Littérature générale

  • L'aube du diable

    Arnaud Zuck

    Un récit glaçant qui décrit les évènements qu'une paroisse a connus en 1956.
    1956. L'Église catholique découvre, révulsée, le crime de sang hors norme commis par l'un des siens, jeune curé d'une trentaine d'années. Revivez de l'intérieur ce drame humain authentique et bouleversant, enfin romancé !
    Jeune prêtre charismatique au charme inimitable, l'abbé Henri Breger, est vénéré par ses fidèles. Avec son style moderne, il réveille, dans une presque idylle, la vie de la paroisse encore meurtrie par les récentes blessures de la guerre achevée une décennie auparavant. Mais... dans l'ombre de son dévouement, entre les prônes et les confessions, le rock'n'roll et les fêtes du village, le père Henri partage avec ses paroissiennes éperdues bien d'autres plaisirs.
    Pris à son propre piège, l'abbé va s'acharner à étouffer un secret qui le dévore, susceptible de le conduire à sa perte... Il s'apprête à commettre l'horreur insoutenable, proche de le mener à l'échafaud.
    L'Aube du diable ravive, dans ses moindres détails, un souvenir déchirant qui continue de glacer le sang, 65 ans après. On assiste, impuissant, à la dérive de la raison jusqu'à l'éclosion du mal...
    Plongez-vous dans ce roman, à cheval entre la fiction et le fait divers et comprenez enfin ce qu'il s'est réellement passé en 1956.

  • Un roman historique d'aventure où vengeances et secrets se mêlent faisant monter la pression.
    Mars 1652
    Au milieu du XVIIe siècle, Alexandre d'Embrelat, un jeune homme d'à peine dix-huit ans, se met en tête de retrouver les mercenaires qui ont assassiné son grand-père et son père dix ans plus tôt.
    Sachant bien qu'il ne peut conduire sa quête seul, il forme un équipage aussi hétéroclite que complémentaire. Ensemble, ils devront découvrir les activités secrètes de son aïeul avant de se confronter aux arcanes de la politique menée par le Cardinal Mazarin. La Fronde, avec ses intrigues, complots et autres conjurations, refait surface et le jeune enquêteur risque de compromettre, par son enquête, la paix civile qui vient d'être conclue par le premier des ministres du tout jeune roi Louis XIV. Mais pour une raison qu'il ignore, le Cardinal décide de laisser Alexandre continuer ses investigations, au risque de faire remonter à la surface des secrets qu'il serait préférable de garder enfouis. Durant cette aventure, Alexandre devra faire preuve de sagesse, de ruse et d'habileté, épée en main. Ses amis seront là pour l'y aider, avec bienveillance, n'en doutons pas.
    Laissez-vous happer par les aventures d'Alexandre et de ses compagnons dans ce roman pleins de rebondissements !

  • L'envol du flamand rose

    Jerôme Idelon

    • Ex-æquo
    • 9 Février 2021

    Théo, dix ans, orphelin de père, n'a plus que Rose, sa mère pour grandir. Il l'adore au point d'accepter d'entrer dans son monde, à mille lieues de celui que nous connaissons tous...
    Devant le regard innocent et amoureux de son fils, Rose plonge petit a` petit dans la folie qui la dévore. Atteinte de bipolarité sévère, elle change peu à peu de réalité, arrange la sienne, fantasque et excentrique. Pour supporter la maladie de sa me`re, The´o, dix ans, se protège en composant avec les maux de Rose. Il va alors l'accompagner dans ses phases de démence, embrasser son extravagance et suivre chacune de ses danses. Il déploiera des trésors d'inventivité, d'humour et de tendresse pour aider sa mère à contenir sa folie. Cependant, un jour, des adultes en costume voudront savoir pourquoi il y a tant de rires, de bruits et de larmes dans leur monde. Effrayée à l'idée que Théo soit coupé du sien, Rose prendra une décision qui aura raison de leur royaume.
    En délaissant les jouets de son âge pour jouer avec les mots, Théo nous entraîne dans un univers mêlant poésie et surréalisme. Grâce à son âme d'enfant, son histoire, pourtant dramatique, deviendra au fil des pages aussi légère que sa plume.
    Plongez dans un monde onirique où les roses ne fanent jamais.
    Cette histoire vous arrachera le coeur, vous bouleversera, vous amusera. Tout y est : la tendresse, l'humour, la peur, l'amour inconditionnel, la tragédie...
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Avec les mots d'un petit garçon pour décrire les douleurs des adultes, Jérôme Idelon nous dépeint un univers que les yeux d'enfant rendent carrollien. Si Alice a pleuré au point de presque se noyer dans ses larmes, Théo ne pleure pas. Pas souvent. Moi par contre... Comme Alice, j'ai débordé. de détresse, de joie, de ces éclats de sentiments bruts brillants comme les plumes des oiseaux. L'auteur raconte avec un talent extraordinaire, une plume incroyablement juste et précise, la maladie, la mort, la folie à travers le prisme étincelant de l'enfance, quand tout est magique, quand tout est possible pour peu qu'on y croit. - GabrielKevlec, Babelio
    On est transporté dès les premières pages par un tourbillon de folie, un vent d'allégresse teinté de larmes, qu'un petit garçon débordant d'amour pour sa maman essaie de contenir.
    A mi chemin entre "En attendant Bojangles" et "La vie devant soi", cette épopée fabuleuse, bouleversante et pleine de tendresse, où l'on se demande sans cesse quand cette folie cessera d'être douce, nous fait voyager hors du temps et de la normalité, sur un chemin créé uniquement par l'amour d'une maman pour son fils. - Alisouuu, Babelio
    J'y ai retrouvé du Musso et du Boris Vian... mais avec une fraicheur et une simplicité qui fait du bien. Pas besoin de démêler des intrigues compliquées pour commencer à se faire plaisir, se retrouver les larmes aux yeux ou à rire aux éclats.
    L'auteur joue avec les mots et les émotions pour nous faire découvrir une histoire touchante, à la fois sombre et lumineuse, quel bonheur!
    Ouvrage poétique, astucieux et brillant, je recommande vivement. - Bruno78, Babelio
    À PROPOS DE L'AUTEUR

