de textes, traduits de la façon la plus lisible possible et brièvement commentés, sans érudition superflue, à mi-chemin entre la simple anthologie et une synthèse plus générale, laissant au lecteur le plaisir de la relecture et de la découverte personnelle.

empty