Littérature générale

  •  Coccinelle a été une légende vivante. Elle le devait à sa beauté, à sa féminité débordante, à son éclat incomparable tant à la ville qu´à la scène. Son personnage s´imposait par un autre aspect : elle était « quelque chose de jamais vu ». Elle avait aussi en elle de savoir saisir au vol un événement qui assurerait sa publicité. La voici présentée dans une situation exceptionnelle où elle s´assigne par politique un comportement discret, anonyme. C´est une rude contrainte pour sa nature effervescente. L´anecdote nous la montre dans un instant difficile où elle pense perdre la face en suivant ses propres principes de sagesse... Mais sa pétulance reprend le dessus, son instinct la fait triompher.




    Tout se passe à Marseille. C´est l´occasion d´évoquer le célèbre Alcazar, monument du music-hall, aujourd´hui disparu.



      Marie-Pierre Pruvot débute en 1953 Chez Mme Arthur et en 1954 au Carrousel sous le nom de Bambi. C'est là qu'elle connaît Coccinelle avec qui elle partage la même expérience existentielle. Coccinelle, déjà vedette, prend Bambi sous sa protection. Devenue professeur de Lettres, Marie-Pierre Pruvot consacre presque tous ses livres à faire revivre une folle atmosphère de spectacles "de travestis", presque de ghetto, aujourd'hui disparue .



     

  • Le jour de ses vingt ans, Marie trouve par hasard une boîte dans le grenier du bar familial.Elle contient des lettres que se sont envoyés deux frères pendant trois ans.  Tout commence avec la construction du mur de Berlin en 1961. Simon et Gunther Stein se retrouvent séparés, chacun d'un côté de la ville,  avec l'espoir de se revoir.  En attendant, ils s'écrivent, tous les jours. La correspondance s'achève par une ultime lettre; mais celle-ci est adressée à Marie.
    Tout dans ses lettres ramène Marie à l'histoire de sa famille ou comment le mur de Berlin a détruit des vies, celles de ceux qu'elle aime.

  • L'histoire d'amour impossible de deux adolescents que tout sépare.
    André et Pépita sont les deux personnages centraux de cette nouvelle tragédie de Roméo et Juliette. Dans la Tunisie de la fin des années 50, c'est l'histoire d'amour impossible de deux adolescents que tout sépare : leur famille, leur origine ethnique, leur milieu social, la religion, les convictions politiques... Sur fond de crise d'indépendance, toute la société tunisienne est dépeinte dans sa diversité, dans ses drames et dans ses bonheurs quotidiens. L'histoire des Capulet et des Montaigu semble ici se répéter dans la variante des convictions religieuses, des difficultés à vivre ensemble entre communautés qui partagent une même ville, mais aussi un même destin. C'est  la vie qui est dépeinte dans ce roman, avec ses odeurs de jasmin et ses parfums de sang, avec les prières qui s'élèvent au ciel depuis tous les lieux de culte, avec la jeunesse qui défie sans cesse les tabous mais qui les subit quand même, avec cette quête incessante du bonheur et de l'amour... C'est la douceur de Tunis et sa violence, reflet du monde oriental qui se trouve à la porte de nos vies.
    Plongez dans la Tunisie de la fin des années 50, et découvrez une nouvelle tragédie de Roméo et Juliette !
    EXTRAIT
    Comment l'a-t-il connue ? Il n'a pas oublié ce moment, tellement la rencontre a vraiment été étrange. C'était un lundi soir juste après les études, il s'en souvenait très bien. Ce jour-là, il devait acheter le fascicule supplémentaire de son livre de mathématiques, chez la grande librairie de « l'indépendance ». Pépita, c'était la belle vendeuse d'origine sicilienne, timide et aux yeux bleus très doux. Sa description était celle d'une actrice : elle avait des cheveux bleu noir et profonds, qui descendaient librement jusqu'à ses épaules. Elle était faite comme une déesse, avec une taille svelte et élancée. Son visage de chat siamois toujours souriant semblait sculpté dans l'ébène. Ses lèvres étaient toutes gonflées de sèvres et deux fossettes profondes se trouvaient juste à un centimètre des deux coins de sa bouche fine. Sa voix chaude et envoûtante chantait les mots comme le font les chanteuses de flamenco espagnol.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Victor Maarek est né en 1945 à Tunis et y a vécu son adolescence. Il vit à  Natanya près de Tel Aviv. L'auteur est né de mère francophone ; L'horizon lointain est son premier roman qu'il a écrit directement en français et l'éditeur a décidé de ne pas modifier le texte qui lui a été remis et de lui laisser toutes les imperfections d'un style où la langue de Voltaire n'est pas totalement académique, mais où s'exprime pleinement la pensée d'un homme dont le talent de conteur est indéniable. Ainsi, le lecteur peut aisément imaginer que c'est la voix de Victor Maarek qui déroule dans ses phrases cette saga, ce conte moderne, dont nous vous laissons découvrir la morale par vous-mêmes.