  • Fécamp est mis sous cloche et coupé du reste du monde par une brume inquiétante...
    Une brume inquiétante envahit la côte d'albâtre. Fécamp et ses environs se retrouvent brutalement coupés du monde extérieur, comme mis sous cloche durant des jours, des semaines et des mois. La municipalité ne sait plus comment endiguer l'exode et la violence d'une population affamée. L'armée intervient mais ne peut empêcher les révoltes, les pillages et même les assassinats de notables.
    Jean-Mary, artiste peintre local, décide de fuir vers la Seine. En chemin il croisera des personnages surprenants puis une femme mystérieuse qui le ramènera au port.
    La brume obsédante semble vouloir nettoyer cette portion de terre, lessiver l'âme de ses habitants confrontés aux grands choix. Est-ce leur part d'ombre qui se cache au milieu des gouttelettes assassines ?
    A travers ce roman, découvrez comment les gouttelettes d'une brume obsédante fait ressortir la part d'ombre des habitants de Fécamp.
    EXTRAIT
    Il arriva à vive allure. À quelques mètres de la plage de galets, je pouvais maintenant me rendre compte qu'il ne s'agissait ni d'une vague géante ni d'un quelconque cyclone à l'horizontale. Haut d'une centaine de mètres, comme les falaises de craie, entonnoir géant ouvrant l'accès au port, il ressemblait à un mur obscur chargé de gouttelettes d'eau. Ce brouillard monstrueux s'approchait, oppressant, il touchait maintenant les escaliers de la digue. Je compris soudain mon erreur de ne pas avoir suivi le troupeau. Non seulement il me serait impossible de prendre la moindre photographie, mais ce nuage gigantesque qui s'apprêtait à recouvrir la ville me rendait soudain aveugle sous l'épaisseur de ses membres cotonneux qui me bandaient les yeux et enveloppaient mon corps de sa housse adipeuse et glaciale. M'agrippant à la statue de pierre, je me laissai dévorer par ce monstre humide et d'un coup, ne vis plus à un mètre de mes pieds. Je ne percevais absolument rien sinon le socle granitique et déformé de ma chère sculpture. Nous étions seuls sur la digue promenade, seuls dans le silence d'une nuit artificielle, engloutis à attendre la conclusion de ce cauchemar d'une fin d'après-midi estivale pas tout à fait comme les autres.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Jean-François Rottier est depuis l'adolescence un passionné de l'écrit. D'abord travailleur social, son dernier métier sera d'occuper les fonctions de directeur des services municipaux de la ville de Fécamp sur le littoral normand.
    Après toutes ces années au service d'une population attachante, il gardera en mémoire bon nombre de témoignages et d'anecdotes qui nourriront son imaginaire. En retraite depuis 2015, il se consacre presque exclusivement à l'écriture et poursuit sa dissection des êtres d'une plume acérée et tendre. Dans ses livres, les paysages marins contribuent pour beaucoup à l'étrangeté des situations et à la complexité des relations humaines, comme si les marées et les tempêtes successives se chargeaient d'organiser la vie de ses personnages.

  • Les légions de Senghor

    Karfa Diallo

    • Ex-æquo
    • 5 Décembre 2017

    Un recueil de poèmes en hommage à l'un des plus grands poètes africains.
    Écrire pour Senghor, aujourd'hui, c'est écrire pour la rencontre souhaitée, rêvée, vécue avec l'Ancêtre.
    Écrire pour Senghor, se sortir du souvenir de tout ce qui obsède et rentrer au village.
    Écrire pour son Royaume d'enfance, quitter les formes et les couleurs d'aujourd'hui.
    Écrire pour rendre grâce à l'Ancêtre qui nous inspire ce que nous sommes aujourd'hui.
    Écrire pour déplier et étaler la mémoire des mots qui nous ont fait naître, qui nous enracine, nous ouvre.
    Écrire pour Senghor, rendre ses Légions autrement visibles dans notre regard actuel et dans celui des autres.
    À tous ceux qui gardent encore en mémoire, les temps de déportations, de fuites obligées, les temps d'exils et de changements imposés. Aux autres aussi qui regardent tous ces départs précipités. Aux nègres premiers !
    Dans ses poèmes doux-amers, Karfa Diallo fait vivre la mémoire à vif de l'Afrique.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Essayiste, activiste et poète, Karfa Diallo est né à Dakar en 1971 et réside à Bordeaux depuis 1996 où il a fondé l'Association Internationale Mémoires & Partages. Considéré par Jeune Afrique comme « le Sénégalais qui veut réveiller la conscience de Bordeaux », Karfa Diallo, depuis vingt-ans, travaille la mémoire oubliée de la négritude à travers des manifestations, des ouvrages et des expositions dont la dernière est Senghor, l'Africain Universel. Son premier recueil de poèmes, Matins noirs, essai poétique pour une nouvelle négritude, est publié en 2011.

  • Dans un dialogue émouvant, Jean-Marie Choffat nous raconte par petites touches et beaucoup de courage son combat contre la maladie.
    Le caractère profond d'un homme se révèle, parait-il, dans les situations les plus critiques de la vie. Confronté depuis plus de 20 ans à la maladie sous la forme d'un cancer rarissime qui ne lui laisse guère de répit, Jean-Marie Choffat a choisi dans cet ouvrage de dialoguer sur le thème de son existence.
    Cette conversation, lucide, sans subterfuge, nous divulgue la vie d'un homme passionné de montagne, combattant la maladie depuis de nombreuses années.
    Le récit anecdotique conduit à une analyse lucide, sorte de réflexion sur la condition humaine, où l'auteur s'est imposé de regarder la vie en face et d'envisager sa destinée avec sérénité, même dans ce qu'elle a de plus cruelle.
    Ainsi, l'alpinisme et l'escalade ne sont pas des activités sportives comme les autres : elles sont mode de vie et armes dans le combat que Jean-Marie doit livrer chaque jour.
    Au-delà de la maladie, cette dure réalité à laquelle chaque homme est confronté un jour ou l'autre dans sa chair ou celle de ses proches, il y a un nécessaire et un immense amour de la vie sans lequel il n'y aurait jamais eu de commencement.
    Au terme de son dialogue sur la vie et la mort, Jean-Marie nous invite à accepter, à vivre et à nous épanouir en célébrant la beauté du monde qui nous entoure.
    Rendons-lui grâce pour cette leçon de vie.
    Un témoignage fort et plein d'espoir sur le combat d'une vie.
    EXTRAIT
    La vie est tout de même bizarre. On la commence d'une certaine façon et l'on croit qu'elle va se poursuivre invariablement. Soudain survient un événement, une chose qui vous écrase, qui vous terrasse, qui vous meurtrit. Cela s'appelle le malheur.
    D'un seul coup, votre existence prend une autre route, une autre dimension. Des choses auxquelles vous ne pensiez pas deviennent primordiales et d'autres, qui faisaient l'essentiel de votre existence, paraissent dérisoires. En regardant derrière vous, vous vous reconnaissez, bien sûr, mais en même temps ce n'est plus tout à fait vous. Cette rude épreuve vous a mûri, transformé, durci sans doute. Comment aurais-je pu imaginer que, par un froid matin de décembre, il y a tout juste cinq ans, ma vie allait complètement basculer, que désormais il y aurait un avant et un après ?
    Rien assurément, ne me préparait à vivre le cauchemar de la maladie. Qui est prêt à vivre cela ?
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    Ce livre m'a impressionné par la qualité du témoignage. - Patrick Poivre d'Arvor,Ex-Libris
    Son ouvrage ressemble fort, bien qu'il s'en défende, à une leçon de courage, d'amour de la vie. - Didier Joly, L'Est Républicain
    Un message qui fait du bien dans ces périodes d'incertitude. - Alain Roy, Le Pays de Franche-Comté
    C'est un combat qui force l'admiration. Uni à la montagne par un lien plus fort que tout... - Christian Neyrat, Le Dauphiné Libéré
    À PROPOS DES AUTEURS
    Né à Belfort, Jean-Marie Choffat est l'auteur de 1200 ascensions dont de nombreuses premières. Ancien vice-président du G.H.M, membre de l'Alpine Club, il est l'auteur d'une douzaine de livres dont beaucoup ont été primés.
    Haut-Savoyarde, Claudie Guimet est écrivain et pasteur en milieu carcéral, ainsi qu'auprès des personnes en fin de vie.

  • Une mystérieuse lettre, dont l'expéditeur est mort 40 ans plus tôt, échoue dans la boîte aux lettres de Pierre...
    C'est pour lui l'occasion de replonger dans son passé, d'évoquer son enfance pendant les frileuses années 50-60 et l'éblouissante histoire d'amour clandestine qu'il vécut avec Frédéric lorsqu'il était étudiant. Avec l'aide de Kate, une jeune Australienne qu'il héberge, il essaiera de résoudre l'énigme de ce déroutant message : qui a a pu le déposer chez lui ? Quelles sont les véritables circonstances de la mort de celui qu'il a tant aimé ? Outre les réflexions sur la vie, la mort, le droit à la différence, l'intégrisme religieux, le récit qui mêle émotion et rebondissements tient le lecteur en haleine jusqu'à la résolution finale pleine de surprises.
    Une enquête haletante qui évoque aussi des questions de société essentielles.
    EXTRAIT
    Bon, voilà, j'y suis devant ce maudit cahier que je viens d'acheter à Auchan, moi qui pourtant aime écrire, je me retrouve comme un imbécile devant cette première page blanche. Dieu sait que j'ai souvent essayé de repousser ce pensum, mais c'est une nécessité contre laquelle je renonce à présent de lutter. Elle s'est emparée de tout mon être et a balayé toutes les résistances que j'essayais de lui opposer. L'événement inexplicable et totalement incongru qui est venu perturber une vie dans laquelle j'avais cru pouvoir censurer définitivement le passé, vie que j'avais eu l'illusion de rendre sans aspérités, sans surprises, avec de petits bonheurs, disons plutôt de petits plaisirs sans conséquences et, pour le pire, quelques petites contrariétés sans gravité, en est la cause troublante.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Issu d'une famille d'enseignants, Jean-Luc Emmanuel Chassard est né en 1948 à Nancy où se déroule toute son enfance. Il poursuivra ses études secondaires et universitaires dans la capitale lorraine, avant d'exercer en tant que professeur de lettres classiques dans plusieurs établissements du sud de la France. À présent il se consacre à ses passions, la musique, c'est un brillant flûtiste, et l'écriture. Il est aussi l'auteur d'un roman policier Meurtre au collège largement inspiré de son expérience d'enseignant.

  • Le 4x4

    Mireille Maquoi

    Les retrouvailles de trois amies d'enfance se transforment en commando meurtrier...
    Mia, Rosine et Chloé se connaissent depuis l'école maternelle. A présent trentenaires, elles se retrouvent, à chaque changement de saison, pour une soirée riche en confidences. Cette année, elles font toutes trois l'expérience d'une relation déstabilisante, qu'elles se racontent au fil des rendez-vous. Mia craint pour l'équilibre de sa famille depuis l'arrivée surprise d'un premier enfant ignoré de son mari. Chloé vit une passion chaotique avec son patron libraire, marié à une femme dépressive, et Rosine, riche propriétaire, subit les caprices de son bel amant. Le rendez-vous de l'hiver a lieu dans un restaurant où les trois femmes font la connaissance de Célie, la serveuse. Cette rencontre cristallise leur révolte et leur désir de se venger des abuseurs. Elles se liguent en un commando meurtrier à bord d'un allié d'exception : le 4x4 de Rosine.
    Découvrez les récits de vie de trois femmes qui, blessées par des relations déstabilisantes, se liguent pour assouvir leur désir de vengeance.
    EXTRAIT
    Les jours suivants toutefois, son empressement s'attiédit. Et son humeur devint fantasque. Quand Rosine se hasardait à demander des nouvelles du cousin, la réplique était cinglante :
    - Tu crois qu'il n'a que ça à faire ? C'est facile, pour toi, de commander !
    Elle eut de plus en plus souvent les larmes aux yeux. Il envenimait leurs meilleurs moments de petites phrases assassines, ?achète donc des chaussures plus élégantes que ces savates, tu peux te le permettre, non ? Et puis, si tu pouvais t'habiller un peu plus sexy, franchement...? Des piques qu'elle mettait sur le compte de ses angoisses, l'acheteur du bar ne se décidait pas, et Stéphane devait encore compter sur elle pour aller de l'avant. Beaucoup profiteraient sans scrupules de cette chance, se disait-elle, mais lui, il est de ces hommes dont la fierté consiste à ne rien demander à personne, un destin contraire l'y force et il se venge sur moi quand son orgueil souffre trop. Elle s'expliquait ainsi chaque coup d'épingle, en espérant toujours que ce serait le dernier.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Mireille Maquoi est docteur en philosophie et lettres. Elle a travaillé au Fonds National de la Recherche Scientifique puis enseigné dans une école de futurs officiers à Bruxelles et à l'Atelier de français qu'elle avait créé à Namur. Elle se consacre actuellement à l'écriture. Elle a publié trois romans et deux récits de vie.