  •  Les 9 vies de lucifer est un roman illustré avec des planches couleur. C'est l'histoire de Lucifer, très vieux chat au seuil de sa dernière mort qui raconte ses 9 vies à un chaton. Toute l'histoire de l'humanité -au travers de ses plus grands portraits- est ainsi parcourue au rythme des 9 réincarnations de Lucifer. C'est le roman le plus touchant de l'année.

  • L'incroyable histoire d'un tailleur de pierre aux mains d'or dans l'Europe du XIXe siècle...
    Au milieu du XIXe siècle, l'économie va mal en Europe. Rudolf, un jeune tailleur de pierre des montagnes du Voralberg autrichien, rêve de partir pour la France où il paraît qu'il y a de riches mines d'argent.
    En fait, Rudolf a des « mains en or ». Ses mains font autant de miracles sur les pierres qu'il sculpte admirablement bien, que sur les corps, car il est un guérisseur. Il a hérité ce don de ses ancêtres. 
    Quand il arrive en Franche-Comté, dans le pays de Belfort, sévit la seconde épidémie de choléra du siècle et qui décime la population. Le tailleur de pierre n'est pas vraiment le bienvenu, pourtant, il se met au service des Belfortains contaminés. Les médecins locaux vont alors tenter de le discréditer, de le faire jeter en prison, mais on croit encore aux miracles en ce milieu de siècle, et Rudolf guérira tant de gens qu'il sera innocenté. Le corps médical tentera de le faire disparaître, mais le renom de Rudolf sera tel qu'il trouvera des protections parmi le peuple.
    Quand le guérisseur arrive enfin à Lure, il sera immobilisé par une importante crue de la rivière, Ognon. Pourtant il restera, commencera à créer des statues et tombera amoureux de Joséphine. Mais ce bref amour va lui faire à nouveau frôler la mort à cause de la haine de l'étranger et de la jalousie d'un chef de bande qui a des vues sur la jeune fille.
    Un roman d'amour et d'aventures semé d'embûches !
    EXTRAIT
    Ce samedi 8 avril 1837, Rudolf arrivait tout près du village lointain de la Franche-Comté que son père et son grand-père lui avaient décrit comme un endroit où il y avait des quantités de mines d'argent et de cuivre. D'ailleurs, il avait en poche une gravure défraîchie et déchirée qui représentait ledit village.
    Aujourd'hui, Il n'y avait plus de travail dans l'Autriche affaiblie par les guerres. La richesse annoncée du sous-sol de Franche-Comté avait de quoi tenter un jeune homme ambitieux.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    François Math est né à Cannes en 1943. Il est professeur émérite en neurophysiologie, ancien neurologue au CHUR de Nancy.
    Il a écrit plusieurs ouvrages médicaux : Neurosciences cliniques (Éditions De Boeck, 2008), Guérisseurs et médecines non conventionnelles (Éditions PUL, 2014), Comprendre la violence des Enfants, (Éditions Dunod, 2015).
    Et des romans : La lumière noire de la Moineaudiére, Ed Gerard Louis, 2013, La Juive et le Bolchevik, Ed Des Paraiges, 2014. Vivre une famille dans la diversité culturelle et confessionnelle, Ed PUL, 2014. Les femmes de la Forge, Ed Cetre, sous presse. Parano chez les Rats, Edilivre, sous presse. Quelques histoires rimées, mais pas très poétiques, Ed Aspect, sous presse.
    L'auteur est aussi sculpteur sur pierre et il anime un atelier de sculpture à Villers-lès-Nancy, 54, et il a été Président de l'association des artistes médecins de Lorraine.