  • Les héros se transforment parfois en bourreaux...
    « Dès que j'ai croisé Since, il ne m'a pas fait bonne impression. Il est grand et je déteste les grands. Surtout depuis que je sais que je ne grandirai plus. À quatorze ans, j'ai la taille d'un gosse de huit ans. Un truc héréditaire, incurable. Une maladie qui fait rire les autres et me bouffe l'existence. Une saloperie dont je me serais bien passé... »
    Souvent, tout commence par une rencontre. Belle ou mauvaise, nul ne le sait au prime abord. Mais ces premiers instants vont tisser la trame de ces faits divers noirs, surréalistes, voire même poétiques. Surprenant ? Je vous laisse juge. Mais pour cela, laissez-vous embarquer pour des voyages brefs et intenses en compagnie de personnages à votre image. Enfin, presque. Car derrière les masques se cachent bon nombre de fêlures, de doutes, d'envies qui font que ces héros se métamorphosent vite en bourreaux. Alors, tentés par l'aventure ? Vous n'en sortirez pas indemnes.
    Découvrez un ensemble de nouvelles qui sont autant de voyages brefs et intenses en compagnie de personnages à votre image : derrière les masques se cachent souvent des fêlures...
    EXTRAIT
    Le Snake 3 dansait à allure modérée. L'océan moutonnait dans sa livrée habituelle. Un mélange d'émeraude, de bleu anthracite et d'ivoire crémeux.
    Le soleil tapait déjà dur. Les hauts-fonds du Pratt approchaient.
    Mel Thorpe menait son embarcation avec assurance, guidé par les fanions qui se dandinaient sur les crêtes. Sous la lumière vive, les hommes n'avaient que faire de la beauté sauvage des éléments. Toute leur attention était centrée sur la besogne à accomplir.
    Tico Mendes repéra bientôt un premier casier aux couleurs de son patron. Une tête de mort sur un fond jaune.
    Thorpe l'aperçut à son tour. Le moteur décrut et le bateau vint se positionner face à la vague. À l'aide d'une gaffe, Mendes agrippa la perche au fanion et attira la bouée à lui. Puis il hissa le tout sur le pont et commença à remonter l'élingue. Lorsqu'il en eut dégagé une longueur suffisante, il l'enroula au palan et en actionna le moteur. La corde se tendit et fut bientôt aspirée sur un rythme plus soutenu. Parfois, une algue jaillissait des profondeurs. Tico la décrochait machinalement et la rejetait au loin sur la houle, comme s'il avait toujours effectué le job.
    Puis la masse sombre du casier creva la surface de l'eau. Tico joua avec les commandes du treuil et le déposa en douceur sur le pont.
    L'intérieur grouillait de crustacés. Il l'ouvrit et plongea la main au milieu des prises. Il écarta les araignées de mer qu'il rejeta à l'eau. Seuls les homards avaient de la valeur.
    De cette première nasse, il en sortit un de fort belle taille. Puis un deuxième. Au troisième, son coeur se souleva. Ces lambeaux de chair... Cette main... L'horreur le submergea tandis qu'il croisait le regard halluciné de Thorpe qui s'avançait vers lui, un croc à la main.
    Mendes se saisit de la gaffe, bien décidé à vendre chèrement sa peau...
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Patrick Morel vit dans la proche banlieue de Rouen. Romancier et nouvelliste reconnu, il livre ici une fresque du Nouveau Monde au travers de 13 nouvelles aussi noires qu'insolites. Ce recueil succède à son premier opus, Le coup de pied au cul dont la nouvelle a été adaptée sur les ondes de la R.T.B.F., il y a une vingtaine d'années.

  • Le monde selon Flambeau

    Claude Dantan

    Et si un radiateur racontait ce qu'il avait vu et entendu durant un siècle d'existence ?
    Nul ne saura pourquoi Flambeau, majestueux radiateur de fonte, est sorti de sa condition d'objet inerte pour emprunter la pensée des humains ! En un siècle d'existence à Paris, il aura accumulé de multiples vécus, des plus heureux aux plus terrifiants. D'abord éveillé aux sentiments par Momo Cavetoux, un aimable plombier qui l'installe et le met en eau, il partage la vie du jeune Joseph Poulait et de sa mère jusqu'à la fin de la guerre. À leur départ, l'appartement est transformé en cabinet de psychanalyste. Flambeau découvre alors Edmée Missoufle qui exerce devant lui et il passe plusieurs décennies à l'écoute des patients. Au décès de celle qui est devenue son mentor, il entre dans un état d'isolement et d'errance mentale. Dans le bureau abandonné puis saccagé par des marginaux, il affronte la violence et la destruction. Remis à neuf, devenu un quasi objet d'art, ce Penseur de fonte se penche avec sensibilité et humour sur ses cent années d'amours, de souffrances et de rêves : Flambeau nous dit tout sur l'enfance, le doute, le destin, le corps, la folie, le deuil, la solitude et la mort.
    Découvrez le témoignage étonnant d'un majestueux radiateur de fonte qui se penche avec sensibilité et humour sur ses cent années d'amours, de souffrances et de rêves.
    EXTRAIT
    C'est là que Missoufle apparut. Elle faisait mine de ne pas me voir, s'asseyait derrière son bureau, se contentant de répéter ses gestes habituels. A peine étais-je surpris de ne pas avoir entendu le bruit des clés, de ne pas l'avoir vu passer la porte et accrocher son vêtement au porte-manteau. Rien ni personne dans la pièce et d'un seul coup, elle était là, au milieu de ses objets familiers. A sa table, le dos à demi tourné, elle travaillait à son livre inachevé... Je guettais le moment où elle tendrait la main pour chercher les reliefs qu'elle aimait. Là, sur le haut de mes épaules, les petites courbures ciselées qu'elle suivait de son index. Mais juste sa présence silencieuse...
    Elle disparaissait aussi vite qu'elle était venue. Deux heures plus tard ou le lendemain, Edmée était là de nouveau. Combien de fois ai-je essayé, par la seule force de ma pensée, de la conserver sous mes yeux ! Je ne suis jamais parvenu à la moindre maîtrise de ses apparitions. Les premières fois que cela arriva, je ne sus pas que c'était le fruit de mon trouble. Les années passées auprès d'elle m'avaient tout appris sur les capacités de l'âme humaine à se forger des illusions, mais je savais Edmée trop rigoureuse pour singer sa présence auprès de moi.
    Alors je cessai de me poser des questions, j'acceptai simplement qu'elle soit là. J'avais bien eu dans le passé, des croquemitaines buvant goulument mon eau. Pourquoi pas l'irruption externe, de l'ectoplasme de mon Edmée ?
    A PROPOS DE L'AUTEUR
    Claude Dantan vit à Niort où il a travaillé comme psychologue clinicien dans des établissements d'accueil et de soins pour enfants. Son goût pour la créativité l'a conduit, entre autres, aux plaisirs de l'écriture. Le monde selon Flambeau est son premier roman.

  • La baie de Somme comme cadre de ce recueil de nouvelles surprenantes !
    Que feriez-vous si vous offriez par mégarde un billet de loterie gagnant à votre beau-frère ? Comment réagiriez-vous si vous découvriez un mot d'amour sur la tombe de votre conjoint ?
    Au fil de ces nouvelles noires, Guillaume Lefebvre explore les déviations de la nature humaine, tel que le faisait La Bruyère en son temps. Mais cette fois, les protagonistes sont sadiques, acariâtres, manipulateurs, naïfs ou présomptueux. Ne dites pas que vous ne connaissez pas au moins une personne qui leur ressemble. Notre quotidien est la meilleure source d'inspiration.
    En lisant ce recueil, vous vous laisserez charmer par l'univers pittoresque de la baie de Somme. Les personnages peuvent, eux aussi, être attachants, mais attention à la dernière marche, la chute sera surprenante.
    Plongez-vous dans ce recueil de nouvelles noires au coeur de la baie de Somme et laissez-vous surprendre par la chute de chacune de ces histoires.
    EXTRAIT DE Les cabines de plage
    Cayeux sur mer, le 8 juillet à 16 h 22.
    Un goéland argenté profitait des courants d'air ascendants pour sillonner le cordon de galets sur toute sa longueur. Les ailes largement déployées, il planait plus qu'il ne volait. Ses yeux perçants scrutaient le sol à la recherche de nourriture. Soudain, un chien le prit en chasse en aboyant. Si bruyante fut-elle, cette attaque ne parut pas l'inquiéter, il conserva son allure majestueuse et se contenta d'incliner les ailes pour prendre un peu d'altitude. Un coup de bec aurait suffi pour arracher un oeil au roquet ; mais pour l'heure, il n'avait pas de temps à perdre en agressivité inutile : il avait faim.
    - Félix, reviens ici ! cria Adeline Poireau. Il est terrible ce chien, il ne peut pas voir un goéland sans lui courir après.
    Félix était un boxer anglais de petite taille. Son museau atrophié ne lui donnait pas une allure engageante, deux crocs fins comme des aiguilles lui remontaient les babines vers la truffe. La crainte qu'il inspirait tenait essentiellement de sa laideur et de son arrogance, car il n'avait jamais mordu autre chose que les biscuits de sa maitresse. Grand amateur de déjections canines, il explorait régulièrement la base des pylônes électriques du quartier, un espace qu'il considérait comme son territoire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Natif de la Baie de Somme, Guillaume Lefebvre eut une enfance bercée par les récits de marins. Le soir, il lisait les aventures de Pierre Loti, de Jack London, de CS Forester ou d'autres auteurs qui avaient connu le vent du large. Leurs récits lui permettaient de supporter l'atmosphère restreinte de l'internat du lycée. Après un baccalauréat scientifique, il fit des études supérieures afin d'obtenir son brevet de capitaine de navire. Dès lors, il n'a cessé de parcourir les océans pour réaliser ses rêves, les terres lointaines, tant désirées, apparaissaient maintenant sur la ligne d'horizon. Les personnages rencontrés au cours des escales ou durant sa carrière furent une source d'inspiration inégalable, ce qui l'incita à prendre la plume.

  • Belle de vie

    Sarah Poulain

    • Ex-æquo
    • 27 Février 2019

    Entre la douleur du deuil et la nécessaire découverte de la sexualité, l'adolescence de l'héroïne se révèle être une période unique.
    Texte d'autofiction, « cette promenade sinueuse et hâtive dans les chairs d'une jeune femme aux abois », raconte avec fraîcheur et naïveté les tribulations d'une adolescente qui a grandi dans le Perche au sein d'un lotissement pavillonnaire. L'essentiel du récit se déroule au coeur d'un chef-lieu de canton rural, où son père est cantonnier, sa mère femme de ménage. L'année de ses quatorze ans, tout bascule : son frère meurt ; elle découvre les strass de la Côte d'Azur. Entre humour et violence, dans un style acéré, la narratrice relate un deuil impossible, la déflagration d'une cellule familiale, mais aussi l'apprentissage sauvage du sexe et de la politique. Malgré les années S.I.D.A, la jeune fille explore des corps à corps de plus en plus tordus affectivement et sexuellement. Elle affronte aussi et tente d'assumer sa condition de prolétaire provinciale en jouant toutes les gammes émotionnelles et charnelles d'une partition que seule l'adolescence autorise. Entre souffrance et curiosité littéraire, parviendra-t-elle à conjurer l'ordalie qui caractérise sa jeunesse ?
    Découvrez, au travers d'une autofiction originale, le récit d'une jeune fille qui découvre la sexualité en même temps que les déchirures d'une famille en deuil.
    EXTRAIT
    Cet été-là, j'ai quatorze ans et tout bascule. Je séjourne à Grasse chez tata Gertrude et oncle Smirnoff. Ils ont la gentillesse de m'accueillir dans leur pavillon de location qu'ils appellent villa. De ma Normandie natale, j'imaginais une maison énorme, une piscine et des palmiers. C'était sans compter sur l'univers de tata Gertrude, spécialiste de la double vie. La sienne ne lui suffit pas, alors elle s'arrange avec son passé, gomme ses origines et se soustrait à la réalité. Pour entretenir un bronzage permanent, tata Gertrude s'expose sans crainte au soleil et se dandine en string le plus souvent possible. La nocivité des rayons U.V ne l'atteint pas.
    Tata Gertrude, il faut l'imaginer revenir dans sa ferme natale, les cheveux blonds bouclés à la Polnareff, le teint hâlé de Dalida, vêtue de cuir, toute son élégance juchée sur des talons-aiguilles, au bras d'un ami qui a traversé la France pour lui permettre de revoir sa famille. Une fois sur deux, l'ami est un amant qui renouvelle sa garde-robe. C'est pourquoi chaque année, elle se déleste de vêtements dont elle nous fait cadeau dans une valise aux allures de coffre-fort. Tailleurs, bustiers, jupes, pantalons en cuir, chemisiers en dentelle, mais aussi bijoux en or ornés de saphir, d'émeraude ou de rubis, ce butin nous fait oublier Eram et Pantashop.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Sarah Poulain est née en 1973 dans le Perche, où elle a choisi de rester vivre. Auteure de nouvelles, amatrice d'ateliers d'écriture et animatrice de cafés-littéraires, Belle de vie est son premier roman, après la participation en 2017 au roman collectif Le dernier voyage du Lancastria.

  • Avec ce recueil, découvrez un inventaire poétique et étonnant des tranches les plus singulières du quotidien...
    Que reste-t-il ?
    Trois fois rien, et pourtant, sur le bord d'une assiette, sous la table d'une salle de classe, ou bien là sur la peau, à la commissure des lèvres d'un jeune homme amoureux : partout autour de nous, des recoins dans lesquels l'instant passé s'accroche en une trace, une miette... Un monde d'échos fragiles fait de témoins discrets. Un microcosme hésitant, ni contemporain, ni caduc, où le temps n'a pas su trancher.
    Au gré d'un inventaire inattendu, ce recueil nous révèle la singularité de ces petits vestiges du quotidien où se racontent en creux les histoires et les bouts de vie.
    Par un jeu de mise en page judicieux, cet ouvrage nous laisse ressentir, imaginer, suspecter la nature du sujet abordé et parfois nous tromper et emprunter de fausses pistes comme des faux-semblants, pour mieux nous surprendre au détour de la page suivante.
    Car ici les choses ne disent pas leurs noms.
    Laissant le lecteur aborder chaque nouveau chapitre sans idée préconçue, les textes ne dévoileront leurs titres -et par là même leur sens véritable- qu'une fois la page tournée.
    Grâce à une mise en page astucieuse, ce recueil vous emportera pas à pas dans son microcosme inédit et surprenant, semé de fausses pistes !
    EXTRAIT
    5
    Un jour, une forêt.
    Puis un million d'années dans le noir, enfermée,
    pour se voir un beau jour extirpée de sa tombe.
    Ça devait forcément porter malheur,
    remonter à l'air ce fantôme.
    5 : Pétrole
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Renaud de Chaumaray vit dans son pays Basque natal avec sa femme et ses deux filles. Il y exerce la profession de conseiller en écoconstruction. Contemplatif assidu, son environnement proche est pour lui une source intarissable d'inspiration. Que reste-t-il est son premier recueil à être publié.