  • L'écuyer noir

    Denis Leypold

    • Ex-æquo
    • 30 Janvier 2017

    Elze trouvera-t-elle la force de se défendre face à l'écuyer noir ?
    Le comte de Hohenberg décide la reconstruction du château de Steineck brûlé lors de la dernière guerre. Il confie la direction des travaux à un maitre d'oeuvre réputé, lequel est assisté de son fils, Conrad. Mais la venue de celui qu'on appelle l'écuyer noir - qui est au service du comte -, en ravivant la tension au sein du village, rapproche Conrad et la farouche Elze, la fille du plus important personnage de la communauté villageoise. Homme violent à la réputation de meurtrier, l'écuyer noir nourri une haine profonde envers Elze parce qu'elle lui fait front, mais aussi pour une autre raison plus ancienne et secrète. Trouvera-t-elle la force de se défendre, voire, de le vaincre ?
    A travers ce roman historique, plongez dans l'univers du château de Steineck et découvrez le personnage glaçant de l'écuyer noir.
    EXTRAIT
    Le temps est un vigoureux ouvrier : il creuse des sillons dans le coeur des hommes comme les eaux d'un fleuve son lit, et répand du ciel des cendres jusqu'à rendre opaque la mémoire des choses. Sous le château ruiné, la vie s'est réinstallée lentement dans le village reconstruit. Là-haut, en faisant éclater la pierre, l'incendie n'avait rien ignoré des salles et des tours, n'abandonnant que des poutrages calcinés. Depuis, ses restes ont été battus par les vagues silencieuses des années, dérobant à l'écho les bruits d'un combat ancien.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Denis Leypold est docteur en histoire et responsable scientifique au Musée de minéralogie de l'Université de Strasbourg.
    Il se passionne pour la nature, la poésie, la photographie, l'histoire et l'architecture médiévale, ainsi que pour l'écriture à laquelle il a consacré son premier roman Johann de Salm publié en 2013.
    Né en Alsace en 1953, il vit près de Strasbourg.

  • 40 ans d'enfermement...
    Toute une vie contenue dans ces quelques pages. La vie brisée de ma grand-mère maternelle qui a passé quarante années derrière les murs d'un asile d'aliénés, de 1928 à sa mort en 1965.
    Comment le destin d'une jeune fille douée et pleine d'espérance a-t-il pu dériver vers l'enfermement définitif de la femme de 44 ans qu'elle était devenue ? En lui redonnant la parole après des décennies de silence, j'ai tenté d'éclairer et de faire partager la lente descente puis l'inexorable chute de Madeleine.
    A travers cette bouleversante biographie, découvrez le parcours de Madeleine et l'inexorable chute qui a conduit cette jeune fille douée pleine d'espérance à un internement à vie.
    EXTRAIT
    Je t'ai vue trois fois par an de 1956 à 1965. Toujours accompagnée de mes parents, toujours dans la même salle, toujours vêtue de la même robe bleue. En laine épaisse ou en coton selon les saisons.
    Me reviennent en mémoire ton teint mat, tes cheveux blancs et courts coupés au bol, tes yeux bleu-gris si pâles qu'on les dirait transparents, tes mains que tu croises sans arrêt, dessus-dessous, dessous-dessus, ton léger balancement d'avant en arrière.
    Et puis ton regard qui s'accroche à moi, qui ne me lâche pas. Regard sans partage, qui rarement se détourne pour se poser sur ma mère, ta fille. Je suis la seule sans passé, la seule à ne pas connaître ton histoire.
    À PROPOS DE L'AUTEUR
    Nicole Parlange-Deschamps vit en Touraine. Éditée chez Ex Aequo depuis 2012, elle a déjà publié avec sa co-auteure six romans policiers sous le pseudonyme de Mary Play-Parlange.

empty