  • Lorsqu'une différence est vraiment acceptée, ne disparaît-elle pas, tout simplement ?
    Tels des ronds dans l'eau, les vies se touchent, s'interpénètrent, se fondent et se désunissent au gré des turbulences qui agitent l'onde de nos existences... La saga dépeinte avec talent par Marie-Pierre Pruvot sur un scénario de Galia Salimo nous plonge dans les méandres des manipulations familiales dignes des grands auteurs russes. Lorsqu'une différence est vraiment acceptée, ne disparaît-elle pas, tout simplement ?
    Grâce à cette saga, plongez dans les méandres des manipulations familiales dignes des grands auteurs russes.
    EXTRAIT
    Méritait-elle ce reproche parce qu'elle était organisatrice de fêtes, qu'elle se donnait à sa tâche, qu'elle avait étudié les galas et réceptions des temps anciens comme des plus récents : les fastes du comte de Montesquiou, ceux de Boni de Castellane dans son palais de marbre rose ?... Elle avait été sensible à l'accusation d'Alex, mais l'avait rejetée ; ses fêtes, elle les considérait comme des oeuvres d'art. Pourquoi cet art-là aurait empêché la profondeur des sentiments et la pénétration des choses ? Dès qu'elle fut dans son salon de repos, elle se débarrassa de son tailleur, s'installa sur le canapé pour une séance de relaxation. Plus de phrase mordante de la part d'Alex, ni de personne, plus de souci. Se vider l'esprit (exercice difficile malgré une longue pratique) et, par une sorte d'abandon maîtrisé, se livrer à une détente totale qui rétablit les traits du visage, leur équilibre, et donne du tonus pour toute une soirée.
    À PROPOS DES AUTEURS
    Marie-Pierre Pruvot est née en 1935 en Algérie. Elle s'installe à Paris à l'âge de 18 ans et devient une figure emblématique des nuits parisiennes sous le nom de scène de « Bambi ». Dans les années 60, Marie-Pierre reprend ses études, passe le bac en 1969 et devient professeur de Lettres modernes en 1974. Aujourd'hui à la retraite, elle est l'auteure de plusieurs ouvrages aux éditions Ex-Aequo : J'inventais ma vie en trois tomes, France, ce serait aussi un beau nom et Marie parce que c'est joli (aux éditions Bonobo).
    Née à Marseille d'un père malgache et d'une mère italo-corse, Galia Salimo est une fille des iles. Après de brèves études de droit à Aix en Provence elle « monte » à Paris où sa rencontre avec Jean-Marie Rivière va changer le cours de sa vie. L'Alcazar, le Carrousel, le Palace puis le Queen (dont elle animera pendant 18 ans les fameuses soirées « Overkitsch » du Dimanche soir)... le Paris qui brille et qui pétille décide d'en faire l'une de ses reines. Aujourd'hui, c'est dans l'ambiance glamour et sophistiquée d'une institution parisienne, ultime sanctuaire d'une nuit civilisée, le Mathi's Bar, que l'on peut la retrouver.

  • Deux femmes cheminent ensemble jusqu'aux rebords de la vie.
    Line est mandatée par le tribunal pour protéger les intérêts d'une vieille femme précaire. Celle-ci refuse la tyrannie de la longévité à tout prix : elle ne veut plus végéter dans un mouroir les yeux rivés au plafond. Les deux femmes s'opposent puis concluent tacitement un terrible pacte. Elles vont cheminer ensemble sur le rivage de l'Atlantique jusqu'aux rebords de la vie.
    Dans un texte profondément humaniste, Anne Bert propose une réflexion sur le délicat sujet du dénuement de la vieillesse et de la fin de vie. La mort est aujourd'hui devenue plus taboue que le sexe. Mais la longévité a souvent un prix : celui de la pauvreté, de la solitude et de la misère. En évitant l'écueil du pathos, avec tendresse et même humour, ce roman bienvenu dérange et bouscule. (Ce texte est une 2ème édition, initialement paru sous le titre Épilogue aux éditions Edicool en format numérique, nominé pour le Prix du livre numérique 2013).
    A travers ce roman, découvrez une réflexion humaniste sur le dénuement de la vieille et de la fin de la vie.
    EXTRAIT
    Marguerite était douce et rugueuse comme une pierre ponce. Patiente, si patiente à s'user, longuement, interminablement... ne laissant filtrer que de microscopiques poussières témoins de son existence.
    Line allait à elle comme on va au rebord, à l'extrémité d'un équilibre, d'un corps, d'une existence. Voilà ce qu'était Marguerite : une vie en suspens. Une minuscule vie insignifiante de rien du tout qu'habitait le genre humain.
    Line ne savait pourquoi cette vieille femme plutôt que les autres - pourtant plus déglingués - retenait toute son attention. Peut-être parce que le corps et l'esprit étaient épargnés et que seules la misère, la solitude et la pauvreté l'avaient laissée sur le bas-côté. Sans doute aussi parce Marguerite était une femme en latence, tramant derrière ses petits yeux parcheminés quelque chose qui lui échappait. Certainement parce que Marguerite était vieille et lourde de tant d'années.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Anne Bert publie des romans et des nouvelles depuis 2009. Elle s'intéresse particulièrement à ce qui se passe derrière les écrans opaques de la bienséance. Après avoir écrit plusieurs livres érotiques, elle entend poursuivre l'exploration de ses thèmes de prédilection, l'intime, l'impermanence des choses et l'hypocrisie de la convenance. Elle tient le blog Impermanence et chronique également sur le webzine « le Salon Littéraire ».

  • Katia décide de rompre avec son petit copain. Cette rupture tourne au drame en se soldant par une tentative d'assassinat et une vie dans le noir...
    Pour chasser le souvenir d'une récente déception amoureuse, Katia, jeune infirmière bruxelloise, s'ouvre aux aventures sans lendemain et se lie avec Damien, un gardien de sécurité au comportement protecteur et débonnaire. Mais Damien veut hâter les choses, fonder une famille et pour garder sa liberté, Katia se voit forcée de rompre. Un matin, en rentrant d'une nuit de virée, elle le trouve devant la porte de son appartement. Il veut converser avec elle, comprendre son refus de poursuivre leur relation. Confiante, elle accueille chez elle celui qui, dans quelques heures, plongera son regard pétillant de vie dans le noir absolu.
    Katia s'engage alors dans un chemin de vie tourmenté où les périodes de dépression le disputent à sa formidable soif de vivre. Celle-ci finit par l'emporter, et l'obstination de Katia à vaincre son handicap l'amène à se lancer des défis qui laissent rêveur. Son histoire en dit long sur la patience et la ténacité souvent méconnues de ceux qui vivent chaque jour les affres de la cécité.
    Ce roman bouleversant mènera le lecteur à suivre la vie d'une jeune femme plongée brutalement et définitivement dans les ténèbres !

  • Les chemins d'Andrew et de Milton se recroisent quinze ans après le lycée. Irrésistiblement attirés l'un par l'autre, les deux hommes doivent pourtant résoudre une enquête concernant des crimes violents !
    Lors d'une fête d'anciens élèves du lycée Old Quay, Andrew Wells, enquêteur de la Criminelle à Londres, croise le docteur Milton Montgomery, un psychiatre récemment embauché par son chef. Dès le premier regard remontent à la surface des souvenirs au goût de peur, de sang... et une attirance irrépressible qui l'avait brisé. L'homme qu'il est devenu s'est enfermé dans un royaume de solitude et de coups d'un soir, courant après l'oubli et la jeunesse éternelle au fond des backrooms. Lorsqu'il apprend qu'ils vont devoir collaborer pour la résolution d'une série de crimes violents, Andrew craint que le cauchemar ne reprenne. Mais Milton a profondément changé lui aussi, il n'a plus rien du tourmenteur d'alors. Derrière les quêtes de pardon et de pouvoir, des sentiments vieux de quinze ans peuvent-ils reprendre vie ? Entre la colère ardente et la fournaise d'une attraction irrésistible des corps, les deux hommes se jettent l'un contre l'autre, au risque de se brûler les ailes. Explosion ou embrasement, après tout, ce n'est qu'une histoire de cordons à franchir...
    Entre homo-romance et enquête, cette fiction érotique emportera le lecteur par sa qualité d'écriture et son style fluide !
    CE QU'EN PENSE LA CRITIQUE
    J'ai vraiment passé et adoré un excellent moment de lecture avec Andrew et Milton. L'auteur a une très belle plume fluide, c'est un magicien avec les mots ! - gilles76130, Babelio
    J'ai eu la chance de pouvoir lire ce livre en ebook en avant première... Jeanne Malysa a assurément eu du flair en sélectionnant cet ouvrage dans sa collection ! Quelle écriture ! Quel sens des mots ! Quel style ! J'ai dévoré littéralement les pages en me délectant des aventures d'Andrew et de Milton. C'est osé mais jamais vulgaire et l'auteur sait faire surgir des images magnifiques... - catmo0105, Babelio

  • Cet essai met en avant un phénomène sociétal psychologique, celui de la domination et la soumission.
    Phénomène sociétal en pleine expansion, le BDSM se décline en termes de domination et de soumission. Traditionnellement associée à la gent féminine, la soumission séduit aussi de nombreux hommes. Cette posture psychologique, si contraire à celle usuellement attribuée aux mâles, comporte de nombreuses facettes.
    Dans cet essai, les autrices en ont exploré deux, à l'aune des observations qu'elles ont pu faire sur le terrain : la vénération et le masochisme. Autour de ces deux axes, elles ont interrogé les motivations, les fantasmes, les désirs de ces hommes pour lesquels s'incliner devant une femme, parfois jusqu'à la dissolution temporaire des propres limites, est un besoin puissant, parfois irréfrénable.
    Sur le socle des témoignages de ces hommes soumis, Vera Mar et Julie-Anne de Sée ont tracé les contours de ce sujet, enrichissant leurs observations à la lumière de la littérature, la psychanalyse, la sociologie et la science.
    Découvre les analyses de Vera Mar et Julie-Anne de Sée sur le BDSM et les témoignages de ces hommes soumis.

  • Marcel et le cadre noir

    Jacques Papin

    • Ex-æquo
    • 15 Septembre 2020

    Plongez dans l'histoire tendre et dramatique de Marcel et son cheval !
    Marcel et le Cadre Noir a pour sujet l'histoire d'amour d'un petit garçon pour les chevaux. Habitant Saumur, il s'arrête au retour de l'école, devant la carrière du Chardonnet pour regarder les écuyers évoluer. Admiratif, doué pour l'observation, il s'imprégnera peu à peu, années après années, de ce qui fait l'essence de l'équitation de tradition française. A tel point qu'il acquerra très vite un savoir inné du dressage d'un cheval. Bijou sera le cheval de sa vie.
    Mais, une équitation exigeante, difficile, brillante, n'est pas du goût de tout le monde et certaines instances vont s'en occuper...
    « La belle légèreté à la française, cette pierre de touche de l'élite, Adam le Jeune et Eve la Sportive, chargés d'amorcer le tournant, allaient un peu s'en occuper. Oh ! pas d'un coup, tranquillement, sans faire de bruit, sans provoquer d'infernaux remous... L'insinuation lente, onctueuse, allait faire son oeuvre à pas de loup, perverse voilée de bonnes intentions, au chaton de la bague toujours prêt à insuffler son virus jusqu'au noyau des magistrales vérités, des plus profondes convictions. »
    À travers les techniques équestres et les images poétiques, découvrez l'histoire d'amour entre un homme et son cheval !
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Cavalier de dressage, instructeur d'équitation diplômé d'état, un des disciples les plus proches du grand maître Nuno Oliveira, Jacques Papin s'attache depuis toujours à enseigner et à pratiquer l'équitation de tradition française.
    Il est l'auteur de "Le Jour où les chevaux parleront" (éditions Le Rocher, 2009), "Moi, cheval sans généalogie reconnue" (revue littéraire "Cheval"), "Chevaux" (éditions Le Rocher, 2011)et a également écrit plusieurs articles dans des revues spécialisées : "Cavaliers d'hier et d'aujourd'hui" (novembre 2011), "Le Cadre Noir, temple du dressage?" et "L'Héritage des Grands Maîtres" (mai 2012).

  • Curieux titre en vérité pour un livre consacré à de difficiles ascensions dans les Alpes, le Vercors, le Sahara...
    Cet ouvrage nous raconte comment un garçon de 14 ans, chaussé d'une simple paire de brodequins de chantier, découvre la montagne et devient en quelques années l'un de nos meilleurs alpinistes. Il nous dit comment, peu à peu, cette passion devient raison de vivre... Au-delà du simple récit de quelques aventures, aussi exaltantes ou douloureuses soient-elles, voici l'histoire d'une vie qui commence à 14 ans, âge ou la folie de la montagne empoigna un jour Jean-Marie Choffat pour ne plus jamais le lâcher. Comme la montagne envoûta l'auteur, il nous envoûte à son tour, nous dévoilant quels liens prodigieux, quels rapports étranges et merveilleux se tissent entre un homme fou de liberté et un univers d'absolu. Ainsi, de nos jours, quelques êtres sont encore capables de tout sacrifier, de tout risquer, y compris leur vie, pour découvrir la vérité de l'homme face à la nature, face à la beauté, face à eux-mêmes...
    Les brodequins du soleil est le premier livre de Jean-Marie Choffat. Ecrit à 27 ans, cette oeuvre de jeunesse relate les treize premières années de montagne de l'auteur. Ces brodequins du soleil que nous chaussons à sa suite, nous entraînent sur ses traces dans un style puissant et irrésistible, vers le monde où il rêve, où il aime, où il vit.
    Découvrez le témoignage haletant d'un homme dévoré par la passion de la montagne dés l'âge de 14 ans !
    EXTRAIT
    Je suis montagnard. Sans sécurité de l'emploi, sans fortune, sans tous les éléments traditionnels qui font la vie courante et le confort de chacun. C'est difficile, c'est merveilleux. C'est en tout cas mon choix et ma volonté. Ça n'est pas la chance qui m'a permis de vivre à ma guise. Choffat dernier de la classe, Choffat apprenti brouillon, Choffat ouvrier sans goût, une nullité ? Pas tout à fait. Il suffisait d'une rencontre. J'ai eu la chance immense de faire cette rencontre. Sachant ce qu'elle pouvait m'apporter, j'ai eu la sagesse de la prolonger et de ne pas trahir ce qu'elle a enfanté. J'effectue en compagnie de clients beaucoup de courses magnifiques, difficiles, humaines. Mes rapports avec eux sont peut-être démodés, témoins oubliés d'un temps où la montagne ne vendait pas ses sommets au plus offrant, parce que simplement les hommes ne l'avaient pas encore prostituée.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Né en 1956 à Belfort, Jean-Marie Choffat découvre la montagne et l'alpinisme à l'âge de 14 ans. En 40 années de montagne, il a réalisé plus de 1200 ascensions et de nombreuses premières, tant en France qu'à l'étranger. Ancien vice-président du G.H.M et membre de l'Alpine Club, il est l'auteur d'une dizaine de livres dont beaucoup ont étés primés.

  • Accordements

    Elisabeth Groelly

    Cinq générations se rencontrent et discutent d'une époque où l'Europe n'était pas encore celle que l'on connait aujourd'hui.
    La toile de fond : les premiers fronts de 1914. Les hommes se sont entremêlés dans l'horreur que l'on sait. Le lecteur va pourtant retenir la petite musique aigrelette de cette danse d'un soir, car son écho résonne encore sur les années.
    Se profile un autre souvenir, celui d'une aquarelle... Alors va se livrer une histoire étrange, un récit fait de douceur, comme peut l'être la vie, parfois. Comme le sont, peut-être, les vraies rencontres. Si le front est présent en filigrane, le texte, lancinant, est centré sur cinq générations de personnages qui vont se parler. Plutôt une conversation lente et pudique où le premier interrogera patiemment le deuxième ; lequel se retournera vers lui pour l'aider ; quant au dernier, aura-t-il, lui, attendu les deux autres ?
    La voix fédératrice de la préface ainsi que celle, plus insistante, de la narration, interpellent le lecteur jusqu'au dénouement d'une quête qui ne laissera pas indifférent. Aux balbutiements d'une Europe en construction, le souci pressant de réunir les hommes est donc devenu nécessaire. Enfin !
    Un roman qui interpelle et ne vous laissera pas indifférent !

  • Des histoires touchantes tournant autour de la nation qui vous feront réfléchir sur le sens de la vie.
    À travers onze histoires brèves, toutes liées par le thème de la piscine, et onze personnages hétérogènes, tous sauvés à un moment crucial de leur vie par la natation, Les Effets invisibles de la nage raconte avec justesse la force, la faiblesse, l'errance, les drames sentimentaux ou familiaux d'êtres humains en pleine bascule. Empreinte de poésie et de réalisme magique, l'écriture d'Alessandro Capponi - et l'eau chlorée de la piscine - métamorphosent des personnages en quête de sens pour leur permettre de se retrouver, de se libérer de leur passé ou d'écouter leurs désirs.
    Découvrez 11 histoires de libertés, désirs, et combats intérieurs !

  • Une quête haletante à travers l'Allemagne et la France du 16e siècle !
    Nous sommes en mai 1525. Le manuscrit de Wittenberg, unissant les pensées réformatrices des théologiens Martin Luther, Thomas Münzer et Johann Cochlaeus, est dérobé en pleine guerre des paysans. 
    Alors, une incroyable poursuite s'engage. Aidé de ses amis, Claus Bürger et la troublante Ketterlen Rohrbach - fille du chef des bandes du Neckar -, se lancent à la recherche d'un émissaire strasbourgeois censé détenir le manuscrit. Mais ils ne sont pas seuls : des agents de Thomas Münzer et de Florian Geyer, chef de la légion noire sont aussi sur ses traces.
    Des pistes mènent séparément les acteurs de cette histoire depuis la Bavière jusqu'au pied des Vosges livrées aux flammes et aux assauts des mercenaires du duc de Lorraine.
    Qui détient le fameux manuscrit ?
    L'énigme sera finalement résolue par Claus Bürger, soixante ans plus tard, en 1585. 
    Un roman historique digne des meilleurs thrillers !
    EXTRAIT
    Lorsque les fermiers d'ici se penchèrent sur moi, pensant que mon esprit s'était préparé à quitter son enveloppe charnelle, ils estimèrent que leur ayant porté secours je devais être emporté et soigné dans leur montagne. Et comme en vainqueur de la mort je me suis soulevé de ma paillasse le jour du Seigneur, ils me donnèrent le surnom de Diemunsch. Les lueurs naissantes de ce jour lointain en baignant ma fenêtre oignirent aussi leur front : j'étais à eux. C'était quelques jours après la malheureuse bataille de Scherweiler en pays d'Alsace, en l'année 1525. À cause d'un livre écrit par des hommes d'église de ce temps à Wittenberg en Saxe, je suis entré dans leur vie et j'ai appris leur langue qui est le welsche, une langue parlée dans les montagnes des Vosges. C'est aussi par ce nom que l'on désigne les habitants de cette contrée, et moi compris, par ignorance de mes origines. Car, autant qu'il plaira à Dieu de m'en souvenir, mon nom est Claus Bürger et je suis né sujet du duc de Württemberg.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Leypold est docteur en histoire et responsable scientifique au Musée de minéralogie de l'Université de Strasbourg. Fils et petit-fils de forestier, il se passionne pour la nature, la poésie, la photographie, l'histoire et l'architecture médiévale, ainsi que pour l'écriture à laquelle il a consacré son premier roman Johann de Salm publié en 2013, et un ouvrage d'art Eglises - Kirchen, voyage photographique - eine Fotoreise en 2014. Né en Alsace en 1953, il vit près de Strasbourg.

  • Les soirs après l'école

    Mido

    Un recueil de petites histoires qui feront réfléchir vos enfants sur le vivre ensemble.
    Chaque soir, Alice part en promenade avec son gros chien. Sur le chemin qu'elle aime tant, elle réfléchit à sa journée, à ses soucis d'enfant et aux nombreuses questions qu'elle se pose sur le monde qui l'entoure. Près du petit pont, le vieux chêne conteur l'accueille de sa voix d'écorce. Il murmure une histoire : celle d'un écureuil têtu, d'un petit geai malaimé et... bien d'autres. Alice et son arbre emmèneront le lecteur dans un univers plein de poésie et de réflexions sur le vivre ensemble.
    Découvrez avec Alice les belles histoires du chêne conteur et laissez-vous emporter par votre imagination !

empty